Projet de biographie de Xavier de Saxe: une problématique complexe

Je n’oublierai jamais ni ce château ni ce séjour. Le comte de Lusace, fils de l’électeur de Saxe, frère de l’électeur régnant et propre oncle du roi de France avait pris de l’amour à Dresde pour une jeune italienne […]. Cet amour devint une passion si violente que la morgue allemande, que l’intérêt d’une succession presque royale et souvent ornée du diadème, que tout céda devant sa puissance : l’Italienne fut épousée.

C’est en ces mots que Madame de Chastenay décrit son séjour de 1781 au château de Pont-sur-Seine (Aube)1 qui est, depuis sa construction par l’architecte Lemuet au milieu du XVIIe siècle, « une des plus belles maisons de France »2. Mais loin de s’attarder sur l’architecture ou les intérieurs, la comtesse nous décrit un prince qui, semble-t-il, a abandonné la possibilité d’être roi pour épouser une italienne et venir vivre en France. Cet homme est le prince royal de Pologne François Xavier Louis Auguste Albert Benno de Saxe connu en France sous le nom de comte de Lusace. Le prince est né le 25 août 1730 et meurt le 21 juin 1806 à Dresde3. Il est le huitième enfant du prince-héritier Frédéric-Auguste, duc de Saxe, devenu en 1733, roi de Pologne sous le nom d’Auguste III (1696 – 1763)4. Sa mère Marie-Josèphe d’Autriche (1699 – 1757) est la fille aînée de l’empereur Joseph Ier (1678 – 1711)5. Dans l’ordre de succession, le prince Xavier se trouve être le second garçon arrivé à l’âge adulte.

Les grandes lignes de la vie du prince Xavier de Saxe sont connues grâce à deux notices, qui ont été réalisées à partir du fonds de Saxe des archives départementales de l’Aube à Troyes, par ceux qui étaient en charge de son classement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle : Arsène Thévenot puis Jules-Joseph Vernier6. En 1874, le premier publie en partie sa correspondance7. Bien que datée, cette étude demeure indispensable pour connaître sa vie. Par la suite, le second écrit, en 1903, une étude biographique sur le prince comme introduction aux trois tomes de l’inventaire du fonds de Saxe. Il reprend, en grande partie, les idées défendues par Arsène Thévenot. Ces deux auteurs se rejoignent dans l’idée que le prince Xavier de Saxe n’eut aucun rôle politique de premier plan.Peut-être en raison des mots de Jules-Joseph Vernier qui n’est pas tendre avec le prince Xavier :

Les biographies ne font pas mention de ce personnage [et] c’est un fait acquis à l’histoire […] que le prince de Saxe n’ait jamais joué dans le monde un rôle politique bien considérable, que jamais il n’ait occupé dans l’administration ou dans les armées une situation prépondérante et bien en vue, [un] personnage qui a “traversé l’histoire avec des pantoufles”»8

Pour les historiens français de la fin du XIXe siècle et du début XX siècle, le prince Xavier de Saxe est une personne de peu d’envergure dans l’ombre de son oncle le maréchal Maurice de Saxe et de son grand-père Auguste le fort. Ainsi Casimir Stryienski écrit en 1902 que « le prince Xavier n’était pas né pour jouer un grand rôle ; il appartenait à cette maison de Saxe dont on avait dit que seuls ses bâtards faisaient leur chemin, et il justifiait cette boutade »9. Il conclut que le prince « passa sa vie à ne pas comprendre pourquoi il ne réussissait en rien »10. Il s’agit pour nous justement de comprendre en quoi ce personnage de second plan s’imaginait ne pas l’être. Son impression est-elle caractéristique de cette myriade de prince qui gravitait dans les cours européennes ?

Anton Raphael Mengs, Augst III, SKD.

