“Au prince Xavier, mon très cher frère”, la correspondance intime du prince Albert de Saxe à son frère aîné 1760-1767 (1)

Introduction

Le couple royal de Pologne Auguste III et Marie-Josèphe d’Autriche eurent de 1720 à 1740 quinze enfants, dont onze sont parvenus à l’âge adulte. Les garçons sont au nombre de cinq  : Frédéric-Christian (1722-1763), François-Xavier (1730-1806), Charles (1733-1796), Albert (1738-1822) et Clément (1739-1812)1 . Par leur mère, ils sont les petits enfants de l’empereur Joseph Ier et donc cousins éloignés de l’impératrice Marie-Thérèse et de son époux François Ier de Lorraine.

Pierre Subleyras, Portrait de Frédéric-Christian, SKD online.

Le chercheur Christian Terraux a étudié la vaste correspondance des archives de Xavier de Saxe avec ses frères et sœurs : la quantité de lettres la plus importante provient des échanges avec la princesse Elisabeth (1527 lettres), puis vient ensuite celles de Marie-Anne (1013), celles de Clément (478), celles de Christine (449), celles de la Marie-Josèphe (305), celles de Cunégonde (259), celles d’Albert (198), celles de Frédéric Christian (101), celles de Charles (35), et enfin aucune pour Marie-Amélie2. Ainsi il est très proche de ses frères Clément et Albert avec qui il partage de nombreuses passions. Nous étudierons dans un autre article les relations avec ses soeurs.

Il avait 3 ans de différence d’âge avec Charles, et respectivement 8 et 9 ans avec Albert et Clément.Alors qu’avec le prince héritier, de huit ans son aîné, il montre dans ses lettres une déférence et se veut digne des grâces qu’il peut recevoir, essayant ainsi de rester proche de celui qui doit succéder à son père. Il était en rivalité permanente avec Charles auprès de leur père.

Cette étude se concentre sur ce qui à attrait à l’intime entre les deux frères, dès lors, nous analyserons la correspondance en se focalisant sur leurs relations fraternelles et amoureuses.

La fratrie en temps de guerre

Plusieurs événements vont encore plus rapprocher les deux frères. D’abord les rapports conflictuels avec leur père mais surtout la guerre. En 1756, la Saxe est occupée par la Prusse : le roi avec ses fils, excepté l’aîné handicapé, peuvent s’exiler en Pologne tandis que la reine et les autres membres sont prisonniers à Dresde. Le roi décide d’envoyer ses fils plaider sa cause auprès des différentes cours européennes: les princes Albert et Clément à la cour d’Autriche, Charles à la cour de Russie et le prince Xavier à celle de France. Ces envois vont marquer durablement chaque membre de la fratrie qui vont s’y attacher plus ou moins durablement.

Bernardo Belloto, Le palais impérial de Schönbrunn, Vienne.

Les lettres de la correspondance conservées par Xavier commencent ainsi le 21 janvier 1760 et se terminent le 24 décembre 1790. Dans cet article nous n’analyserons que les lettres de 1760 à 1767 qui marque la naissance du premier enfant du prince Albert. La majorité des lettres sont les réponses d’Albert à celles envoyées par le prince Xavier : ces dernières n’ont pas été retrouvées dans des archives, elles n’ont pas été renvoyées ou elles ont été détruites. Les cahiers de minutes du fonds relèvent pourtant les réponses. Les premières lettres s’ouvrent par « Monsieur et très cher frère », formule qui se retrouve dans la correspondance pour son frère Frédéric-Christian aussi. Celle-ci est remplacée par « Mon très cher frère » avant que les lettres n’aient plus aucune ouverture montrant que le prince Albert sait que son frère ne lui reprochera pas. Mais elles se finissent toujours par des mots d’affection qui semblent plus ou moins sincères en fonction des évènements. Mais le prince Albert semble vraiment apprécier son grand frère.

