“Au prince Xavier, mon très cher frère”, la correspondance intime du prince Albert de Saxe à son frère aîné 1760-1767 (2)

Introduction

Nous avons vu que le prince rencontra en 1760 l’archiduchesse Marie-Christine (voir l’article). Il semble en tomber éperdument amoureux. Il espère parvenir à l’épouser. Mais plusieurs problèmes se présentent à lui pour obtenir son bonheur. Pendant la guerre de Sept-Ans, il fait carrière au sein de l’armée autrichienne. La mort du roi Auguste III, le 5 décembre 1763, provoque un choc dans la famille. La poursuite de l’ascension de la dynastie se trouve stoppé puisque le prince Poniatowksi est élu roi. Les rois saxons de Pologne ne sont pas parvenu à en faire une couronne héréditaire. Les enfants du roi se trouvent en difficulté et le testaments du roi ne va pas combler leurs espérances. Selon le testament, le prince Albert obtient 20 000 écus par an soit seulement 60 000 livres tournois. Mais une clause ajoute que si l’un des membres de la famille venait à se marier, avec l’accord de l’électeur, cette somme pourrait augmenter jusqu’à 50 000 écus c’est – à – dire à environ 150 000 livres1. Contrairement à ses frères Xavier et Charles, il n’obtient pas le statut de prince royal de Pologne avec la pension viagère de 12000 ducats2. Le prince est seulement duc de Saxe et semble être en mauvaise posture pour épouser une archiduchesse d’Autriche. L’empereur prévoie plutôt de marier ses filles à des princes royaux ou héritiers de couronnes prestigieuses. Il est ainsi surnommé le « pauvre cadet »3. Le prince Xavier devient régent de la Saxe pendant la minorité de son neveu l’électeur après la mort de leur frère ainé Frédéric-Christian en octobre 1763.

Un officier en Hongrie

Après la paix de 1763, le prince Albert accède à des postes militaires de plus en plus importants à la cour d’Autriche: il obtient ainsi le grade de général de cavalerie, puis il est nommé gouverneur de la place forte de Komárom dans le royaume de Hongrie. Le 26 octobre 1765, le palatin de Hongrie Lajos Batthyány, gouverneur de Hongrie, décède à l’âge de 70 ans, l’impératrice Marie-Thérèse décide de nommer le prince Albert à son poste le 26 décembre 1765. Le prince met de l’application à entrer dans son nouveau rôle. Il écrit depuis Presboug (Preßburg actuellement Bratislava) le 16 de janvier 1766 : 

 Cela ne vous surprendra pas, si vous réfléchissez que S.M. l’impératrice m’a fait entrer à présent, dans une carrière, dont non seulement je n’ai encore presqu’aucune connaissance mais dont même je n’ai jamais fait la moindre étude, et qu’elle m’a mis à la tête du gouvernement d’un royaume, dont la forme et la constitution sont tout à fait différents des autres états. Ne m’étant appliqué jusqu’ici qu’en militaire, où j’espérais un jour pouvoir me rendre utile, toutes les matières que j’entends traiter, me sont si neuves, que je crois aller à l’école, toutes les fois que j’entre dans le conseil ou l’on me fait présider. Je voudrais que vous puissiez me voir au milieu de ce corps respectable de seigneurs qui se regardent comme le soutien du trône et de l’état et m’entendre prononcer gravement en latin, sur des sujets, que j’entends moins bien encore que la langue que j’y suis obligé de parler. Je suis sûr que j’y fais un plaisant personnage, et que cela vous amuserait. Je ne vous en dis pas davantage, ayant trouvé a peine le moment d’écrire ces lignes. Adieu, cher frère, aimez-moi toujours un peu, je vous embrasse de tout mon coeur. Albert 4.

Et entre deux festivités du carnaval, il s’est remis à l’apprentissage du latin, langue de la diète de Hongrie5.

Gravure de Presbourg, 1787, Kunsthistorisches Museum Wien.

