Xavier de Saxe à la cour de Versailles (1)

Article publié dans Château de Versailles. De l’Ancien régime à nos jours n°44

L’article et le suivant reprennent les bases de l’article publié dans le numéro de janvier-février-mars 2022. Version augmentée en deux parties.

“Jean sans Terre”

Le prince Xavier de Saxe (1730-1806) est le second fils du roi de Pologne Auguste III et de Marie-Josèphe de Habsbourg fille de l’empereur d’Autriche, Joseph Ier. Duc de Saxe, prince royale de Pologne et grand-duc de Lituanie, il n’est qu’un prince parmi d’autre de cette grande famille de Saxe qui règne sur un des plus grands territoires d’Europe.

Pietro Rotari, Portrait du prince Xavier, SKD online

Son père ne l’appréciant pas délaisse ce fils qu’il considère comme incapable. De son coté, le prince s’imagine un jour pourtant succéder au roi étant le mieux placé par rapport à son frère ainé handicapé. Mais le mariage du prince héritier en 1747 avec Marie-Antoinette de Bavière et la naissance d’un enfant en 1750 lui font perdre tout espoir de jouer un rôle politique de premier plan en Saxe-Pologne.

Louis de Silvestre, Portrait d’Auguste III, Wilanow.

Dès lors, il se tourne vers sa soeur chérie Marie-Josèphe, qui avait épousé le dauphin de France en 1747, pour lui trouver une position. Considéré comme le moins apanagé par son père, la dauphine avait donné le surnom de “Jean sans Terre” au frère qu’elle aimait le plus.

Maurice Quentin de La Tour, Marie Josephe de Saxe, SKD online.

En 1756, l’armée prussienne sans déclaration de guerre se mit en mouvement vers la Saxe et l’Autriche. L’armée saxonne défaite, la famille royale capturée, le roi et ses fils prennent la route de l’exil en Pologne. La Saxe occupée et pillée, le roi tente par tous les moyens de trouver des soutiens à sa cause. Il déploie toutes la diplomatie possible et envoie ses fils plaider sa cause en Europe. Le prince Albert est envoyé en Autriche, Charles en Russie et le prince Xavier en France en septembre 1758.

Un accueil prévenant

Pour la venue du prince Xavier, le ministre Marigny propose de le loger sur Paris au palais des Tuileries. L’administration des Bâtiments du roi lui attribue l’appartement de l’évêque d’Orléans que l’on finissait de rénover1. Mais à son arrivée, le prince Xavier demande à loger à Versailles auprès de sa sœur. À partir de cette date, le prince occupe plusieurs logements, pour lui et sa suite, au château2. L’appartement lui est laissé à condition qu’il le rende à son départ au locataire habituel.

Ainsi le prince et sa suite ont à disposition plusieurs pièces du château3 . En premier, le gouverneur de Versailles lui attribue l’appartement du comte de Clermont, et on lui ajoute celui du duc de Lauraguais, en tant que commandant du corps saxon. Avec le prince, sont logés le chirurgien Wolf, un certain Stein son valet de chambre, un cuisinier et trois domestiques. Des logements sont attribués pour sa suite : au baron de Weichs et au major-général de Polentz l’appartement de M. le comte de Maillebois, puis pour le colonel Poninsky, le colonel Martange et son aide de camp Charles de Block un logement en ville. Puis son secrétaire et le père Boccard, son aumônier, sont logés dans un appartement de M. l’abbé d’Argentré au grand commun. Selon Newton, cet appartement qui était occupé alors par le comte de Clermont est celui que l’on appelait « appartement de Madame de Maintenon »4. Ce logement lui est attribué jusqu’en 1761.

Carmontelle, Portrait du comte de Lusace, RMN.

La raison de ce prolongement d’attribution est que M. le comte de Clermont ne veut « pas reprendre son logement tant que M. le comte de Lusace fera des voyages à la cour » régulièrement. Le duc de Noailles décide donc que ces logements soient réservés jusqu’à la fin de la guerre, pour les venues à la cour des membres de la famille de la dauphine5. En avril 1761, le comte de Noailles propose au roi, lorsque le prince Xavier n’y est pas, d’y placer la garde-robe du roi « jusqu’à ce que l’endroit puisse être arrangé » pour un autre locataire6. Cette remarque montre bien que le manque de pièces se fait ressentir au château, et qu’on utilise tous les espaces disponibles dès que possible. De plus la nombreuse suite du prince de Saxe pose problème car le prince veut les avoir près de lui au château même. En novembre 1759, le logement de Mme la duchesse de Broglie » est attribué à la suite du prince7. En 1762, un des appartements occupés par le couple Martange était le « logement de M. le prince de Tingry»8. Les membres les moins importants de la suite doivent trouver, à leur frais, un logement en ville.

Château de Versailles, Plan du premier étage du Gros Pavillon de l’aile Nord [1740], Archives nationales.

Le prince Xavier auprès du couple delphinal  

En 1758, Louis XV avait remarqué que « Madame la dauphine n’aime réellement que le prince Xavier »9. Lors de sa première venue en France à Versailles du 14 au 15 juin de la même année, le comte de Lusace est bien reçu par le roi et sa famille. Ainsi Dufort de Cheverny explique10:

J’ai vu la dauphine assise devant un métier, travaillant au tambour, dans une petite pièce à une seule croisée, dont le dauphin faisait sa bibliothèque. Son bureau était couvert des meilleurs livres qui changeaient tous les huit jours. M. le comte de Lusace, frère de madame la dauphine, l’air commun et très-bourgeois, était assis sur un tabouret ou sur une chaise ; le dauphin se promenait ou s’asseyait. Je me suis surpris plusieurs fois causant avec lui, comme si j’avais été dans une société bourgeoise.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de la dauphine et son fils, Saint-Quentin.

L’ambassadeur Gaspard de Fontenay nous rend compte du tableau de cette première visite où le duc de Bourgogne, fils aîné de la dauphine âgé de 7 ans, aurait voulu suivre son oncle à la guerre et le comte de Provence de 3 ans, apprend à son petit frère Artois, âgé de 1 an, à prononcer « mon cher oncle ». Il rend de même visite à Mesdames, sœurs du dauphin11.

Carmontelle, Monsieur le général de Fontenay, ministre de Saxe à la cour de France, RMN.

La dauphine fait tout son possible pour voir sa famille à Versailles. Après le séjour du prince Xavier, elle fait venir son frère Clément en fin 1761 puis sa sœur, la princesse Christine de Saxe durant l’été 1762.

Gabriel Fredou, Portrait de la dauphine, Versailles.

La dauphine suit les péripéties de son frère aux armées par une grande correspondance. Le 1 er août 1760, elle raconte la joie qu’elle a éprouvée par les nouvelles qu’il lui a envoyée:

« J’étais hier matin, mon cher frère, à travailler à mon métier très tristement, puisque je me faisais lire les gazettes et que je me déplorais sur les malheurs de ma pauvre patrie, quand j’entendis tout à coup M. le dauphin qui appelait d’une force terrible et, voyant que personne ne venait à sa voix, j’y courus pour savoir ce qu’il demandait. Je le trouvai lisant des papiers et me faisant signe de prendre des lettres qui étaient sur la table à côté de lui. Je reconnus sur l’une votre écriture, sur l’autre les armes de Broglie ; comme j’ouvrais la vôtre, M. le dauphin me dit de regarder la date de celle qu’il lisait. J’y regarde et le premier objet qui me frappe c’est de voir qu’elle est datée du 1er août. M. le dauphin en colère me dit :

« Mais, bête, regardez donc l’endroit d’où elle est écrite, voyez qu’elle est de Cassel et c’est votre frère qui l’a pris. »

A ces mots, je ne puis vous dire ce que j’ai senti, tout ce que je sais c’est que j’ai sauté au coup de M. le Dauphin et me suis dépêché de lire votre lettre qui, comme vous pouvez le croire, n’a pas diminuée ma joie. Celle du maréchal, que M. le dauphin m’a lue, y a mis le comble par mes éloges qu’il donne et le détail qu’il fait de votre conduite et de l’ordre que vous avez mis dans vos troupes cette journée. »12

Jean-Baptiste Nivelon, Portrait du dauphin, Versailles.

La dauphine imagine de nombreuses fois que son frère pourrait venir la rejoindre à la cour une fois la guerre terminée. Le 8 septembre 1761, elle lui écrit à ce sujet : « Que je serais heureuse, si les vœux que vous faites de pouvoir passer votre vie avec moi pouvaient s’accomplir, sans nuire à vos intérêts ! ». Le prince répond à cette lettre le 26 septembre et y aborde ses projets concernant son installation en dehors de la Saxe. Il envisage à ce moment pouvoir obtenir la principauté de Neuchatel: 

Peut-être serait-il possible d’arranger ce que nous avions projeté il y a deux ans dans votre voisinage : c’est de toutes mes idées d’établissement celle à laquelle je m’attache avec le plus grand plaisir, parce qu’elle me met à portée de vous, et je bâtis pour cette raison mes châteaux en Espagne, en rêvant à la Suisse.

Bataille de Minden en 1759, BnF.

En 1762 une fois le corps saxon en garnison, le prince retourne à Versailles participer aux cérémonies et bals de la cour. Il est présent lors du bal du 5 décembre 1762 chez la maréchale de Duras. Il y retrouve ses deux sœurs Christine et la dauphine ainsi que toute la famille royale13. Il revient souvent en France comme en janvier 1762 pour « pour aller à Versailles voir la Dauphine et y arrêter la nouvelle convention du corps saxon »14. Selon le Mercure, il est présent aux bals du 17 janvier puis du 7 avril , et enfin celui du 23 avril 1763 où se trouvent la famille royale, le duc d’Orléans, le duc de Chartres, son fils, le prince de Condé et le prince de Lamballe. En mars, il repart, passe par Vienne puis se rend en Saxe où le 30 avril il se trouve au coté de son père pour l’entrée triomphale à Dresde. Il continue de faire des aller retours entre Versailles et Dresde durant l’année. Son père gravement malade l’oblige à revenir à la cour de Saxe en octobre 1763.

Un retour incognito

En novembre 1763, la mort de son frère ainé le prince-électeur de Saxe Frédéric-Christian, oblige le prince Xavier, en tant qu’aîné de la famille du nouvel électeur Frédric-Auguste encore mineur, d’assurer la régence en tant que prince Administrateur (Administrator). Il fait du château électoral (Residenzschloss) de Dresde sa demeure officielle15 .

Bernardo Bellotto, Dresde vue sur les douves du Zwinger, SKD online.

Lors de son administration, il met en place une série de réforme militaire et économique qui ont un certains succès mais aussi de nombreuses oppositions. Sa soeur la dauphine lui reproche de se laisser gouverner par sa belle-soeur Marie-Antoinette de Bavière et de trop donner aux luthériens (nous reviendrons sur ce sujet). De plus, le prince est préoccupé car il vient de se marier secrètement en 1765 avec une dame de compagnie de sa belle-soeur, la comtesse Chiara Spinucci, fille de Giuseppe comte de Spinucci secrétaire du cardinal Borgia (famille anoblie par le roi de Pologne Jean III Sobieski qui leur avait donné le fief polonais de Milanow, dans le palatinat de Volhynie). En 1767 alors en proie aux problèmes politiques qui rongent son Administration, le prince Xavier apprend la mort de sa soeur la dauphine.

Jeanne-Antoinette Poisson, Le couple delphinal, RMN.

Très marqué par cette nouvelle, il se désinterresse des affaires de l’état. En 1768, le prince Xavier décide enfin à quitter la Saxe et de se rendre en Italie où il reste jusqu’en 1771 puis il se rend en France où il s’installe au château de Chaumot (Yonne) qu’il vient d’acquérir puis il se décida d’acheter le château de Pont-sur-Seine (Aube) en 1775.

Johann Eleazar Zeissig dit Scheneau, Famille électorale de Saxe en 1772, SKD online.

En 1769, en passant par Paris, il est invité par le duc de Richelieu puis par Madame du Barry. Il se rapproche de cette coterie à la cour. Durant l’été 1769, le prince est présent lors du séjour et de la chasse du roi à Compiègne. Le 15 août 1769, il écrit au marquis de Montchenu16   : 

Je ne suis occupé d’aucun projet de conquête ou d’ambition, le seul objet que j’aie en venant faire ma cour au roi, a été de consacrer les premiers moments de ma liberté aux expressions de ma reconnaissance et de mon attachement : la bonté avec laquelle sa majesté m’a reçue, ne m’ont rien laisser à désirer. J’ai retrouvé ici nombre de mes anciens camarades de guerre, et je les ai revu avec plaisir.

De plus, étant revenu sous incognito en France avec le nom de comte de Lusace, il ne pouvait plus réclamer un logement en tant qu’envoyé officiel de la Saxe. Ce n’était qu’en tant que courtisan qu’il pouvait en obtenir un. De plus, en raison de son mariage, il adopte l’incognito pour ses déplacements pour se permettre ce que son statut de prince royal et administrateur lui interdisait auparavant.

Mort de Louis XV

Le 29 avril 1774, le roi Louis XV tombe gravement malade. Revenu à la cour, le prince Xavier est présent durant toute la maladie inattendue du monarque. Il rend compte à sa sœur Christine abbesse de Remiremont, de tous les événements qui se déroulent entre le 29 avril et le 10 mai 1774.

Armand-Vincent de Montpetit, Portrait du roi Louis XV en 1774, Versailles.

