Sur la bataille de Zorndorf (25 août 1758) : bravoure, peur et massacre selon le prince Charles de Saxe

Introduction

Le 16 mars 1758, le roi de Pologne Auguste III envoie son fils Charles de Saxe à la cour de Saint-Pétersbourg où il arrive le 5 avril 1758. Le prince a tenu un journal de son voyage, aujourd’hui aux archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78). Il envoya aussi de nombreuses lettres (BPP, archives Xavier de Saxe, n°74). Il existe une biographie du prince par Bolesław Łopaciński qui mentionne très peu les événements auquel pris part le prince en Poméranie1. Nous savons qu’il fut présent à la célèbre bataille de Zorndorf (actuellement Sarbinowo en Pologne) du 25 août 1758 qui opposa l’armée prussienne de Frédéric II à l’armée russe du général Guillaume Fermor. Victoire à la Pyrrhus, elle est pourtant pour Frédéric II un grand moment après le succès de Leuthen (5 décembre 1757) face aux Autrichiens. Il a contré sur ses domaines une attaque russe qui paraissait plus forte. Mais elle marque aussi la fin de la possibilité de conquête en Moravie où ses troupes ne sont pas parvenues à percer face à celles de Kaunitz. C’est pour Frédéric II le temps de la protection de ses territoires plus que de poursuivre ses rêves d’expansion. Elle oblige néanmoins les Russes à se retirer en Pologne laissant les Autrichiens seuls sur le front silésien.

F. Wexelberg, Bataille de Zorndorf, plan de 1820, collection privée.

Nous connaissons par le journal publié au XIXe siècle (sujet à caution), ce qu’aurait pensé la princesse Sophie Frédérique Augusta d’Anhalt-Zerbst, future impératrice Catherine II, du comportement du prince Charles de Saxe lors de cette bataille. Selon les Mémoires de l’impératrice Catherine II  : « le prince Charles de Saxe arriva effectivement, le 5 avril de cette année [1758], à Saint-Pétersbourg. On le reçut avec beaucoup de cérémonie et un grand étalage de magnificence et de splendeur » et elle le rencontra à la cour « ce fut moi qui fis la conversation car le grand duc ne voulut quasi pas parler, et le prince Charles n’était pas parlant »2 et ensuite elle rajoute que le prince s’en irait à l’armée comme volontaire. Plus loin, elle explique que «le prince Charles de Saxe était venu pour la seconde fois à Saint-Pétersbourg. Le grand-duc l’avait assez cavalièrement reçu la première fois, mais cette seconde fois Son Altesse Impériale se croyait autorisé de ne garder avec lui aucune mesure, et voici pourquoi. A l’armée russe, ce n’était pas un secret qu’à la bataille de Zorndorf le prince Charles de Saxe avait été un des premiers à fuir; on disait même qu’il avait poussé cette fuite sans s’arrêter jusqu’à Landsberg. Or Son Altesse Impériale, ayant entendu cela, prit la résolution qu’en qualité de poltron avéré il ne lui parlerait plus, ni ne voulait avoir affaire avec lui. A ceci il y a toute apparence que la princesse de Courlande, fille de Biren, dont j’ai déjà souvent eu l’occasion de parler, ne contribuait pas peu, parce qu’on commençait alors à chuchoter que le projet était de faire le prince Charles de Saxe, duc de Courlande »3. Le couple était alors très proche de Hedvig Elizabeth von Biron, princesse de Courlande fille du Ernst von Biron alors emprisonné ce qui explique peut-être la vision négative du rôle du prince dans la bataille. Il aurait agit lâchement en s’enfuyant. Pourtant l’impératrice Élisabeth le fait duc de Courlande après cette bataille, ce qui entre en contradiction avec cette description négative de son comportement.

Georg Cristoph Grooth, Sophie Frédérique Augusta d’Anhalt-Zerbs (future Catherine II) et son époux Karl Peter Ulrich de Holstein-Gottorp (futur Pierre III), Musée d’art d’Odessa.

Mais qu’en est-il réellement ? Qu’écrit-il sur cette bataille ? Il existe plusieurs lettres du prince Charles à son frère Xavier qui donnent une autre vision de la bataille : ce sont six lettres du 1er juin et 19 juin, 26 juin 1758 à Saint-Petersbourg, avant la bataille et une depuis le château de Tamsel (Nouvelle-Marche (Neumark) dans le Brandebourg, actuellement en Pologne dans le village de Dąbroszyn) du 18 août 1758 puis une de Landsberg (Gorzów Wielkopolski) du 6 septembre 1758, et une de Stargond[?] du 11 octobre et en dernier une de Drambourg sur la Tramburg (Drawsko Pomorskie), du 29 octobre 1758 (BPP, archives Xavier de Saxe n°74) donc après les combats. Elles sont écrites en français avec des parties en secret (sûrement au citron) en allemand ou français devenues en grande partie malheureusement illisibles. Nous les donnons en entier avec une transcription dans une forme contemporaine.

Avant la bataille : le prince à Saint-Pétersbourg

Pietro Rotari, Charles de Saxe, SKD.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, ce 1er juin 1758

Mon très cher frère,

Je suis dans des craintes mortelles que vous ne croyez que c’est paresse ou négligence de ma part de ne vous avoir répondu encore que deux mots sur votre chère lettre n°2 et rien du tout sur votre chère n°3, et rien ne peut me rassurer là-dessus que l’espérance que j’ai que vous êtes assez persuadé de mon parfait et sincère attachement envers vous pour que vous me justifiez vous même en attribuant mon long silence au peu de temps que j’ai à moi. C’est aussi avec un empressement sans égal que je ne saisis ces peu de moments pour vous marquer mon très cher frère la joie bien sensible que me causent les assurances de votre chère et précieuse amitié.

