Autour du jardin de Pont-sur-Seine: le tapis de gazon au XVIIIe siècle

Du pré au tapis de gazon : résumé de la théorie d’un modèle

Au XVIIe siècle, les jardins ordonnés occupaient des espaces autrefois délaissés ou dévolus à des besoins économiques qui n’intéressaient plus ou bien relégué loin de la demeure. Les parcs étaient tournés vers le commerce du bois et la sylviculture1. Au XVIIIe siècle, on considère que l’attrait pour les jardins géométriques laisse la place tout d’abord à des créations aux perspectives plus courtes, aux gazons remplaçant les parterres et aux jeux d’eau moins monumentaux, puis aux jardins pittoresques2. Bien sûr Olivier de Serre faisait déjà l’éloge du pré et des parterres gazonnés comme des décors essentiels du jardin. Mais le gazon, si ce n’est directement un pré, se fait de plus en plus présent aux abords de la demeure au détriment des parterres fleuris de buis. Cette utilisation accrue du gazon permet de sublimer la demeure dans un jeu de vues depuis les routes et les allées.

Albrecht Dürer, Grande touffe d’herbe, Wiki Common.

Le boulingrin qui est une zone gazonnée remplace le parterre dans l’imaginaire des hommes du XVIIIe siècle. Le jardin se se veut à l’image de celui du monde médiéval tourné vers l’utilitaire. Il est aussi un décor naturel pour la demeure qui donne une place essentielle au promeneur. Ce jardin pittoresque propose moins de parterre de charmille et de buis et davantage de tapis de gazon. L’encyclopédie donne la définition suivante : les tapis de gazon, « sont de grandes pièces de gazon pleines et sans découpures qui se trouvent dans les cours et avant-cours des maisons, dans les bosquets, les boulingrins, les parterres à l’anglaise, et dans le milieu des grandes allées et avenues dont le ratissage demanderait trop de soins”. (Encyclopédie, 1751, tome 15, p. 896-897).

Gravure de l’encyclopédie, BnF Gallica.

Mais loin de la théorie, quelle est la pratique du gazon ? Comment jardinier et propriétaire utilisent cet ornement concrètement ? L’exemple de l’architecte dessinateur Johann August Giesel au service du prince Xavier peut nous en donner une idée. Nous avons vu la carrière de l’architecte Giesel dans un précédent article. Dans cet article, nous nous bornerons sur le gazon dans les jardins dont il a la charge pour le prince Xavier de Saxe.

Des terrasses de pierre aux talus de verdure

En 1773, le jardin de Pont est décrit par un des agents du prince Xavier  :

À la face du château, du côté de la ville, est un premier parterre en terrasse. Ensuite on descend un escalier en fer à cheval, au bas duquel est un second parterre aussi en terrasse, après lequel est un grand potager en quatre carrés, au milieu desquels est un grand bassin, dans lequel est un jet d’eau qui monte à environ 20 pieds. Ensuite du potager est une grande grille de fer et un mur, qui sépare le potager d’avec une pièce d’eau vive en miroir, presque aussi grande que celle de Chaumot, des deux côtés de laquelle sont des allées de tilleuls d’Hollande qui forment une promenade très agréable ; tout ce détail est en face du château3.

Vue du vestibule et de la salle du chasteau de ponts en Champagne qui regarde du costé des parterres, XVIIe siècle, BnF Gallica.

Cette lettre montre bien que c’est un jardin géométrique qui n’a pas fortement évolué depuis la construction du château au milieu du XVIIe siècle. Il est constitué de différentes terrasses, puisqu’ entre la route et la Seine, il existe un dénivelé d’un peu plus de 90 mètres4. Elles sont marquées par différents escaliers qui descendent jusqu’à la grande pièce d’eau au bord du fleuve. Pour Blondel, les terrasses sont un investissement important pour les terrains en pentes mais elles offrent « beaucoup d’agrément par les différents point de vue dont on peut jouir, soit dans les fonds, soit sur les éminences »5.

Plan du château lors de la vente pendant la révolution, Archives départementales de l’Aube.

A Pont, il existe quatre niveaux de terrasse. Seule la deuxième terrasse est réellement retenue par un mur. Ce dernier est connu par les dessins réalisés pour les travaux après les différents écroulements de 1778 et 17806. Les première et seconde terrasses aux abords du château ne sont que de petits dénivellements pentus. En 1782, le prince fait faire « la démolition totale de la petite terrasse qui donne sur le potager »7. Les terrasses se sont donc transformées petit à petit en glacis, seule la terrasse avec l’escalier demeure.

