L’appartement du prince Administrateur dans la résidence de Dresde 1763 -1769

Avant sa venue définitive à Versailles, le prince Xavier de Saxe est de 1763 a 1769 prince Administrateur en Saxe. Ce statut lui confère les prérogatives de l’électeur, Frédéric-August son neveu alors mineur. Au début de sa régence, en 1763, le prince décide de faire « sa résidence dans le palais électoral »1.

Anton Graff, Portrait du prince Xavier, vers 1760-1770, Troyes.

La résidence électorale à Dresde

Ce château est très marqué par les travaux effectués par Maurice de Saxe au XVIe siècle, lorsqu’il accède à la dignité électorale. Auguste le Fort et Auguste III conservent cette architecture de style Renaissance pour les extérieurs, et ne modifient que les intérieurs. Après l’incendie de 1701, plusieurs projets de reconstructions sont envisagés.

C. H. Fritzsche, Aufzug der Wagen und Reiter zum Damenringrennen am 6. Juni 1709 in Dresden, um 1710.

En 1718, le roi demande enfin de réparer la demeure endommagée, tout en modifiant significativement la distribution. Il avait auparavant fait mettre au dépôt les décors des façades en graffites3. En 1719, la demeure possède de nouveaux appartements de parade très luxueux2.

Ball paré im Riesensaal des Dresdner Residenzschlosses, 1719, SLUB.

Le déploiement de faste se fait ressentir lors du mariage du prince héritier et de l’archiduchesse d’Autriche. Puis Auguste III continue de modifier le château : il gagne des logements en déplaçant dans la ville la chapelle évangélique, construite en 1555. Il fait faire une nouvelle galerie de peinture, qui lui permet de déplacer celle qui se trouve dans l’ancienne Riesen saal (salle des Géants).

Un appartement important au bel étage

En 1769, l’électeur Frédéric-Auguste III, son neveu, s’était marié avec Marie Amélie Auguste de Deux-Ponts, nièce du duc Christian IV. En décembre 1770, l’électrice annonce qu’elle est enceinte. L’électeur décide en conséquence de récupérer l’appartement de son oncle, car il n’existe pas, dans le château, « d’appartement plus voisin et plus commode » que celui-là4.

Anton Graff, Friedrich August von Sachsen, SKD online

Par cette description, la situation de l’appartement peut être retrouvée dans le château. À cette date, l’électeur occupe un appartement de parade au second étage dans l’aile ouest. À cet étage, dans l’aile est, son épouse occupe un appartement dans le pavillon5. Un plan de 1770 permet de voir qu’il existe entre les deux, un appartement.

Plan de 1770, Second étage, SLUB.

Cet appartement avait été créé en 1738 pour loger la famille du prince héritier. Cet espace était resté jusqu’en 1742 une galerie de peinture6. Il se situe entre l’appartement de société de l’électeur, au premier niveau, et celui de l’électrice dans le pavillon. Ce plan montre que l’on accède à cet appartement depuis l’escalier anglais (Englische Treppe) servant d’escalier d’honneur7. En revenant à Dresde en 1763, toute la famille est logée au château. Le frère du Prince Xavier, Frédéric-Christian et son épouse sont retournés au palais du Taschenberg. Au château électoral, il semblerait que les frères et sœurs se partagent les appartements qui restent au second étage, et à l’entresol au-dessus8. Le prince Albert possède un appartement au-dessus de l’appartement du prince Xavier juste après les garde-robes. Le prince possède donc un appartement de premier ordre dans le château.

Un appartement entre rokoko et style classique renouvelé

À son retour à Dresde, le roi décide de refaire les appartements du château, mis à mal par les troupes prussiennes. L’appartement de société de l’électeur du premier étage de l’aile Est du château, très gravement touché par le bombardement de 1760, est rénové9.

Johann Alexandre Thiele, Die Festung Königstein, SKD online.

Des photos d’avant 1945 rendent compte de la décoration choisie: la foison du décor en entrelacs est encore de mise, même si les formes se symétrisent. Le logement destiné au prince Xavier est rénové à partir de mars 1763. Les travaux sont financés par le duché, mais le prince peut faire avancer les travaux plus rapidement en payant de sa caisse. Dans son appartement, le prince propose de remplacer les poêles par des cheminées. Il y fait mettre des plaques à ses armes. Ce choix peut paraître surprenant dans une région aux hivers rigoureux, mais la cheminée conserve un prestige bien plus grand que le poêle de faïence. C’est une conception qu’il a peut-être conservée de ses séjours à Versailles. Les travaux sont relativement importants : il fait mettre de nouvelles cloisons sur les murs, poser des volets aux fenêtres, orner les portes de nouvelles serrures, retapisser les murs, et enfin il fait repeindre toutes les pièces. La peinture est blanche pour les parois, et d’ or pour les cadres, tandis que l’intérieur des armoires et des placards sont en bleu clair. La chambre est tapissée de damas rouge venant de Francfort. Les travaux de l’appartement du prince et ceux du roi s’achèvent dans le courant de juillet 1763 10.

Le mobilier et le décor de l’appartement du prince sont connus par deux inventaires en allemand réalisés le 19 mai 1769 : le premier pour les objets du duché de Saxe, et le second pour ceux qui appartiennent en propre au prince Xavier11. D’après l’inventaire, la salle d’audience, la chambre et le cabinet sont décorés de trumeaux et de dessus-de-porte. Les meubles du duché consistent principalement en lustres, rideaux et certains tableaux du décor des boiseries. Ainsi, dans les dessus-de-porte de tout l’appartement, ont été insérés des tableaux de Johann Alexander Thiele représentant des paysages12.

Plan de 1770 (détail)

Selon le plan de 1770, l’antichambre est une pièce quadrangulaire avec trois portes d’entrée, et quatre porte-fenêtres. Entre ses fenêtres se trouvent les trois trumeaux décrits dans l’inventaire. Sur les autres murs se trouvent les huit miroirs avec leurs cadres, qui sont « entourés de deux bras de lumière en verre qui sont mobiles ». Il s’agit peut- être de lambris où sont insérés des miroirs, mais la description ne permet pas de bien comprendre cette disposition. Au centre du plafond est accroché un grand chandelier à 20 mèches.

Cabinet de porcelaine dans la résidence de Dresde, 1750.

Dans l’angle de la pièce, a été disposé un grand poêle de porcelaine blanche. Sur les murs ont été mises « trois consoles d’or avec un travail de sculptures et des feuilles d’albâtre », un grand meuble, douze fauteuils rouges et aux dossiers verts. Le tout est complété par vingt-trois tables de jeux. Cette pièce avec son mobilier peut faire penser à une antichambre utilisée comme cabinet de jeu. Sa décoration est à rapprocher du cabinet des glaces de Versailles, qui fut pris comme modèle pour le cabinet de jeu de Munich (Spiegelkabinett) avec ses miroirs à profusion, ses nombreux bras de lumière, et ses consoles sur les murs pour la porcelaine13. Mais la profusion des décors de 1730 a laissé la place a un décor plus sombre dans les années 1760 à Dresde.

Cabinet de jeux de la résidence de Munich, 1731.

Le décor de la salle d’audience est le plus fastueux. Comme dans l’antichambre, des boiseries avec leurs miroirs « entourés de deux bras de lumière argentés et dessus en verre » ont été disposés sur les murs14. Au plafond, est accroché un chandelier à seize bobèches de verre. Il est complété sur les murs par des consoles à plateau d’albâtre, et de nombreux portraits de famille à mi-corps par Rotari15.

La chambre est la seule pièce représentée par un dessin. Celui-ci renseigne sur les boiseries, et sur le sol qui est parqueté (parquet en feuille). Les parois sont faites de boiseries menuisées avec des dessus-de-porte de stuc et bois représentant des enfants, possédant un cadre ornés de fleurs et de rubans. Le reste du décor de boiserie est géométrique. La paroi derrière le lit et celle des côtés possèdent des tentures rouges dans des cadres de bois dorés, aux décors géométriques. Les autres murs de la pièce ne sont pas représentés. Le lit se situe dans une petite alcôve, dont le centre seulement est représenté sur le dessin, où n’apparaissent pas les portes des côtés. D’un coté, se trouve une première porte qui donne accès à la garde-robe et de l’autre, une seconde porte donnant sur un poêle. Le dessin montre un lit à la polonaise où est disposé « une couverture rouge damassée avec tresses d’or et houppettes allongées avec 4 boutons, avec les plumes blanches », des édredons, coussins en bourrelet et un drap avec un marquage aux armes du prince et la date de 1768. Le dessin montre au fond du lit un dossier et des montants dorés avec ornements qui représentent un cartouche ovale entouré de casques et des guirlandes de fleurs.

Dessin de la chambre du prince dans l’appartement de Dresde, Archives départementales de l’Aube.

L’inventaire nous renseigne sur un meuble important de la pièce : une armoire-secrétaire à glace en bois de noyer à trois niveaux. Elle est décrite comme : « une armoire en forme de bureau à écrire à miroir avec vingt-six cases et trois étages et deux tiroirs » et une glace16. Ce meuble est connu par un dessin et une photo d’avant 1945 en montre un exemplaire disparu très proche17. C’est plutôt une sorte de bureau-cabinet où le prince rangeait objets de cristal, de porcelaine, d’ivoire. Il est composé d’une partie supérieure, d’un pupitre et d’une partie inférieure. Il possède vingt-cinq tiroirs sans compter le pupitre et le haut. La partie supérieure s’ouvre par deux portes vitrées, et de marqueterie. Le prince a fait disposer dans la pièce plusieurs horloges, dont une de Grault à Paris, et une autre de Carl Dopson à Londres, ainsi que quatre thermomètres et deux périmètres (outils pour étudier le champs visuel). Les horloges sont sûrement disposées sur les cheminées, et les thermomètres sur les murs. Une table de marbre au pied doré et un bureau viennent compléter le mobilier de la pièce.

Armoire-bureau de l’appartement, Archives départementales de l’Aube.

Le cabinet est très meublé, malgré son espace réduit. On y trouve des objets très luxueux aux cadres de bronze, et aux matières animales et végétales rares. Trois tableaux de portraits en miniature sont disposés sur les murs : ils représentent Frédéric-Auguste III, Marie-Josèphe et le prince Xavier18. On a disposé une horloge à miroir, avec boîtier en laiton et bouclier en forme de tortue par Gault à Paris, ou encore une table de jeu. Il s’y trouve plusieurs tables à écrire, guéridons, un grand canapé de damas bleu et plusieurs sièges et tabourets. La « retirade » dispose, elle aussi, de son damas rouge, et de plusieurs meubles comme des tabourets et une chaise de damas rouge. Elle est complétée par divers ustensiles du quotidien. Dans les garde-robes ont été disposées des armoires et commodes pour le rangement.

Anonyme, Kurfürst Friedrich August II. von Sachsen, König von Polen, mit Maria Josepha, Österreichische Nationalbibliothek.

La décoration des appartements de société de l’électeur est connue par un tableau de 1831 présentant le roi dans la salle d’audience de la résidence. Les murs sont tapissés de damas rouge, et les encadrements rectilignes peints en blanc et baguettes dorées. Des tableaux sont insérés en dessus-de-porte à l’encadrement en courbes et contre-courbes. Le plafond possède des ornements dorés faits d’arabesques, qui se retrouvent dans les cadres, les murs et les plafonds. Les parois rectilignes aux ornements aux motifs asymétriques rappellent les décors créés par les Bâtiments du roi au début du siècle19. Le foisonnement du décor, propre au style rocaille, devient la norme dont de nombreux exemples bavarois font l’écho20.

Carl Christian Vogel von Vogelstein, Friedrich I. im Audienzsaal, 1831, SKD online.

Le décor du dessin de l’alcôve de la chambre du prince Xavier se différencie de celui du tableau représentant le roi de Saxe dans l’appartement de société. Les parois de lambris de la chambre sont rectilignes, ornés de simples pilastres et entablements feints. La peinture blanche recouvre les surfaces, sauf pour les encadrements en frise des tapisseries de damas rouge. Les deux parties de murs encadrant le lit sont surmontés de cartouche, ornées de sculpture de guirlandes végétales où se trouvent des peintures de camaïeu représentant des enfants. Ce décor très simple entre en opposition avec celui de la salle d’audience, où les ornements sont bien plus présents : encadrements et sculptures sont peints en doré, et tous les murs sont tapissés de damas rouge.

Conclusion

Le prince Xavier a peut-être influé sur la rénovation de sa chambre. Sa décoration semble être plus proche des créations françaises des années 1750 que de celle de Munich de 1730. Il a peut être été mis au courant des nouveautés artistiques lors de son séjour à Versailles, auprès de sa sœur la dauphine en 1758. Malheureusement, l’appartement de sa sœur à Versailles est mal connu, en revanche celui du couple delphinal à Compiègne est bien connu. En 1753, de nouveaux appartements pour le dauphin et son épouse sont créés à Compiègne dans le nouveau style classique, où le foisonnement des ornements laisse place à des parois moins décorées21.

La décoration des parois de la chambre de la dauphine montre de grands panneaux de lambris rectangulaires, avec des ornements simples et rectilignes surmontés de guirlandes et de coquilles22. Nous pouvons rappeler que le prince a pris part au débat qui s’est déroulé en Saxe au sujet de la reconstruction de l’église Sainte-Croix. Il décide donc de mettre en pratique les nouvelles conceptions architectoniques dans ces intérieurs : il choisit le klazissimus plutôt que le rokoko.

Notes

1. Gazette des Gazettes, janvier 1764. 2. Voir la série de livres Das Residenzschloss zu Dresden, Band 1 (2013), Band 2 (2019) et Band 3 (2020) publié par Landesamt für Denkmalpflege Sachsen . 3. Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756), op .cit., p. 289. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1431, copie de la lettre de l’électeur au prince Xavier, le 25 décembre 1770. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 27 septembre 1762. 5. Selon les travaux réalisé par Hensel (Margitta), « Die Appartements des Kurfürsten Friedrich August III. von Sachsen in den Schlössern von Dresden, Pillnitz und Moritzburg in der Regierungszeit von 1768 bis 1786 », op.cit. 6. Heres (Gerald), « Die Dresdener Sammlungen in Keysslers Neusten reisen », Jahrbuch der Staatlichen Kunstsammlungen Dresden, 11, 1978/79, p. 106. 7. Sächsisches Staatsarchiv, Abteilung Hauptstaatsarchiv (Dresde), 10006 Oberhofmarschallamt Cap. 01A, Nr. 17 Grundriss des ersten Obergeschosses (“second étage”), vers 1770. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 27 septembre 1762. 9. Hensel, Margitta, « Die Appartements des Kurfürsten Friedrich August III. von Sachsen in den Schlössern von Dresden, Pillnitz und Moritzburg in der Regierungszeit von 1768 bis 1786 », Wie friderizianisch war das Friderizianische? Zeremoniell, Raumdisposition und Möblierung ausgewählter europäischer Schlösser am Ende des Ancien Régime, Beiträge einer internationalen Konferenz vom 2. Juni 2012, hg. von Henriette Graf und Nadja Geißler (Friedrich300 – Colloquien, 6) [en ligne, consulté le 20 mai 2020], p. 11. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 23 juillet 1763. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaire des meubles appartenant au prince Xavier de l’appartement du château électoral, 19 mai 1769. 12 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles appartenant au duché de l’appartement du prince Xavier dans le château électoral, 19 mai 1769. 13. Krems (Eva-Bettina), op. cit., p. 226. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles de l’appartement du prince Xavier du château électoral de Dresde. La description en allemand est: « 8. Spiegel Wand Plackers mit Fasetten und belegten Spiegel Ramen, jeder mit 2. gläsernen Leuchter Armen welche mobil ». 15. Les représentations sont jusqu’aux genoux. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles appartenant au prince Xavier de l’appartement du château électoral, 19 mai 1769. 17. Haase (Gisela), Dresdener Möbel des 18. Jahrhunderts : Barock, Rokoko, Zopfstil, Rosenheim Leipzig, Rosenheimer Verlagshaus /E.A. Seemann, 1983, notice 70, p. 276. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, « Spécification von Hr. Konige Hoheit Printz Xaverii, sämmtlichen bildern », 4 novembre 1769. Cet inventaire est la copie de celui du 19 mai 1769 mais il donne des précisions sur le nom des artistes. 19. Pons, Bruno, De Paris à Versailles, 1699-1736 : les sculpteurs ornemanistes parisiens et l’art décoratif des bâtiments du roi, Strasbourg, Association les publications près les Universités de Strasbourg, 1986. 20. Pozsgai( Martin), Germain Boffrand und Joseph Effner : Studien zur Architektenausbildung um 1700 am Beispiel der Innendekoration, Berlin, G. Mann, 2012.21. Szymski (Emilie), Les appartements du dauphin. LouisFerdinand, fils de Louis XV et de la. dauphine MarieJosèphe de Saxe au château de Compiègne : 1737-1766, mémoire de recherche. (2 de année de 2 e cycle) en histoire de l’art appliquée aux collections présenté sous la direction de Mme Hélène Meyer [en ligne, consulté le 16/07/2018], p. 106. 22Ibid., p. 110.

