« August III n’a pas noyé sa belle-fille sous la glace », le mariage secret de Franciszka Krasińska avec Charles de Saxe

Le mariage de la comtesse Franciszka Krasińska avec le prince Charles de Saxe, duc de Courlande est connu pour avoir été malheureux. Son mariage secret de 1760 posait de nombreux problèmes politiques et protocolaires. Il semblerait que le prince l’ait envoyée au couvent pour ne pas provoquer plus de problème à sa situation houleuse en Courlande où il avait été élu avec le soutien de son père Auguste III et de l’impératrice Élisabeth de Russie. Mais catholique dans un pays protestant, son élection n’avait pas provoqué une adhésion unanime. En 1763, il perdit finalement le duché de Courlande qui est donné à Biron par la tsarine Catherine II. Poussé par le roi, le prince avait rejeté sa jeune épouse qui resta cloitrée pendant presque 20 ans. Après des années d’errance, la jeune femme finit par être acceptée par le prince qui, par l’intermédiaire de l’impératrice Marie-Thèrèse et de la famille Lubormiski lui demanda pardon et lui proposa de revenir auprès de lui à Dresde. Finalement il fit reconnaître son mariage par la diète en 1776.

Per Krafft l’Ancien, Portrait de Franciszka Krasińska, Muzeum Narodowe w Warszawie. Ce portrait de 1767-1768 montre la couronne de la monarchie de Pologne comme pour revendiquer sa place auprès du prince royal.

La vie de la comtesse a été mise en roman par Klementyna Hoffmanowa dans le roman épistolaire Dziennik Franciszki Krasińskiej w ostatnich latach Augusta III pisany [ Journal de Franciszka Krasińska écrit dans les dernières années d’Auguste III](1825). Puis les travaux de Józef Ignacy Kraszewski et de Kazimierz Władysław Wójcicki ont donné les grandes lignes de sa vie. Les historiens ont comparé la relation entre les deux époux à travers la légende de la mort de la jeune Gertuda Komorowska sur laquelle nous devons revenir en premier. Konopczyński écrivit sur le mariage de la jeune Krasińska avec Charles de Saxe en disant que le roi« August III n’a pas noyé sa belle-fille [Franciszka Krasińska] sous la glace » en faisant le parallèle avec la mort tragique de la jeune Komorowska1. Puis nous nous interrogerons sur les lettres et documents qui documentent la relation du prince Charles et de la jeune comtesse arrivés dans les mains du prince Xavier. Nous tenterons de remettre en contexte cette affaire et la position de la jeune femme dans la Pologne du XVIIIe siècle

La légende de la mort de Gertruda Komorowska

Dans la république des Deux-Nations (nom du royaume de Pologne uni au duché de Lituanie), la mort de la jeune Gertruda Komorowska épouse de Stanisław Szczęsny Potocki, staroste de Bełsk, avait fait grand bruit. Nous devons revenir sur les grandes lignes de cette affaire criminelle. Szczęsny Potocki était le fils unique du voivoide de Kivonie (Kyiv), Franciszek Salezy Potocki, grand maître d’hotel de la Couronne (krajczy wielki koronny) et de son épouse Anna Elżbieta Potocka. Ses parents, richissimes, les plus grands propriétaires de Pologne, avaient prévu de marier leur fils à la jeune Józefina Amalia Mniszech, fille de Jerzy August Mniszch, grand maréchal de la Couronne (marszałek nadworny koronny) et de Maria Amelia née Brühl. Son père Heinrich von Brühl, décédé en 1763, avait été principal ministre du roi de Pologne Auguste III.

Anonyme, Portrait de Gertruda Komorowska, Muzeum Narodowe w Warszawie.

Szczęsny Potocki avait reçu une des meilleures éducations mais il était de tempérament faible et médiocre. Il restait ainsi pendant longtemps sous la domination de son père. Le jeune homme tomba éperdument amoureux de la jeune Gertruda Komorowska, fille de Jakub Komorowski, starost de Nowy Sielski qui venaient souvent leur rendre visite au palais de Krystynopol. Il décide de l’épouser en secret le 16 décembre 1770. Elle était alors enceinte. Son père qui apprit la nouvelle décida de faire annuler le mariage. Il considérait le mariage comme un « crime» planifié par la famille Komorowski, qui avait « séduit » et « forcé » le jeune prince au mariage2. Il organisa l’annulation du mariage. En attendant le divorce le prince Potocki décidèrent de faire enlever la jeune fille et de la placer dans un couvent avec l’aide de la famille Mniszch. Les parents Komorowski tentèrent de la protéger en l’éloignant de la résidence familiale. Le 13 février 1771, lors du voyage, les cosaques du prince Potocki sous le commandement d’Alexandre Dąbrowski les attaquèrent pour récupérer l’épouse. L’affaire est peu claire, les cosaques se seraient fait passer pour des Russes dans la période de trouble de la Confédération de Bar. Dans cette nuit glaciale du 13 au 14 février 1771 lorsque la jeune femme fut transportée dans un traîneau, les cosaques auraient étouffés ses cris en la recouvrant de couverture et l’immobilisant si fort qu’ils l’étouffèrent. Terrifié par cet assassinat, ils décidèrent de jeter le corps dans la rivière. Le voivoide de Kivonie fit garder aux protagonistes le silence sur l’affaire. Le corps de Gertrude aurait été retrouvé au printemps sur la rivière Bug à Konotopy près de Sokal et enterré secrètement, sans en informer la famille qui cherchait en vain la jeune femme.