Je suis bien aise de savoir que le séjour de Vienne vous est devenu si agréable que vous auriez souhaité de pouvoir vous y arrêter plus longtemps, je ne m’en étonne aucunement quand on se trouve à une cour impériale où l’empereur et l’impératrice vous comblent de milles marques de bonté et d’amitié, je sens ici par moi-même combien que cela est doux et agréable. Je vous fais pas ici une description de toutes les bontés que S.M. l’impératrice [Elisabeth Ire] ici pour moi car je ne finirais jamais si je commençais à le détailler. Tout ce que je ne puis me dispenser de vous en dire est qu’elle me marque des vraies bontés de mère et qu’assurément elle trouve en moi un fils qui lui en sera toute sa vie respectueusement reconnaissant. Mes occupations et amusements d’ici vous les trouverez dans la continuation du journal que je vous enjoins ici. Vous y verrez que S.M. l’impératrice m’a fait présent d’une magnifique pelisse de Zibeline [animal de Mongolie] lorsque j’étais à Schlußalburg[sic] pour voir le fameux canal de Pierre le grand qui est long de 104 vertes par lequel viennent ici toutes ou du moins la plus grande partie des subsistances de l’intérieur de la Russie. J’ai mon très cher frère aussi bien que vous avez eu à Vienne le plaisir de parcourir les loges au théâtre du palais d’été ou 3 fois par semaine il y a opéra comique et les jours qu’il y a comédie française ou intermezzo à la cour comme l’on y reste en cérémonie et que je suis avec le grand duc et Madame la grande duchesse dans la loge vis-à- vis celle de S.M. l’impératrice. Je me rends toujours au théâtre au moins une heure avant que le spectacle commence profitant de la compagnie des belles dames qui s’y assemblent. Il y en a beaucoup de bien belles qui peuvent se disputer la préférence mais toutes en générale sont d’un maintient très agréable. Tous ces amusements me seraient bien plus de plaisir et je les goutterais davantage si c’était dans un autre temps et si mon désir de me rendre à l’armée en fut aussi grand qu’il est. Mon départ ne peut pas encore être fixé. S.M. l’impératrice ne m’ayant absolument pas voulu laisser partir lorsque je lui marquais que j’avais l’ordre du roi de lui demander la permission de me rendre à l’armée elle veut premièrement que j’aille avec elle la semaine prochaine à Peterhof.

Je vous envoie mon très cher frère la satisfaction que vous aurez de revoir deux de nos chers sœurs, que ne puis je voler pour profiter conjointement avec vous de ce plaisir, cela m’en procure [ill.] autre duquel je me vois privé depuis quelque temps, c’est de pouvoir en vous embrasser, convaincre de bouche de la tendresse de mon attachement qui ne cessera qu’avec ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

P.S. mes compliments s’il vous plait à toute votre suite mais surtout au petit Solms et au baron baron de la baronnie Wreichsel.

[en secret illisible]

Portrait d’Elisabeth Petrovna, Google arts.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, 19ème juin 1758.

Mon très cher frère,

Ayant appris par la lettre de Solms et par le journal qu’il m’a envoyé que vous ne vous arrêteriez pas longtemps à Munich, je compte que cette lettre vous trouvera déjà à Versailles. Qui ne vous envierait dans ma situation la satisfaction de revoir deux chères sœurs, je ne puis penser a la joie que cela vous cause sans souhaiter d’avoir pu partager ce bonheur avec vous et il n’y a que l’espérance d’être aussi heureux un jour qui puisse me consoler de n’avoir été de votre voyage. Je vous envois ici le journal de mes occupations et amusements. Vous y verrez mon très cher frère que je suis à la cour d’une impératrice qui me comble tous les jours de nouvelles marques de ses bontés. Il n’y a que le désir de me rendre à l’armée qui puisse m’empêcher de regretter à quitter une aussi belle brillante cour. Conservez je vous conjure quelque part dans votre amitié pour un frère qui prétend la mériter par le sincère et inviolable attachement avec lequel je suis et sera à jamais, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, ce 26 juin 1758

Monsieur mon très cher frère,

J’ai reçu avec bien du plaisir votre chère lettre du 2 d.c. de Munich voyant que vos amusements d’un endroit ou sans compter la joie de revoir une sœur que vous n’aviez plus vu depuis 11 années. Vous nagez dans les plaisir ne vous ont pas empêché de vous souvenir de moi. Vous me faites mon très cher frère des injustes reproches que je ne vous envoie pas le journal de mes occupations puisque je vous l’ai déjà envoyé plusieurs fois et vous voyez par le numéro de celle-ci que j’ai été aussi excut[sic] qu’il m’a été possible dans ma correspondance avec vous malgré que je n’ai guère de temps à moi. Je serais bien fâché si quelqu’une de mes lettres se fut perdues car cela vous pourrait laisser croire que je suis négligeant à donner de mes nouvelles. Je n’ai pas le temps de vous dire aujourd’hui davantage étant occupé à faire mes arrangements pour le voyage de Peterhof où j’irai ce soir ou demain matin. Comme je crois que cette lettre vous trouvera auprès de la dauphine je vous prie de me rappeler le plus souvent qu’il sera possible dans mon cher souvenir.

Continuez moi je vous conjure votre chère amitié et croyez que je serai jusqu’à la fin de mes jours en vous aimant tendrement et sincèrement, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

Excusez-moi mon griffonnage. N’oubliez pas de faire mon salamalek au Longinus et à Weichsel. Je ne resterai que 10 ou 12 jours à Petershof et partirai de là à l’armée qui est déjà assez avancée en Poméranie. Je vous enverrai le jour de mon départ mon journal.

[Encre blanche illisible en allemand ]

La bataille selon le prince Charles de Saxe

Lettre de Charles à Xavier : Temsel, ce 18ème août 1758

N°1 depuis que je suis à l’armée car j’ai oublié l’autre n° .

Doerfer, Bataille bey Zorndorf, collection privée.