La fortune du prince Xavier(3) : héritage, acquisitions et comparaisons

Au XVIIIe siècle, les revenus des princes se comptent par millions de livres. Le duc de Penthièvre est ainsi l’une des premières fortunes de France. À sa mort en 1793, la fortune de ce prince s’élève à 98 461 582 livres1.

Jean-Baptiste Charpentier le Vieux, Monsieur de Penthièvre et sa fille, WikiCommon.

Les informations sur la fortune du prince Xavier de Saxe sont éparses. À la mort de son père, en 1763, il ne reçoit que quelques biens sans grande valeur, car son père lègue tout à son frère aîné Frédéric-Christian»2. À la mort de son frère aîné, l’héritage échu au prince Xavier monte à 501 écus de Saxe, environ 1 900 livres tournois et plusieurs biens non évalués comme des serviettes de damas, des tapisseries, de la porcelaine, des glaces et des formes pour la pâtisseries3. En 1769, il devient propriétaire de Zabeltitz, qui a été acheté par l’électeur. La valeur exacte de cette acquisition est, peut être, de 100 000 écus avec les terres boisées environnantes, ce qui équivaut à environ 266 000 livres tournois4, le château et son parc ne valant qu’environ 70 000 écus5.

Dessin du château de Chaumot, 1772-1773, Archives de l’Aube.

En 1771, le prince devient propriétaire de nombreux biens immeubles en France à hauteur de 2,6 millions de livres tournois : la terre de Chaumot vaut 1 020 000 livres tournois et celle de Pont 1 300 000 livres tournois. Avec cette somme, il se trouve bien loin des princes de la cour de France. Il ne peut pas espérer augmenter considérablement sa fortune par l’héritage de sa sœur Christine qui décède en 1782. Elle ne lui laisse qu’une dette de 16 690 écus de Saxe, environ 70 000 livres tournois. Cette somme fut prêtée par la princesse Elisabeth « dans un moment où elle avait le plus pressant besoin d’argent comptant »6. Comme certains propriétaires, il peut envisager de vendre une partie de ses biens pour éponger ses dettes. À partir de 1775, il propose plusieurs fois de vendre la terre et le château de Chaumot, qui pourtant lui rapporte en revenus bien plus que celle de Pont. Mais il ne trouve pas d’acquéreur.

Joseph Mannlich, Portrait du duc, de la comtesse de Forbach et de leurs enfants, vers 1764, Wiki Common.

Des propriétaires n’hésitent pas à vendre rapidement comme la marquise de Fleury qui vend sa terre de Banneville pour 260 000 livres, ou le duc de Coigny qui se décharge de plusieurs terres et d’un hôtel à Paris pour 220 000 livres7. À sa mort,en 1775, le duc de Deux-Ponts laisse de nombreuses dettes. Ses héritiers vendent une partie de sa collection de tableaux : la vente est connue par un catalogue annoté par le dessinateur Gabriel de Saint-Aubin8. Pour avoir une nouvelle source de revenu, le 5 février 1776, la comtesse de Forbach est aussi obligée de louer son hôtel parisien à David Murray, Earl of Mansfiel viscount of Stormont dit Mylord Stormont (1727 – 1796), ambassadeur extraordinaire d’Angleterre, pour six années9. Le 13 janvier 1778, les responsables des enfants mineurs du duc ainsi que son neveu Charles II de Deux-Ponts constatèrent que de nombreux travaux sont à effectuer dans l’hôtel et qu’il serait plus sage de le vendre10. C’est à ce moment que la famille de Deux-Ponts décide de réaliser un vaste projet immobilier : en 1777, le roi autorise, avec le soutien du maréchal de Richelieu et du duc de Choiseul-Gouffier, leur vaste projet de création d’une rue à l’emplacement du jardin et des communs de leur hôtel. Ce sont les créations de la rue de Choiseul et de la Michodière11. Après les travaux, des parcelles sont vendues et de nouvelles bâtisses sont réalisées. Leurs ventes permettant de rembourser les dettes. Finalement, la comtesse de Forbach et ses enfants vendent l’hôtel le 12 avril 177812.

Hôtel de Deux-Ponts( rdc), 1724, BnF Gallica.

Le prince Xavier n’est pas dans cette position, ses biens immobiliers sont trop peu nombreux pour envisager de vendre, et il est seulement locataire à Paris. Après 1769, les revenus du prince Xavier sont éparses. Chaque année, il touche environ 180 000 livres sur le trésor de Pologne et Lituanie et 150 000 livres sur le trésor de France : ces sommes permettent à peine de subvenir à ses besoins courants. Pour traiter son état déficitaire, il veut augmenter les sources de revenus. Ainsi, il espère obtenir une charge ou un gouvernement pouvant lui permettre d’augmenter ses revenus et son prestige.

Anonyme, Duc de Fitz-James, Wiki Common.

En 1775, il jette son dévolu sur le gouvernement du Languedoc laissé vacant par le décès du comte d’Eu, mais sans le succès escompté13. Ce gouvernement valait, selon Barbier, 160 000 livres de rente14. Le duc de Fitz-James touche plus de 40 000 livres pour le gouvernement du Limousin. Le duc de Polignac en étant premier écuyer de la reine reçoit 80 000 livres15.

Conclusion

Les revenus du prince Xavier sont donc conséquents, mais ils ne sont pas au niveau des princes du sang ou de certains ducs et pairs. Sa fortune reste faible. Selon Frédéric Dassas, la fortune du prince de Conti se monte à 14 millions de livres, ses revenus sont, en 1770, de 3 700 000 livres, puis, en 1771, de 2 298 158 livres. Par la suite, ses revenus sont toujours supérieurs à un million de livres16, chiffres bien au-dessus de ceux que nous pouvons voir pour le comte de Lusace.

Notes

1. Duma (Jean), Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793): une nébuleuse au XVIIIe siècle, Paris, Sorbonne, 1995, p. 50. 2. Paris, Bibliothèque polonaise, lettre de Xavier à la dauphine, citée dans Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit.,p. 145. 3. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE 2084, « Inventarium », inventaire des biens reçus en héritage, 1763. 4. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 3095, tableau de change, s.d. 5. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1429, lettre du prince Xavier au général Block, 24 avril 1769. 6. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1443, lettre du prince Xavier à Antoine de Chaumont de La Galaizière, intendant d’Alsace, 8 mars 1783. 7. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 8. Bnf, est., Réserve 8-YD-5342, Catalogue des tableaux originaux des grands maîtres des rois Écoles, qui ornoient un des Palais de feu son Altesse Monseigneur Christrient, Duc des Deux-Ponts, par Remy, Paris, Veuve Musier, 1778, annoté par Gabriel de Saint-Aubin. 9. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 287, acte de location de l’hôtel de Deux-Ponts par l’ambassadeur d’Angleterre passé devant me Paulmier devant Me 5 février 1776. 10. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 300, acte donnant pouvoir à l’architecte Ducret passé devant me Paulmier, 13 janvier 1778. 11. Coquery (Natacha), « L’hôtel aristocratique et le changement urbain au XVIIIe siècle. Les opérations immobilières du comte de Choiseul-Gouffier dans le nord-ouest parisien, 1777-1782 », Histoire urbaine, n° spécial, 2009, vol. 2, p. 105 – 117. 12. Arch. nat, MC/ XLVII/301, vente de l’hôtel de Deux-Ponts, 12 avril 1778. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, lettre du prince Xavier à Sayffert, 15 février 1775. 14. Barbier (Edmond Jean François) , Journal historique et anecdotique: du règne de Louis XV, tome 4, Paris, Renouard, 1856, p. 104. 15. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 16. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », Chapey, Frédéric (préf.), op. cit.,p. 20 – 23.

La fortune du prince Xavier(2) : les aléas de la pension en France

En 1758, son statut de frère de la dauphine Marie-Josèphe de Saxe et de lieutenant général des armées du roi permet au prince Xavier de Saxe, comte de Lusace d’obtenir une pension de 150 000 livres sur le trésor royal. Cette somme est la plus importante qu’il perçoit, comme on peut le voir par les comptes réalisés par le notaire Duclos Dufresnoy de 17841. Au sortir de l’année 1769, le prince sait que son train de vie n’est possible que par les ressources venant de France, puisque celles venant de Pologne ne sont versées qu’aléatoirement (voir article).

Maurice-Quentin de La Tour, Marie-Josèphe de Saxe et son fils, 1761, Saint-Quentin.

Or la monarchie, au sortir de la guerre de Sept-Ans, connaît un endettement trop important. Les recettes des années 1770 et 1771 doivent satisfaire en totalité les dépenses de 17692. Après le départ du contrôleur Maynon d’Invault acquis à la cause de Choiseul, le roi nomme un proche du chancelier Maupeou, l’abbé Terray, au poste de contrôleur général des finances le 22 décembre 1769. Il est nommé ministre d’état le 18 février suivant et peut, dès lors, siéger au conseil du roi.

Alexandre Roslin, Abbé Terray, 1774, Versailles.

Dès janvier 1770, l’abbé Terray met en place une série de réformes de nécessité pour assainir les finances royales. L’abbé propose plusieurs arrêts sur le sujet au conseil du roi. Le 19 janvier, il ordonne la réduction des pensions et traitements donnés sur le trésor royal. L’abbé observe que « les pensions et gratifications, tant ordinaires qu’extraordinaires, continueront d’être sujettes à la retenue ordinaire du dixième ». Puis dans l’article II de cet arrêt, le ministre ajoute que la retenue « sur celles au-dessus de deux mille quatre cents livres, à quelques sommes qu’elles puissent monter, à raison de trois dixièmes »3. Cette réforme des pensions doit s’appliquer rétroactivement aux pensions échues en 1768 puis à partir de 1770 pour toutes les gratifications extraordinaires. Les revenus du prince s’élevaient pour les traitements du trésor royal, en 1763, à 150 000 livres4. Le prince voit dès lors, sa pension réduite drastiquement passant de 150 000 livres à 105 000 livres, ce qu’il ne peut accepter.

Écu, Louis XV dit “au bandeau”, 1767, Metz, CGB.

Alors en Italie, le prince Xavier écrit ainsi le 9 mars 1770 au colonel Sayffert :

Vous pouvez bien vous imaginer combien l’arrêt que vous m’avez envoyé sur la diminution des pensions m’inquiète, d’autant plus que vous me marquez que même les princes du sang n’étaient point exceptés de la règle. Suivant mon calcul, cela me ferait une perte de 45 000 livres qui me mettrait assez mal à mon aise. Il est vrai que je n’ai jamais souffert de retenue, pas même celle de l’ancien dixième ordinaire5.

Alors le prince tente, à la cour, de s’appuyer sur des personnes influentes pour obtenir des compensations, voire un retour total du montant de sa pension. Il sait que tant qu’il sera à l’étranger, les ministres ne mettront aucune bonne volonté à lui payer sa pension ni même à revenir sur la mesure. En 1771, il espère qu’à son retour en France, il pourra récupérer sa pension en totalité c’est-à-dire « 300 000 livres à prétendre au trésor royal sur ma pension pour les années 1770 et 1771 » sans les diminutions opérées par la réforme Terray6. Mais la requête du prince semble rester lettre morte malgré les sollicitations de Martange auprès de Terray. En 1772, il renonce à vouloir réclamer la totalité de son dû. Il écrit à Martange de lui procurer si ce n’est le total des deux années, « la moitié au moins s’il est possible de mon traitement sur le trésor royal pour l’année 1771 » car les 100 000 livres de Saxe ne suffiront pas à payer les travaux qu’il effectue dans ses demeures et son voyage en Bavière7.

Joseph Hauziger, Louis XVI et Marie Antoinette (détail), 1778, Met museum.

En 1774, à la mort du roi, le prince n’a toujours pas récupéré les montants. Louis XVI ne conserve pas le ministre Terray. Les sollicitations du prince sont acceptées par le roi qui lui accorde par l’ordonnance du 31 décembre 1775 une pension de 150 000 livres sans retenue8. C’est un retour à la normale, mais le prince Xavieren demande davantage par le recouvrement des sommes perdues depuis réforme de 1770. Finalement le nouveau ministre des finances Turgot accepte de lui verser « chaque année, outre le montant de la pension courante, une partie des arrérages », ce qui fait 18 750 livres par mois. En novembre 1776, le prince se plaint encore au ministre Necker de n’avoir pas reçu tous les paiements, puisqu’il manque les sommes des mois d’avril et octobre de l’année en cours. Le prince propose de recevoir les sommes des deux mois en une fois « le mois de décembre prochain »9. Il semblerait que les tractations du prince soient couronnées de succès puisqu’en 1776, la rente du prince est versée chaque année. En 1776, elle semble de surcroît monter jusqu’à 225 000 livres10.

Conclusion

En 1790, la pension du prince est de 150 000 livres par an. Le roi lui verse une grosse pension puisque viennent ensuite celle du comte de Périgord de 68 123 livres, celle du duc du Châtelet de 64 500 livres, celle du prince de Montbarrey de 64 000 livres et enfin, celle du prince de Condé qui ne monte qu’à 55 801 livres11.

L’appel de Jacques Necker, BnF Gallica.

Le prince Xavier touche une pension qui est le triple de celle d’un cousin du roi comme Louis V Joseph prince de Condé. Mais ce dernier doit posséder une fortune s’élevant à plusieurs centaines de milliers de livres tournois, ce qui n’est pas le cas du comte de Lusace. Mais sa pension est moindre que celle du duc de Deux-Ponts qui, grâce à un traité signé en 1751 avec la France et plusieurs fois renouvelé jusqu’en 1776, touche près de 300 000 livres par an12. Ces pensions de Saxe, Pologne-Lituanie et France ne permettent pas complètement au prince de vivre selon le train de vivre qu’il s’est fixé. Dès lors, il met en place une politique d’acquisition de terre qui par leur revenu doit lui permettre de mettre son budget à l’équilibre, ce que nous verrons dans d’autres articles.

