Louis Réau, un russophile total

Parmi tous les pays d’Europe qui ont été au XVIIIe siècle tributaires du génie français, aucun n’a accepté son hégémonie plus docilement que la Russie. De même que la Russie ancienne avait été pendant de longs siècles une province de l’art byzantin, la Russie nouvelle est devenue, tout naturellement, une province de l’art français, Paris a été pour Pétersbourg ce que Byzance avait été pour Kiev et Moscou.

Louis Réau dans “Les relations artistiques entre la France et la Russie”, Mélanges publiés en l’honneur de M. Paul Boyer, 1925, p.118.

Louis Réau (1881–1961) fut une figure française majeure de l’histoire de l’art de la première moitié du XXe siècle. Son ouvrage fondateur L’art russe des origines à Pierre le Grand est demeuré pendant longtemps un classique. Sa figure tutélaire se retrouve encore sur de nombreuses pages wikipédia comme celle sur le “baroque ukrainien”. On peut s’interroger sur sa vision de l’art dans l’empire russe et la place qu’il accorde aux minorités nationales dans ce livre de nombreuses fois réédité jusqu’à nos jours.

Élève de l’école normale, Louis Réau étudie les langues germaniques. Il publie de nombreuses études sur l’art comme L’Art français sur le Rhin au XVIIIe siècle en 1908. Il s’oriente très vite vers les langues slaves et l’étude de l’art russe. En 1911, il devient directeur de l’institut culturel français à Saint-Petersbourg. Il resta à ce poste jusqu’en 1913. Il est ensuite officier traducteur pendant la guerre.

Olga Medvedkova dans son article “« Scientifique » OU « intellectuel » ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg” explique que l’institut était avant tout une école de langue mais qu’en même temps il était un centre de recherches scientifiques, centre d’enseignement et centre de renseignements universitaires sur la France. Louis Réau y enseigne deux cours : ” Histoire de la littérature française ” et ” Histoire de la civilisation et de l’art “. Il publie entre 1910 et 1920 de nombreux articles sur l’art français en Russie. Il dirige l’exposition ” L’art français du XIXe siècle “. Dans sa théorie gallocentriste, il publie une vaste anthologie Histoire de l’expansion de l’art français (1924-1933) puis son fameux L’Europe français au siècle des Lumières (1938). Ces deux ouvrages ont créé la polémique.

Son grand apport historiographique a été de voir dans tous les palais à partir du XVIIe siècle des copies de celui de Versailles. A partir de 1930 , il dirige la publication de la Gazette des Beaux-arts et enseigne l’histoire de l’art à l’École du Louvre et à l’École normale supérieure de Sèvres. Il est envoyé à l’institut culturel de Vienne en 1938. En 1947 il est professeur d’histoire de l’art du Moyen-Age à la Sorbonne puis il est élu à l’Académie des Beaux-arts. Il publie en 1959 une Histoire du vandalisme. Ses théories sur l’art russe sont très rapidement contestés par Louis Hautecoeur ou encore Michel Alpatov. Mais leurs critiques se posent essentiellement sur la vision de l’origine française de l’art en Russie sans interroger son nationalisme plus en profondeur.

De la négation des ukrainiens…

Louis Réau publie son étude de l’art russe entre 1921 et 1922. Le premier texte analyse les origines jusqu’à l’époque médiéval et le second se concentre sur l’époque moderne jusqu’aux années 1920. L’Ukraine n’apparait pas dans le texte de 1921. D’ailleurs dans ce texte la Rus’ de Kiev devient Russie reprenant un poncif impérial russe mis en place à l’époque de Pierre le Grand.

extrait du livre de 1922, p.4

En revanche dans le texte de 1922, il propose quelques mots sur l’Ukraine et Taras Chevtchenko qu’il s’agit d’analyser (p.4). La note explique que “le peintre-poète Taras Chevchenko n’a rien de spécifiquement “oukrainien”. Sa position est très critiquable puisque l’artiste a justement tenté de rendre à l’Ukraine son identité. Il aurait été judicieux de tenter de l’analyser plutôt que de l’évacuer en note.

