L’architecte Johann August Giesel (1751-1822) et la question du jardin pittoresque en Saxe

Cet article est une version améliorée en français de l’article ” Architect Johann August Giesel (1751-1822) and the Question of the “English Garden” in Saxony“.

Façade du palais der Sekundogenitur avant 1945, Deutsche Fotothek.

En 1788, Heinrich Keller remarque que le premier jardin de style anglais en Saxe se trouve être l’œuvre de l’architecte Johann August Giesel dans le jardin du palais der Sekundogenitur1. Comment peut-on situer dans la carrière de l’architecte l’introduction du style pittoresque ou “anglo-chinois” en Saxe ? D’où viennent ses inspirations ? Il faut revenir sur les étapes de la carrière de cet architecte qui travaille auprès du prince Xavier de Saxe en France.

Plan de Dresde, Deutsche Fotothek. En rose palais et jardin du palais der Sekundogenitur.

L’architecte Johann August Giesel

Né en 1751, Johann August Giesel est le fils d’un ouvrier en bâtiment2. Il lui doit ses premiers pas dans l’apprentissage de son métier par une solide formation technique. Il a pour frère aîné Johann Ludwig Giesel, né en 1747, peintre qui effectua son apprentissage à l’académie auprès de Charles-François Huttin (1715 – 1776) le directeur depuis 1764 puis dans l’atelier du peintre Johann Eleazar Zeissig dit Schenau (1737 – 1818). Entre 1764 et 1769, Johann August Giesel entre lui aussi dans l’atelier de Charles-François Huttin, où il apprend les mathématiques et le dessin. Puis, il étudie l’architecture auprès de Charles F. Renner qui est maître des fortifications (Festungsmauermeister). En 1766, il est maçon lors des travaux du palais der Sekundogenitur (Dresde) sous les ordres de l’architecte Friedrich August Krubsacius.

Louis de Silvestre, Jean-Georges dit le chevalier de Saxe, Wiki Common.

Il serait parvenu à entrer dans le corps des ingénieurs de l’administration militaire électorale : il aurait acquis à ce moment le grade d’ingénieur-colonel (Ingenieur-Oberst.). En 1773, il est appelé auprès du prince Xavier (1730 – 1806) en France3. Resté toujours très lié à son pays d’origine, il fait de nombreux voyages pour voir sa famille à Dresde et pense revenir en Saxe dès 17804. Néanmoins, le prince fait tout pour le conserver à son service, ce qui marque sa satisfaction des travaux de l’architecte. Mais en 1782, l’architecte retourne définitivement en Saxe où il poursuit sa carrière d’architecte comme directeur des travaux (baudirektor) d’abord auprès du prince Maximilien (1759 – 1838). Il effectue de nombreux travaux dans ses jardins et palais notamment celui de la Friedrichstäder Allée. Puis il entre en 1783 au sein de la Maison du prince Antoine de Saxe (1755 – 1836), futur roi de Saxe sous le même titre puis devient inspecteur des jardins (Garten inspektor).


Friedrich August Krubsacius, Vue du palais der Sekundogenitur, SLUB.

Les historiens attribuent à Johann August Giesel la réalisation des transformations dès son retour en Saxe au palais der Sekundogenitur dont notamment la création d’un jardin pittoresque avec des folies dont une en forme de ruine antique. Friedrich August Krubsacius y avait réalisé le jardin géométrique entre 1778 et 1779. Ce palais réalisé pour le Chevalier de Saxe est vendu en 1778 par son héritière Friederike Alexandrine Gräfin von Moszinska (1709 – 1784) à Marie-Antoinette de Bavière mère de l’Électeur qui y fait faire de nombreux travaux. A sa mort, son fils Charles de Saxe, frère de l’électeur Frédéric-Auguste III en hérite mais ne semble pas faire de travaux. Puis à la mort de ce dernier, en 1780, le palais revient au prince Antoine son frère. C’est ce dernier qui fait appelle à son architecte d’alors Johann August Giesel. Ce palais détruit pendant la seconde guerre mondiale est devenu le Blüherparks à Dresde5. En 1782, le jardin du palais possède de nombreux pavillons dont l’un « à la chinoise » mais aucune mention du jardin anglais6.

