La fortune du prince Xavier(3) : héritage, acquisitions et comparaisons

Au XVIIIe siècle, les revenus des princes se comptent par millions de livres. Le duc de Penthièvre est ainsi l’une des premières fortunes de France. À sa mort en 1793, la fortune de ce prince s’élève à 98 461 582 livres1.

Jean-Baptiste Charpentier le Vieux, Monsieur de Penthièvre et sa fille, WikiCommon.

Les informations sur la fortune du prince Xavier de Saxe sont éparses. À la mort de son père, en 1763, il ne reçoit que quelques biens sans grande valeur, car son père lègue tout à son frère aîné Frédéric-Christian»2. À la mort de son frère aîné, l’héritage échu au prince Xavier monte à 501 écus de Saxe, environ 1 900 livres tournois et plusieurs biens non évalués comme des serviettes de damas, des tapisseries, de la porcelaine, des glaces et des formes pour la pâtisseries3. En 1769, il devient propriétaire de Zabeltitz, qui a été acheté par l’électeur. La valeur exacte de cette acquisition est, peut être, de 100 000 écus avec les terres boisées environnantes, ce qui équivaut à environ 266 000 livres tournois4, le château et son parc ne valant qu’environ 70 000 écus5.

Dessin du château de Chaumot, 1772-1773, Archives de l’Aube.

En 1771, le prince devient propriétaire de nombreux biens immeubles en France à hauteur de 2,6 millions de livres tournois : la terre de Chaumot vaut 1 020 000 livres tournois et celle de Pont 1 300 000 livres tournois. Avec cette somme, il se trouve bien loin des princes de la cour de France. Il ne peut pas espérer augmenter considérablement sa fortune par l’héritage de sa sœur Christine qui décède en 1782. Elle ne lui laisse qu’une dette de 16 690 écus de Saxe, environ 70 000 livres tournois. Cette somme fut prêtée par la princesse Elisabeth « dans un moment où elle avait le plus pressant besoin d’argent comptant »6. Comme certains propriétaires, il peut envisager de vendre une partie de ses biens pour éponger ses dettes. À partir de 1775, il propose plusieurs fois de vendre la terre et le château de Chaumot, qui pourtant lui rapporte en revenus bien plus que celle de Pont. Mais il ne trouve pas d’acquéreur.

Joseph Mannlich, Portrait du duc, de la comtesse de Forbach et de leurs enfants, vers 1764, Wiki Common.

Des propriétaires n’hésitent pas à vendre rapidement comme la marquise de Fleury qui vend sa terre de Banneville pour 260 000 livres, ou le duc de Coigny qui se décharge de plusieurs terres et d’un hôtel à Paris pour 220 000 livres7. À sa mort,en 1775, le duc de Deux-Ponts laisse de nombreuses dettes. Ses héritiers vendent une partie de sa collection de tableaux : la vente est connue par un catalogue annoté par le dessinateur Gabriel de Saint-Aubin8. Pour avoir une nouvelle source de revenu, le 5 février 1776, la comtesse de Forbach est aussi obligée de louer son hôtel parisien à David Murray, Earl of Mansfiel viscount of Stormont dit Mylord Stormont (1727 – 1796), ambassadeur extraordinaire d’Angleterre, pour six années9. Le 13 janvier 1778, les responsables des enfants mineurs du duc ainsi que son neveu Charles II de Deux-Ponts constatèrent que de nombreux travaux sont à effectuer dans l’hôtel et qu’il serait plus sage de le vendre10. C’est à ce moment que la famille de Deux-Ponts décide de réaliser un vaste projet immobilier : en 1777, le roi autorise, avec le soutien du maréchal de Richelieu et du duc de Choiseul-Gouffier, leur vaste projet de création d’une rue à l’emplacement du jardin et des communs de leur hôtel. Ce sont les créations de la rue de Choiseul et de la Michodière11. Après les travaux, des parcelles sont vendues et de nouvelles bâtisses sont réalisées. Leurs ventes permettant de rembourser les dettes. Finalement, la comtesse de Forbach et ses enfants vendent l’hôtel le 12 avril 177812.

