« Mr le comte de Rasoumowski hetman de l’Ukraine comme président de l’académie », la rencontre avec Charles de Saxe-Pologne

L’histoire des hetmans d’Ukraine n’est pas très bien connue actuellement en France. Au XVIIIe siècle, l’importance de leur position était pourtant remarqué par les puissances étrangères. Gregoire Orlyck avait trouvé refuge en France après la destruction du camps “mazepiste” en Russie. L’empire russe, après une période de domination du parti “allemand” se tourne vers 1750 auprès de la France et de la Saxe-Pologne pour contrer l’influence de l’Angleterre et de la Prusse. C’est dans ce cadre que nous allons expliquer la rencontre de l’hetman Kirill Razumovsky avec Charles de Saxe, fils du roi de Pologne.

Razumovsky et l’impératrice

Le comte Kirill Grigorievitch Razoumovski est devenu hetman d’Ukraine en 1750 grâce à l’impératrice Élisabeth. Né le 18 mars 1724 dans une famille de petite noblesse cosaque les Rozum, il est appelé à poursuivre ses études à la capitale de l’empire russe en 1742 par son frère Alexei, favori de l’impératrice. Ce dernier l’épouse secrètement la même année. Il était devenu l’homme fort de la Russie car il avait fomenté en 1741 un coup d’état pour placer Elisabeth sur le trône. Il avait été réalisé avec le soutien de l’ambassadeur de France contre les Allemands et la politique du favori Ernst Johann Biron, duc de Courlande déjà écarté du pouvoir depuis 1740.

Louis Tocqué, Kirill Razumovsky, Wikicommons.

Le jeune Kirill fut envoyé en 1743 en voyage à Konigsberg, Berlin et Strasbourg pour parfaire ses connaissances. Il fut fait comte de l’empire russe en 1744. Il retourna dans l’empire en 1745. Son frère Alexei avait convaincu l’impératrice lors du voyage en Ukraine de restaurer l’hetmanat et le chapitre du métropole de Kyiv.

Anonyme, Alexei Razumovsky, Wikicommons.

Très apprécié à la cour, Kirill se fit très vite remarquer par l’impératrice par sa prestance et ses talents de courtisan. Il épousa en 1746 une parente de l’impératrice la comtesse Ekaterina Ivanovna. Elle le nomma directeur de l’académie des sciences de Saint-Petersbourg, devenant ainsi le premier non Allemand à la tête de cette institution.

Le renouveau de l’hetmanat

Carte de l’Ukriane vers 1720, Wikicommons.

En 1747, l’impératrice décida de donner « toutes les libertés, droits et privilèges, qui depuis le moment de l’acceptation sous l’empire russe de l’Hetman Bohdan Khmelnytskyi, à l’armée Zaparogue et tout le peuple de la Petite Russie[Ukrainien] »1. Ce décret de l’impératrice est une surprise puisque l’hemanat n’avait plus de dirigeant depuis 1734. Le 18 janvier 1750 le gouvernement russe a choisit le jeune Kirill Razumovsky comme hetman d’ Ukraine. Une parodie d’élection est réalisée sans même la présence de Kirill puis le nouvel hetman est intronisé lors d’une cérémonie à Hloukhiv (Ghloukov) le 22 février 1750. La ville était devenue la nouvelle capitale de l’hetmanat en 1708 après la destruction de Batouryn par le tsar Pierre le grand. Le comte Ivan Simonovitch Gendrikov est chargé d’accompagner le nouvel hetman et de garantir la bonne tenue de son élection. Le nouvel hetman à pour titre « Le plus haut majestueux de toute la petite Russie, des deux côtés du Dniepr et des troupes de l’Hetman de Zaporoguie de Sa Majesté impériale, chambellan, chevalier de divers ordres, président de l’Académie impériale des sciences, gardes du corps du régiment Izmailovsky, lieutenant-colonel, comte de l’Empire russe, etc. » 2. La création de l’entité est vue comme un moyen de contrer l’influence polonaise.

Plan de l’hetmanat en 1785[détail], Wikicommons.