Mon très cher frère,

J’ai eu tant à faire perdant mon séjour à Varsovie que je ne sais si je vous ai écrit ou non dans cette incertitude je vous dirai en qui[sic] de mots qu’étant venu de Peterhof en 10 jours sans dormir une seule nuit à Varsovie je m’y arrêtais 9 jours ce fut le 1er de courant que je partis de là pour l’armée laquelle je ne joignis que de 4e après midi auprès de KonigsWalls[sic].

Pardonnez que je ne rapporte sur le journal que je vous envoie par Geitulewicz autrement et Mantelsult[sic], vous savez combien il y à faire auprès d’une armée (quoique celle-ci est depuis 3 jours assez tranquille) ce qui me fait espérer que vous m’excuserez si je ne vous fais moi même le détail de ce qui se passe à cette armée. Ayant cependant aujourd’hui quelques moments à moi, je ne puis me disperser de vous donner un petit échantillon de la bravoure des Russes et la description de la nouvelle méthode d’attaquer et brûler toute une ville en peu d’heures.

Notre armée à l’exécution de la division sous les ordres du [lieutenant général] Romanzow (dont la fleur est la plus belle d’aimable femme de Pétersbourg mariée au colonel comte Bruss) laquelle est dispersée dans toute cette NauMord[sic] pour entrer les contributions s’étant le 14 rassemblée à 2 miles de Curstin[sic]. Il fut résolu après qu’on avait reconnu pendant deux jours le terrain devant cette ville que l’on attaquerait le 13e au matin les faubourgs devant cette ville (où il faut aller plus d’un quart d’heure exposé a tout le camp de la ville) avec 4e grenadiers, comme j’appris cela je fus curieux de le voir c’est pourquoi je me logeais cette nuit à une demie heure derrière nos postes avancés dans le quartier que j’occupe encore le 15 au matin.

Je fus à 4 du matin voir les disposition que le quartier maître général Wossel[sic], qui devait commander l’attaque, ferait. Je m’avançais avec lui aussi près qu’il fut possible de la ville dont mon grand étonnement l’on nous tira aucun coup de canon. Nous étant bien avancé, nous trouvâmes entre la ville et les faubourgs un camps d’infanterie lequel, autant qu’on pouvait en découvrir, était au moins de 2m [2000] hommes il n’y avait pas été les jours précédents et nous vîmes encore sortir de la ville par le pont, qui est par dessus le marais lequel sépare la ville d’avec les faubourgs, plus d’infanterie ce qui nous fit croire que les ennemis avertis de notre dessein se préparaient à défendre les faubourgs et à nous y bien recevoir. Les hussards noirs s’avancèrent sur les nôtres et nos calmuques[sic pour kalmouk] lesquels voulurent donner dessus les Prussiens mais un bataillon avançât et s’étant mis sur les hauteurs devant les faubourgs nous canonna de bonne grâce. Nos hussards furent obligés de se replier vers le bois qui est à la portée du canon de la ville où la tête de nos grenadiers arrivait. L’on mit d’abord deux haubitz [howitzer ou canon court] et deux canons de 12litr [sic pour livres] sur une petite hauteur d’où l’on canonna ce bataillon prussien qui se retira dans les faubourgs.

Nous n’avions alors que 2m [2000] grenadier et les autres 2m étaient encore bien bien en arrière il fut cependant résolu d’attaquer. On les fit filer sous une hauteur ou pendant 300 pas ils étaient à l’abri du canon de la ville tout leurs soutien n’étaient que 2m tant hussards que calmouques. L’on chassa d’abord le peu de prussiens qui étaient auprès de la tuilerie où l’on mit deux batteries à la baguette dont l’une de deux haubitz de Szwalow. Ces fameuses pièces jetèrent des grenades royales dans la ville dont nous n’étions qu’à la demie partie du canon, l’autre était dirigée sur les Prussiens dans le faubourg et sur leur pont de communication. Alors les grenadiers passèrent la plaine, malgré le feu continuel de la place, les cosaques et nos hussards chassèrent en même temps les hussards prussiens jusque dans les faubourgs. L’infanterie prussienne surprise de la furie avec laquelle on marchait vers le faubourg et voyant que le canon tachait à casser leurs pont de communication avec la ville ne firent qu’une décharge sur nous et prirent honteusement la fuite, se sauvant en grande confusion dans la ville par le pont courant à qui plus vite nous laissant maîtres des faubourgs et abandonnant même une partie des tentes du petit camps et tous leurs staversacs[sic]. La 4ème de nos grenades royales mit le feu à la ville laquelle fut entièrement brûlée le soir à 11heures tout était à bas à 8 maisons près qui subsistent encore de même que le magasin à poudre qui a une triple voûte et nos bombes et grenades étant trop légères pour les pouvoir rompre quoique nos batteries ont été 24 heures à [battre?]. Nous n’avons eu que 13 ou 14 hommes de tués entre autre un capitaine des grenadiers.

Ne nous étant aucunement préparés à un siège, nous ne l’entreprendrons même pas et devons seulement laisser un corps devant cette ville pour que rien n’en puisse sortir de ce coté de l’Order[sic]. Toutes mes représentations pour nous en aller d’ici n’ont servis encore de rien notre jeun[sic] étant pas d’en faire le siège en forme ce qui nous ferait perdre un temps infini sans peut-être rien effectuer. Nous sommes déjà 3 jours ici à regarder la ville brûler et à jeter toutes les heures une bombe sans effet sur le magasin à poudre. Cette inaction met ma patience à bout et tout le magasin, que j’avais eu soin de prendre avec en campagne, tire vers sa fin et sera vidé en peu de jours si nous resterons si oisifs.

Bartholomäus Hübner et Christian Halbauer, Friedrich II. von Preußen et le prince Friedrich Wilhelm, Wiki common.

Parlons de choses qui me feront passer mon envie de gronder : c’est de votre chère du 16e juillet que je veux m’entretenir. J’ai reçu des chères lignes qui m’assurent de la continuation de votre amitié deux jours après mon arrivée à Landberg et je vous assure que j’ai longtemps souhaité de pouvoir vous écrire, mais il m’a été absolument impossible de trouver avant les moments présents un seul que j’eus pu employer pour vous marquer combien je regrette d’être privé du plaisir de vous pouvoir embrasser.