Jardin du palais der Sekundogenitur (détail).

D’après l’historien Fritz Löffler la réalisation s’est déroulé de 1783 à 17887. Il n’existe pas d’archives à ce sujet mais plusieurs documents du XXe siècle en rendent son état compréhensible. Cette construction se trouvait au bout de la rivière artificielle à droite du bâtiment. C’est un mur avec une grande niche où se trouve un portique surmonté d’un entablement, et sur le coté, un autre portique surmonté d’un entablement et d’un tympan. Le mur est agrémenté de deux oculi au – dessus d’une corniche, mais aussi de colonnes et d‘autres murs à moitié écroulés.

Ruine du jardin du palais der Sekundogenitur, Deutsche Fotothek.

En 1789, Johann August Giesel travaille encore à Dresde dans le Prinz-Max-Palais, puis aux nouvelles constructions du château Mückenberg (Lauchhammer, Basse-Saxe) de 1794 à 1804. En 1799, il réalise le jardin du parc du château de Wolkenburg (Saxe). Il meurt à Dresde en 1822 en étant directeur des travaux et inspecteurs des jardins royaux de Dresde (Baudirecteur und Inspektor des königlichen gartens zu Dresden). Il s’était marié mais il n’eut pas d’enfants qui parvinrent à l’âge adulte.

Au service du prince Xavier

Pendant la régence, le prince Xavier de Saxe met en place une politique visant à remettre en état un duché ruiné et une capitale en partie détruite par les bombardements prussiens de 1760. En 1764, le prince Xavier pose la première pierre de la reconstruction de l’église protestante Sainte-Croix endommagée par les bombardements prussiens de 1760. Sa reconstruction devient un enjeu politique et architectural dès la fin de la guerre. Après son écroulement en 1765, durant les travaux, le prince administrateur décide que tout l’édifice doit être reconstruit dans un style « classique » (Klassizismus) et confie la tâche à l’architecte Friedrich August Krubsacius8. Le prince est donc au courant des nouveauté architecturale survenu en France avec le retour de l’architecte Jacques-Germain Soufflot d’Italie, ainsi que les publications sur l’art antique de Johann-Joachim Winckelmann. En 1769, éloigné de la politique, il décide de quitter la régence qui est pour lui désormais une « galère bien désagréable »9. En voyage en Italie, il décide de venir, en 1770, s’installer en France où il achète le château de Chaumot en 1771 (Yonne) puis en 1775 celui de Pont-sur-Seine (Aube) considéré comme l’un des plus beaux châteaux de Champagne.

Vue du château de Pont-sur-Seine, Archives de l’Aube.

Le prince avait sûrement rencontré l’architecte Giesel en 1764 sur le chantier du palais du Chevalier de Saxe avec qui il avait mis en place une réforme de l’armée prévu depuis la défaite de Pirna en 1756. En se mettant au service du prince, l’architecte trouve une place non dénuée d’intérêt auprès d’un prince cultivé d’une des grandes familles européennes. Artiste accompli, il occupe le poste de dessinateur dans la Maison du prince. Il opère aussi comme maître de musique et de dessin des enfants du prince10. Dès son arrivé, il se voit chargé de dessiner les plans du château du Vaudreuil (France, Eure) que le prince avait en projet d’acquérir. Il fait aussi des décors provisoires dans le jardin de Chaumot pour Claire Spinucci épouse du prince Xavier11.

Le jardin de Pont-sur-Seine

C’est surtout les divers chantiers du château de Pont-sur-Seine qui relèvent les talents de l’architecte. Le prince charge son architecte de gérer son jardin avec l’aide des régisseurs, des jardiniers et ouvrier. Pour le côté pratique, les jardins dépendaient d’Antoine Speiser12, jardinier botaniste et du Sieur d’Amours jardinier.

Château de Pont, Atlas de Trudaine (détail).