Le nouvel hetman met en place une réforme judiciaire et militaire chez les cosaques. Il recréé une aristocratie et fait reconstruire Batouryn avec un palais par l’architecte anglais Charles Cameron. En 1754, l’union douanière est faite entre l’hetmanat et l’empire. Les officiers doivent être confirmé par le gouvernement et des conseillers russes supervisent l’armée cosaque sous l’autorité du conseil des affaires étrangères du Sénat. Il est chargé de s’occuper des menaces Tatars sur les frontières du sud de l’empire. Plusieurs lettres diplomatiques des années 1755-56 faisaient craindre une attaque Turco-Tatars sur Kiev. Alors que la Russie entre en conflit en 1756 contre la Prusse et l’Angleterre, l’hetman est rappelé à Saint-Pétersbourg par l’impératrice. Elle le charge d’e d’encadrer des troupes ukrainiennes autour de Belgorod jusqu’au camps de Zaporijjia. Il doit surveiller les frontières et empêcher l’entrée d’agent prussien et mettre fin aux émeutes dans la zone. De retour à la cour, il fut de plus en plus proche de l’impératrice dont la santé se détériore de plus en plus. Le hetman se noue d’amitié avec la grande duchesse Catherine, et de son amant Stanislas Poniatowski 3. En août 1756, le peintre Louis Tocqué réalise son portrait. Les ministres comme Ivan Chouvalov et le clan de l’héritier Pierre voyait mal son pouvoir grandissant à la cour et il fut renvoyé en 1757 à Kyiv. Il revient épisodiquement à la cour et concentre son temps à l’administration de l’académie des sciences.

Le hetman et le prince Charles

C’est dans ce contexte que le prince Charles arrive à la cour de Russie au printemps 1758. Ses secrétaires en ont tenu un journal de voyage, aujourd’hui aux archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78).

Ferdinand Wilhelm Sidaw, Portrait présumé de Charles de Saxe, Herder-Institut für historische Ostmitteleuropaforschung, Marburg.

Le prince est arrivé le 16 avril 1758 à la cour de Russie. Il demande une audience à l’impératrice et se rend les jours suivant aux divers cérémonie de la cour où il rencontre le grand-duc Pierre et son épouse Catherine. Puis le lundi 1er mai 1758, il rencontre les frères Razumovsky : « vers le soir [le prince Charles] alla voir Mrs les deux comtes Razumowski et resta à souper chez le hetman de ce nom ». Le jour suivant, il se rendit au bal pour l’anniversaire de la grande duchesse. Puis le 3 mai il reçu la visite de l’hetman. Les jours suivant sont faits de dîners et de bals. Le prince ne peut voir l’impératrice souffrante depuis plusieurs jours. Il visite le 12 mai « Catharinen-Hoff [Palais Catherine construit en 1724], maison de plaisance, que Sa Majesté l’impératrice fréquente en été préférablement à d’autres endroits des environ de Petersbourg ». Il va voir les jours suivants : l’Amirauté, l’abbaye des Recollets, ou encore la comédie française. Le grand duc s’entretient souvent avec lui. Il fréquente l’ambassadeur de France ou de Suède. Ainsi le 20 mai, « S.A.R. après avoir entendu la sainte messe reçut plusieurs visites des principaux seigneurs qui sont ici, ainsi que celle de Mr l’ambassadeur de France avec lequel elle s’est entretenu jusqu’à l’heure du dîner, qu’elle a pris chez Mr le hetman de l’Ukraine, comte de Razumowski, y ayant été invitée avec toute sa suite depuis quelques jours, et où après le repas elle a entendu un magnifique concert de musique ». Il voit la grande-duchesse le 21 après une longue période de maladie. Il reçoit les nouvelles de Varsovie le 23 mai 1758.