Vue du château de Pont, XVIIe siècle, Archives départementales de l’Aube.

Il existe un plan du domaine de la période révolutionnaire qui, avec un état du jardin de 17878, permet de connaître sa constitution à la fin des travaux demandés par le prince9. Le plan montre le château et le jardin dans un axe Sud-Nord. Le jardin est constitué de deux axes : le premier nord – sud constitué du château, des terrasses et de la pièce d’eau ; le second est – ouest constitué du petit parc et de prés. De l’autre côté de la route est située l’avenue en direction de la forêt ou « grand parc ». Ce plan permet de connaitre les zones gazonnées qui se trouvent autour du château.

Entretien des gazons

Malgré les démolitions du XIXe siècle, les archives de Pont nous renseignent sur la gestion au quotidien des gazons. Le prince et son architecte attachent un soin particulier à ce que les gazon soient toujours bien entretenus et verts . Les sécheresses de l’été ou les grand froid mettent à mal les gazons. L’architecte écrit le 5 septembre 1778 :

Je commencerai aussi lundi prochain à mettre des ouvriers pour nettoyer la grande cour, et enlever tout le gazon qui est totalement brûlé par les grandes chaleurs. Si V.A.R. jugerait à propos, on pourrait sabler en même temps les 2 allées de la nouvelle plantation devant la grande porte pour les remettre après à l’entretien du jardinier. Ayant tracé le concert avec le jardinier dans la cour, il m’a demandé d’après les ordres qu’il avait reçu de la part de Mr Pomiés de retravailler le gazon des 2 parterres devant le vestibule. Si je ferais faire cet ouvrage en même temps, mais comme V.A.R. ne m’a pas fait mention, je n’ai pas voulu entreprendre cela sans demander si V.A.R. est encore intentionnée de faire faire cet ouvrage qui cependant serait très nécessaire. Le gazon étant également brûlé et plein de mousses qui fait un vilain effet si près du château. »10.

Bernardo Bellotto, Schönbrunn, Wien
Kunsthistorisches Museum (détail).

L’architecte veut donc remplacer l’herbe jaunit à cause de la sécheresse dans les parterres. La pelouse doit toujours être fraîche et bien tondue pour produire tout son effet. Le gazon de la grande cour (cour d’honneur) est celui qui focalise le plus d’attention puisque tout invité entre au château en passant par cette zone. Le prince répond donc :

« Je ne comprends pas ce que vous me marquez de faire enlever tout le gazon de la grande cour, c’est un ouvrage qui sera long et coûteux car il faudrait le labourer et resemer, et cela se peut différer encore ainsi que de retravailler les 2 gazons des 2 parterres devant le vestibule. Quant aux 2 allées de la nouvelle plantation devant la grande porte, vous pouvez les faire sabler et les donner, après à l’extérieur au jardinier»11.

La quantité d’herbe à planter fait craindre une trop grande dépense, ce qui empêche le prince d’accepter cette demande. Il faut retarder les dépenses. Mais l’architecte revient sur cette question très rapidement :

Monseigneur, J’ai eu l’honneur de recevoir la lettre de Votre Altesse Royale du 15 du m.c. […]Pour ce qui regarde les gazons de la grande cour du château V.A.R. se souviendra qu’avant son voyage avec Madame aux eaux, j’ai eu l’honneur de proposer à votre altesse plusieurs ouvrages nécessaires dans la maison, entre autres celui de faire nettoyer la grande cour qui était fort malpropres. V.A.R. avait même dans ce temps-là la bonté de l’accepter et de me laisser ses ordres par écrit dont V.A.R. à la copie entre ses mains et sur laquelle V.A.R. trouvera ledit article sous le num. 6. Cependant pour éviter les frais, j’ai fait marché avec les ouvriers de Saint-Aubin à 3 s. par toise et je les mettrai aussi à l’entreprise aux 2 allées de la nouvelle plantation »12.

Bernardo Bellotto, Schloss Hof, Wien
Kunsthistorisches Museum.