Faites milles compliments à Weichsel et n’oubliez pas Block ne dites rien au « Langen Teuffel » car je lui écrit moi même. Ma marmotte gronde tous les jours de ce que je ne le laisse pas assez dormir et il est infiniment sensible à votre gracieux souvenir. Il ne vous écrit pas parce qu’outre qu’il est trop paresseux, il craint que vous ne pourrez pas déchiffrer son écriture laquelle peut disputer la préférence à celle de Mniszech. Il se met à vos pieds. L’officier Schoyd de même et ce n’est pas sa faute si il n’est pas encore tué. Je vous annonce que vous êtes en disgrâce chez la Piltz Lauß puisque vous lui avez donné ce nom dans votre lettre. Tout ce qui est avec moi se met à vos pieds et moi je voudrais pouvoir me jeter à votre col pour vous embrasser tendrement et vous assurer que je serais toute ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné falet[sic], Charles

P.S. je vous fais mes sincères compliments et félicitations sur votre prochain jour de naissance vous souhaitent a cette occasion pas autre chose que ce que vous vous souhaitez vous même.

[encre blanche en partie illisible]

Montanus souhaite que Wolff n’ai plus à faire que lui car il n’a pas qu’a pressent eu autre chose à faire qu’à achever ce que Wolff à laisser d’imparfait. Tout mon équipage vit maintenant en suivant mon exemple et je n’ai renvoyé encore personne à Varsovie. A Pétersbourg, il y a des dames charmantes mais des maris bien sots et verbeux. Celle que je vous ai nommée dans ma lettre et sûrement la beauté de Pétersbourg mais une conduite irréprochable tout cela apparemment [ill.] de la Francisiu  si vous ne le comprenez pas. Weichls pourra vous l’expliquer.

[suite du secret en allemand illisible]

Lettre de Charles à Xavier : Landsberg, ce 6ème septembre 1758

n°2 rec. le 6 octobre

rep. le

Monsieur très cher frère

Pardonnez je vous prie je ne vous ai pas plus tôt envoyé la relation que vous trouverez dans le journal ci-joint de la bataille qui s’est donné le 25 d’août pour célébrer à grand bruit des canons votre jour de naissance, mais la confusion dans laquelle tout était jusqu’asteur[sic], m’a empêché de vous écrire tout ce dont je souhaitais depuis longtemps que vous fussiez instruit. Je profite maintenant de ces moments que mon incommodité ordinaire (der Konig Herodig) une force de rester au logis, pour vous adresser la présente. Quoique vous verrez dans le journal, une relation assez exacte de cette bataille ou plutôt massacre. Je ne puis me dispenser de vous dire que c’est la plus opiniâtre et sanglante à laquelle je me sois trouvé. Le camps parsemé auprès de Pilsnitz[sic] à la bataille du 22 novembre 1757 [bataille de Breslau] n’est rien en comparaison des morts qui restèrent sur le champs entre les villages de Kutzhberg [Kutzdorf actuellement Gudzisz], Zingert [Zincher actuellement Suchlica], et Zonerdorff [sic].

Je ne dis rien du carnage horrible que les Prussiens ont fait depuis 4 heures jusque vers la nuit dans le marais où tout était poussé puisque je n’en ai pu être témoin jusqu’à la fin. N’ayant vu avec une parti de l’aile droite dont tout fut ou haché ou pris, tellement entouré des ennemis que pour éviter de tomber entre leurs mains et de procurer au roi de Prusse la satisfaction de m’avoir pour prisonnier : il ne me resta plus d’autre partis à prendre que de sauter avec mon cheval dans la rivière Mietze [Myśla] à laquelle nous étions acculés et de là passer à la nage. Ce qui me réussit et à presque tous les volontaires qui étaient avec moi. Le général Saint André autrichien fut obligé de prendre le même partis, il y eut cependant son adjudant le capitaine Loccum pris derrière mon cheval. Les Prussiens nous tirèrent force de coups pendant que nous nagions mais il n’y eut qu’un officier volontaire russe de blessé et plusieurs chevaux de tués.

Tout était alors désespéré les Prussiens maîtres de tout notre canon et aucune retraite pour ce qui s’était retiré entre les marais qui étaient au dos de notre centre et entre la rivière de Mietze dont tous les ponts étaient rompus et gardés par les paysans. Le général chef Fermor et toute la généralité qui n’était pas prise ou tuée était dans cet état attendant d’être obligé de se rendre. Le général Fermor avait tenté de passer la rivière mais son cheval s’enfonça dans les marais dont cette rivière est bordée. Le général major de cavalerie Denikow ayant rassemblé 1500 hommes tant infanterie que cavalerie. Lesquels étaient bien résolu tomba lorsqu’il faisait déjà sombre sur le flanc droite et au dos des Prussiens: ceux ci dans l’obscurité vinrent tellement en désordre qu’ils se sauvèrent en grande confusion derrière Zingerd où ils se rassemblèrent et laissèrent ce général maitre du champs de bataille. Ce coup hardis et presque de désespoir sauva le reste de l’armée russe laquelle de 37 à 38 m[38 000] combattants qu’elle était avant la bataille, on peut rassembler cette nuit sur le champ de bataille que 12 m [12000] hommes et le 5e jour même après la bataille avant que s’être jointe aux corps du comte Romanzow elle n’était que de 20m [20000] hommes. Nous pouvons bien compter de notre part entre tués et blesses 16 à 17 m[17000]. Les Prussiens comptent leurs pertes aussi à 15m [15000] hommes.