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2540, comptes de l’année 1784.2. Laugier (Lucien), Un ministère réformateur sous Louis XV: Le Triumvirat (1770-1774), Paris, La Pensée Universelle, 1975, p. 165. 3. Arch. nat., E 1452 B, arrêt 19 janvier 1770. Publié dans Mercure de France, février 1770. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1596, lettre de Martange au prince Xavier, 7 avril 1763. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 9 mars 1770. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Martange, 31 décembre 1770. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1432, lettre du prince Xavier à Martange, 26 mai 1772. 8. Rapports du comité des pensions à l’assemblée nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1790, volume 1, p. 57. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1436 lettre du prince Xavier au ministre Necker 30 novembre 1776. 10. Anonyme, Collection de compte rendus[…] depuis 1758 jusqu’en 1787, Paris, Cuchet et Gattey, 1787, p. 170. 11. Anonyme, Dixième supplément historique et essentiel à la liste des pensions, II volume, Paris, Denné, 1790, p. 36 – 37. 12. Michel (Patrick), « Christian IV, duc des Deux-Ponts (1722-1775) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2016, p. 5 [en ligne, consulté le 04 juin 2019].

La fortune du prince Xavier(1) : le trésor de Saxe et de Pologne-Lituanie

Le prince Xavier de Saxe possède des pensions en Saxe, Pologne-Lituanie et en France. Bien loin d’être un prince riche, il reste néanmoins dans la catégorie haute de la noblesse européenne.

Taler, Franz Xaver. Regent, 1763-1768, Wiki Common.

La première manne financière que le prince Xavier reçoit, est la plus ancienne, puisque dépendant uniquement de son statut de duc de Saxe. Avant la guerre de Sept-Ans, le prince Xavier évalue les revenus provenant du trésor de Saxe à 24 000 écus. Cette somme est pour son usage propre : le duché lui met à disposition un logement et du mobilier dans un des palais de Dresde. En outre, cette caisse ducale lui paie toutes les dépenses de son écurie, tant en hommes qu’en chevaux, ainsi que tous ses frais de voyage. Ses frais de bouche sont compris dans les 40 000 écus attribués à ce sujet à tous les fils du monarque1.

“Réduction de l’argent de France en argent de Saxe”, Archives de l’Aube.

Entre 1758 et 1763, le prince Xavier évalue ses revenus entre 45 000 et 50 000 écus par an, ce qui fait environ 150 000 livres tournois. En 1763, le testament de son père fait diminuer très fortement cette somme : il obtient, comme ses frères, 20 000 écus par an soit seulement 60 000 livres tournois. Il perd ainsi environ 2/3 de ses revenus financiers. Par ailleurs, le prince explique que son père ne leur donne plus aucun effets mobiliers, car ils appartiennent tous au duché, et le roi ne peut en disposer comme bon lui semble. En outre, toujours selon le testament, si l’un des membres de la famille venait à se marier, avec l’accord de l’électeur, cette somme peut augmenter jusqu’à 50 000 écus.

“Projet de conversation”, vers 1770, Archives de l’Aube.

D’après un projet de discours sur les raisons de son départ en France, le prince pense que l’électeur refuserait son départ s’il continuait à percevoir de l’argent sur les caisses du duché2. Nous ne savons pas si cette discussion a eu lieu, mais la pension de Saxe disparaît de la comptabilité après le départ du prince Xavier, ce qui prouve qu’il y aurait eu un accord à ce propos.

Taler, August III Sas, 1754, Coll. part.

En revanche, à cette date, le prince conserve une pension sur le trésor de Pologne et Lituanie. Après la mise en place de la constitution de 1768, la diète décide de continuer de verser aux princes Charles et Xavier une pension viagère de 1200 ducats. Lors de la diète de 1775, le roi de Pologne Stanislas II décide de leur conserver la pension et de leur payer « deux années qui étaient échues et que le mauvais état des finances de la République n’avait pas permis de leur faire compter»3. En contrepartie, le prince Xavier renonce à toute prétention sur le trône polonais selon l’Acte de renonciation de 1765.

Dwuzłotówka (deux złoty), Stanisław A. Poniatowski, 1770, Coll. part.

Plusieurs documents nous renseignent sur ce que le prince perçoit des trésors de Pologne et Lituanie à partir de 1775. Ce sont des récapitulatifs de sommes dues et perçues mais aussi des prélèvements effectués. Les informations manquent pour bien comprendre le fonctionnement des paiements. D’après certains documents, une première commission du 30 juin 1775 assigne 2 814 000 florins aux princes Charles et Xavier, puis une seconde du 23 juillet 1778, 3 216 000 florins. Le trésor de Pologne doit leur verser 2 144 000 florins et le trésor de Lituanie, qui y participe pour un tiers, leur verse 1 072 000 florins. Cet argent n’est pas perçu de façon régulière et plusieurs fois, le prince charge ses agents en Pologne de réclamer son dû4.

Półtalar (demi taler), Stanisław A. Poniatowski, 1777, Coll. part.

À partir de 1776, le prince Xavier doit toucher 290 333 florins sur le trésor de Lituanie. Entre 1776 et 1778, il reçoit seulement la moitié de la somme. Le versement semble plus régulier par la suite. Les données manquent à partir de cette date pour proposer une somme perçue : elle devait être du même ordre. Ces pensions sont mineures par rapport à ce qu’il perçoit du trésor de France. Les sommes paraissent importantes, plus de trois millions de livres en 1775. Son versement, trop aléatoire, n’en fait pas une source constante de revenu. En 1776 , le trésor lui verse un peu moins de 300 000 florins ce qui fait environ 195 000 livres.

Conclusion

Ces revenus sont les mêmes pour tous les fils du roi Auguste III conservant le titre de prince de Pologne (S.A.R.) après 1763. La somme fluctue autour de 190 000 livres. Cette somme le met au même niveau qu’un prince de Sang en France à l’exemple du prince de Conti qui touche entre 1770 et 1774 environ 180 000 livres de rente5. C’est en conséquence le statut (plus ou moins déguisé) qu’il compte réclamer en France. Mais la fortune du prince ne s’arrête pas à ces pensions de Pologne, il convient d’ajouter les sommes perçues à partir de 1758 sur le Trésor de France et les revenus de la terre que nous verrons dans d’autres articles.

Notes

1. Paris, Bibliothèque polonaise, lettre de Xavier à sa sœur, citée dans Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit.,p. 145. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1899, “Projet de conversation”, vers 1770. 3. Kriegelstein (Christian Friedrich Pfeffel von ), État de la Pologne[…], Paris, Herissant, 1770, p. 81; Journal politique et de littérature, Bruxelles, 6 septembre 1775. 4 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3095, états des apanages de Pologne et Lituanie, s.d. [1778?]. 5.  Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », Chapey, Frédéric (préf.), Les Trésors des princes de Bourbon Conti, catalogue de l’exposition du Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq à L’Isle-Adam (28 mai-1er octobre 2000), Paris, Somogy, 2000,p. 20.

Le palais de la Pirnaische Gasse à Dresde jusqu’à l’incendie de 1760

Le roi de Pologne Auguste III et son épouse Marie-Josèphe d’Autriche ont eu de très nombreux enfants dont onze arrivèrent à l’age adulte. Le chateau electoral ne peut recevoir tous les membres de la famille d’autant plus lors de leur mariage. Alors il se pose le problème de loger chaque membres de la nombreuse famille avec leurs suites dans la ville-résidence de Dresde.

Fig.1 Peter Jakob Horemans, Konversationsstück, 1761, Schloss Nymphenburg. La famille de Saxe et de Bavière faisant de la musique et jouant aux cartes.

Du Taschenberg au palais de la Pirnaische Gasse : un palais pour les princes

En 1741, le roi, de Pologne August III ordonne de loger ses aînés en dehors du château électoral. Les princes Xavier (onze ans), Frédéric-Christian (dix-neuf ans) et Charles (huit ans), sont logés dans des appartements du palais du Taschenberg. Le bâtiment se trouve non loin du château électoral.

Fig.2 Plan de la ville lors du bombardement de 1760, WikiCommon. Le palais du Taschenberg est au numéro 4 et le palais de la Pirnaische Gasse est au numéro 34.

L’aîné des princes électoraux, Frédéric-Christian, installé au premier étage, Xavier au deuxième étage, et Charles dans l’aile sud du palais. Ce palais avait été construit entre 1705 et 1708, pour Anne-Constance de Brockdorff comtesse de Cosel, maîtresse du roi Auguste le Fort. Il était devenu propriété royale à la disgrâce de celle-ci, en 1713.

Fig.3 Johann Carl August Richter, Taschenbergpalais, vers 1845, Deutsche Fotothek.

Il fut meublé à la turque en 1715, ce qui lui valut pendant quelques temps le nom de palais Turc. Puis à partir de 1718, il fut appelé Palais Princier, lorsqu’il devint la demeure du prince héritier Frédéric-Auguste et de son épouse Marie-Josèphe d’Autriche1. En 1746, le palais du Taschenberg est choisi comme logement pour le prince-hériter, son épouse Marie-Antoinette de Bavière, et leur future progéniture2. Il fallait dès lors trouver un logement pour les princes Xavier et Charles. Le 27 août 1746, le roi rachète un palais situé dans la Pirnaische Gasse, rue située au sud ouest du palais électoral, qui permet de se rendre à Pirna. Il débourse la somme de 180 000 thalers pour l’acquérir.

Palais Flemming-Sulkowski

Fig.4 Matthäus Daniel Pöppelmann et Schmidt, Palais de Son Excell. Msgr. Le Comte de Flemming, Grand Ecuyer de Lithuanie, Gen. Feldmarchal, Direct. du Cabinet, President du Conseil privé de Guerre de Sa. Maj. le Roy De Pologne et Electeur de Saxe, avant 1736. Deutsche Fotothek.

En 1714 le palais du comte de Pflug est acquis par le comte Jakob Heinrich comte de Flemming (1667 – 1728), favori du roi, feldmarechal et ministre du cabinet. Le roi Auguste III l’achète en 1726 avec une autre maison situé derrière dans la Moritzstrasse. Pendant quelques années, le bâtiment est utilisé par le monarque pour abriter la Chambre d’art.

Fig.5 Louis de Silvestre, Portrait de Jacob Heinrich Reichsgraf von Flemming, Belarusian National Arts Museum.

Le roi qui ne lui trouve pas de destination définitive, le donne, en 1736, au comte August Kasimir von Sulkowski. Il reste en possession du comte jusqu’à son rachat par le roi en 1746. Selon l’historien Philippe Saudraix, cette acquisition est liée à l’arrivée de Marie-Antoinette de Bavière, épouse du prince royal Frédéric Christian, le couple devant loger au palais du Taschenberg3, il fallait alors trouver un autre logement pour les princes Xavier, Charles, Clément et Albert. Le palais est donc utilisé pour les autres fils du roi4.

Fig.6 Pierre Subleyra, Kurprinz Friedrich Christian von Sachsen, Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, SKD.

Le palais n’est pas attribué immédiatement aux princes, puisque le roi y fait loger, en 1747, le duc de Richelieu, ambassadeur extraordinaire de la France en Saxe, pour préparer le mariage du dauphin avec la princesse Marie-Josèphe. Il semblerait que les princes occupent effectivement leurs appartements respectifs dans le palais au printemps de l’année 1747, puisque le baron Hugo Wilhelm von Wetzel leur y rend visite le 10 juin 17475.

L’architecture du palais

En 1704 le comte de Pflug achète une maison et la fait modifier par l’ingénieur Johann Rudolph Fäsch. C’est une construction dont nous ne connaissons rien. Entre 1720 et 1724 le comte Flemming demande à l’architecte Knoffel d’effectuer des travaux. Ces changements sont connus par des gravures qui montrent que le palais est vaste sur cinq niveaux [Fig.7].

Fig.7 Pierre Schenk et Fäsch, Facade du Palais de Son Excellence le Comte de Flemming, Premier Ministre d’Etat et General Feldmareschall de Sa Majesté le Roy de Pologne et Electeur de Saxe à Dresde, vers 1750, Deutsche Fotothek.

La façade principale est marquée par un tympan colossal sur les trois travées centrales et une porte avec un balcon sculptés au rez-de-chaussée. Puis en 1736, le roi décide de le faire agrandir en faisant l’acquisition de deux maisons et d’une partie d’un terrain de la Pirnaische Gasse [Fig.8]. Dans l’annuaire de Dresde de l’année 1749, il est rappelé qu’ il a été «de nouveau complètement rénové en 1747 »6.

Fig.8 Johann Rudolph Fäsch et Johann Christoph Knöffel, Palais Flemming-Sulkowski, vers 1736/1747, Deutsche Fotothek.

A partir de 1750, le palais est donc impressionnant: le bâtiment se déploie autour d’une cour centrale et d’une cou annexe. Le plan au sol est connu par un dessin d’architecte. Les appartements d’honneur se trouvent sur la rue d’où le nom du palais.

L’appartement du prince Xavier en 1760

Le palais de la Pirnaische Gasse a été très gravement endommagé par le bombardement prussien au début de l’été 17607. Alors en campagne militaire, le prince Xavier est mis tardivement au courant des destructions [Fig.2]. Le prince demande, le 15 août 1760, à son valet de faire un état de tout ce qu’il a « perdu que de tout ce qui subsiste encore surtout des plans, livres, tours, armes, porcelaines »8. La lettre a mis six semaines pour parvenir à Dresde dans cette période troublée par la guerre. Dans une réponse du 6 octobre 1760, le valet Morisseau énumère, par pièce, les dégâts provoqués par l’incendie. D’après cette lettre, on peut connaître l’appartement du prince.

Fig. 9 D’après Rotari , Prince Xavier de Saxe, Tansey Collection.

Il semble que le prince soit logé au premier étage du palais. Son appartement est constitué d’une chambre d’audience, d’une chambre à coucher, d’une bibliothèque, d’un cabinet de porcelaine, d’une chambre du tour et de pièces servant de garde-meuble et garde-robe en dessous ; puis au second étage se trouvent d’autres garde-robes, une chambre des armes, et une chambre « où était la petite artillerie ». L’appartement est composé de plus d’une dizaine de pièces. Il faut y ajouter encore des chambres pour le personnel, qui ne sont pas énumérées. Le valet ne fait pas un inventaire complet de l’appartement, il se focalise sur les pièces importantes par la qualité des objets : la chambre d’audience, la chambre à coucher, la bibliothèque, la chambre des armes et le cabinet de porcelaine.

Dans la chambre d’audience, le valet décrit, dans des armoires, « la porcelaine rouge, tous les plans, les instruments mathématiques, et pour dessiner ». Il ajoute, dans la description, les deux commodes, une grande montre « qui était sur la table du milieux », la table à dessiner, et les lustres. La pièce comportait des boiseries et une grande commode « pour y mettre les plans selon l’alphabet » qui furent consumées par les flammes. Puis il inventorie les objets de la chambre à coucher où se trouvaient de la « porcelaine tant rouge que de couleurs », des statues d’ivoire, des « tableaux et images », une « montre du miroir », un prie-dieu, un bureau à miroir, des fauteuils et des tabourets.

Le décor des murs est constitué de « consoles pour la porcelaine au dessus des portes » et d’autres « consoles pour les statues ». Dans la bibliothèque, le valet décrit des armoires où le prince rangeait « tous les livres, cartes, tableaux ou images ». Dans le cabinet de porcelaine se trouvaient « la pendule du miroir, les cinq canapés, la table à écrire, les deux petites tables, avec les quatre guéridons » et « les consoles, les bureaux vides ». L’appartement se terminait par la chambre des armes, avec sa collection d’armes anciennes « tant arquebuses, fusils, pistolets, arbalètes »9.

D’après le compte rendu du valet, le déploiement de faste est bien visible. Avec la destruction de cet appartement, le prince perd un logement luxueux aux très nombreuses pièces. On ne connaît pas les appartements de ses frères et sœurs, qui permettraient une comparaison. Cet espace est celui d’un célibataire, dont les goûts paraissent propre à son sexe et à sa fonction, les cartes et les armes pour ne citer qu’elles10. La porcelaine dénote en revanche un goût propre à son caractère, mais aussi un trait dynastique de la famille de Saxe depuis le règne d’Auguste le Fort.