L’architecte modifie les terrasses et réalise le grand escalier qui fut dès 1788 remarqué dans ses biographies. Le plan de l’atlas de Trudaine montre l’état avant les travaux13. Dès 1776, le prince demande à ce que plusieurs terrasses soient faites en forme de glacis plantées de gazon. Il ne conserve qu’une seule terrasse connue par les dessins réalisés pour les travaux après les différents écroulements de 1778 et 178014.

Johann August Giesel, Mur de la terrasse du jardin de Pont, Archives de l’Aube.

Pour connaître l’état du jardin après les réalisation de l’architecte, il existe une description des parties du jardin de 1787 et deux plans du domaine l’un de 1790 puis un autre de 179815. Le jardin est constitué de deux axes : le premier nord – sud constitué du château, des terrasses et de la pièce d’eau ; le second est – ouest constitué du petit parc et de prés. Le domaine est délimité au nord par la Seine et au sud par la grande route royale et clôt de murs. De l’autre côté de la route est située l’avenue en direction de la forêt ou « grand parc ». Elle débouche sur la demi-lune en face du château et à sa gauche, le chenil et la melonnière sont placés le long de la route. Une avant-cour sépare les deux ensembles des communs par un espace engazonné.

Plan de la vente du château de Pont en 1790, Archives de l’Aube.

Le château, entouré de fossés, donne sur une première terrasse. Une seconde terrasse se trouve en face du château en direction de la Seine. Un escalier permet de descendre à la troisième terrasse clôt de murs qui se termine par un petit pont. Dans l’axe du château et de l’escalier se trouve une grande pièce d’eau dans un espace. À l’Est de celle-ci est disposé un potager et à l’ouest, le moulin placé le long d’un petit canal. De part et d’autre de la pièce d’eau, plusieurs alignements d’arbres ont été plantés.

Copie d’un plan du château de Pont à la fin du XVIIIe siècle, Archives de l’Aube

Sur le côté droit du château se trouve le « petit parc » délimité par des allées en quadrillage et en losange. Ce tracé a engendré des bosquets en forme de rectangles (sud) et losanges (nord). Cette zone est séparé du reste du jardin par deux grandes allées d’arbres appelé « mail ». Un grand pré sert de garenne en dessous. Un plan de 1799, connu par une copie du XXe siècle, permet d’imaginer des allées sinueuses dans un bosquet « anglais ». Dans un autre bosquet se trouve une glacière avec une « chambre » utilisée pour les fêtes. Le « bosquet du Chambellan », est constitué d’allées rectilignes aboutissant à des espaces où l’on trouve des banquettes de jardin, des gazons servant pour un jeu de trou madame ou encore un tape-cul entre deux sculptures de vases sur des socles de pierre.

Johann August Giesel, Dessin d’un tape-cul, Archives de l’Aube.

Le prince ne semble pas céder davantage à la mode des jardins pittoresques puisqu’il met surtout en place des parterres de potager, une melonnière et des vergers pour fournir sa table. Dans ces derniers, il y fait planter pêchers, cerisiers, pruniers, poiriers. Dans le potager se trouve carottes, navets, radis noirs, raifort, ciboule, poireaux. Les jardiniers y ont ajouté encore des oignons, des haricots verts, des concombres, des choux, des échalotes, de l’ail, de la ciboule, des poireaux, du persil, des carottes, des artichauts, des melons. Le jardin est complété par des vignes.Ensuite le jardin est constitué de plantes d’agrément et d’alignement. Le prince fait faire de nouvelles allées de charmilles, de mûriers blancs ou encore les allées du mail où il fait planter des peupliers. Pour ses parterres, il fait mettre des rosiers et des lilas16. Le jardin de Pont est donc géométrique avec de belles allées et avenues pour les jeux et les festivités où les plantes et arbres sont autant pour l’agrément que pour leur utilité agricole et culinaire17.

Johann August Giesel?, Dessin de phynge, Archives de l’Aube.