Johann Baptist von Lampi l’Ancien, Stanisław Szczęsny Potocki et ses enfants, Louvre.

En 1772 le prince Potocki décéda et l’affaire s’ébruita en Pologne. En 1774 les époux Komorowski attaquèrent en justice devant la diète la famille Potocki. Ils reçurent en 1777 une compensation financière importante pour la mort de leur fille. Le prince Potocki avait été très marqué par la mort de son épouse. Il avait tenté de se suicider et jusqu’à sa mort garda, disait-on, le portrait de cette dernière avec lui.

Le mariage de 1760

La jeune comtesse Franciszka serait née le 9 mars 1742. Elle était la fille de Stanisław Antoni Krasiński, starost de Nowy Korczyński, et de son épouse Anielą Humiecka , fille de Stefan Kazimierz Humiecki, voïvode de Podolie. Elle aurait rencontré Charles de Saxe durant l’hiver 1759-1760 à Varsovie. Le prince royal était le fils préféré du roi de Pologne Auguste III qui le plaça en 1758 à la tête du duché de Courlande. Certains historiens mentionnent 1757 alors que le prince Charles est volontaire dans l’armée autrichienne et participe à la bataille de Zorndorf. Ils se seraient rencontrés dans la maison de la duchesse Zofia Krasińska sa tante, épouse d’Antoni Lubomirski voïvode de Lublin. Le chercheur Kubicki Radosław explique que leur rencontre se serait produite peut-être durant le bal masqué du 1er janvier 1760, à Varsovie, où Franciszka fut emmenée par sa tante en reprenant les événements selon la narration de Hoffmanowa3. Ils commencèrent une relation sous la réprobation de sa tante qui la renvoya chez son frère.

Johann Baptist von Lampi l’Ancien, Portrait du prince Charles de Saxe, Wiki Common.

Une lettre fut interceptée par le voivode de Lublin qui la montra au ministre Brühl mais nous ne savons pas ce qu’ils ont décidé exactement. La duchesse décida de ne pas s’en mêler et ne vint pas à Varsovie durant le carnaval 1760 (selon ses dires). Le 23 février 1760, le prince obtint de Ludwik de Riaucour, évêque de Ptolemaida un indult (autorisation), pour marier le couple. Le mariage est célébré au mois de mars par le père Józef Kanty Dymuchowski, sous-doyen Lissow (ou curé de Lisow?), et en raison de sa vieillesse et de son infirmité, il a transféré son pouvoir au père Antoni Lipiewicz de l’ordre des Bernardins. Le contrat est daté du 21 mars 1760 de Varsovie. Le mariage du couple a eu lieu dans le plus grand secret la nuit. Certains historiens donnent la date du 25 mars ou encore que le lieu serait Węgrów (sans qu’on en sache les sources). Ils mentionnent aussi que l’évêque de Kamieniec-Podolski Adam Stanisław Krasiński, cousin du duc, fut mis au courant. Outre le père de la fiancée, les témoins de cet événement étaient : le prince Antoni Lubomirski époux de Zofia Krasiński, le colonel Felicjan Kwaśniewski et le capitaine Stanisław Jaszowski. Ils ont prêté serment qu’ils garderont cet événement strictement confidentiel jusqu’à ce qu’il puisse être révélé au grand public. Après le mariage, il n’y avait aucun moyen pour les jeunes mariés de vivre ensemble, alors pendant un certain temps elle vivait dans le palais de sa tante Zofia Lubomirska et lui dans sa résidence, rendant visite en secret à sa femme bien-aimée en tant qu'”amie de la maison”4.

Anonyme, Portrait de Zofia Krasińska, Muzeum Narodowe w Warszawie.