Il décide après de s’éloigner de la cour. Ainsi le 24, il va visiter la forteresse de Chlisselbourg « situé bord du lac Ladoga à 60 Wersses d’ici ». Il s’y rend avec une nombreuse suite : le baron de Bos, envoyé de Suède, le comte de Razumowski hetman de l’Ukraine avec son compagnon Mr de Tepelow, comte de Sapieha, palatin de Smolensk, comte de Poniatowski, stolnik de Lituanie avec ses compagnons, Mrs Ogrozki et Rozen, comte Rzesuski notaire de camps de la couronne, comte Czernieszew, chambellan de S.M. impériale, comte de Brühl, staroste de Varsovie avec sa suite, Mrs le baron de Berlepsoh et l’abbé Victor, le général Le Fort, le général de Lachinal, comte de Einsidel, comte Branicki, chambellans du roi, Mr le gentilhomme de la chambre Butturlin, Mrs de Ronikier et de Medern, chambellans de S.M. le roi, le gentilhomme de la chambre Dzierzbiecki, le major d’Oettingen, comte Potocki, et Mr de Kartowski ». Il arrivé à la forteresse à sept heures. Avec pour guide l’amiral prince de Inssupow, il fit en bateau le tour du château « où l’on ne laisse entrer personne ». C’est « une espèce de fort situé sur une très petite île qui se trouve à l’embouchure de la Newa ».

Très préoccupé par le devoir de dévotion, le jour suivant, pour la fête-dieu, il oblige toute la suite à se rendre à la messe. Il visite la ville au son des canons et alla à la chasse aux bécassines avec le baron de Bos et l’hetman. A son retour, il reçoit de la part de l’impératrice un « surtout de drap d’argent doublé de martres Sibellines [Zibeline], et un manchon de la même espèce. Il retourne le 26 mais à la cour. De retour à Saint-Pétersbourg, il se rendit « voir le palais de Mr le feld-maréchal et grand veneur, comte de Razumowski [palais Anichkov qui fut donné à Alexei Razumovsky par l’impératrice], où elle prit le plaisir de le faire « tourner sur une balançoire à la manière du pays ». Le soir, il est invité par l’impératrice et le grand-duc.

Louis Tocqué, L’impératrice Elisabeth, Wikicommons.

Le 27 le prince se repose puis le 28, il fut reçu par l’envoyé du Danemark puis par le Grand-Duc qui furent ensuite tout deux reçus par l’impératrice « dans une chambre ». Le prince lui remit une lettre de son père le roi de Pologne. Le 29 mai, le prince alla diner « avec Mr le hetman d’Ukraine. Mgr le grand duc étant venu la voir à 5 heures passées, S.A.R. lui donna un magnifique concert de musique exécuté par les chanteurs et par les premiers musiciens de la cour impériale, et auquel ces deux grands princes se firent aussi entendre. La musique finie l’on soupa à une table de 25 couverts, et le repas a été si gai, que la compagnie ne se sépara qu’a minuit et demie. Mr le comte Iwan Iwanovig de Schuewalow y arriva aussi, quoiqu’il y eut été déjà 11 heures du soir ».

Georg Friedrich Schmidt, Pierre comte Chouvalov, Wikicommons.

Le 30 mai, il se rendit au théâtre et le 31 à l’opéra où « s’y entretenant pendant les deux premiers actes avec leurs altesses impériales monseigneur le grand duc et madame la duchesse. Mais ayant été engagé a la fin du 2e acte d’entrer dans la loge de l’impératrice, la conversation avec sa majesté ne finit qu’avec le spectacle, c’est à dire à minuit ».

A suivre…

Notes

1.Putro (Olexii Ivanovitch),Hetman Kyrill Razumovsky et son temps (extrait de l’histoire de la formation de l’État ukrainien au XVIIIe siècle p.37. Le décret est appelé “Sur l’existence d’un hetman en Ukraine selon les lois et coutumes de ce pays [Про буття в Україні гетьмана згідно тамтешніх прав та звичаїв]”. 2. Ibid., p.47. 3. Ibid., p.69.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2024, 28 mars). « Mr le comte de Rasoumowski hetman de l’Ukraine comme président de l’académie », la rencontre avec Charles de Saxe-Pologne. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4dk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.