Au printemps 1781, le prince se décide à faire construire un « grand escalier de la terrasse des parterres de son château de Pont au potager » avec une grotte et décoré de deux sculptures de sphinx. Il en fait part à son architecte Giesel et au maître maçon Pierron, rue des Escouffes à Paris. Le prince demande à son architecte de proposer un dessin. L’escalier en fer à cheval est constitué de deux volées de marches et de balustres de pierre. C’est un escalier de pierre de grès avec un décor de « tableaux de briques » comme le montre le dessin de la reconstruction de la terrasse en 178018. Le décor de l’escalier est complété par « deux gargouilles en grès aux deux extrémités […] pour jeter les eaux par deux lances »19.

Vue des sculptures de sphynges de Pilnitz, Deutsche Fotothek.

Pour compléter l’escalier, l’architecte lui propose un modèle de lion ou de « sirènes couchantes de pierre de St Leu » ou de « deux chevaux marins ou deux lionnes » 20. Cette représentation est très proche des sculptures de sphinge du château de Marly que le prince visita en 1769. Il existe des modèles similaires en Saxe dans le jardin de Pillnitz, château que le prince appréciait particulièrement.

Vue aérienne de Pilnitz, Deutsche Fotothek.

Le maçon Pierron envoie ses modèles qui arrivent le 8 mai 1781 : le prince « a trouvé qu’ils seraient mieux si la tête de la lionne était un peu tournée comme paraissant regarder les personnes qui viennent pour monter l’escalier et que tout le corps et la tête soient un peu plus élevés » plus proche des sculptures de Pillnitz. Il ajoute que « ces deux lionnes n’auront point d’eau à jeter ». C’est à dire que la sculpture aura la bouche fermée et aucun travaux de plomberie ne sera à faire. Le 22 mai 1781, il en ordonne l’exécution. La sculpture doit être en « en pierre de Saint Leu » et coûter « 900 livres les deux ensemble ». Il ajoute qu’elles doivent être en un seul morceau. Les travaux de l’escalier se terminent en juillet 1782 par la pose des dernières balustres21. Les sculptures, qui sont en deux parties, restent en place jusqu’en 1798, date à laquelle elles sont déplacées au chef lieu du département et peut-être, par la suite, transportées à Paris22.

Gravure de la sculpture du sphynge de Marly, Château de Versailles.

La construction se termine par la grotte qui est une construction à la forme mal connue. Elle se trouve en dessous des deux volées de l’escalier et en son centre est un bassin ovale. L’architecte Giesel écrit qu’il veut voûter la grotte avec de la pierre du village de Resson(Aube)23. Les parois de la grotte sont donc faites d’une pierre très légère de couleur blanche scellé par la chaux.

Jardin pittoresque entre France et Saxe

Lorsqu’il arrive en France en 1773, Johann August Giesel entre dans l’agence de Jean-François-Thérèse Chalgrin (1739 – 1811), architecte du comte de Provence et y reste jusqu’en 1782. L’historien Johann Gottlob August Kläbe écrit : « Ce séjour à Paris fut utilisé par M. Giesel pour bien continuer ses études, où il recevait sous la protection du prince les meilleurs ouvrages, et apprit grâce à MM. Chalgrin et Legrand, le meilleur goût »24.

Autoportrait en romain de François-Thérèse Chalgrin, Wiki Common.

Jean-François-Thérèse Chalgrin est un architecte de renom depuis ses travaux, en 1767, pour l’hôtel de Saint-Florentin (Paris) sur un dessin de l’architecte du roi Ange-Jacques Gabriel. Il se fait aussi remarquer par la réalisation, en 1770 pour le comte de Mercy-Argenteau, de la salle de fêtes au palais du Luxembourg lors du mariage du dauphin avec l’archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche. Par la suite, l’architecte réalise plusieurs constructions dont notamment des plans pour des jardins encore mal connu25. En 1777, il donne les dessins pour un temple de l’amour dans une propriété de Fresnes-sur-Escaut (Nord). Puis en 1785 il donne les plans pour un jardin pittoresque à Versailles, propriété de la comtesse de Balbi, maîtresse du comte de Provence26. L’architecte Giesel a pu ainsi connaître les réalisations de l’architecte du comte de Provence grâce à ses relations : il est ami avec un certain Gaetner avec qui il passe deux séjours à Versailles en 178027.

