L’appartement du prince Administrateur dans la résidence de Dresde 1763 -1769

Avant sa venue définitive à Versailles, le prince Xavier de Saxe est de 1763 a 1769 prince Administrateur en Saxe. Ce statut lui confère les prérogatives de l’électeur, Frédéric-August son neveu alors mineur. Au début de sa régence, en 1763, le prince décide de faire « sa résidence dans le palais électoral »1.

Anton Graff, Portrait du prince Xavier, vers 1760-1770, Troyes.

La résidence électorale à Dresde

Ce château est très marqué par les travaux effectués par Maurice de Saxe au XVIe siècle, lorsqu’il accède à la dignité électorale. Auguste le Fort et Auguste III conservent cette architecture de style Renaissance pour les extérieurs, et ne modifient que les intérieurs. Après l’incendie de 1701, plusieurs projets de reconstructions sont envisagés.

C. H. Fritzsche, Aufzug der Wagen und Reiter zum Damenringrennen am 6. Juni 1709 in Dresden, um 1710.

En 1718, le roi demande enfin de réparer la demeure endommagée, tout en modifiant significativement la distribution. Il avait auparavant fait mettre au dépôt les décors des façades en graffites3. En 1719, la demeure possède de nouveaux appartements de parade très luxueux2.

Ball paré im Riesensaal des Dresdner Residenzschlosses, 1719, SLUB.

Le déploiement de faste se fait ressentir lors du mariage du prince héritier et de l’archiduchesse d’Autriche. Puis Auguste III continue de modifier le château : il gagne des logements en déplaçant dans la ville la chapelle évangélique, construite en 1555. Il fait faire une nouvelle galerie de peinture, qui lui permet de déplacer celle qui se trouve dans l’ancienne Riesen saal (salle des Géants).

Un appartement important au bel étage

En 1769, l’électeur Frédéric-Auguste III, son neveu, s’était marié avec Marie Amélie Auguste de Deux-Ponts, nièce du duc Christian IV. En décembre 1770, l’électrice annonce qu’elle est enceinte. L’électeur décide en conséquence de récupérer l’appartement de son oncle, car il n’existe pas, dans le château, « d’appartement plus voisin et plus commode » que celui-là4.

Anton Graff, Friedrich August von Sachsen, SKD online

Par cette description, la situation de l’appartement peut être retrouvée dans le château. À cette date, l’électeur occupe un appartement de parade au second étage dans l’aile ouest. À cet étage, dans l’aile est, son épouse occupe un appartement dans le pavillon5. Un plan de 1770 permet de voir qu’il existe entre les deux, un appartement.

Plan de 1770, Second étage, SLUB.

Cet appartement avait été créé en 1738 pour loger la famille du prince héritier. Cet espace était resté jusqu’en 1742 une galerie de peinture6. Il se situe entre l’appartement de société de l’électeur, au premier niveau, et celui de l’électrice dans le pavillon. Ce plan montre que l’on accède à cet appartement depuis l’escalier anglais (Englische Treppe) servant d’escalier d’honneur7. En revenant à Dresde en 1763, toute la famille est logée au château. Le frère du Prince Xavier, Frédéric-Christian et son épouse sont retournés au palais du Taschenberg. Au château électoral, il semblerait que les frères et sœurs se partagent les appartements qui restent au second étage, et à l’entresol au-dessus8. Le prince Albert possède un appartement au-dessus de l’appartement du prince Xavier juste après les garde-robes. Le prince possède donc un appartement de premier ordre dans le château.

Un appartement entre rokoko et style classique renouvelé

À son retour à Dresde, le roi décide de refaire les appartements du château, mis à mal par les troupes prussiennes. L’appartement de société de l’électeur du premier étage de l’aile Est du château, très gravement touché par le bombardement de 1760, est rénové9.

Johann Alexandre Thiele, Die Festung Königstein, SKD online.

