La sculpture de «lionne» à Pont sur Seine : un portrait de la comtesse de Lusace?

Dans diverses collections et jardin de château, il se trouve des sculptures de sphinge aux allures des favorites de Louis XV. Une sculpture qui représenterait la marquise de Pompadour se trouve sur une des piles de la terrasse du château de Menars.

Photo du sphinx de la terrasse de Menars, coll part.

Mais aucun document ne permet de savoir son origine. Elle ne figure pas sur les tableaux du château de 1760. Un article rejette son ancienneté voir ici. Mais contrairement au sphinx de Menars, celui de Pont sur Seine, alors disparu , est bien connu par des lettres et un dessin.

Nicolas Perignon, Vue des terrasses de Menars, Paris, Louvre, RMN.

Ce chantier est lie a la famille de Xavier de Saxe propriétaire du château. Il épousa en 1765 Marie Claire Spinucci fille d’un secrétaire du cardinal Borgia, Giuseppe (Joseph) comte de Spinucci et de Béatrice Vecchi Buratti. La famille Spinucci est une famille du patriciat de Fermo, propriétaire,depuis le XVIIe siècle, du fief polonais de Milanow (actuellement en Pologne) dans le Palatinat de Volhynie (Ukraine).

Le chantier de l’escalier du jardin de Pont

Au printemps 1781, le prince Xavier de Saxe se décide à faire construire un « grand escalier de la terrasse des parterres de son château de Pont au potager » avec une grotte et décoré de deux sculptures de sphinx. Il en fait part à son architecte Giesel et au maître maçon Pierron, rue des Escouffes à Paris. Le prince demande à son architecte de proposer un dessin dont il nous est parvenu seulement une partie.

Friedrich August Giesel?, Projet escalier pour Pont?, Archives de l’Aube.

L’escalier en fer à cheval est constitué de deux volées de marches. C’est un escalier de pierre de grès avec un décor de « tableaux de briques »1. La terrasse est à trois types d’assemblage de pierres : des pierres grisâtres, puis des pierres blanches et au niveau du parapet un ensemble de briques rouges et de pierres grisâtres. C’est sur ce parapet que le prince fait mettre des balustres droites. Puis il fait apposer sur la rampe de l’escalier « du haut en bas sur un soubassement de neuf pouces […] sur lequel seront mis de distance en distance des dés qui formeront des pilastres dont les entre deux seront garnies en balustres et pierres tendres ». Le nombre peut être évalué à 200 environ comprenant aussi les balustres de la terrasse. Le décor de l’escalier est complété par « deux gargouilles en grès aux deux extrémités dudit escalier pour jeter les eaux par deux lances de longueur suffisantes afin quelles ne tombent pas sur le pied des murs »2.

Sous l’escalier, l’architecte fait faire une grotte avec un bassin. L’architecte lui propose un modèle de lion ou de « sirènes couchantes de pierre de St Leu » ou de « 2 chevaux marins ou 2 lionnes » qui sont de « profil en se regardant »3 Cette esquisse a été conservée. Elle montre une sphinge allongée, aux cheveux relevés et à la peau de bête sur le dos reposant sur un socle de pierre.

Friedrich Auguste Giesel, Esquisse de sphinge, Archives de l’Aube.

Le 2 mai 1781, il charge son valet Nick de se rendre chez « le sr. Pierron pour lui dire que le prince attend avec impatience le modèle de la sculpture qu’il avait promis d’apporter à l’hôtel avant le départ du prince »4. Le maçon Pierron envoie ses modèles qui arrivent le 8 mai 1781 : le prince « a choisi le modèle de la lionne comme il vient de voir l’effet qu’ils feraient en place, il a trouvé qu’ils seraient mieux si la tête de la lionne était un peu tournée comme paraissant regarder les personnes qui viennent pour monter l’escalier et que tout le corps et la tête soient un peu plus élevés ». Il ajoute que « ces deux lionnes n’auront point d’eau à jeter » c’est à dire que la sculpture aura la bouche fermée et aucun travaux de plomberie ne sera à faire. Le 22 mai 1781, il en ordonne l’exécution. La sculpture doit être en « en pierre de Saint Leu » et coûter « 900 livres les deux ensemble ». Il ajoute qu’elles doivent être en un seul morceau.