Mais nous pouvons opposer les visions négatives à celle de Charles de Mouy qui, dès 1875, écrivait que le prince possédait de « bonnes qualités » ce qui pouvait faire de lui « un souverain fort convenable aux Polonais »11. Le prince Xavier apparaît dans le livre sur le dauphin de Bernard Hours comme un homme très proche de la dauphine qui essayait en vain d’influer sur la politique française12. Plus récemment, des travaux universitaires se sont intéressés aux archives du fonds de Saxe. En 1981, Valérie d’Anglejan-Chatillon a essayé dans son mémoire de maîtrise de comprendre l’éducation et le « cursus » des deux fils du prince Xavier de Saxe sans apporter d’éclairage sur les châteaux de Pont-sur-Seine et Chaumot13. En 2004, Aurélie Louis a focalisé ses recherches sur «domaine de Pont-sur-Seine-sur-Seine au temps de Xavier de Saxe (1775 – 1790) ». Ce travail, qui s’est basé sur les nombreux documents de la régie des terres du fonds de Saxe, a permis de bien comprendre la gestion des terres et forêts possédés par le prince. Ses conclusions ont montré que les revenus du prince Xavier dépendaient majoritairement du trésor royal de France, puis à la marge des revenus agricoles de ses terres. En revanche les recherches de Patricia Colfort sur le domaine de Chaumot n’ont pas réussi à proposer des analyses aussi poussées que celles réalisées pour le domaine de Pont-sur-Seine14. En 2005, Christian Terraux a étudié la vaste correspondance du prince avec ses frères et sœurs. Ce travail de recherche a été mené en collaboration avec les archives de l’Aube pour une grande campagne de numérisation du fonds de Saxe, et la mise en ligne de l’inventaire et des images des documents. Dans son mémoire de recherche, Christian Terraux a analysé la correspondance pour tenter de trouver « un réseau européen pour la maison de Saxe » en tirant des conclusions simples sur le réseau mais aucunement sur le prince en lui même15. Il faut se tourner dans les recherches à l’étranger pour avoir davantage analyse sur le prince.

L’historien polonais Jakub Bajer16 a fait une étude sur cette élection et sa reconnaissance par les cours d’Autriche, de France et d’Espagne entre 1764 et 1766. D’après cet auteur, il existe « une faction saxonne » à la cour de France autour de la dauphine, qui a pour but de conserver la couronne élective de Pologne dans la famille. Le chercheur croit comprendre que, de son côté, le prince s’est intéressé à la couronne de Pologne en raison du prestige et de l’apport financier que cela lui aurait apporté. Il propose enfin de voir le prince Xavier comme une personne qui pouvait se sentir « déçu et frustré » après l’échec de son élection sur le trône de Pologne en 1764, mais qui garde, toute sa vie, le soutien de la dauphine de France17. Un autre chercheur polonais, Jacek Kordel, propose, quant à lui, une analyse sur les raisons qui poussent le prince à quitter précipitamment la régence18. Les tensions à la cour de Saxe poussent le prince à s’en éloigner malgré les réprimandes de la cour de Vienne, où ce départ est vu comme un acte contraire aux lois de l’Empire19. Cette brouille marque durablement les relations entre le prince et l’impératrice.

Georges Desmarées, Prince Xavier?, München, Alte Pinakotek.

La banalité apparent du personnage ne doit pas faire oublier sa position. Il faut tenter de le replacer dans cette multitude de courtisans qui gravitaient autour de différents souverains en Europe cherchant un moment où briller pour obtenir des faveurs à la base de la société de cour. Mais il est aussi un personnage clef dans les changements diplomatiques mis en place par la Saxe, La France et l’Autriche20. Le renversement des alliances n’est pas qu’un jeu diplomatique abstrait, il fait entrer en jeu de de nombreux acteurs dans les sphères politique. Assurément le prince Xavier en fait parti en tant que membre de la famille électorale et second dans la lignée. Quel est son rôle dans la politique saxonne en Pologne ? Que met-il en place lors de sa régence en Saxe ? Le prince est aussi un homme loin de la politique. Ses désirs et ses échecs renseignent sur la logique de son caractère. Intéressé par l’architecture et l’histoire naturelle, il est un homme de son temps. Est-il un homme des lumières ou anti-lumière ?

Il nous a fallu chercher le prince pour mieux comprendre l’homme qui, par ses choix, a décidés de lier son destin à celui de la France. Les archives du prince Xavier sont disséminés essentiellement dans trois lieux les archives départementales de l’Aube à Troyes, les Sächsische Staatsarchiv de Dresde et la bibliothèque historique polonaise de Paris21.

Le prince royal Xavier, fils d’Auguste III roi de Pologne est bien plus que des titres. Son choix de s’insérer dans les intrigues de la cour de France n’est pas anodin. Il s’insère dans des choix personnels et politiques plus large. Louis XV continue de rêver à la « barrière de l’est » où la Saxe-Pologne pourrait jouer un rôle crucial. La diplomatie de la France en Pologne incluait le prince Xavier comme prétendant à la couronne sous l’influence de la dauphine. Qu’est ce que le « secret de la dauphine »? Quelle est sa relation avec la France ? Avait-il les prétentions d’un souverain ou se bornait-il à être un courtisan ?