Des photos d’avant 1945 rendent compte de la décoration choisie: la foison du décor en entrelacs est encore de mise, même si les formes se symétrisent. Le logement destiné au prince Xavier est rénové à partir de mars 1763. Les travaux sont financés par le duché, mais le prince peut faire avancer les travaux plus rapidement en payant de sa caisse. Dans son appartement, le prince propose de remplacer les poêles par des cheminées. Il y fait mettre des plaques à ses armes. Ce choix peut paraître surprenant dans une région aux hivers rigoureux, mais la cheminée conserve un prestige bien plus grand que le poêle de faïence. C’est une conception qu’il a peut-être conservée de ses séjours à Versailles. Les travaux sont relativement importants : il fait mettre de nouvelles cloisons sur les murs, poser des volets aux fenêtres, orner les portes de nouvelles serrures, retapisser les murs, et enfin il fait repeindre toutes les pièces. La peinture est blanche pour les parois, et d’ or pour les cadres, tandis que l’intérieur des armoires et des placards sont en bleu clair. La chambre est tapissée de damas rouge venant de Francfort. Les travaux de l’appartement du prince et ceux du roi s’achèvent dans le courant de juillet 1763 10.

Le mobilier et le décor de l’appartement du prince sont connus par deux inventaires en allemand réalisés le 19 mai 1769 : le premier pour les objets du duché de Saxe, et le second pour ceux qui appartiennent en propre au prince Xavier11. D’après l’inventaire, la salle d’audience, la chambre et le cabinet sont décorés de trumeaux et de dessus-de-porte. Les meubles du duché consistent principalement en lustres, rideaux et certains tableaux du décor des boiseries. Ainsi, dans les dessus-de-porte de tout l’appartement, ont été insérés des tableaux de Johann Alexander Thiele représentant des paysages12.

Plan de 1770 (détail)

Selon le plan de 1770, l’antichambre est une pièce quadrangulaire avec trois portes d’entrée, et quatre porte-fenêtres. Entre ses fenêtres se trouvent les trois trumeaux décrits dans l’inventaire. Sur les autres murs se trouvent les huit miroirs avec leurs cadres, qui sont « entourés de deux bras de lumière en verre qui sont mobiles ». Il s’agit peut- être de lambris où sont insérés des miroirs, mais la description ne permet pas de bien comprendre cette disposition. Au centre du plafond est accroché un grand chandelier à 20 mèches.

Cabinet de porcelaine dans la résidence de Dresde, 1750.

Dans l’angle de la pièce, a été disposé un grand poêle de porcelaine blanche. Sur les murs ont été mises « trois consoles d’or avec un travail de sculptures et des feuilles d’albâtre », un grand meuble, douze fauteuils rouges et aux dossiers verts. Le tout est complété par vingt-trois tables de jeux. Cette pièce avec son mobilier peut faire penser à une antichambre utilisée comme cabinet de jeu. Sa décoration est à rapprocher du cabinet des glaces de Versailles, qui fut pris comme modèle pour le cabinet de jeu de Munich (Spiegelkabinett) avec ses miroirs à profusion, ses nombreux bras de lumière, et ses consoles sur les murs pour la porcelaine13. Mais la profusion des décors de 1730 a laissé la place a un décor plus sombre dans les années 1760 à Dresde.

Cabinet de jeux de la résidence de Munich, 1731.

Le décor de la salle d’audience est le plus fastueux. Comme dans l’antichambre, des boiseries avec leurs miroirs « entourés de deux bras de lumière argentés et dessus en verre » ont été disposés sur les murs14. Au plafond, est accroché un chandelier à seize bobèches de verre. Il est complété sur les murs par des consoles à plateau d’albâtre, et de nombreux portraits de famille à mi-corps par Rotari15.

La chambre est la seule pièce représentée par un dessin. Celui-ci renseigne sur les boiseries, et sur le sol qui est parqueté (parquet en feuille). Les parois sont faites de boiseries menuisées avec des dessus-de-porte de stuc et bois représentant des enfants, possédant un cadre ornés de fleurs et de rubans. Le reste du décor de boiserie est géométrique. La paroi derrière le lit et celle des côtés possèdent des tentures rouges dans des cadres de bois dorés, aux décors géométriques. Les autres murs de la pièce ne sont pas représentés. Le lit se situe dans une petite alcôve, dont le centre seulement est représenté sur le dessin, où n’apparaissent pas les portes des côtés. D’un coté, se trouve une première porte qui donne accès à la garde-robe et de l’autre, une seconde porte donnant sur un poêle. Le dessin montre un lit à la polonaise où est disposé « une couverture rouge damassée avec tresses d’or et houppettes allongées avec 4 boutons, avec les plumes blanches », des édredons, coussins en bourrelet et un drap avec un marquage aux armes du prince et la date de 1768. Le dessin montre au fond du lit un dossier et des montants dorés avec ornements qui représentent un cartouche ovale entouré de casques et des guirlandes de fleurs.

Dessin de la chambre du prince dans l’appartement de Dresde, Archives départementales de l’Aube.

