La fortune du prince Xavier(5) : recettes, dépenses et endettement

Le prince Xavier de Saxe a toujours eu des tracas à mettre en ordre ses finances. Comme nous l’avons vu (dans cet article), ses pensions sont difficilement versées par le trésor de France et de Pologne. Il a trouvé d’autres sources de revenus (article). Il s’agit dans cet article de voir en détail la comptabilité du prince.

Recettes et dépenses

En 1778, les comptables du prince évaluent ses dépenses à 190 000 livres et ses recettes à 140 000 livres. Les finances du prince sont le plus souvent en déficit. Par comparaison, d’autres princes parviennent à être bénéficiaires. Le prince de Condé est toujours bénéficiaire avec, en 1700 – 1701, un excédent d’environ 650 000 livres et, en 1701 – 1702, d’environ 475 000 livres1. De son côté le duc de Saint-Simon parvenait à peine à disposer de 43 000 livres de revenus par an et laissa à sa mort, en 1755, environ 54 000 livres de gages à payer à ses domestiques2. En 1790, le prince de Conti parvient à avoir 453 000 livres de bénéfices puisqu’il dépense 3 743 000 livres pour une recette de 3 290 000 livres3.

Louis-Roland Trinquesse, Un intérieur avec une dame, sa femme de chambre et un gentilhomme, Wiki Common.

En 1778, les responsables des finances du prince décident donc de mettre en place une réforme des dépenses pour que cet état déficitaire ne perdure pas. Après avoir confié ses finances à des comptables peu scrupuleux, le prince charge le notaire Duclos-Dufresnoy de tenir les dépenses générales.

Comptes Duclos-Dufresnoy, 1779-1784, Archives de l’Aube.

Ce dernier tient entre juillet 1779 et le 20 mai 1784 les livres de compte. Il existe deux relevés de toutes les recettes et dépenses durant cette période : le « Compte des recettes et dépenses faites par Mr Dufresnoy notaire pour son Altesse Royale Monseigneur le comte de Lusace depuis le compte arrêté le 8 août 1779 » (qui va en réalité jusqu’en janvier 1783) et un relevé pour 17844. Les recettes sont de trois ordres : le surplus de l’arrêté comptable précédent, les lettres de change et les pensions du trésor de Pologne et Lituanie, les sommes dues par le trésor royal. Les dépenses sont très nombreuses. Elles sont réparties en 33 articles : entre-autres, les rentes dûes par le prince à Mme Duplessis-Lelay, auprès de laquelle il a acquis Chaumot, celle dûes aux Gênois pour l’emprunt contracté pour l’achat de Pont, le loyer et vingtième pour l’hôtel de Paris et enfin, les dépenses pour les enfants en raison de leurs placements dans des institutions prestigieuses, comme à l’École militaire pour le fils cadet du prince. Le notaire y a aussi inclus le paiement de divers mémoires d’ouvriers et les nombreux frais de voyage.

Compte du personnel, vers 1770, Archives de l’Aube.

Ces carnets ne prennent pas en compte les revenus seigneuriaux des terres de Chaumot et de Pont. Cet état permet de mieux comprendre la position du prince. Les revenus sont contrôlés par le prince lui-même qui les annotes Les recettes comprennent le solde de l’ancien compte général arrêté le 8 août 1779 de 3 413 livres. Deux lettres de change de 18 000 livres doivent y être comprises. Ce sont peut-être les pensions du trésor de Pologne et Lituanie. On y ajoute les revenus de la pension du roi de 150 000 livres, soit le restant de juillet 1779 jusqu’à la fin de 1782, ce qui fait un total de 525 000 livres. Les trois articles de recettes font alors 546 413 livres. Les dépenses, quant à elle, montent à 539 160 livres, 2 sols et 4 deniers. Sur quatre année, le prince ne peut économiser que 7252 livres, 17 sols et 8 deniers. Il n’a ainsi à sa disposition qu’environ 1 813 livres tournois.

Nicolas Lavreince, L’assemblée au salon, coll. particulière.

Pour l’année 1783, il ne touche que 6 676 livres et 7 deniers. Avec cette somme, il doit encore payer le personnel de sa Maison, avec les frais d’habillement, de bouche et ceux pour les écuries. Il faut encore y ajouter les dépenses pour la chasse, les extraordinaires ou les dépenses des événements exceptionnels. En 1784, il dépense en moyenne pour les gages du personnel de sa Maison 4300 livres par mois, ce qui fait environ 50 000 livres par an. On trouve d’autres dépenses très importantes. Ainsi, il faut y ajouter les frais de bouche qui montent à environ 40 000 livres et ceux de l’écurie à 20 000 livres. Comme la dépense est plus importante que la recette, le prince ne peut entrer dans ses frais sans endettement.

