Le palais de Zabeltitz (1)

 

La seigneurie de Zabeltitz se trouve près du village de Großenhain à 30 km au nord de Dresde. Propriété de la famille Wettin depuis le Moyen-Age, c’est sous Christian Ier (1560-1591) qu’est bâti le premier château qui porte actuellement le nom d’ancien château (Altes Schloss) [fig.1]. Il fut réalisé par l’architecte Nickel Pflugk vers 1580 – 15901. Le 16 février 1728, il est vendu pour 140 000 livres par le roi Auguste le Fort au général-feldmaréchal August-Christoph Reichsgraf von Wackerbarth.

fig.1 Altes Schloss, photo.

August-Christoph Reichsgraf von Wackerbarth (1662 – 1734)

fig.2 August-Christoph Reichsgraf von Wackerbarth, Staatsbibliothek zu Berlin.

Né en 1662 dans le Saxe-Lauenburg, il devient page de la cour auprès de l’électrice du Palatinat. Il devient militaire et ingénieur dans les guerres contre la France puis entre au service de la Saxe. En 1697 le roi de Pologne, lui confie le poste de directeur de l’industrie puis des travaux. Il continue sa carrière militaire puis il est fait comte d’Empire. En 1707, il se marie à Caterina di Balbiano (1670 – 1719). Elle était la veuve du comte Giovanni Michele Gabaleone von Salmour († 1691) dont elle avait eu un fils, Joseph Anton Gabaleon von Wackerbarth-Salmour (1685 – 1761), que le maréchal adopta pour en faire son héritier. Il continua de servir en Saxe où il est fait général puis ministre. En 1718 il obtient le poste de gouverneur de Dresde qui lui permit de contrôler tous les chantiers de la ville jusqu’à sa mort. Pour davantage d’éléments sur sa biographie, voir ici.

 

fig.3 Palais de Zabeltitz, vers 1950, Deutschfotothek.

Le premier projet

Le comte lance de nombreux projets de modifications et d’agrandissement du château ancien, mais surtout ordonne l’adjonction d’un petit château, appelé « palais ». Il demande des projets peut-être à partir de 1728. Ces travaux se seraient même poursuivis jusqu’en 1752. Le maréchal fait appelle à l’architecte Johann Christoph Knöffel2. Un projet de reconstruction complète du chateau ancien est envisagé sans que ce projet aille plus loin.

fig.4 Johann Christoph Knöffel, Premier projet pour la façade, Deutschfototek.

L’architecte propose un bâtiment de plan massé [fig.4-5] de quatre niveaux avec de hauts toits: c’est un plan rectangulaire de neuf travées avec une variation sur les toits (brisés ou non) et les dimensions de l’ordre colossal de la facade sur jardin ( 3 ou 5 travées) couronnées par un tympan sculpté.

fig.5 Johann Christoph Knöffel, Deuxième projet pour la façade, Deutschfototek.

Son plan présente un escalier sur cour au centre de la façade, réduisant ainsi l’enfilade principale sur la cour [fig.6]. La façade principale étant alors celle sur le jardin.

fig.6 Johann Christoph Knöffel, Plan du projet, Deutschfototek.

Le second projet

Le commanditaire retient le plan plan massé mais de nombreux ajouts sont demandés. L’architecte propose des pavillons en léger avant-corps et une façade principale en avancée avec un blason sculpté la couronnant et non plus de tympan.

fig.7 Johann Christoph Knöffel, Troisième projet pour la façade sur jardin, Deutschfototek.

Le projet montre un bâtiment de quatre niveaux aux hauts toits et à un niveau de sous-sol semi-enterré. La façade sur cour possède deux avant-corps aux extrémités [fig. 8] ,et la façade sur jardin montre un double avant-corps central couronné par un ensemble sculpté en ronde-bosse représentant un blason et des palmes [fig. 7]. Les façades présentent un bossage continu au rez-de-chaussée. La travée centrale ne possède pas d’ordre colossal. La distribution de ce projet n’est pas connue, mais l’architecte semble conserver le vestibule et l’escalier central [fig. 6]

fig.8 Haacks, Troisième projet pour la façade sur jardin, Deutschfototek.