Nous avions une abominable position nous ayant laissé tourner tellement de l’ennemi duquel on pouvait voir le dessein dès la veille, que nous fumes obligé de faire de la première ligne la seconde, et la seconde la première. Nous avions par ce mouvement un marais impraticable derrière notre dos et derrière celui la encore la rivière de Mietze, toute retraite coupée vers Landsberg et encore étions nous dans un font sans occuper des petites hauteurs qui nous entourraient et qui n’étaient qu’à 500 pas de nous. Le roi de Prusse y mit d’abord son canon lequel fit d’abord un mal horrible puisque le général Fermor ayant formé la figure que vous verrez dans le plan ci-joint, il n’y avait guère de boulet qui se perdit au lieu que notre canon ne faisait aucun mal à son infanterie qui se formait derrière ces petites hauteurs d’où ils nous tirait à boulet et même à cartouche. La bravoure des troupes russes et fermité[sic] avec laquelle ils ont soutenus pendant 1 heure et 1/2 cette furieuse canonnade est inexprimable. Ils se sont battus comme des lions et le peu de cavalerie que nous avions a haché dans l’infanterie prussienne horriblement. Si les Russes n’avaient le défaut de tirer tout trop haut rien ne sauraient résister. Le malheur était encore que dans l’horrible poussière qu’il faisait, la seconde ligne du nouveau corps d’observation qui était à la gauche [rayé: fut] tira sur la première. Nous pouvons dire que c’est par un bonheur et hazard inexprimable que par ce dernier coup du général Denicow [rayé: pu] nous soyons restés maitres du champs de bataille. Nous avions une position où toute l’armée russe était exposée à devoir mettre les armes bas ou d’être haché étant absolument coupée de toute retraite. Le proverbe allemand se vérifia la “Friss, Vogel, oder stirb”[“Manger, voler ou mourir”].

Les Prussiens, lorsque les 20m[20000] hommes qui s’étaient rassemblés peu à peu, étaient[sic pour avaient] marché le 27 joindre les gros équipages et prendre la position avantageuse à Groß Carnin [Groß Kammin ] tirèrent le 28 le feu de réjouissance puisqu’ils s’étaient alors postées sur le champs de bataille. Nous le tirâmes aussi mais je crois à plus juste titre ayant été deux jours sur le champs de bataille et ne l’ayant quitté que pour prendre une meilleure position nous tirant par une marche du mauvais troup[sic] où nous étions. Malgré la bataille gagnée peu sur encore d’avoir une retraite libre et il faut ou que les prussiens aient furieusement souffert ou manqués de munition pour laisser sortir de ce trou l’armée qui si elle ne rejoignait le chemin de Custrin à Landsberg aurait facilement pu être réduite par le manque de pain à devoir se faire jour à tel prix que ce fut. Le général Fermor qui a reçu une légère contusion à la jambe droite est[sic] marché la nuit du 31 au 1er sept pour se joindre ici avec le corps de Mr Romanzow. Nous avons 35 m[35000] hommes ce qui fait une armée bien en état de manœuvrer quand elle est bien menée. Ce que Mr le général en chef sera est inconnu à tout le monde, mais s’il veut exécuter les ordres de sa souveraine, il faut qu’il tache d’avancer de nouveau. Le roi de Prusse est allé à la rencontre des Autrichiens avec un corps de 16000 hommes et comme on compte sa perte au moins en tués et blessés à 15m[15000] et qu’il avait 50m[50000] à la bataille. Il ne ne peut tout au plus avoir que 20m 20000] devant nous. C’est le lieutenant général Kanitz qui commande un corps de 4000 hommes qui est à un mil de nous et le lieutenant général Luberstein avec environ 14 à 15m[15000] auprès de Gross Carnin. Le général Dohna doit suivant le rapport des prisonniers et déserteurs avoir eu le bras gauche emporté d’un boulet et d’un coup de fusil dans le corps. C’était un brave général et j’en suis faché pour mon cher Laugen Feusel auquel je vous prie de faire mon salamalek.

Bataille de Zorndorf, collection privée.

Mes compliments à toute la suite du comte de Lusace mais particulièrement à Weichsel. J’ai fais une perte irréparable à la bataille c’est de Montanus. Je ne puis apprendre ce qu’il est devenu il n’est pas dans la liste des prisonniers, personne ne la vu tuer et je sais cependant qu’il a passé avec moi la rivière Meitze. Je crains seulement qu’il n’ai été massacré par les paysans ou par nos propre gens qui pour prendre quelque chose surtout les cosaques. Ils tueraient leurs grand prêtre s’ils le rencontraient pour lequel d’ailleurs ils marquent beaucoup de respect. Ce che[ill.] de Montanus s’est enfermé de l’autre coté de la rivière et un officier dit l’avoir vu à pied.

Mon beau nouveau cheval brun avec lequel je vous ai accompagné à votre départ de Varsovie lorsque j’en descendis comme la bataille durait déjà une heure pour me mettre sur mon vieux cheval de bataille fut dans le même moment tué de deux balles de fusil et d’un boulet de canon. Mon Lebeau dont vous aviez tant envié est aussi tué le moment avant. Tout ce que je vous puis encore mander est que l’on dit en ville et les déserteurs le confirment que les Autrichiens doivent être à 1/2 mile de Frankfurth[sic]. Comme le roi y est marché en personne, je m’attends à tout moment à quelque bataille. La danse commence plus tard que l’année passe mais peut-être n’en sera-t-elle pas moins vive et je ne doute pas que vous n’ayez aussi de votre coté avant la fin de cette campagne encore une bataille. J’espère qu’elle sera telle qu’il la faut pour le bien de la cause commune par ce que je suis sûr que vous prendrez de très bonnes mesures. Je ne m’aperçois qu’à présent que je vous ennuierai par mon long griffonnage mais privé de plaisir d’être avec vous, je ne puis qu’avec peine cesser de m’entretenir avec vous par écrit. C’est donc de crainte de vous être trop à charge que je finis en vous assurant que je serai jusqu’à la fin de ma vie avec cette sincère amitié que j’ai toujours eu pour vous mon très cher frère qui me fait regretter de ne pouvoir embrasser et convaincre de bouche que je suis incapable de tout changement inutile qui est [ill.] met à vos pieds, mon très cher frère, votre très affectionné, Charles.