Le 1er juillet 1781 « les deux voûtes des paliers sont cintrés et le charpentier est à présent à poser les grands cintres de la grotte ». Le maçon commence « à remplir quelques panneaux de grès avec la brique ». Le 18 avril 1782, le prince demande de petites modifications5.. Les travaux se terminent en juillet 1782 par la pose des dernières balustres. Les sculptures, qui sont en deux parties, restent en place jusqu’en 1798, date à laquelle elles sont déplacées au chef lieu du département et peut-être, par la suite, transportées à Paris6. On perd leur trace ensuite.

Le sphinx de Marly, l’origine du modèle

Le dessin est très proche dune gravure représentant les sculptures de sphinge de plomb du château de Marly qui se trouvait sur le perron de la terrasse aux abords du château. Ces œuvres de Nicolas Coustou datent de 17017. Le prince a pu les voir au château de Marly lors de sa visite du 18 juillet 1769.

Gravure du sphinge selon Coustou, RMN.

 

Il existe des modèles similaires en Saxe. Le sculpteur François Coudray donna une version de sphinge dans le jardin Großsedlitz vers 1728 et une autre à Pillnitz. Ainsi le prince préfère que les têtes de lions soient tournées, comme celle des sculptures de Pillnitz qui regardent vers le fleuve et les bateaux, alors qu’ à Marly, les sculptures montrent têtes droites dans l’alignement du corps

fig.6 Photo des sphinges de Pillnitz, Deutschefototek.

Un portrait de la comtesse de Lusace?

Lors des discussions sur le dessin de la sculpture pour son escalier, le prince rejette la sculpture de sirènes ou d’animaux marins, pour ne conserver que la représentation de sphinge qu’il dénomme « lionne ». De nombreuses lettres montrent que le prince, très amoureux, est appelé par son épouse Mia Muccia (ma chatte), et lui même signe parfois : Il tuo Muccio (ton chat). Il ne serait pas insignifiant d’y voir un parallèle avec la sculpture de « lionne » et alors de reconnaitre dans la sculpture un portrait de la comtesse.

Portraits de la comtesse et du prince Xavier à la bibliothèque de Fermo, Fermo.

Aucun portrait peint de la comtesse n’est connu, seul deux sculptures nous sont parvenus l’une de 1787 et l’autre pour son mausolée à Fermo. Ils permettent de connaitre en parti les traits de la comtesse. Les œuvres sont très mal documentées8.

Domenico Cardelli, Portrait post,e de la comtesse Spinucci, Fermo.

Un buste sculpté de la comtesse se trouve à la bibliothèque de Fermo [fig.7]. Un autre buste est commandé par le prince, le 23 novembre 1793 au sculpteur Domenico Cardelli  Il veut commémorer la date de décès de son épouse en 1792. Seul portrait de la comtesse réalisé de son vivant, il nous permet à peine de nous faire une idée de ses traits physiques. La coiffure de la sculpture de la bibliothèque de Fermo rappelle en partie celle du dessin de Giesel et la sculpture de Coustou. Nous ne pourrons trancher sur le portrait sculpté du sphinge sans savoir si avoir d’autres sources et sans connaitre la sculpture finalement réalisée.

 

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, dessin de la « face de la nouvelle brèche de la grande terrasse du potager tombé la nuit du 25 mars 1780 ». 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2180, Giesel et Rissey, marché pour faire le grand escalier des terrasses, 18 avril 1782. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2093, notes de différents nécessaires à faire venir de Paris, s.d. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1441, lettre du prince à Nick, 2 mai 1781. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1441, lettre du prince à Pierron, 8 mai 1781, 22 mai 1781, 1er juillet 1781 puis du 18 avril 1782 et 17 juin 1782. 6. Arch. dép. Aube, 1Q1091, lettre de Ménard commissaire du directoire exécutif du canton de Pont-sur-Seine au représentant du département, 18 thermidor an 6 [5 août 1798]. 7. Rosasco (Betsy), The sculptures of the Chateau of Marly during the reign of Louis XIV, N.Y.University Microfilm International, 1986,p. 193-194. 8.Catani, Enzo, « Note storico-artistiche sopra una coppia di busti marmorei raffiguranti il principe Francesco Saverio Augusto di Sassonia e la sua consorte la contessa Chiara Maria Rosa Spinucco di Fermo », Atti della XXXV Tornata dello Studio Firmano per la Storia dell’Arte Medica e della Scienza Fermo 4-5-6 maggio 2001 per cura di, Fermo, A.Livi, 2001, p. 45- 60.

 

 



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2021, 26 novembre). La sculpture de «lionne» à Pont sur Seine : un portrait de la comtesse de Lusace? À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojn6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.