La plantation des routes dans la généralité du Berry au XVIIIe siècle

La route des Lumières

L’arrêt du roi du 3 mai 1720 définit les « grandes routes » c’est à dire celles qui mènent aux côtes, aux frontières ou aux grandes capitales provinciales comme devant être de 60 pieds de large et les « chemins royaux » de 36 pieds1. Alors que Louis Ligier, dans La nouvelle maison rustique, leur donne « soixante-douze pieds de large dans les bois et vingt-quatre pieds ailleurs pour le moins »2. Quand le chemin royal est pavé, on l’accompagne d’un chemin de terre. Ligier poursuit que « dans les grandes routes allants de Paris dans les provinces, les inspecteurs des Ponts et chaussées doivent faire entretenir aux dépends du roi, des fossés de quatre pieds de large sur deux pieds de profondeur, à l’extrémité des chemins de terre qui accompagnent le pavé et lorsqu’il n’y a point de chemins de terre déterminés, on doit faire des fossés à dix-huit pieds de distance de chaque coté du pavé dans les grandes routes et à douze pieds dans les routes moins considérables »3.

Atlas de Trudaine pour la généralité de Bourges.
“N° 302 Nièvre n° 1. Grande route de Paris à Lyon depuis Maltaverne jusqu’à Barbeloup[…]”, Archives nationales

L’intendant du Berry rappelle que « plusieurs arrêts du conseils et notamment ceux des 26 mai 1705 et 17 juin 1721 chargent les propriétaires des héritages, qui aboutissent aux grandes toutes, d’entretenir [en] chaque endroit soit les fossés faits ou qui seront faits à l’avenir », mais il ajoute que « la dépense de la première ouverture n’est point à leur charge »4. Il vient ensuite les chemins de traverses et les chemins vicinaux. Les chemins de traverse sont les chemins reliant les bourgs, les villages, les villes moyennes et petites. Ils dépendent pour la plupart du seigneur du lieu. Ce sont des chemins coupant les axes principaux définis comme route royale. Ils sont souvent mal faits et peu entretenus, mesurant entre seize et huit pieds de large. Ce sont les commerçants et les paysans locaux avec leurs charrettes ou chariots qui les empruntent pour aller de village en village en fonction de la saison agricole et des foires. Mais ces chemins ne permettent pas les grands trajets car ils deviennent parfois impraticables en hiver. Et enfin les « chemins vicinaux » qui sont les chemins privés reliant des sites peu éloignés aux villages. Dans ces sortes de chemins, on peut retrouver les allées et avenues menant aux châteaux.

Vue aérienne de l’avenue de Valençay, coll. part.

Louis Liger, qui a fait un long article sur les chemins5 , préconise la plantation d’arbres le long des chemins car « les routes en seraient plus belles, les chemins moins défaits, les terres mêmes moins exploitées ; on emploierait très utilement un terrain souvent perdu et on aurait toujours, du moins à la longue, de beaux et bon plants dans ce Royaume, où l’on ne saurait avoir ni trop de bois ni trop de fruit »6.

L’alignement vu par les ingénieurs du Berry

Un mémoire écrit pour l’alignement des routes à la sortie de la ville de Gien mentionne que « le but que doivent se proposer les ingénieurs qui sont chargés de tirer les alignements des routes est sans doute : 1°le bien public et celui de l’État en les faisant passer, autant que faire se peut, par la ligne la plus courte et sur le terrain le plus solide, afin de diminuer les travaux, la dépense et de soulager les corvéables ; 2° de faire l’ornement des villes en leur procurant de belles routes hors de leurs enceintes ; 3° de faire trouver aux voyageurs leur agrément et leur sûreté en les traçant dans un pays découvert et élevé ; 4° enfin de diminuer la perte des particuliers en tirant des alignements sur le terrain le moins précieux»7.

Atlas de Trudaine pour la “Généralité de Bourges n° 9. Route de Bourges à Gien, par Argent, Aubigni, Prelly-le-Chêtif, Merry-en-??? et Allogni, depuis Bourges jusqu’à la fin de la généralité peu au-delà d’Argent”, Archives nationales.