Conclusion

Le palais grandement endommagé pendant la guerre est par la suite destiné à devenir le Landhaus. La reconstruction du palais est pris en charge par l’architecte Friedrich August Krubsacius et l’inauguration se déroule en 1776.

Fig.10 Landhausstraße, Straßenansicht gegen Pirnaisches Tor mit dem Landhaus, rechts, 1800, Deutsche Fotothek.

Notes

1Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756), p. 150. 2. Prinz (Henning), « Die Raumgestaltung des Taschenbergpalais zur Zeit Friedrich Christians und Maria Antonias », chap. I/II, Jahrbuch der Staaliche Kunstsammlungen Dresden, 1986/87, p. 141-163 et p. 83-118. 3. Pour un résumé de l’histoire de ce palais, voir Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756)[…],op. cit., p. 313-314. 4. SHStA 10026/774 cité par Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756)[…], op. cit., p. 313 – 314. 5. Saudraix (Philippe), op. cit., p. 314. 6Neu-verbesserte und accurate Dressnische Addresse, Dresde, 1749, p. 27 cité par Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756)[…], op. cit., p. 314. 7. Archenholz (Johann Wilhelm von), Histoire de la guerre de sept ans, commencée en 1756[…], Volume 1, Metz, Devilly, 1789, p. 32. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1457, lettre de Xavier du camp de Milenhusen à Morisseau, 15 août 1760. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1758, lettre de Morisseau au prince Xavier, 6 octobre 1760. 10. Bischoff (Cordula), « Le Frauenzimmer-Ceremoniel (cérémonial des femmes) et ses conséquences sur la distribution des appartements princiers des dames vers 1700 », Gaehtgens (Thomas W.)et al. (dir.) « Versailles et l’Europe L’appartement monarchique et princier, architecture, décor, cérémonial », Paris, DFK, 2017, p. 149-173 [ en ligne, consulté 19/10/2017]

Louis Réau, un russophile total

Parmi tous les pays d’Europe qui ont été au XVIIIe siècle tributaires du génie français, aucun n’a accepté son hégémonie plus docilement que la Russie. De même que la Russie ancienne avait été pendant de longs siècles une province de l’art byzantin, la Russie nouvelle est devenue, tout naturellement, une province de l’art français, Paris a été pour Pétersbourg ce que Byzance avait été pour Kiev et Moscou.

Louis Réau dans “Les relations artistiques entre la France et la Russie”, Mélanges publiés en l’honneur de M. Paul Boyer, 1925, p.118.

Louis Réau (1881–1961) fut une figure française majeure de l’histoire de l’art de la première moitié du XXe siècle. Son ouvrage fondateur L’art russe des origines à Pierre le Grand est demeuré pendant longtemps un classique. Sa figure tutélaire se retrouve encore sur de nombreuses pages wikipédia comme celle sur le “baroque ukrainien”. On peut s’interroger sur sa vision de l’art dans l’empire russe et la place qu’il accorde aux minorités nationales dans ce livre de nombreuses fois réédité jusqu’à nos jours.

Élève de l’école normale, Louis Réau étudie les langues germaniques. Il publie de nombreuses études sur l’art comme L’Art français sur le Rhin au XVIIIe siècle en 1908. Il s’oriente très vite vers les langues slaves et l’étude de l’art russe. En 1911, il devient directeur de l’institut culturel français à Saint-Petersbourg. Il resta à ce poste jusqu’en 1913. Il est ensuite officier traducteur pendant la guerre.

Olga Medvedkova dans son article “« Scientifique » OU « intellectuel » ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg” explique que l’institut était avant tout une école de langue mais qu’en même temps il était un centre de recherches scientifiques, centre d’enseignement et centre de renseignements universitaires sur la France. Louis Réau y enseigne deux cours : ” Histoire de la littérature française ” et ” Histoire de la civilisation et de l’art “. Il publie entre 1910 et 1920 de nombreux articles sur l’art français en Russie. Il dirige l’exposition ” L’art français du XIXe siècle “. Dans sa théorie gallocentriste, il publie une vaste anthologie Histoire de l’expansion de l’art français (1924-1933) puis son fameux L’Europe français au siècle des Lumières (1938). Ces deux ouvrages ont créé la polémique.

Son grand apport historiographique a été de voir dans tous les palais à partir du XVIIe siècle des copies de celui de Versailles. A partir de 1930 , il dirige la publication de la Gazette des Beaux-arts et enseigne l’histoire de l’art à l’École du Louvre et à l’École normale supérieure de Sèvres. Il est envoyé à l’institut culturel de Vienne en 1938. En 1947 il est professeur d’histoire de l’art du Moyen-Age à la Sorbonne puis il est élu à l’Académie des Beaux-arts. Il publie en 1959 une Histoire du vandalisme. Ses théories sur l’art russe sont très rapidement contestés par Louis Hautecoeur ou encore Michel Alpatov. Mais leurs critiques se posent essentiellement sur la vision de l’origine française de l’art en Russie sans interroger son nationalisme plus en profondeur.

De la négation des ukrainiens…

Louis Réau publie son étude de l’art russe entre 1921 et 1922. Le premier texte analyse les origines jusqu’à l’époque médiéval et le second se concentre sur l’époque moderne jusqu’aux années 1920. L’Ukraine n’apparait pas dans le texte de 1921. D’ailleurs dans ce texte la Rus’ de Kiev devient Russie reprenant un poncif impérial russe mis en place à l’époque de Pierre le Grand.

extrait du livre de 1922, p.4

En revanche dans le texte de 1922, il propose quelques mots sur l’Ukraine et Taras Chevtchenko qu’il s’agit d’analyser (p.4). La note explique que “le peintre-poète Taras Chevchenko n’a rien de spécifiquement “oukrainien”. Sa position est très critiquable puisque l’artiste a justement tenté de rendre à l’Ukraine son identité. Il aurait été judicieux de tenter de l’analyser plutôt que de l’évacuer en note.

Né en 1814 dans une famille de paysan serf Taras Chevtchenko devient un dessinateur remarqué. Il est affranchi en 1825 et entre à l’académie de peinture de Saint-Petersbourg. Dans les années 1830-1840, il effectue des voyages en Ukraine comme responsable de la commission archéologique de Kyiv. Il se passionne pour l’ethnographie et le folklore. En 1838 il publie le poeme Kateryna qui est l’histoire tragique d’une jeune femme ukrainienne éprise d’un soldat moscovite. Elle tombe enceinte mais le soldat refuse de l’épouser. Rejetée à la fois par le soldat et sa famille, elle finit par se suicider. Le poème devient le symbole de l’occupation en Ukraine. C’est aussi une métaphore sur deux mondes qui ne se comprennent pas : la ville et la campagne ou la Russie et l’Ukraine.

Par la suite, il publie un alphabet ukrainien. Dénoncé dans une conspiration contre l’empereur, il est emprisonné et envoyé en exil à l’armée dans l’Oural. Il revient à Saint-Pétersbourg en 1850 et il y meurt en 1859. Le “peintre-poète” est célébré dès 1918 et dans la nouvelle Urss par la suite comme libérateur des peuples opprimés par le pouvoir tsariste.

…à la russification de l’art

En conclusion Louis Réau met en avant sa position politique sur l’actualité. Dans le livre de 1922, il célèbre une possible décentralisation artistique grâce à la révolution bolchevique. Mais ensuite il entreprend une analyse de l’identité nationale russe basée sur la religion orthodoxe.

Extrait du livre de 1922 p.268

Louis Réau conclut sa grande synthèse sur l’art russe par ces mots : ” un art national — mais non nationaliste — aussi éloigné des extravagances du cubisme ou du «suprématisme » que d’une réaction pseudo-byzantine : voilà ce qu’il faut souhaiter à la Russie de demain dont le monde entier attend anxiété la résurrection”(livre de 1922, p.269). Dans ce propos extravagant, il croit voir une nation russe unique “européanisé” dans la nouvelle Urss.

“Le leader immortel d’Octobre Lénine nous a montré le chemin de la victoire. Vive le léninisme. Au 7ème anniversaire de la Victoire d’Octobre”, 1924.

Son texte montre que les nations de la fédération ne sont que des provinces dominées par la grande nation russe. Il oublie le mouvement national ukrainien et biélorusse de la fin de la Première guerre mondiale et la création des états nationaux en Europe de l’est entre 1918 et 1920. De plus il écrit à un moment pourtant important de l’histoire des nationalités en Urss: celle de l’ukrainisation de l’Ukraine soviétique. Cette politique s’orientait vers l’apprentissage de la langue et de la publication d’ouvrage en ukrainien. Mais il n’en dit mot et reprend les poncifs de la russification culturelle où l’artisanat local est autorisé mais où la langue de l’administration et de l’éducation se doit d’être le russe (Staline repend cette théorie et met fin à l’ukrainisation dans les années 1930).

La culture ukrainienne est ainsi effacée pour mettre en place l’unité nationale russe. Même si Louis Réau tente de se dédouaner de toute forme de nationalisme, il ne parvient pas à ce que le lecteur ne le rattache à ce courant politique. Il conserve une vision politique impériale de domination de certaines nations sur les autres : la France en Europe et les Russe dans leur empire.

Pour aller plus loin

Mace, James E., Communism and the Dilemmas of National Liberation. National Communism in Soviet Ukraine 1918-1933, Cambridge, Mass., HURI Harvard, 1983.

Plokhy, Serhii, Lost Kingdom: A History of Russian Nationalism from Ivan the Great to Vladimir Putin, London, Allen Lane, 2017.

Snyder, Timothy, The Reconstruction of Nations: Poland, Ukraine, Lithuania, Belarus, 1569–1999, Yale University Press, 2003.

Un inventaire de tableaux du château de Kukizów en Ukraine au XVIIIe siècle

Les résidences du roi Jean III Sobieski

Le roi de Pologne Jean III Sobieski (1629-1696) possède de nombreuses résidences. La plus célèbre Wilanów se trouve à Varsovie, considérée comme le Versailles polonais.

Henri Gascar, La famille Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le roi reste toute sa vie très attaché à la Galicie ruthénienne où il est né au château d’Olesko (en ukrainien Олесько). En 1683, il fête sa victoire contre les Turcs au château de Żółkiew (en ukrainien Жовква). Dans cette ville en l’église Saint-Laurent son frère ainé Marek (1628-1652) et son père Jakub (1591-1646) y sont enterrés. La ville de Kukizów (en ukrainien Кукезів) est acquis par le hetman Stanisław Żółkiewski et passe à ses héritiers jusqu’au roi Jan III Sobieski. Ce dernier meurt en 1696, le château passe alors au fils du roi, Constantin et reste sa propriété jusqu’à sa mort en 1726.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Constantin Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le fils ainé du roi, Jacub Sobieski récupère ainsi le bien. Sa résidence ordinaire est plutôt le château de Oława (en allemand Ohlau) en Pologne puis à Żółkiew.

Henri Gascard, Jacques Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie: Adriaen van der Werff, Amélie de Neubourg (son épouse), Stadtmuseum Düsseldorf

A la mort de son père en 1737, Marie Charlotte (Maria-Karolina Sobieska) hérite de toutes ses résidences dont Kukizów et Żółkiew. En 1724 Marie-Charlotte avait épousé Charles-Godefroy de La Tour d’Auvergne avec qui elle a eu plusieurs enfants. Elle vécu jusqu’à sa mort en 1740 entre la France, la Pologne et l’Ukraine dans les différentes résidences de la famille.

Anonyme, Marie-Charlotte Sobieska, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le château de Kukizów

Le roi possédait ainsi une maison de plaisance à Kukizów. Elle se trouvait à environ 20 km dans une petite localité au nord-est de Lviv. L’article de Mykola Bevz “The wooden architectural complex of the city and royal residence of John III Sobieski in Kukizów” permet de bien connaitre cette résidence de nos jours disparu. La carte de Friedrich von Mieg ( 1779-1782) permet de situer le bâtiment dans la ville. Selon les découvertes de J. Kowalczyk la construction du château s’effectue entre 1687 et 1694. Le maitre d’ouvrage du projet serait l’architecte Augustyn Wincenty Locci et le maitre d’œuvre Piotr Beber.

Détail issu de la carte de la Pologne dressée par Guillaume de l’Isle vers 1700, BnF Gallica.

L’historien Mykola Bevz propose une nouvelle interprétation du château de bois peint en rouge qui aurait donné le nom de la ville fondée en même temps. Il conclu que c’était une nouvelle résidence d’été du roi dans une région qu’il appréciait loin de l’étiquette de Varsovie ou Jovkva.

Détail du plan Mieg sur la ville de Kukizów, 1779-1783.

La distribution du château

La distribution est connue par les travaux de Jerzy Kowalczyk qui propose une première reconstitution des deux étages basée sur les inventaires de 1741. C’est un bâtiment double en profondeur avec deux axes d’enfilade l’un donnant sur la cour l’autre sur le jardin. Au centre du bâtiment se trouve la grande salle basse (“sala dolna wielka”)qui est un vaste vestibule sur deux niveaux avec l’escalier central et coursive qui distribuent les différents niveaux.

Reconstitution de la distribution par J.Kowalczyk.


Au rez-de-chaussée depuis la cour se trouvent les pièces de réceptions. Sur la cour le visiteur accède de main gauche à une antichambre, un cabinet et une garde robe et de main droite à une chambre à coucher (pokoj kedensowy), un cabinet et une garde robe. Sur le jardin il y a deux ensembles similaires à gauche et à droite constitués d’une salle à manger (izba stolowa), d’un cabinet et d’une alcôve. A l’étage se trouvent des séries d’appartements privés avec pour chacun un cabinet, une chambre et une garde robe.

Reconstitution de la distribution par Mykola Bevz

Les travaux de Bevz ont permis d’affiner cette distribution et de proposer un autre plan. Mais les grandes caractéristiques restent les mêmes en dehors du corridor et du positionnement des escaliers centraux. En 1696, le décor extérieur n’est pas terminée. L’intérieur possède des poêles des ateliers de Sieniawa. En 1739, la décoration intérieure (peinture et orfèvrerie) est réalisée par l’atelier de Antonio Castelli et Bazyli Petranowicz.

Reconstitution du château par Mykola Bevz

Ainsi selon ses différentes propositions de plans, le château ne possède pas de galerie mais un corridor central. 

L’inventaire des oeuvres d’art du fonds Charlotte Sobieska de la Tour d’Auvergne

Plusieurs inventaires sont réalisés lors de la vente en 1739 au grand hetman de Lituanie Michel Casimir Radziwiłł et, ensuite, lors de son décès le 8 mai 1740. Certains se trouvent aux archives nationales série 273AP. Écrit en polonais, l’inventaire des oeuvres d’art a pour titre “Registre des images qui ont été prises à Kukizow le 21 avril 1739” (Regest. Obrazow ktorę się biorą cto Kukizowa ed.(?) 21 aprilis 1739 anno spissany).

Détail du titre de l’inventaire.

Cet inventaire en polonais et latin est daté du 21 avril 1739. Le responsable explique qu’il a fait la liste de 241 oeuvres dans le château sans compter deux oeuvres de la bibliothèque et deux de la chapelle “peintes sur le marbre”. Ainsi ce sont 245 oeuvres au total selon les dires du responsable. Mais dans l’inventaire se trouvent moins de numéros : une première partie pour le rez-de-chaussée avec 89 entrées, puis 27 dans les chambres et enfin les 9 de la chapelle. Au total 125 entrées par un numéro dans l’inventaire. On peut penser soit qu’il manque une partie de l’inventaire ou bien que certains numéros représentent plusieurs oeuvres.