L’empereur a toujours refusé de voir en Albert un époux potentiel pour sa fille aînée. Des bruits de son mariage avec l’archiduchesse sont de nombreuses fois écartés par le prince Albert. Il écrit de Bude le 9 novembre 1763 au citron : « ce que vous me marquez au sujet du gouvernement des Pays-Bas et de mon mariage avec l’archiduchesse Christine est tout à fait faux et sans fondement. Il est singulier cependant combien le bruit est général même dans Vienne, quoique certainement je n’y donne aucun sujet, évitant même avec le plus grand soin de faire [connaître] les restes d’une folle passion que j’avais eu nourri autrefois pour cette princesse, et que peut-être bien des gens ne croient pas encore tout à fait éteinte. Je crois que les bontés que peuvent avoir contribué aussi à faire naître celle d’une nouvelle» 6.

Ainsi la position du prince entre l’empereur qui ne veut pas en faire un époux pour sa fille et l’impératrice qui l’a placé en Hongrie est précaire mais il semble espérer une issue favorable à son voeux d’épouser un jour Marie-Christine.

« Je continue toujours à mener une vie ambulante »

En 1764, le prince Albert semble avoir délaissé pour un temps le doux rêve d’épouser l’archiduchesse. Dans une lettre, il remémore à son frère une des nombreuses aventures amoureuses qu’il a eu pendant la guerre ce qui lui rappelle sa propre relation inaboutie avec Marie-Christine. Il écrit de Vienne le 27 décembre 1764 qu’il veut « entretenir sur le chapitre de quelques anciennes connaissances que vous laissez languir ici, cela m’offrait un vaste champ a des réflexions, mais outre que j’ai peu d’occasions de les voir, cela ne doit guère plus toucher votre coeur épris par d’autres objets. A propos d’anciennes connaissance, ne manquez pas de dire un “De profundis et memento” pour certaines dames, dont la liaison intime vous fit si fort maudire les courses nocturnes que vous entreprîtes jadis à son honneur et à sa gloire » 7.

Martin van Meytens (école de ), La famille impériale, 1764, unsthistorisches Museum Wien.

Lors des cérémonies des fiançailles de l’archiduc Léopold à Marie-Louise, fille du roi d’Espagne, le prince Albert rend compte d’une annonce que l’empereur lui a fait dans une lettre du 23 janvier 1765: « L’épouse nous est arrivé enfin hier au soir. Le palais de Schonbrunn a été pour cet effet magnifiquement illuminé. Vous faire un tableau véridique de sa réception, serait chose assez difficile. Chaque visage disait assez ce qu’on pensait intérieurement. Quelque bien que l’impératrice fache[sic] d’ailleurs jouer son rôle, elle n’a pas réussi cependant à témoigner de la joie, l’empereur paraissait occupé et les archiduchesses tristes et rêveuses, tandis que le prince Charles [de Lorraine] faisait des polissonneries pour égayer la société. Il n’y avait que le roi qui fit bonne mine a mauvais jeu. Il ne dira pas de me faire néanmoins une proposition qui ne marque pas un Amant transporté du plaisir de pouvoir jouir de sa belle puisqu’il m’a offert de reconnaître tous les enfants que je ferais à sa femme, si je voulais me marier pour lui. Aussi n’avait-il pas tort à mon avis. Soit illusion, soit réalité, elle ne m’a paru rien moins qu’appétissante hier, et je me suis dis mille fois en la voyant qu’il avait eu grand tort de la préférer à notre sœur. Enfin c’est une chose faite il n’y faut plus songer. »8

Anonyme, Princesse Cunégonde, 1760, Wiki common.

Cette annonce semble accabler encore plus le prince qui ne sachant pas si les mots de l’empereur étaient une facétie ou bien une chose véridique, ne sait pas quoi en penser. Malheureusement nous ne connaissons pas la réponse de Xavier. Ce dernier semble être accaparé par une chose plus importante se tramant à Dresde. Il écrit,  le 4 mars 1765, en encre blanche :

