Les princes de Saxe et les arts: de la pratique du dessin à la collection

A l’époque moderne, nous savons que les arts sont utilisés par les princes comme moyen de promotion de leur image et de leur dynastie. Mais leurs rapports à l’art peuvent être différents entre le collectionneur pour son plaisir personnel et le créateur de grands palais pour la postérité. Et en effet la famille de Saxe utilise les arts pour compter parmi les grandes familles européennes et d’autant plus après leur accession à la couronne de Pologne. Cet article donne de nouvelles pistes de réflexion sur le rapport aux arts pour les enfants du roi Auguste III.

Éducation artistique

L’éducation des princes de Saxe se fait aussi par la connaissance des arts. Très tôt, ils apprennent le dessin surtout militaire et architectural. Il existe un ensemble de livre sur les principes de d’architecture signé par les deux princes Xavier et Charles 1. Ces textes montrent la façon dont les jeunes princes sont éduqués : les textes sont complétés par des dessins qui pourraient être de la main des princes. Ce qui veut dire qu’ils maîtrisaient avec le dessin, la géométrie et des mathématiques.

Dessin de Charles de Saxe, Suites des principes d’architecture, SLUB online.

Leurs maitres ont la tâche d’en faire des princes ayant les facultés militaires de commander les armées. Leur père peut aussi avoir mis à leur service les peintres de cour comme la famille de Louis de Silvestre ou encore Pietro Rotari. Le prince Xavier reste attaché à cette famille en gardant à son service un secrétaire Louis de Silvestre, petit fils ou petit neveu du peintre Louis de Silvestre.

Le prince Albert en artiste

Pietro Rotari, Portrait d’Albert de Saxe, SKD online.

Mais un des princes semble avoir été plus assidu dans cet apprentissage du dessin. Le prince Albert de Saxe est davantage connu comme mécène et créateur du musée Albertina à Vienne que comme artiste. Mais des dessins, tableaux et lettres nous en apprennent davantage sur ses talents. Un portrait de 1755 le montre avec un dessin de forteresse et des outils de cartographes. Le plus ancien dessin de sa main est un paysage architecturé de 1758 qui montre plusieurs maladresses. Sa technique s’est perfectionné avec le temps.

Albert de Saxe, Temple, Albertina online.

Plusieurs lettres de sa correspondance montre qu’il s’adonne au dessin et à la peinture régulièrement pour parfaire son art. C’est la rencontre avec la jeune archiduchesse Marie-Christine (qu’il épousera en 1766) qui l’amène a s’améliorer. La jeune femme avait été initié au dessin très tôt par le peintre Martin van Meytens. Mais contrairement au prince Albert, elle ne dessine jamais par elle même et ne fait que copier des modèles trouvés dans les estampes. Elle a laissé une centaine de dessin de sa main. Elle a acquis ainsi une certaine technique comme on peut le voir dans un portrait qu’elle réalise en 1765.

Marie-Christine archiduchesse d’Autriche, Autoportrait, Wiki common.

Le prince Albert charge le 20 mars 1765 son frère aîné Xavier de lui trouver quelques «  belles estampes de tableaux historiques, dont je vous aurai bien de l’obligation. Pour mon portrait, je ne puis pas vous l’envoyer encore, puisqu’il faudrait le rouler ce qui lui ferait peut être du tort et j’attendrais pour cela le départ de la diligence. Mr de Posels pourra vous dire en attendant comme il l’a trouvé »2.

Albert de Saxe, Montagne du Tyrol, Albertina online.

Depuis Vienne, il explique dans une autre lettre que « pour ce qui regarde les estampes que je vous ai demandées, j’entends par estampes historiques, tout ce qui n’est pas paysage, architecture, ou pièce flamande, mais en figure, puisque je m’amuse à copier de ces sortes de tableaux, surtout qu’ils sont de bons maîtres et il est rare d’en trouver de bonne ici. Vous pourrez donc envoyer un rouleau, et il est indifférent de quel sujet qu’elles traitent, ou de quels maîtres elles soient, pourvu que ce soit des pièces choisies »3. Le prince Albert montre ainsi que le marché de Vienne ou Presbourg ne permet pas d’acquérir des gravures de qualités. Il s’adresse à son frère en Saxe qui peut avoir accès aux gravures réalisés par des grands noms d’artistes graveurs comme le peintre Bernardo Bellotto ou Charles-François Hutin, les graveurs Joseph Wagner, Martin Engelbrecht ou Johan Balthasar Probst. Il a pu lui envoyer le Recueil d’Estampes d’après les plus célèbres Tableaux de la Galerie Royale de Dresde réalisé en 1753.