Le prince ne contredit pas son architecte et le laisse entreprendre cet ouvrage. Pour magnifier la demeure, les gazons de la grande cour sont donc constamment surveillés. Après l’hiver et des travaux dans l’appartement, l’architecte rend compte qu’il veut faire une visite « dans la grande cour pour réparer les 4 quarrés de gazon, comme aussi les allées sablées dudit endroit, qui ont été fatiguées par les voitures du transport du bois des cordes »13. Le compte rendu est donné le 26 mars 1780 :

J’ai l’honneur de marquer à Votre Altesse Royale qu’il y a avait des réparations à faire aux quatre carrés de gazon dans la grande cour aussi ai-je commencé lundi passé à faire remplir avec de la bonne terre les trous qui étaient faits par les chiens et la volaille en y mettant une poignée de graine que j’ai pris dans les greniers à foin. D’après cela j’y ai fait passer le grand rouleau de grès à plusieurs reprises jusqu’à ce que j’ai vu le gazon était parfaitement aplani. J’ai fait rafraîchir aussi la bordure qui était fort défigurée, en y faisant tendre le cordeau, j’ai été obligé de faire donner un coup de bêche tout autour comme les coins desdits carrés étaient fort dégradés, par les passants, j’ai fait enfoncer à chaque coin un bon piquet de bois, pour les garantir le plus qu’il est possible. Les allées de sable avaient besoin d’un coup de ratissoire en mettant dans plusieurs endroits du sable pour remplir les ornière des voitures14.

Le prince répond qu’il accepte ces dépenses et veut les mêmes journaliers du village de Saint-Aubin et au même prix que précédemment15. L’entretien des gazons fait donc entrer un personnel supplémentaire. L’architecte n’utilise pas une herbe spécifique pour la plantation mais les graines de l’herbe commune comme le pâturin des prés. Le ray-grass anglais ne semble pas encore être connu par ces hommes. L’entretien demande des outils spécifiques comme le rouleau. Arranger les angles et aplanir le sol est essentiel pour la bonne tenue des parterres de gazon.

Bernardo Bellotto, Schloss Hof, Wien
Kunsthistorisches Museum (détail).

Ainsi un document vraisemblablement de l’été 1780 sur les travaux à faire dans les jardins accorde une grand place aux gazons16. Tout d’abord les allées doivent être égalisées puis le prince demande à ce que ses jardiniers apportent « des terres tout le long de la terrasse des parterres où il y avait autrefois des ifs » pour lui « donner une pente que l’on sèmera en herbe qui formera un glacis »17. Les ifs sont des arbres qui acceptent des formes très réglées. Puis comme il est préférable pour l’entretien des allées de les transformer en gazon, l’article stipule de ne pas remettre de sable dans les allées de la garenne: « Il faut commencer par aligner toutes nos allées afin de marquer la largeur de nos gazons qui seront de 15 à 16 pieds et nos contre-allées qui seront des deux cotés de la charmille auront chacun cinq pieds de large à prendre du pied de la charmille au bord du gazon ». Puis « la charrue ayant fini il faut faire à mains d’homme piocher les deux côtés qu’elle aura labourés afin de bien dresser notre gazon ». Puis durant l’automne suivant le document indique que « les buis des parterres ont besoin d’être replantés à neuf et de recharger les terres qui sont dans le milieu pour donner plus d’élévation aux fleurs afin qu’elles soient plus visibles » et « si l’eau n’est pas plus abondante dans les parterres qu’elle ne l’est à présent, il ne sera pas possible de soutenir les fleurs dans la grande sécheresse avec le peu d’eau qui y vient il n’y aurait que les fleurs vivaces qui puissent se soutenir ». La région de Pont-sur-Seine est la « Champagne pouilleuse » ou la « Champagne crayeuse » dont le sol est constitué essentiellement de craie. C’est une région de pâturage des moutons. Comme l’explique Yves Chevalier, la région « présente donc une certaine tendance à l’aridité »18 en raison des sols de craies perméables.

Bernardo Bellotto Wilanów, zamek Wilanów (détail).

Le document continue ainsi « les gazons des parterres ont besoins d’être renouvelés, pour cela faire il faut les labourer au mois d’octobre prochain et laisser passer l’hiver avant de les semer afin de mûrir les terres et au printemps prochain les semer en herbe ou en pré » et « j’ai oublié de dire que quand nos gazons seront bien levés, il faut passer le rouleau dessus pour écraser le peu de mottes qui y restent et en raffermir la terre ce qui replombe[sic] en même temps l’herbe qui est levée ». Ainsi le gazon doit être bien entretenu aux abords de la demeure et peuvent être moins entretenu en s’en éloignant.

En guise de conclusion: la place du gazon à Pont?