Le bâtiment final

Selon le dessin de l’élévation finale relevé en 1769, la construction est sur quatre niveaux et onze travée. À l’origine, le projet de la façade devait posséder de nombreux ornements d’architectures sculptés, remplacés par un tympan central sans sculpture faisant le lien avec les premiers projets. De plus la simplification a fait disparaitre les tables moulurés entre les fenêtres et le bossage du premier niveau. Les fenêtres du rez-de-chaussée sont en arc segmentaire, et les autres de forme rectangulaire.

fig.9 Haacks, Relevé de la façade sur cour, Archives de l’Aube.

La distribution de 1769 montre au rez-de-chaussée deux escaliers en équerre [fig.11] reprenant la situation d’un des projets antérieurs. Cet escalier occupe l’espace central du bâtiment de plan massé. Cet espace, semi-enterré et voûté, est utilisé au rez-de-chaussée comme salle à manger d’été en raison des épaisses parois qui permettent de conserver la fraîcheur. L’architecte a disposé un petit espace d’entrée, entre l’escalier et la porte servant de vestibule.

fig.10 Haacks, Relevé de la façade sur jardin, Archives de l’Aube.

Dans ce projet, les appartements se trouvent de part et d’autre de l’escalier, et sur le jardin se trouve la grande salle de réception, dont la disposition se répète à chaque étage. L’emplacement de l’escalier ne permet pas de grandes enfilades des pièces. L’appartement de gauche au premier étage semble être celui du maître de maison. L’évolution des projets montre que le projet de plan massé est devenu bien plus complexe, avec la création sur le jardin de deux petites pièces de dégagement.

fig.11 Haacks, Plan du projet, Archives de l’Aube.

Les sources d’inspiration

L’architecte, qui a choisi de jouer sur les ressauts pour animer la façade, donne à voir un château dont le modèle n’est pas simple à percevoir. Les constructions françaises et saxonnes de la même période ne donnent pas de plans similaires.

fig.12 Jan de Bodt , Projet de la maison Schmettau, Landesbibliotek Dresden.

Cet architecte aurait été très influencé par les travaux de Jean de Bodt (1670-1745), qui réalisa à partir de 1709, la maison Schmettau à Berlin dont le plan et les élévations sont très proches de certains projets pour Zabeltitz [fig. 12]. Cette construction pour l’un des membres de la famille dont l’un des membres Samuel von Schmettau, général et lettré était en correspondance avec le comte Wackerbarth.

fig.13 Bernardo Antonio Vittone, Istruzioni Diverse, p.68.

La distribution du château montre au rez-de-chaussée deux escaliers en équerre reprenant la situation d’un des projets antérieurs. Cet escalier occupe l’espace central du bâtiment de plan massé [fig. 11]. Cette disposition, particulière, ne se retrouve plus dans la distribution française, et trouve sûrement ses origines en Italie3 comme on peut le voir dans le livre de l’architecte Bernardo Antonio Vittone, Istruzioni diverse concernenti l’officio dell’architetto civile [fig.13].

A suivre…

Notes

1. Voir Curlitt (Cornelius), Beschreibende Darstellung der älteren Bau- und Kunstdenkmäler des Königreichs Sachsen, Heft 37: Amtshauptmannschaft Großenhain (Land), Dresden In Kommission bei C.C. Meinhold und Söhne, 1914, p. 487 – 492. 2. Heckmann (Hermann), Baumeister des Barock und Rokoko in Sachsen, Berlin, Verlag für Bauwesen,1996. p. 235 ; Kuke ( Hans-Joachim), Jean de Bodt 1670-1745 : Architekt und Ingenieur im Zeitalter des Barock, Worms, Wernersche Verlagsanstalt, 2002, p. 151 – 154. Sächsisches Hauptstaatsarchiv (Dresde), 10667 Grundherrschaft Zabeltitz, Nr. 2 Sammlung von Urkunden, Rescripten. Dekreten […], Bl. 95 ff. Schreiben 24 und 24a Vererbungs=Urkunden und Traditions Recess. Sächs ; Hauptstaatsarchiv Dresden, 10667 Grundherrschaft Zabeltitz, Nr. 2 Sammlung von Urkunden ; Sächsisches Hauptstaatsarchiv (Dresde), 10002 Urkunden des Finanzarchivs, Nr. 706. Je remercie M. Dietmar Enge pour ces informations. 3. Karlsen ( Anja), Das mitteleuropaïsche Treppenhaus des 17. und 18. Jahrhunderts als Schaubuḧne repras̈entativer Inszenierung : Architektur, kun̈stlerische Ausstattung und Rezeption, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2016, p. 39 et 95.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2022, 15 janvier). Le palais de Zabeltitz (1). À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojn8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.