Le palais de la Pirnaische Gasse à Dresde jusqu’à l’incendie de 1760

Le roi de Pologne Auguste III et son épouse Marie-Josèphe d’Autriche ont eu de très nombreux enfants dont onze arrivèrent à l’age adulte. Le chateau electoral ne peut recevoir tous les membres de la famille d’autant plus lors de leur mariage. Alors il se pose le problème de loger chaque membres de la nombreuse famille avec leurs suites dans la ville-résidence de Dresde.

Fig.1 Peter Jakob Horemans, Konversationsstück, 1761, Schloss Nymphenburg. La famille de Saxe et de Bavière faisant de la musique et jouant aux cartes.

Du Taschenberg au palais de la Pirnaische Gasse : un palais pour les princes

En 1741, le roi, de Pologne August III ordonne de loger ses aînés en dehors du château électoral. Les princes Xavier (onze ans), Frédéric-Christian (dix-neuf ans) et Charles (huit ans), sont logés dans des appartements du palais du Taschenberg. Le bâtiment se trouve non loin du château électoral.

Fig.2 Plan de la ville lors du bombardement de 1760, WikiCommon. Le palais du Taschenberg est au numéro 4 et le palais de la Pirnaische Gasse est au numéro 34.

L’aîné des princes électoraux, Frédéric-Christian, installé au premier étage, Xavier au deuxième étage, et Charles dans l’aile sud du palais. Ce palais avait été construit entre 1705 et 1708, pour Anne-Constance de Brockdorff comtesse de Cosel, maîtresse du roi Auguste le Fort. Il était devenu propriété royale à la disgrâce de celle-ci, en 1713.

Fig.3 Johann Carl August Richter, Taschenbergpalais, vers 1845, Deutsche Fotothek.

Il fut meublé à la turque en 1715, ce qui lui valut pendant quelques temps le nom de palais Turc. Puis à partir de 1718, il fut appelé Palais Princier, lorsqu’il devint la demeure du prince héritier Frédéric-Auguste et de son épouse Marie-Josèphe d’Autriche1. En 1746, le palais du Taschenberg est choisi comme logement pour le prince-hériter, son épouse Marie-Antoinette de Bavière, et leur future progéniture2. Il fallait dès lors trouver un logement pour les princes Xavier et Charles. Le 27 août 1746, le roi rachète un palais situé dans la Pirnaische Gasse, rue située au sud ouest du palais électoral, qui permet de se rendre à Pirna. Il débourse la somme de 180 000 thalers pour l’acquérir.

Palais Flemming-Sulkowski

Fig.4 Matthäus Daniel Pöppelmann et Schmidt, Palais de Son Excell. Msgr. Le Comte de Flemming, Grand Ecuyer de Lithuanie, Gen. Feldmarchal, Direct. du Cabinet, President du Conseil privé de Guerre de Sa. Maj. le Roy De Pologne et Electeur de Saxe, avant 1736. Deutsche Fotothek.

En 1714 le palais du comte de Pflug est acquis par le comte Jakob Heinrich comte de Flemming (1667 – 1728), favori du roi, feldmarechal et ministre du cabinet. Le roi Auguste III l’achète en 1726 avec une autre maison situé derrière dans la Moritzstrasse. Pendant quelques années, le bâtiment est utilisé par le monarque pour abriter la Chambre d’art.

Fig.5 Louis de Silvestre, Portrait de Jacob Heinrich Reichsgraf von Flemming, Belarusian National Arts Museum.

Le roi qui ne lui trouve pas de destination définitive, le donne, en 1736, au comte August Kasimir von Sulkowski. Il reste en possession du comte jusqu’à son rachat par le roi en 1746. Selon l’historien Philippe Saudraix, cette acquisition est liée à l’arrivée de Marie-Antoinette de Bavière, épouse du prince royal Frédéric Christian, le couple devant loger au palais du Taschenberg3, il fallait alors trouver un autre logement pour les princes Xavier, Charles, Clément et Albert. Le palais est donc utilisé pour les autres fils du roi4.

