Villegongis et les moutons : un exemple de domaine physiocratique à la mode

Les nobles physiocrates ont mis en pratique les nouvelles conceptions économiques en matière d’agriculture. La rationalisation de la culture et de l’élevage pour augmenter le rendement est un des grands projets de cette doctrine économique. Mais étrangement alors que le parc géométrique proposerait cette rationalisation des espaces, les grands propriétaires suivent les préceptes du marquis de René-Louis de Girardin dans De la composition des paysages sur le terrain ou des moyens d’embellir la nature près des habitations en y joignant l’agréable à l’utile et mettent en place des jardins pittoresque à l’exemple de l’auteur à Ermenonville [fig.1]. Ainsi on peut s’interroger sur l’influence ou non de la théorie économique sur la création esthétique, en prenant l’exemple du marquis de Barbançois en sa terre de Villegongis dans le Berry.

fig.1 Plan du domaine de Ermenonville, BnF Gallica.

Les marquis de Barbançois-Villegongis et l’élevage de mouton

Issu d’une vieille famille berrichone, Léon François de Barbançois, né en 1717, fut page de la Petite Ecurie du roi en 1732, premier écuyer en 1735 puis fit une brillante carrière dans les Gardes-Françaises. Il participa à la guerre de Succession d’Autriche. Il a combattu à la bataille de Fontenoy en 1745. Puis il participa à la guerre de Sept-Ans. Pour ses états de services, Louis XV le fit chevalier de l’ordre de Saint-Louis en 1747 et élevé au rang de marquis de Barbançois-Villegongis en 17681. Il a prit sa retraite en 1780. Il avait épousé, le 6 aout 1754, Louise-Hélène Le Féron dite Mademoiselle de Savigny qui eut les honneurs de la cour en 1765. De leur union sont nés six enfants dont son héritier Charles-Hélion le 16 août 1760.

En 1768, le marquis de François de Barbançois-Villegongis a reçu des béliers mérinos d’Espagne et parvint par croisement à obtenir 700 moutons de nouvelle race en 1776. Il constata que la laine faite à partir de cette nouvelle race était de très bonne qualitée. Turgot qui apprit cette réussite fit venir davantage de moutons d’Espagne et en envoya une partie à Villegongis [fig.2]. Jean-Marie Heurtault de Lammerville fit les mêmes expériences dans son domaine de La Périsse qu’il avait acheté en 1773. Le marquis de Barbançois lui avait confié en 1781 un bélier de la nouvelle race. Des résultats de ces travaux, Heurtault de Lamerville publia en 1786, Observations pratiques sur les bêtes à laine dans la province du Berry.

fig.2 Photo du château de Villegongis, coll. part.

Après une courte carrière militaire, Charles-Hélion comte de Barbançois-Villegongis suivit les pas de son père (devenu marquis à la mort de ce dernier) et se tourna avec zèle vers l’agriculture dans son domaine et le département de l’Indre. Il publia de nombreux textes sur les moutons comme Mémoire sur les moyens d’améliorer les laines et d’augmenter les produits des bêtes à laine dans le département de l’Indre en 1804. Il fut un des créateur de la Société d’agriculture du département et membre de la Société d’agriculture de Paris. Il mourut à Villegongis en 1822.

fig.3 Les moutons mérinos dans Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle, appliquée aux arts, à l’agriculture, à l’économie rurale et domestique. à la médecine, etc… par une société de naturalistes et d’agriculteurs, 1816, coll. part.

Depuis le Moyen-Age, le Berry était reconnu pour ses élevages de moutons et de vaches. Le commerce de la viande et de la laine approvisionnait la capitale. Au XVIIIe siècle, les seigneurs tentèrent d’améliorer les races berrichonnes avec des croisements de moutons du sud ayant une meilleure qualité de laine [fig.3]. Les élevages de moutons s’aggrandissant, il fallut de plus en plus de prés et pâturages. On appliqua la méthode du pré artificiel pour le fourrage et la pâture. On y planta le sainfoin, la luzerne et le trèfle qui ramassés en été, servaient de fourrage pour l’hiver. En 1783, l’assemblée provinciale du Berry décida de promouvoir les prairies artificielles par « achats de diverses graines de prairies artificielles, principalement de trefle, sainfoins et luzerne » pour 2000 livres « afin que tous les propriétaires et cultivateurs qui desireront s’en procurer puissent en avoir aisément et sans nul embarras ni frais de transport » et qu’il « sera accordé, sur les dons volontaires, à tout propriétaire qui aura converti une terre labourable ou autre en terrain en bon pré naturel, et l’aura clos de haies vives, avec ou sans fossés »3.

Le domaine de Villegongis en 1771 : un parc géométrique

fig. 4 Plan terrier de Villegongis, 1771, Archives départementales de l’Indre.