Endettement du prince

Cet endettement se voit bien dans l’état comptable de Duclos-Dufresnoy, le prince a emprunté, le 18 février 1781, la somme de 280 000 livres dont il doit payer les intérêts sous formes de rentes qui se retrouvent dans les dépenses. Ces emprunts ne lui permettent pas de remettre ses comptes en équilibre. Cet endettement est inhérent à la société de cour. En 1781, le prince doit encore 500 000 livres à Mme Duplessis-Lelay pour l’achat de Chaumot. Or en 1780, il a emprunté 36 000 livres avec constitution d’une rente de 1800 livres pour la rembourser. Le 20 avril 1780, il ne doit plus que 464 000 livres à cette dame. Un endettement exponentiel permet parfois de faire baisser les dettes envers certains pour les distribuer vers d’autres débiteurs. La plus grosse dette provient de son acquisition de Pont en 1775. Il a emprunté 900 000livres à des banquiers génois. En 1781, il leur paie 180 079 livres pour quatre années d’arrérages dus. Cet endettement est important, mais reste encore dans des proportions gérables. En 1784, le duc de Fitz-James s’est endetté à hauteur de 650 000 livres pour pouvoir acheter son hôtel de Paris en 1777. En 1785, la dette du couple Fitz-James s’élève à 800 000 livres5.

Comptes Duclos-Dufresnoy, 1783, Archives de l’Aube.

Le prince de Conti dont les revenus dépassent toujours le million de livres semble au contraire toujours avoir des comptes en équilibre voire en positif. Même s’il est malaisé de savoir exactement le passif du prince6: en 1770 ses dépenses montant à 3 275 000 livres, il lui reste pourtant 425 000 livres dans son trésor. En 1774, le prince de Conti a encore environ 569 000 livres d’excédent. En revanche, le prince Xavier ne parvient jamais à mettre ses comptes en équilibre. À sa mort, il n’a pas terminé de rembourser les dettes contractées pour l’achat de ses châteaux en France. Pendant tout le XVIIIe siècle, l’endettement de la noblesse est une composante de la vie à la cour où pour soutenir leur rang, les grandes fortunes nobiliaires sont obligées de dépenser plus qu’elles ne gagnent. Mais en contrepartie de leur train de vie dispendieux, le roi leur garantit dons, pensions et privilèges sur les impôts. Ils évitent ainsi la faillite grâce au roi qui appuie son pouvoir sur cette noblesse par un jeu subtil d’interdépendance7.

Conclusion

Le prince Xavier n’est pas riche. Ses finances sont souvent en déficit et il est criblé de dettes que ses enfants auront à se charger à sa mort. Le paiement de Pont-sur-Seine continue bien après sa mort auprès des créanciers italiens. Mais dans sa logique de prince royal bien qu’incognito, il veut se placer dans la hiérarchie curiale au niveau d’un duc et pair avec un revenu de 130 000 livres de rente8. Il considère sa pension royale comme étant le revenu le plus important et lui conférant statut auprès du roi. Il veut ainsi se placer à Versailles comme courtisan plutôt que membre de la famille royale. Par l’attribution des pensions, le roi peut ainsi maitriser de nombreux membres de la noblesse. le souvenir de la Fronde n’est pas si loin. Mais certains comme le prince de Conti richissime est plus sujet à l’opposition en fonction de ses plans politiques. Le prince Xavier renonce d’ailleurs à la couronne de Pologne en espérant conserver les revenus de ses apanages. Il se désintéresse des aléas politiques du royaume polonais du moment que ses pensions lui sont payés.

Notes

1. Roche ( Daniel), « Aperçus sur la fortune et les revenus des princes de Condé à l’aube du XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 14 N°3, Juillet-septembre 1968, p. 217 – 243. 2. Dupéron (Alain), « Patrimoine, revenus et endettement de Saint-Simon », Cahiers Saint Simon, n°22, 1994, Cardinaux des Mémoires, p. 49 – 69. 3. Mougel (François-Charles), « La fortune des princes de Bourbon-Conty : revenus et gestion, 1655-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 18 N°1, Janvier-mars 1971, p. 33. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2539, «compte des recettes et dépenses faites par Mr Dufresnoy notaire pour son Altesse Royale Monseigneur le comte de Lusace depuis le compte arrêté le 8 août 1779 », 1779-1783 et EE 2540, relevé de comte en 1784. 5. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 158 – 161. 6. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », op. cit., p. 21. 7. Fontaine (Laurence), « Pouvoir, relations sociales et crédit sous l’Ancien Régime », Revue Française de Socio-Économie, vol. 9, no. 1, 2012, p. 101 – 116. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1432 lettre du prince Xavier à Rivière, 25 octobre 1772.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search