Xavier de Saxe à la cour de Versailles (1)

Article publié dans Château de Versailles. De l’Ancien régime à nos jours n°44

L’article et le suivant reprennent les bases de l’article publié dans le numéro de janvier-février-mars 2022. Version augmentée en deux parties.

“Jean sans Terre”

Le prince Xavier de Saxe (1730-1806) est le second fils du roi de Pologne Auguste III et de Marie-Josèphe de Habsbourg fille de l’empereur d’Autriche, Joseph Ier. Duc de Saxe, prince royale de Pologne et grand-duc de Lituanie, il n’est qu’un prince parmi d’autre de cette grande famille de Saxe qui règne sur un des plus grands territoires d’Europe.

Pietro Rotari, Portrait du prince Xavier, SKD online

Son père ne l’appréciant pas délaisse ce fils qu’il considère comme incapable. De son coté, le prince s’imagine un jour pourtant succéder au roi étant le mieux placé par rapport à son frère ainé handicapé. Mais le mariage du prince héritier en 1747 avec Marie-Antoinette de Bavière et la naissance d’un enfant en 1750 lui font perdre tout espoir de jouer un rôle politique de premier plan en Saxe-Pologne.

Louis de Silvestre, Portrait d’Auguste III, Wilanow.

Dès lors, il se tourne vers sa soeur chérie Marie-Josèphe, qui avait épousé le dauphin de France en 1747, pour lui trouver une position. Considéré comme le moins apanagé par son père, la dauphine avait donné le surnom de “Jean sans Terre” au frère qu’elle aimait le plus.

Maurice Quentin de La Tour, Marie Josephe de Saxe, SKD online.

En 1756, l’armée prussienne sans déclaration de guerre se mit en mouvement vers la Saxe et l’Autriche. L’armée saxonne défaite, la famille royale capturée, le roi et ses fils prennent la route de l’exil en Pologne. La Saxe occupée et pillée, le roi tente par tous les moyens de trouver des soutiens à sa cause. Il déploie toutes la diplomatie possible et envoie ses fils plaider sa cause en Europe. Le prince Albert est envoyé en Autriche, Charles en Russie et le prince Xavier en France en septembre 1758.

Un accueil prévenant

Pour la venue du prince Xavier, le ministre Marigny propose de le loger sur Paris au palais des Tuileries. L’administration des Bâtiments du roi lui attribue l’appartement de l’évêque d’Orléans que l’on finissait de rénover1. Mais à son arrivée, le prince Xavier demande à loger à Versailles auprès de sa sœur. À partir de cette date, le prince occupe plusieurs logements, pour lui et sa suite, au château2. L’appartement lui est laissé à condition qu’il le rende à son départ au locataire habituel.

Ainsi le prince et sa suite ont à disposition plusieurs pièces du château3 . En premier, le gouverneur de Versailles lui attribue l’appartement du comte de Clermont, et on lui ajoute celui du duc de Lauraguais, en tant que commandant du corps saxon. Avec le prince, sont logés le chirurgien Wolf, un certain Stein son valet de chambre, un cuisinier et trois domestiques. Des logements sont attribués pour sa suite : au baron de Weichs et au major-général de Polentz l’appartement de M. le comte de Maillebois, puis pour le colonel Poninsky, le colonel Martange et son aide de camp Charles de Block un logement en ville. Puis son secrétaire et le père Boccard, son aumônier, sont logés dans un appartement de M. l’abbé d’Argentré au grand commun. Selon Newton, cet appartement qui était occupé alors par le comte de Clermont est celui que l’on appelait « appartement de Madame de Maintenon »4. Ce logement lui est attribué jusqu’en 1761.

Carmontelle, Portrait du comte de Lusace, RMN.

La raison de ce prolongement d’attribution est que M. le comte de Clermont ne veut « pas reprendre son logement tant que M. le comte de Lusace fera des voyages à la cour » régulièrement. Le duc de Noailles décide donc que ces logements soient réservés jusqu’à la fin de la guerre, pour les venues à la cour des membres de la famille de la dauphine5. En avril 1761, le comte de Noailles propose au roi, lorsque le prince Xavier n’y est pas, d’y placer la garde-robe du roi « jusqu’à ce que l’endroit puisse être arrangé » pour un autre locataire6. Cette remarque montre bien que le manque de pièces se fait ressentir au château, et qu’on utilise tous les espaces disponibles dès que possible. De plus la nombreuse suite du prince de Saxe pose problème car le prince veut les avoir près de lui au château même. En novembre 1759, le logement de Mme la duchesse de Broglie » est attribué à la suite du prince7. En 1762, un des appartements occupés par le couple Martange était le « logement de M. le prince de Tingry»8. Les membres les moins importants de la suite doivent trouver, à leur frais, un logement en ville.