 

Les titres sont très lapidaires : formé du mot “tableau (obraz)” puis de deux numéros et d’une description d’une ligne désignant essentiellement le sujet comme “une reine polonaise” (“krowolka polska”) ou “une bataille” (“batalye”) par exemple. Mais ces titres sont parfois plus descriptifs : “un tableau représentant un berger avec des cosaques et un autre avec des cosaques, une dame sur un âne et un homme sur un cheval” (“obraz […] reprezentiycy ieden Pastryze z kozachami y drugi tackze z kozlami y na Osiolku Biatagtowa na konzci Maszcyzna”) ou encore “tableau représentant ‘La Mère de Dieu aux trois mains’ portant l’enfant Jésus et saint Jean” (“obraz Mayswiptszey Panny trzy maia co Pa Jezusa y S. Jan”).

La représentation des genres dans l’inventaire

Leur analyse ne peut se faire que du point de vue du sujet car ni la technique ni le support ne sont indiqués. On peut supposer que ce sont des œuvres d’art en majorité peinte comme le laisse supposer le terme (obraz) sur différents supports. Elles sont encadrés et parfois avec un verre de protection.

Ecole hollandaise, Paysage fantastique avec une cascade, Wilanów, Muzeum Pałacu Króla Jana III.

Patrick Michel a distribué les genres dans son ouvrage sur les collections Peinture et plaisir en plusieurs catégories stylistiques qui se démarquent en partie de celles de l’Académie qui ne sont plus appréciées par les collectionneurs. Elles sont dans un ordre décroissant : Paysage, Genre, Religion, Mythologie, Portrait, Nature morte, Architecture, Marines, Histoire et Batailles. Dans l’inventaire de Kukizów, il se trouve ainsi approximativement les portraits avec 45%, puis les tableaux religieux avec 20%, le genre avec 10%, les natures mortes avec 8% et les cinq autres genres sont chacun en dessous des 5% (au total 12%).

https://www.wilanow-palac.pl/image.php/39089_in_article/martwa_natura.jpg
Floris van Schooten, Nature morte aux fraises, olives et citron, Wilanów, Muzeum Pałacu Króla Jana III.

 

Mais l’inventaire de Kukizów ne donne aucun nom d’artiste ou d’école. Ce peu d’information semble ne pas faire pencher la collection du coté esthétique. Il est aussi bien peu aisé de connaitre la valeur financière des œuvres puisque l’inventaire n’en donne aucune estimation. Cet inventaire a peut-être deux origines soit ce sont les oeuvres que la famille Sobieski conserve et prévoit de déménager dans une autre demeure soit c’est un inventaire préparatif aux ventes.

L’exposition des œuvres

La disposition des tableaux n’est pas connue. Elle est peut-être liée aux deux numéros qui sont indiqués dans l’inventaire. Malheureusement nous ne savons pas à quoi exactement ils renvoient. Il faut tenter d’imaginer la disposition dans les intérieurs à partir d’autres exemples. Les comparaisons avec les châteaux de la région peuvent servir de point de départ.

Napoleon Orda, Podhorce, Polona.

On peut penser à la disposition du château de château de Pidhirtsi (ou Podhorce en polonais ou en ukrainien Підгорецький замок) construit entre 1635 et 1640. En 1682, il devient résidence de Jacub Sobiesk. Ses intérieurs sont analysés par Jan K. Ostrowski, Jerzy T. Petrus à partir principalement d’un inventaire de 1768. Au XVIIe siècle, il semble que ce château ait été créé pour glorifier le hetman comme héros militaire sous l’auspice du dieu Mars et comme symbole de la défense de la foi catholique contre les Ottomans. Le décor a été conservé par les Sobieski par la suite puis modifié en partie par les nouveaux propriétaires Rzewuski à partir de 1729 et au XIXe siècle.

 

Les appartements de parades au premier étage abondent en tableaux quitte à les plier pour les faire tenir dans les angles (comme au Val-de-Grâce pour les tableaux de Philippe de Chanpaigne). Le niveau inférieur possède moins de tableaux. Il est très difficile très d’établir l’idée directrice des choix dans l’organisation des œuvres. La peur du vide semble primer. Dans une même salle, les sujets peuvent être divers : on peut trouver des toiles religieuses et mythologiques, aussi bien que des paysages et des portraits. La valeur esthétique de l’ensemble prime sur la logique distributive.

Salle dorée (salon), XIX-XXe siècle, Polona.

Ainsi la salle doré (salon principal) possède 17 oeuvres encadrés dans murs de boiserie. Ce sont des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, des images de saints, un portrait, deux scènes de genre et deux natures mortes. Les lambris semblent dicter l’organisation en fonction des formats et de la disposition. 


Façade du palais à la fin du XVIIIe siècle, dessin de J.K. Jaworki, Muzeum Historyczne we Lwowie.

La disposition peut être aussi similaire au château de Żółkiew (Жовква) connu par les études des historiens Aleksandra Jakóbczyk-Gola et de Tadeusz Bernatowicz à partir des inventaires de 1726 et 1750. Ces inventaires décrivent une vaste collection. La plus grande partie des tableaux se trouve regroupé dans la salle à manger et le salon. Certaines peintures étaient accrochées dans des pièces plus petites. Parmi les salles, les inventaires mentionnent des galeries mais il est difficile de savoir s’il s’agissait de pièces communicantes ou de pièces de représentation avec des peintures. Dans cet inventaire, la collection a une valeur esthétique importante avec surtout des maitres italiens et français, ce qui montre bien le rôle crucial de ce château comme lieux des cérémonies et de la résidence de la cour. Ainsi le roi veut rivaliser avec les plus grands princes européens. 

Château de Jovkva chambre du jardin avec une alcôve au XIXe siècle, Biblioteka Narodowa

En conclusion, l’organisation des tableaux de Kukizów semblerait montrer un mélange de tradition (galerie des ancêtres) et de collection esthétique pouvant plus ou moins bouger en fonction des envies du propriétaire. Le chaos semble régner dans un inventaire lacunaire. Mais la dynastie et la religion semble être les piliers de cette liste. L’analyse des genres dans l’inventaire de 1739 permettra de mieux l’approcher. Il s’agira de mieux comprendre les grands axes du discours déployés a travers les tableaux de l’inventaire. 

La fin du château

En 1740, le chateau est vendu à Michał Kazimierz Radziwiłł. Ce dernier est entrainé devant les tribunaux par Jan Tarło staroste de Podolie et voivode de Sandomierz envers qui il a des dettes importantes. Le grand hetman de Lituanie gagne devant les tribunaux et conserve le château de Kukizów. Le voivode tente de récupérer la ville par la force sans y parvenir.

Augustyn Myris, Jan Tarło, Sandomierz

La demeure passe au fils du hetman le voivoide de Vilnius Karol Stanisław Radziwiłł qui le vend en 1764 à Anna Jabłonowska épouse du voivoide de Bracław Jan Kajetan Jabłonowski. En 1800 à sa mort le bien est cédé à la famille Strzelecki. Le château disparait au court du XIXe siècle.

Michał Kazimierz Radziwiłł “Rybeńko”, obraz prawdopodobnie pędzla S.A. Mirysa, zbiory muzeum w Mińsku na Białorusi

La collection est peut être restée dans le château jusqu’en 1741. Une partie vendue au grand hetman puis à la famille Rzewuski. L’autre partie peut-être envoyée dans les résidences de la famille la Tour d’Auvergne en France.

Bibliographie

Aftanazy (Roman), Dzieje rezydencji na dawnych kresach Rzeczypospolitej, wyd. drugie przejrzane i uzupełnione, t. 7: Województwo ruskie, Ziemia Halicka i Lwowska, Wrocław: Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1995, p. 333-336,

Bernatowicz (Tadeusz), Królewska rezydencja w Żółkwi w XVIII wieku, Muzeum Pałac w Wilanowie, Warszawa 2009.

Bevz (Mykola), “The wooden architectural complex of the city and royal residence of the John III Sobieski in Kukizów”, Budownictwo i Architektura, 18(4), 2020, p. 59-82

Finkel (Ludwik), Inwentarz Zamku Żółkiewskiego z roku 1726, Kraków, Akademia Umiejętności, 1891.

Gębarowicz (Mieczysław), Pałac w Kukizowie”, dans Szkice z historii sztuki XVII wieku., Toruń, 1966, p. 231-245.

Ostrowski (Jan K.) et Petrus (Jerzy T.), Podhorce. Dzieje wnętrz pałacowych i galerii obrazów, Kraków, Zamek Królewski na Wawelu, 2001.

Michel (Patrick), Peinture et plaisir : les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

 

 

«L’Ukraine » dans la titulature des gravures des rois de Pologne au XVIIᵉ siècle

Introduction 

 L’appellation Ukraine était alors plus souvent utilisée dans le sens où l’ancien mot russe «okraïna» [périphérie, ndlr] se retrouve dans les sources écrites depuis le XIIe siècle, lorsqu’il était question de territoires situés à la frontière du pays. Tandis que le mot «ukrainien», à en juger d’après les documents d’archives, désignait à l’origine ceux dont le service était d’assurer la protection des frontières extérieures.

Vladimir Poutine, « Sur l’unité historique entre la Russie et l’Ukraine », 12 juillet 2021 (traduction officielle sur le site de l’ambassade de la Fédération de Russie en France).

Pour Poutine le mot “Ukraine” n’a qu’un sens géographique et aucun sens pour désigner une nation et un état. Ils sont à ses yeux des constructions occidentales récentes contre la Russie et l’orthodoxie.

Texte de Poutine en russe. On remarquera qu’il parle de texte d’archives sans donne leur provenance.

Pourtant ce mot a eu un sens politique et national dès le XVIIe siècle. Les gravures de Bogdan Khmelnitski le décrivent comme “duc de la nation (peuple) d’Ukraine” et le roi de Pologne Jean III Sobieski se fait appeler comme “grand duc d’Ukraine”. Il nous faut revenir sur l’émergence du terme et son rattachement à la politique complexe mise en place par le roi de Pologne sur les cosaques en Ukraine.

Description géographique et ethnologique de l’Ukraine

En premier lieu, le terme “Ukraine” désigne, pour les géographes une région et un peuple. Le terme “Oukraïna“, apparu au XIIe siècle, se traduirait “dans le pays” ou “la terre du peuple” ou encore la “principauté” des Rus’ de Kyiv. Les historiens russes puis Poutine ont mis en avant que ce terme, traduit en russe “okraïna”, désigne la “périphérie” ou la frontière” de l’empire, de la Pologne-Lituanie ou de Kiev. Le terme “Ukraine” apparait en français sous la plume de Guillaume le Vasseur de Beauplan qui est un spectateur des évènements qui se déroulent au milieu du XVIIe siècle.

Guillaume de Beauplan, Carte de l’Ukraine, 1648, Wiki Common (détail).

Le géographe sert à partir de 1631 pour le roi de Pologne notamment en Podolie, Volhynie et sur les terres des cosaques le long du Dniepr. Il fait les campagnes du grand hetman de la couronne et sénateur polonais Stanisław Koniecpolski. Il se rend jusqu’à la mer d’Azov et en Crimée.

En 1648, il donne une première carte de l’Ukraine. Puis il écrit la Description d’Ukraine qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne en 1660. Cette carte est amélioré au début du XVIIIe siècle par Guillaume Delisle, élève des Cassini. Le terme est adopté et repris dans les livres et dictionnaire de géographie. L’Ukraine semble regrouper deux palatinats (voivodies) de la Petite Pologne: celle de Kiyv et de Bratslav. Elle se situe donc dans le sud-est du royaume de Pologne après les palatinats de Ruthénie, Podolie et Volhynie. C’est ainsi véritablement à la création de l’hetmanat que le terme “Ukraine” associé à “terre des cosaques” désigne un peuple, un territoire et une organisation sciale et politique.

Jean-Baptiste Audiffet, La géographie ancienne, moderne et historique, 1689, tome 1er, p.365.

En second lieu, c’est ainsi aussi un peuple divers mal connu qui est décrit. Le succès des textes et cartes de Beauplan permet de rendre populaire le terme de “terre ukrainienne des cosaques”. Dans sa Description d’Ukranie de 1660, il donne l’image d’une nation cosaque différente de celle des polonais et russe.

Guillaume le Vasseur Beauplan, Description d’Ukranie, 1660, p.4

 Par la suite, la Description historique de l’Empire russien de Philipp Johann von Strahlenberg de 1757 explique que le mot Ukraine est de moins en moins employé.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.270-271.

Au court du XVIIIe siècle, l’empire russe, qui a conquis la plus grande partie des territoires ukrainiens, met en place une politique de russification qui passe aussi par le changement de la terminologie comme on peut le voir dans des dictionnaires de géographie ou Les fastes de la Pologne et de la Russie . Malgré tout, le terme, restant dans les mémoires, devient au court du XIXe siècle celui d’une nation puis d’un pays (voir l‘article de la BnF sur une carte de 1732).

André Guillaume Contant d’Orville, Les fastes de la Pologne et de la Russie, Paris, Costard, 1769, Volume 2, p.16

 

Union de Lublin : Sigismund II Auguste, roi de Pologne et grand duc de Lituanie et Russie

En 1569, le royaume de Pologne et le grand duché de Lituanie décident de s’unir définitivement face à la menace des Moscovites et des Ottomans. A partir de cette date un seul roi est à la tête de l’entité de la République des Deux-Nations sans que rien ne puissent plus les séparer comme sous les Jagellon Jean Albert et Alexandre au XVe siècle. Il est élu par le grand sejm.

Abraham Hogenberg, König Sigismund III. von Polen, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Sur une gravure de Sigismund II Auguste, la titulature est ” roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Russie, Prusse, Mazovie, Samogie, Livonie, Severie etc”. La liste des titres est complété par une série d’une quarantaine de blasons. Cette titulature semble devenir exemplaire pour les rois de Pologne.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.263.

Le terme “Russie” est utilisé dans la titulature et non “Ukraine”. Ce terme renvoie à la “Ruthénie” ou “Rus’ de Kiev”. Des princes de la région de Moscou et de Vladimir vont créer un nouveau royaume et prendre le titre de “tsar de Moscovie” pour se rattacher à Byzance et à l’orthodoxie. Il ne faut donc pas confondre les deux termes Ruthénie/Rus’ de Kiev/duché de Russie et Moscovie/royaume de Russie qui se retrouvent sur les différentes gravures.

Ivan IV, tsar de Russie, XVI-XVIIe s., Wiki Common.

Le tsar se veut aussi bien le continuateur de l’empire byzantin orthodoxe que de celui de l’ancienne principauté Rus’ de Kyiv en prenant le titre d’empereur de tous les Rus’. C’est un message envers le souverain de la Lituanie et de la Pologne. En 1558, le patriarche de Constantinople reconnait les titres du tsar Ivan IV alors que les princes de l’ouest lui refuse cette reconnaissance. Il reste seulement “grand duc de Moscou” jusqu’au XVIIIe siècle.

Henri de Valois roi de France et de Pologne

Le prince Henri de Valois est élu au trône de Pologne en 1573 mais à la mort de son frère ainé en 1574, il devient roi de France. Les deux titres sont mis sur les gravures mais la couronne de France est mise en premier puisqu’elle est plus prestigieuse.

 

Etienne Batory

Le prince de Transylvanie Stepan Batory est élu à la couronne de Pologne en 1576. Il épouse Anne Jagellon fille de Sigismond Ier et soeur du roi Sigismund II August. Dès lors il utilise le titre: ” Par la grâce de dieu, roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Russie, Prusse, Mazovie, Samogie, Kiwonie, Volhynie, Podlachie et prince de Transylvanie” comme on peut le voir sur un document de 1579.