Albert de Saxe, Jacob et Rachel, Albertina online.

En 1766, il se marie avec l’archiduchesse Marie-Christine fille préférée de l’impératrice d’Autriche qui la met à la tête d’une fortune considérable. Son époux est nommé gouverneur de la Hongrie et réside à Presbourg (Bratislava). La même année, elle lui offre un album de gravure. Après son premier dessin de 1758, il réalise les montagnes du Tyrol et plusieurs soldats et officiers autrichiens. Il délaisse petit à petit les inventions pour se mettre à la copie. Il existe ainsi de 1766 une copie d’une gravure de Jacob et Rachel qui se trouve dans le Recueil d’estampes de la galerie de Dresde. Son style semble devenir plus abouti.

Charles-François Hutin et Wagner, Gravure de Jacob et Rachel d’aprés Luca Giordano, coll. part.

En 1774, il charge l’ambassadeur autrichien à Rome de commencer à lui fournir des gravures. En 1776, le couple Albert et l’archiduchesse Marie-Chistine de Saxe-Teschen entreprennent un voyage en Italie. Le 4 juillet 1776 ambassadeur comte Durazzo leur offre plus d’un millier de gravures qui sont à la base d ece qui va devenir le musée Albertina. Nous pouvons ainsi mettre les lettres de 1765 à son frère autant dans une volonté d’Albert de parfaire sa main que de celle de commencer sa collection d’œuvres d’art : à sa mort les collections comptent 14 000 dessins et 200 000 estampes.

Albert de Saxe d’après Schenau, Portrait de la comtesse Miltiz, Albertina online.

Par la suite, le prince a dessiné une scène de genre d’après Schenau. Il réalise ainsi des tableaux religieux, mythologiques et historiques, des paysages ou encore des scènes de genres. Connaisseur et mécène, il connaît aussi les rudiments de la pratique de l’art. Il focalise son apprentissage sur le corps humain plutôt que sur l’architecture qu’il a appris dans sa jeunesse. Après la construction de son château de Laeken en 1782, le prince se met à réaliser de nombreux de projet d’architecture pour son château et son parc.

Albert de Saxe, Coupe du Salon et de l’ Orangerie, Albertina online.

Mais un dessin préparatoire à une gravure de 1778 se démarque par son aboutissement : Ulysse enlevant le fils d’Andromaque d’après Mattia Preti. La gravure de Jakob Schmutzer montre que le prince connait parfaitement le dessin des corps. Il réussi à rendre complètement la puissance de la composition de cette scène de l’artiste italien du XVIIe siècle.

Jacob Matthias Schmutzer, Gravure d’après un dessin d’Albert de Saxe, Ulysse enlevant le fils d’Andromaque, Albertina online.

Discussion artistique entre les princes

En 1781, les princes Xavier et Albert se rencontrent à Coblence chez leur frère Clément, électeur de Trèves. Ensuite, en 1786, le prince Albert de Saxe-Teschen et son épouse l’archiduchesse Marie-Christine rendent visite en France au prince Xavier de Saxe et à la famille royale. C’est à ce moment que le prince Clément achète le Bélisaire demandant l’aumône de Jacques Louis David présenté au salon en 1781. L’archevêque de Trêves finissant son palais de Coblence le fait accrocher dans ses nouveaux intérieurs.

Jacques-Louis David, Bélisaire demandant l’aumône, Wiki common.

En ont-ils discuté entre eux ? Il est plausible de voir que les frères ont discuté de l’actualité artistique à Paris. Le retour de David en 1779 de Rome puis l’exposition du tableau en 1781 ont marqué les esprits. L’archevêque aurait par l’intermédiaire de son frère Albert ou Xavier acheté le tableau pour 2000 écus en octobre 1786. Le prince Albert peut l’admirer lors de sa venue en mars 1786 à Coblence. A moins que ce soit lui qui l’ait apporté après son voyage à Paris durant le printemps 1786? Le prince Clément emménage dans sa nouvelle résidence fin novembre mais ne dit mot sur le tableau ou les aménagements qu’il réalise. Ainsi les questions artistiques sont peu présentes dans leur correspondance, mais un sujet revient très souvent : celui des portraits et de leurs échanges respectifs.