Le mariage prétendument tenu secret s’ébruita rapidement à la cour de Pologne. Néanmoins le roi ne semblait pas encore en avoir eu échos. Le prince envoya plusieurs lettres à sa femme pour s’en expliquer. Dans une lettre du 3 octobre 1761, il écrit : « je ne puis me dispenser de vous assurer que ce n’est pas assurément de moi que viennent ces bruits, mais de ceux qui se sont fait un plaisir de publier l’aveu que le Bernardin à fait à l’évêque de Cracovie lequel quoiqu’il se dise de mes amis ne m’en à guère donné une preuve en publiant une affaire de laquelle il connaissait assez les conséquences, et savait combien il m’importait qu’elle resta secrète ». Le père Léo Rauch vicaire de la cour aurait mentionné au prince la question de la validité du mariage. Le prince le chargea de s’assurer de cette validité en secret. Dans un « Extrait d’une lettre d’une dame connue au 10ème évêque de Cracovie le 3 janvier. 1762, qui peut être traduit en français et communiqué au Premier Ministre », il était écrit que le« P. Dzierzbicki a reçu une lettre du duc de Courlande, dans laquelle il confirme à Mlle la starościanka qu’il lui est fermement attaché, mais l’oblige à garder le secret. Il déclara également dans sa lettre qu’elle ne devait pas être effrayée par le fait qu’il ait dû rapporter à Rome les circonstances et la cérémonie de son mariage, car les théologiens l’ont réprimandé, mais il écrit qu’elle ne doit pas croire les fausses informations selon lesquelles il aurait changé pour elle et aurait prétendu divorcer »5. Ils tentèrent de ne pas trop ébruiter les faits et de trouver une solution convenable pour tous les protagonistes.

Marcello Bacciarelli, Portrait de Kajetan Sołtyk évêque de Cracovie, Muzeum Narodowe we Wrocławiu.

Elle écrivit une autre lettre à l’évêque de Cracovie le13 mars 1762 où elle montre son inquiétude sur la possibilité du divorce qui est pour elle la moins bonne solution. Dans une seconde lettre, vers mars 1762, il s’excusa de ne pouvoir la voir et lui explique que son père se trompe sur sa volonté de divorcer. Il la rassura sur ces sentiments et l’envoya se mettre en contact avec le père Rauch. Pendant ce temps l’évêque de Cracovie, qui se rangeait sur l’avis de Brühl, se renseigna sur la possibilité d’annuler le mariage auprès du Consistoire de Varsovie à Rome. Le prince se rendit alors à Cracovie et rencontra l’évêque qui écrivit que « présentement nous sommes des meilleurs amis. Il m’a même confirmé le secret en question ». L’évêque expliqua dans une lettre du 4 mai 1762 : « Nous avons échangé quelque chose que nous avions l’un avec l’autre, qui provenait des commérages du voïvode de Lublin, tel qu’il me l’avait donné. Quant à sa décision, il m’a dit que le comte Brühl et le père Rauch lui disent que ce vœu n’en vaut pas la peine, alors il aimerait savoir s’il est valable ou non. S’il est valable, qu’en faire, il faut souffrir ( !) (et il faut en conclure qu’il ne souhaite apparemment pas vraiment divorcer, et qu’il en a parlé avec moi, qu’on lui a probablement ordonné de le faire), tandis que s’il n’est pas valable, il doit savoir qu’il est libre ». Le père de la marié, Stanisław Antoni Krasiński, gravement malade, tenta de trouver une solution et envisagea le divorce pour sa fille. Il donna pour cela tous les documents en sa possession à l’évêque de Cracovie.

Anonyme, Portrait de Antoni Benedykt Lubomirski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie

Il décéda malheureusement le 16 mai 1762. La jeune femme est alors placé sous la garde de sa tante Zofia Lubormiska qui s’opposait toujours au mariage qui a été finalement reconnu comme valide. La voivoide de Lublin écrivit vers mai 1762 à l’évêque de Cracovie qu’elle a tenté de faire oublier le mariage : « N’ayant pas trouvé d’autre moyen, j’ai essayé de renvoyer sa fille chez mon frère, en pensant que son départ (comme c’est la coutume) laissera une personne préférée dans l’oubli ». Elle a finit par en référer au ministre Brühl puis elle a écrit au roi sans le succès escompté:

« J’ai écrit à S.A.R. J’ai écrit à Son Excellence le Grand Maréchal de la Couronne, l’informant des intentions de S.A. le duc de Courlande, dans l’espoir éternel que de grandes et excellentes personnes trouveront le moyen d’inverser ce qui ne devrait pas être. Qu’en est-il de ma personne ? Je pensais faire mon devoir. Maintenant, le temps m’a imposé un devoir sacré, un nouveau devoir, lorsque je découvre, non plus dans des avis douteux, mais dans des faits et des documents réels, que la fille de mon frère est l’épouse de S.A. le duc de Courlande. Considérez V.E. avec un compas cette situation malheureuse ».