[List do Iwana Groźnego], 1579, Archiwum Morstinów(détail).

Les titre rappellent ceux de Sigismund II Auguste de la maison Jagellon. Sur les gravures, le personnage a peu de titre mettant en avant son statut de “roi de Pologne” et “grand duc de Lituanie” qui sont les titres les plus importants. Il possède aussi le titre de “duc de Russie”.

Ladislas IV et Jean Casimir Vasa : roi de Pologne et de Suède

Sigismond III Vasa est roi de Pologne en 1587 puis roi de Suède en 1592. En 1610 Ladislas IV son fils est désigné tsar par la victoire de Stanisław Żółkiewski qui a pris Moscou. Il est ensuite roi de Pologne à partir de 1632. En 1648 Jean II Casimir Vasa son frère lui succède. En 1607, son cousin Charles est sacré roi de Suède après des années de guerre civile.

Egidius Sadeler, Portret van Sigismund III, koning van Polen, 1597 – 1629, Amsterdam, RijksMuseum.

Selon une gravure son titre est “Ladislas IV, roi de Pologne, grand-duc de Lituanie, Ruthénie, Prusse, Masovie, Samogitie, Livonie, et également roi héréditaire des Suédois, Goths et Vandale, élu grand-duc de Moscovie”.



Georg Förster et Jeremias Falck, Wladislaus IV., König von Polen,, 1630-1677, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

La branche des Vasa de Pologne revendiqueront toujours le trône de Suède qui a été à leur yeux usurpé. Mais ce titre n’est pas revendiqué par la suite par les rois de Pologne qui leurs succèdent.

Johann Wyd Hoffman, Ioannes Casimirus Dei Gracia [!] Rex Poloniae ac Svecia [!] &., Warszawa, Biblioteka Narodowa.

Hetmanat et grand duché de Ruthénie

En 1648, les cosaques mené par l’hetman Bohdan Khmelnitski entre en révolte contre le roi de Pologne, ce conflit qui s’ouvre est vu par certain comme une “guerre de libération”. Le 27 décembre 1648 le hetman est couronné par le patriarche de Jerusalem à Kyiv. Mais défait en 1649, le roi Jean II Casimir Vasa signe le traité de Zboriv et reconnait l’hetman comme seul chef des cosaques créant ainsi une nouvelle entité territoriale et politique appelé hetmanat.

Mais le conflit continue en raison des oppositions des primats polonais catholiques de reconnaitre les privilèges donnés aux orthodoxes. En 1653, le tsar décide d’entrer en guerre et de soutenir les cosaques contre la Pologne. L’assemblée réunie à Moscou décide que la “terre cosaque” entre sous la protection de la Russie en raison de l’unification des Chrétiens orthodoxe sous l’égide de l’Église de Moscou. L’assemblée de Pereïaslav en 1654 avec les envoyés des cosaques entérine la décision par un traité (aujourd’hui perdu). Le 8 janvier 1654 le hetman envoya une lettre au tsar “souverain de grande et petite Russie” qui fut repris dans la titulature dès février 1654. Pour la Russie ce fut un acte fondateur de “réunification des Rus’ “sous l’égide de l’Église orthodoxe. En 1655 le tsar ajoute “Russie blanche” à ses titres.

Tabula nova totius REGNI POLONIÆ. 
in quo sunt Ducatus et Provinciae Prussia, Cujavia, Mazovia, Russia Nigra, & c. 
DUCATUS LITHUANIA, UKRANIA, etc,
1679 (détail), Andriy Baitsar.

La guerre fait rage en Pologne-Lituanie connue sous le nom de “Déluge (Potop)”. Défaite de Batoh face aux cosaques en 1652 marque le commencement de cette période où l’armée polonaise est anéantie. La Suède et la Russie envahissent le territoire de la République. En 1657, Bohdan Khmelnitski décède et la question de l’état cosaque reste en suspens. L’hetmanat est agité par une période de division et de conflits internes appelé “ruine” par l’historiographie. En 1658 son successeur l’hetman Ivan Vyhovsky signe le traité de Hadiach qui met en place une nouvelle entité le “grand duché de Ruthénie” ou “grande principauté des Rus'”. Ce texte fut compliqué à mettre en place voyant aussi bien l’opposition d’une partie des cosaques voulant continuer le rapprochement orthodoxe avec la Russie que celle des nobles catholiques polonais et lituaniens voyant l’arrivée de potentiel rivaux de l’hetmanat. Le hetman devient prince du royaume mais ses prérogatives diplomatiques disparaissent. Les tensions religieuses augmentent par crainte de la domination polonaise sur les orthodoxes. La population paysanne ukrainienne y voit une garantie des privilèges nobiliaires. Une révolte naît. Les défaites polonaises face aux russes ne font qu’amplifier l’opposition au traité qui est très rapidement oublié.

En 1660, la paix est signée avec la Suède par le traité d’Oliva. La Russie continue de soutenir la révolte cosaque mais l’armée polonaise entre sur le territoire des cosaques de la rive gauche du Dniepr sous domination russe depuis le traité de Pereïaslav de 1654.


Abraham van Westerfeld, Vue de la cathédrale de Sophie de Kyiv, 1651, Wiki Wand.

Des négociations s’ouvrent alors qu’aucun des deux belligérants ne parvient à prendre l’ascendant sur l’autre. Lors du traité d’Androussovo en 1667, la Biélorussie et l’ouest de l’Ukraine (région de Kiyv, Volhynie, Podolie et Galicie) reviennent à la Pologne mais les villes de Smolensk, Chernihiv et Kyiv restent sous contrôle du tsar. Le traité propose de rendre Kyiv deux ans après la signature. Le clergé orthodoxe s’y oppose farouchement et la ville n’est jamais rendue. Dès lors l’hetmanat ou “terre cosaque” est séparée en trois : la Rive droite sous protection du roi de Pologne, la Rive gauche sous protection du tsar depuis le traité de Slobodyshche de 1660, et la sich Zaporogue très largement indépendante jusqu’à sa destruction par le tsar en 1709.

L’Ukraine, une “terre perdue” à reconquérir

En 1668, le hetman Petro Dorochenko s’est mis sous protection de l’empire musulman. En 1669 le général Michał Wiśniowiecki est élu roi de Pologne dans une période de trouble. La même année Jan Sobieski, brillant général polonais devient grand hetman de la couronne.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

En 1674, lorsque Jean Sobieski monte sur le trône la guerre fait rage avec l’empire ottoman. En 1675, le roi de Pologne propose au colonel cosaque Ostap Gogol de devenir hetman de la rive droite. En 1676 le roi devient le protecteur des cosaques de la rive droite. Il est sacré à Cracovie et invite le hetman à la cérémonie du 2 février 1676. Il nomme de nombreux hetman dans une politique de reprise en main de cette zones dans une visée de reconquête de “l’Ukraine et la Podolie perdue” ainsi que de la ville de Kyiv considéré comme une terre “héréditaire” polonaise selon l’historien Taras Chukhlib.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa (détail).

La gravure de son entrée triomphale à Cracovie de 1675 est faite sur un dessin de Francesco Gratta le jeune. Cette marche militaire montre plusieurs figures allégoriques, antiques et modernes passant sous un temple de la vertu. Le roi est en costume romain sur un cheval est dirige la troupe vers la reine sur un balcon. Il est précédé de trois figures au centre se donnant la main, ce sont de droite à gauche l’allégorie de la Pologne, la Lituanie et l’Ukraine. Le roi de Pologne fit aussi réaliser de nombreuses gravures sur ses victoires sur les Ottomans comme grand hetman de la couronne. Au sujet de cette région, il est en concurrence avec le tsar. Cette zone est très importante pour garantir son royaume des invasions tatars ou ottomanes. Il sait que “celui qui a les cosaques conserve l’Ukraine” (Taras Chukhlib p.277) comme il l’avait remarqué alors grand hetman de la couronne .

Je dois admettre que c’est un cadavre
dégoûtant, pas l’Ukraine, car ce n’est probablement pas celui qu’ils ont pris à leurs ancêtres.
Qui y est mort, sinon le peuple Rus’ ? Qu’est-ce qui a brûlé, sinon la ville glorieuse (Kyiv) ? Où la fumée est-elle allée, sinon sur les églises et les maisons de Dieu ? Dont les tombes et les tombes ont été emportées,
sinon vos parents ou vos enfants, perdus pour rien ? A qui restait le désert, sinon conduit comme du bétail à la captivité des âmes chrétiennes ?

Universel du roi Sobieski en 1675

On voit dans ce texte que le roi reconnait aux cosaques le droit de vivre en Ukraine qui leur appartient. Ce sont eux qui meurt pendant les guerres et personne d’autre. Il leur reconnait une certaine liberté de culte et leur pardonne leurs anciennes trahisons. Cette politique doit aussi permettre de mieux combattre les Ottomans et reconquérir la Podolie. En 1675, le roi se décide à s’allier au tsar contre les Ottomans. L’enjeu était de grande importance puisqu’ils avaient eux même tenté d’unifier les cosaques sous l’égide de Youri fils du grand Khmelnitski nommé entre 1677 et 1678, comme “prince de Petite Russie”, “Dux Cosacorum” ou encore ” Dux en Ukraine ». Il “n’a pas utilisé le titre de Prince Sarmatiae” pour plaire à celui qu’il qualifie de ” Mon roi de Pologne le plus clair et le plus fort !” Après des tentatives auprès des Ottomans, le roi de Pologne se rapproche de l’hetman et lui promet de lui conserver ses titres s’il le rejoint en échange l’Ukraine retrouverait son statut du traité de 1658 et que la foi orthodoxe n’y serait pas menacée. Mais cette tentative reste lettre morte.


Jean-Baptiste Bonacina, Giorgio Chimilinschi, 1670, Coll. particulière.

Une gravure de la fin du XVIIe siècle le présente comme simple “général des cosaques”. Les titres donnés par les Ottomans n’ont jamais été salué par des victoires militaires, ils ne sont pas resté dans les mémoires. En 1683 une grande assemblée cosaque de la rive droite reconnait la suzeraineté du roi de Pologne en “tant que père et pasteur”, selon la lettre qu’ils envoyèrent au roi le 23 juillet 1683. Ils acceptent d’entrer en guerre contre les Ottomans dans le sud. Le 24 août 1683, le roi nomme comme hetman Stefan Kunitsky en lui donnant un collier une masse et un sceau avec “les anciennes armes de l’Ukraine” ( le cosaque armé). Il est décrit dans plusieurs gazettes sous le terme de “général des cosaques” comme sur la gravure de Youri Khmelnitski . Il a conquis toute la Valachie, Podolie et la terre des Tatars.

Charles de La Haye, Ioannes III D.G. Rex Poloniarum […], 1692, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

Le roi est victorieux avec ses troupes et les cosaques contre les Ottomans devant Vienne en 1683. En 1685, le sejm du roi de Pologne reconnait à “tous les cosaques de la sich et les ukrainiens sous les ordres de Kunitsy, le droit de s’installer en Ukraine, et qu’on leur rendra leurs anciennes libertés et privilèges accordés”. Le roi leur offre la protection s’ils reconnaissent qu’ils sont sujets de République. Le roi leur offre ainsi une forme d’autonomie par une constitution et en échange il peut créer des troupes dans une période de crise financière.

Leone Franco, Andriy Mohyla, 1649, Wiki Common.

La politique du roi est récompensé de succès, les troupes (environ 3000 cosaques) de Mohyla sont efficaces et permettent de reconquérir les zones ottomanes. Le hetman signe plusieurs documents “”Andriy Mohyla Hetman de S.A.R. – Armée de Zaporojie”. Mais le tsar en 1688 envoie une lettre au roi réclamant l’arrêt de l’utilisation de ce titre.

Recueil. Portraits d’Alexis-Michaelowitz, XVIIe s., Paris, BnF Gallica.

Dans sa politique contre l’empire Ottoman, le roi Sobieski décide de signer un second traité de paix avec le tsar de Russie en 1686. Il autorise ensuite les troupes des deux rives à entrer en campagne ensemble. Le roi renonce définitivement à réclamer les terres des cosaques de l’est du Dniepr ainsi que la région de Smolensk et Chernihiv et reconnait la liberté de l’ Église orthodoxe sur son territoire. Le tsar fait de même avec l’Église catholique et uniate. Le tsar promet son soutien contre les Ottomans. Ce n’est qu’en 1699 que Chernihiv et la Podolie reviennent à la Pologne.

Jan III Sobieski : duc d’Ukraine ou duc de Russie?



Jeremias, Winckler, Jan III., König von Polen, Herzog 1670-1690, Brunswick, Anton Ulrich-Museum.

Les documents émis au nom du roi Jan III Sobieski reprennent la titulature mise en place par Sigismond mais des nouveautés apparaissent.

Titulature de Sobieski, 1676, archives départementales de l’Aube.

Le terme de “Ukraine” apparait sous le roi Jan III Sobieski délaissant le terme “Russia” ou “Ruthenia”. Plusieurs gravures ont la titulature suivante “roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Ukraine “. La gravure en l’honneur de son couronnement de 1676 emploie ce terme. Elle représente l’approche du roi de Pologne au château de Wawel, avant qui allégoriquement, sous la forme de danseuses, représentent la Pologne, la Lituanie et Ukraine. Dans les deux versions de la gravure, la signature en français ou en latin est avec le terme “grand duc de Lituanie, Ukraine”.

Romeyn de Hooghe, Krönung Johann III von Polen, 1675, Herzog Anton Ulrich-Museum (détail).

Le terme “Ukraine” apparait aussi sur deux gravures de portraits du roi et de la reine d’une série du dessinateur des provinces Unies Nicolaes II Visscher gravée par Pieter Stevens. En 1679, il réalise une carte du royaume de Pologne avec le grand duché de Lituanie et l’Ukraine. Les trois entités sont en lettre capitale. Le roi veut se démarquer de ses prédécesseurs. C’est aussi un signe de bonne volonté envers le “tsar de toutes les Russies'” dans une politique de rapprochement et de paix.

Sur des gravures importantes comme celle de son couronnement, c’est le terme Ukraine que le roi décide de mettre en avant. Il veut se mettre dans les pas du célèbre hetman Bogdan Khmelnitski comme protecteur des Ukrainiens.

Concurrence avec l’hetman Bogdan Khmelnitski

Une gravure de l’hetman montre qu’il portait le titre de “commandant en chef de l’armée de Zaporovie, initiateur de la rébellion des paysans, des cosaques insurgés et le ‘dux’ du peuple d’Ukraine”. Le mot chef en latin “dux” ayant donné le mot duc, ainsi cela peut aussi se traduire par “duc du peuple Ukrainien” qui se rapprocherait de la titulature du roi “grand duc de Lituanie et Ukraine”. Le “dux” renvoie a la Rome antique au commandant des troupes ou chef de guerre. La gravure faite par Guillaume Hondius du hetman s’oppose au titre du roi en montrant que le titre lui vient du peuple et non pas d’une élection nobiliaire. Lors de son entrée à Kyiv en 1648, le métropolitain orthodoxe de la ville Sylvestre et le patriarche de Jérusalem Paisée Ier  l’accueillent au titre de “prince (princeps)”. Cette gravure est l’oeuvre d’un artiste de la cour de Pologne, aurait il rencontré le hetman en pourparler avec la république?


Willem Hondius, Bohdan Chmielnicki, 1651, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Cette image de l’hetman devient canonique et se retrouve dans de nombreuses icônes. Elle obtient une grande popularité après Poltava comme repoussoir à celle de Mazepa accusé de traitrise par le tsar. Mais cette image a été commandée par le roi Jean Casmir Vasa comme le signe d’un rapprochement avec l’hetman. Ce dernier avait été vaincu lors de la bataille de Bila Tserkva qui permet au roi de signer un accord favorable avec réduction des cosaques et gain territoriaux en sa faveur. L’hetman alors tente un rapprochement avec la Pologne en acceptant de pacifier le palatinat de Kyiv.


