Xavier de Saxe à la cour de Versailles (2)

Article publié dans Château de Versailles. De l’Ancien régime à nos jours n°44

Suite de l’article du blog Xavier de Saxe à la cour de Versailles (1)

Le prince en politique?

En 1758 le duc de Choiseul entre au gouvernement devenant l’omnipotent ministre a la guerre puis aux affaires étrangères sur plus de dix ans. Sa position tenue depuis son ambassade à Vienne est de conclure le rapprochement des cours de France et d’Autriche en renversant les alliances. Pour lui la Saxe, trop proche de la Prusse, est dans une intenable neutralité. La Saxe se pose en rival à l’Autriche et la Russie en possédant la couronne de Pologne et imaginant un jour monter sur le trône impérial.

Michel van Loo, Duc de Choiseul, Versailles.

La trahison des engagements prussiens de 1756 de ne pas attaquer la Saxe (sur lesquels nous reviendrons dans un autre article) a poussé le duché à se rapprocher de l’Autriche et de la France. Mais Choiseul ne voit cet état que comme un allié inefficace et couteux. Le mariage du dauphin a toujours été vu pour lui comme une erreur politique. En 1758 le comte de Lusace est fait lieutenant général des armes du roi et il obtient rapidement le commandement d’un corps de 10 000 soldats saxons payés par le trésor de France et d’Autriche. C’est le poids de la dauphine et de son entourage, notamment le ministre de la Saxe à la cour Fontenay, qui ont permis ce succès auprès du roi.

François Guérin, Xavier de Saxe, SKD online.

En 1763, la guerre finie le comte de Lusace prend part à la réforme de l’état entrepris par son père puis son frère ainé qui condamna la politique de Brühl. Devenu prince Administrateur, il met en place une politique francophile en raison du poids de la Couronne qui continue d’entretenir en millions de livres l’armée et l’économie du duché au grand damn du duc de Choiseul. La mort du couple delphinal change complètement la donne à la cour puisque le parti autrichien semble regner sans partage.

L’ambassadeur de Fontenay résume au prince Xavier, par une lettre du 13 mai 1767, l’ambiance à la cour de France, à ce moment1:

La mort de Madame la dauphine a rompu la digue qui retenait encore le ton arrogant et despotique des Choiseul. Celle de Mgr le Dauphin y avait fait une terrible brèche ; mais la tendresse du Roi pour sa bru ne leur permettait pas de s’émanciper autant que leur ambition les y portait. Je vous avoue, Monseigneur, que j’ai été indigné de leur conduite dans les derniers mois de la maladie de votre respectable sœur. Depuis le premier jour de l’an, qu’ils ne pouvaient se dispenser de lui rendre leurs respects, jusqu’à la funeste époque du 13 mars, ni le duc, ni sa femme, ni sa sœur, n’ont paru chez elle, où toute la cour ne manquait pas de se trouver journellement. Ils ont témoigné après sa mort une joie si indécente et si marquée, qu’ils ont scandalisé jusqu’aux très humbles serviteurs de la faveur.

Le duc de Choiseul continue alors le rapprochement avec l’Autriche : il parvient avec l’aide de Mercy d’Argenteau au mariage du nouveau dauphin Louis Auguste avec Marie Antoinette d’Autriche dernière fille de l’impératrice Marie Thérèse d’Autriche en 1770.

Le feu d’artifice tiré le 30 mai 1770, à l’occasion du mariage du futur Louis XVI et de Marie-Antoinette, archiduchesse d’Autriche, RMN.

Selon le prince Xavier, le ministre Choiseul tient une place importante au gouvernement grâce au pacte de Famille dont il a été l’instigateur : ce traité militaire fut signé, le 15 août 1761, entre les rois de France et d’Espagne pour se soutenir mutuellement pendant la guerre contre l’Angleterre.

Le 11 avril 1770, le prince se félicite de « l’augmentation du crédit de Madame du Barry et du contrôleur général, jointe à celle que Choiseul baisse de plus en plus d’un jour à l’autre ». Et enfin le 10 janvier 1771, le prince, qui a appris la disgrâce du ministre, écrit à Martange, : “Vous devez facilement vous représenter combien j’ai dû en être frappé et en combien de réflexions, et pour le présent et pour l’avenir, cet événement m’entraîne. Ni vous ni moi n’avons, je crois, aucun lieu de les plaindre, encore moins de les regretter»2.

Petit à petit le crédit du ministre auprès du roi a été saboté. Louis XV remplace le clan Choiseul par un triumvirat constitué de l’abbé Terray, du duc d’Aiguillon et du chancelier Maupeou en charge de réformer les impôts et les parlements après des années catastrophiques pour le trésor.

Anonyme, Duc D’aiguillon, Musée d’Agen.