Hôtel de Deux-Ponts( rdc), 1724, BnF Gallica.

Le prince Xavier n’est pas dans cette position, ses biens immobiliers sont trop peu nombreux pour envisager de vendre, et il est seulement locataire à Paris. Après 1769, les revenus du prince Xavier sont éparses. Chaque année, il touche environ 180 000 livres sur le trésor de Pologne et Lituanie et 150 000 livres sur le trésor de France : ces sommes permettent à peine de subvenir à ses besoins courants. Pour traiter son état déficitaire, il veut augmenter les sources de revenus. Ainsi, il espère obtenir une charge ou un gouvernement pouvant lui permettre d’augmenter ses revenus et son prestige.

Anonyme, Duc de Fitz-James, Wiki Common.

En 1775, il jette son dévolu sur le gouvernement du Languedoc laissé vacant par le décès du comte d’Eu, mais sans le succès escompté13. Ce gouvernement valait, selon Barbier, 160 000 livres de rente14. Le duc de Fitz-James touche plus de 40 000 livres pour le gouvernement du Limousin. Le duc de Polignac en étant premier écuyer de la reine reçoit 80 000 livres15.

Conclusion

Les revenus du prince Xavier sont donc conséquents, mais ils ne sont pas au niveau des princes du sang ou de certains ducs et pairs. Sa fortune reste faible. Selon Frédéric Dassas, la fortune du prince de Conti se monte à 14 millions de livres, ses revenus sont, en 1770, de 3 700 000 livres, puis, en 1771, de 2 298 158 livres. Par la suite, ses revenus sont toujours supérieurs à un million de livres16, chiffres bien au-dessus de ceux que nous pouvons voir pour le comte de Lusace.

Notes

1. Duma (Jean), Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793): une nébuleuse au XVIIIe siècle, Paris, Sorbonne, 1995, p. 50. 2. Paris, Bibliothèque polonaise, lettre de Xavier à la dauphine, citée dans Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit.,p. 145. 3. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE 2084, « Inventarium », inventaire des biens reçus en héritage, 1763. 4. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 3095, tableau de change, s.d. 5. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1429, lettre du prince Xavier au général Block, 24 avril 1769. 6. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1443, lettre du prince Xavier à Antoine de Chaumont de La Galaizière, intendant d’Alsace, 8 mars 1783. 7. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 8. Bnf, est., Réserve 8-YD-5342, Catalogue des tableaux originaux des grands maîtres des rois Écoles, qui ornoient un des Palais de feu son Altesse Monseigneur Christrient, Duc des Deux-Ponts, par Remy, Paris, Veuve Musier, 1778, annoté par Gabriel de Saint-Aubin. 9. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 287, acte de location de l’hôtel de Deux-Ponts par l’ambassadeur d’Angleterre passé devant me Paulmier devant Me 5 février 1776. 10. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 300, acte donnant pouvoir à l’architecte Ducret passé devant me Paulmier, 13 janvier 1778. 11. Coquery (Natacha), « L’hôtel aristocratique et le changement urbain au XVIIIe siècle. Les opérations immobilières du comte de Choiseul-Gouffier dans le nord-ouest parisien, 1777-1782 », Histoire urbaine, n° spécial, 2009, vol. 2, p. 105 – 117. 12. Arch. nat, MC/ XLVII/301, vente de l’hôtel de Deux-Ponts, 12 avril 1778. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, lettre du prince Xavier à Sayffert, 15 février 1775. 14. Barbier (Edmond Jean François) , Journal historique et anecdotique: du règne de Louis XV, tome 4, Paris, Renouard, 1856, p. 104. 15. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 16. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », Chapey, Frédéric (préf.), op. cit.,p. 20 – 23.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2022, 18 octobre). La fortune du prince Xavier(3) : héritage, acquisitions et comparaisons. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.