Château de Versailles, Plan du premier étage du Gros Pavillon de l’aile Nord [1740], Archives nationales.

Le prince Xavier auprès du couple delphinal  

En 1758, Louis XV avait remarqué que « Madame la dauphine n’aime réellement que le prince Xavier »9. Lors de sa première venue en France à Versailles du 14 au 15 juin de la même année, le comte de Lusace est bien reçu par le roi et sa famille. Ainsi Dufort de Cheverny explique10:

J’ai vu la dauphine assise devant un métier, travaillant au tambour, dans une petite pièce à une seule croisée, dont le dauphin faisait sa bibliothèque. Son bureau était couvert des meilleurs livres qui changeaient tous les huit jours. M. le comte de Lusace, frère de madame la dauphine, l’air commun et très-bourgeois, était assis sur un tabouret ou sur une chaise ; le dauphin se promenait ou s’asseyait. Je me suis surpris plusieurs fois causant avec lui, comme si j’avais été dans une société bourgeoise.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de la dauphine et son fils, Saint-Quentin.

L’ambassadeur Gaspard de Fontenay nous rend compte du tableau de cette première visite où le duc de Bourgogne, fils aîné de la dauphine âgé de 7 ans, aurait voulu suivre son oncle à la guerre et le comte de Provence de 3 ans, apprend à son petit frère Artois, âgé de 1 an, à prononcer « mon cher oncle ». Il rend de même visite à Mesdames, sœurs du dauphin11.

Carmontelle, Monsieur le général de Fontenay, ministre de Saxe à la cour de France, RMN.

La dauphine fait tout son possible pour voir sa famille à Versailles. Après le séjour du prince Xavier, elle fait venir son frère Clément en fin 1761 puis sa sœur, la princesse Christine de Saxe durant l’été 1762.

Gabriel Fredou, Portrait de la dauphine, Versailles.

La dauphine suit les péripéties de son frère aux armées par une grande correspondance. Le 1 er août 1760, elle raconte la joie qu’elle a éprouvée par les nouvelles qu’il lui a envoyée:

« J’étais hier matin, mon cher frère, à travailler à mon métier très tristement, puisque je me faisais lire les gazettes et que je me déplorais sur les malheurs de ma pauvre patrie, quand j’entendis tout à coup M. le dauphin qui appelait d’une force terrible et, voyant que personne ne venait à sa voix, j’y courus pour savoir ce qu’il demandait. Je le trouvai lisant des papiers et me faisant signe de prendre des lettres qui étaient sur la table à côté de lui. Je reconnus sur l’une votre écriture, sur l’autre les armes de Broglie ; comme j’ouvrais la vôtre, M. le dauphin me dit de regarder la date de celle qu’il lisait. J’y regarde et le premier objet qui me frappe c’est de voir qu’elle est datée du 1er août. M. le dauphin en colère me dit :

« Mais, bête, regardez donc l’endroit d’où elle est écrite, voyez qu’elle est de Cassel et c’est votre frère qui l’a pris. »

A ces mots, je ne puis vous dire ce que j’ai senti, tout ce que je sais c’est que j’ai sauté au coup de M. le Dauphin et me suis dépêché de lire votre lettre qui, comme vous pouvez le croire, n’a pas diminuée ma joie. Celle du maréchal, que M. le dauphin m’a lue, y a mis le comble par mes éloges qu’il donne et le détail qu’il fait de votre conduite et de l’ordre que vous avez mis dans vos troupes cette journée. »12

Jean-Baptiste Nivelon, Portrait du dauphin, Versailles.

La dauphine imagine de nombreuses fois que son frère pourrait venir la rejoindre à la cour une fois la guerre terminée. Le 8 septembre 1761, elle lui écrit à ce sujet : « Que je serais heureuse, si les vœux que vous faites de pouvoir passer votre vie avec moi pouvaient s’accomplir, sans nuire à vos intérêts ! ». Le prince répond à cette lettre le 26 septembre et y aborde ses projets concernant son installation en dehors de la Saxe. Il envisage à ce moment pouvoir obtenir la principauté de Neuchatel: 

Peut-être serait-il possible d’arranger ce que nous avions projeté il y a deux ans dans votre voisinage : c’est de toutes mes idées d’établissement celle à laquelle je m’attache avec le plus grand plaisir, parce qu’elle me met à portée de vous, et je bâtis pour cette raison mes châteaux en Espagne, en rêvant à la Suisse.

Bataille de Minden en 1759, BnF.

