Les portraits du prince Albert de Saxe-Teschen par Marcello Bacciarelli : de nouveaux apports archivistiques

Introduction

Le musée national de Varsovie vient d’acquérir un portrait du prince Albert en armure de Marcello Bacciarelli (1731-1818) passé en vente à Vienne à la maison de vente Dorotheum le 09 novembre 2022 .

Marcello Baccirarelli, Portrait du prince Albert de Saxe, 1766?, Warszawa, Muzeum Narodowe.

Le tableau à l’huile sur toile mesure 92,5 cm de haut sur 75,5 cm de large. C’est le seul portrait connu du prince par cet artiste. Les spécialistes le datent de la période du peintre à Vienne entre 1764-1766 et même plus précisément dans les premiers mois de 1766. Mais la correspondance avec son frère le prince Xavier montre que cette version a été longuement élaborée depuis 1764. L’artiste aurait réalisé à Vienne deux portraits de l’archiduchesse Marie Christine, plusieurs portraits de ses sœurs et un portrait de groupes « Scène de ‘Il Parnaso confuso’ ». Peu de traces de son passage à Vienne ne sont restées dans les archives. De nouvelles informations permettent de mieux comprendre cette période à Vienne et de la remettre en perspective avec la Saxe au sortir de la guerre de Sept-ans. Cet article apporte de nouveaux documents archivistiques sur les portraits du prince Albert réalisés par Marcello Bacciarelli.

La longue élaboration d’un portrait du prince Albert

Le 9 février 1764, le prince Albert mentionne qu’il ne peut pas envoyer un portrait « qui est achevé mais comme il ne sera peut-être encore tout à fait séché il faut que je remette cela à une autre occasion »1. Ce tableau sans auteur ne semble pas avoir été beaucoup apprécié par le prince Xavier qui, quelques mois plus tard, émet l’idée d’un autre portrait réalisé par un peintre de talent. La lettre du prince Xavier à ce propos manque malheureusement. Mais nous connaissons la réponse du prince Albert, alors à Vienne, du 16 juin 1764 :

« Votre idée touchant mon portrait, ne saurait venir plus à propos, l’ayant déjà fait commencer par Bacciarolli[sic] dans le dessein de l’envoyer au général Maryher. Je vous ferai remettre dès qu’il sera achevé, mais je ne crois pas que cela sera de si tôt, ce peintre étant engagé à peindre toute la famille royale, ce qui n’est pas une petite ouvrage. C’est pour cela que je vous prie aussi de ne pas faire presser son départ pour Dresde, où on le demande pour l’académie. Il serait en effet bien dommage, qu’il n’eut pas tout le loisir de peindre, cette belle famille, dont nous n’avons pas encore un seul portrait ». Le 9 août 1764, il ajoute « Bacciarelli ne pourra être prêt qu’au printemps s’il doit faire les portraits de toute la famille. Ce n’est pas assurément qu’il ne veuille retourner en Saxe, mais s’étant déjà engagé de votre consentement à faire cet ouvrage ici, il lui faut au moins ce temps-là. Ce que je puis vous assurer, c’est qu’avec cela il n’en fait pas d’autre que le mieux. Voilà tout ce que je puis dire sur ce sujet»2.

Marcello Baccirelli, Portrait de Heinrich von Brühl, 1753, Dresde, SKD, Gemäldegalerie Alte Meister.

Marcello Bacciarelli est né à Rome mais entra en 1750 à l’académie de Dresde comme peintre de cour. Il y devient professeur. En 1756, la guerre le fait quitter la capitale de Saxe pour Varsovie. D ‘avril 1764 à octobre 1766 il est à la cour de Vienne3. Il n’y est comme peintre envoyé en Autriche mais reste rattaché du moins jusqu’en 1764 à l’académie de Dresde. Nous pouvons nous demander les raisons de l’envoi d’un peintre à Vienne. A cette période Varsovie subit les troubles dus à la mort d’Auguste III le 5 octobre 1763. Le trône de Pologne est vacant et un sejm doit s’ouvrir sous la pression russe qui a envoyé des troupes jusqu’à Varsovie. Puis la mort de son frère ainé l’lecteur Frédéric Christian le 17 décembre 1763 marque une autre rupture pour la Saxe : « j’allais […] à la fin de 1763 pour me rendre en France. La mort de l’électeur mon frère […] changeant mon projet [et] qui [m’]obligeât de me charger de la régence en Saxe […] »4.