Le 3 mai, présent auprès du roi, il écrit ainsi qu’il entend « très distinctement » ce que le roi dit et conclut qu’il aimerait plutôt  «en être bien loin pour ne rien voir et ne rien entendre ». Le prince reste pourtant auprès du roi tout le long de ses souffrances jusqu’à son agonie finale du 10 mai 1774 17 :

Le roi, notre cher maître, malheureusement n’existe plus. Il a passé à une heure un quart. Je vous plains et vous trouve heureuse de ne point voir tout notre chagrin. Je charge Pomiés de tout pour vous, car je ne suis pas en état d’écrire. Notre pauvre cher duc [d’Aiguillon] me fait une peine inexplicable ; nous venons de pleurer ensemble ; et, si je vous voudrais ici, c’est pour nous consoler mutuellement avec la pauvre duchesse qui se meurt de chagrin.


Des demandes de logement infructueuses

Durant les agonies du roi Louis XV, le prince fut logé à l’hotel de Marsan à Versailles. La propriétaire est la gouvernante des Enfants de France, Marie-Louise de Rohan (1720-1803) qui avait épousé en 1736 Gaston-Jean-Baptiste de Lorraine (1721–1743), comte de Marsan, brigadier des armées du roi. Elle possède l’ancien hotel des “Musiciens italiens” depuis 1759.

Pierre-Nicolas Pithou l’Aîné, Le rendez-vous au carrefour du puits du Roi en forêt de Compiègne, RMN.

Lors de la saison des chasses de 1774, le prince obtient de pouvoir suivre le roi et d’être logé au château de Fontainebleau. De nombreuses fois, il fait la demande auprès du comte de Noailles de pouvoir être installé au château de Versailles après les chasses18. La demande du prince aurait été refusé car le prince semble avoir fait comprendre qu’il n’en avait pas besoin19. Cette raison semble troublante pour le prince qui faisait depuis plusieurs mois la demande incessante d’être logé au château. Mais en 1785, le prince a enfin le fin mot de l’affaire 20 :

J’ai trouvé l’occasion de lui demander sans affectation ce qui s’était passé au sujet du logement demandé par V. A. R. On lui a dit vrai à ce sujet et le roi le refusa effectivement, mais c’était dans des circonstances qui, dans ce temps, faisaient craindre que V. A. R. ne fût trop souvent à Versailles et vraisemblablement le refus venait plus de M. de Maurepas que du roi.

À cette date, le ministre Maurepas semblait vouloir davantage loger au château les proches de Choiseul, que ceux de la dauphine défunte.

A suivre

Notes

1. Archives nat., O1, 1680, pièce 270, lettre de l’architecte Soufflot au marquis de Marigny, s.d. [septembre 1758 ?]. 2. Newton (William R.), L’Espace du roi : La cour de France au château de Versailles, 1682 – 1789 , Paris, Fayard, 2000, p. 269. 3. Arch. nat., O1, 1/1076, pièce 528, arrêté par le roi le 29 novembre 1758. Certains noms sont connus : Martange, Von Polentz et le père De Boccard. Les autres sont inconnus comme Poninsky. 4. Newton (William R.), L’Espace du roi […], op.cit., p. 447. 5. Arch. nat., O1, 1076, pièce 658, bon approuvé et arrêté par le roi, 1er novembre 1761. 6. Arch. nat., O1, 1076, pièce 666, distribution des logements dans le château de Versailles, 1761. 7. Arch. nat., O1, 1076, pièce 571, distribution des logements dans le château de Versailles., 25 novembre 1759. 8. Arch. nat., O1, 1076, pièce 667, distribution des logements que le roi à faite dans son château de Versailles, 17 janvier 1762. 9. Boutaric (Edgard), Correspondance secrète inédite de Louis XV sur la politique étrangère avec le Comte de Broglie, Tercier, etc. tome 1er 1866, p.234. 10. Dufort de Cheverny, Mémoires sur les règnes de Louis XV et Louis XVI et sur la revolution, Paris, Plon, 1886, tome 1er, p.182. 11. Stryienski( Casimir), La mère des trois derniers Bourbons. Maris-Josèphe de Saxe et la cour de Louis XV, Paris, Plon, 1902, p.219. 12Ibid., p.241. 13Ibid., p.278-279. 14. Arch. dep. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 66, Journal pour les événements et opérations du corps saxon et de la réserve de S. A. R. Mgr. Le prince Xavier, pendant l’année,1762.15. Le terme « château de la résidence » n’est pas la traduction utilisée dans les lettres du prince Xavier qui préfère le terme « château électoral ». 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1429, lettre du prince Xavier à Montchenu, 15 août 1769.  17. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1455, lettres du prince Xavier à Christine, 3 et 10 mai 1774. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince Xavier à Pomiés, 20 décembre 1774. 19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1775, lettre de Pomiés au prince Xavier, 1er janvier 1775. 20. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1738, lettre de M. de la Barberie au prince Xavier, 4 mai 1785.

Poulailler au XVIIIe siècle: imaginaire et construction

La représentation de l’agriculture dans les arts et l’architecture a connu de nombreuses études comme celle ayant pour titre Cérès et le laboureur: la construction d’un mythe historique de l’agriculture au XVIIIe siècle (2009) de Catherine Clavilier. En revanche, la construction des fermes aussi bien en théorie qu’en pratique mériterait que l’on s’y attarde davantage. Ce petit essai va tenter de revenir sur l’élevage des poules et le poulailler qui n’ont pas connu d’étude sur leur exploitation au XVIIIe siècle d’après Emmanuelle Charpentier dans Les campagnes françaises à l’époque moderne (2021).

fig.1 Jean-Baptiste Greuze, L’Accordée de village, Musée du Louvre.

Nous savons que la volaille de la basse-cour est présente dans les arts avec différentes significations. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le poulailler intéresse les architectes influencés par les théories des physiocrates ou les peintres moralistes très à la mode.

La poule et le coq dans l’imaginaire du XVIIIe siècle

En 1784, un auteur raille la politique de Turgot en ces termes dans un dialogue fictif entre le prince de Conti et l’abbé Terray dans Les entretiens de l’autre monde sur ce qui se passe dans celui-ci (1784, p.98): “Ce Turgot , si on eut voulu le croire, eut volontiers fait atteler au char de Louis XVI les coursiers du Roi Dagobert: Quatre boeufs attelés, d’un pas tranquille & lent, promenaient dans Paris le monarque indolent. Il eut encore flanqué le Louvre de colombiers de poulaillers, & planté les Tuilleries de raves, de choux , de carottes & de navets , tout comme sous le bon Charles V”.

fig.2 Jean-Louis Delignon, Le seigneur chez son fermier, Carnavalet.

Le poulailler comme le colombier sont des symboles de la vie à la campagne. Par cette image, la politique physiocrate de Turgot est vivement critiquée par la noblesse qui la perçoit comme trop en faveur de la paysannerie. Mais la poule et ses petits sont aussi vu comme des allégories morales comme ici dans le Traité historique et moral du blason (1754, p.138) :

La poule est un des symboles le plus marqué de la fécondité ; & comme les poussins se rangent autour de la mère, qui les couvre de ses ailes lorsqu’ils ont froid ou qu’ils sont épouvantés, les Nobles peuvent l’avoir prise dans leurs armes, comme l’emblème de la protection qu’ils accordent aux faibles.

fig.3 Jean-Baptiste Greuze, Les oeufs cassés, MoMa.

La parfaite famille et la bonne éducation sont souvent présentées par la métaphore de la poule et de ses poussins. La perte de la virginité est autant représentée par la cruche brisée que par les œufs cassés. Les tableaux de Jean-Baptiste Greuze leur donnent une place centrale dans sa vision moralisatrice des bons mœurs à avoir dans la société d’ordre et au sein de la famille [fig.1]. `Enfin le coq devient à la fin du siècle un des symboles de la monarchie française, il est repris à la révolution.

fig.5 Anonyme, “Né pour la peine”. L’homme de village, RMN.

Le poulailler : de la théorie….

L’élevage de la volaille est comme le dit une gravure ” d’un petit prix” c’est à dire que cette catégorie d’élevage ne demande pas un gros travail journalier et il est souvent laissé aux femmes. Mais avec un œuf par jour et des poules qui couvent plusieurs fois dans l’année la rentabilité d’un poulailler est rapidement visible.

Arthur Young explique dans son Voyage agronomique (1775, tome 1, p.37) :

Le poulailler est le moins considérable des bâtiments d’une petite ferme, mais non pas le moins nécessaire. C’est sur-tout dans les petites fermes que les bonnes ménagères se plaisent à élever des volailles. La grande consommation qu’on en fait, rend cette branche de commerce extrêmement lucrative. Le poulailler sera divisé en autant de cloisons qu’on se propose d’élever d’espèces différentes de volailles.

fig.6 François Boucher, Le repas de la basse-cour, coll. particulière.

Les encyclopédistes, Ligier, Quatremere de Quincy, l’abbé des Rozier ont écrit sur l’exploitation des volailles plus ou moins en détail (Nous reviendrons peut-être sur les différences entre eux).

Quatremere de Quincy définit le poulailler comme “un petit appentis servant de retraite aux poules dans une basse-cour ou une ferme” sans mentionner le matériau. Il ne fait que renvoyer aux anciens qui “apportèrent beaucoup de soin à cette petite construction”. Il détaille sa construction à travers les préceptes de l’agronome romain Lucius Iunius Moderatus Columella dit Columelle.

Dans le dictionnaire de Diderot et D’Alembert,  le poulailler (D. J. édition 1751, tome 13, p.198) est définit ainsi :

c’est un lieu dans une maison de campagne, où vont se jucher les poules pendant la nuit, & où elles pondent & couvent quelquefois. Ce lieu doit être plancheyé, car le sol de la terre est mal-sain pour les poules. Il y a une petite porte pour y entrer, & une fenêtre au-dessus & à côté, par laquelle les poules entrent & sortent. Les murs d’un poulailler doivent être crépis de mortier de tous côtés. Sa meilleure situation est au levant, près d’un four ou d’une cuisine, parce qu’on prétend que la fumée est fort salutaire pour la volaille.

fig.7 Nicolas-Bernard Lépicié, La cour de ferme, RMN.

Certains proposent de faire le bâtiment en hauteur et que les animaux y accèdent par une échelle, d’autres de le mettre de plein pied. Ils sont d’accord pour élever les huchoirs ou perchoirs et d’empêcher la prolifération des nuisibles (rats ou fouines) et des maladies par l’étanchéité des parois et la surélévation des nids.

Le Dictionnaire universel d’agriculture (1789, tome 8, p.260-262) dirigé par l’abbé Rozier donne le détail des mesures. L’ouverture de la porte pour le passage des volatiles doit faire 8 pouces soit 16 cm de largeur sur 9 ou 10 pouces de hauteur soit 20 cm. La zone de perchoir doit être à 5 ou 6 pieds de hauteur (presque 2m) et les traverses du huchoir doivent être à 10 ou 12 pouces de distance soit environ 20 ou 24 cm.

…à la pratique : le poulailler à Choisy

Christophe Morin, dans son étude Au service du château porte son attention sur les faisanderies symbole seigneurial de la chasse plutôt que sur le poulailler de la basse-cour. L’historien explique que “l’observation de ces animaux procure une distraction de choix au XVIIIsiècle et l’on visite volontiers la faisanderie d’un seigneur lors de la promenade”.

Une étude revenant sur une faisanderie à Saint-Pathus au XVIIIe siècle montre par l’archéologie l’emploi de matériaux périssables pour l’enclos et en dur pour les bâtiments dans le but de protéger un animal noble et loger son gardien.

La poule et le coq ne sont pas vus comme des animaux apportant une grande richesse à leur exploitant mais ce n’est pourtant pas un sujet délaissé comme nous l’avons vu.

Le poulailler prend donc différentes formes en fonction de la richesse de la ferme. Dans les métairies pauvres, le poulailler est fait de bois et dans les plus riches de pierres [fig.7].

fig. 8 Coupe transversale, plan de détail du poulailler du château de Choisy, sd, échelle de 4 toises, Archives Loir et Cher.

Un dessin du poulailler nous renseigne sur l’élaboration de ce type de construction dans un domaine du roi [fig.8]. Le dessin à l’encre de couleur est soigné mais n’est ni daté ni signé. Il montre un plan au sol et une coupe. Le dessinateur donne toutes les mesures de l’espace. Projet de grand ampleur, il imagine mettre plusieurs poulaillers l’un après l’autre près d’une cour à fumier.

fig.9 Charles-Nicolas Cochin, Portrait du marquis de Marigny, Carnavalet.

Ce plan se trouve dans les dessins des archives du Loir et Cher issu du fonds de Abel-François Poisson de Vandières, marquis de Marigny et de Menars ( 1727-1781) ministre des Bâtiments du roi. Les historiens ont identifié ce projet pour le château royal de Choisy. De nos jours disparu, ce château a été reconstitué. Il est notamment connu pour les tables volantes des grands diners du roi Louis XV.

fig. 10 Jacques Rigaud, Le château de Choisy après les premiers agrandissements de Louis XV, BnF.

Contrôleur des Bâtiments du roi, l’architecte Michel-Barthélemy Hazon a la responsabilité de la gestion du château de Choisy. On peut rattacher ce dessin aux dessinateurs de son administration.

L’architecte propose deux bâtiments en longueur donnant sur des cours grillagées pour chaque poulailler et séparées par une allée [fig.11]. De l’autre coté se trouvent la volière et la faisanderie. Cet espace se situe non loin du petit château où se tenaient les fameux diners du roi.

Les poulaillers ont des murs de 15 pouces pour les cloisons intérieures et 18 pour les murs extérieurs. La pièce mesure 20 pieds 6 pouces soit 6,4 m sur sa longueur et 7 pieds sur sa largeur soit 2 m. Sa hauteur est de 7 pieds 80 pouces soit 2,5m. Les ouvertures font 3 pieds soit environ 1 m. Le bâtiment mesurerait environ dans les 30 m de long.