  j’ai voulu vous informer encore que notre chère Cucu [Cunégonde] se jette derechef entièrement dans la confidence de la Lisel [Élisabeth] et de Charles et se laisse mener en tout par eux. Comme vous avez du crédit sur elle, je désirerai beaucoup que vous lui écriviez mais au nom de dieu, sans que j’y paraisse, que vous aviez vu des lettres pour que la Sternberg en a reçu ou qu’elle vous en a parlé, qu’elle recommençait à se laisser conduire aveuglement par ces deux qui l’induisait à toutes sortes de choses qui lui faisait beaucoup de tort et perdre la bonne opinion qu’on avait de la conduite que pendant ce carnaval on l’avait loué de ne s’être pas mêlé des masquerades[sic] publiques que les autres avaient faites, mais qu’à la fin elle s’est laissé aussi séduire, en avait été et s’était surtout démasqué et paru à visage découvert et dansé des polonaises en compagnie de la racaille et des putaines[sic] ce qu’on avait extrêmement désapprouvé qu’on remarquait aussi qu’elle s’éloignait de la compagnie de l’électrice, évitait de s’approcher d’elle pour lui parler, n’allait jamais à sa table de jeu, ne venait pas aux jeux et diné quand les deux autres n’y étaient pas et la battait à froid et qu’on l’accusait par là d’ingratitude et de mauvais coeur. Qu’il fallait même qu’elle fut inconsidéré dans ses discours puisqu’on disait qu’elle prenait en tout hautement le parti de ces deux et justifiait toujours leur conduite qu’elle s’était même lâché un jour qu’elle n’a pas vu toute la journée l’électrice à dire en compagnie « Gruss ververden wir wissen gutes glucklisschen u vusigen tag haben », que par la tendresse que vous aviez pour elle vous l’aviez voulu prévenir du tort que cela lui faisait et que vous craigniez que si l’impératrice qui avait partout des espions, et faisaient surement prendre garde à elle, venait à l’apprendre, se refroidirait beaucoup dans les bonnes intentions qu’elle avait pour notre sœur, et que peut-être elle se nuirait par là dans l’établissement qu’elle a à espérer d’une bonne abbaye et qu’on disait déjà que les attentions qu’elle avait eu pour l’électrice étaient intéressées. Je laisse à votre discernement d’en parler à la Sternberg qui a aussi beaucoup de crédit sur elle pour quelle lui en écrive aussi, mais au nom de dieu ne lui dit pas que c’est de moi que vous savez tout cela et qu’elle ne vous cite pas non plus dans la lettre qu’elle lui écrira. Je voudrais bien parler moi même à notre chère Cucu, mais quoique je ne puisse en rien me plaindre de son amitié, je remarque cependant aussi qu’elle ne m’écoute plus et commence aussi à me battre un peu froid mais ne lui marquez rien de cela et conjurez seulement votre tendresse. A ne se point laisser séduire par ces deux dont elle a même jadis désapprouvé la conduite et qui, étant moins droit et par conséquent plus fins et rusés qu’elle, l’induiraient facilement et sans qu’elle s’en aperçoivent à des choses et des démarches qui lui font et feront la suite encore beaucoup plus de tort »9.

Le prince Albert lui répond donc le 13 mars 1765 qu’il n’a pas oublié l’idée de venir en Saxe et en secret que « vous vous trompez fort cher frère si vous me croyez tant de crédit sur l’esprit de la Cunigonde. Je vous assure plutôt que tout ce que je pourrai faire en cette occasion ne serait que de l’eau claire. J’en ai même parlé à madame de Sternberg qui croit qu’il n’y aura jamais lieu d’espérer qu’elle puisse jamais gagner de l’amitié pour l’électrice, mais qu’elle était aussi persuadé qu’elle ne manquerait jamais aux égards qu’elle lui doit. Je crois que le mieux, que l’électrice et vous puissiez faire, serait de les laisser courir sans vous soucier de leurs mauvaises humeurs et d’attendre que la providence fournisse une occasion de les éloigner de Dresde 10.

Bernardo Bellotto, Neumarkt, 1747, SKD online.

