Pierre-Germain Le Grand, un architecte méconnu?

Un architecte apparait dans la correspondance du prince Xavier de Saxe, un certain Legrand qui était « contrôleur des bâtiments de Monseigneur le duc d’Orléans, rue Notre Dame des Victoires à Paris »1.

Lettre du prince Xavier à l’architecte Legrand du 18 août 1774, Archives de l’Aube.

Le prénom manque, Jean-Luc Liez proposa d’y reconnaître l’architecte Jacques-Guillaume Legrand2. Or cet architecte ne semble pas avoir été au service du duc d’Orléans3 et encore moins au service du prince Xavier. Élève de l’école des Ponts et chaussées et de l’école Blondel, Jacques-Guillaume Legrand fonde avec Jacques Molinos une agence d’architectes. Ils sont ensemble les concepteurs de la halle aux blés de Paris. Le nom Le Grand est très courant. Pierre-Germain est parfois confondu avec un architecte des Économats du nom de Etienne-François Legrand qui réalise l’hôtel Gallifet.

Legrand et Molinos, Projet pour la nouvelle halle au blé, Musée Carnavalet.

Selon Michel Gallet, il existe un certain Germain-Eloi Le Grand architecte du duc d’Orléans et académicien, mais il est mort en 17514 alors que la première lettre au prince Xavier date d’août 17745. Cela ne peut donc pas être ce personnage que l’on retrouve dans les archives.

Lettre de l’architecte Legrand au prince Xavier du 15 décembre 1775, Archives de l’Aube.

On peut donc proposer son fils Pierre-Germain Le Grand. Quelques documents d’archives permettent de tracer une ébauche de biographie. Il serait né en 1725 selon l’historien Marc Sanson. Il ferait parti de l’Académie de Saint-Luc. En 1751, Legrand fils est nommé dans une minute de notaire comme étant « architecte de Monseigneur le duc d’Orléans demeurant à Paris au Palais Royal » et il est le fils de Geneviève d’Estat veuve de « Sieur Germain Eloi Legrand, intendant des bâtiments de Monseigneur le duc d’Orléans »6.

Jacques Rigaud, Vûë du Palais Royal, Musée Carnavalet.

Il est sous les ordres de Pierre Contant d’Ivry qui est le premier architecte du duc jusqu’à sa mort en 1777. Il obtient 150 livres d’appointement. Pour le duc d’Orléans, il travaille au palais royal dans les années 1767-1768. Il réaménage le bosquet de la Félicité, avec le pavillon, la cascade et le labyrinthe. En 1785, il devient l’architecte en chef du duc d’Orléans et touche 2000 livres de gages. Certains historiens le font mourir en 1785 car il disparait de la comptabilité du duc d’Orléans.

Lettre de Bonnemain au prince Xavier, Archives de l’Aube.

Il entre au service du prince en 1774 comme « directeur des bâtiments » et expert pour lui trouver une demeure. C’est lui qu’il lui propose l’achat du château de Chaumot, de celui de Pont-sur-Seine puis d’un hôtel à Paris. Il est en charge des premiers aménagements à Pont : le déménagement depuis Chaumot puis les travaux de pierre et marbrerie et enfin de menuiserie des appartements principaux.

Détail d’un dessin de l’architecte Legrand des cheminées de Pont?, Archives de l’Aube.

L’architecte entre en conflit avec les ouvriers et artisans sur les chantiers du château de Pont-sur-Seine. Il est très vivement critiqué sur ses capacités de dessinateur par l’artisan Bonnemain. Legrand aurait fait passer les dessins de l’artisan pour les siens auprès du prince7. Dès lors, ce dernier décide de ne plus faire appel à lui à partir de 1776. Le prince le remplace par un architecte d’origine saxonne, Johann August Giesel qui travaillait déjà sur les chantiers dirigés par Legrand pour le prince comme on peut le voir dans les notice sur l’architecte allemand.



Johann Gottlieb August Kläbe, “Giesel (Johann August) dans son Neuestes gelehrtes Dresden, Leipzig, Voss und Comp., 1796 (p. 43 – 44.).

Documents principaux relatif à l’architecte Legrand du fonds de Saxe (Aube)

  • EE 2538, Mémoire des ouvrages de marbrerie que j’ai faites et fournies pour S.A.R Monseigneur le prince Xavier pour son château de Pont et Chaumot par les ordres de Monsieur Le Grand architecte de Monseigneur le duc d’Orléans. Ouvrage fourni par Adam sculpteur marbrier du roi rue de Popincourt faubourg St.-Antoine ouvrage faite dans le courant de 1775.
  • EE 2538, Mémoire d’ouvrages de menuiserie faits et fournis pour S.A.R.Monseigneur le prince Xavier à son château de Ponts sur Seine. Lesdits ouvrages ont été faits à Paris sous les ordres et conduite de Monsieur Le Grand architecte de S.A.R. et intendant des bâtiments de S.A.S. Mgr le duc d’Orléans et soumis au mois de septembre 1775 par Théaux menuisier a Paris rue du St Carreau vis-à-vis celle Thevenot.
  • EE 2538, Mémoire de l’ouvrage de sculpture […] sous la conduite et ordres de Monsieur Le Grand, architecte de S.A.R. et intendants des bâtiments de son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc d’Orléans, ledit ouvrage faites en l’année dernière 1775 par Bonnemain sculpteur à Paris y demeurant grand-rue du faubourg Saint-Denis

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434 lettre du prince à Legrand, 18 aout 1774. 2. Liez, Jean-Luc ( dir. ), D’Allemagne en Champagne, Xavier de Saxe (1730-1806), seigneur de Pont-sur-Seine : actes du colloque, 6 et 7 octobre 2006, Archives départementales de l’aube [et] la Maison du Patrimoine de l’agglomération troyenne, Langres, 2008, p.56. 3. Gallet (Michel), Les architectes parisiens du XVIIIe siècle : dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès, 1775, p.322-326. 4. Ibid. p322. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1749 Correspondance de Legrand au prince Xavier du 16 août 1774 au 23 mai 1776. 6. MC/ET/CXVII/785, renonciation à communauté, 6 juillet 1751 ; Champier (Victor), Palais Royal, Du Cardinal de Richelieu à la révolution, Paris, Sté de Propagation des Livres d’Art, 1900, volume 1, p. 376 ; Joudiou (Gabriel), «Constructions et projets de Contant d’Ivry à Paris», Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1986, p.99. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2098, « supplique du Sr. Bonnemain », s.d. Il existe des dessins en EE 2093 peut-être de la main malhabile de l’architecte Legrand.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2022, 2 décembre). Pierre-Germain Le Grand, un architecte méconnu? À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojno

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.