Les “cases pour la ponte” vont de pair en forme rectangulaire et les mangeoires sont de forme carrées. Le perchoir possède 5 barres pour le sommeil des volatiles et deux barres de soutien. Le dessinateur plutôt minutieux donne toutes les mesures pour réaliser cases, mangeoires et perchoirs. Il mets le perchoir en diagonales de 18 pouces soit 36 cm pour la partie la plus proche du sol à 4 pieds 60 pouces soit 1,5 m dans sa partie haute. Les traverses sont séparées de 1 pied soit 0,3 m, il a ainsi augmenté les mesures données dans le Dictionnaire universel d’agriculture.

fig.11 Plan de Choisy, BnF Gallica. Encadré en rouge le poulailler et la faisanderie.

Il rationalise ainsi le poulailler : d’un coté les perchoirs et de l’autre les boites pour la ponte et la couvaison. L’espace doit permettre un nettoyage des sols rapide pour récupérer les fientes utilisées comme engrais et limiter les maladies parasitaires qui prolifèrent dans les sols des poulaillers mal entretenus. Pourtant des espaces difficiles d’accès persistent dans cette rationalisation : dans les coins du coté des boites. Près des portes les mangeoires creusées dans le sol sont facilement accessibles.

Les fenêtres sont grillagées et avec des “châssis à panneaux de verre”, ce qui montre par des matériaux couteux que cette réalisation est pour le roi. Les deux portes ont des croisées de verre et une petite ouverture glissante pour les animaux avec crochets. La porte se ferme avec loquet.

Plusieurs ouvertures sont visibles sur le plan. Les théoriciens prescrivent de mettre de bâtiment à l’est prés d’une source de fumée et de cendre qui peut être utilisé contre les parasites. Les poules utilisent sables et cendre pour se nettoyer.

Ce poulailler est une construction royale au seine d’une ménagerie. L’architecte propose ainsi un modèle exemplaire qui se veut même meilleur que les recommandations des théoriciens par ses dimensions et sa réalisation.

Le palais de Zabeltitz (1)

 

La seigneurie de Zabeltitz se trouve près du village de Großenhain à 30 km au nord de Dresde. Propriété de la famille Wettin depuis le Moyen-Age, c’est sous Christian Ier (1560-1591) qu’est bâti le premier château qui porte actuellement le nom d’ancien château (Altes Schloss) [fig.1]. Il fut réalisé par l’architecte Nickel Pflugk vers 1580 – 15901. Le 16 février 1728, il est vendu pour 140 000 livres par le roi Auguste le Fort au général-feldmaréchal August-Christoph Reichsgraf von Wackerbarth.

fig.1 Altes Schloss, photo.

August-Christoph Reichsgraf von Wackerbarth (1662 – 1734)

fig.2 August-Christoph Reichsgraf von Wackerbarth, Staatsbibliothek zu Berlin.

Né en 1662 dans le Saxe-Lauenburg, il devient page de la cour auprès de l’électrice du Palatinat. Il devient militaire et ingénieur dans les guerres contre la France puis entre au service de la Saxe. En 1697 le roi de Pologne, lui confie le poste de directeur de l’industrie puis des travaux. Il continue sa carrière militaire puis il est fait comte d’Empire. En 1707, il se marie à Caterina di Balbiano (1670 – 1719). Elle était la veuve du comte Giovanni Michele Gabaleone von Salmour († 1691) dont elle avait eu un fils, Joseph Anton Gabaleon von Wackerbarth-Salmour (1685 – 1761), que le maréchal adopta pour en faire son héritier. Il continua de servir en Saxe où il est fait général puis ministre. En 1718 il obtient le poste de gouverneur de Dresde qui lui permit de contrôler tous les chantiers de la ville jusqu’à sa mort. Pour davantage d’éléments sur sa biographie, voir ici.

 

fig.3 Palais de Zabeltitz, vers 1950, Deutschfotothek.

Le premier projet

Le comte lance de nombreux projets de modifications et d’agrandissement du château ancien, mais surtout ordonne l’adjonction d’un petit château, appelé « palais ». Il demande des projets peut-être à partir de 1728. Ces travaux se seraient même poursuivis jusqu’en 1752. Le maréchal fait appelle à l’architecte Johann Christoph Knöffel2. Un projet de reconstruction complète du chateau ancien est envisagé sans que ce projet aille plus loin.

fig.4 Johann Christoph Knöffel, Premier projet pour la façade, Deutschfototek.

L’architecte propose un bâtiment de plan massé [fig.4-5] de quatre niveaux avec de hauts toits: c’est un plan rectangulaire de neuf travées avec une variation sur les toits (brisés ou non) et les dimensions de l’ordre colossal de la facade sur jardin ( 3 ou 5 travées) couronnées par un tympan sculpté.

fig.5 Johann Christoph Knöffel, Deuxième projet pour la façade, Deutschfototek.

Son plan présente un escalier sur cour au centre de la façade, réduisant ainsi l’enfilade principale sur la cour [fig.6]. La façade principale étant alors celle sur le jardin.

fig.6 Johann Christoph Knöffel, Plan du projet, Deutschfototek.

Le second projet

Le commanditaire retient le plan plan massé mais de nombreux ajouts sont demandés. L’architecte propose des pavillons en léger avant-corps et une façade principale en avancée avec un blason sculpté la couronnant et non plus de tympan.

fig.7 Johann Christoph Knöffel, Troisième projet pour la façade sur jardin, Deutschfototek.

Le projet montre un bâtiment de quatre niveaux aux hauts toits et à un niveau de sous-sol semi-enterré. La façade sur cour possède deux avant-corps aux extrémités [fig. 8] ,et la façade sur jardin montre un double avant-corps central couronné par un ensemble sculpté en ronde-bosse représentant un blason et des palmes [fig. 7]. Les façades présentent un bossage continu au rez-de-chaussée. La travée centrale ne possède pas d’ordre colossal. La distribution de ce projet n’est pas connue, mais l’architecte semble conserver le vestibule et l’escalier central [fig. 6]

fig.8 Haacks, Troisième projet pour la façade sur jardin, Deutschfototek.

Le bâtiment final

Selon le dessin de l’élévation finale relevé en 1769, la construction est sur quatre niveaux et onze travée. À l’origine, le projet de la façade devait posséder de nombreux ornements d’architectures sculptés, remplacés par un tympan central sans sculpture faisant le lien avec les premiers projets. De plus la simplification a fait disparaitre les tables moulurés entre les fenêtres et le bossage du premier niveau. Les fenêtres du rez-de-chaussée sont en arc segmentaire, et les autres de forme rectangulaire.

fig.9 Haacks, Relevé de la façade sur cour, Archives de l’Aube.

La distribution de 1769 montre au rez-de-chaussée deux escaliers en équerre [fig.11] reprenant la situation d’un des projets antérieurs. Cet escalier occupe l’espace central du bâtiment de plan massé. Cet espace, semi-enterré et voûté, est utilisé au rez-de-chaussée comme salle à manger d’été en raison des épaisses parois qui permettent de conserver la fraîcheur. L’architecte a disposé un petit espace d’entrée, entre l’escalier et la porte servant de vestibule.

fig.10 Haacks, Relevé de la façade sur jardin, Archives de l’Aube.

Dans ce projet, les appartements se trouvent de part et d’autre de l’escalier, et sur le jardin se trouve la grande salle de réception, dont la disposition se répète à chaque étage. L’emplacement de l’escalier ne permet pas de grandes enfilades des pièces. L’appartement de gauche au premier étage semble être celui du maître de maison. L’évolution des projets montre que le projet de plan massé est devenu bien plus complexe, avec la création sur le jardin de deux petites pièces de dégagement.

fig.11 Haacks, Plan du projet, Archives de l’Aube.

Les sources d’inspiration

L’architecte, qui a choisi de jouer sur les ressauts pour animer la façade, donne à voir un château dont le modèle n’est pas simple à percevoir. Les constructions françaises et saxonnes de la même période ne donnent pas de plans similaires.

fig.12 Jan de Bodt , Projet de la maison Schmettau, Landesbibliotek Dresden.

Cet architecte aurait été très influencé par les travaux de Jean de Bodt (1670-1745), qui réalisa à partir de 1709, la maison Schmettau à Berlin dont le plan et les élévations sont très proches de certains projets pour Zabeltitz [fig. 12]. Cette construction pour l’un des membres de la famille dont l’un des membres Samuel von Schmettau, général et lettré était en correspondance avec le comte Wackerbarth.

fig.13 Bernardo Antonio Vittone, Istruzioni Diverse, p.68.

La distribution du château montre au rez-de-chaussée deux escaliers en équerre reprenant la situation d’un des projets antérieurs. Cet escalier occupe l’espace central du bâtiment de plan massé [fig. 11]. Cette disposition, particulière, ne se retrouve plus dans la distribution française, et trouve sûrement ses origines en Italie3 comme on peut le voir dans le livre de l’architecte Bernardo Antonio Vittone, Istruzioni diverse concernenti l’officio dell’architetto civile [fig.13].

A suivre…

Notes

1. Voir Curlitt (Cornelius), Beschreibende Darstellung der älteren Bau- und Kunstdenkmäler des Königreichs Sachsen, Heft 37: Amtshauptmannschaft Großenhain (Land), Dresden In Kommission bei C.C. Meinhold und Söhne, 1914, p. 487 – 492. 2. Heckmann (Hermann), Baumeister des Barock und Rokoko in Sachsen, Berlin, Verlag für Bauwesen,1996. p. 235 ; Kuke ( Hans-Joachim), Jean de Bodt 1670-1745 : Architekt und Ingenieur im Zeitalter des Barock, Worms, Wernersche Verlagsanstalt, 2002, p. 151 – 154. Sächsisches Hauptstaatsarchiv (Dresde), 10667 Grundherrschaft Zabeltitz, Nr. 2 Sammlung von Urkunden, Rescripten. Dekreten […], Bl. 95 ff. Schreiben 24 und 24a Vererbungs=Urkunden und Traditions Recess. Sächs ; Hauptstaatsarchiv Dresden, 10667 Grundherrschaft Zabeltitz, Nr. 2 Sammlung von Urkunden ; Sächsisches Hauptstaatsarchiv (Dresde), 10002 Urkunden des Finanzarchivs, Nr. 706. Je remercie M. Dietmar Enge pour ces informations. 3. Karlsen ( Anja), Das mitteleuropaïsche Treppenhaus des 17. und 18. Jahrhunderts als Schaubuḧne repras̈entativer Inszenierung : Architektur, kun̈stlerische Ausstattung und Rezeption, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2016, p. 39 et 95.

Entre bien public et besoin particulier: les projets du fermier Legendre de Villemorien pour les routes

Les élites de l’Ancien régime avaient une vision politique qui oscillait entre le besoin particulier et le bien public. Plus les personnages étaient riches et puissants plus leur volonté faisait céder l’administration. L’administration des Ponts et chaussées n’a pas réussi a en être exempt, mais le cas du fermier Legendre de Villemorien montre toute la complexité d’une administration qui voulait de plus en plus oeuvrer pour le plus grand nombre au nom de l’Etat.

Un fermier et maître des postes puissant : Legendre de Villemorien

Philippe-Charles Legendre de Villemorien est né à Paris et baptisé le 27 janvier 1717 avec pour parrain le Régent, Philippe d’Orléans1. Il est conseiller au parlement de Paris de 1739 à 1747 et devient fermier des Fermes générales unies en 1756 et le reste jusqu’à la révolution. Il devient aussi maître général des Postes et receveur général des domaines et bois de Soissons. Il se marie, le 7 février 1752, à Marie Antoinette Bouret fille d’un administrateur général des Postes. Il possédait les terres de Villemorien et d’Avirey en Champagne (à Bar-sur-Seine plus précisément), des fonds dans la Ferme générale pour près de 60.000 livres, deux maisons rue Faubourg-Saint-Honoré à Paris, l’usufruit d’une maison de campagne à Marly-le-Roi, mais surtout les terres de Valençay, Luçay et Varennes. En 1766, il achète pour 620.000 livres les terres de Valençay avec le château du XVIe siècle [fig.1] à Antoine-Louis Chaumont de La Millière, intendant de Limoges. Charles Legendre de Villemorien achète, par la suite, au même, la terre de Luçay-le-Mâle. Le fermier connaissait donc un intendant qui devient, en 1781, intendant général en charge des Ponts et chaussées à Paris.

fig. 1 Louis Gabriel Moreau, dit l’Aîné, Vue de Valencay depuis les jardin, Musée du Louvre, RMN.

En 1767, Charles Legendre de Villemorien devient gouverneur et lieutenant du roi à Valençay et demande à y implanter des forges qui sont autorisées par le roi le 9 septembre 1767 mais ne fonctionneront qu’à partir de 1776. Il meurt richissime en 1789. Homme bien placé à la cour et à Paris comme financier et administrateur royal, il est l’exemple même de cette noblesse de robe toute puissante sous le règne de Louis XV.

Le pont de Valançay : un besoin particulier

Le riche fermier a pour projet la construction d’un vaste projet de route avec un pont aux abords du château et de la ville de Valençay propriété du financier [fig.2]. Le ministre Trudaine explique à l’intendante 8 février 1771 que « M. de Villemorien me représente la nécessité de reconstruire le pont de Valençay utile au transport de sels et des fers du roi. Il demande que la dépense de la reconstruction de ce pont que l’on a projetté d’oter de l’endroit où il est pour le transporter le long d’un moulin qui est au bout du potager de M. de Villemorien, soit fait par le roi aux offres qu’il fait d’en faire avances et de donner gratuitement les prairies nécessaires pour faire la chaussée aux abords de ce pont. Je vous prie de m’envoyer votre avis sur la demande de M. de Villemorien et de me marquer si ce pont est situé [ainsi] qu’il l’expose sur une grande route et si la dépense doit en être supportée par le roi »2.

fig.2 Détail de l’Atlast de Trudaine pour Valençay, Archives nationales.