Notes

1. Chastenay ( Victorine de), Mémoires de Mme de Chastenay, 1771-1815, publ. par Alphonse Roserot, Paris, E Plon-Nourrit, 1896, p. 23. 2Grande Mademoiselle, Mémoires, Paris, 1985, t.I p. 95 cité par Mignot (Claude), ibid., p. 173. 3. Huberty (Michel) et Giraud (Alain), L’Allemagne dynastique, tome I : Hesse, Reuss, Saxe, Paris, 1976 (7 tomes), p.  472. Le prince signait Xavier ou en allemand Xaver ou Xaverius en latin. Bennon est parfois traduit par Benoît. 4. Les dates entre parenthèse sont celles de vie et de mort. 5. Sur ses parents, voir : Staszewski (Jacek), August III. Kurfürst von Sachsen und König von Polen, Berlin, 1996 (traduit du polonais par Eduard Merian) ; Weber (Karl von), Maria Antonia Walpurgis, Churfürstin zu Sachsen, geb. kaiserliche Prinzessin in Bayern, Dresden, Teuber, 1857. 6. Pour une étude de la constitution du fonds de Saxe, voir Terreaux (Christian), Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière, mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2004 – 2005. 7. Thévenot (Arsène), Correspondance inédite du prince François-Xavier de Saxe, connu en France sous le nom de comte de Lusace précédée d’une notice de sa vie, Paris, Librairie historique et archéologique de J.-B. Dumoulin, 1874. 8. Vernier (Jules-Joseph), Étude biographique sur le prince Xavier de Saxe comte de Lusace, précédée d’une notice sur le fonds de Saxe conservé aux Archives départementales de l’Aube, Troyes, G. Frémont, 1903, p. XIV . 9. Stryienski (Casimir), La mère des trois derniers Bourbons, Marie-Josèphe de Saxe, et la cour de Louis XV, d’après des documents inédits tirés des Archives royales de Saxe et des Archives des affaires étrangères, Paris, Plon-Nourrit, 1902, p. 17. Il ajoute : « Il passa sa vie à ne pas comprendre pourquoi il ne réussissait en rien » (p. 258). 10. Stryienski (Casimir), « Le secret de la Dauphine », Revue des études historiques,Paris, A. Picard et fils, mai-juin 1901, p.2. 11Mouÿ (Charles de), Correspondance inédite du roi Stanislas-Auguste Poniatowski et de Mme Geoffrin (1764-1777) précédée d’une étude sur Stanislas-Auguste et Mme Geoffrin et accompagnée de nombreuses notes, Genève, Stakline, 1875, p. 14. 12. Hours (Bernard), La vertu et le secret. Le dauphin, fils de Louis XV, Paris, Honoré Champion, 2006, p.269. 13. Anglejan-Chatillon (Valérie d’), « Deux éducations aristocratiques à la fin du XVIIIe siècle. Les princes Louis et Joseph de Saxe », mémoire de maîtrise, Paris I, 1981. 14. Louis (Aurélie), « Le domaine de Pont-sur-Seine au temps de Xavier de Saxe (1775-1790) », mémoire de maîtrise, université de Besançon, 2004 ; Colfort (Patricia), « Le domaine de Chaumot à la veille de la Révolution française (1771-1793) », mémoire de master II, université de Reims-Champagne-Ardenne, 2006. 15. Terraux (Christian), « Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière », mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2005 [en ligne]. 16. Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », thèse de doctorat sous la direction des professeurs Chantal Grell et Maciej Serwanski, Universités de Paris-Saclay et Poznan, 2015 ; Bajer ( Jakub),« La Maison de Saxe et la reconnaissance de Stanislas -Auguste par les cours du sud (1764-1766) », Studia Europaea Gnesnensia, 5/2012, p. 257 – 277 [en ligne]. 17. Bajer (Jakub), « La Maison de Saxe et la reconnaissance de Stanislas -Auguste par les cours du sud (1764-1766) », op. cit., p. 264.18. Kordel (Jacek), Z Austrią czy z Prusami? Polityka zagraniczna Saksonii, 1774-1778, Kraków, Arcana, 2018. 19. Ibid., p. 77 -78. 20.Hanke (René), Brühl und das Renversement des alliances: die antipreussische Aussenpolitik des Dresdener Hofes 1744-1756, Historia profana et ecclesiastica. Geschichte und Kirchengeschichte zwischen Mittelalter und Moderne; Bd. 15), Münster / Hamburg / Berlin / London: LIT 2006. 21.Jakub Bajer, Dzieje archiwum księcia Ksawerego Saskiego –historycznego dziedzictwa Francji, Polski i Niemiec
Studia Źródłoznawcze, t. LVIII, 2020, p.171-184.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2023, 26 juillet). Projet de biographie de Xavier de Saxe: une problématique complexe. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojny

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.