Un divorce secret a été proposé sans succès par la cour au duc de Courlande. Cette situation était « désagréable » pour la voivoide de Lublin qui explique qu’il « est nécessaire que la personne dont ils divorcent soit d’abord une épouse, et bien qu’elle ne soit pas de naissance royale, quand sa propre volonté l’a choisie pour le faire, ce n’est pas sa faute ». Ils décidèrent dès lors de revendiquer pour leur nièce les titres dont elle avait droit par son mariage : celui d’être reconnu comme épouse du prince royal et duchesse de Courlande auprès de la cour. Ils imaginèrent même de le faire reconnaître par la diète. C’est à ce moment que le prince Charles écrivit une lettre le 5 août 1762 à son épouse :

Malgré tous les justes sujets de mécontentement que me donnèrent les divulgations d’une chose qui suivant les assurances que vous m’en avez donné devoir être un secret jusqu’au temps que je jugerais pouvoir la déclarer moi même, je ne m’arrêterais pas ici à vous faire des reproches de ce que vous ne vous êtes pas opposée à la conduite que votre tante à tenue après la mort de votre père, et avez au contraire si facilement consenti a cet éclat que vous pouviez bien prévoir m’être peu agréable ; mais je finis sur ce point et vais en peu de mots vous donner à connaître mes sentiments à cœur ouvert, et la conduite que je désire que vous teniez et par laquelle vous me pouvez donner les preuves les plus réelles de cet amour que vos lettres m’assurent que vous conserverez pour moi.

Les problèmes politiques rencontrés en Courlande l’obligeraient à attendre. En conclusion il décida de lui demander de se rendre au couvent à Cracovie et lui conserva une rente à partir des « intérêts de cent mille écus que je vous ai promis à cinq pour cent » et enfin de refuser si quelqu’un lui donnerait le titre de duchesse. En 1763, le roi semblerait avoir été mis au courant et considéra le mariage comme nul et demanda à son fils de tout faire pour obtenir un divorce. Mais le prince Charles ne semblait pas vouloir suivre cet avis, ce qui démontre non pas un amour mais peut-être un attachement à son épouse morganatique. La jeune femme ne pouvait pas revenir à la cour.

Anonyme, Portrait de Franciszka Corvin-Krasińska, Zamek w Pszczynie.

Elle fut obligé de se rendre en secret au couvent à Cracovie et ensuite elle se serait rendu ensuite à Czenstochow ou encore à Oppeln jusqu’à son rappel par son époux de venir le rejoindre à Dresde.

Introduction aux lettres

Le fonds Xavier de Saxe des archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78) possède plusieurs documents relatifs au mariage du prince Charles : plusieurs traductions d’acte polonais passés en 1760 (connus par leur originaux polonais donnés par Józef Ignacy Kraszewski en 1858) et trois lettres du prince Charles à son épouse entre 1761 et 1762 (voir documents). Ce sont donc des copies d’actes plus anciens. Pour Józef Ignacy Kraszewski, le contrat de mariage et diplôme de mariage sont connus par le public dès 1762. La première copie semble avoir été fait pour le ministre Brürhl par l’évêque de Cracovie sous le titre « Excerpt z listu wiadoméj Damy do Xcia Biskupa Krakowskiego de 3 Jan. 1762, który może przetłómaczony po francuzku komunikować pierwszemu ministrowi »[« Extrait d’une lettre d’une dame connue au 10e évêque de Cracovie le 3 janvier. 1762, qui peut être traduit en français et communiqué au Premier Ministre »]. Les documents sont rapidement dans les mains de différents membre de la cour puis le roi.

Portrait de Charles de Saxe, Wien, Österreichische Nationalbibliothek.

Comme l’écrit le grand secrétaire de la couronne, Mgr Kierski , évêque suffragant de Plock dans une lettre au comte Plater, palatin de Mscislaw, du 11 juin 1762 : « après la mort survenue de son père le staroste de Nowe Miasto , [elle] a écrit au grand chancelier de la couronne , prince Lubomirski , mari de sa tante, en le suppliant de lui accorder sa protection et lui envoyant des copies de tous les documents relatifs à son mariage, savoir celle du contrat de mariage , du certificat de mariage, du permis du curé , et enfin celle du permis de l’évêque. Toutes ces copies ont été envoyées ici, ce dont on instruisit le duc , auquel on a expédié un courrier, en lui faisant comprendre que cet acte ne peut plus demeurer secret. Aussi faudrait – il en instruire le père (le roi) avant qu’il l’apprenne d’autre part. On a expédié également un courrier à Madame , pour qu’elle n’eût pas l’idée de venir ici , et l’engager à ne pas trop ébruiter ce mariage , car elle peut être cause du malheur de son mari ainsi que du sien propre. D’ailleurs , le temps nous fera voir ce qui va advenir de tout cela »6 .

Ces documents sont biaisés. Nous n’avons que la vision du prince Charles et aucune réponse de Francisca, alors qu’il les mentionne. IL sont donc arrivés dans les mains du prince Xavier et peu-être même du roi autour de 1762-1763 car plusieurs copies ont été faites. Ce sont peut-être les membre de la famille Lubormiski et Krasińska qui ont décidé de les rendre public pour obtenir le soutien de la cour dans cette affaire contre le roi et son fils. La transcription est modernisée par l’orthographe et la ponctuation pour une meilleure compréhension.