L’inventaire nous renseigne sur un meuble important de la pièce : une armoire-secrétaire à glace en bois de noyer à trois niveaux. Elle est décrite comme : « une armoire en forme de bureau à écrire à miroir avec vingt-six cases et trois étages et deux tiroirs » et une glace16. Ce meuble est connu par un dessin et une photo d’avant 1945 en montre un exemplaire disparu très proche17. C’est plutôt une sorte de bureau-cabinet où le prince rangeait objets de cristal, de porcelaine, d’ivoire. Il est composé d’une partie supérieure, d’un pupitre et d’une partie inférieure. Il possède vingt-cinq tiroirs sans compter le pupitre et le haut. La partie supérieure s’ouvre par deux portes vitrées, et de marqueterie. Le prince a fait disposer dans la pièce plusieurs horloges, dont une de Grault à Paris, et une autre de Carl Dopson à Londres, ainsi que quatre thermomètres et deux périmètres (outils pour étudier le champs visuel). Les horloges sont sûrement disposées sur les cheminées, et les thermomètres sur les murs. Une table de marbre au pied doré et un bureau viennent compléter le mobilier de la pièce.

Armoire-bureau de l’appartement, Archives départementales de l’Aube.

Le cabinet est très meublé, malgré son espace réduit. On y trouve des objets très luxueux aux cadres de bronze, et aux matières animales et végétales rares. Trois tableaux de portraits en miniature sont disposés sur les murs : ils représentent Frédéric-Auguste III, Marie-Josèphe et le prince Xavier18. On a disposé une horloge à miroir, avec boîtier en laiton et bouclier en forme de tortue par Gault à Paris, ou encore une table de jeu. Il s’y trouve plusieurs tables à écrire, guéridons, un grand canapé de damas bleu et plusieurs sièges et tabourets. La « retirade » dispose, elle aussi, de son damas rouge, et de plusieurs meubles comme des tabourets et une chaise de damas rouge. Elle est complétée par divers ustensiles du quotidien. Dans les garde-robes ont été disposées des armoires et commodes pour le rangement.

Anonyme, Kurfürst Friedrich August II. von Sachsen, König von Polen, mit Maria Josepha, Österreichische Nationalbibliothek.

La décoration des appartements de société de l’électeur est connue par un tableau de 1831 présentant le roi dans la salle d’audience de la résidence. Les murs sont tapissés de damas rouge, et les encadrements rectilignes peints en blanc et baguettes dorées. Des tableaux sont insérés en dessus-de-porte à l’encadrement en courbes et contre-courbes. Le plafond possède des ornements dorés faits d’arabesques, qui se retrouvent dans les cadres, les murs et les plafonds. Les parois rectilignes aux ornements aux motifs asymétriques rappellent les décors créés par les Bâtiments du roi au début du siècle19. Le foisonnement du décor, propre au style rocaille, devient la norme dont de nombreux exemples bavarois font l’écho20.

Carl Christian Vogel von Vogelstein, Friedrich I. im Audienzsaal, 1831, SKD online.

Le décor du dessin de l’alcôve de la chambre du prince Xavier se différencie de celui du tableau représentant le roi de Saxe dans l’appartement de société. Les parois de lambris de la chambre sont rectilignes, ornés de simples pilastres et entablements feints. La peinture blanche recouvre les surfaces, sauf pour les encadrements en frise des tapisseries de damas rouge. Les deux parties de murs encadrant le lit sont surmontés de cartouche, ornées de sculpture de guirlandes végétales où se trouvent des peintures de camaïeu représentant des enfants. Ce décor très simple entre en opposition avec celui de la salle d’audience, où les ornements sont bien plus présents : encadrements et sculptures sont peints en doré, et tous les murs sont tapissés de damas rouge.

Conclusion

Le prince Xavier a peut-être influé sur la rénovation de sa chambre. Sa décoration semble être plus proche des créations françaises des années 1750 que de celle de Munich de 1730. Il a peut être été mis au courant des nouveautés artistiques lors de son séjour à Versailles, auprès de sa sœur la dauphine en 1758. Malheureusement, l’appartement de sa sœur à Versailles est mal connu, en revanche celui du couple delphinal à Compiègne est bien connu. En 1753, de nouveaux appartements pour le dauphin et son épouse sont créés à Compiègne dans le nouveau style classique, où le foisonnement des ornements laisse place à des parois moins décorées21.