On voit sur la carte de Trudaine, vers 1740, que la route est coupée par la rivière Naon et qu’il n’y a plus de pont. Ce « pont de bois sur la rivière de Naon dont on apperçoit encore plusieurs pilots » fut remplacé par « un petit pont pour les gens de pieds ». La description se poursuit :« les visiteurs étant obligés de se détourner en passant à un quai assez difficile vis-à-vis [du] bas-bourg, ensuite de ce petit pont, on monte au bourg de Valençay sur une pente de plus de dix-huit pouces par toises dans la longueur de 70 toises »3 . On connait un tableau de Moreau qui montre cette pente avec un escalier monumental en pierre qui avait été aménagé pour accéder au château [fig.2].

fig.3 Louis Gabriel Moreau, dit l’Aîné, Vue de Valençay depuis la ferme et le potager, Musée du Louvre, RMN.

Le chemin n’étant pas dans l’axe du chemin, le seigneur du lieu, veut donc le remplacer, mettant en avant qu’il est essentiel pour le commerce car le domaine se trouve sur la grande route de Selles à Châteauroux par Valençay. Il propose de faire les avances pour la réalisation et de donner des parcelles de terres au roi. Mais l’intendant se rend compte, dans une lettre du 17 février 1771, que ce domaine ne se trouve pas sur la grande route. Il ajoute à l’ingénieur Demontrocher qu’il faudrait vérifier que cette proposition n’ait pas « pour objet son agrément ou son utilité particulier plutôt que celle du public»4.

fig.4 Plan des projets de routes des Ponts et chaussées vers 1770, ENPC.

M. de Villemorien parvient à faire passer la grande route par Valençay comme on peut le voir sur la carte du Berry [fig.4]. La route conserve sa position ancienne, elle est simplement tirée en ligne droite depuis l’aile du château jusqu’à l’arbre près de la route de Levroux.

fig.5 Détail du cadastre pour Valençay, Archives de l’Indre.

 

La route commencée en 1768 voit donc son tracé changer. Les travaux du tronçon de Valençay débutèrent en février 1771 [fig.5]. Le 7 mars 1771, Legendre de Villemorien écrit que « les pierres sont tirés » et qu’il faut activer les travaux car le chemin se détériore encore et il « est plus mauvais qu’il ne l’était » avant le début des travaux5. L’intendant, s’étant résolu à faire réaliser cette route, tente de faire partager les frais engendrés avec la généralité d’Orléans sans succès. Le fermier tente une nouvelle fois de modifier le tracé de la route en proposant que « l’on fasse faire la chaussée qui vient en face de son château [pour] se procurer une entrée plus commode et plus agréable ». Par conséquent, « il fera faire à ses frais et dépends de nouveaux rapports de terre sur lesquels la corvée sera [faite] ensuite [avec] les empierrement ou cailloutis »6.

fig.6 Ponceau et aqueduc, Atlas de Trudaine, Archives nationales.

En revanche, l’intendant refusait que soit fait un pont de maçonnerie et préférait qu’on réalise un pont de charpenterie car les fonds ne sont pas suffisants dans la généralité pour construire en maçonnerie. Villemorien ne renonce pas à avoir un pont de maçonnerie et une entrée digne de son château. Il met en avant qu’il avait donné 1100 livres pour la construction d’un pont de maçonnerie et non pas de charpente7. L’intendant est surpris par cette réponse car il lui semble de plus en plus que le financier veut une route pour créer une avenue à son château et non pas pour le bien public et le commerce. Il lui reproche de vouloir un pont d’une « largeur beaucoup plus grande qu’il ne l’aurait fallu pour se servir du chemin »20. Villemorien retente sa chance, auprès de Trudaine, en envoyant un mémoire daté du 18 avril 1772 sur tous les ponts de Valençay.

fig.5bis Détail du cadastre pour Valençay, Archives de l’Indre.

Trudaine accepte les demandes mais l’intendant Dupré de Saint-Maur les refuse. Dans ce mémoire, Villemorien proposait de donner 6000 livres pour réaliser les ponts s’ils étaient en pierre8. L’intendant écrit que que « c’est un si petit objet en comparaison de la dépense excéssive que la corvée aura à faire, de l’agrément particulier et de l’utilité considérable qui en resulteront pour lui »9. Villemorien a donc fait construire un ponceau de bois et pierre [fig.5bis] à ses frais sans avoir pu réaliser le grand projet d’entrée pour son château10.

Un pont à Vicq : le bien public

En tant que maître des Postes, il continua de s’intéressa aux routes comme il en rend compte à l’intendant en 1777 : « je vais la faire passer à M. Neubourg qui est à la Moustière et qui m’avait écrit pour savoir si je voulais contribuer au pont de Vicq. J’y ai consenti quoique ce pont jusqu’à présent ne m’ait été d’aucune utilité».

fig.6 Château de La Moustière, Coll. part.

Il commença ainsi une collaboration avec Michel Edmon Le Pestre de Neubourg, receveur général des Finances de la généralité de Caen et seigneur de Vicq-sur-Nahon, non loin de Valençay. Les deux propriétaires ne peuvent pas compter, pour la construction du pont, sur les autres propriétaires qui sont trop éloignés de Vicq. Les travaux sont envisagés car le gué est « impraticable y ayant presque en tous temps environ cinq pieds d’eau ce qui empêche absolument la communications avec les paroisses voisines »[fig.8].

fig.8 Détail du cadastre pour Vicq-sur-Naon, Archives de l’Indre. On y voit le pont de bois sur la rivière à droite.

L’intendant explique que les paroissiens ne « contriburont à rien à la dépense de ce pont [car] il aurait fallu un arrêt du conseil qui [autorise] à ordonner l’imposition sur eux ». Le projet de rendre le gué de Vicq praticable est pour Le Pestre essentiel car c’est un des chemins pour son château de La Moustière.

fig.9 Détail sur le château de La Moustiere dans le cadastre pour Vicq-sur-Naon, Archives de l’Indre.

L’intendant semble vouloir y contribuer grâce au fonds de charité et envoie plusieurs élèves puis demande un projet à l’ingénieur en chef Demontrocher. Villemorien et Neubourg doivent, selon l’intendant, y contribuer comme lui pour une somme de 550 livres chacun11. Finalement, le pont est construit sur le gué à une date indéterminé.

Notes

1. Claeys (Thierry), Dictionnaire biographique des financiers en France au XVIIIe siècle, tome 1, Paris, SPM, 2008, p.168-169; Crozet (René), Le château de Valençay, Paris, Henri Laurens, 1930, p.53-57. 2. Arch.dept. du Cher, C109, lettre de Trudaine à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 8 février 1771. 3 Arch. nat., F148465, Atlas de Trudaine, v.1740. Le texte est écrit au verso. 4. Arch.dept. du Cher, C109 lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Demontrocher du 17 février 1771. 5. Arch.ENPC, UA617, généralité du Berry, 1770. 5. Arch. dept. du Cher, C 1245, lettre de Villemorien à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 7 mars 1771; lettre de l’intendant Cypierre à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 16 avril 1771.6. Arch. dept. du Cher, C109, lettre de Trudaine à l’intendant Dupré de Saint-Maur 7 mai 1771; lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Tudaine, avant mai 1771.7. Arch. dept. du Cher, C1245, lettre de Villemorien à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 27 mai 1771; lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Villemorien du 4 juin 1771. 8. Arch. dept. du Cher, C1245, lettre de Trudaine à l’intendant Dupré de Saint-Maur et mémoire de Villemorien du 18 avril 1772. 9. Arch. dept. du Cher, C109, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 24 mai 1772. 10. Arch. dept. du Cher, C114, mémoire de Villemorien de 1772. 11. Arch. dept. du Cher, C114, lettre de l’intendant Feydeau de Brou à l’ingénieur Demontrocher, 22 mai 1777; lettre de Villemorien à l’intendant Feydeau de Brou, 31 mai 1777; lettre de Le Pestre à l’intendant Feydeau de Brou, 6 juin 1777; lettre de l’intendant Feydeau de Brou à Le Pestre de Neubourg, 1er juin 1777; mémoire de Le Pestre de Neubourg, 1777.

La sculpture de «lionne» à Pont sur Seine : un portrait de la comtesse de Lusace?

Dans diverses collections et jardin de château, il se trouve des sculptures de sphinge aux allures des favorites de Louis XV. Une sculpture qui représenterait la marquise de Pompadour se trouve sur une des piles de la terrasse du château de Menars.

Photo du sphinx de la terrasse de Menars, coll part.

Mais aucun document ne permet de savoir son origine. Elle ne figure pas sur les tableaux du château de 1760. Un article rejette son ancienneté voir ici. Mais contrairement au sphinx de Menars, celui de Pont sur Seine, alors disparu , est bien connu par des lettres et un dessin.

Nicolas Perignon, Vue des terrasses de Menars, Paris, Louvre, RMN.

Ce chantier est lie a la famille de Xavier de Saxe propriétaire du château. Il épousa en 1765 Marie Claire Spinucci fille d’un secrétaire du cardinal Borgia, Giuseppe (Joseph) comte de Spinucci et de Béatrice Vecchi Buratti. La famille Spinucci est une famille du patriciat de Fermo, propriétaire,depuis le XVIIe siècle, du fief polonais de Milanow (actuellement en Pologne) dans le Palatinat de Volhynie (Ukraine).

Le chantier de l’escalier du jardin de Pont

Au printemps 1781, le prince Xavier de Saxe se décide à faire construire un « grand escalier de la terrasse des parterres de son château de Pont au potager » avec une grotte et décoré de deux sculptures de sphinx. Il en fait part à son architecte Giesel et au maître maçon Pierron, rue des Escouffes à Paris. Le prince demande à son architecte de proposer un dessin dont il nous est parvenu seulement une partie.

Friedrich August Giesel?, Projet escalier pour Pont?, Archives de l’Aube.

L’escalier en fer à cheval est constitué de deux volées de marches. C’est un escalier de pierre de grès avec un décor de « tableaux de briques »1. La terrasse est à trois types d’assemblage de pierres : des pierres grisâtres, puis des pierres blanches et au niveau du parapet un ensemble de briques rouges et de pierres grisâtres. C’est sur ce parapet que le prince fait mettre des balustres droites. Puis il fait apposer sur la rampe de l’escalier « du haut en bas sur un soubassement de neuf pouces […] sur lequel seront mis de distance en distance des dés qui formeront des pilastres dont les entre deux seront garnies en balustres et pierres tendres ». Le nombre peut être évalué à 200 environ comprenant aussi les balustres de la terrasse. Le décor de l’escalier est complété par « deux gargouilles en grès aux deux extrémités dudit escalier pour jeter les eaux par deux lances de longueur suffisantes afin quelles ne tombent pas sur le pied des murs »2.

Sous l’escalier, l’architecte fait faire une grotte avec un bassin. L’architecte lui propose un modèle de lion ou de « sirènes couchantes de pierre de St Leu » ou de « 2 chevaux marins ou 2 lionnes » qui sont de « profil en se regardant »3 Cette esquisse a été conservée. Elle montre une sphinge allongée, aux cheveux relevés et à la peau de bête sur le dos reposant sur un socle de pierre.

Friedrich Auguste Giesel, Esquisse de sphinge, Archives de l’Aube.

Le 2 mai 1781, il charge son valet Nick de se rendre chez « le sr. Pierron pour lui dire que le prince attend avec impatience le modèle de la sculpture qu’il avait promis d’apporter à l’hôtel avant le départ du prince »4. Le maçon Pierron envoie ses modèles qui arrivent le 8 mai 1781 : le prince « a choisi le modèle de la lionne comme il vient de voir l’effet qu’ils feraient en place, il a trouvé qu’ils seraient mieux si la tête de la lionne était un peu tournée comme paraissant regarder les personnes qui viennent pour monter l’escalier et que tout le corps et la tête soient un peu plus élevés ». Il ajoute que « ces deux lionnes n’auront point d’eau à jeter » c’est à dire que la sculpture aura la bouche fermée et aucun travaux de plomberie ne sera à faire. Le 22 mai 1781, il en ordonne l’exécution. La sculpture doit être en « en pierre de Saint Leu » et coûter « 900 livres les deux ensemble ». Il ajoute qu’elles doivent être en un seul morceau.

Le 1er juillet 1781 « les deux voûtes des paliers sont cintrés et le charpentier est à présent à poser les grands cintres de la grotte ». Le maçon commence « à remplir quelques panneaux de grès avec la brique ». Le 18 avril 1782, le prince demande de petites modifications5.. Les travaux se terminent en juillet 1782 par la pose des dernières balustres. Les sculptures, qui sont en deux parties, restent en place jusqu’en 1798, date à laquelle elles sont déplacées au chef lieu du département et peut-être, par la suite, transportées à Paris6. On perd leur trace ensuite.

Le sphinx de Marly, l’origine du modèle

Le dessin est très proche dune gravure représentant les sculptures de sphinge de plomb du château de Marly qui se trouvait sur le perron de la terrasse aux abords du château. Ces œuvres de Nicolas Coustou datent de 17017. Le prince a pu les voir au château de Marly lors de sa visite du 18 juillet 1769.

Gravure du sphinge selon Coustou, RMN.

 

Il existe des modèles similaires en Saxe. Le sculpteur François Coudray donna une version de sphinge dans le jardin Großsedlitz vers 1728 et une autre à Pillnitz. Ainsi le prince préfère que les têtes de lions soient tournées, comme celle des sculptures de Pillnitz qui regardent vers le fleuve et les bateaux, alors qu’ à Marly, les sculptures montrent têtes droites dans l’alignement du corps

fig.6 Photo des sphinges de Pillnitz, Deutschefototek.

Un portrait de la comtesse de Lusace?

Lors des discussions sur le dessin de la sculpture pour son escalier, le prince rejette la sculpture de sirènes ou d’animaux marins, pour ne conserver que la représentation de sphinge qu’il dénomme « lionne ». De nombreuses lettres montrent que le prince, très amoureux, est appelé par son épouse Mia Muccia (ma chatte), et lui même signe parfois : Il tuo Muccio (ton chat). Il ne serait pas insignifiant d’y voir un parallèle avec la sculpture de « lionne » et alors de reconnaitre dans la sculpture un portrait de la comtesse.

