Le général François de Hallot et le compte rendu de la bataille de Prague (6 mai 1757)

Biographie

Nous n’avons que peu d’information sur Louis Jacques François de Hallot (1701?-1758 ou 1759 ?). Issu d’une vieille famille de la noblesse normande, il serait né en 1701. Selon la Chesnaye Des Bois, dans son Dictionnaire généalogique, il est le fils de Louis de Hallot seigneur de Mérouville (+1737) et de Charlotte Adrienne Stoppa. Il est le second fils. Son frère ainé Charles Philippe Louis est chevalier de saint-Louis et capitaine des gardes françaises puis brigadier des armées du roi. Un troisième frère Jules François Claude est chevalier de saint-Louis et lieutenant-colonel d’artillerie, le quatrième est Pierre Vital chevalier de saint-Louis et capitaine de grenadiers de France. Il a enfin une petite sœur Louise Charlotte.

Antoine Francois Sergent-Marceau, et L. Roger, Marechal de Lowendal, ZVAB.

Officier au régiment royal de Normandie, il sert comme major sous les ordres du maréchal de Saxe et de Lowendal. Il est aide major-général du camps et blessé à Ostende en août 17471. Ne connaissant pas sa formation, il semble néanmoins être spécialiste des sièges et il se distingue au siège de Berg-op-Zoom :« Le roi apprit la prise de Berg-op-Zoom, le 17 par le chevalier d’Hallot, major du régiment de Normandie »2. Il est à ce moment fait aide-major général du maréchal selon Luynes3. Il aurait été un proche du maréchal de Saxe comme en rend compte le ministre Argenson dans une lettre de Versailles du 9 mai 1747 : « M d’Hallot , que vous avez envoyé, Monsieur, pour apporter les drapeaux de l’Écluse et du Sas-du-Grand, m’a remis la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 4 de ce mois,[…]. Je vous renvoie MM de Chabrier et d’Hallot, sachant que vous désirez promptement le retour de ces officiers;[…]. »4. Il semble qu’il quitte la France après la mort du maréchal (1750) pour la Saxe.

Jean-Etienne Liotard, Antoine de Marcenay de Ghuy, Johann Georg Wille, Marechal de Saxe, MAH.

Il entre au service de la Saxe en 1749 en tant que « generalmajor »5. A partir de 1751, il se trouve dans le calendrier de la cour (Hofkalender) en tant que Ludwig Johann Franciscus graf d’Hallot avec ses titres et positions. Ainsi il est chambellan du roi de Pologne, lieutenant général en Saxe puis grand-maître de la maison du prince Xavier. En raison de cette position, il accompagne le prince Xavier et son frère Charles envoyés de Pologne pour faire la campagne dans l’armé autrichienne durant l’année 1757. Blessé à la bataille du 6 mai, il est « mort sans alliance à Vienne en Autriche en Décembre 1759, de la suite des blessures qu’il avoit reçues à la bataille de Prague en 1757 »6

Journal de 1757

Le général a laissé un document sur la campagne de 1757 : c’est le « Journal depuis le départ de Varsovie du général d’Hallot accompagnant leurs Altesses Royales pendant la campagne de 1757 »(Fonds de Saxe, E 10). C’est un registre de papier sous forme de cahiers in-folio de 171 feuillets paginé de 169 pages. Le document retrace les événements du 28 février-23 décembre 1757. Le dos est manquant et les plats en cartons sont pratiquement arrachés. Il est écrit à la première personne ou à la première personne du pluriel. Dicté à un secrétaire par le général Hallot, il sert de compte rendu pour les faits d’arme des princes et pour rendre compte au roi de Pologne de leur action. Le général se met en scène, c’est par ses yeux que nous vivons les événements.

Il est poursuivit par un autre court texte sans titre (Fonds de Saxe, E 11) qui est une continuation des événements jusqu’au retour des princes à Varsovie. C’est un cahiers de 14 feuillets et de paginé de 12 pages. Les documents sont écrits à l’encre avec ratures et ajouts parfois au crayon. Il rend compte jour par jour des actions survenus. Il y ajoute des documents qu’il a donné à lire : « je remis un petit mémoire que je venais de faire » et un mémoire de Salmour « pour bien défendre cette place ». Il raconte aussi des batailles dont on lui a donné un compte rendu comme celle de Leuthen. Nous ne savons pas quand le texte à été rédigé, vraisemblablement le soir après les événements ou quelques jours après.

Karl Alexander, Prinz von Lothringen, Wien Österreichische Nationalbibliothek.

Bataille de Prague

Le général Hallot suit les événements de la bataille de Prague du 6 mai 1757 à la suite des princes de Saxe. Il écrit que « le 6 mai [est une ] journée à jamais mémorable incroyable et déplorable ». Nous n’allons pas revenir sur le déroulé de la bataille mais sur la façon dont le général Hallot l’a vécu et en a survécu malgré la blessure.

Au début des préparatifs de la journée, le prince Xavier « avait été demandé de la part de monseigneur le maréchal au prince Charles de Lorraine ». Les unités sont en position et les officiers ordonnèrent la charge sur les Prussiens. Le général Hallot explique alors que : « Mr le maréchal accompagné de LL.AA.RR. qui étaient suivis de tous les Saxons, Polonais volontaires et ceux qui par leur charge se font un devoir de les suivre dans les plus grands dangers à la tête des grenadiers de la droite animaient par leur valeur, leur contenance, ils montrèrent à ces gens à bien faire, Mgr le prince Charles reçut un coup de feu dans son habit qui heureusement ne le toucha point au corps ».