Joseph Siffred Duplessis, Portrait du comte de Provence, Wikicommon.

Le jeune Giesel a-t-il pu profiter des relations de Chalgrin et entrer dans la sphère du comte de Provence ? Rien n’est moins sûr puisque les lettres avec le prince Xavier n’en dit mot. Les travaux dans le jardin de Pont sont les seules œuvres connues de l’architecte saxon en France mais comme nous l’avons vu les traces de création de jardin pittoresque sont très peu nombreuses. Il a pu aussi connaître les jardins à la mode par différents publications et visites. La première pourrait être les gravures de Georges-Louis Lerouge réalisé à partir de 1775 qui rendent compte de différents jardins français, anglais et allemand dans le goût « anglo-chinois »28.

Gravure du parc de Monceau, Gallica.

Il a pu aussi voir des jardins et constructions faites entre 1773 et 1782. La ruine du palais der Sekundogenitur est une structure dont on ne verrait que la partie supérieure comme le portail d’entrée de l’hôtel de Tellusson réalisé en 1778 par l’architecte Claude Nicolas Ledoux. Il est traité comme en arc de triomphe antique a moitié enterré.

Jean-Baptiste Lallemand , Dessin de l’arche de l’hôtel de Thelusson, Gallica.

On peut encore penser aux ruines de la Naumarchie du parc de Monceau. La folie a été réalisée entre 1773 et 1779 pour le duc de Chartres, fils du duc d’Orléans. L’architecte Giesel a pu visiter ce lieu avec Legrand qui travaillait auprès du duc d’Orléans.

Carontelle, Vue du jardin de Monceau, Wiki Common.

Conclusion

L’architecte Johann August Giesel est un homme d’art et de culture. Il sait écrire français et allemand. Il est assez connaisseur en musique pour l’enseigner aux enfants d’un couple princier assez musicien. Cette étude a tenté de démontrer qu’en travaillant sur le domaine de Pont-sur-Seine en France, l’architecte a connu l’économie rustique et la gestion d’un vaste domaine agricole. Il a su parfaire ainsi ses connaissances d’architecture militaire et domestique dans des connaissances plus techniques. Inspiré de nombreuses créations parisienne dont notamment le jardin de Monceau, il connaît aussi les petites constructions des jardins à la mode ou « anglo-chinois ».

Friedrich August Krubsacius, Projet d’architecture dans un jardin, Deutsche Fotothek.

En revanche il s’oppose à son maître en Saxe, Friedrich August Krubsacius qui, selon l’historien Thomas Kuhn, voit d’un très mauvais oeil ce nouveau goût et reste attaché au style géométrique29.A partir de cette création, l’architecte Giesel devient un spécialiste d’architecture des jardins. La ruine construite dans le palais der Sekundogenitur en 1782 n’est qu’un petit bout d’une carrière qu’il faudrait davantage étudier.

