Entre bien public et besoin particulier: les projets du fermier Legendre de Villemorien pour les routes

Les élites de l’Ancien régime avaient une vision politique qui oscillait entre le besoin particulier et le bien public. Plus les personnages étaient riches et puissants plus leur volonté faisait céder l’administration. L’administration des Ponts et chaussées n’a pas réussi a en être exempt, mais le cas du fermier Legendre de Villemorien montre toute la complexité d’une administration qui voulait de plus en plus oeuvrer pour le plus grand nombre au nom de l’Etat.

Un fermier et maître des postes puissant : Legendre de Villemorien

Philippe-Charles Legendre de Villemorien est né à Paris et baptisé le 27 janvier 1717 avec pour parrain le Régent, Philippe d’Orléans1. Il est conseiller au parlement de Paris de 1739 à 1747 et devient fermier des Fermes générales unies en 1756 et le reste jusqu’à la révolution. Il devient aussi maître général des Postes et receveur général des domaines et bois de Soissons. Il se marie, le 7 février 1752, à Marie Antoinette Bouret fille d’un administrateur général des Postes. Il possédait les terres de Villemorien et d’Avirey en Champagne (à Bar-sur-Seine plus précisément), des fonds dans la Ferme générale pour près de 60.000 livres, deux maisons rue Faubourg-Saint-Honoré à Paris, l’usufruit d’une maison de campagne à Marly-le-Roi, mais surtout les terres de Valençay, Luçay et Varennes. En 1766, il achète pour 620.000 livres les terres de Valençay avec le château du XVIe siècle [fig.1] à Antoine-Louis Chaumont de La Millière, intendant de Limoges. Charles Legendre de Villemorien achète, par la suite, au même, la terre de Luçay-le-Mâle. Le fermier connaissait donc un intendant qui devient, en 1781, intendant général en charge des Ponts et chaussées à Paris.

fig. 1 Louis Gabriel Moreau, dit l’Aîné, Vue de Valencay depuis les jardin, Musée du Louvre, RMN.

En 1767, Charles Legendre de Villemorien devient gouverneur et lieutenant du roi à Valençay et demande à y implanter des forges qui sont autorisées par le roi le 9 septembre 1767 mais ne fonctionneront qu’à partir de 1776. Il meurt richissime en 1789. Homme bien placé à la cour et à Paris comme financier et administrateur royal, il est l’exemple même de cette noblesse de robe toute puissante sous le règne de Louis XV.

Le pont de Valançay : un besoin particulier

Le riche fermier a pour projet la construction d’un vaste projet de route avec un pont aux abords du château et de la ville de Valençay propriété du financier [fig.2]. Le ministre Trudaine explique à l’intendante 8 février 1771 que « M. de Villemorien me représente la nécessité de reconstruire le pont de Valençay utile au transport de sels et des fers du roi. Il demande que la dépense de la reconstruction de ce pont que l’on a projetté d’oter de l’endroit où il est pour le transporter le long d’un moulin qui est au bout du potager de M. de Villemorien, soit fait par le roi aux offres qu’il fait d’en faire avances et de donner gratuitement les prairies nécessaires pour faire la chaussée aux abords de ce pont. Je vous prie de m’envoyer votre avis sur la demande de M. de Villemorien et de me marquer si ce pont est situé [ainsi] qu’il l’expose sur une grande route et si la dépense doit en être supportée par le roi »2.

fig.2 Détail de l’Atlast de Trudaine pour Valençay, Archives nationales.

On voit sur la carte de Trudaine, vers 1740, que la route est coupée par la rivière Naon et qu’il n’y a plus de pont. Ce « pont de bois sur la rivière de Naon dont on apperçoit encore plusieurs pilots » fut remplacé par « un petit pont pour les gens de pieds ». La description se poursuit :« les visiteurs étant obligés de se détourner en passant à un quai assez difficile vis-à-vis [du] bas-bourg, ensuite de ce petit pont, on monte au bourg de Valençay sur une pente de plus de dix-huit pouces par toises dans la longueur de 70 toises »3 . On connait un tableau de Moreau qui montre cette pente avec un escalier monumental en pierre qui avait été aménagé pour accéder au château [fig.2].

fig.3 Louis Gabriel Moreau, dit l’Aîné, Vue de Valençay depuis la ferme et le potager, Musée du Louvre, RMN.