Transcription des documents

1760

1er Traduction du contrat de mariage du prince Charles de Saxe duc de Courlande avec demoiselle Françoise Krasinski, selon la forme usitée en Pologne

A tous ceux qu’il appartiendra savoir faisons que Mr le comte Stanislas de Korvin Krasiński staroste de Nowomieski, en égard aux favorables dispositions que, pour l’honneur de sa famille, la province daigne inspirer au prince Charles duc de Courlande pour mademoiselle sa fille Françoise Krasiński, ayant d’ailleurs une parfaite connaissance des usages du pays, et sans déroger aux lois qui les autorise, relativement à ses biens propres et à ceux de son épouse sur la masse totale desdits biens, il constitue à sa chère fille, Françoise Krasińska pour dot, la somme de cent mille écus courants. Monseigneur le prince Charles duc de Courlande de son coté, selon l’usage pratiqué dans le royaume de Pologne, fait purement et simplement donation à ladite demoiselle comtesse Korvin Krasiński à la somme de cent mille écus courant, qu’il hypothèque actuellement sur tous ses bijoux, et lui promet d’améliorer l’assignation qu’il lui fait, dès qu’il sera possesseur de tous les biens de son domaine. On ne spécifie point ici la dot de la future duchesse de Courlande, on s’en rapporte entièrement sur cet article à la générosité du prince son futur époux. D’où la présente transaction être ponctuellement exécute, et quoique signée de part et d’autre. Le prince Charles duc de Courlande ordonne expressément à son plénipotentiaire de la roborer[sic] en tant que de raison, en foi de quoi les susdits contractant ont signé le premier acte de leur propre main et l’ont muni des sceaux de leurs armes. Fait et passé à Varsovie au mois de mars 1760.

2e Traduction du diplôme de Monseigneur le prince Charles duc de Courlande et de Semigalle relativement à son mariage

Nous Charles, par la grâce de Dieu prince de Pologne et de Saxe duc de Courlande et de Semigalle.

Puisque chaque homme doit avoir égard à son rang et a sa condition, et travaille lui même à son propre bonheur autant qu’il dépend de lui ; après avoir pris à témoin de mes véritables intentions celui qui connaît la pensée, le cœur, et l’esprit des hommes ; je me suis résolu à prendre pour compagne Mademoiselle Françoise comtesse de Korvin Krasiński, fille de Mr le staroste Nowomieyski que je choisis pour ma légitime épouse, en me conformant aux usages de l’Église chatolique [sic], apostolique, et romaine, selon l’indult obtenu à cet effet le 23 février 1760.

C’est pourquoi le présent diplôme que je mets entre les mains de ma future épouse, en relatif a notre contrat de mariage ailleurs stipulé, et mon intention en qu’il soit pour tout le monde un témoignage authentique de la sincère affection que j’ai pour Melle Françoise comtesse de Corvin Krasiński, et que depuis le règne de mon grand père, étant successivement naturalisé dans un si beau royaume, je veux contracter une alliance qui puisse convaincre l’illustre nation polonaise de l’amitié que j’ai pour elle afin que me conformant aux mœurs du pays, je parvienne à captiver la bienveillance de ses citoyens, en foi de quoi ai volontiers fait expédier le présent diplôme que j’ai signé de ma propre main et muni du sceau de mes armes. Fait et passé à Varsovie au mois de mars 1760

3e Traduction de l’acte de mariage contracté par Mgr le prince Charles duc de Courlande avec Mademoiselle Françoise Krasinska

L’an 1760. le 21 mars.

Je soussigné François Antoine Lipiewiecz gardien des RR.PP. Bernardins de l’ordre de St. François autorisé par Messire Joseph Cantin Dymachowski curé de la paroisse de Lisow diocèse de Cracovie ci dument interrogé. Mgr Charles Fyderic[sic] prince de la maison royale de Pologne et de celle de Saxe, et Melle Françoise comtesse de Korvin Krasiński de la paroisse de Lisow, dans le palais de Krasińska à Varsovie, et de leur commun consentement, leur ai donné la bénédiction nuptiale en présence des témoins suivants : de Stanislas comte de Krasiński père de l’épouse ; du prince Antoine Lubormiski palatin de Lublin ; de Felicien Kwasniewski staroste Neocelski colonel des cuirassiers ; de Stanislas Jarsewski capitaine au régiment royal polonais. En foi de quoi ai signé le présent acte le même jour et an que dessus.