Portraits de la comtesse et du prince Xavier à la bibliothèque de Fermo, Fermo.

Aucun portrait peint de la comtesse n’est connu, seul deux sculptures nous sont parvenus l’une de 1787 et l’autre pour son mausolée à Fermo. Ils permettent de connaitre en parti les traits de la comtesse. Les œuvres sont très mal documentées8.

Domenico Cardelli, Portrait post,e de la comtesse Spinucci, Fermo.

Un buste sculpté de la comtesse se trouve à la bibliothèque de Fermo [fig.7]. Un autre buste est commandé par le prince, le 23 novembre 1793 au sculpteur Domenico Cardelli  Il veut commémorer la date de décès de son épouse en 1792. Seul portrait de la comtesse réalisé de son vivant, il nous permet à peine de nous faire une idée de ses traits physiques. La coiffure de la sculpture de la bibliothèque de Fermo rappelle en partie celle du dessin de Giesel et la sculpture de Coustou. Nous ne pourrons trancher sur le portrait sculpté du sphinge sans savoir si avoir d’autres sources et sans connaitre la sculpture finalement réalisée.

 

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, dessin de la « face de la nouvelle brèche de la grande terrasse du potager tombé la nuit du 25 mars 1780 ». 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2180, Giesel et Rissey, marché pour faire le grand escalier des terrasses, 18 avril 1782. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2093, notes de différents nécessaires à faire venir de Paris, s.d. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1441, lettre du prince à Nick, 2 mai 1781. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1441, lettre du prince à Pierron, 8 mai 1781, 22 mai 1781, 1er juillet 1781 puis du 18 avril 1782 et 17 juin 1782. 6. Arch. dép. Aube, 1Q1091, lettre de Ménard commissaire du directoire exécutif du canton de Pont-sur-Seine au représentant du département, 18 thermidor an 6 [5 août 1798]. 7. Rosasco (Betsy), The sculptures of the Chateau of Marly during the reign of Louis XIV, N.Y.University Microfilm International, 1986,p. 193-194. 8.Catani, Enzo, « Note storico-artistiche sopra una coppia di busti marmorei raffiguranti il principe Francesco Saverio Augusto di Sassonia e la sua consorte la contessa Chiara Maria Rosa Spinucco di Fermo », Atti della XXXV Tornata dello Studio Firmano per la Storia dell’Arte Medica e della Scienza Fermo 4-5-6 maggio 2001 per cura di, Fermo, A.Livi, 2001, p. 45- 60.

 

 

Nicolas Defer de La Nouerre (Saint-Cloud, 1743 ? – Paris, 1804?) un ingénieur des Pont et chaussées de Bourges à entrepreneur parisien

Il y a quelques années, nous avions étudié la place de l’amélioration de la route dans le Berry au XVIIIe siècle dans l’article “Autour du cas d’Argent-sur-Sauldre: l’embellissement des grands chemins dans la seconde moitié du XVIIIe siècle”.

Une figure y apparaissait en filigrane celle de l’ingénieur Nicolas Defer de la Nouerre dont la carrière mérite d’être un peu étayé.

Une formation militaire

L’ingénieur est né à Saint-Cloud en 17431. Sa première formation aurait été faite par un certain Thuillier qui lui a appris « les éléments de géométrie et les principales propriétés des sections coniques. [Il] a étudié avec succès l’application de l’algèbre à la géométrie et à la mécanique. [Il] sait niveler » et qu’il « a dessiné l’architecture […] ; il dessine aussi la figure, l’ornement avec soin et la carte. [Il] sait lever les plans »2. On sait que l’ingénieur a travaillé pour le parc de Saint-Cloud3, domaine redessiné par Pierre-Contant d’Ivry vers 1740, qui fut un modèle pour les jardiniers et architectes4.

fig.1 Henri Louis Duhamel du Monceau, Éléments de l’architecture navale ou Traité pratique de la construction des vaisseaux,1752, Wikicommons.

En 1759, il entre une première fois à l’école des Ponts où « il a été peu assidu » puis sans connaître la raison s’engage comme ingénieur-géographe militaire5. Il aurait « levé le plan de Saint-Cloud et d’autres plans à l’Ile de Cayenne où il a été employé 13 mois et demi. Il a été volontaire dans le régiment de Bourgogne, cavalerie, ensuite enseigne dans le régiment de Dunkerque, ensuite ingénieur du Roi à la Guyenne française, ensuite lieutenant d’artillerie, aujourd’hui capitaine en second »6. Il retourne à l’école le 24 mai 1766 où « sous les ordres de M. le chevalier Turgot, il a été envoyé en qualité de sous-ingénieur à Limoges le 1er avril 1767 », et il « est passé à Bourges en la même qualité le 1er avril 1771 ». L’ingénieur Defer prend en compte les nombreuses années dans l’armée comme « ingénieur-géographe » de 1763 à 1766 pour demander le grade de sous-inspecteur. Mais, pour la généralité de Bourges, le poste est déjà donné à Charles Demontrocher et donc il se voit refuser le grade par le directeur Jean-Rodolphe Peronnet car il y a « encore beaucoup d’anciens sous-ingénieurs et des gens de mérite à placer avant le Sr. Defer ».

fig.2 Alexandre Roslin, Portrait de l’architecte Rodolphe Perronet et son épouse, Antoinette Charlotte Besson, Göteborg, wikicommons.

Perronet d’ajouter que « ce sous-ingénieur a rendu peu de service depuis qu’il est employé, à cause des maladies qu’il a eu et des temps considérables qu’il est venu passer à Paris »7. De plus l’ingénieur en chef Valframbert n’appuie pas sa demande car il n’a pu constater que sa mauvaise volonté pour travailler :

« M. Defer est appointé sur les fonds de cette généralité du 1er janvier 1771 à raison de 1500 livres par an. Il est arrivé à Bourges vers le 10 juin de la même année. Je l’ai envoyé visiter le département qui lui était destiné le 17. Il a séjourné 2 jours dans le chef-lieu. Il est revenu dans cette ville vers le 20, en est parti pendant que j’étais en tournée vers le 27 juin et est resté à Paris jusques au 17 avril 1772 qu’il est arrivé à La Charité (La Charité-sur-Loire, Nièvre) sans pouvoir venir prendre ici des instructions sur ce qu’il à faire a cause d’un mal qu’il dit s’être fait à la jambe. […] Lorsqu’il est parti au mois de juin, il m’a donné pour raison qu’il avait un abcès fistuleux à la mâchoire qu’il voulait faire guérir. M’ayant mandé au mois d’août suivant que cet abcès étant inguérissable, je le prie de revenir ici. Il me marqua qu’il venait d’avoir une pleurésie qui ne lui permettait pas encore de voyager; ayant cru au mois d’octobre sa convalescence assez avancée pour faire quelques efforts, j’essayai encore de le faire revenir, il m’écrivit qu’il avait un procès a suivre d’où dépendait sa fortune et son honneur. Enfin au 15 mars 1772, je lui ai mandé que toute affaire cessante. Il eut à partir pour Bourges où je l’attendais de pied ferme pour l’instruire. Il est allé, au reçu de ma lettre, trouver M. l’intendant qui lui donné un délai jusques au couramment d’avril, malgré cela il n’est arrivé que le 17. Et cela sans me joindre quoiqu’il y ait 32 jours que je l’attends d’un moment à l’autre. Je vais lui écrire pour lui faire sentir la nécessité de se rendre ici en peu; d’autant que je voudrais faire un voyage à Paris vers le 26 ou le 27 de ce mois »8.

Defer subit une période difficile. La mort de « sa femme en couche au mois de septembre 1770 »9 l’oblige à régler de nombreuses affaires de succession. Il s’est marié à une date indéterminée à Charlotte-Séraphine Dodart, nièce de l’intendant Denys Dodart10.

L’ingénieur dans le Berry : les chantiers à Argent-sur-Sauldre

De 1771 à 1776, l’ingénieur Nicolas Defer de La Nouerre est en charge du pont à d’Argent-sur-Sauldre (Cher) à l’entrée du village où l’intendant réside depuis 176511. Les travaux sont organisés et surveillés par le subdélégué de Gien, Edme Rancourt de Villiers12 qui écrit en 1771, à Argent, qu’il « mener[a] avec toute vivacité possible la construction vraiment intéressante d[u] pont [d’Argent]»13. L’intendant s’appuie encore dans un premier temps sur l’ingénieur en chef Valframbert puis sur le sous-inspecteur Demontrocher. C’est ce dernier qui suit les travaux depuis le début et qui les fait aboutir en 1776.

Selon Valframbert, le sous-ingénieur Defer est « arrivé que depuis peu dans cette province, il n’a fait aucun service en 1771 »14 car « il est venu à paris en juin 1771 où il a passé neuf mois, il en est reparti pour retourner à Bourges à la fin de mars 1772. »15 Ainsi cet ingénieur est présent en 1772, à Argent où « il a fait paraître d’abord beaucoup de zèle, mais un ton d’égalité qu’il a voulu soutenir dans les affaires qu’il a eu à traiter avec le subdélégué du lieu de sa résidence l’ont fait accuser de hauteur, et [ill.] auprès de Mr. l’intendant, qui depuis que ce sous-ingénieur est dans la généralité, n’a pas cessé de juger et condamner tout ce [que le subdélégué] fait et propose de faire; ce qui nuit essentiellement au bien du service. Il est vrai qu’il est le troisième qui en trois ans de temps n’a pu convenir à ce même subdélégué.»16

fig.3 Plan de Trudaine pour Argent, Archim.

Le plan de route extrait de l’atlas de Trudaine montre le passage de la Sauldre au village d’Argent vers 1745 : « on traverse la Grande-Sauldre au pied du coteau dans un bac. Cette rivière, à cet endroit, a 13 p[ied] de largeur sur un pied de profondeur dans le temps des plus basses eaux. On remarque quelques vestiges d’un pont qui avait autrefois été construit en cet endroit. Les plus hautes eaux de cette rivière ne passent guère six pieds. »17. Le plan [fig.3] ne montre aucun pont permettant de traverser la Sauldre car l’ancien pont construit par Jean de Vétus, au début du XVIIe siècle, s’étant écroulé, le passage de la rivière, à cet endroit, se faisait par des bateaux plats18.

Par rapport à l’ancien passage, l’ingénieur a décidé de rapprocher le pont du château, pour autant on ne sait pas exactement quel est le tracé envisagé. En tout cas, ce premier tracé fait par Valframbert paraît déplaire à l’intendant qui le trouve « infâme ». L’intendant décide donc de tout faire pour le modifier quitte à faire du chantage avec les « fonds d’indemnités ». Nicolas Dupré de Saint-Maur est en charge des fonds des travaux : fonds royaux et fonds des Ponts et chaussées. Ainsi Valframbert décrit les déboires qu’il a eu avec l’intendant sur le tracé proposé :

« M. l’intendant m’a dit qu’il fallait changer cet alignement et le diriger sur la maison d’un particulier qu’il n’aime pas, m’ajoutant qu’il voulait profiter de cette occasion pour en faire raser sa maison et le faire sortir du pays. Je lui ai répondu que les maisons particulières ne devaient pas me guider, que, comme je ne voyais pas le bien du service dans le projet, je le priais de trouver bon que je ne m’en mêle pas. Il m’a répondu que le plus ou le moins de maisons à abattre ne devait pas m’arrêter, parce qu’il faisait payer les indemnités sur les fonds de la province, et qu’il entendait être le maître de la direction des alignements dans la traverse des villages, sans quoi il ne fournirait pas de fonds pour les indemnités. Je lui ai répondu que cette discussion regardait M. Trudaine et lui, et que, j’étais assujetti à des règlements dont je ne pouvais me départir sans ordre. Nous en sommes restés là, après néanmoins qu’il m’ait dit que M. de Limay faisait à cet égard autrement que moi. Depuis le temps, j’ai toujours relu avec lui comme à l’ordinaire et il ne m’a plus parlé de rien. Je sens bien que je ne lui ai pas fait ma cour dans cette occasion, mais j’ai rempli mon devoir. »19

L’intendant y voit avant tout l’amélioration des abords de son domaine et l’alignement des maisons sur la route parvenant à l’entrée du château. On ne sait pas si l’alignement envisagé par l’intendant est effectivement suivi mais il aimerait en être le maître . Il semble que l’ingénieur et l’intendant soient en désaccord sur la question car l’ingénieur y voit non pas des raisons publiques mais une requête particulière. L’intendant va dorénavant s’appuyer sur l’inspecteur Demontrocher qu’il a sorti d’un mauvais pas, plus que sur l’ingénieur en chef avec qui il ne va plus discuter de rien. Après le choix du tracé, le subdélégué se charge de trouver les entrepreneurs qui auront en charge la réalisation du pont avec les voituriers et les matériaux20. Ainsi, il semble que c’est l’inspecteur Demontrocher qui se charge des travaux et il est aidé par le sous-ingénieur Defer. Ils doivent être secondés par des élèves dès lors l’intendant demande en 1772 leur envoi : « Monsieur, le bien du service de cette généralité, exige qu’il y soit envoyé cette année deux élèves instruits. L’un sera employé à la conduite et contrôle des ouvrages du pont d’Argent, et les corvées à faire à ses abords. L’autre le sera à la conduite des travaux de corvées d’un département et à lever des plans »21. Les élèves envoyés sont les sieurs Saint-André, Saint-Faust et Leclerc la Bourée. De plus, l’intendant mentionne en 1774 que le Sr. Vallée s’est bien acquitté du suivi des travaux du pont d’Argent22. Mais on sait que durant l’année 1773, le sous-ingénieur Defer se charge du toisé des pierres des carrières qui doivent être utilisées pour le pont23. Vers le 19 décembre 1773, des pierres, destinées au pont d’Argent, sont arrivés à Gien24. L’intendant explique à Perronet, dans une lettre le 22 mars 1774, que les ingénieurs sont trop éloignés d’Argent pour « guider et veiller à ce que la besogne soit bien faite »25. L’ingénieur en chef Demontrocher a la charge, au cours de la poursuite des travaux, de la distribution des fonds pour les dédommagements des riverains et le paiement de l’entrepreneur26. Il est secondé par Joseph Mony conducteur royal et entrepreneur à Argent27 et le sous-ingénieur Defer avant son renvoi dans une autre province en 1777.

