« Fils et serviteur », le prince Xavier et ses royaux parents

Introduction

Dans la perspective d’écrire un livre sur le prince Xavier, j’ai analysé les lettres des archives de Dresde entre le fils et ses parents: son père Auguste III (1696 – 1763) prince électoral et successeur du roi Auguste le fort (1670-1733) et sa mère Marie-Josèphe d’Autriche (1699 – 1757), fille aînée de l’empereur Joseph Ier (1678 – 1711). On s’est interrogé sur l’amour que le couple royal avait pour son fils puiné. Etait-il si mal aimé par ses parents? Les premiers travaux de Anne Scherer sur la relation entre le prince et sa sœur la dauphine donne de nouvelles pistes. Ce texte est une première proposition d’analyse de leurs relations.

Le roi absent

Les archives de Dresde ont conservé des lettres entre 1738 et 1748 du roi et de la reine. Les lettres écrites au prince durant sa jeunesse par son père sont de trois: une en 1744, deux en 1748. Elles sont toutes écrites en français, avec une plume malhabile et une orthographe vacillante, depuis Varsovie (nous avons transcrit les lettres dans une forme contemporaine pour une meilleure compréhension). La reine en a écrite 35 : une pour les années 1738 à 1743 puis 13 en 1744, puis une seule pour 1745 et 1746, trois pour 1747 et enfin 12 pour 1748. Ainsi durant sa jeunesse, le roi écrit peu à son fils tandis que sa mère lui écrit régulièrement voir abondamment en fonction des évènements. Le prince Albert dans ses mémoires explique que le couple royal était à peine visible pour ses enfants. Le roi les faisait «attendre » tous les dimanches pour leur dire quelques mots gentils. Ils ne voyaient la reine que les soirs de jeux1.

Louis de Silvestre, Auguste III, Wilanów.

Comment juger du comportement du roi ou de la reine envers leur fils ? Dans la première lettre conservée, le roi mentionne que le prince a appris à mieux se comporter comme le comte de Wackerbrath en rend compte2. Le roi explique qu’il ne peut pas s’occuper de l’éducation des princes et que « les gouverneur tiennent ma place auprès de ceux où je les place, mes autres occupations et devoirs a remplir ne me permettant pas de le faire en personne»3. L’amour qu’ils éprouvent envers leur fils entre parfois en compte. la reine écrit de nombreuses fois quelle « assure de toute [sa] tendresse maternelle » et son père de même « en vous assurant mon cher fils de mon affection » ou « vous assurant de ma bienveillances[sic] »4. Ces formules de politesse sont plus ou moins sincère car chez le roi elles peuvent complètement disparaître s’il trouve le comportement de son fils non acceptable ou bien complété comme « en vous embrassant, mon cher Xavier, je vous assure de ma tendresse et affection avec laquelle je suis votre bon père Auguste roi »5. Cette dernière formule « votre bon père est en allemand « gütes Vater »6. Durant la guerre, il la remplace par une formule religieuse et «  finis en priant dieu qu’il vous aiye[sic], Monsieur mon fils, en sa saint et digne garde. Auguste » ou encore « je prie Dieu qu’il vous aiye[sic] en sa sainte et digne garde, votre bon père »7. En général il finit ses lettres par « mon cher fils » mais avec le temps il transforme parfois cette formule par « mon cher Xavier »8.

Amour ou dédain?

Les formules d’amour semblent être des formules. Ce dédain envers son fils se traduit de différente façon. Martange en rend compte pendants la guerre : « il a été [..] moins chéri que les autres : voilà son enfance. En croissant, des chevaux, des chiens et des valets : voilà sa jeunesse jusqu’à la guerre » 9. Nous ne pouvons être aussi catégorique sur le désamour que le roi portait à son fils. Certes le roi se montre souvent distant mais il semble juste être dans la norme du comportement des souverains de son temps. L’étiquette semble gérer les sentiments. Le roi se montre distant et ne parle au prince qu’en de rares occasions le traitant autant comme un héritier que comme courtisan. La façon de se comporter du roi est remarqué par le prince Xavier. Ainsi il écrit, le 3 août 1745, à son père :

Sire, en lisant les vers que j’ose présenter à Votre Majesté je me suis souvent figuré d’entendre votre voix paternelle qui m’instruisait, qui me parlait au cœur. J’ai entrepris avec plaisir d’en faire une traduction polonaise, pesant chaque mot et chaque maxime, afin de la graver d’autant plus profondément dans ma mémoire. Daignez, Sire, agréer ce petit essai de mon application comme un bouquet que j’ose vous offrir pour le jour de votre Auguste nom. Je l’accompagne avec des souhaits aussi tendres que respectueux, étant avec la plus profonde soumission, Sire, de votre Majesté, le plus humble, plus obéissant et affectionné fils et serviteur, Xavier.10