4e Traduction de l’écrit de M. le curé de Lisow donnant permission au gardien des RR.PP. Bernardins du couvent de Petrikau de marier Melle la comtesse Krasiński

Mon age avancé et la prochaine confession pascale ne me permettant pas de correspondre aux invitations de M. le comte Stanislas Krasiński staroste Nowomieyski, mon collateur et bienfaiteur qui aurait désiré me voir donner la bénédiction nuptiale à Melle Françoise sa fille, mais ne pouvant m’éloigner de ma paroisse, ni m’acquitter par conséquent des devoir de pasteur, et comme d’ailleurs le temps presse, je donne plein pouvoir au R.P. Lipiewicz de l’ordre de St. François, gardien du couvent de Petrikau, de suppléer à mon défaut et de marier, s’il est nécessaire la susdite demoiselle après avoir préalablement vu l’indult. En foi de quoi lui ai accordé les présente permission. Signé de ma main et scellé du sceau de la paroisse. Le 6 mars 1760 Cantin Dymachowski

5e Traduction de l’indult accordé en faveur du prince Charles et de demoiselle Krasinski

Louis Riaucourt évêque de Ptolomais vicaire général et officiel de Brezts et de Podlachie.

A Messire Michel Neyman chanoine de Brezts prévot de Wenyrow, supérieur de la communauté des clercs séculiers et en tant que besoin sera à tout légitime curé de l’un et l’autre contractant plus bas nommé. Notre frère en J.C. Salue savoir faisons que pour raisons à nous connues, Mgr le prince Charles duc de Courlande et Melle Françoise comtesse Krasiński désirant s’unir ensemble par les nœuds du mariage, nous vous accordons de notre autorité, plein pouvoir de leur donner la bénédiction nuptiale, de les marier en face de l’église pendant le carême, en omettant toute publication de bans et autres solennités usitées en pareille occasion pourvu cependant que leur contractants se conviennent l’un à l’autre, qu’ils fassent profession de la foi catholique, et qu’il n’y ai entre eux aucune affinité, consanguinité, ni autre empêchement canonique, tel que le rapt, et contrat de fiançaille etc. etc. ce dont nous chargeons vôtre conscience de vous informer avec exactitude. Requérons en outre pour la célébration dudit mariage la présence de trois témoins dignes de foi dont les noms et surnoms, et ceux des contractants ainsi que notre plein pouvoir seraient insérés dans le registre de la paroisse, que l’original même des présentes reste parmi les actes de l’Eglise. [ill.] a ces fins que nus l’avons donné le 23 février 1760.

Antoine Joseph Bodkowski gardien et juge subdélégué de l’officialité de Brezts et de Podlachie.

Lettre du prince Charles duc de Courlande à Françoise Krasińska son épouse le 3 octobre 1761 rendue par M. le chambelan Dzierzbicki 

J’ai reçu avec un plaisir bien sensible par votre lettre du 27 août, les marques de la continuation de votre chère amitié, et si je n’y ai pas plutôt répondu, croyez que c’est uniquement, qu’accablé par les occupations que me procuraient tous les arrangements des affaires dans ce pays, il m’a été impossible de trouver plutôt quelques moments à ma disposition.

Comme vous m’y marquez que vous savez qu’à Varsovie on parle publiquement de nous deux, je ne puis me dispenser de vous assurer que ce n’est pas assurément de moi que viennent ces bruits, mais de ceux qui se sont fait un plaisir de publier l’aveu que le Bernardin à fait à l’évêque de Cracovie lequel quoiqu’il se dise de mes amis ne m’en à guère donné une preuve en publiant une affaire de laquelle il connaissait assez les conséquences, et savait combien il m’importait qu’elle resta secrète. Quant à ce que vous me dites de M. le vice chancelier je m’étonne fort qu’il ait avancé qu’on voulait le charger de quelque commission pour vous persuader au divorce, puisque je n’en ai pas seulement entendu parler, ni nommer le vice chancelier. Pour M. l’évêque de Kamaniek [Kamaniets-Podilski], il n’a jamais eu aucune commission de moi, ni je lui ai parlé sur cette affaire, mais je sais qu’il a eu des entretiens à ce sujet avec le père Rauch, lequel s’il l’a chargé de vous fonder à ce sujet, ne lui a assurément pas donné la commission de vous parler sur ce ton. Je connais trop la sagesse du père Rauch mais il est un peu scrupuleux. C’est ce motif qui l’a porté à me parler sur cette affaire peu avant mon départ, m’assurant que ce n’était par aucun motif de curiosité, et que de sa part il n’en parviendrait jamais rien aux oreilles du roi, et que c’était uniquement pour m’avertir qu’ayant appris cette affaire à n’en pouvoir douter, il s’était plus exactement informé des circonstances et que par les rapports qu’il en avait, il lui restait encore quelque doute sur la validité du mariage. De nier cette affaire a un qui en était si bien informé, qui approche tous les jours le roi, et sur la droiture et promesse du secret duquel je pouvais me fier, saurait été agir contre toute prudence et raison, c’est pourquoi je lui ai dit que me fiant sur son bon caractère, et persuadé qu’il ne voudrait pas causer du chagrin au roi en l’informant d’une chose qui ne pouvait que lui déplaire et causer en même temps mon malheur, je voulais lui avouer le fait ; mais l’assurer que je croyais le mariage très valable et bon. Il m’assurait encore qu’il croyait le contraire, et qu’assurément les évêques et prêtres qui en seraient informés ne pourraient pas cependant s’empêcher d’en faire quelque (scrupule) au moins jamais nous laisser nous deux là-dessus en repos jusqu’à ce que cette affaire serait décidée ; qu’il me conseillait ainsi de faire examiner cela sans le moindre bruit. Je n’ai ainsi pu me dispenser la veille de mon départ de lui dire que quoique je croyais qu’il n’y avait rien à dire sur la validité de ce mariage ; je voulais me remettre à lui en ceci et le priais de faire examiner cela pour la tranquillité de ma conscience, mais sans aucun bruit ; c’est aussi ce qu’il me promit. Je crois ma chère, que vous n’avez rien à dire à la conduite que j’ai tenue en ceci, et trouverez que j’ai agi en toute cette affaire avec modération et jugement.