Bataille de Prague, 1757, coll. part.

Puis il explique : « Mr le maréchal Browne qui était à coté de lui reçut un coup de feu à la jambe gauche qui la lui cassa. Il tomba sur le coups, les grenadiers et bataillons avançant toujours poussaient l’ennemi plus de milles pas, il resta en arrière abandonné. LL.AA.RR le comte de Bellegarde et moi s’en étant aperçu vinrent à lui pour le servir, nous mimes pied à terre, lui coupâmes la botte qui était pleine de sang et employâmes nos soins pour l’arrêter, dans ce moment les princes qui mourraient d’envie de retourner à la gloire, sans nous rien dire, nous quittèrent. Fort étonné de ne les plus voir, j’en marquais mon inquiétude au comte de Bellegarde qui tenait le pauvre maréchal entre ses bras et étanchait[sic] son sang. J’ai remonté diligemment à cheval et courut dans l’endroit où le feu me parut le plus vive [sic] bien persuadé à tout ce que j’avais vu faire le matin à LL.AA.RR de les y trouver. Je ne me trompais point dans ce que je m’avais imaginé. Mgr le prince Xavier y était continuant de faire des prodiges de valeur, il avait reçu une légère contusion à la cuisse. S.A.R. Mgr. le prince Charles s’était porté à la tête de deux régiment de cavalerie et marcha pour charger et tomber en flanc à la cavalerie ennemie mais à peine s’étaient-ils ébranlés qu’ils abandonnèrent et s’enfuirent sans qu’il put les railler quelque peine qu’il se donna. L’on ne put cacher à l’armée le malheurs qui était arrivé au maréchal surtout le voyant se retirer, couché dans une caisse d’artillerie, de là retentit leur ardeur. [ill.] le prince Xavier continua par ces actions de leur montrer qu’il était digne d’un grand roi s’apercevant du désordre du régiment de Majence[sic], il fit l’impossible pour les railler soit par les prières soit par les menaces secondé du duc d’Aremberg et du comte de Lamberg colonel de ce régiment. Mais à beau faire, à qui ne veut point entendre car après s’être mis un peu ensemble à la première volée de canon, ils s’éparpillèrent comme des perdreaux alors il harangua la compagnie de grenadier de ce régiment de marcher avec lui pour enlever une batterie des canons, mais la mauvaise poudre influençait surtout ce corps, ils dirent qu’ils n’avaient ni poudre ni plomb et ” vos bajonet[sic] ne suffissent-elles pas ? ” répondit l’officier, il se mit à leur tête et marcha 20 pas en avant mais au lieu de suivre S.A.R., ils en firent 40 en arrière. Voyant ces gens si décidé a la fuite ils rejoignirent le régiment de Los Rios qui avançait et faisait merveille dans ce moment arrivé parmi les braves gens. Le cheval du prince Xavier reçut deux coups de feu et un de bajonette[sic] dont il est mort. Il a pris celui de son page Jerkovsky qui ne l’a pas quitté d’un pas et qui pendant l’action à montré toute sa bravoure, l’intelligence et tout le sang froid par dessus».

Maximilian Ulysses Browne, Wiki Common.

Puis le général Hallot poursuit sa description par ce qui lui arriva : « je reçus un coup de feu à la tête qui me fit chanceler et tomber sur le col de mon cheval, j’en ai un autre qui traversa la corne de mon chapeau et un troisième qui blessa mon cheval. J’aurai voulu rester mais nécessité n’a point des lois, je perdais du sang considérablement et souffrait si cruellement que j’ai été obligé de m’aller faire penser. S.A.R. eut la bonté de me donner son chasseur pour me soutenir et me conduire. Je rencontrai en chemin le prince Charles de Lorraine auquel S.A.R. notre cher prince Charles s’était joint après la blessure du maréchal et la fuite de la cavalerie ».

Cette blessure ne lui fut pas fatale sur le moment. Il continua la bataille sans montrer aucun signe de douleur. Il rend compte de la fin des combats :

« Mgr. le prince Charles fut descendre à son arrivé dans la ville chez le feld-marechal Braun pour en scavoir des nouvelles un instant après Mgr. le prince Xavier arriva de même sujet. La joie de cez deux frères éclata à leur réunion que d’embrassement ne se firent ils pas ? Que des caresses ne se prodiguèrent ils ? L’unité du sang, l’amitié, et l’estime qu’ils ont l’un pour l’autre, se fit voir dans tout son jour. Quelle gloire n’ont ils pas acquis ? Quelle valeur n’ont-ils pas montré ? Si la journée a été ignominieuse a notre allié, elle est bien glorieuse pour leurs altesses royales».

Notes

1Gazette de France , septembre 1747; 2. Jean Baptiste Joseph d’Amarzit de Sahuguet Espagnac, Histoire de Maurice, comte de Saxe, tome second, 1774, p.334; 3Luynes, 1861, tome VII p.292; 4. Lettres et mémoires choisis parmi les papiers originaux du maréchal de Saxe, tome IV, 1794, p.95; 5,SHStA,10025 Geheimes Konsilium Loc. 04683/03; 6Dictionnaire de la noblesse, 1774, tome VII, p.263.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2024, 16 février). Le général François de Hallot et le compte rendu de la bataille de Prague (6 mai 1757). À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vuwt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.