Vous trouverez le plan fort confus mais je l’ai fais faire uniquement pour vous montrer dans quelle position nous nous sommes laissés attaquer et le bel ordre de bataille que nous avions. J’oubliais de vous marquer que l’on a encore hier un commando de 1000 cosaques et autant de hussards avec quelques peu de cavalerie vers Prawckfursth[sic] pour tacher d’avoir des nouvelles des Autrichiens.

[En secret en allemand illisible]

Après la bataille

Georg Prenner, Portrait de l’impératrice Elizabeth Petrovna, Saint-Pétersbourg.

Lettre de Charles à Xavier : Stargond[?], ce 11 octobre 1758.

Monsieur et très cher frère,

Le plaisir que j’ai ressentis recevant votre chère lettre du 8 septembre est inexprimable, m’étant une preuve de votre chère amitié et apprenant que nos chers Saxons vous ont pour commandant et votre nouvelle charge en France. Je vous fais mes plus sincères compliments sur l’un et l’autre point et souhaite que vous donniez avec nos chers Saxons un tel échec au prince Ferdinand qu’on puisse dire qu’ils se sont sous vos ordres ouverts le chemin pour la patrie et délivre ce pauvre pays de l’ennemi qui l’abîme totalement. Je n’ai cependant appris qu’avec chagrin inexprimable que les lettres que je vous ai écrites se soient perdues puisque vous me marquez que vous n’avez reçu de mes lettres depuis l’avant dernière que je vous ai écris de Saint-Pétersbourg. Comme je vous enjoins le journal je ne vous dis rien de ce qui se passe à cette armée dont le commandant pense déjà beaucoup aux quartiers d’hiver. Je souhaite que l’on puisse s’emparer de Dolberg [?] cela nous pourrait faciliter beaucoup à les prendre dans ce pays-ci. Je suis bien fâché que les nouvelles répandues par les partisans Prussiens vous aient donnés des inquiétudes a mon sujet. Ils ont fait autant à Dresde ou ils avaient répandues en même temps que la nouvelle de la défaite totale des [rayé : Prussiens] Russes que j’étais perdu déjà 3 jours avant la bataille j’espère que vous aurez reçu ma relation de cette affaire la lettre de Gablusa qui de même que Tonhenau [?] autrement officier Sifoyd et tout ce qui est avec moi se mettent à vos pieds faites mes compliments à tout ce qui est avec vous mais surtout Weichsel. Excusez mon abominable griffonnage conservez moi votre chère amitié et soyez persuadé que la sincérité de la mienne envers vous et l’attachement le plus parfait ne finiront qu’avec ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

[En secret en allemand illisible]

Lettre de Charles à Xavier : Drambourg sur la Tramburg [actuellement Drawsko Pomorskie], ce 29me octobre 1758.

Mon très cher frère

Quoique j’écris depuis 6 du matin je ne puis me dispenser à la hâte de vous adresser ces lignes pour vous marquer ma joie et l’excès de joie que m’a causé votre cher billet par lequel vous me donnez part de la victoire que vous avez remporté et où nos chers saxons que vous commandez se sont si bien conduits. Je sais mon très cher frère d’autre part d’autre part ce que la modestie vous à empêché de dire et combien que vous avez contribué à cet heureux et glorieux événement c’est pourquoi je vous en fais mes plus sincères félicitations. Je regrette de n’avoir à cette occasion été un de vos aides de camps. J’aurais porté vos ordres bien vite quand même tous mes chevaux en auraient du crever. Tout ce que j’ai encore le temps de vous dire est que je vous envie l’occasion que vous avez de vous distinguer et marquer tout ce que vous valez pendant que moi je n’apprends qu’à marcher le pas d’écrivice[sic].

Je vous embrasse de tout mon cœur. Embrassez de ma part en particulier Solms « meinen lieber braven langen teufel »[mon cher bon long diable] et après cela chaque Saxon l’un après l’autre. Vous ne serez au moins pas oisif ou désœuvrée. N’oubliez pas de grâce je vous prie mes compliments à tout ce qui est de votre suite mais surtout à mon cher Weichels.

[En secret en allemand illisible]

Le journal du prince Charles

Aleksey Antropov, Portrait du général Fermor, Saint-Pétersbourg.

Titre : Suite du Journal de l’armée russe

[Le 23 et 24 août ne sont pas retranscrits ici]

Le 25 août.

L’ennemi réussit dans sa marche, parce qu’il parvint à nous tourner de façon, que notre dernière ligne devint la 1ere et la 1ere la dernière, et notre position d’autant plus funeste, parce que ni notre droite ni la gauche n’appuyaient à rien, et nous avions derrière notre dos un marais impraticable avec la petite rivière de Mietze, dont l’ennemi et les paysans de Kwetsche avaient rompu tous les ponts.

L’ennemi filant derrière Ziegest passa à Gross-Cammin laissant les hauteurs de ce village, où étaient nos gros bagages, derrière sa droite, sa gauche s’étendait jusqu’au bois du côté de Crustin. Ses canons étaient rangés en trois grandes batteries ainsi que tout le long de notre ligne sur les hauteurs qui dominaient notre position. A 9 heures du matin il les fit jouer avec tout le succès qu’il en pouvait désirer, mais d’autant plus fatale pour nous, que, parce que le général en chef de Fermor avait fait faire à toute l’armée un quarré long extrêmement défectueux, ayant les petits bagages au milieu des deux lignes, presqu’aucun des boulets ennemis ne passa sans nous faire beaucoup de mal, pendant que son infanterie se déployait et se rangeait a la faveur desdites hauteurs sans que nous ayons pu le voir, jusqu’à ce qu’elle se fut approché de nous.

Médaille de la bataille de Zorndorf, collection privée.

Nos gens, dont la bravoure est incomparable, soutinrent ce feu jusqu’à 10 heures bien passées avec une intrépidité étonnante, et notre canon ne pouvait encore faire aucun mal à l’ennemi.