J’ai été d’ailleurs bien fâché d’apprendre que votre santé n’a pas été toujours aussi bonne que je vous la souhaite, car assurément en ceci, si les vœux que je fais pour votre conservation seraient exaucés, vous ne connaitriez aucune indisposition. Ma santé est grâce à Dieu un peu meilleure présentement. C’est aussi tout ce que je vous puis marquer d’ici, et pourquoi je finis en vous assurant qu’il m’est bien sensible de ne pouvoir vous instruire de bouche du sincère et parfait attachement avec lequel je suis votre plus fidèle serviteur.

Seconde lettre du prince Charles

Je suis très fâché que ma lettre par laquelle je vous accuse votre dernière du 19 du courant ne vous pourra pas être aussi satisfaisante que je l’aurais souhaité, puisqu’il m’était impossible de vous marquer un lieu ou moment pour une entrevue car tant secrète qu’on veut faire une chose, elle ne saurait rester cachée. En chemin je ne m’arrête nulle-part qu’a Konskie pendant peu d’heures, la nuit à Cracovie, je logerai dans la maison du prince évêque, de sorte que je ne vois aucune possibilité pour que je puisse avoir le plaisir de vous voir. Quant à ce qu’on a mis en tête à votre père que je voulais un divorce secret, et rompre par intrigue le mariage ce n’a jamais été mon intention, mais le vrai est que je ne saurais vivre plus longtemps avec les doutes qu’on m’a fait de la validité de ce mariage, et que voulant tranquilliser ma conscience j’ai prié le P. Rauch d’examiner cette affaire mais comme il ne peut sans que de votre part il y ait quelqu’un qui dise et le mette au fait de toutes les raisons que vous avez pour nous, je crois que le meilleur serait que vous et M. votre père chargiez quelqu’un en qui vous avez de la confiance de parler de votre part au P. Rauch afin que vous voyez qu’il ne s’agit d’aucune voie de fait, qu’on ne veut aucun éclat, et vous serez mieux convaincue alors que ce bon prêtre est un homme fort doux et pieux qui est incapable de penser la moindre injustice. C’est pourquoi je ne puis vous mieux conseiller que de lui faire parler afin de voir les sentiments, et que je puisse enfin tranquilliser ma conscience. Celle-ci une fois assurée, et les choses trouvées sans aucun défaut, vous verriez en moi tout l’empêchement possible à rechercher toutes les occasions de vous convaincre de la sincérité de mes sentiments envers vous. Partant demain de bonne heure, je suis obligé de finir manque de temps, en vous assurant que je suis très fâché de ce que les circonstances ne me permettent pas de vous donner toutes les preuves de la plus sincère amitié et parfait attachement avec lequel je suis votre très fidèle et affectionné serviteur.