En 1762 une fois le corps saxon en garnison, le prince retourne à Versailles participer aux cérémonies et bals de la cour. Il est présent lors du bal du 5 décembre 1762 chez la maréchale de Duras. Il y retrouve ses deux sœurs Christine et la dauphine ainsi que toute la famille royale13. Il revient souvent en France comme en janvier 1762 pour « pour aller à Versailles voir la Dauphine et y arrêter la nouvelle convention du corps saxon »14. Selon le Mercure, il est présent aux bals du 17 janvier puis du 7 avril , et enfin celui du 23 avril 1763 où se trouvent la famille royale, le duc d’Orléans, le duc de Chartres, son fils, le prince de Condé et le prince de Lamballe. En mars, il repart, passe par Vienne puis se rend en Saxe où le 30 avril il se trouve au coté de son père pour l’entrée triomphale à Dresde. Il continue de faire des aller retours entre Versailles et Dresde durant l’année. Son père gravement malade l’oblige à revenir à la cour de Saxe en octobre 1763.

Un retour incognito

En novembre 1763, la mort de son frère ainé le prince-électeur de Saxe Frédéric-Christian, oblige le prince Xavier, en tant qu’aîné de la famille du nouvel électeur Frédric-Auguste encore mineur, d’assurer la régence en tant que prince Administrateur (Administrator). Il fait du château électoral (Residenzschloss) de Dresde sa demeure officielle15 .

Bernardo Bellotto, Dresde vue sur les douves du Zwinger, SKD online.

Lors de son administration, il met en place une série de réforme militaire et économique qui ont un certains succès mais aussi de nombreuses oppositions. Sa soeur la dauphine lui reproche de se laisser gouverner par sa belle-soeur Marie-Antoinette de Bavière et de trop donner aux luthériens (nous reviendrons sur ce sujet). De plus, le prince est préoccupé car il vient de se marier secrètement en 1765 avec une dame de compagnie de sa belle-soeur, la comtesse Chiara Spinucci, fille de Giuseppe comte de Spinucci secrétaire du cardinal Borgia (famille anoblie par le roi de Pologne Jean III Sobieski qui leur avait donné le fief polonais de Milanow, dans le palatinat de Volhynie). En 1767 alors en proie aux problèmes politiques qui rongent son Administration, le prince Xavier apprend la mort de sa soeur la dauphine.

Jeanne-Antoinette Poisson, Le couple delphinal, RMN.

Très marqué par cette nouvelle, il se désinterresse des affaires de l’état. En 1768, le prince Xavier décide enfin à quitter la Saxe et de se rendre en Italie où il reste jusqu’en 1771 puis il se rend en France où il s’installe au château de Chaumot (Yonne) qu’il vient d’acquérir puis il se décida d’acheter le château de Pont-sur-Seine (Aube) en 1775.

Johann Eleazar Zeissig dit Scheneau, Famille électorale de Saxe en 1772, SKD online.

En 1769, en passant par Paris, il est invité par le duc de Richelieu puis par Madame du Barry. Il se rapproche de cette coterie à la cour. Durant l’été 1769, le prince est présent lors du séjour et de la chasse du roi à Compiègne. Le 15 août 1769, il écrit au marquis de Montchenu16   : 

Je ne suis occupé d’aucun projet de conquête ou d’ambition, le seul objet que j’aie en venant faire ma cour au roi, a été de consacrer les premiers moments de ma liberté aux expressions de ma reconnaissance et de mon attachement : la bonté avec laquelle sa majesté m’a reçue, ne m’ont rien laisser à désirer. J’ai retrouvé ici nombre de mes anciens camarades de guerre, et je les ai revu avec plaisir.

De plus, étant revenu sous incognito en France avec le nom de comte de Lusace, il ne pouvait plus réclamer un logement en tant qu’envoyé officiel de la Saxe. Ce n’était qu’en tant que courtisan qu’il pouvait en obtenir un. De plus, en raison de son mariage, il adopte l’incognito pour ses déplacements pour se permettre ce que son statut de prince royal et administrateur lui interdisait auparavant.

Mort de Louis XV

Le 29 avril 1774, le roi Louis XV tombe gravement malade. Revenu à la cour, le prince Xavier est présent durant toute la maladie inattendue du monarque. Il rend compte à sa sœur Christine abbesse de Remiremont, de tous les événements qui se déroulent entre le 29 avril et le 10 mai 1774.

Armand-Vincent de Montpetit, Portrait du roi Louis XV en 1774, Versailles.