Johann Peter Pichler, Portrait du prince Albert de Saxe-Teschen, Albertina online.

C’est un fait commun que de posséder les portraits de famille et de se les échanger. Les frères et sœurs de la famille de Saxe accrochent des portraits dans leurs intérieurs : c’est la marque de l’appartenance à une dynastie royale européenne. Les portraits des parents sont importants à la fois par le lien familial, mais aussi par le pouvoir qu’ils ont transmis à leurs héritiers.

Marcello Baciarelli, Portrait du prince Alber de Saxe-Teschen, Muzeum Narodowe w Warszawie.

En 1764, le prince Albert écrit qu’il fait faire un portrait par Marcello Bacciarelli qu’il compte au prince administrateur qui le réclame4. Il veut par là montrer son affection au prince Xavier et ce dernier montrer sa parenté avec l’Autriche. C’est aussi pour les deux frères une marque d’attachement profond et d’amitié. En 1765, c’est son frère Clément qui réclame un portrait et compte en envoyer en retour. Il le fait réaliser par Georges Desmarées.

Georges Desmarées, Portrait du prince Clément, Art net.

Je vous enverrai aussi dès que je serai à Freising la mesure pour le vôtre que je vous prie de faire copier d’après Latour puisque vous m’assurez qu’il est plus que ressemblant5.

Ainsi nus comprenons que le prince Xavier apprécie particulièrement son portrait par Maurice Quentin Delatour qu’il fait copier de nombreuses fois. Ce portrait est perdu, il ne reste qu’une étude d’atelier.

Maurice Quentin Delatour, Portrait du prince Xavier, Wiki common.

Le 30 novembre 1786, le prince Clément envoie à son frère une gravure le représentant fidèlement car « cela vous rappellera un frère qui vous aime et embrasse de tout son cœur ».

Carl Heinrich Brandt, Portrait du prince Clément, Herzog Anton Ulrich-Museum,Virtuelles Kupferstichkabinett .

Nous ne savons pas quelle gravure il envoie exactement mais elle marque son lien fraternel. Une gravure semble être de qualité dans les nombreuses réalisées. Elle est réalisé par Carl Heinrich Brandt d’apèrs un tableau qu’il a lui même réalise et gravée par Egid Verhelst. Le prince Albert est auréolé de gloire: en 1763 il est évêque de Ratisbonne puis en 1768 archevêque d’Augsbourg et prince électeur de Trêves. Le portrait de Desmarées ne rend pas bien compte de tous les titres. Le portrait de Brandt montre un prince au sommet de sa carrière. De plus, la date de 1786 est importante car il vient de terminer les travaux de sa nouvelle résidence à Coblence.

Coblence, Deutsche Fotothek.

C’est ainsi lui-même qu’il met en avant lors de cet évènement et non le château. Il écrit ainsi dans la lettre qui accompagne la gravure :

Me voilà depuis plus de huit jours établi dans ma nouvelle résidence laquelle a mieux réussi que je ne m’y étais moi-même attendu. Le 23 qui a été le jour de mon installation il y eut un concours d’étrangers prodigieux et mon cher voisin collègue de Bonn, m’a fait le plaisir d’y venir assister 6 .

Les princes font faire des portraits qui sont plus ou moins bien réussi. Ils en ont conscience. C’est à la fois une question de prestige mais aussi une question de coût. Un portrait prestigieux doit montrer tout les attributs du pouvoir. Ce n’est pas forcément celui qui est le plus abouti et ressemblant qui montre au mieux la dignité du personnage. Le prince Xavier est attaché au portrait par Latour puisque c’est sa soeur la dauphine qui l’avait fait réaliser. C’est la matrice de tous les portraits du prince pendant une dizaine d’année.

Anton Graff, Portrait du prince Xavier, Troyes.

Le prince fait copier la tête du portrait de Latour en se mettant en scène en armure. C’est le portrait de la période de sa Régence de la Saxe. Mais le prince n’est pas toujours satisfait du résultat. En 1772, le prince est mécontent de « deux grands [tableaux] de Graf [sic] » qui sont des portraits à peine ressemblants 7. En 1778, il qualifie, son portrait commandé à Paris pour l’envoyer à sa sœur Christine qui le réclame, de « fichu vieux portrait »8. Nous ne savons pas quel était l’auteur de ce portrait mais le prince délaisse le portrait peint pour se tourner vers la gravure.