Willem Hondius, Ioannes Casimirus Dei Gratia Rex Poloniae, 1648, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Le roi Sobieski prend comme modèle à la fois les images de ces prédécesseurs et celle de l’hetman. Il est montré de 3/4 en guerrier sur les gravures avec le titre “duc d’Ukraine”. Il reprend le titre aussi bien pour rappeler la gravure de l’hetman que pour montrer la possibilité aux cosaques de revenir aux accords de 1658. Les gravures sont écrites en latin permettant la diffusion auprès des élites d’Ukraine.

Gloryfikacja Jana Sobieskiego na tle bitwy pod Chocimiem w 1673, ryc. Romeyna de Hooghe, 1674, Biblioteka Narodowa.

En 1684, il sait que les cosaques sont “pour la République le poison le plus dangereux et en même temps son bouclier le plus puissant”. En 1652, son frère ainé Marek Sobieski, staroste de Krasnystaw, avait été capturé après la défaite de Batoh et décapité avec les restes de l’armée polonaise (on compte des milliers de morts). Malgré les souvenirs désastreux des relations avec les cosaques, le roi savait qu’il ne pouvait créer une nouvelle politique pour la République sans les eux. Depuis 1676, il imaginait même, à partir de l’Ukraine (il était né à Olesko, dans le palatinat de Ruthénie ce qui lui fait dire qu’il aime les cosaque “depuis l’enfance”) et les cosaques, rendre héréditaire la couronne. Par de nombreuses gravures, il rappelle ses victoires face aux Ottomans à la bataille de Khotin ou de Lviv où les cosaques n’ont pas joué un rôle négligeable.

 

Une grande campagne de propagande par les gravures propose de faire valoir ses droits sur l’Ukraine et les cosaques aux yeux des puissances européennes. Dans cette logique il met en avant son image avec un texte clair en latin.


Nicolaes Visscher II et Pieter, Stevens, Jan III, König von Polen vers 1669-1702, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Une image caricaturale de l’hetman est réalisé après 1651 sans qu’on puisse savoir si c’est le roi Jan Kasimir Vasa ou Jan Sobieski qui en est le responsable. La qualité du travail ne permet pas de l’attribuer à Hondius. Le terme de “dux” est remplacé par “ductor” soit “guide” ou “conducteur” ce qui lui enlève sa valeur militaire de commandement. Mais cette gravure se trouve aussi avec le terme “dux”.

Les oreilles renvoient au mythe de Midas affublé d’oreille d’âne par Apollon après avoir parié sur un satyre au lieu d’Apollon dans un concours de lyre. Le roi Midas par honte doit mettre un bonnet pour les cacher. Les oreilles renvoient aussi à celles de l’animal connu pour sa paresse et sa stupidité. Ainsi la caricature fait sortir l’hetman de l’humanité et les cosaques le suivant sont aussi bêtes qu’un âne. Mais il est possible que cette caricature précède le règne du roi Jan III puisque sa politique était plutôt en faveur des cosaques.



Philibbert Bouttats, et Nicolaes Visscher I, Janus III. D.G. Rex Poloniarum Magnus Dux Lithuaniae Ukrainae Etc.,
1688 -1730, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

La politique du roi, bien que parfois qualifié de “cosaquisme”, n’est pas parvenu à ses fins. Le roi Jan III Sobieski a échoué à trouver une solution équitable aux relations polono-ukrainiennes. Cette relation se détériore chaque année et à sa mort seul l’hetman Mazepa a su proposer une relation plus stable pour les cosaques regroupant autour de lui une certaine unité des revendications cosaques selon l’historienne Tatiana Tairova-Yakovleva.

Conclusion: la succession de Sobieski

Johann Baptiste Homann, Ukrania quae et Terra Cosaccorum cum vicinis Walachiae, Moldoviae, 1720. L’auteur a mis lUkraine en jaune.

A la mort de Sobieski le titre de duc d’Ukraine se perd. Frederic August de Saxe ou Stanislas Leszczynski utilisent une titulature sans le terme “Ukraine”. La gravure d’Auguste II le montre en armure coiffé en bol, le modèle est très proche de certaines gravures de Sobieski. Les revendications territoriales sur la rive gauche du Dniepr n’est plus à l’ordre du jour d’un monarque élu avec l’aide du tsar.

Bien que le roi August II utilise les cosaques contre les Turcs, leur aide n’est plus essentiel puisque le roi peut compter sur son armée de Saxe. Son rapprochement politique avec la Russie est marqué par une volonté de laisser les troupes cosaques au tsar. En 1702, il décide de révoquer les régiments cosaques de la région de Kiyv puis il ordonne le démantèlement du camps de la rive gauche à partir de 1711.

Anonyme?, Portrait of the Hetman Ivan Mazepa , 1709, Getty Images.

La “Ruine” ukrainienne se termine par l’arrivée de l’hetman Mazepa en 1687 à la tête de la rive gauche. Restant vingt ans au pouvoir, il parvient à unifier l’Ukraine et donner une autonomie à l’hetmanat jusqu’à la défaite de Poltava et sa mort en 1709. C’est ce que rappelle une gravure où est inscrit “hetman de toute l’Ukraine” en latin.

Voltaire, Histoire de Charles XII,1768 , p.154

Pour aller plus loin

Білецький (Платон Олександрович), Українське мистецтво другої половини XVII-XVIII століть, Київ, Мистецтво, 1981. (Biletsky, Platon Alexandrovitch), Art ukrainien de la seconde moitié des XVII-XVIII siècle)

Чухліб (Тарас), Гетьмани і монархи. Українська держава в міжнародних відносинах 1648 – 1714 рр. – К.: Інститут історії України НАНУ, 2003 (Chukhlib (Taras), Hetmans et monarque. L’Etat ukrainien dans les relations internationales 1648-1714)

Plokhy (Serhii), Tsars & Cossacks – A Study in Iconography, Cambridge, Harvard Papers in Ukrainian Studies, 2002.( Plokhy (Serhii), Tsar et les cosaques. Une étude de l’iconographie)

Таирова-Яковлева (Татьяна), Между Речью Посполитой и Россией. Правобережная Украина в эпоху гайдамаков, Нестор-История, 2020 (Tairova-Yakovleva (Tatyana), Entre la République des Deux-Nations et la Russie. L’Ukraine de la rive droite à l’ère des Haïdamaks)

Widacka (Hanna), Jan III Sobieski w grafice XVII i XVIII wieku, Warszawa, Państ. Wydaw. Naukowe, 1987 (Widacka (Hanna), Jan III Sobieski et son image XVIIe et XVIIIe siècles)

 

 

L’ambassade de l’urss a Varsovie, un palais neoclassique stalinien en Pologne

Un bâtiment est sous la lumière des projecteurs depuis l’attaque surprise de la Russie en Ukraine le 24 février 2022 : l’ambassade de la Russie à Varsovie. Plusieurs manifestations ont eu lieu devant ce bâtiment symbolique au coeur du quartier de Śródmieście dans la rue Belwederska.

Vue aérienne de l’ambassade à Varsovie en 2022, Google maps.

La reconstruction de Varsovie

La ville ayant été détruite pendant la guerre, un bureau de reconstruction a été mis en place (Biuro Odbudowy Stolicy) sous la direction de Roman Piotrowski.

En 1949, Bolesław Bierut, premier secrétaire du PCUS de Pologne, explique que “l’architecture n’est qu’un moyen, un outil de mise en œuvre des décisions politiques”. La grande querelle se situe sur la restauration ou non de Varsovie. Le débat est tranché par l’architecte Edmund Goldzamt (1921-1991) dans son texte “La question du réalisme socialiste en architecture (Zagadnienie realizmu socjalistycznego w architekturze)” (Warszawa 1950, p.15-47) prônant une reconstruction sur le modèle du réalisme socialiste mis en oeuvre en Urss.

Bolesław Bierut lors de la Conférence de Varsovie du Parti ouvrier uni polonais en 1949, Wiki commons.

La réaction est pour la restauration, nous sommes pour la reconstruction.

Edmund Goldzamt

Kazimierz Lier (deuxième à partir de la gauche) rend compte de l’urbanisme à Bolesław Bierut, 1947, stanislawjankowskiagaton.pl.

Beirut propose un plan de reconstruction dans son livre Le plan de six ans pour la reconstruction de Varsovie (Sześcioletni plan odbudowy Warszawy) de 1951. Un grand axe central depuis un futur palais de la culture et des sciences (PKiN) jusqu’à une place appelée de la constitution (Plac Konstytucji) doit être réalisé puis se prolonger jusqu’à la place de l’Union de Lublin (Plac Unii Lubelskiej) et enfin l’ambassade de l’Urss. Les travaux démarrent en 1952 avec le Palais de la culture.

Plan de Varsovie dans Bolesław Bierut, Sześcioletni plan odbudowy Warszawy, 1951.

Situer le centre social de la capitale socialiste dans les hypothèses centrales historiques signifie la nécessité de ne pas les restaurer, mais de les reconstruire en profondeur, c’est-à-dire de les reconstruire selon la vision réaliste socialiste, par exemple agrandir les places et les artères de communication, démolir, et compléter le complexe historique par de nouveaux édifices conformes aux exigences du fonctionnement contemporain.

Edmund Goldzamt

Situation

Les travaux du bâtiment de l’ambassade de l’Urss se déroulent entre 1954 et 1956.

Plan de Varsovie en 1955, Polona.

Le terrain utilisé se situait non loin du parc de Łazienki où le château était en court de reconstruction par l’architecte Jan Dąbrowski. Le projet de l’ambassade supprime plusieurs petites rues issues des transformations de la ville depuis l’avant guerre et un jardin. Les architectes veulent ordonner les axes qui viennent de la place Unii Lubelski.

Plan de Varsovie en 1980, Polona.

Le nouveau bâtiment se trouve au milieu d’un parc paysagiste. Un mur délimite la zone de l’ambassade et de son jardin chaque pilier est surmonté d’un vase et les fer de la grilles sont en forme de lance.

Vue de l’ambassade de Russie en 2022

Un bâtiment classique

Un dessin permet de connaitre le premier projet du bâtiment. L’élévation de la façade sur jardin est à trois niveaux. La façade est rythmée par trois avant corps et des colonnes ioniques. Le corps central est surmonté d’un tympan et d’un attique portés par des colonnes au nombre de deux ou quatre. le tympan possède une niche rompant la ligne de l’architrave. L’attique est marqué par des ouvertures rectangulaires. Les travées de fenêtres sont séparées par une colonne tandis que les deux avant-corps des extrémités en ont deux de part et d’autre. Un dôme semble couronner le corps central où se trouve le drapeau de l’Urss.

Dessin 1955?, Archives de l’institut d’architecture.

Le bâtiment final prend ainsi des formes classique mais le projet est simplifié.

Façade sur le jardin en 2022.

Le bâtiment prend une forme en U avec des ailes terminées par des pavillons qui enserrent une cour fermée d’une grille. Un pavillon central est orné d’un avant-corps avec un porche aux colonnes ioniques et un tympan monumental orné d’une couronne végétale sculptée et de rubans . La construction est sur trois niveaux et possède un toit à l’italienne. L’ornementation des façades montre des pilastres ioniques enserrant deux niveaux de fenêtres et une dernière en entresol. Des balustres ornent les premiers niveaux de fenêtres et l’attique. L’ornementation à l’antique est rehaussé de jeux sur les profondeurs des façades.

Vue aérienne en 2022.

Construit de brique et béton, il ne semble pas avoir connu de changement majeur. Les intérieurs ne sont pas connus par un plan.

Les décors intérieurs

Les décors sont connus par le magazine Stolica numéro 4 de l’année 1956. Un hall central en rotonde avec un dôme donne sur un escalier monumental permettant de monter à l’étage. Des salons luxueux sont en enfilades de part et d’autre. Les décors sont très luxueux avec des matériaux comme du marbre provenant de divers régions de l’Urss. Les murs sont ornées de pilastres ou colonnes. Le sols sont en parquet de marqueterie. Le style général est plutôt proche d’un classique épuré mais coloré (essentiellement par la couleur or et divers nuance de rouge) mais parfois les mosaïques sont plus proches du rococco que du néoclassicisme.

Stolica, nr.4 1956, page 8.

Le reportage ne mentionne pas les bureaux et espaces de services. Il se focalise sur les espaces de réception où le luxe est bien mis en avant.

Deux architectes de l’école de Leningrad

L’attribution du bâtiment est sujette à debats. Il est fait mention de deux architectes de l’agence Lev Vladimirovich Rudnev (1885-1956) en charge du palais de la culture: ce sont Alexander Velikanov (1900-1955) puis Igor Rojine (1908-2005).

Tous les deux anciens étudiants de l’école de Leningrad (Ленинградский высший художественно-технический институт), ils sont les parfaits exemples de cette nouvelle génération issu de la formation soviétique. Alexander Velikanov (Александр Великанов) fut soldat avant d’entrer dans l’institut d’architecture de Leningrad en 1922. Plus jeune Igor Rojine (Игорь Рожин) est entré a l’école en 1925. Il ont pour professeur notamment Ivan Fomin partisan du retour du classicisme.

Ils participent dans les années 30 aux nombreux chantiers de Moscou dont le Palais des Soviets. Il sont artisans du style constructiviste avant de suivre la mode stalinienne du socialisme réalisme et du retour du classicisme/néoclassicisme. A partir de 1956, Igor Rojine devient responsable de la construction de Zelenograd sur un modèle de “ville verte”. Il continue sa carrière après la chute de l’Urss comme professeur d’architecture a Moscou.

Le dernier batiment stalinien à Varsovie

L’achèvement de ce bâtiment se situe à un moment charnière pour l’architecture à la mort de Staline. L’année 1954 voit de grands débats sur le style à promouvoir. Ce sujet a été bien résumé par Stéphane Gaessler dans son article Georgui Gradov, l’architecte qui a configuré les paysages soviétiques. Nikita Khrouchtchev s’oppose drastiquement au style et aux techniques de construction de son prédécesseur.

Lors du congrés des constructeurs de 1954 Georgui Gradov aurait dit “Quand je regarde le bâtiment de l’Amirauté, je suis étouffé par une haine de classe”. Puis le congres abouti à de nouvelles réglementations:

C’est d’abord l’adoption par le Comité central du PCUS et le Conseil des ministres de l’URSS, le 23 août 1955, du décret «  Sur les mesures pour le développement de l’industrialisation, l’amélioration de la qualité et la réduction des coûts dans la construction  ». Puis l’adoption le 4 novembre 1955 du décret no 1871 « Sur l’élimination des excès décoratifs dans l’architecture et la construction  ». Ce dernier décret acte la fin de l’architecture « stalinienne ».

Stephane Gaessler dans Georgui Gradov, l’architecte qui a configuré les paysages soviétiques

Ce décret marque la fin du réalisme socialisme qui ouvre une nouvelle période pour l’architecture soviétique.

La forme néoclassique sous Staline

Nous savons que Staline en s’imaginant nouveau tsar avait ordonné de reprendre les ornements d’architecture classique et mis ce style au dessus de tous les autres aussi bien du modernisme, de l’art déco, de l’éclectisme ou du nationalisme/régionalisme. Le dictateur les condamnait comme “cosmopolitisme” et voulait imposer un style classique universel soviétique.