On connait la seigneurie de Villegongis par un plan de 1771 où sont indiqués les routes, les bâtiments et les terres [fig.4]2. Le plan ne permet pas de connaitre en détail les types de plantations puisque seul sont indiqués les termes de “terres”, “prés”, “chènevières”, “vignes”, “jardins” et “bois”. L’exploitation est donc tourné vers la culture de la vigne et du chanvre. Cette dernière plante est utilisée pour le tressage de corde et la confection de vêtements. Les deux cultures demandent de l’eau mais non en grande quantité d’où la présence de quelques canaux issus de la Trégonce qui passe au pied du château [fig.5].

fig. 5 Détail du château et jardin du Plan terrier de Villegongis, 1771, Archives départementales de l’Indre.

En suivant la route, le voyageur doit pénétrer sur « le devant du château » pour rejoindre la route de Châteauroux soit par l’avenue soit à travers le village en franchissant des ponts. S’ouvre a lui un chateau point central pour le développement de perspectives. La principale se trouve être le prolongement d’une avenue par des parterres plantés coupés par des canaux permettant l’irrigation des prés. Il s’y trouve peut-être un boulingrin en face du château et des parterres fleuris. A la gauche du château depuis l’avenue se trouvent les bosquets puis du coté de l’avenue, la foret de hautes futaies. Cette organisation semble permettre élevage et plantation grâce aux grandes étendues de prés et a l’irrigation. De l’avenue, on peut pénétrer dans le petit bois de Villegongis avec sa patte d’oie [fig.4]. L’ensemble malgré la géométrie semble désordonné en dehors de ce grand axe qui depuis l’avenue mène à la cour d’honneur et se poursuit par des parterres et une allée dans les prés. Les cultures sont peu diversifiées.

Le plan pittoresque de 1800: des changements dûs aux moutons?

En 1768, le marquis a introduit comme nous l’avons montré des élevages de moutons mérinos. Puis en 1787 le marquis de Barbançois-Villegongis et son fils Charles-Hélion vont faire de grand changements dans le domaine. Le plan du cadastre de l’an VIII (1800) de Villegongis [fig.6] montre le domaine après ces travaux et l’achat de nouvelles terres4. De nouvelles routes et allées ont été réalisées. Les anciennes ont été régularisées et des rond points créés peut-être avec l’aide des ingénieur des Ponts et chaussées.

fig. 6 Plan du cadastre de la commune de Villegongis, canton de Levroux, levé et dressé géométriquement pendant les années VII et VIII de la République, 1798-1800, Archives départementales de l’Indre.

Le plan montre l’augmentation du nombre de canaux et de zones cultivés en prés (couleur verte). Les canaux des prés dans l’axe du château sont peu modifiés mais le terre-plein du château s’ouvre sur des nouveaux communs et fermes ce qui a demandé le comblement d’un des fossés. Des nouveaux canaux sont créés le long de plantations et certains canaux prennent des allures de rivières sinueuses. L’une d’elle amène l’eau à un petit édifice appelé fontaine et servant peut-être de réservoir ou de lavoir. Une longue rivière artificielle issue de la Trégonce (elle n’apparait pas sur la carte de Cassini des années 1750) permet l’irrigation de nouveaux prés. On peut supposer que ce sont des espaces inondables. La culture du chanvre a quasiment disparu remplacée par des prés et pâtures. Les cultures fourragères de luzerne et sainfoin demandent un apport important d’eau d’où l’augmentation du nombre de canaux.

fig. 7 Détail du château et jardins du plan du cadastre de la commune de Villegongis, Archives départementales de l’Indre.

L’espace est encore modifié par la suite puisque les allées plantées du château disparaissent sur le cadastre de 1808. Dès lors sans avoir été l’unique moteur du changement du domaine de Villegongis l’introduction des moutons et la volonté d’augmenter la production fourragère ont obligé les propriétaires à transformer le domaine. Mais ces modifications n’ont pas pour seule origine les changements prônés par les physiocrates puisque la forme pittoresque n’est pas un besoin agricole. Le changement de forme du jardin et du parc est aussi le fruit des nouveaux goûts esthétiques en matière de jardin apparu à la fin du siècle.

Notes

1. Pour une biographie du personnage voir Claude Hartmann, Charles-Hélion, marquis de Barbançois-Villegongis (1760-1822), Paris L’harmatan, 2007. 2Arch. dept. de l’Indre, 1 Fi 163. 3. Anonyme, Procés-verbaux des séances de l’assemblée provinciale tenue à Bourges en octobre et novembre 1783, seconde édition, Bourges, B. Christo, 1787, p.188 à 189. 4. Arch. dept. de l’Indre, 1 Fi 164.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2022, 8 mars). Villegongis et les moutons : un exemple de domaine physiocratique à la mode. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.