Le pont d’Argent fut modifié dans la seconde moitié du XXe siècle mais les cartes postales anciennes siècle montrent sa disposition avant les modifications [fig.4]. Ce pont est réalisé en même temps qu’une « arche de la prairie d’Argent »28 enjambant un canal de la Sauldre.

fig.4 Pont de Argent, carte postale.

Une réalisation est l’oeuvre exclusive de l’ingénieur Defer en faveur auprès de l’intendant : le jardin du domaine d’Argent dont il existe un projet daté de 1776 [fig.5]29. On sait que Nicolas Dupré de Saint-Maur est nommé comme intendant en juin 1776 à Bordeaux, ce plan peut être antérieur ou postérieur à cet envoi. Ce qui est confirmé par une lettre du 17 novembre 1776 de l’ingénieur en chef Charles Demontrocher qui décrit que l’ingénieur Nicolas Defer « s’occupe d’ouvrages de terrassements pour les cours et jardins de M. Dupré de Saint-Maur à Argent qui ne lui font aucun profit et peuvent être dirigés par tout autre sous-ingénieur qui y donnait un coup d’œil de temps à autre en parcourant ses routes sans en faire son lieu de résidence »30.

fig.5 Projet de Nicolas Defer de la Nouerre pour Argent, coll. part.

D’après l’historien Julien Vasquez31, l’intendant aurait réellement apprécié ce projet puisque il signale dans son Livre de comptes, à l’entrée « du 23 [avril 1777] », qu’il a « payé au vitrier pour fourniture et façon du cadre doré et verre sous lequel [il a] mis le plan du château d’Argent, un louis »32. On voit sur ce plan deux parties : un boulingrin et des parterres puis le bois. Pour Blondel, les terrasses sont un investissement important pour les terrains en pentes mais elles offrent « beaucoup d’agrément par les différents point de vue dont on peut jouir, soit dans les fonds, soit sur les éminences »33. En 1777, il plante du gazon, sûrement dans le boulingrin près de l’Église34. Le boulingrin est d’origine anglaise mais comme le fait remarquer Dézallier d’Argenville, c’est une « figure renfoncée, couverte d’un beau gazon bien uni et bien vert, entouré le plus souvent d’un rang de grands arbres, avec des arbrisseaux pleins de fleurs » qui « le rendent d’une jolie composition, sans parler du plaisir de pouvoir se reposer sur les glacis de son renfoncement, pendant la grande chaleur, et d’y être à l’ombre »35.

fig.6 François-Hubert Drouais, Portrait de Duhamel de Monceau, Paris, musée de la Marine, wikicommons.

Selon Bernard Toulier, l’organisation du parc, potager et jardin est issue des travaux d’Henri-Louis Duhamel du Monceau36 : le jardin du château de Denainvilliers présente un bois de forme triangulaire délimitée par plusieurs axes et une place circulaire en son centre37. Ce bois comme les allées permettent des « promenades agréables» 38 mais permet aussi d’empêcher la propagation des feux et de permettre une coupe des bois pour le chauffage39. Il préconise de ne pas créer trop «  de petites pièces qui se trouveraient bouchées quand les arbres auraient pris de la grosseur » et « il faut bannir les petits cabinets, les labyrinthes, en un mot, tout ce qui est mesquin » mais il ne se présente pas comme spécialiste des jardins mais comme agronome40. Or, le bois du plan de Henri-Louis Duhamel et celui d’Argent par Nicolas Defer, paraissent n’avoir qu’une similitude de leurs formes générales, par ailleurs, on n’a rien retrouvé sur la relation possible entre l’agronome Duhamel du Monceau et l’intendant Dupré de Saint-Maur. En revanche, Henri-Louis Duhamel du Monceau ainsi que Nicolas Defer, créateur du projet pour Argent, doivent connaître la conception du bois qu’a énoncé Antoine-Joseph Dézallier d’Argenville, théoricien des jardins très connu au XVIIIe siècle, dans La théorie et la pratique du jardinage où l’on traite à fond des beaux jardins appelés les jardins de propreté, de 1709 41 : pour l’auteur un château ne peut se priver d’un bois qui doit ainsi être percé « d’allées le plus qu’on pourra, de n’y point faire trop d’ouvrage », et il doit avoir en général la forme d’une « étoile » ou d’une « patte d’oie »42. Il n’est pas le seul à préconiser ce genre de forme pour les bois, puisque Louis Ligier, dans La nouvelle maison rustique, de 1700, écrit que l’on peut voir dans les bois «  de grandes Étoiles avec un grand rond dans le milieu où rendent toutes les routes. »43 Dès lors, on peut remarquer que le bois d’Argent possède une forme d’étoile et une patte d’oie avec « une belle pièce dans le milieu »44 et un seul bâtiment. Les allées axiales bordées d’arbres, les rond-points, les grilles ouvragées, les parterres, les terrasses et les canaux créent des effets monumentaux pour les visiteurs venant voir l’intendant.

fig.7 Temple de Bacchus à Argent, carte postale.

Dans le parc du domaine d’Argent se trouve une fabrique le « Temple de Bacchus » que l’on attribue volontiers localement à l’architecte du Grand-Théâtre de Bordeaux, Victor Louis [fig.7]. L’historien de l’art Christian Taillard ne l’attribue pas à l’architecte45. Dès lors, les chercheurs se sont interrogés sur les sources de cette étrange fabrique à l’exemple de Claude Mignot qui écrit que « le Temple de Bacchus est un édifice tout à fait intéressant qui appartient à une typologie très étrange de faux plan centré, puisque coupé presque en trompe l’œil »46 ou encore Jean-Pierre Babelon qui « estime que l’architecture du Temple de Bacchus prend tout son sens dans le cadre des perspectives paysagères, et il demande si les axes qui donnent le volume existent toujours »47.

fig.7bis Temple de Bacchus à Argent, carte postale.

Sur le plan cadastral ancien dressé en 1814, il est appelé « Temple de Bacchus »48, et il est au centre du « Vignoble du Temple de Bacchus », planté sur les versants bien exposés de la colline sur laquelle s’élève le pavillon. On sait que l’intendant Dupré de Saint-Maur poursuivit des travaux dans la recherche agricole et s’intéressa plus particulièrement à la vigne. Le plan par masse de culture49, montre que des vignes sont plantées dans l’axe du Temple de Bacchus, de part et d’autre de la route de Blancafort. Les terrains s’étendant dans le triangle formé par cette route et celle de Gien, portent des vignes plantées de 1779 et 178250. L’allée d’arbres présente sur le plan de 1776 mènerait ainsi à ce bâtiment. L’architecture du « Temple de Bacchus » est très proche de celle des communs du château d’Argent: on y a employé les mêmes matériaux, on y retrouve la même composition sobre et symétrique et le même traitement des ouvertures [fig.8]. Aucune archive ne permet de documenter ce bâtiment qui pourrait même être l’œuvre de l’architecte Joseph Mony qui a travaillé, comme conducteur des ponts et chaussées, à la route d’Argent à Bancafort ou encore de Nicolas Defer.

fig.8 Bâtiment des communs actuellement.

Entre Paris et Bourges : un ingénieur ambitieux

L’ingénieur Defer très attaché à Paris et Saint-Cloud y effectue de nombreux voyages depuis Bourges. Il semble avoir affaire à des maladies chroniques demandant des soins importants qui l’obligent à rester à Paris de 1771 jusqu’en 1772. Ainsi il écrit « à Paris, chez madame Duchesne, libraire rue Saint-Jacques, au Temple du goût », le 15 août 1771 : « si la nécessité des travaux exigeait ma présence, je me rendrais en abandonnant mes affaires que je vous prierais de me permettre de venir reprendre à la fin d’octobre, cependant une maladie sérieuse est venue m’assaillir. Mon ancienne a pris une nouvelle consistance et il faudrait que vous exigiez absolument mon retour pour que je me risquasse de me rendre à mon département. J’attendrai donc vos ordres avant d’en prévenir Mr. Trudaine, persuadé que je suis, Monsieur, que vous voudrez bien avoir la bonté de prendre part à mes malheurs»51. L’intendant répond que l’ingénieur Defer a « bien fait de différer [son] retour » mais dès que sa santé sera rétablie, il devra revenir dans la province car ses supérieurs commencent à s’en plaindre. On lui reproche donc de ne connaître « ni son département, ni la marche du travail de cette généralité [de Bourges], ni la méthode de conduire les corvées, n’en ayant jamais conduit. »52 Mais il parvient à se faire donner un délai par l’intendant qui l’apprécie. Ainsi il peut réitérer sa demande de promotion en 1773 qu’on lui refuse toujours pour les mêmes raisons53.

fig. 9 Augustin de Saint-Aubin et Charles-Nicolas Cochin, Portrait de Trudaine de Montigny, wikicommons.

Après le départ de Nicolas Dupré de Saint-Maur pour Bordeaux, en juillet-août 1776, l’ingénieur Defer perd son protecteur. L’ancien intendant de Bourges a pourtant tout fait pour avoir l’appui de l’ingénieur en chef de la généralité de Bourges, Demontrocher. Pourtant l’ingénieur en chef reprochait déjà à Defer son insubordination dans une lettre du 12 février 1776:

« Ambitieux, hardi, entreprenant, turbulent, ce sous-ingénieur veut l’emporter sur l’ingénieur en chef et le dépouiller pour se parer de ses plumes. Il fait à l’intendant sa cour la plus assidue, propose, traite, lui rend compte, directement malgré mes prohibitions réitérées. Je l’ai arrêté sur plusieurs entreprises contraires au bon ordre qu’il voulait me faire approuver. A présent, il agit clandestinement. Parvenu par son intrigue à se faire écouter de l’intendant, il fait, il exécute différents projets sur lesquels je ne suis seulement pas consulté. […] En cause que je ne lui ai rien dit sur ce qui me concerne, il vient chez moi, il affecte de me faire sa cour, je rends politiquement politesse pour politesse. Mais c’est un sujet bien dangereux, beaucoup plus superficiel que docte, sophiste, imposant par le ton, entêté dans ses opinions, toujours d’avis contraire à ce qu’on exige de lui, très cher dans ses régies, incorrect dans ses opérations en prêchant l’économie et l’exactitude. […] Je vous demande en grâce, Monsieur, comme je l’ai fait à M. Hue de le faire passer dans une autre province où il se conduira peut-être différemment. Surtout si l’on a soin de ne le point placer à porté de l’intendant. Il est de toute impossibilité de changer ici son allure ; il a le pied à l’étrier. Quoique je suis bien reçu chez M. Dupré de Saint-Maur, M. Defer m’y nuit beaucoup »54.

L’ingénieur en chef Charles Demontrocher se décide donc de le faire changer de généralité.

Un entrepreneur parisien

L’ingénieur Valframbert en place à Bordeaux craint que le nouvel intendant en place – qui est, Nicolas Dupré de Saint-Maur depuis juillet 1776 – ne fasse venir Defer dans la généralité de Guyenne55. Nicolas Defer tente de faire changer d’avis l’ingénieur en chef Demontrocher qui en fait part à Perronet, début novembre 177656. Mais l’administration a décidé de l’envoyer en Bresse malgré toutes les contre-propositions qu’il fait pour rester à Bourges. On veut le faire passer rapidement dans son nouveau département car « s’il ne reçoit pas des ordres très précis pour abdiquer ses fonctions en Berry, il est certain qu’il prétextera des motifs pour différer. M. Dupré de Saint-Maur doit aller à Argent à la fin de ce mois et y passera quelque-temps. M. Defer voudra l’attendre et fera faire de nouvelles sollicitations »57. Defer est vraisemblablement arrivé en Bresse entre mai et juin 177758. Il devient, par la suite, un théoricien des canaux qu’il veut avant tout utilitaires et économiques ; on connaît de lui des écrits comme Observations sur le canal du Languedoc et la jonction des deux mers par ce même canal en 177959. Il fait de nombreux séjours à Paris où il s’intéresse aux problèmes hydrauliques de la capitale.

Il est aussi l’auteur de projets pour le canal de l’Yvette à partir de 178160. Les travaux pour son enfouissement sont entrepris par Nicolas Defer qui s’est retiré du service des ponts et chaussées en septembre 1782. Il soumet ce projet à l’Académie. Ce travail à Paris sera reconnu et lui permet d’écrire en 1786, La science des canaux navigables ou de la possibilité de faciliter l’établissement général de la navigation intérieure du royaume et de supprimer les corvées et d’introduire dans les travaux publics l’économie que l’on désire61. Les travaux avancent avec l’aide de l’ingénieur Emiland Gauthey. Les chantiers s’arrêtent en 1788 puis reprennent en 178962. On perd sa trace pendant la révolution. Il meurt à Paris comme entrepreneur le 21 novembre 180463.