Cette distance se remarque aussi le 13 décembre 1745, lorsque sa mère écrit depuis Varsovie : « c’est toujours avec grand plaisir que je reçois des vos nouvelles qui sont mon unique consolation, dans ces tristes circonstances, ou surtout l’éloignement et la séparation de mes chers enfants m’est fort sensible, mais de loin comme de près je suis toujours mon cher fils, votre très affectionné mère, Marie Josèphe. P.S. Le roi votre cher père vous salue. »11. Ce post-scriptum résume bien la position du roi qui est une figure d’autorité lointaine. Cet éloignement augmente plus le prince vieillit. Le 5 juin 1748 la reine écrit encore « le roi vous salue qui a reçu très gracieusement les compliments dont vous m’avez chargé pour lui, saluez vos frères Albert et Clément de ma part »12. L’obéissance aux ordres du roi/père est essentiel dans la relation qu’ils entretiennent.

Johannes Esaias Nilson, Bildnis des Fr. Xaverivs, Reg. Princ. Polon. et Lith., Dux Saxon., Electoralis Saxoniae etc. Administrator,Herzog Anton Ulrich-Museum.

Le roi accepte parfois des entretiens seul avec son fils13. La reine en rend compte le 13 mai 1748 :« Vos lettres mon cher fils du 10 et 12 que j’ai reçue hier et aujourd’hui m’ont fait un sensible plaisir surtout d’y voir que vous reconnaissez si bien votre bonheur de vous trouver aux pieds de votre très gracieux et très cher papa, et les bontés et grâces qu’il vous témoigne dont vous ne vous sauriez assez chercher de vous rendre de jour en jour plus digne, par votre comportement et obéissance vous ne sauriez assez respecter et aimer un aussi cher et bon père que celui que le bon dieu vous a donné, c’est aussi ma grande consolation de savoir que vous le faites sans que j’ai besoin de vous en exhorter»14. Mais la plupart du temps c’est en présence de la cour ou bien des gouverneurs que le roi s’entretient avec lui. Le roi s’intéresse essentiellement à la « bonne conduite et la vraie piété » de son fils15. Quand il reconnaît son bon comportement, le roi donne sa permission pour qu’il aille à la chasse tirer du petit gibier pour se « délasser » de ses études et « autres occupations plus sérieuses ». Il termine cette lettre en lui assurant sa bienveillance16.

L’amour maternel?

Les nombreuses lettres de sa mère montrent que contrairement au roi, elle prend part à l’éducation de son fils. Mais cette mère, dont la dévotion se transforme en bigoterie, rappelle sans cesse que le prince doit sa venue au monde à dieu seul17. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle n’a pas pour lui un certain amour maternel. D’ailleurs le prince enfant n’a d’yeux que pour elle. Le 25 juillet 1743 elle écrit: « Ayant été le premier de mes enfants qui m’écrit vous méritez bien que je vous en témoigne ma satisfaction par celle-ci, quoique mon bain ne me permête[sic] pas de beaucoup écrire, mais vous me ferez toujours le plaisir de le faire aussi souvent que vous pourrez. Dites la même chose de ma part aussi à vos frères Frédéric et Charles, en les assurant de ma parfaite affection de même que votre frère Albert »18.

Pietro Rotari, Maria Josepha, SKD.

Mais en suivant le roi dans ses déplacements, elle est souvent absente et demande à ses enfants de lui écrire régulièrement. Elle répond souvent par de longues lettres remplis de religiosité. Ainsi elle écrit les devoirs du prince le 19 août 1744 :

Je vous félicite, mon cher fils, sur le jour de votre naissance auquel j’offrirai au bon dieu toutes les saintes messes, et toutes mes prières et bonnes œuvres pour vous, afin, qu’il lui plaise de vous confier de toutes ses bénédictins célestes, et vous laisse croître en vertu et piété, à sa plus grande gloire et votre salut, en imitant les vertus du saint à la fête duquel vous êtes né, et de celui dont vous porté le nom et par l’intercession duquel nous vous avons obtenu et en vos imprimant bien dans le cœur ses paroles, « vince te ipsum », une des plus grandes vertus de ce grand saint était le vœu d’obéissance pour se supérieures. C’en est une que vous devez imiter sur tout et que je vous recomende[sic] infiniment qui vous assure avec la reine blanche que j’aimerais mieux vous voir mort, qu’en péché mortel et par la hors de la grâce de dieu, mais j’espère de son infinie miséricorde qu’il vous conservera longtemps a notre plus grande consolation et à sa plus grande gloire. J’en ai eu beaucoup de bonnes nouvelles que le comte de Wakerbarth me donne de votre comportement, et vous assure que je suis et serai de tout mon cœur, votre très affectionnée mère Marie Josèphe 19.