La décoration des parois de la chambre de la dauphine montre de grands panneaux de lambris rectangulaires, avec des ornements simples et rectilignes surmontés de guirlandes et de coquilles22. Nous pouvons rappeler que le prince a pris part au débat qui s’est déroulé en Saxe au sujet de la reconstruction de l’église Sainte-Croix. Il décide donc de mettre en pratique les nouvelles conceptions architectoniques dans ces intérieurs : il choisit le klazissimus plutôt que le rokoko.

Notes

1. Gazette des Gazettes, janvier 1764. 2. Voir la série de livres Das Residenzschloss zu Dresden, Band 1 (2013), Band 2 (2019) et Band 3 (2020) publié par Landesamt für Denkmalpflege Sachsen . 3. Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756), op .cit., p. 289. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1431, copie de la lettre de l’électeur au prince Xavier, le 25 décembre 1770. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 27 septembre 1762. 5. Selon les travaux réalisé par Hensel (Margitta), « Die Appartements des Kurfürsten Friedrich August III. von Sachsen in den Schlössern von Dresden, Pillnitz und Moritzburg in der Regierungszeit von 1768 bis 1786 », op.cit. 6. Heres (Gerald), « Die Dresdener Sammlungen in Keysslers Neusten reisen », Jahrbuch der Staatlichen Kunstsammlungen Dresden, 11, 1978/79, p. 106. 7. Sächsisches Staatsarchiv, Abteilung Hauptstaatsarchiv (Dresde), 10006 Oberhofmarschallamt Cap. 01A, Nr. 17 Grundriss des ersten Obergeschosses (“second étage”), vers 1770. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 27 septembre 1762. 9. Hensel, Margitta, « Die Appartements des Kurfürsten Friedrich August III. von Sachsen in den Schlössern von Dresden, Pillnitz und Moritzburg in der Regierungszeit von 1768 bis 1786 », Wie friderizianisch war das Friderizianische? Zeremoniell, Raumdisposition und Möblierung ausgewählter europäischer Schlösser am Ende des Ancien Régime, Beiträge einer internationalen Konferenz vom 2. Juni 2012, hg. von Henriette Graf und Nadja Geißler (Friedrich300 – Colloquien, 6) [en ligne, consulté le 20 mai 2020], p. 11. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 23 juillet 1763. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaire des meubles appartenant au prince Xavier de l’appartement du château électoral, 19 mai 1769. 12 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles appartenant au duché de l’appartement du prince Xavier dans le château électoral, 19 mai 1769. 13. Krems (Eva-Bettina), op. cit., p. 226. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles de l’appartement du prince Xavier du château électoral de Dresde. La description en allemand est: « 8. Spiegel Wand Plackers mit Fasetten und belegten Spiegel Ramen, jeder mit 2. gläsernen Leuchter Armen welche mobil ». 15. Les représentations sont jusqu’aux genoux. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles appartenant au prince Xavier de l’appartement du château électoral, 19 mai 1769. 17. Haase (Gisela), Dresdener Möbel des 18. Jahrhunderts : Barock, Rokoko, Zopfstil, Rosenheim Leipzig, Rosenheimer Verlagshaus /E.A. Seemann, 1983, notice 70, p. 276. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, « Spécification von Hr. Konige Hoheit Printz Xaverii, sämmtlichen bildern », 4 novembre 1769. Cet inventaire est la copie de celui du 19 mai 1769 mais il donne des précisions sur le nom des artistes. 19. Pons, Bruno, De Paris à Versailles, 1699-1736 : les sculpteurs ornemanistes parisiens et l’art décoratif des bâtiments du roi, Strasbourg, Association les publications près les Universités de Strasbourg, 1986. 20. Pozsgai( Martin), Germain Boffrand und Joseph Effner : Studien zur Architektenausbildung um 1700 am Beispiel der Innendekoration, Berlin, G. Mann, 2012.21. Szymski (Emilie), Les appartements du dauphin. LouisFerdinand, fils de Louis XV et de la. dauphine MarieJosèphe de Saxe au château de Compiègne : 1737-1766, mémoire de recherche. (2 de année de 2 e cycle) en histoire de l’art appliquée aux collections présenté sous la direction de Mme Hélène Meyer [en ligne, consulté le 16/07/2018], p. 106. 22Ibid., p. 110.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2022, 18 novembre). L’appartement du prince Administrateur dans la résidence de Dresde 1763 -1769. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://estrien.hypotheses.org/7096

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.