Notes

1. Acte de décès, Paris, 30 brumaire an XIII [21 novembre 1804].2. Arch. ENPC, MS87, « État des employés subalternes des Ponts et chaussées », généralité de Bourges, vers 1770.3. Arch. ENPC, MS 3273, « Extrait de l’Enregistrement des élèves – Journal de l’École Nationale des Ponts et chaussées N° 1 », 1749-1786.4. Dézallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La théorie et la pratique du jardinage où l’on traite a fond des beaux jardins appelés les jardins de propreté, Paris, Pierre-Jean Mariette,1740, p. 452-454.5Arch. ENPC, MS87, « État des employés subalternes des Ponts et chaussées », généralité de Bourges, [1772 ?].6. Arch. ENPC, MS 3273 , « Extrait de l’enregistrement des élèves – Journal de l’école Nationale des Ponts et chaussées N° 1 », 1749-1786.7. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, « Rapport du Sr. Perronet sur la requête envoyé par Mr. Defer le 29 mars 1772 » daté du 21 avril 1772 et « remis à Mr. Trudaine le 28 avril 1772 ».8. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de l’ingénieur Valframbert à Perronet du 19 août 1772.9. Arch. ENPC, MS87, « État des employés subalternes des Ponts et chaussées », généralité de Bourges, vers 1770.10. Paulin Riffe (M.), « Essai généalogique sur les anciennes familles du Berry (famille de Bengy) », Mémoire de la société des Antiquaire du Centre 1873-1874, Ve volume, Bourges, E. Pigelet, 1875, p.133.11. Dupré de Saint-Maur (Jean), Une famille française, dans l’attente de son grand homme (1180(?)-1980) , Fascicule II, arch. dept. du Cher, 4°1579, p. 177.12. Il faut noter que c’est le seul ancien membre de l’élite administrative provinciale à être élu aux États-Généraux en 1789, il avait démissionné de son poste à Gien quelque-temps auparavant ( Tackett (Th.), Par la volonté du peuple […], Paris, Albin Michel, 1997, p.38).13. Arch. dept du Cher, C109, lettre du subdélégué de Gien à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 5 juin 1771.14. Arch. ENPC, MS 2153, « État des talents et de la conduite des inspecteurs et sous-ingénieurs de diverses généralités», généralité de Bourges, boite 1, 1767-1771.15. Arch. ENPC, MS87, « État des employés subalternes des Ponts et chaussées », généralité de Bourges.16. Arch. ENPC, MS 2153, boite 1, « État des talents et de la conduite des inspecteurs et sous-ingénieurs de diverses généralités», généralité de Bourges, boite 3, 1772-1780.17. Arch. nat., F148462, Atlas de Trudaine, fol 5.18. Duplaix(Aguste), Mémorial de commune et paroisse de Clémont[…], Chateauroux, Langlois, 1905, p. 63.19. Arch. ENPC, MS2406, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 12 avril 1771. 20. Arch. Dept. du Cher, C112, lettre du subdélégué à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 30 mai, 2 juin et 5 juin 1771.21. Arch. ENPC, MS2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 29 mars 1772.22. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Perronet du 22 mars 1774.23. Arch. dept. du Cher, C111, mémoire de l’ingénieur Defer du 18 novembre 1773.24. Arch. dept. du Cher, C1245, lettre de M. Hérault à Argent et lettre de M. Rancourt de Villiers subdélégué à Gien à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 19 décembre 1773.25. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Perronet 22 mars 1774.26. Arch. dept. du Cher, C107, lettre de l’ingénieur Demontrocher à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 5 juin 1776.27. Arch. dept. du Cher, C114, lettre de l’ingénieur Demontrocher à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 22 juin 1776.28. Arch. ENPC, MS 1911, « État des talents des élèves du bureau des Ponts et chaussées et des ouvrages qu’ils ont faits », boite 11, 1774-1775.29. Plan attribué à Nicolas Defer de la Nouerre, 1776, coll. particulière, reproduit dans Bernard Toulier, Châteaux en Sologne, Paris, Imprimerie nationale, 1991, p. 136-137.30. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de de Montrocher à Perronet du 17 novembre 1776.31. Vasquez (Julien), Julien,Nicolas Dupré de Saint-Maur ou le dernier grand intendant de Guyenne, Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest, 2008, p. 46.32Extrait du tome XXXIV (année 1899) des Archives historiques de Gironde, Bordeaux, Imprimerie G.Gounouilhou, 1899, p. 3 à 76. Le plan est cité page 25.33. Blondel (Jacques-François), De la distribution des maisons de plaisance et de la décoration des édifices en général, Paris, Jombert, 1732, tome 2, p. 2.34. « Livre de dépenses de Dupré de Saint-Maur, intendant de Guyenne (année 1777)», op.cit., p. 15.35. Dézalier d’Argenville (Antoine-Joseph), La théorie et la pratique du jardinage, op.cit,. p. 83-84.36. Voir planche VIII du traité Les Semis et plantations des arbres et de leur culture cité par Bernard Toulier, Châteaux en Sologne, op.citp. 156.37. Fleury (Bernard), « Duhamel du Monceau: une approche toujours actuelle dans le domaine de l’arboriculture ornementale et urbaine », Duhamel du Monceau (1700-2000), un européen du siècle des Lumières, textes présentés par André Corval (dir.), actes du colloque du 12 mai 2000 et conférences, Orléans, Académie d’Orléans, 2001, p. 311- 314.38. Toulier (Bernard),Châteaux en Sologne, Paris, Imprimerie nationale, 1991, p. 156.39. Morin (Christophe), Au service du château: L’architecture des communs en Île-de-France au XVIIIe siècle, Paris, Publication de la Sorbonne, 2008, p. 189. Voir : https://books.openedition.org/psorbonne/540?lang=fr40. Duhamel du Monceau (Henri-Louis ), Des Semis et Plantations des arbres et de leur culture , Livre IV, Paris, L.H. Guerin et L.F. Delatour, 1760, p. 181.41. Cet auteur précède largement les travaux de Duhamel du Monceau sur ce sujet et son ouvrage est de nombreuse fois réédité au XVIIIe siècle.42. Dézallier d’Argenville (Antoine-Joseph ), La théorie et la pratique du jardinage […], op.cit. 1747, p. 71.43. Liger (Louis), Nouvelle maison rustique ou Economie générale de la campagne, Paris, Claude Prudhomme, troisième édition 1721, tome 2, p. 308.44. Ibid., p.72.45. Taillard (Christian)Victor Louis (1731-1800) : le triomphe du goût français à l’époque néo-classique, Paris, PUPS, 2009, p. 246-247. 46. Voir dossier historique de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, procès-verbal de la séance du 19 mai 2000 sur Argent-sur-Sauldre, dept. du Cher.47. Voir dossier historique de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, procès-verbal de la séance du 16 septembre 2002 sur Argent-sur-Sauldre, dept. du Cher.48Arch.dept. du Cher, plan du cadastre de la commune d’Argent-sur-Sauldre, sections E et D, 1814.49Arch.dept. du Cher, plan XX, Argent-sur-Sauldre, 248.50Arch.dept. du Cher, plan XX, Argent-sur-Sauldre, 247.51. Arch. dept. du Cher, C109, lettre de l’ingénieur Defer à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 22 août 1771.52. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 19 août 1772.53. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Perronet à Valframbert du 12 février 1773.54. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de de Montrocher à Perronet du 12 février 1776.55. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 2 novembre 1776.56. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de de Montrocher à Perronet du 8 novembre 1776.57. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de de Montrocher à Perronet du 17 novembre 1776.58. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, « Rapport du Sr. Perronet sur le mémoire du Sr. Defer sous-ingénieur des Ponts et chaussées en Bresse » daté du 29 mai 1777 et « remis à M. Trudaine le 2 juin 1777 ».59. Arch. ENPC, MS 233, Observation sur le canal du Languedoc et la jonction des deux mers par ce même canal, 1779, tome 5.60. Jean Bouchary, L’eau à Paris à la fin du XVIIIe siècle: la Compagnie des eaux et l’entreprise de l’Yvette, Paris, Rivière, 1946, p. 53 à 57.61Arch. ENPC, 84751, Nicolas Defer, La science des canaux navigables ou de la possibilité de faciliter l’établissement général de la navigation intérieure du royaume et de supprimer les corvées et d’introduire dans les travaux publics l’économie que l’on désire, Paris, L’auteur, 1786, 2 tomes.62. Arrêts du Parlement de Paris : 26, 29 novembre 1788 ; 3 et 10 décembre 1788. Arrêt du conseil d’Etat du 14 février 1789.63. Acte de décès, Paris, 30 brumaire an XIII [21 novembre 1804].

Abstract

Nicolas Defer de la Nouerre is not a famous ingenious but he made a carreer in Berry region directed by Nicolas Dupre de Saint Maur. He was in charge of the bridge in Argent sur Sauldre and the new garden. He was maybe the designer of a strange building called “temple of Bacchus”. But he was in conflict with some of his superiors and they made him move in Bresse. At that point, he was ,ore interested by the creation of soles canals particularly the one in Paris for the Yvette river. He became entrepreneur and did the first construction for bay the river.

Reconstruire la Saxe par les arts : deux tableaux de Bernardo Bellotto comme symbole du Rétablissement

La guerre de Sept-Ans (1756 – 1763) marque pour l’Allemagne de grands bouleversements politiques. En 1763, la Prusse, quoique exsangue, est vue comme une grande puissance en Europe centrale1. De l’autre côté la Saxe, grande rivale de la Prusse, se voit reléguée comme puissance de second ordre. Elle a perdu des millions de livres tournois dans la guerre et a été le théâtre de nombreux combats meurtriers et destructeurs. Sa capitale Dresde a été en partie ravagée par des bombardements prussiens dont le plus notable se déroula du 13 au 22 juillet 1760[fig.1].

[fig.1] Plan du bombardement de Dresde de 1760, Kupfertich-Kabinett, Dresde, SKDonline. En noir les zones dévastées par les bombardements.

Pour compléter ce tableau, le 5 octobre 1763, le duc de Saxe et roi de Pologne, Auguste III meurt suivi par son héritier direct quelques mois plus tard. Ces décès ouvrent une période de reconstruction d’un État aux rêves inaboutis. La Silésie est définitivement possession prussienne. Par cette raison, l’union de la Saxe et de la Pologne n’aura jamais été une union territoriale mais seulement personnelle autour des deux rois de la famille Wettin, Auguste II dit Le Fort roi de 1709 à 1733 et son fils Auguste III à partir de 1733. Le 5 octobre 1763, le roi Auguste III, très malade, décède laissant le pouvoir à son fils Frédéric-Christian (1722 – 1763). Mais ce dernier décède à son tour le 17 décembre 1763, laissant les rennes de l’État à un jeune électeur, Frédéric-Auguste (1750 – 1827), encore adolescent. Alors, selon les règles du saint-Empire, c’est son oncle, le prince Xavier (1730 – 1806), en tant qu’aîné de la famille, qui doit diriger la Saxe comme prince Administrateur (Administrator) jusqu’à sa majorité[fig.2]. Cette période est appelée « Rétablissement » de la Saxe (1764 – 1768). Le prince Xavier sait qu’il a entre les mains un état ruiné et une capitale détruite.

 

“[…]des rues entières ne présentaient plus qu’un vaste incendie ; de magnifiques palais, qui eussent orné les plus belles villes d’Italie, furent renversés, et l’on entendait à chaque instant s’écrouler avec fracas des édifices qui étaient un instant auparavant l’asile de l’industrie et le séjour de l’aisance”

Archenholz (Johann Wilhelm von ), Histoire de la guerre de sept ans, commencée en 1756 […], volume 1, Metz, Devilly, 1789, p. 32.

En 1764, le prince Xavier écrit qu’il sent « la nécessité de remettre l’État en force »2. C’est par cette logique qu’il va proposer une politique artistique qui comme le dit Benjamin Gottfried Weinart : « ces dispositions n’ont pas été prises pour embellir les appartements des grands, ni donner aux riches l’occasion de satisfaire leur penchant pour les fastes. L’objectif final était beaucoup plus noble : on voulait parvenir à l’épanouissement de la Saxe par le moyen des arts »3.

[fig.2]François Guérin, Portrait du prince Xavier, Gemäldegalerie, Dresde, SKD online.

Dès lors, le nouveau prince Administrateur commande à Bernardo Bellotto (1721 – 1780) un grand tableau représentant les ruines de l’église protestante Sainte-Croix (Kreuzkirche) qui doit faire pendant à un autre tableau terminé en 1763 qui représente les ruines du faubourg de Pirna à Dresde.

[fig.3]Bernardo Bellotto, Eglise Sainte-Croix à Dresde, Hermitage Museum, Saint Petersburg, wikicommons.

Ces deux œuvres se démarquent dans la carrière du peintre vénitien. En 1747, le peintre Bernardo Bellotto, neveu et élève du peintre Giovanni Antonio Canal (1697 – 1768), entre au service du roi Auguste III. Il reste à Dresde jusqu’en 1758, où il entreprend un voyage à Vienne et Munich, alors que le roi de Pologne est à Varsovie. Il revient en 1762 à Dresde, où il reste jusqu’en 1766. À cette date, il est invité à se rendre à Varsovie par le nouveau roi de Pologne Stanislas Auguste Poniatowski. Il quitte Dresde faute d’une reconnaissance et de rémunération.

L’artiste s’était fait une spécialité dans la réalisation des vues de paysage urbain. Dans les collections royales de Dresde, nous trouvons, ainsi, en 1754, dix-huit tableaux de cet artiste représentant Dresde et Pirna4. L’école italienne, comme nous le disons plus haut, semble très en vogue en Saxe. À l’exemple de la collection du secrétaire et ministre, baron Carl Heinrich von Heinecken (1706 – 1791) qui une des plus belles collections d’œuvres vénitiennes5.

[fig.4]Bernardo Bellotto, Les ruines de l’église Sainte-Croix, Gemäldegalerie, Dresde, SKDonline.