On voit ainsi que les routes sont, à la fois par leurs tracés et par leurs plantations, un ornement du territoire autour des villes. Deux critères permettent de leur conférer un caractère ornemental et monumental, tout d’abord leur parcours puis leurs plantations d’arbres. Le tracé rectiligne de la route est un des grands préceptes des ingénieurs mais une fois sur le terrain, les différents acteurs qui entrent en jeu doivent trouver le meilleur tracé. En effet, on peut le voir lors de la création de la route de Bourges à Montluçon par Saint-Amand. Les projets de la route de Bourges à Clermont par Montluçon et Saint-Amand sont vérifiés par l’intendant, sur les lieux avec l’ingénieur.

Atlas de Trudaine pour la généralité de Bourges.
“N° 320. Généralité de Bourges. N° 20. Chemin de Bourges à Saint-Amand passant par Dun-le-Roy, 8 cartes, et 3 feuilles de ponts, Cher”, Archives nationales.

Ils sont d’accord pour « que l’alignement pris sur la droite du coteau qui se trouve en ce lieu doit à tous égard être adopté plutôt que l’autre, [car] son exposition qui est au grand air et au soleil, se trouvant à mi-côte, fait non seulement un fort bel effet, mais encore est très avantageuse pour la beauté et la conservation du chemin, au lieu que de l’autre coté [où] il se trouve dans un fond ou il serait toujours humide et mauvais [car] la montagne formant un rideau qui empercherait de recevoir le soleil »8 .Ce tracé doit être le plus adapté pour proposer aux voyageurs un passage agréable et sûr, mais aussi permettre une meilleur conservation du chemin nouvellement réalisé. Après son implantation, l’ingénieur doit s’intéresser à la plantation d’alignement. Les alignements d’arbres modifient la perception que l’on a de la route.

Les plantations par l’exemple du Berry

Un alignement est un ensemble d’arbres plantés à distance régulière pour souligner un axe de communication tel qu’une route ou un canal. Les arbres permettent de conduire le regard du voyageur au loin. De plus, l’alignement des arbres peut permettre de masquer ou de révéler les points forts du paysage le long de la route. Enfin, l’arbre permet l’ombrage et l’humidité de l’air pour le voyageur. Il répond donc autant à un besoin d’agrément qu’à un besoin utilitaire. On peut ajouter que les fruits et les bois permettent aux riverains qui en jouissent d’avoir un revenu et un moyen de chauffage. Les pépinières royales produisent des essences d’arbres propices à la fois à l’ombrage et à la fois par leur silhouette à souligner les axes. Un état des arbres, pour l’année 1773, des pépinières pour les Ponts et chaussées de la généralité de Bourges, « tant pour les grandes routes que pour différents particuliers, d’après les ordres de Mr. L’intendant », nous renseigne sur les essences utilisable : pour la « pépinière de Bourges : 800 ormes, 209 noyers, 1544 peupliers d’Italie », et pour la « pépinières de La Charité : 483 noyers, 409 sycomores, 400 frênes, 258 peupliers d’Italie et 111 arbres fruitiers. » Mais « on ignore s’il en a été délivré de la pépinière de Châteauroux»9. Pour cette année 1773, il y a donc 4124 arbres pour deux pépinières. Les pépinières avaient en charge d’élever les jeunes arbres et arbustes, de les conserver et de les proposer aux particuliers qui pouvaient les acheter. Les essences étaient variées et les propriétaires les utilisaient régulièrement.

Avenue de Montgeoffroy au XIXe siècle, Geoportail.

Ainsi, à Montgeoffroy, sur un plan de 1775, l’allée principale est composée d’ormes, les deux autres, de peupliers noirs (léards) et de peupliers10. A Argent, l’allée principale fut plantée d’acacias, qui ont été enlevés dans les années 1960 et la route de tilleuls. Les peupliers d’Italie poussent avec une tige munie de branches latérales et d’une flèche verticale. Les ormes ou acacias présentent un tronc droit surmonté de plusieurs branches appelées couronne, seule la taille générale de l’arbre varie. Ils permettent par leur allure élancée ou leur tronc droit de souligner les axes de communications. La plantation plus ou moins rapprochée permet l’ombrage. On ne retrouve ni les tilleuls, ni les acacias dans les pépinières royales, en cela, on peut supposer que l’intendant, qui a lui même des pépinières, fait pousser ses arbres ou que ce sont des plantations postérieures à l’état de 1773. Les particuliers pouvaient se fournir dans les pépinières.

Tilleul argenté, gravure 1801, coll. part.