Né en 1814 dans une famille de paysan serf Taras Chevtchenko devient un dessinateur remarqué. Il est affranchi en 1825 et entre à l’académie de peinture de Saint-Petersbourg. Dans les années 1830-1840, il effectue des voyages en Ukraine comme responsable de la commission archéologique de Kyiv. Il se passionne pour l’ethnographie et le folklore. En 1838 il publie le poeme Kateryna qui est l’histoire tragique d’une jeune femme ukrainienne éprise d’un soldat moscovite. Elle tombe enceinte mais le soldat refuse de l’épouser. Rejetée à la fois par le soldat et sa famille, elle finit par se suicider. Le poème devient le symbole de l’occupation en Ukraine. C’est aussi une métaphore sur deux mondes qui ne se comprennent pas : la ville et la campagne ou la Russie et l’Ukraine.

Par la suite, il publie un alphabet ukrainien. Dénoncé dans une conspiration contre l’empereur, il est emprisonné et envoyé en exil à l’armée dans l’Oural. Il revient à Saint-Pétersbourg en 1850 et il y meurt en 1859. Le “peintre-poète” est célébré dès 1918 et dans la nouvelle Urss par la suite comme libérateur des peuples opprimés par le pouvoir tsariste.

…à la russification de l’art

En conclusion Louis Réau met en avant sa position politique sur l’actualité. Dans le livre de 1922, il célèbre une possible décentralisation artistique grâce à la révolution bolchevique. Mais ensuite il entreprend une analyse de l’identité nationale russe basée sur la religion orthodoxe.

Extrait du livre de 1922 p.268

Louis Réau conclut sa grande synthèse sur l’art russe par ces mots : ” un art national — mais non nationaliste — aussi éloigné des extravagances du cubisme ou du «suprématisme » que d’une réaction pseudo-byzantine : voilà ce qu’il faut souhaiter à la Russie de demain dont le monde entier attend anxiété la résurrection”(livre de 1922, p.269). Dans ce propos extravagant, il croit voir une nation russe unique “européanisé” dans la nouvelle Urss.

“Le leader immortel d’Octobre Lénine nous a montré le chemin de la victoire. Vive le léninisme. Au 7ème anniversaire de la Victoire d’Octobre”, 1924.

Son texte montre que les nations de la fédération ne sont que des provinces dominées par la grande nation russe. Il oublie le mouvement national ukrainien et biélorusse de la fin de la Première guerre mondiale et la création des états nationaux en Europe de l’est entre 1918 et 1920. De plus il écrit à un moment pourtant important de l’histoire des nationalités en Urss: celle de l’ukrainisation de l’Ukraine soviétique. Cette politique s’orientait vers l’apprentissage de la langue et de la publication d’ouvrage en ukrainien. Mais il n’en dit mot et reprend les poncifs de la russification culturelle où l’artisanat local est autorisé mais où la langue de l’administration et de l’éducation se doit d’être le russe (Staline repend cette théorie et met fin à l’ukrainisation dans les années 1930).

La culture ukrainienne est ainsi effacée pour mettre en place l’unité nationale russe. Même si Louis Réau tente de se dédouaner de toute forme de nationalisme, il ne parvient pas à ce que le lecteur ne le rattache à ce courant politique. Il conserve une vision politique impériale de domination de certaines nations sur les autres : la France en Europe et les Russe dans leur empire.

Pour aller plus loin

Mace, James E., Communism and the Dilemmas of National Liberation. National Communism in Soviet Ukraine 1918-1933, Cambridge, Mass., HURI Harvard, 1983.

Plokhy, Serhii, Lost Kingdom: A History of Russian Nationalism from Ivan the Great to Vladimir Putin, London, Allen Lane, 2017.

Snyder, Timothy, The Reconstruction of Nations: Poland, Ukraine, Lithuania, Belarus, 1569–1999, Yale University Press, 2003.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2022, 23 juillet). Louis Réau, un russophile total. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojng

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.