Le prince Albert délaisse complètement sa passion pour l’archiduchessepuisque celle-ci n’apparait plus dans ses lettres. Le 7 avril 1765, il écrit  : « je ne puis vous parler maintenant que de dévotions, si je dois vous marquer quelque nouvelle d’ici, puisque nous y sommes jusqu’aux oreilles, et j’aurais beaucoup à faire si je voulais entrer dans le dénombrement de toutes celles que l’on voit dans cette ville. Sil n’y en avait parmi qui ont plus l’air de partie de plaisir et de dissipation que de conviction, je devrais déjà avoir atteint le premier grade de sainteté. Les voilà cependant à leur fin, et mon séjour à Vienne pareillement puisqu’aussitôt après les fêtes, je dois retourner dans mon[sic] Hongrie, dont j’étais absent vraiment près de 5 mois. Je ne sais si je pourrais bientôt avoir le plaisir de vous revoir en Saxe. Toutefois je me flatte que vous serez persuadé, que je souhaite bien sincèrement de pouvoir y parvenir, et qu’en attendant vous m’en conserverez pas moins vôtre amitié à un frère, qui vous aimer et vous embrasse de tout son coeur, Albert »11. Il se charge des manœuvres de régiments en Hongrie pendant l’été. Alors que son frère s’est retiré pour l’été à Pilnitz, Albert écrit le 26 juin 1765 : « Pour moi qui n’ai pas encore eu l’occasion de jouir de semblables plaisirs, je ne laisse pas de me les représenter quelques fois en idée et de m’en égayer l’esprit par l’imagination car je n’appelle pas profiter de la campagne, l’honneur d’y suivre une grande cour, ou malgré que l’on fasse une certaine gêne se retrouve a chaque pas, au milieu même des divertissements. Et si je mène de temps en temps une vie privée dans les séjours que je fais en Hongrie, je manque d’un autre côté dans ce pays un peu inculte encore des choses les plus nécessaires a l’agrément de la vie, particulièrement la bonne société »12. Il se rend à Munich auprès de sa sœur l’électrice Marie-Anne et où il doit retrouver Clément pour se rendre à Innsbruck en effervescence pour le mariage de l’archiduc Léopold. Ses lettres sont remplies d’une certaine mélancolie et il n’écrit plus rien sur sa passion.


Johann Elias Ridinger, Franciscus I, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Soudainement pendant les festivités du mariage, l’empereur meurt d’une crise cardiaque le 18 août 1765. Le prince Albert écrit dès le 19 août : « Le plus effrayant malheur vient de nous accabler, cher frère. S.M. l’empereur, sortant hier avec nous de la comédie, c’est touché une apoplexie, dont il mourut sur le champs. Jugez de l’état dans lequel nous sommes. Mettez moi aux pieds de l’électrice. Albert »13.

Bernard Bellotto, Palais Kaunitz à Vienne, Szépművészeti Múzeum Budapest.

Il repart en Hongrie et revient de temps en temps à Vienne où il écrit le 13 septembre 1765 : « Madame l’électrice m’a mandé dans sa dernière qu’elle souhaiterait que je vinsse avec mon frère à Dresde. Vous sentez bien que si mes circonstances me le permettaient, je ne me ferais assurément pas beaucoup prier pour cela. Mais dans le moment présent où j’ai tout sujet de montrer mon zèle pour le métier, et soutenir la réputation que je me suis acquis jusqu’à présent de m’y être toujours appliqué, je crois que je serai très mal de m’absenter, d’autant plus que je n’ai été encore cette année-ci, que très peu en Hongrie (m’ayant fait presque que courir toujours avec la cour) et que les nouvelles introductions que nous avons fait depuis peu dans le service de notre cavalerie me donneront à l’heure qu’il est assez d’occupation »14. Il sait que seul sa cour auprès de l’impératrice ainsi que son travail en Hongrie peuvent lui permettre d’espérer un mariage. Il repousse ainsi l’insistance de son frère Xavier de le voir en Saxe rapidement. Il argumente que le service de ses régiments en Hongrie le retient. Il pèse les arguments et conclue dans une lettre du 1er octobre : « il est vrai que d’un autre côté c’est me faire tort que de croire qu’il faille tant me presser pur m’y rendre et vous devriez me connaître assez pour être persuadé que je n’aurais rien plus à coeur que cela, surtout su je pouvais jamais vous y être utile, si autrement mes circonstances me le permettraient. En considérant dans ce sens les attaques que vous me portez, je devrais plutôt m’en chagriner, mais comme j’aime toujours à considérer les choses du bon côté, je ne veux entrevoir en ceci que votre désir de nous rejoindre, qui certainement ne pas égaler le mien . Soyez-en persuadé, cher frère, et aimez toujours un peu celui qui vous embrasse avec toute la tendresse imaginable. Albert »15.

Anonyme, Portrait de Marie-Christine, vers 1760, Kunsthistorisches Museum Wien.