Ainsi l’intendant explique qu’ « il a été accordé à des particuliers pour les planter où ils ont jugé à propos. Il paraît que le désir d’exciter à cet égard l’émulation dans cette province, fit le principe de l’institution des pépinières qui y sont établies. Priez que dans l’origine, on accordait même des gratifications aux cultivateurs qui par leur zêle et leur intelligence parviennent à former les plus belles plantation. Et je croirais manquer à la justice et à l’objet même de l’établissement si je leur refusais aujourd’hui des arbres lorsqu’il y en a de reste, après une réserve suffisante pour les routes. Je sais d’ailleurs que ces distribution particulières ont lieu dans toutes les provinces où il y a des pépinières à leurs frais comme sont celles du Berry»11. Mais, on peut remarquer, d’après l’ingénieur en chef Valframbert, en 1773, que l’intendant dirige la « destination des arbres des pépinières, [et] que l’imposition pour subvenir à cette dépense étant sur sa province, il en était seul l’administrateur ». Et surtout qu’il ne paierait pas l’ingénieur s’il continuait à « faire faire des plantations de routes aux frais du roi ». Ainsi l’ingénieur fait « remarquer, […] qu’il n’y a eu que deux personnes dans la province qui aient voulu planter à leurs frais »12. Trudaine préférait que ce soit les pépinières qui fournissent toutes les plantations des routes et qu’elles soient plantées par les Ponts et chaussées alors que l’intendant voudrait « engager les propriétaires riverains des routes à les planter eux-mêmes » et il poursuit qu’il leur en donnerait de ses réserves pour qu’elles « ne coûtent proprement pas un sol au roi ». En conséquence, « c’est la province qui en fait tous les frais et il paraît dans l’ordre qu’elles tournent, à un certain point, au profit de ses habitants. »

Plan de la pépinière du Roule à Paris, Gallica.

L’intendant rajoute que planter des arbres en terre ne suffit pas car « ils exigent pendant plusieurs années des soins particuliers » et que « le propriétaire seul peut les faire donner parce qu’il les regarde comme sa propre chose et son ouvrage, tandis que cela serait impossible à l’administration »13. Il conclut que faire faire des plantations par corvée serait une pure perte par rapport à la quantité d’ouvrages à faire et que cela occuperait un ingénieur qui n’a aucun pouvoir de police sur les arbres après leur plantation. Turgot finit par trancher avec l’arrêt du conseil du 6 février 1776 qui préconise que« les bords des routes seront plantés d’arbres propres au terrain, dans les cas où ladite plantation sera jugée convenable, en égard à la situation et disposition desdites routes »14. Ces plantations devaient être l’œuvre des propriétaires en bordure de route comme l’ajoute l’arrêt du 17 avril 177615.

Notes

1. Jean Le Rond d’Alembert et Denis Diderot, Encyclopédie, Paris, Briasson, Le Breton, David, Durand, t. III, 1753. p.279. 2. Louis Liger, La nouvelle maison rustique, septième édition, Paris, Saugrain, tome I, 1755, p.894. 3Ibid.,p.895. 4. Arch dept. du Cher, C110, copie sans date de la lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à M. d’Aumont, procureur du roi au bureau des finances. 5. Louis Liger, La nouvelle maison rustique, op. cit., septième édition, Paris, Saugrain, tome I, 1755, p.894-897. 6. Ibid., p.894. 7. Arch. dept. du Cher, C1245, mémoire du commissaire terrier de Claude-Charles Feydeau de Marville, comte de Gien. 8. Arch. dept. du Cher, C110, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 20 août 1770. 9. Arch. dept. du Cher, C112, mémoire sur les pépinières royales du 19 avril 1774. 10. Voir Gouiric (Nicole), « La peuplomanie dans les jardins de la seconde moitié du XVIIIe siècle : propos inspirés par les peupliers de Méréville », Polia, n°10, 2008, figure p.47. 11. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 19 avril 1774. 12. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 3 décembre 1773. 13. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 29 juin 1773. 14.  Vignon (Eugène-Jean-Marie), Études historiques sur l’administration des voies publiques en France au XVIIe et XVIIIe siècles, op.cit., pièce justificative n°548, 8 février 1776, « arrêt du conseil du roi sur la largeur des routes », p.226. 15Ibid., pièce justificative n°549, 17 avril 1776, « arrêt du conseil qui fixe à un an le délai accordé aux propriétaires riverains pour planter […] », p. 228.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2023, 19 janvier). La plantation des routes dans la généralité du Berry au XVIIIe siècle. À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.