Ainsi la reine préfère la mort de son fils s’il ne suit pas les préceptes de vertu de la religion en mentionnant saint Louis. Elle écrit ainsi le 29 décembre 1744 qu’il doit améliorer son comportement qui lui « a causé du chagrin dans le passée, en vous perfectionnant de plus en plus dans la crainte de dieu, la piété, l’obéissance, à vous vaincre vous même et toutes les autres vertus nécessaire pour votre salut éternel qui seul importe » 20. De nombreuses lettres montrent que son affection continuera «jusqu’au tombeau» 21. Sa mère regrette les longs déplacements en Pologne pour la diète comme elle l’explique dans une lettre de Varsovie du 22 octobre 1746 : « vos pensées aient été si souvent auprès du roi votre cher père et moi, qui pense à mon tour bien souvent aussi à tous mes chers enfants, que je souhaiterais de pouvoir les avoir tous autour de moi ici, où la diète donne beaucoup d’occupation. Dieu veuille qu’elle finisse bien aussi, assurez tous vos frères et sœurs de ma tendresse maternelle qui suis jusqu’au tombeau mon cher fils, votre très affectionné mère »22. Mais tout en lui écrivant, elle inscrit son inquiétude envers le prince Xavier parmi ses frères et sœurs, ainsi elle marque qu’il doit embrasser « de ma part vos frères et sœurs »23. Elle écrit ainsi le 17 août 1748 :

 J’espère mon cher fils que j’en fasse beaucoup d’application, vous serez persuadé des sentiments de mon cœur de mère qui aime ses enfants très tendrement et des vœux que je fais particulièrement pour vous au ciel a l’occasion de l’anniversaire de votre naissance. Vous ne saurez mieux me les recommencer qu’en suivant les bon avis que je m’adresse pour vous m’a fait vous donner et qui me tendent qu’a vous rendre heureux dans ce monde et dans l’autre et dont l’accomplissement pourra être ma plus grande consolation a ma mort, sans vouloir les répéter je vous en recomende[sic] l’observation instamment et d’imiter les vertus du saint à la fête duquel dieu vous a fait naitre. Je joins ici mon présent pour cette occasion[…] » 24

Nous voyons ainsi que la place du prince auprès de ses parents est complexe: il obéit à un père distant et à une mère dévote. L’amour semble un sentiment lointain bien que sa mère semble plus propice à laisser ce sentiment l’envahir. Elle s’occupe de son fils favori comme une mère. Cette première analyse mérite un plus profond développement sur les sentiments dans les relations de la famille Wettin.

Notes

1.Richter (Julius), Das Erziehuügswesen am Hofe der Wettiner Albertinischer (Haupt-)Linie, Berlin, 1913, p.369. 2.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 10 juin 1744. 3.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 6 juillet 1748. 4.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3a, lettre de la reine au prince Xavier, 9 avril 1739; Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 10 juin 1744 et du 8 juin 1748. 5. Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 2 mai 1750. 6.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a,2531 lettre du roi au prince Xavier, 27 mai 1750. 7. Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 5 novembre 1757 et 12 mars 1760. 8.Formules des lettre en 1750. 9. Correspondance inédite du général-major de Martange, aide de camp du prince Xavier de Saxe, lieutenant général des armées (1756-1782), lettre au prince 29 mars 1761. 10. Thevenot( Arsène), Correspondance, p.4. 11.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 13 décembre 1745. 12Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3 lettre de la reine au prince Xavier, 5 juin 1748. 13Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a lettre du roi au prince Xavier, 2 mai 1750. 14.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3 lettre de la reine au prince Xavier, 13 mai 1748. 15Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 2 mai 1750. 16Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 8 juin 1748. 17Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 13 mai 1748. 18.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 25 juillet 1743. Le prince mettra dans la chambre de son hôtel parisien un portrait de sa mère et non de son père. 19.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 9 août1744. 20.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3 lettre de la reine au prince Xavier, 29 décembre 1744. 21.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 29 aout 1748. 22.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 28 octobre 1746. 23.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 29 mai 1747. 24.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 14 aout 1748.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2023, 10 août). « Fils et serviteur », le prince Xavier et ses royaux parents. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.