Fig.6 Pierre Subleyra, Kurprinz Friedrich Christian von Sachsen, Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, SKD.

Le palais n’est pas attribué immédiatement aux princes, puisque le roi y fait loger, en 1747, le duc de Richelieu, ambassadeur extraordinaire de la France en Saxe, pour préparer le mariage du dauphin avec la princesse Marie-Josèphe. Il semblerait que les princes occupent effectivement leurs appartements respectifs dans le palais au printemps de l’année 1747, puisque le baron Hugo Wilhelm von Wetzel leur y rend visite le 10 juin 17475.

L’architecture du palais

En 1704 le comte de Pflug achète une maison et la fait modifier par l’ingénieur Johann Rudolph Fäsch. C’est une construction dont nous ne connaissons rien. Entre 1720 et 1724 le comte Flemming demande à l’architecte Knoffel d’effectuer des travaux. Ces changements sont connus par des gravures qui montrent que le palais est vaste sur cinq niveaux [Fig.7].

Fig.7 Pierre Schenk et Fäsch, Facade du Palais de Son Excellence le Comte de Flemming, Premier Ministre d’Etat et General Feldmareschall de Sa Majesté le Roy de Pologne et Electeur de Saxe à Dresde, vers 1750, Deutsche Fotothek.

La façade principale est marquée par un tympan colossal sur les trois travées centrales et une porte avec un balcon sculptés au rez-de-chaussée. Puis en 1736, le roi décide de le faire agrandir en faisant l’acquisition de deux maisons et d’une partie d’un terrain de la Pirnaische Gasse [Fig.8]. Dans l’annuaire de Dresde de l’année 1749, il est rappelé qu’ il a été «de nouveau complètement rénové en 1747 »6.

Fig.8 Johann Rudolph Fäsch et Johann Christoph Knöffel, Palais Flemming-Sulkowski, vers 1736/1747, Deutsche Fotothek.

A partir de 1750, le palais est donc impressionnant: le bâtiment se déploie autour d’une cour centrale et d’une cou annexe. Le plan au sol est connu par un dessin d’architecte. Les appartements d’honneur se trouvent sur la rue d’où le nom du palais.

L’appartement du prince Xavier en 1760

Le palais de la Pirnaische Gasse a été très gravement endommagé par le bombardement prussien au début de l’été 17607. Alors en campagne militaire, le prince Xavier est mis tardivement au courant des destructions [Fig.2]. Le prince demande, le 15 août 1760, à son valet de faire un état de tout ce qu’il a « perdu que de tout ce qui subsiste encore surtout des plans, livres, tours, armes, porcelaines »8. La lettre a mis six semaines pour parvenir à Dresde dans cette période troublée par la guerre. Dans une réponse du 6 octobre 1760, le valet Morisseau énumère, par pièce, les dégâts provoqués par l’incendie. D’après cette lettre, on peut connaître l’appartement du prince.

Fig. 9 D’après Rotari , Prince Xavier de Saxe, Tansey Collection.

Il semble que le prince soit logé au premier étage du palais. Son appartement est constitué d’une chambre d’audience, d’une chambre à coucher, d’une bibliothèque, d’un cabinet de porcelaine, d’une chambre du tour et de pièces servant de garde-meuble et garde-robe en dessous ; puis au second étage se trouvent d’autres garde-robes, une chambre des armes, et une chambre « où était la petite artillerie ». L’appartement est composé de plus d’une dizaine de pièces. Il faut y ajouter encore des chambres pour le personnel, qui ne sont pas énumérées. Le valet ne fait pas un inventaire complet de l’appartement, il se focalise sur les pièces importantes par la qualité des objets : la chambre d’audience, la chambre à coucher, la bibliothèque, la chambre des armes et le cabinet de porcelaine.