Le petit feu ayant commencé, quoique celui des Prussiens était infiniment plus vif et meurtrier, les nôtres les poussèrent et les escadron de cavalerie conduit par le brigadier Gacegreben[Gaugreben], et lesquels on enfermé à al droite entre 2 lignes en étant sorti et tombé sur l’infanterie prussienne, y firent un carnage horrible, mais ayant été pris par la suite eux-même en flanc, ils furent obligés de se retirer. Notre infanterie fut aussi reculée, mais notre 2de ligne étant venue pour la soutenir, les ennemis furent derechef vivement repoussés. Sur cet exploit les Russes criaient victoire.

Cependant le roi de Prusse chercha et trouve une ressource dans un petit corps de réserve, qu’il avait, lequel il fit avancer et étant venu fondre avec furie sur notre centre, le perça, culbuta tout dans le marais, et y fit un massacre affreux de tous ceux, qui ne purent le passer, ou qui n’eurent pas envie de se noyer dans la rivière de Mietze, qui était à notre dos, ainsi qu’il est dit ci-dessus.

Notre droite qui jusqu’ici avait fait des prodiges de valeur, céda aussi, étant vers les 4 heures de l’après-midi prise en flanc par la cavalerie prussienne, et fut obligé de se replier sur ce même marais.

S.A.R. Le prince Charles de Pologne, s’y trouvant avec le général autrichien Saint André, et les volontaires de sa suite s’efforcèrent en vain d’arrêter les fuyards, et ayant rencontré le général en cher Fermor, qui venant avec quantité d’houssards[sic] et de cosaques dit : « qu’il cherchait à se retirer à Swet[?] », se trouvèrent peu après tellement entourés de l’ennemi, et acculés contre ladite rivière de Mietze, qu’il ne leur resta plus d’autre parti pour éviter de devoir se rendre à l’ennemi, que de prendre la résolution hardie de passer à la nage. Ce qui leur ayant réussi en essuyant grand feu de l’ennemi dans le passage, ils gagnèrent Soldin, non obstant qu’ils rencontrèrent de ce côté-là encore plusieurs partis d’houssards[sic] prussiens, lesquels n’osèrent cependant les attaquer voyant une troupe de gens résolus de se faire jour à tout prix.

L’aile gauche se défendit cependant encore, mais elle fut à la fin aussi obligée de céder, ses généraux Soltikow [Saltikov] et Czernicheff ayant été pris, et le général en chef de Brown blessé par 8 ou 12 coups à la tête, de sorte que nos gens ne croyant plus de pouvoir échapper à l’ennemi, ni sauver de lui les petits bagages, se débandèrent les uns à les piller eux-mêmes, les autres à se saouler de l’eau de vie qu’ils y trouvèrent. En un mot la victoire était complète à l’ennemi : qu’à la fin sur les 9 heures du soir les généraux Denicou[Demiku] et Fast ayant amassé environ 1500 hommes tant de cavalerie que d’infanterie firent encore une tentative (pour ainsi dire de désespoir) et réussirent à mettre l’ennemi en confusion, lequel se reformé la nuit dernière Ziegest après nous avoir abandonné le champs de bataille avec tous nos canons, qui avaient déjà été entre leurs mains, et tournés mêmes contre nous. Ainsi nous restâmes maîtres du champs de bataille sans savoir comment.

Nos blessés et nos dispersés se mirent à s’assembler successivement a l’appel, que l’on ne cessa de battre jusqu’à minuit. De sorte que le 26 août.

Dès la pointe du jour nous eûmes à peu près 12/m hommes ensemble. L’ennemi ne manqua pas de son côté de rassembler les siens pendant toute la nuit autant qu’il le put et comme il était supérieur surtout en cavalerie et en houssards[sic], il tenta de nous alarmer dès le grand matin en se présentant en ordre de bataille. Même, vers les 6 heures, il marcha à nous, mais les notre s’étant mis à le canonner sur le champs, il ne jugea pas à propos de faire autre chose, que de se contenter aussi à nus répondre par une simple canonnade. Jusqu’à ce moment nous étions pas encore sortis de mauvais pas n’y ayant aucune communication entre Landsberg et l’armé.

Le 27 août

Mr de Fermor rangea son armée en deux colonnes, et ayant les bagages au milieu, fermé par notre cavalerie, marcha vers Gross-Cammin, pour s’y joindre aux trois mil grenadiers qui y étaient restés pour garder la Wagenbourg. Ce qu’il effectua sans perdre un seul homme.

Le 28 août

Par le détail que l’on a pu faire jusqu’à présent notre perte tant en tués, pris ou blessés pourra monter à 17/m hommes parmi lesquels il y a plus de mille officiers tant de l’état major que des subalternes. Celle des ennemis, au dire, de prisonniers et des déserteurs, ne sera pas moindre. Des officiers nous n’avons fait prisonnier sur l’ennemi que cinq du nombre desquels est l’adjudant du roi, fils du feu feld-maréchal Schwerin, 37 pièces de canon de différent calibre, deux drapeaux, 2 étendards sont aussi entre nos mains.

En revanche l’ennemi prit sur nous les généraux de Soltikow, Czernicheff, Manteuffel, Tiezenhauzen, et le brigadier Sievens, et au-delà de 60 autres officiers. Parmi les blessés nous avons les generaux Pannin,prince de Lubormiski, prince de Dolgorouki, Holnen, Leontieff, et le brigadier Gaugreben, ainsi que le volontaire français le colonel de Vittinghoff qu’a reçu un coup de feu au bras droit.

Le 29 août

Tant l’armée ennemie que la nôtre tira des feux de réjouissance sur la victoire, que chacune s’attribue, non obstant que la notre ait resté près de deux fois 24 heures sur le champ de bataille.