Le chemin n’étant pas dans l’axe du chemin, le seigneur du lieu, veut donc le remplacer, mettant en avant qu’il est essentiel pour le commerce car le domaine se trouve sur la grande route de Selles à Châteauroux par Valençay. Il propose de faire les avances pour la réalisation et de donner des parcelles de terres au roi. Mais l’intendant se rend compte, dans une lettre du 17 février 1771, que ce domaine ne se trouve pas sur la grande route. Il ajoute à l’ingénieur Demontrocher qu’il faudrait vérifier que cette proposition n’ait pas « pour objet son agrément ou son utilité particulier plutôt que celle du public»4.

fig.4 Plan des projets de routes des Ponts et chaussées vers 1770, ENPC.

M. de Villemorien parvient à faire passer la grande route par Valençay comme on peut le voir sur la carte du Berry [fig.4]. La route conserve sa position ancienne, elle est simplement tirée en ligne droite depuis l’aile du château jusqu’à l’arbre près de la route de Levroux.

fig.5 Détail du cadastre pour Valençay, Archives de l’Indre.

 

La route commencée en 1768 voit donc son tracé changer. Les travaux du tronçon de Valençay débutèrent en février 1771 [fig.5]. Le 7 mars 1771, Legendre de Villemorien écrit que « les pierres sont tirés » et qu’il faut activer les travaux car le chemin se détériore encore et il « est plus mauvais qu’il ne l’était » avant le début des travaux5. L’intendant, s’étant résolu à faire réaliser cette route, tente de faire partager les frais engendrés avec la généralité d’Orléans sans succès. Le fermier tente une nouvelle fois de modifier le tracé de la route en proposant que « l’on fasse faire la chaussée qui vient en face de son château [pour] se procurer une entrée plus commode et plus agréable ». Par conséquent, « il fera faire à ses frais et dépends de nouveaux rapports de terre sur lesquels la corvée sera [faite] ensuite [avec] les empierrement ou cailloutis »6.

fig.6 Ponceau et aqueduc, Atlas de Trudaine, Archives nationales.

En revanche, l’intendant refusait que soit fait un pont de maçonnerie et préférait qu’on réalise un pont de charpenterie car les fonds ne sont pas suffisants dans la généralité pour construire en maçonnerie. Villemorien ne renonce pas à avoir un pont de maçonnerie et une entrée digne de son château. Il met en avant qu’il avait donné 1100 livres pour la construction d’un pont de maçonnerie et non pas de charpente7. L’intendant est surpris par cette réponse car il lui semble de plus en plus que le financier veut une route pour créer une avenue à son château et non pas pour le bien public et le commerce. Il lui reproche de vouloir un pont d’une « largeur beaucoup plus grande qu’il ne l’aurait fallu pour se servir du chemin »20. Villemorien retente sa chance, auprès de Trudaine, en envoyant un mémoire daté du 18 avril 1772 sur tous les ponts de Valençay.

fig.5bis Détail du cadastre pour Valençay, Archives de l’Indre.

Trudaine accepte les demandes mais l’intendant Dupré de Saint-Maur les refuse. Dans ce mémoire, Villemorien proposait de donner 6000 livres pour réaliser les ponts s’ils étaient en pierre8. L’intendant écrit que que « c’est un si petit objet en comparaison de la dépense excéssive que la corvée aura à faire, de l’agrément particulier et de l’utilité considérable qui en resulteront pour lui »9. Villemorien a donc fait construire un ponceau de bois et pierre [fig.5bis] à ses frais sans avoir pu réaliser le grand projet d’entrée pour son château10.