Il écrit le 6 novembre de Vienne «  Pour moi, je continue toujours à mener une vie ambulante. Tantôt ici, tantôt à Presbourg, je ne suis bien fixé en aucun endroit. Cela ne fait pas comme vous pouvez bien en juger la vie la plus agréable, mais enfin ma situation présente l’exigeant, il faut tâcher de la trouver nette »16.

L’amour victorieux

Tout semble changer après la mort de l’empereur François Ier. L’impératrice douaire ne quitte plus ses appartements. Leur fils aîné Joseph, nommé roi des Romains en 1764, devient empereur à la suite de son père et co-régent des terres des Habsbourg. La possibilité d’un mariage entre Albert et Marie-Christine redevient une possibilité dans cette période de réorgnanisation politique et familiale impulsée par le nouvel empereur. Le prince Albert rend compte des changements opérés par l’arrivée du jeune empereur. Puis il envoie de Vienne le 18 novembre 1765 une longue lettre pour expliquer la nouvelle situation à venir et le rôle que le prince Xavier peut jouer:

« Permettez cher frère, que je m’adresse à notre amitié dans l’occasion ou vous puissiez jamais me la témoigner avec plus de réalité. Si vous pouvez imaginer ce que c’est que d’être pris d’une passion aussi ardente que respectueuse pour la plus parfaite princesse du monde, et si pour gouverner aujourd’hui les états de notre neveu, vous n’en connaissez pas moins la situation d’un cadet, vous n’aurez pas de peine à concevoir toute l’étendue du service que vous pouvez me rendre. Je ne me suis pas toujours abandonné à un espoir qui aurait flatté mon coeur, mais qui aurait été désavoué par ma raison. Je ne m’y abandonne pas même entièrement à présent, et je suis encore tout étonné de pouvoir me permettre de suivre des idées dont j’avais toujours craint qu’elles ne serviraient qu’à troubler toute ma vie la tranquillité de mon âme ! Je demeure frappé de la disproportion de la condition d’un cadet cherchant sa fortune par son épée, a celle d’un fils de S.M. l’impératrice et d’un frère de S.M. l’empereur, ainsi que de la distance du célibat auquel je devais me croire destiné, au bonheur de posséder une princesse telle que Madame l’archiduchesse Marie. Je voudrais toujours me défier des espérances que je crois cependant oser concevoir, et je ne saurais encore dresser tout à fait de regarder comme chimérique ce qui pendant si longtemps m’a du le paraître entièrement ».

Puis le prince Albert rappelle sa situation et veut convaincre son frère d’intercéder auprès de la famille impériale en sa faveur :

 Je vous prie cependant de ne plus regarder uniquement tel, le bonheur auquel je vous prie de travailler pour moi. Quelque peu probable qu’elle l’ait été, ce n’est plus une chose impossible dans laquelle j’engage votre amitié. SS. MM. II. poussent leurs bontés pour moi, à un tel point que je puis sans extravagance porter mes espérances au dessus de ce qu’il ne devrait sembler m’être permis de faire. Je me rapporte au détail que j’ai fait à Madame l’électrice qu’elle vous communiquera et qui vous étonnera. Comment ne sentiriez-vous pas que la fortune à laquelle j’aspire est si haute que toute notre Maison y participe. Je suis sûr, cher frère, que vous concevez parfaitement à la grandeur du bonheur que j’espère obtenir et l’importance de l’appui dont vous pourriez acquérir une nouvelle assurance à la famille. Agissez donc en tendre frère, en chef de famille, et en dépositaire de la souveraineté de votre Patrie. Que votre démarche à la cour impériale réponde à tout l’excès de la bonté que l’on m’y témoigne, et a l’avantage qui en résulte à la maison, faites sentir qu’il est également impossible que le prix en soit perdu pour celle ci et que la reconnaissance en diminue jamais dans mon coeur ? J’espère que madame l’électrice me fera la grâce dont je l’ai prié de demander pour moi madame l’archiduchesse à S.M. l’impératrice : et je vous supplie de faire formellement de votre coté la même demande à S.M. l’empereur. Ce prince qui se sera craindre de ses ennemis, pendant qu’il se fera admirer et aimer du reste du monde, me comble des témoignages les plus marqué de son affection, et je crois pouvoir me flatter que votre lettre ne me fera pas tout a fait inutile quoique je m’engage a ne point hazarder de la donner si je ne puis le faire avec sureté de ne pas vous exposer a un refus. Après avoir ainsi opéré a mon bonheur, cher frère, pourrez vous douter de la vivacité de mon éternelle reconnaissance. Vous ne sauriez, car ce ne serait qu’en me méconnaissant entièrement , et les sentiments avec lesquels j’ai toujours été et serai toute ma vie. Votre plus fidèle frère, Albert17