Le prince et son architecte ont établis plusieurs documents sur les superficies occupées par chaque compartiments du jardin. Ce document « État des continences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, verger, couverts, allées claires et ombrées etc qui accompagnent et décorent le château de Pont sur Seine» du 23 juin 178719 donne une description des zones gazonnées :

  • Demie lune « les parties entourées de tilleul » avec deux allées.
  • Avant-cour : quatre pièces de gazons avec les allées.
  • Première terrasse : gazons de face aux ailes du château levant et couchant ; gazons de talus de cette 1ere terrasse.
  • Deuxième terrasse : gazons pleins au levant et couchant ; gazons chiffres X C ensemble.
  • Grand potager : en quarré légumier en tapis ou gazons bordés en tilleuls et en allées sablées.
  • Verger en nouveau potager ; tant en gazon semé en herbe naturelle et allées avec tilleuls.
  • Allée des mûriers : le gazon ou tapis avec allées sablées et fossés L’ensemble des surfaces gazonnées représentent environ 5 hectares sur les 27 hectares du domaine.
Bernardo Bellotto, Schönbrunn, Wien
Kunsthistorisches Museum.

Comme le souligne Gabrielle Boreau de Roincé montre que l’arbre devient un élément important des jardins comme à Versailles en 177820 : « Les allées ombragées et l’espace consacré à des contre-allées entre arbres de ligne et charmilles permettent une nouvelle fonctionnalité des jardins de Versailles avec l’apparition signalée d’endroits spécialement consacrés à la pause assise et à la conversation.Cette évolution est sans aucun doute à mettre en rapport avec l’apparition à Paris des jardins-promenades ». Elle souligne son rôle pour la promenade dans la nouvelle volonté d’aménagement du jardin. Mais les parterres de gazon prennent aussi une place importante car ils permettent de créer des décors moins coûteux que des parterres de fleurs ou bosquets de charmilles et de souligner des points de vue pour le promeneur.

à suivre.

Pour aller plus loin:

Corbin (Alain), La Fraîcheur de l’herbe: Histoire d’une gamme d’émotions, Paris, Fayard, 2018.

Notes

1. Georges Farhat, « Territorialités et parcs à l’âge classique: pour une approche critique de la notion de territoire », Polia, Paris, Association pour l’Histoire de l’art des jardins,2008, p.18. 2. Gérard Mabile, « Le jardin classique à partir de Le Nôtre », dans Babelon, Jean Pierre (dir.) , Le château en France, Paris, Berger-Levrault, 1986, p.295-304. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1789 lettre de Régnier au prince Xavier, 22 octobre 1772.4. Relevé d’après Géoportail [en ligne, consulté le 21/03/2017].5. Jacques-François Blondel, De la distribution des maisons de plaisance, op.cit. tome 2, p. 2. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, différents dessins faits par Giesel montrent le mur et les écroulements : un du 7 mars 1778 et l’autre du 8 avril 1780. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2180, marché pour un escalier du château de Pont, 18 avril 1782. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, « états des contingences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, vergers […] », 23 juin 1787. 9. Arch. dép. de l’Aube, 1Q, 811 vente des biens nationaux de l’émigré Xavier de Saxe, 19 vendémiaire an IX et affiche du 20 fructidor an VI [6 septembre 1798]. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 5 septembre 1778. 11 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1448, lettre de Xavier à Giesel, 15 septembre 1778. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 21 septembre 1778. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 19 mars 1780. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1749, lettre de Giesel au prince, 26 mars 1780. 15. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1440, lettre du prince à Giesel, 1er avril 1780. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185,  « états des travaux et réparations a faire dans les jardins et potagers du château de Pont », s.d. [vers1780]. 17. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185,  « états des travaux et réparations a faire dans les jardins et potagers du château de Pont », s.d. [vers1780]. 18 Yves Chevalier. « Métamorphoses de la Champagne crayeuse : déboisement et équilibre biologique », Revue forestière française, 1972, 24 (4), p.303. 19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, Etat des continences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, verger, couverts, allées claires et ombrées etc qui accompagnent et décorent le château de Pont sur Seine» du 23 juin 1787. 20Gabrielle Boreau de Roincé, « Les bosquets de Versailles à la fin du XVIIIe siècle. Concevoir et parcourir les jardins de Versailles après la replantation  », Livraisons de l’histoire de l’architecture, 23 | 2012 [en ligne consulté le 16 juin 2023]. 21. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2018, dessin sans date.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2023, 23 juin). Autour du jardin de Pont-sur-Seine: le tapis de gazon au XVIIIe siècle. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.