Un pont à Vicq : le bien public

En tant que maître des Postes, il continua de s’intéressa aux routes comme il en rend compte à l’intendant en 1777 : « je vais la faire passer à M. Neubourg qui est à la Moustière et qui m’avait écrit pour savoir si je voulais contribuer au pont de Vicq. J’y ai consenti quoique ce pont jusqu’à présent ne m’ait été d’aucune utilité».

fig.6 Château de La Moustière, Coll. part.

Il commença ainsi une collaboration avec Michel Edmon Le Pestre de Neubourg, receveur général des Finances de la généralité de Caen et seigneur de Vicq-sur-Nahon, non loin de Valençay. Les deux propriétaires ne peuvent pas compter, pour la construction du pont, sur les autres propriétaires qui sont trop éloignés de Vicq. Les travaux sont envisagés car le gué est « impraticable y ayant presque en tous temps environ cinq pieds d’eau ce qui empêche absolument la communications avec les paroisses voisines »[fig.8].

fig.8 Détail du cadastre pour Vicq-sur-Naon, Archives de l’Indre. On y voit le pont de bois sur la rivière à droite.

L’intendant explique que les paroissiens ne « contriburont à rien à la dépense de ce pont [car] il aurait fallu un arrêt du conseil qui [autorise] à ordonner l’imposition sur eux ». Le projet de rendre le gué de Vicq praticable est pour Le Pestre essentiel car c’est un des chemins pour son château de La Moustière.

fig.9 Détail sur le château de La Moustiere dans le cadastre pour Vicq-sur-Naon, Archives de l’Indre.

L’intendant semble vouloir y contribuer grâce au fonds de charité et envoie plusieurs élèves puis demande un projet à l’ingénieur en chef Demontrocher. Villemorien et Neubourg doivent, selon l’intendant, y contribuer comme lui pour une somme de 550 livres chacun11. Finalement, le pont est construit sur le gué à une date indéterminé.

Notes

1. Claeys (Thierry), Dictionnaire biographique des financiers en France au XVIIIe siècle, tome 1, Paris, SPM, 2008, p.168-169; Crozet (René), Le château de Valençay, Paris, Henri Laurens, 1930, p.53-57. 2. Arch.dept. du Cher, C109, lettre de Trudaine à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 8 février 1771. 3 Arch. nat., F148465, Atlas de Trudaine, v.1740. Le texte est écrit au verso. 4. Arch.dept. du Cher, C109 lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Demontrocher du 17 février 1771. 5. Arch.ENPC, UA617, généralité du Berry, 1770. 5. Arch. dept. du Cher, C 1245, lettre de Villemorien à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 7 mars 1771; lettre de l’intendant Cypierre à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 16 avril 1771.6. Arch. dept. du Cher, C109, lettre de Trudaine à l’intendant Dupré de Saint-Maur 7 mai 1771; lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Tudaine, avant mai 1771.7. Arch. dept. du Cher, C1245, lettre de Villemorien à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 27 mai 1771; lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Villemorien du 4 juin 1771. 8. Arch. dept. du Cher, C1245, lettre de Trudaine à l’intendant Dupré de Saint-Maur et mémoire de Villemorien du 18 avril 1772. 9. Arch. dept. du Cher, C109, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 24 mai 1772. 10. Arch. dept. du Cher, C114, mémoire de Villemorien de 1772. 11. Arch. dept. du Cher, C114, lettre de l’intendant Feydeau de Brou à l’ingénieur Demontrocher, 22 mai 1777; lettre de Villemorien à l’intendant Feydeau de Brou, 31 mai 1777; lettre de Le Pestre à l’intendant Feydeau de Brou, 6 juin 1777; lettre de l’intendant Feydeau de Brou à Le Pestre de Neubourg, 1er juin 1777; mémoire de Le Pestre de Neubourg, 1777.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2021, 11 décembre). Entre bien public et besoin particulier: les projets du fermier Legendre de Villemorien pour les routes. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojn7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.