Dans cette lettre le prince Albert montre qu’il veut que son frère Xavier comme régent et l’électrice douaire de Saxe fassent leur demande officielle pour épouser Marie-Christine auprès de la famille impériale car il n’imagine aucun refus. Dès le 3 décembre 1765, il peut remercier son frère : « Quelle satisfaction pour moi de devoir à un frère que j’aime aussi tendrement d’avoir contribué a assurer le bonheur de ma vie. Je crois que vous ne douterez pas un moment de la reconnaissance éternelle que je vous en conférerai  trop heureux, si je puis jamais vous en donner des preuves bien réelles. Adieu cher frère, permettez que je vous fasse mes très sincères compliments sur le jour d’aujourd’hui que je vous souhaite aussi rempli de contentement que vous me l’avez rendu à moi et que je vous embrasse de tout mon cœur. Albert »18.

C’est ainsi que le prince Albert se trouve fiancé à Marie-Christine. Le prince Albert peut enfin montrer son amour au grand jour. Retenu depuis des années, il expose sa joie depuis Vienne, le 25 décembre 1765 :«  N’imputez, cher frère, qu’aux circonstances dans lesquelles je me trouve, si je vous réponds un peu laconiquement à votre très laconique lettre du 16 d.c. mais vous savez par votre propre expérience, que lorsqu’on est amoureux, on n’ a pas beaucoup de temps à écrire. Jugez de ce que cela doit être, quand on est amant et époux, de la plus aimable princesse qu’il y ait au monde. Je me flatte donc que si je ne vous assure qu’en peu de lignes, de tout mon attachement et de tout mon amitié, vous ne serez pas moins convaincu de la vérité de tout ce que je vous dis, et m’en conserverai toujours un peu de votre coté. Adieu, cher frère, je vous envoie ci joint la réponse de S.M. l’impératrice, et vous embrasse de tout mon coeur. Albert »19. Nous avons perdu la réponse de l’impératrice jointe à cette lettre.

Johann Eleazar Zeissig dit Schenau, La famille de Saxe, 1772, SKD online.

A la même époque, le prince Xavier tombe éperdument amoureux d’une comtesse italienne Chiara Spinucci, dame de l’entourage de l’électrice douaire qu’il épouse en secret (nous reviendrons sur cette histoire dans un autre article). De son côté le prince Albert attend le grand événement occupant son temps entre des chasses et la période du carnaval. Il écrit enfin le 1er avril 1766 : 

Il y a déjà tant de temps, cher frère, que j’ai négligé de vous écrire, que je devrais craindre avec raison, que vous ne soyez un peu fâché contre moi. Je me flatte toutefois que vous rendrez trop de justice à mon amitié pour vous, pour ne pas croire que les circonstances dans lesquelles je me trouve à présent, y ont plus de part que toute autre chose. Je sais bien que ce n’est pas une excuse vis à vis d’un frère auquel je dois tant, et dont la tendresse envers moi, ne s’est démentie en aucune occasion mais je connais votre bon cœur, et c’est ce qui me fait espérer que vous m’en voudrez pas moins du bien pour cela. Nous aurons enfin demain nos promesses et le 8 se seront à Schlosshoff incognito un moyen tant désirées. Que ne donnerais-je pas, cher frère, pour avoir le plaisir de pouvoir vous y voir, et de combien ma satisfaction ne serait elle pas augmentée par là ! Si vous voulez d’autres nouvelles de ce pays-ci, n’en demandez pas à moi qui tout occupé de ce seul objet, me sent tout à fait incapable de vous entretenir de quelque chose qui n’y ait point rapport. Je finis donc plus tôt en vous assurant mille fois de toute ma tendresse, et en vous embrassant du fond de mon coeur. Albert 20.