Le 3 mai, présent auprès du roi, il écrit ainsi qu’il entend « très distinctement » ce que le roi dit et conclut qu’il aimerait plutôt  «en être bien loin pour ne rien voir et ne rien entendre ». Le prince reste pourtant auprès du roi tout le long de ses souffrances jusqu’à son agonie finale du 10 mai 1774 17 :

Le roi, notre cher maître, malheureusement n’existe plus. Il a passé à une heure un quart. Je vous plains et vous trouve heureuse de ne point voir tout notre chagrin. Je charge Pomiés de tout pour vous, car je ne suis pas en état d’écrire. Notre pauvre cher duc [d’Aiguillon] me fait une peine inexplicable ; nous venons de pleurer ensemble ; et, si je vous voudrais ici, c’est pour nous consoler mutuellement avec la pauvre duchesse qui se meurt de chagrin.


Des demandes de logement infructueuses

Durant les agonies du roi Louis XV, le prince fut logé à l’hotel de Marsan à Versailles. La propriétaire est la gouvernante des Enfants de France, Marie-Louise de Rohan (1720-1803) qui avait épousé en 1736 Gaston-Jean-Baptiste de Lorraine (1721–1743), comte de Marsan, brigadier des armées du roi. Elle possède l’ancien hotel des “Musiciens italiens” depuis 1759.

Pierre-Nicolas Pithou l’Aîné, Le rendez-vous au carrefour du puits du Roi en forêt de Compiègne, RMN.

Lors de la saison des chasses de 1774, le prince obtient de pouvoir suivre le roi et d’être logé au château de Fontainebleau. De nombreuses fois, il fait la demande auprès du comte de Noailles de pouvoir être installé au château de Versailles après les chasses18. La demande du prince aurait été refusé car le prince semble avoir fait comprendre qu’il n’en avait pas besoin19. Cette raison semble troublante pour le prince qui faisait depuis plusieurs mois la demande incessante d’être logé au château. Mais en 1785, le prince a enfin le fin mot de l’affaire 20 :

J’ai trouvé l’occasion de lui demander sans affectation ce qui s’était passé au sujet du logement demandé par V. A. R. On lui a dit vrai à ce sujet et le roi le refusa effectivement, mais c’était dans des circonstances qui, dans ce temps, faisaient craindre que V. A. R. ne fût trop souvent à Versailles et vraisemblablement le refus venait plus de M. de Maurepas que du roi.

À cette date, le ministre Maurepas semblait vouloir davantage loger au château les proches de Choiseul, que ceux de la dauphine défunte.

A suivre

Notes

1. Archives nat., O1, 1680, pièce 270, lettre de l’architecte Soufflot au marquis de Marigny, s.d. [septembre 1758 ?]. 2. Newton (William R.), L’Espace du roi : La cour de France au château de Versailles, 1682 – 1789 , Paris, Fayard, 2000, p. 269. 3. Arch. nat., O1, 1/1076, pièce 528, arrêté par le roi le 29 novembre 1758. Certains noms sont connus : Martange, Von Polentz et le père De Boccard. Les autres sont inconnus comme Poninsky. 4. Newton (William R.), L’Espace du roi […], op.cit., p. 447. 5. Arch. nat., O1, 1076, pièce 658, bon approuvé et arrêté par le roi, 1er novembre 1761. 6. Arch. nat., O1, 1076, pièce 666, distribution des logements dans le château de Versailles, 1761. 7. Arch. nat., O1, 1076, pièce 571, distribution des logements dans le château de Versailles., 25 novembre 1759. 8. Arch. nat., O1, 1076, pièce 667, distribution des logements que le roi à faite dans son château de Versailles, 17 janvier 1762. 9. Boutaric (Edgard), Correspondance secrète inédite de Louis XV sur la politique étrangère avec le Comte de Broglie, Tercier, etc. tome 1er 1866, p.234. 10. Dufort de Cheverny, Mémoires sur les règnes de Louis XV et Louis XVI et sur la revolution, Paris, Plon, 1886, tome 1er, p.182. 11. Stryienski( Casimir), La mère des trois derniers Bourbons. Maris-Josèphe de Saxe et la cour de Louis XV, Paris, Plon, 1902, p.219. 12Ibid., p.241. 13Ibid., p.278-279. 14. Arch. dep. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 66, Journal pour les événements et opérations du corps saxon et de la réserve de S. A. R. Mgr. Le prince Xavier, pendant l’année,1762.15. Le terme « château de la résidence » n’est pas la traduction utilisée dans les lettres du prince Xavier qui préfère le terme « château électoral ». 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1429, lettre du prince Xavier à Montchenu, 15 août 1769.  17. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1455, lettres du prince Xavier à Christine, 3 et 10 mai 1774. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince Xavier à Pomiés, 20 décembre 1774. 19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1775, lettre de Pomiés au prince Xavier, 1er janvier 1775. 20. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1738, lettre de M. de la Barberie au prince Xavier, 4 mai 1785.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2022, 23 février). Xavier de Saxe à la cour de Versailles (1). À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojna

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.