Troisième lettre du prince Charles le 5 août 1762

Malgré tous les justes sujets de mécontentement que me donnèrent les divulgations d’une chose qui suivant les assurances que vous m’en avez donné devoir être un secret jusqu’au temps que je jugerais pouvoir la déclarer moi même, je ne m’arrêterais pas ici à vous faire des reproches de ce que vous ne vous êtes pas opposée à la conduite que votre tante à tenue après la mort de votre père, et avez au contraire si facilement consenti a cet éclat que vous pouviez bien prévoir m’être peu agréable ; mais je finis sur ce point et vais en peu de mots vous donner à connaître mes sentiments à cœur ouvert, et la conduite que je désire que vous teniez et par laquelle vous me pouvez donner les preuves les plus réelles de cet amour que vos lettres m’assurent que vous conserverez pour moi. Je suis venu ici dans l’intention de faire aussitôt commencer à examiner notre affaire pour la tranquillité de mon esprit et de mon cœur, mais les différentes révolutions dans le nord depuis le commencement de cette année ayant tout mis en confusion dans mes duchés et ou la plus grande partie d’une noblesse assez revêche montrent du mécontentement d’avoir un prince d’une autre religion que la leur, ces raisons (que le chambellan de Livonie Borch [Johann Andreas Josef von der Borch] vous expliquera plus amplement) m’oblige de laisser dormir encore quelque temps une affaire dans la décision dans les présentes circonstances et situation des affaires pourrait exciter dans mes duchés encore plus de troubles et de confusion que celles que je m’efforce de calmer et abolir. C’est pourquoi je vous prie encore d’avoir encore patience et d’attendre à faire entamer une décision que ne serait d’aucune façon présentement convenable à mes intérêts jusqu’à tant que je me voie tout à fait affermir dans mon établissement, et je vous promets qu’alors je ne différai plus d’un moment ; c’est là une des preuves les plus réelles que vous puissiez me donner de votre amitié puisque toute autre conduite de votre part entrainerait aucunement vos intérêts et le désir que vous me marquez d’avoir, de vous trouver dans une situation qui vous rapproche de moi. Ce que j’ai encore à vous demander est que vous vouliez bien en attendant prendre le quartier qui vous est déjà préparé au couvent a Cracovie et comme vous pourrez y avoir besoin de choses et d’autres je vous ferai tenir régulièrement les intérêts de cent mille écus que je vous ai promis a cinq pour cent. Une vraie marque de l’esprit que j’ai toujours chéri en vous, serait si quand quelqu’un vous donnerait les titres (qu’on m’assure que vous n’avez fait aucune difficulté d’accepter) de les refuser, en disant, que vous ne l’accepteriez que quand l’affaire serait décidée. Une telle conduite de votre part, ne pourrait vous attirer que l’applaudissement de tout le monde. Je ne doute aucunement que s’il est vrai que vous avez encore le même amour pour moi, vous ne remplissiez, parfaitement les prières que je viens de vous faire.

Me trouvant à la veille de mon départ je suis si surchargé d’affaires, que je dois finir, en vous priant d’être persuadée que je sens bien du chagrin de ne pouvoir vous donner des preuves plus réelles de ma sincère amitié et du parfait attachement avec lequel je suis votre sincèrement affectionné, Charles

P.S. Par manque de temps, je suis obligé de me rapporter touchant plusieurs particularité a ce que M. de Borch vous marquera ; il est parfaitement instruit de mes sentiments et je suis persuadé qu’il n’ajoutera ni diminuera rien de ce qu’il a à vous marquer de ma part.

Conclusion

Les lettres de la voivoide Lubormiski et celle de Charles nous apprennent plusieurs choses sur la relation des époux qui expriment peu leurs désirs. Le prince Charles se montre froid dans la façon dont il écrit. Il doit savoir que ces lettres seront vues à la cour et se veut le plus neutre et factuel possible. Ce ne sont pas des lettres d’amour mais des lettres politiques. Charles se place comme prince royal et parle à son épouse qui peut être une future duchesse de Courlande.

Pour aller plus loin….

Józef Ignacy Kraszewski, Wspomnienie_o_Franciszce_Krasińskiej, Warszawa, 1858 (les citations de lettre en polonais traduites en français de Zofia Lubormiski et de l’évêque de Cracovie sont issues de ce texte).

Notes

1. Selon Konopczyński (Władysław), Kiedy nami rządzily kobiety, Londyn, 1960, p.101 : « August III nie utopił synowej pod lodem » traduit « August III n’a pas noyé sa belle-fille sous la glace ». 2. Komorowski (Jarosław), « Tragedia Gertrudy Komorowskiej », dans Spotkania z Zabytkami, Nr 12/2007, p.16. 3. Kubicki (Radosław), « Kobiety w polskiej tradycji i myśli politycznej – ze szczególnym uwzględnieniem Franciszki i Zofii z Krasińskich ». dans Franciszka z Krasińskich Wettyn, Kielce-Lisów, 2012, p.188. 4.Maliszewska (Stanisława), « Franciszka Krasińska (1742-1796) – zapomniana „królewiczowa” polska »dans Franciszka z Krasińskich Wettyn, Kielce-Lisów, 2012, p.12. 5. Kraszewski (Joseph Ignacy), Wspomnienie o Franciszce Krasińskiej, Warszawa, 1858, en ligne sur wikisource. 6.Łopaciński (Bolesław), Charles de Saxe, duc de Courlande, Paris, 1870 , p.30-31.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2023, 20 octobre). « August III n’a pas noyé sa belle-fille sous la glace », le mariage secret de Franciszka Krasińska avec Charles de Saxe. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojo1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.