Résumé de la bataille

Les combats se déroulent dans la campagne de Poméranie de l’été 1758 dans une région entre à l’ouest Landsberg an der Warthe (actuellement Gorzów Wielkopolski ) et au nord la célèbre forteresse de Custrin (Kostrzyn nad Odrą). La bataille se passe exactement dans un carré constitué à l’est de Gross-Cammin (Kamień Wielki) à l’est, le village de Quartschen (actuellement Chwarszczany en Pologne)au nord avec la rivière Mietzel ( actuellement Myśla) et le village de Zorndorf au sud et le fleuve Oder à l’ouest.

L’armée russe se place devant le village de Quartschen imaginant prendre par surprise les Prussiens arrivant du nord de l’autre côté de la rivière. Mais ces derniers parviennent à contourner le village et à se placer derrière l’armée russe au niveau de Zorndorf. L’armée russe est obligée de se redéployer pour lui faire face au sud. Leur position avec la rivière dans le dos rend leur retraite plus difficile à travers des marais. Les Prussiens utilisèrent leur artillerie qui fut dévastatrice puis ils attaquèrent rapidement sur leur gauche. La cavalerie prussienne suit l’avancée de l’infanterie sur la gauche. C’est sur cette droite que se trouve les volontaires dont le prince Charles de Saxe. L’artillerie prussienne continue le bombardement alors que les troues avancent, elles parviennent à faire exploser les réserves de munitions russes de la droite de l’armée provoquant le chaos par la fumée que cela produit. Une partie de l’avancée prussienne se dirige alors vers le centre dans la crainte d’une attaque, c’est à ce moment que la cavalerie russe se lance à l’assaut des troupes prussiennes qui subissent de lourdes pertes et sont obligés de reculer. La cavalerie prussienne vient en partie à leur secours tandis que le reste attend un meilleur moment pour charger. Le centre russe attaque alors et provoque la panique de l’adversaire. L’aile droit russe vient les prendre sur le côté. La droite prussienne attaque alors et les Russes s’y opposent vigoureusement. La cavalerie prussienne de la gauche attaque alors dans les intervalles créé par les troupes russes prenant sur le coté les prussiens. Ils parviennent à les prendre à revers provoquant la panique chez lez Russes. La droite russe s’effondre et s’enfuit. Le reste de l’armée recule sans rompre. Mais finalement voyant les deux armées épuisées mais incapables d’avoir le dessus sur leurs opposants, leurs généraux respectifs décident de rompre la formation et de battre en retraite.

Bataille de Leuthen, collection privée.

Alors nous voyons que l’écroulement d’une partie de la droite russe est du à l’explosion des munitions à la fumée puis aux attaques des prussiens et enfin de la cavalerie prussienne qui parvinrent à encercler les russes dont la cavalerie se trouvé très rapidement en sous nombre. Les hommes finirent par s’enfuir sous la pression de la cavalerie ennemie. Les fuyards parvinrent à traverser les rivières issues du Mietzel (Galgen-Grund et Zabern-Grund ). La plupart des troupes qui fuyaient se réorganisèrent dans le bois du nord du village. De même le général Fermor semble avoir été blessé, il fut transporté à Quartschen dans l’impossibilité de donner des ordres. Et un nombre croissant de fugitifs affluaient vers Quartschen, suivis de près par la cavalerie prussienne. Le général en chef manquant l’armée russe se retrouvait en désarroi et seuls les officiers sur le terrain tenaient. Lorsque le général Fermor revint voir la situation, il mit en place de nouvelles lignes de défense puis finalement ordonna le repli.

Seydlitz à Rossbach, Deutsche Digitale Bibliothek.

Conclusion

Nous pouvons nous interroger si ce que dit le prince Charles à son frère n’est pas une réécriture de son comportement ou bien un mensonge sur son comportement. Cela ne peut être le cas puisque aucun commentaire négatif a été fait de la part du général Fermor ou d’autres officiers de l’armée russe. Le général fut lui aussi blessé et de nombreux soldats et officiers ont fui le combat à un certains moments.

Ainsi il avait plusieurs témoins autour de lui lors de sa cavalcade. Et cette lettre pouvait être lu par n’importe qui avant d’atteindre son objectif puisqu’il ne l’a pas codé, il ne peut mentir ce qui lui aurait causé des torts à son frère, le roi son père et sa famille auprès de la tsarine de Russie et de l’impératrice d’Autriche. Son récit semble se rapprocher de ce qui s’est passé lors de cette bataille qui fut un massacre. Les chiffres varient sur le nombre de pertes avec 16 000 à 18 000 hommes tués, blessés ou disparus sur une armée russe d’environ 43 000 hommes tandis que les prussiens aurait eu 11 400 à 13 000 pertes sur un total d’environ 37 000 hommes. Elle a été une des plus sanglantes batailles de la guerre. Les exactions des cosaques ont été bien décrites par les contemporains. Bien sûr ce qu’explique le prince Charles est une description de comment il a vécu les événements. Mais cela semble crédible par rapport aux analyses des historiens. Et peut-être d’autres sources donneront plus de détails sur son comportement à la bataille?

Bibliographie

Blanning (Tim), Frederick the Great: King of Prussia, 2015.
Duffy ( Christopher), Frederick the Great: a military life, 2015.
Millar (Simon), Zorndorf 1758: Frederick Faces Holy Mother Russia, 2003.
Redman (Herbert J.), Frederick the Great and the Seven Years’ War, 1756–1763, 2015.
Scott (H. M.), The Emergence of the Eastern Powers, 1756–1775, 2001.
Szabo ( Franz A.), The Seven Years War in Europe: 1756–1763, 2013.

Notes

1.Łopaciński ( Bolesław), Charles de Saxe, duc de Courlande, Paris, D. Jouaust, 1870. 2.Mémoires de Catherine II écrit par elle même, Londres, Trübner and Cie, 1859, p.289 et suivant. 3.Ibid., p.350.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2023, 31 août). Sur la bataille de Zorndorf (25 août 1758) : bravoure, peur et massacre selon le prince Charles de Saxe. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojo0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.