Mais le prince déchante rapidement voyant les réformes réalisées par le contrôleur Terray sur les pensions de la cour. Il voit sa pension diminuer drastiquement et alos tente d’y remédier( voir l’article ici)

Une cour maladroitement assidue

A la mort de Louis XV, de nombreuses rumeurs apparaissent. La comtesse du Barry s’est retirée d’abord à Rueil chez le duc d’Aiguillon puis à Louveciennes. Le prince lui a rendu de nombreuses visites. Il fait parti de ces personnes que l’on qualifie, après la mort du monarque, de « carrosses de Rueil ».

François-Hubert Drouais, Comtesse du Barry, RMN.

Mais les rapports avec le roi Louis XVI se distendent rapidement. A la mort de Louis XV, le prince en son château avait remis une lettre à son neveu comme il l’explique dans une lettre le 31 mai 1774 3 :

Tout de suite après la mort, [je remis] une lettre de condoléances au nouveau roi, dans laquelle, après les compliments analogues à la circonstance, j’ai glissé que c’est sa mère de concert avec son père qui m’ont appelé en France et attaché à ce service, et que, pendant l’administration où j’ai été obligé de quitter ce pays, je n’ai cherché à donner une existence à la Saxe que pour la rendre plus unie encore à la France par les raisons d’intérêt qu’elle ne l’est par les liens du sang ; et je l’ai finie en me recommandant, ainsi que ma soeur, à sa protection, et que nous nous flattions de retrouver en lui la même existence heureuse que nous avait accordée feu son grand-père qui nous avait comblés de ses bontés dans toutes les occasions, et que sa bienveillance précieuse suffirait à notre bonheur mutuel.

Joseph Duplessis, Louis XVI, Versailles

Le roi lui aurait donné une réponse « très amicale, par laquelle il me marque qu’il sait les liens qui nous unissent ensemble, que la mémoire de sa mère lui sera toujours chère » et qu’il sait que le prince est très attaché « à la couronne dans la dernière guerre et dans l’administration de la Saxe »4. Mais cette réponse est trompeuse. On sait ce que le roi en pensait réellement grâce à ce qu’en a marqué de l’ambassadeur autrichien Mercy-Argenteau à l’impératrice5 :

S.M. daigna me dire que le prince Xavier de Saxe, dans une lettre peu protocolaire, avait félicité le roi pour son avènement, disant à cette occasion qu’il était heureux de se trouver l’oncle du roi, et finalement il recommandait le duc d’Aiguillon à la bonté du roi comme ministre consciencieux. Le roi avait répondu par des expressions de politesse à la première partie de cette lettre, mais en ce qui concernait la fin, il avait répondu qu’il savait très bien choisir ses ministres malgré son âge.

N’ayant pas connaissance de la réelle réflexion du roi sur sa lettre, le prince continue de faire sa « cour assidûment au nouveau monarque » qui lui à parlé de nombreuses fois. Il ajoute qu’ils ont discuté « de choses indifférentes ; mais vous savez que dans ce pays-ci cela fait beaucoup »6. Mais malgré les premières impressions données, Louis XVI ne conserve pas les ministres en place.


Jean césar Fenouil, comte de Maurepas, coll. part?

Le duc d’Aiguillon démissionne le 2 juin 1774 en conservant le commandement des chevaux légers7. Jusqu’à cette démission, le prince avait tenté de jouer un rôle de premier plan auprès du roi. Les gazetiers en firent l’écho comme dans la Correspondance secrète, politique et littéraire de 1787 8:

Le Duc d’Aiguillon sera à jamais un personnage célèbre dans les annales de la France; on découvre journellement les ressorts qu’il a fait jouer pour conserver les deux départemens[sic] qu’il occupait dans le Ministère : ce n’était pas assez pour lui d’avoir employé M. le Comte de Maurepas. Il fit aussi intervenir M. le comte de Lusace, qui proposa bonnement au Roi de tenir sous lui les rênes du gouvernement, et de le guider dans la carrière de l’administration. Dans le même temps il envoya un courrier à Madame la princesse Christine, pour la faire venir à la Cour et s’en servir, et en cela il sut puissamment secondé auprès du frère et de la sœur par M. de Martange : mais tous ces moyens furent inutiles. Le roi trouva fort extraordinaire la proposition de M. le comte de Lusace; et la princesse Christine mal accueillie, ne passa à la Cour que deux fois vingt quatre heures.

Le prince explique que le déroulement des événements est bien différent « de celle dont ont parlé tant de gazetiers soudoyés»9. Le prince se défend d’avoir été maladroit dans une lettre du 15 juillet 1774 : “Vous me connaissez assez longtemps, mon cher Sayffert, et vous me faites tort en doutant que j’aime la franchise avec laquelle vous me parlez, de ne rien avoir écrit à l’occasion de la mort du roi, de flatteur pour le régnant”10.