La gravure de Canale

A partir des années 1770, seule la gravure de Giuseppe Canale d’après un dessin de Giovanni Battista Casanova semble correspondre à l’image que le prince Xavier se fait de lui-même et qu’il veut diffuser. Le 31 décembre 1775, il en demande un nouveau tirage à partir d’une plaque usée qu’il a fait réparer et « rétabli dans son premier état »9. Cette demande survient quelques mois après son achat de Pont, et elle est importante au regard du prince, car elle se situe à un moment clef. Le prince a acheté un château de renom et des terres importantes en France, avec un important emprunt aux banquiers à Gênes autorisé par une lettre patente signée par le roi le 30 avril 177510. Cette gravure est donc pour lui un objet de diffusion de son image, auprès de personnages qui lui sont attachés, ou bien qui ont joué, à ses yeux, un rôle important dans sa vie. Il en diffuse de très nombreux exemplaires.

Giuseppe Canale, Le prince Xavier en Administrateur, Herzog Anton Ulrich-Museum, Virtuelles Kupferstichkabinett.

En janvier 1779, il écrit à sa sœur Élisabeth de « faire l’emplette des gravures de [son] portrait de Canale »11. Cette date doit être mise en rapport avec les discussions, en 1780, sur la publication de son mariage dans l’Almanach royal12. Ainsi il a voulu promouvoir son portrait à la cour lors des tractations pour faire reconnaître, dès 1777, ses enfants à la cour de France.

Conclusion

Sur ses tableaux, le prince est toujours représenté seul. Son épouse et ses enfants ne sont jamais peints avec lui13. Son épouse est pendant longtemps illégitime. Il ne peut la mettre en avant, comme le fait son frère Albert avec son épouse archiduchesse d’Autriche. Le couple tient une place importante dans le sujet du tableau Erzherzogin Marie Christine und Herzog Albert von Sachsen Teschen präsentieren der Familie Bilder von den Verwandten in Italien.

Heinrich Friedrich Füger, Erzherzogin Marie Christine und Herzog Albert von Sachsen Teschen präsentieren der Familie Bilder von den Verwandten in Italien Wien.

Le tableau réalisé en 1776 par Friedrich Heinrich Füger montre l’archiduchesse après son retour de voyage en Italie en train de montrer des gravures qu’elle a achetées à l’impératrice entourée de ses frères et sœurs. Ce tableau montre deux pratiques des princes: la diffusion des portraits et la collection des arts. L’autopromotion entrait dans les pratiques des princes à travers l’Europe. Les échanges des portraits se voient bien dans correspondance des princes de Saxe. La pratique des arts était toutefois moins systématique mais néanmoins non négligeable

Pour aller plus loin

Benedikt (Christian) et Schröder (Klaus Albrecht), Die Gründung der Albertina Herzog Albert und seine Zeit , catalogue, 2014.

Kulcsár (Krisztina), “Ha főurak útra keltek… 18. századi főúri utazástípusok Albert szász-tescheni herceg és Mária Krisztina főhercegnő közös utazásai alapján“AETAS-Történettudományi folyóirat, p.20-36.

Morniche (Pascal), Devenir prince, CNRS, 2015.

Notes

1.Dresden, Sächsische Landesbibliothek – Staats- und Universitätsbibliothek Dresden,SLUB/HS Mscr.Dresd.C.39,I ; SLUB/HS Mscr.Dresd.C.39,II ; SLUB/HS Mscr.Dresd.C.39,III. 2Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 20 mars 1765. 3Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 7 avril 1765. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre d’Albert à Xavier, du 16 juin au 12 juin 1765. 5.Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1492, lettre du prince Clément au prince Xavier, 4 septembre 1765.  6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1494, lettre du prince Clément à son frère le prince Xavier, 30 novembre 1786. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1432, lettre du prince Xavier à Sayffert, 17 août 1772. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1448, lettre du prince Xavier à sa sœur Christine, 18 novembre 1778. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, le prince Xavier à Joseph Canale, 31 décembre 1775. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2175, lettre patente, 30 avril 1775. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1520, lettre de la princesse Elisabeth au prince Xavier, 19 janvier 1779. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe,EE 1440 lettre du prince Xavier à Pomiés, 17 novembre 1780 13. Il existe plusieurs tableaux de son épouse qui sont soit perdus soit dans des collections privées. Les portraits de ses enfants se trouvent au musée de Troyes.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2023, 7 février). Les princes de Saxe et les arts: de la pratique du dessin à la collection. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojns

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.