En 1951, le premier numéro de la revue Patrimoine architectural (Архитектурное наследство) propose plusieurs articles sur l’architecte Vasili Bajenov (Василий Иванович Баженов, 1737-1799) qui étudia en France et en Italie notamment auprès de l’architecte Charles de Wailly (1730-1798). Il fut un des grands créateurs du style néoclassique ou empire en Russie. Les spécialistes des années 1950 lui attribuaient la maison Pachkov.

Pour l’ambassade de l’Urss à Varsovie, le modèle du palais Łazienki semble avoir inspiré les architectes. C’est la culture locale d’un bâtiment commandé par le roi Poniatowski qui est peut-être vue comme le début de la période russe en Pologne. 

Palais Łazienki en 2022.

Et d’autres bâtiments de la même période reprennent ce modèle à Rzeszów par exemple. Mais ce bâtiment montre des formes plus proche de l’art déco et d’un exotisme qu’un classicisme plus conventionnel.

Bâtiment de l’usine de Rzeszów en 2022.

Le palais de l’ambassade de Varsovie tranche plus nettement au style plus monumental du Ministère de l’agriculture ou de la place de la Constitution à Varsovie. Ces bâtiments sont dans l’axe de l’avenue Staline depuis le palais de la Culture.

Ministère de l’Agriculture à Varsovie en 2022.

Le socréalisme classique?

La volonté de représenter la joie et l’optimisme d’un monde soviétique régulé et beau est mis en avant en opposition avec le modèle désagréable et chaotique du monde capitaliste. Ce monde se veut celui du futur et du progrès, la une de Stolica montre l’ambassade avec une voiture polonaise dernier cris, la FSO Warszawa sortie en 1951.

Stolica, numéro 4 de 1956, couverture.

Les architectes veulent toucher les sens par la représentation du palais plutôt que de réellement réaliser un palais qui demanderait des matériaux nobles. C’est d’avantage une impression d’un nouveau modèle plus égalitaire qui est voulu ainsi que de faire oublier les réalités sociales et économiques du monde soviétique des années d’après guerre.

Suggestive forms and plastic-spatial solutions resembling the palace-like, representative old architecture served primarily the purpose of proper coding of emotions.

Aleksandra Sumorok, “Monday Palaces.”

C’est ainsi le rêve socialiste construit en pierre en un style classique qui, par l’ambassade de l’Urss, devient le modèle à atteindre pour tous pays qui adhérent à cette idéologie. La vision d’un futur radieux, dans la culture stalinienne, s’inscrit alors dans une continuité avec les grandes réalisations des civilisations passées.

Pour aller plus loin…

Czapelski (Marek), Architektura polskiego socrealizmu w Zachęcie, Narodowa Galeria Sztuki, 2016 (en ligne).

Majewski (Piotr), Ideologia i konserwacja. Architektura zabytkowa w Polsce w czasach socrealizmu, Trio, 2009.

Piątek (Grzegorz), Najlepsze miasto świata. Warszawa w odbudowie 1944-1949, Grupa Wydawnicza Foksal Wydawca, 2020.

Sumorok (Aleksandra), Socrealizmy i modernizacje, Akademia Sztuk Pięknych w Łodzi, 2017.

Zieliński (Jarosław), Realizm Socjalistyczny w Warszawie. Urbanistyka i architektura, Fundacja Hereditas, 2009 (en ligne).

Xavier de Saxe à la cour de Versailles (2)

Article publié dans Château de Versailles. De l’Ancien régime à nos jours n°44

Suite de l’article du blog Xavier de Saxe à la cour de Versailles (1)

Le prince en politique?

En 1758 le duc de Choiseul entre au gouvernement devenant l’omnipotent ministre a la guerre puis aux affaires étrangères sur plus de dix ans. Sa position tenue depuis son ambassade à Vienne est de conclure le rapprochement des cours de France et d’Autriche en renversant les alliances. Pour lui la Saxe, trop proche de la Prusse, est dans une intenable neutralité. La Saxe se pose en rival à l’Autriche et la Russie en possédant la couronne de Pologne et imaginant un jour monter sur le trône impérial.

Michel van Loo, Duc de Choiseul, Versailles.

La trahison des engagements prussiens de 1756 de ne pas attaquer la Saxe (sur lesquels nous reviendrons dans un autre article) a poussé le duché à se rapprocher de l’Autriche et de la France. Mais Choiseul ne voit cet état que comme un allié inefficace et couteux. Le mariage du dauphin a toujours été vu pour lui comme une erreur politique. En 1758 le comte de Lusace est fait lieutenant général des armes du roi et il obtient rapidement le commandement d’un corps de 10 000 soldats saxons payés par le trésor de France et d’Autriche. C’est le poids de la dauphine et de son entourage, notamment le ministre de la Saxe à la cour Fontenay, qui ont permis ce succès auprès du roi.

François Guérin, Xavier de Saxe, SKD online.

En 1763, la guerre finie le comte de Lusace prend part à la réforme de l’état entrepris par son père puis son frère ainé qui condamna la politique de Brühl. Devenu prince Administrateur, il met en place une politique francophile en raison du poids de la Couronne qui continue d’entretenir en millions de livres l’armée et l’économie du duché au grand damn du duc de Choiseul. La mort du couple delphinal change complètement la donne à la cour puisque le parti autrichien semble regner sans partage.

L’ambassadeur de Fontenay résume au prince Xavier, par une lettre du 13 mai 1767, l’ambiance à la cour de France, à ce moment1:

La mort de Madame la dauphine a rompu la digue qui retenait encore le ton arrogant et despotique des Choiseul. Celle de Mgr le Dauphin y avait fait une terrible brèche ; mais la tendresse du Roi pour sa bru ne leur permettait pas de s’émanciper autant que leur ambition les y portait. Je vous avoue, Monseigneur, que j’ai été indigné de leur conduite dans les derniers mois de la maladie de votre respectable sœur. Depuis le premier jour de l’an, qu’ils ne pouvaient se dispenser de lui rendre leurs respects, jusqu’à la funeste époque du 13 mars, ni le duc, ni sa femme, ni sa sœur, n’ont paru chez elle, où toute la cour ne manquait pas de se trouver journellement. Ils ont témoigné après sa mort une joie si indécente et si marquée, qu’ils ont scandalisé jusqu’aux très humbles serviteurs de la faveur.

Le duc de Choiseul continue alors le rapprochement avec l’Autriche : il parvient avec l’aide de Mercy d’Argenteau au mariage du nouveau dauphin Louis Auguste avec Marie Antoinette d’Autriche dernière fille de l’impératrice Marie Thérèse d’Autriche en 1770.

Le feu d’artifice tiré le 30 mai 1770, à l’occasion du mariage du futur Louis XVI et de Marie-Antoinette, archiduchesse d’Autriche, RMN.

Selon le prince Xavier, le ministre Choiseul tient une place importante au gouvernement grâce au pacte de Famille dont il a été l’instigateur : ce traité militaire fut signé, le 15 août 1761, entre les rois de France et d’Espagne pour se soutenir mutuellement pendant la guerre contre l’Angleterre.

Le 11 avril 1770, le prince se félicite de « l’augmentation du crédit de Madame du Barry et du contrôleur général, jointe à celle que Choiseul baisse de plus en plus d’un jour à l’autre ». Et enfin le 10 janvier 1771, le prince, qui a appris la disgrâce du ministre, écrit à Martange, : “Vous devez facilement vous représenter combien j’ai dû en être frappé et en combien de réflexions, et pour le présent et pour l’avenir, cet événement m’entraîne. Ni vous ni moi n’avons, je crois, aucun lieu de les plaindre, encore moins de les regretter»2.

Petit à petit le crédit du ministre auprès du roi a été saboté. Louis XV remplace le clan Choiseul par un triumvirat constitué de l’abbé Terray, du duc d’Aiguillon et du chancelier Maupeou en charge de réformer les impôts et les parlements après des années catastrophiques pour le trésor.

Anonyme, Duc D’aiguillon, Musée d’Agen.

Mais le prince déchante rapidement voyant les réformes réalisées par le contrôleur Terray sur les pensions de la cour. Il voit sa pension diminuer drastiquement et alos tente d’y remédier( voir l’article ici)

Une cour maladroitement assidue

A la mort de Louis XV, de nombreuses rumeurs apparaissent. La comtesse du Barry s’est retirée d’abord à Rueil chez le duc d’Aiguillon puis à Louveciennes. Le prince lui a rendu de nombreuses visites. Il fait parti de ces personnes que l’on qualifie, après la mort du monarque, de « carrosses de Rueil ».

François-Hubert Drouais, Comtesse du Barry, RMN.

Mais les rapports avec le roi Louis XVI se distendent rapidement. A la mort de Louis XV, le prince en son château avait remis une lettre à son neveu comme il l’explique dans une lettre le 31 mai 1774 3 :

Tout de suite après la mort, [je remis] une lettre de condoléances au nouveau roi, dans laquelle, après les compliments analogues à la circonstance, j’ai glissé que c’est sa mère de concert avec son père qui m’ont appelé en France et attaché à ce service, et que, pendant l’administration où j’ai été obligé de quitter ce pays, je n’ai cherché à donner une existence à la Saxe que pour la rendre plus unie encore à la France par les raisons d’intérêt qu’elle ne l’est par les liens du sang ; et je l’ai finie en me recommandant, ainsi que ma soeur, à sa protection, et que nous nous flattions de retrouver en lui la même existence heureuse que nous avait accordée feu son grand-père qui nous avait comblés de ses bontés dans toutes les occasions, et que sa bienveillance précieuse suffirait à notre bonheur mutuel.

Joseph Duplessis, Louis XVI, Versailles

Le roi lui aurait donné une réponse « très amicale, par laquelle il me marque qu’il sait les liens qui nous unissent ensemble, que la mémoire de sa mère lui sera toujours chère » et qu’il sait que le prince est très attaché « à la couronne dans la dernière guerre et dans l’administration de la Saxe »4. Mais cette réponse est trompeuse. On sait ce que le roi en pensait réellement grâce à ce qu’en a marqué de l’ambassadeur autrichien Mercy-Argenteau à l’impératrice5 :

S.M. daigna me dire que le prince Xavier de Saxe, dans une lettre peu protocolaire, avait félicité le roi pour son avènement, disant à cette occasion qu’il était heureux de se trouver l’oncle du roi, et finalement il recommandait le duc d’Aiguillon à la bonté du roi comme ministre consciencieux. Le roi avait répondu par des expressions de politesse à la première partie de cette lettre, mais en ce qui concernait la fin, il avait répondu qu’il savait très bien choisir ses ministres malgré son âge.

N’ayant pas connaissance de la réelle réflexion du roi sur sa lettre, le prince continue de faire sa « cour assidûment au nouveau monarque » qui lui à parlé de nombreuses fois. Il ajoute qu’ils ont discuté « de choses indifférentes ; mais vous savez que dans ce pays-ci cela fait beaucoup »6. Mais malgré les premières impressions données, Louis XVI ne conserve pas les ministres en place.


Jean césar Fenouil, comte de Maurepas, coll. part?

Le duc d’Aiguillon démissionne le 2 juin 1774 en conservant le commandement des chevaux légers7. Jusqu’à cette démission, le prince avait tenté de jouer un rôle de premier plan auprès du roi. Les gazetiers en firent l’écho comme dans la Correspondance secrète, politique et littéraire de 1787 8:

Le Duc d’Aiguillon sera à jamais un personnage célèbre dans les annales de la France; on découvre journellement les ressorts qu’il a fait jouer pour conserver les deux départemens[sic] qu’il occupait dans le Ministère : ce n’était pas assez pour lui d’avoir employé M. le Comte de Maurepas. Il fit aussi intervenir M. le comte de Lusace, qui proposa bonnement au Roi de tenir sous lui les rênes du gouvernement, et de le guider dans la carrière de l’administration. Dans le même temps il envoya un courrier à Madame la princesse Christine, pour la faire venir à la Cour et s’en servir, et en cela il sut puissamment secondé auprès du frère et de la sœur par M. de Martange : mais tous ces moyens furent inutiles. Le roi trouva fort extraordinaire la proposition de M. le comte de Lusace; et la princesse Christine mal accueillie, ne passa à la Cour que deux fois vingt quatre heures.

Le prince explique que le déroulement des événements est bien différent « de celle dont ont parlé tant de gazetiers soudoyés»9. Le prince se défend d’avoir été maladroit dans une lettre du 15 juillet 1774 : “Vous me connaissez assez longtemps, mon cher Sayffert, et vous me faites tort en doutant que j’aime la franchise avec laquelle vous me parlez, de ne rien avoir écrit à l’occasion de la mort du roi, de flatteur pour le régnant”10.

Giusepp Canale, Xavier de Saxe, SKD online.

Rancoeur réciproque

Le prince Xavier peut donc être mécontent du nouveau roi qui ne lui a pas donné la place au gouvernement qu’il juge comme lui revenir de droit. Il écrit, à partir du 15 juillet 1774 plusieurs lettres, où il dépeint le roi en le comparant à son neveu l’électeur avec lequel il s’est brouillé pendant son administration. Il met en avant la figure d’un roi qui ne s’applique pas et ne laisse rien transparaître de sa volonté11 :

J’ai su même que les ministres ont dit à leurs amis le peu de discernement qu’ils aperçoivent en lui dans les différents Conseils. Hors de ces heures où il est obligé d’y assister, il ne s’applique à rien : les chasses, promenades en cabriolets et à pied et beaucoup de jeu de billard sont ses amusements. On prétend aussi que dans son intérieur il s’amuse beaucoup à la menuiserie et marqueterie. Dans le public, il ne parle à personne, et à peine le voit-on un demi quart-d’heure pendant lequel il cause avec ses frères ou quelque jeune courtisan. De quatre fois de suite que j’y ai été il n’a pas dit un mot ni au duc des Deux-Ponts ni au ministre d’Espagne. Ce dernier même, un jour en nous en allant me dit : On ne se plaindra pas que cela n’en soit trop long , et tout est dit pour la journée. Deux fois il m’a fait la même question, si j’aurai eu des nouvelles de ma sœur Christine, et à peine ai-je le temps de lui répondre oui ou non

Josef Hauzinger, Archiduc Maximilien visite à Louis XVI et Marie Antoinette, Vienne.

Le prince accuse à la reine de trop influencer son époux et « avec cela, elle est si volage et si enfant qu’on ne suit aucun système, et personne ne doute que ses sottises ne lui fassent tôt ou tard perdre son crédit »12.

À partir de ce moment, le prince semble se désintéresser des conflits politiques de la cour et se retire à son château de Pont. Cette position lui fait dire lors du sacre de son neveu en mars 1775 : « Dans la dispute de rang entre les Princes et l’Archiduc, je me suis conduit tout naturellement sans me mêler de rien »13. À partir de 1775, le prince est dans une position complexe. Il garde un lien à la cour grâce à ses agents auprès des ministres. Il ne peut plus y apparaître sans qu’on lui rappelle ses anciennes alliances politiques avec la comtesse du Barry et le duc d’Aiguillon exilés.

Notes

1. Stryienski (Casimir), La mère des trois derniers Bourbons[…], op.cit., p. 390 – 391. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 25 février / 9 mars 1770; EE 1431, lettre du prince Xavier à Martange, 10 janvier 1771. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 31 mai 1774. 4Ibid. 5. Lettre citée par Girault de Goursac (Paul et Pierrette de), Louis XVI et Marie Antoinette vie conjugale,Paris, OEIL, 1990, p. 338. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434 lettre du prince à Sayffert, 31 mai 1774. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 20 juin 1774. 8. Metra (Louis-François), Correspondance secrète, politique et littéraire, Londres, Adamason, 1787, tome premier, p.112-113. 9Ibid. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 15 juillet 1774. 11Ibid.. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 15 juillet 1774. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, lettre du prince à Sayffert, 31 mars 1775.

Carnet de recherche de Vincent Dupanier

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search