Mercure, mai 1766.

Au château de Hof (Bratislava), le 5 avril 1766, il épouse enfin l’archiduchesse Marie-Christine. Dans le contrat de mariage, l’empereur Joseph II et l’impératrice douaire le font duc de Saxe-Teschen.Le prince écrit pour remercier son frère depuis Hof, le 9 avril 1766 :

Si j’ai lieu de me flatter, que quelqu’un prenne une part bien sincère, à tout ce qui m’arrive d’heureux c’est bien vous, cher frère. Votre amitié que vous m’avez témoigné en toute occasion, m’en est un sur garant. Aussi ne veux je pas tarder un moment de vous faire part de l’époque heureuse qui vient de m’unir à tout ce que j’ai de plus cher au monde. Je ne crois pas avoir besoin de beaucoup de rhétorique pour vous dépendre tout l’excès de mon contentement. Il sera tout aussi inutile, je pense d’entrer dans tous les détails qui regardent la journée d’hier. A buon intenditor proche parole[sic]. Tout ce que je puis vous dire en peu de mots, c’est qu’il ne manque que mon bonheur de celui de pouvoir partager avec vous ma joie et ma satisfaction. Ma chère petite femme m’a chargée de vous faire bien des assurances de son amitié, et moi je vous embrasse, cher frère, du fond de mon cœur. Albert21.

Le prince Xavier lui répond pour lui réitérer son amitié et faire part de sa joie. Malheureusement comme dans toutes les archives les réponses de Xavier sont en général manquantes. Sont-elles aux archives en Hongrie n’étant ni en France ni en Saxe?

Johann Carl Auerbach, Mariage de larchiduchesse Marie-Christine avec Albert, 1773, Kunsthistorisches Museum Wien.

Le prince Albert, alors à Laxembourg (Autriche), répond le 6 mai 1766 :

 J’ai été si pénétré, cher frère, de tout ce que vous me dites de tendre et d’amical dans la lettre que j’ai reçu par Liebenau, que j’aurais souhaité que vous en eussiez pu voir par vos yeux la joie qu’elle m’a causée, tout que je pourrais vous en dire ne suffisant pas pour vous l’exprimer comme je le désirerais. Ma chère femme a été on ne peut plus sensible aux assurance que vous chargez de lui faire de ma part. C’est même pour me prier de vous le témoigner qu’elle vient m’interrompre à tout moment. L’inconvénient que d’avoir une jolie femme ! On m’a jamais de repos avec elle. Ne croyez pas toutefois, mon frère, que ce soit cela seul, qui est cause que j’ai eu depuis notre arrivée à Presbourg, m’en ont bien plus empêches. Nous sommes arrivés hier au soir ici, où nous resterons jusqu’à l’onze et je profite à la hâte de quelque moment de loisir que je trouve en ce séjour, pour vous assurer de toute la tendresse, que je conserverai toute ma vie pour vous, et avec laquelle je vous embrasse du fond du coeur22.

Notes

1. Bajer (Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », thèse, p. 145. 2. Kriegelstein (Christian Friedrich Pfeffel von ), État de la Pologne[…], Paris, Herissant, 1770, p. 81. 3. Kulcsár Krisztina, “A helytartói státus : Albert szász herceg (1738-1822) kinevezése és évtizedei Magyarországon”, Aetas, (17) 1. p.52. 4.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 16 juin 1766. 5.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1489, lettre du prince Albert à Xavier, 22 juin 1766. 6.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 9 novembre 1763. 7.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 27 décembre 1764. 8.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 23 janvier 1765. 9.Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Xavier à Albert, 4 mars 1765. 10.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 13 mars 1765. 11.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 7 avril 1765. 12.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 26 juin 1765. 13.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 19 août 1765. 14.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 13 septembre 1765. 15.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 1er octobre 1765. 16.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 6 novembre 1765. 17.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 18 novembre 1765. 18 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 3 décembre 1765. 19 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 25 décembre 1765. 20 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 1er avril 1766. 21 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 9 avril 1766. 22 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 6 mai 1766.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2023, 23 mai). “Au prince Xavier, mon très cher frère”, la correspondance intime du prince Albert de Saxe à son frère aîné 1760-1767 (2). À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.