Notes

1. Keller (Heinrich), Nachrichten von allen in Dresden lebenden Künstler, 1788, Leipzig, Dyk, p.59 : « die sämtlichen Reparaturen des schönen und weitläufigen Gartens Sr. Durchlaucht auf der langen Gasse zu übernehmen, und den französischen Garten in einen englischen umzuwandeln ». 2. Les premier renseignements sur sa vie sont dû principalement aux biographies suivantes : En 1788, Keller (Heinrich), Nachrichten von allen in Dresden lebenden Künstler (p.57-60) puis en 1789 par Johann Georg Meusel dans son Teutsches Künstlerlexikon (p. 51 – 52). Ces deux notices sont reprises et complétées, en 1796, par Johann Gottlieb August Kläbe dans son Neuestes gelehrtes Dresden (p. 43 – 44.). La dernière notice en date est dû à Fritz Löffler dans le Neue Deutsche Biographie en 1964 : “Giesel, Johann August” Neue Deutsche Biographie 6 (1964), p. 385 [en ligne, consulté le 04/07/2018]. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1433, lettre du prince Xavier à Boudet, 13 mai 1773. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1780, lettre de Giesel au prince Xavier, 12 juillet 1780. 5. Bechter (Barbara), « Vom rechenbergischen Garten zum Blüherpark. Die wechselvolle Geschichte einer Dresdner Gartenanlage », Die Gartenkunst, n° 17, 2009, p. 112-145. 6. Lehninger ( Johann August), Description de la ville de Dresde de ce qu’elle contient de plus remarquable et de ses environs, Dresde, Walther, 1782, p.342. 7. Löffler (Fritz), Das alte Dresden. Geschichte seiner Bauten u.a.. Leipzig, Seemann, 2006 (1955), p.334. 8Ibid., p. 233 – 235. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 31 juillet 1770. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1780, lettre de Giesel au prince Xavier, 1 mai 1777. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince Xavier à Jurkowski, 12 novembre 1774. 12. Originaire du Wurtemberg, il a participé à la réalisation de différents jardins botaniques dans l’Aube. 13. Arch. nat., Cartes et plans, F 14, 8445, plan de Pont-sur-Seine, Atlas de Trudaine, vers 1750. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, dessins du 7 mars 1778 et du 8 avril 1780. 15. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, « états des contingences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, vergers […] », 23 juin 1787. ; Arch. dép. de l’Aube, 1Q, 811 vente des biens nationaux de l’émigré Xavier de Saxe, 19 vendémiaire an IX et affiche du 20 fructidor an VI [6 septembre 1798]. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1797, lettres de Speiser au prince Xavier, 26 octobre 1781, 26 février 1784, 27 février 1785,8 juillet 1788 et 18 mars 1789. 17. Meyzie (Philippe), « François-Xavier de Saxe dans son château de Pont-sur-Seine. La table d’un prince européen du XVIIIe siècle », Châteaux, cuisines & dépendances, Bordeaux et Paris, Ausonius, 2014, p.251-260. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, dessin de la « face de la nouvelle brèche de la grande terrasse du potager tombé la nuit du 25 mars 1780 ».19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2180, marché pour un nouvel escalier dans le jardin du château de Pont-sur-Seine, 18 avril 1782. 20. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2093, notes de différents necessaire à faire venir de Paris, s.d. 21. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1441 lettre du prince à Pierron, 8 mai 1781, 22 mai 1781 et 17 juin 1782. 22. Arch. dép. Aube, 1Q1091, lettre de Ménard commissaire du directoire exécutif du canton de Pont-sur-Seine au représentant du département, 18 thermidor an 6 [5 août 1798]. Nous perdons leur traces à partir de cette date. 23. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 1er juillet 1781. 24. Johann Gottlieb August Kläbe, op.cit., 1796, p. 43. Traduit depuis l’allemand. 25. Il devient un des architectes de l’Empereur et donne le dessin de l’Arc de triomphe à Paris. 26. Sciama (Cyrille), « Jean-François-Thérèse Chalgrin et le Comte de Provence (1771-1791) », Chalgrin et son temps, architectes et architecture de l’Ancien Régime à la Révolution, Bordeaux/Paris, William Blake & Co/Art et  Arts : Belles Lettres, 2016, p. 21 – 30. 27. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1441, lettre du prince Xavier à Giesel, 28 mai 1780 et lettre de Giesel au prince Xavier, 6 juin 1780. 28. Bourgoing (Catherine de) (dir.), Jardins romantiques français (1770-1840), Du jardin des Lumières au parc romantique, Catalogue exposition, Editions Paris Musée, 2011. 29. Kuhn (Thomas), «“Eine Nachahmung der Natur, die durch Kunst und Ordnung verherrlicht ist.“ Zum gartenkünstlerischen Werk des kursächsischen Hofbaumeisters Friedrich August Krubsacius (1718 – 1789) », Vogel (Gerd-Helge) (dir.), Friedrich August Krubsacius 1718–1789: Der sächsische Hof- und Oberlandbaumeister und seine Beziehungen ins Zwickauer Muldenland, Berlin, Lukas Verlag, 2021, p. 186 – 193 (sur le jardin du palais du chevalier de Saxe).



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2022, 6 décembre). L’architecte Johann August Giesel (1751-1822) et la question du jardin pittoresque en Saxe. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.