Johann Friedrich Stieler( médailleur), Médaille pour la fondation de l’école d’artillerie, 1767, SKD, Münzkabinett.

Le prince Xavier devient « prince administrateur » jusqu’à la majorité révolue de 18 ans de son neveu, Frédéric-Auguste alors âgé de treize ans. Cette position lui donne toutes les prérogatives de l’électeur : « l’Administrateur a droit de faire pendant la minorité tout ce qu’un électeur majeur, jouissant de ses droits pourrait faire »5. Se voyant comme le meilleur candidat en étant l’aîné de la famille et ayant la position d’un électeur, il projette alors de proposer sa candidature au sejm pour l’élection de 1764. Il cherche l’appui des cours de Versailles et de Vienne. L’envoi de ce peintre peut entrer dans ses projets. Mais ne trouvant que peu d’appui en France et en Autriche, il renonce à ses projets en janvier 17646. Le prince Poniatowksi est élu comme roi de Pologne en septembre 1764. Le prince Xavier renonce au trône de Pologne et jette son dévolu sur la co-adjuterie de l’ordre teutonique. Mais n’ayant aucun soutien et un mariage morganatique qui bruisse à la cour d’Autriche, il doit y renoncer malgré lui. De son côté depuis la fin de la guerre, le prince Albert est dans les bonnes grâces de l’impératrice Marie-Thérèse. Il a obtenu après la guerre le grade de général de cavalerie, puis il est nommé gouverneur de Komárom le 13 mars 1763. Son travail en Hongrie l’empêche de consacrer trop de temps à la réalisation du portrait. Le prince Xavier rappelle à son frère la promesse et Albert écrit le 27 décembre 1764 :

«Vous me faites ressouvenir très sagement du portrait que je vous avais promis, sans quoi il courrait risque de n’être jamais achevé. Mes absences et les occupations que j’ai eus depuis mon retour en cette ville, ont été causes de cet oubli. Je compte de le faire achever au plus tôt, et de vous l’envoyer par la première occasion. Que je souhaiterais que ce tableau muet put vous exprimer toute la tendresse de celui dont il peint les traits ! Aimez le toujours un peu cher frère et croyez que vous n’avez pas au monde d’ami plus sincère que lui. Albert »»7.

Le tableau est fini durant l’hiver 1765 comme le prince Albert en rend compte dans une lettre de Vienne du 16 février 1765 :

« Si je ne vous ai pas parlé du retour de Bacciarelli, c’est qu’effectivement je crois qu’il ne pourra pas avoir lieu de si tôt, l’impératrice le chargeant toujours de nouveaux ouvrages. Pour ce qui est de mon portrait, je vous l’ai déjà mandé qu’il était achevé et que j’attendais seulement une occasion de vous l’envoyer »8.

Peter Gartenberg (médailleur), Médaille pour la nomination du prince Albert comme Reichs-Feldmarschall, 1766, SKD, Münzkabinett.

Il ajoute le 20 mars 1765 « Pour mon portrait, je ne puis pas vous l’envoyer encore, puisqu’il faudrait le rouler ce qui lui ferait peut etre du tort et j’attendai pour cela le depart de la diligence. Mr de Posels pourra vous dire en attendant comme il l’a trouvé »9.

Le prince Xavier n’ayant pas donné de nouvelles de la réception tableau, Albert écrit encore de Vienne 12 juin 65 : « vous me dites rien dans aucune de vos lettres du portrait que je vous ai envoyé par Petrillo. Je me flatte qu’il sera bien arrivé en bon état, mais que je suis fâché que ce tableau muet, ne puisse vous rendre tous les sentiments d’amitié et de tendresse de celui qu’il représente et qui vous embrasse mille fois en idée » 10.