Revenons au tableau qui représente l’église Sainte-Croix. Terminé en 1765, ce tableau, payé 200 thalers par l’académie de peinture de Dresde, est remis à la galerie de peinture de l’électeur6. Il représente l’église protestante de Sainte-Croix, construite à la Renaissance, se trouvait à Dresde sur la rive gauche de l’Elbe aux abords du vieux marché. En dominant la ville, elle rappelait le renoncement de la famille Wettin à la foi luthérienne[fig.3]. Détruite pendant le bombardement prussien de 1760, sa reconstruction est décrétée comme symbole du renouveau de la Saxe électorale. En 1764, le prince Xavier pose la première pierre de sa reconstruction. Dans ce premier projet, la façade principale et le clocher doivent être préservés mais un débat s’ouvre sur le reste de l’édifice à construire. Finalement durant les travaux en 1765, une partie des murs du clocher s’écroule. Le prince administrateur décide que tout l’édifice doit être reconstruit et il stipule que cela doit être dans un style « classique » (Klassizismus)7. Il s’oppose ainsi au style de son père représenté par la Frauenkirche[fig.5]. Le premier projet de l’architecte de la ville Johann George Schmidt de 1763 est délaissé, en 1765, au profit de celui des membres de l’académie Friedrich August Krubsacius et de son collègue Christian Friedrich Exner. L’église est finalement consacrée en 1792[fig.9].

 

Dans cette œuvre, Bellotto peint une masse de pierres et de poutres de bois au sol au second plan et en arrière-plan se dresse les restes du bâtiment très fortement endommagé qui commençait à peine à être fortifié en vue de sa reconstruction[fig.4]. Des échelles ont été installées pour permettre aux ouvriers d’accéder au sommet de la ruine. C’est la configuration juste après l’écroulement du mur ouest du clocher qui s’est déroulé le 22 juin 1765. Peu d’ouvrier ont osé s’aventurer sur les ruines qui risquaient à tout instant d’achever son effondrement. Au premier plan, le peintre a ainsi mis des ouvriers et artisans à la tâche. Des bâtiments à la gauche des restes de l’église sont toujours debout, tandis qu’à sa droite le peintre montre une ville en ruine. De nombreux spectateurs regardent les ouvriers travailler pour étayer et commencer les réparations Le peintre, utilisant (comme Canaletto) la camera obscura depuis la maison du Stadtsuperintendent Johann Joachim Gottlob am Ende, a réalisé un tableau minutieux où chaque détail rend compte de la réalité mais comme à son habitude, l’artiste joue sur rapports de perspectives et les dimensions des bâtiments. La carcasse de l’église renaissance est une silhouette fantomatique d’un monde révolu dans une ville à l’architecture classique. Le peintre serait monté au sommet de l’église pour observer les destructions. Il a représenté les fondations de la reconstruction qui montrent des bases de pilastre classique et non pas l’architecture de brique de la construction originelle. Cette œuvre montre la tentative de l’homme de lutter contre le désordre créé par la guerre passée.

[fig.6]Bernardo Bellotto, Vue des ruines du faubourg de Pirna, Musée Saint-Loup, Troyes, photo du musée.

Un autre tableau de l’artiste l’a précédé. Les ruines du faubourg de Pirna [fig.6] est peint, selon Fritz Löffler, entre 1761 et 17638. Une gravure dédiée au prince Xavier en est réalisée en 1766 [fig.11]. En 1767, l’œuvre est exposée à l’Académie de peinture, de sculpture et de gravure sous le titre « Eine trümmervolle gegend vor dem pirnaischen Thore »9. Elle est acquise vraisemblablement juste après cette exposition, par le prince. Cette œuvre montre, au centre, dans les ruines, un personnage dans la pénombre tournant le dos au spectateur mais qui semble contempler le sol jonchés de débris. Certains y ont vu une représentation du peintre lui-même. Dans la lumière, sur le côté, le long de la ruine du palais de Fürstenhöff, un cortège de cavaliers se dirige vers le spectateur. Il semble que ce soit le prince Xavier que l’on peut reconnaître à la tête de la troupe remontant la rue. C’est véritablement une œuvre illustrant les dommages de la guerre. Le tableau est actuellement conservé au musée de Troyes [fig.6]. Il fut attribué à Bellotto, en 1974, par Pierre Rosenberg10. Cette œuvre aurait été réalisée comme pendant du tableau représentant les ruines de l’église Sainte-Croix. L’oeuvre représente ce qu’est devenu l’environnement du palais de la Pirnaische Gasse11 où le prince logeait avant la guerre. Le faubourg a connu les destructions prussiennes de 1758, puis le bombardement de 1760.

“On donna donc le signal d’allumer les maisons, et comme on les avait remplies de matières combustibles, elles devinrent, en un moment la proie des flammes […]. Deux cent quatre vingt maisons furent réduites en cendre, mais seulement quatre personnes périrent dans les flammes”.

Restow (Friedrich August von), Nouveaux mémoires historiques sur la Guerre de Sept Ans, Volume 1,Berlin/Paris, Himburg/Treuttel et Würtz, 1803, p. 481. L’auteur écrit bien après le bombardement de 1758. A ce moment on accusait le roi de Prusse d’avoir massacré la population sans objectif militaire. Dès lord, les officiers prussiens ont eu tendance à minimiser les pertes saxonnes dans les incendies.

Sur le tableau nous pouvons voir les restes du palais Furstenhöff qui est un symbole architectural de Dresde. Ce bâtiment est appelé suivant le nom de Maximilian von Furstenhöff qui était premièrement un fils illégitime de l’électeur de Saxe Jean-Georges III (1647 – 1680) et deuxièmement, un des chef-ingénieurs responsable de nombreux chantiers à Dresde. C’est à lui que l’on confia la construction, en 1717, du grand escalier du château électoral, appelé Englische Treppe12. Cette œuvre montre davantage le chaos des ruines dans le paysage de Dresde. Les pierres envahissent toutes la composition et les constructions encore debout sont reléguées en arrière plan. Bellotto semble montrer le désastre enduré par le peuple durant la guerre, mais aussi le retour de l’ordre par les soldats marchant le long des ruines13.

En 1769, les deux tableaux sont accrochés sur les murs de la galerie de l’appartement du prince Administrateur au château électoral de Dresde14. Le visiteur se rendant en audience dans l’antichambre ou la « retirade » peut les voir[fig.7].

[fig.7]Vue du second étage de la résidence à Dresde, Sächsische Staatsarchiv, Dresde, DF. Rouge: la galerie de l’appartement du prince Administrateur.

Les paysages de Bellotto tiennent une place particulière dans la mémoire du prince Xavier de Saxe. Marqué par la guerre qui a vu la ville de Dresde en partie détruite, le prince propose pour sa « patrie » une politique d’envergure15. Comme le souligne Sylvie Le Moel, ces deux œuvres « constituent un témoignage engagé sur le traumatisme subi » par le peintre16. En les plaçant dans sa galerie le prince semble montrer que par son choix du style « classique » il se met dans les pas de l’ingénieur et de son grand-père. Opposé à son père et à son ministre depuis des années, il peut enfin assouvir ses visées politiques et artistiques pour la Saxe.

[fig.8]Bernardo Bellotto, Vue de la vieille ville et du pont-neuf, Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe, SKDonline.

Les deux tableaux montrent des bâtiments du début du XVIIIe siècle influencé par la France. Il reprend le modèle du clocher de la Katholische Hofkirche [fig.8], édifice terminé en 1755, mais le prince fait ajouter une entrée sur la rue avec péristyle. Loin des ornementations foisonnantes, il préfère l’architecture plus symétrique et rectiligne qu’il a pu voir notamment en France. En 1753, de nouveaux appartements pour le dauphin et son épouse sont créés à Compiègne dans le nouveau style classique, où le foisonnement des ornements laisse place à des parois moins décorées17. Ce changement se met en place aussi pour les édifices, le roi Louis XV ordonnant la création d’une place et de bâtiments pour son garde-meuble à Paris (place de la Concorde) après la guerre[fig.10]. C’est le retour au « grand style » de Louis XIV dont la Saxe en 1764 se fait l’écho.

[fig.9]Vue de la nouvelle église Sainte-Croix, SLUB, Dresde, SKDonline.

Notes

1Szabo (Franz A.) , The Seven Years War in Europe, 1756-1763, Harlow, Pearson Longman, 2008 et Dziembowski (Edmond), La guerre de Sept Ans (1756-1763), Paris, Perrin / Ministère de la Défense, 2015. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1424, lettre du prince Xavier au duc de Choiseul, 2 janvier 1764. 3. Weinart (Benjamin Gottfried), Topographische Geschichte Der Stadt Dresden, Und Der Um Dieselbe Herum Liegenden Gegenden, Dresden, 1777, p.308 cité par Marx (Harald), « Dresde au XVIIIe siècle », Dresde ou le rêve des Princes, la galerie de peintures au XVIIIe siècle, Musée des beaux-arts de Dijon, 16 juin-1er octobre 2001, Paris, RMN, 2001, p.38. 4. Weber (Gregor J.M) ,« Die Veduten Dresdens von Bernardo Bellotto: anmerkunger zu ihrer fuehen geschicchte und konzeption », Kunst für Könige : Malerei in Dresden im 18. Jahrhundert, Köln, Snoeck-Ducaju et Zoon, 2003, p. 59 – 71. 5. Amateur reconnu de tableaux allemands et vénitiens, il fréquente les connaisseurs parisiens comme Mariette. En 1746, il devient directeur de la collection royale de peinture et d’estampe à Dresde. En 1757, il est accusé de détournement d’argent, d’où la vente d’une partie de sa collection à Paris. voir Michel (Patrick), Peinture et plaisirs. Les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au XVIIIe siècle, Rennes, Presse Universitaire de Rennes, 2010, p. 170. 6. Rizzi (Alberto), Bernardo Bellotto : Dresda, Vienna, Monaco : 1747-1766, Venezia, Canal et Stamperia Editrice, 1996, p. 223. Deux copies du tableau se trouvent actuellement à la Kunsthalle de Zurich et à la Gemälde Alte Meister à Dresde. 7. Voir Löffler (Fritz), Das alte Dresden. Geschichte seiner Bauten u.a.. Leipzig, Seemann, 2006 (1955), p. 233 – 235. 8. Löffler (Fritz), Bernardo Bellotto genannt Canaletto : Dresden im 18. Jahrhundert, Leipzig, E.A. Seemann, 2005, p. 23. 9. Weisse (Christian Felix), Neue Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freyen Künste, Lepizig, Dyck, vol. 4, 1767, p. 171. 10. Rosenberg (Pierre), « Un chef-d’oeuvre de Bellotto à Troyes », Arte Veneta, n° 28, 1974, p. 285 – 287. 11. Pirnaische Gasse se traduit pas rue du faubourg de Pirna. 12. Löffler, op. cit., p. 245 13. Les soldats disparaissent de la gravure réalisée à partir du tableau. 14. Au second étage, entre l’appartement de parade de l’électeur dans l’aile ouest, et celui de l’électrice dans le pavillon à l’est. 15. Les tableaux de Bellotto ont été pris comme représentation de la réalité lors des reconstructions de Dresde et Varsovie après les destructions de la seconde guerre mondiale. 16. Le Moel (Sylvie), « Des fastes de la paix aux stigmates de la guerre : perspectives du voyage à Dresde au XVIIIe siècle », Knopper (Françoise) (dir.), Muiz (Alain) (dir.), Les voyageurs européens sur les chemins de la guerre et de la paix du temps, Pessac, Presse Universitaire de Bordeaux, 2006, p. 145. 17. Szymski (Emilie), Les appartements du dauphin. LouisFerdinand, fils de Louis XV et de la. dauphine MarieJosèphe de Saxe au château de Compiègne : 1737-1766, mémoire de recherche. (2 de année de 2 e cycle) en histoire de l’art appliquée aux collections présenté sous la direction de Mme Hélène Meyer [en ligne], p. 106.

[fig.11]Vue des ruines des faubourgs de Pirna d’après Bellotto, Kupfertich-Kabinett, Dresde, SKDonline.

Abstract

In 1763, Electoral Saxony was relegated as a second-rate power. The duchy lost millions in the war and has been the scene of many deadly and destructive fights. Its capital Dresden was partly ravaged by Prussian bombardments, the most notable of which took place from July 13 to 22, 1760. The death of King Augustus III of Poland and his eldest son allows Prince Xavier, his cadet, to become prince Administrator in 1764. He wants to rebuild his country through the arts. He asks the painter Bernardo Bellotto two paintings about the ruins of the suburb of Pirna and another one on the ruins of the Church of the Holy Cross in Dresden. At the same time, he laid the reconstruction of the Holy Cross church. He choses architects who will build it in a classical style. The paintings show ruins but some buildings remain standing. These are classic constructions from the beginning of the 18th century. He thus opposes the more ornamental style of his father. He wants to rebuild Saxony on the French model of Louis XIV classical style.

À l’Est, rien de nouveau ?

Les recherches sur les relations entre la France et les pays à l’Est (entre le Rhin et le Dniepr) du XVIe au XIXe siècle demandent un regard nouveau. Ce carnet veut proposer des analyses dans les domaines de l’histoire diplomatique, politique, ou encore sociale et artistique, des liens entre les hommes et les femmes de plusieurs pays européens. Ces pays ont souvent eu des interactions conflictuelles durant tout le siècle mais ils ont aussi su s’influencer les uns les autres notamment au travers des arts.
Le carnet prend pour base les travaux novateurs de Michel Espagne et Michael Werner sur les Transferts, opposés à l’Europe française au siècle des Lumières de Louis Réau.
Cette approche va nous permettre de mieux appréhender ce que notre époque appelle l’appropriation culturelle et d’analyser le phénomène d’échange entre des peuples.

Les billets vont avoir pou bases nos recherches issues en premier lieu de notre thèse Les résidences de Xavier de Saxe : un prince allemand en France (1758 – 1791) et en second lieu d’études inédites en histoire et histoire de l’art à travers des archives ou des images.

Carnet de recherche de Vincent Dupanier

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search