Giusepp Canale, Xavier de Saxe, SKD online.

Rancoeur réciproque

Le prince Xavier peut donc être mécontent du nouveau roi qui ne lui a pas donné la place au gouvernement qu’il juge comme lui revenir de droit. Il écrit, à partir du 15 juillet 1774 plusieurs lettres, où il dépeint le roi en le comparant à son neveu l’électeur avec lequel il s’est brouillé pendant son administration. Il met en avant la figure d’un roi qui ne s’applique pas et ne laisse rien transparaître de sa volonté11 :

J’ai su même que les ministres ont dit à leurs amis le peu de discernement qu’ils aperçoivent en lui dans les différents Conseils. Hors de ces heures où il est obligé d’y assister, il ne s’applique à rien : les chasses, promenades en cabriolets et à pied et beaucoup de jeu de billard sont ses amusements. On prétend aussi que dans son intérieur il s’amuse beaucoup à la menuiserie et marqueterie. Dans le public, il ne parle à personne, et à peine le voit-on un demi quart-d’heure pendant lequel il cause avec ses frères ou quelque jeune courtisan. De quatre fois de suite que j’y ai été il n’a pas dit un mot ni au duc des Deux-Ponts ni au ministre d’Espagne. Ce dernier même, un jour en nous en allant me dit : On ne se plaindra pas que cela n’en soit trop long , et tout est dit pour la journée. Deux fois il m’a fait la même question, si j’aurai eu des nouvelles de ma sœur Christine, et à peine ai-je le temps de lui répondre oui ou non

Josef Hauzinger, Archiduc Maximilien visite à Louis XVI et Marie Antoinette, Vienne.

Le prince accuse à la reine de trop influencer son époux et « avec cela, elle est si volage et si enfant qu’on ne suit aucun système, et personne ne doute que ses sottises ne lui fassent tôt ou tard perdre son crédit »12.

À partir de ce moment, le prince semble se désintéresser des conflits politiques de la cour et se retire à son château de Pont. Cette position lui fait dire lors du sacre de son neveu en mars 1775 : « Dans la dispute de rang entre les Princes et l’Archiduc, je me suis conduit tout naturellement sans me mêler de rien »13. À partir de 1775, le prince est dans une position complexe. Il garde un lien à la cour grâce à ses agents auprès des ministres. Il ne peut plus y apparaître sans qu’on lui rappelle ses anciennes alliances politiques avec la comtesse du Barry et le duc d’Aiguillon exilés.

Notes

1. Stryienski (Casimir), La mère des trois derniers Bourbons[…], op.cit., p. 390 – 391. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 25 février / 9 mars 1770; EE 1431, lettre du prince Xavier à Martange, 10 janvier 1771. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 31 mai 1774. 4Ibid. 5. Lettre citée par Girault de Goursac (Paul et Pierrette de), Louis XVI et Marie Antoinette vie conjugale,Paris, OEIL, 1990, p. 338. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434 lettre du prince à Sayffert, 31 mai 1774. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 20 juin 1774. 8. Metra (Louis-François), Correspondance secrète, politique et littéraire, Londres, Adamason, 1787, tome premier, p.112-113. 9Ibid. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 15 juillet 1774. 11Ibid.. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 15 juillet 1774. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, lettre du prince à Sayffert, 31 mars 1775.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2022, 26 mars). Xavier de Saxe à la cour de Versailles (2). À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnc

2 réflexions sur « Xavier de Saxe à la cour de Versailles (2) »

  1. Bonjour,
    Je trouve vos articles très intéressant ! Je ne sais pas si vous avez pu trouver l’ouvrage “Zwei Staaten, eine Krone : die polnisch-sächsische Union 1697-1763”, dirigé par Frank-Lothar Kroll et Hendrik Thoss (2016), dans lequel Josef Johannes Schmid présente un article “Lilien & Schwerter. Protaginisten, Genese und Bedeutung der Allianzen und Kontakte zwischen den Häusern Frankreich-Bourbon und Sachsen-Wettin im 18. Jahrundert“. Etonnement je trouve, l’auteur présente 3 protagonistes de cette alliance franco-saxonne parmi lesquels il y a le comte Maurice de Saxe, la Dauphine Marie-Josèphe et enfin l’abbesse Marie-Christine de Saxe (cette dernière est le sujet de mon mémoire). Il soulève que le prince Xavier passe comme étant au second plan, qui n’a pas joué de grand rôle dans cette alliance mais plutôt qui a usé des effets de cette alliance. Peut-être que cela pourra vous être utile pour votre développement.
    Enfin, je trouve dans mes recherches que l’intérêt du couple royale français pour la Saxe s’est encore aggravé à cause de la guerre de Succession de Bavière, peut-être l’avez vous remarqué également.
    Bien à vous,

    Arnaud Gebhart

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.