Détail de l’inventaire de 1769.

En 1769 lors d’un inventaire, le tableau du prince Albert est disposé dans la salle d’audience de l’appartement du prince Xavier dans le château électoral à Dresde. Il est placé à coté des portraits de Charles par Anton Graff et Clément par Georges Desmarée. Il mesurerait 102cm de haut sur 82 cm de large (1 elle 20 zollen/1 elle, 12 zollen)11.

Un second tableau ?

Le 26 décembre 1765, le prince Albert est élu gouverneur de Hongrie et l’impératrice le nomme feld-maréchal12. Le 8 avril 1766, il se marie avec l’archiduchesse Marie-Christine et emménage au château de Hof. L’impératrice le couvre de gloire : il est fait duc de Teschen. C’est durant cette année qu’il se serait décidé à réaliser un nouveau portrait, celui actuellement au Muzeum Narodowe de Varsovie.

La datation du portrait a été fait grâce aux insignes. Selon la notice de vente rédigée par Mark MacDonnell, Albert porte une combinaison d’ordres chevaleresques : la Toison de l’Ordre de la Toison d’Or depuis 1738, augmentée de joyau offert par le roi d’Espagne à la fin de 1765. Le prince porte également la ceinture bleue et la croix de l’Ordre de l’Aigle blanc de Pologne, comme la plupart des membres de la maison de Saxe. Il explique « dans une lettre (non datée) au roi Charles III d’Espagne, Albert demande la permission, puisque l’impératrice lui avait décerné l’Ordre de Saint-Etienne de Hongrie, de porter cet ordre avec la Toison d’Or, tout comme il l’avait porté avec l’Aigle Blanc, auquel il renoncerait désormais : “Je Supplié[sic] V. M. de designer me permettant que je joigne le-dit ordre à la toison, a la place de celui de Pologne, que j’ai toujours porté avec celle-ci, et que je n’aurai pas de peine à quitter pour cet effet, puisqu’il n’est pas du tout du notre famille, mais d’un pays qui nous est devenu tout à fait étranger » [faisant allusion à Stanislas Poniatowski devenu roi de Pologne en 1764, mettant fin à la domination de la maison Wettin sur la Pologne]. Le roi Charles a accordé la permission dans une lettre datée de Madrid, le 11 décembre 1765 ». C’est aussi depuis 1741 pour la dynastie des Habsbourg un moyen de légitimation que de mettre en avant la couronne de Hongrie. Le prince de rang inférieur choisit dès lors de se rattacher davantage à l’Autriche qu’à sa dynastie. Endossant par la suite pleinement son rôle de gouverneur de Hongrie et de feld-maréchal, il ne se fait peindre qu’en uniforme militaire autrichien. De plus, il porte le jabot noir en marque du deuil suite à la mort de l’empereur François Étienne le 18 août 1765, qui était encore observé même pendant la cérémonie du mariage.

Marcello Bacciarelli, Portrait de l’archiduchesse Marie-Chrisine, 1766, Wien, Kunsthistorisches Museum.

Dans une lettre datée du 18 janvier 1766, l’archiduchesse Marie Christine écrit à son fiancé Albert qu’elle attend l’arrivée de Bacciarelli pour peindre son portrait, et qu’elle avait l’intention d’être peinte dans une robe rouge, la couleur préférée d’Albert. Ce tableau se trouve actuellement au Kunsthistorisches Museum de Vienne avec un dessin préparatoire copie d’après Martin van Meytens au Muzeum Narodowe de Varsovie.13. Depuis Laxembourg, le prince Albert écrit à Xavier, le 6 mai 1766 :