Dans la chambre d’audience, le valet décrit, dans des armoires, « la porcelaine rouge, tous les plans, les instruments mathématiques, et pour dessiner ». Il ajoute, dans la description, les deux commodes, une grande montre « qui était sur la table du milieux », la table à dessiner, et les lustres. La pièce comportait des boiseries et une grande commode « pour y mettre les plans selon l’alphabet » qui furent consumées par les flammes. Puis il inventorie les objets de la chambre à coucher où se trouvaient de la « porcelaine tant rouge que de couleurs », des statues d’ivoire, des « tableaux et images », une « montre du miroir », un prie-dieu, un bureau à miroir, des fauteuils et des tabourets.

Le décor des murs est constitué de « consoles pour la porcelaine au dessus des portes » et d’autres « consoles pour les statues ». Dans la bibliothèque, le valet décrit des armoires où le prince rangeait « tous les livres, cartes, tableaux ou images ». Dans le cabinet de porcelaine se trouvaient « la pendule du miroir, les cinq canapés, la table à écrire, les deux petites tables, avec les quatre guéridons » et « les consoles, les bureaux vides ». L’appartement se terminait par la chambre des armes, avec sa collection d’armes anciennes « tant arquebuses, fusils, pistolets, arbalètes »9.

D’après le compte rendu du valet, le déploiement de faste est bien visible. Avec la destruction de cet appartement, le prince perd un logement luxueux aux très nombreuses pièces. On ne connaît pas les appartements de ses frères et sœurs, qui permettraient une comparaison. Cet espace est celui d’un célibataire, dont les goûts paraissent propre à son sexe et à sa fonction, les cartes et les armes pour ne citer qu’elles10. La porcelaine dénote en revanche un goût propre à son caractère, mais aussi un trait dynastique de la famille de Saxe depuis le règne d’Auguste le Fort.

Conclusion

Le palais grandement endommagé pendant la guerre est par la suite destiné à devenir le Landhaus. La reconstruction du palais est pris en charge par l’architecte Friedrich August Krubsacius et l’inauguration se déroule en 1776.

Fig.10 Landhausstraße, Straßenansicht gegen Pirnaisches Tor mit dem Landhaus, rechts, 1800, Deutsche Fotothek.

Notes

1Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756), p. 150. 2. Prinz (Henning), « Die Raumgestaltung des Taschenbergpalais zur Zeit Friedrich Christians und Maria Antonias », chap. I/II, Jahrbuch der Staaliche Kunstsammlungen Dresden, 1986/87, p. 141-163 et p. 83-118. 3. Pour un résumé de l’histoire de ce palais, voir Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756)[…],op. cit., p. 313-314. 4. SHStA 10026/774 cité par Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756)[…], op. cit., p. 313 – 314. 5. Saudraix (Philippe), op. cit., p. 314. 6Neu-verbesserte und accurate Dressnische Addresse, Dresde, 1749, p. 27 cité par Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756)[…], op. cit., p. 314. 7. Archenholz (Johann Wilhelm von), Histoire de la guerre de sept ans, commencée en 1756[…], Volume 1, Metz, Devilly, 1789, p. 32. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1457, lettre de Xavier du camp de Milenhusen à Morisseau, 15 août 1760. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1758, lettre de Morisseau au prince Xavier, 6 octobre 1760. 10. Bischoff (Cordula), « Le Frauenzimmer-Ceremoniel (cérémonial des femmes) et ses conséquences sur la distribution des appartements princiers des dames vers 1700 », Gaehtgens (Thomas W.)et al. (dir.) « Versailles et l’Europe L’appartement monarchique et princier, architecture, décor, cérémonial », Paris, DFK, 2017, p. 149-173 [ en ligne, consulté 19/10/2017]



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2022, 5 octobre). Le palais de la Pirnaische Gasse à Dresde jusqu’à l’incendie de 1760. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.