« Jai été si pénétré, cher frère, de tout ce que vous me dites de tendre et d’amical dans la lettre que j’ai reçu par Liebenau, que j’aurais souhaité que vous en eussiez pu voir par vos yeux la joie qu’elle m’a causée, tout que je pourrais vous en dire ne suffisant pas pour vous l’exprimer comme je le désirerais. Ma chère femme a été on ne peut plus sensible aux assurances que vous chargez de lui faire de ma part. C’est même pour me prier de vous le témoigner qu’elle vient m’interrompre à tout moment. L’inconvénient que d’avoir une jolie femme ! On m’a jamais de repos avec elle. Ne croyez pas toutefois, mon frère, que ce soit cela seul, qui est cause que j’ai eu depuis notre arrivée à Presbourg, m’en ont bien plus empêchés. Nous sommes arrivés hier au soir ici, ou nous resterons jusqu’à l’onze et je profite à la hâte de quelque moment de loisir que je trouve en ce séjour, pour vous assurer de toute la tendresse, que je conserverai toute ma vie pour vous, et avec laquelle je vous embrasse du fond du coeur »14.

Anton Wideman (médailleur), Médaille pour le mariage du duc Albert Kasimir von Sachsen-Teschen avec Maria Christina von Österreich le 9 avril 1766, SKD, Münzkabinett.

L’auteur de la notice date donc le portrait d’Albert en armure du début de 1766. Il serait donc postérieur au portrait offert au prince Xavier fini et envoyé en février 1765. Ces deux tableaux de grands format s’inscrivent dans une longue tradition et semblent en partie se répondre, ce que nous verrons dans un autre article.

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 9 févirer 1764. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 16 juin 1764. 3 Voir Marcello Bacciarelli. Najpiękniejsze portrety, catalogue d’exposition, Warszawa: Arx Regia, 2018 ; Andrzej Pienkos, « Vienna 1764-1766. Bacciarelli alla corte imperiale, fra Dresda e Varsavia », dans Intorno a Marcello Bacciarelli. Italiani nella Varsavia dei Lumi, Varsavia: Instytut Historii Sztuki UW, Muzeum £azienki Królewskie, 2019, p. 67-77 ; Konrad NIEMIRA, « Più bravo pittore che fosse in Vienna, czyli Marcello Bacciarelli na habsburskim dworze i wiedeæskich salonach », dans Rocznik Muzeum Narodowego w Warszawie. Nowa seria 8 (2019), p. 223-241. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1808, note biographique du colonel Christoph August Sayffert, s.d.[vers juillet 1778]. 5. Wicquefort (Abraham de), Discours historique de l’élection de l’Empereur et des électeurs de l’Empire, Paris, Corbe, 1658, p. 179 – 182. 6. Bajer (Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit., p. 162. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 27 décembre 1764; Dresden, Sächsisches Staatsarchiv, 12531 Nachlass Xaver, Prinz von Sachsen, Nr. 012a, lettre du prince Albert à Xavier, 9 août 1764. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 16 février 1765. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 16 février 1765. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 20 mars 1765. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, « Spécification von Hr. Konige Hoheit Printz Xaverii, sämmtlichen bildern », 4 novembre 1769 : « portrait von Konig Hoheit das Prinzen Alberts Hertzogs zu Teschen in dergl. Ramen, von Bacciareli gemalt ». 12. Kulcsár (Krisztina), « With or without Estates? Governorship in Hungary in the Eighteenth Century. » The Hungarian Historical Review, vol. 10, no. 1, 2021, pp. 96–128. JSTOR, https://www.jstor.org/stable/27115435. Accessed 21 Feb. 2023. Voir la note de la notice de vente (F. X. Malcher, Herzog Albrecht zu Sachsen-Teschen bis zu seinem Antritt der Statthalterschaft in Ungarn, 1738–1766, Vienna 1894, p. 158). 13. Pieńkos (Andrzej), «  Vienna 1764–1766: Bacciarelli alla corte imperiale, fra Dresda e Varsavia », A. Pieńkos/M. Smoliński [eds.], Intorno a Marcello Bacciarelli: italiani nella Varsavia dei lumi, Warsaw 2019, p.74. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 6 mai 1766.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2023, 25 février). Les portraits du prince Albert de Saxe-Teschen par Marcello Bacciarelli : de nouveaux apports archivistiques. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.