Cette relation épistolières prend place dans une vaste correspondance avec de nombreux correspondants. Dans une lettre du 7 avril 1765, le prince Albert fait mention que le prince a adressé sa réponse non pas à son frère mais à une sœur: « j’hésitais déjà si je ne devais vous la renvoyer, voyant qu’elle était adressée à une sœur[…] je pris le courage de lire plus outre et je vis effectivement qu’elle était adressée à moi, et que vous vous étiez seulement mépris de sexe en me parlant »3.

Dans cette première lettre du 21 janvier 1760, le prince Albert écrit depuis Vienne : « il y eut un bal à la cour où j’eus l’honneur d’être[sic] moitié de contredanse avec l’archiduchesse Marie (qui m’a pareillement chargé de compliment), j’eus ensuite deux fois l’honneur de l’amener en trainots[sic], à Schönbrunn, et à la grande course en ville »4. Cette archiduchesse est Marie-Christine (1742–1798) surnommé juste Marie ou Mimi par ses parents. Les chercheurs expliquent qu’il en serait tombé immédiatement amoureux mai sa correspondance n’en dit mot à ce moment. Les allers-venus du prince sont le résultats de ses positions durant la guerre: il effectue ainsi de nombreux voyages entre Vienne, Munich, Dresde et Varsovie tandis que le prince Xavier voyage entre Munich, Paris, Dresde et Varsovie.

Meister der Erzherzoginnen, Portrait de Maria Christina, Vienne.

Le prince Albert revient à Vienne au début de mai 1760 « où S.M. l’impératrice nous a invité de venir avant que de retourner à l’armée, notre séjour n’y sera que de très peu de jours, car nous tâcherons de rejoindre l’armée aussi tôt que les opérations pourront recommencer »5. A cette date, l’impératrice l’a fait nommer lieutenant-général impérial et il devient propriétaire d’un régiment. Venu une première fois à Vienne après l’hiver 1759, les lettres du prince Albert manquent malheureusement pour cette période de trouble pour la famille. Mais la date de 1760 marque un tournant puisque le prince rencontre de plus en plus souvent la famille impériale, car il est un parent et rend compte de sa première rencontre avec l’archiduchesse Marie-Chirstine (qui deviendra son épouse).

Martin van meytens, La famille impériale en 1756, Versailles.

Devenu officier militaire, les nombreux voyages à la cour d’Autriche sont parfois pour lui très contraignants. Le 23 février 1761, il écrit depuis Varsovie sur son voyage et séjour à Vienne : «[…] nous arrivâmes le 7 au matin à Vienne. Nous ne restâmes que 8 jours en cette ville, mais quoique notre demeure n’y fut pas longue, elle ne laissa que d’en être d’autant plus fatigante que notre temps s’étant écoulé pour ainsi dire en dansant. C’était une continuité de plaisirs et de fêtes qui devenaient jusqu’à la fin insupportable, par leur trop grand nombre »6.

Bernardo Bellotto, Vue du bevédère à Vienne, Wiki Common.

Les deux frères se tiennent de même au courant de leurs commandements par des journaux qu’ils s’envoient régulièrement. Nous reviendrons sur leur commandements respectifs de régiments et ces journaux de campagne. Le prince Albert écrit le 25 mars qu’il apprend « avec plaisir, mon cher frère que vous venez d’arriver à l’armée, pour vous remettre à la tête de nos chers saxons et ranimer leur ardeur.[…] Envoyez je vous prie, s’il se peut la continuation de votre Journal que nous n’avons que jusqu’au 15 ». Il conclut sa lettre «  Ce n’est que quand nous serons tous rassemblés à Dresde que ma joie sera complète, vous assurant de bouche de la parfaite et sincère amitié avec laquelle je serais à jamais, votre très affectionnée serviteur et frère »7.

Bernardo Belloto, Dresde depuis la rive de l’Elbe, Wiki Common.

Leur attachement sincère se voit lors de leurs rencontres. Le 17 décembre 1761, les deux frères prévoient de se voir. Depuis Chemnitz, Albert écrit « la joie que j’ai ressentie en lisant la proposition que vous me faites de nous donner un rendez-vous, est inexprimable. Je l’accepte avec le plus vif empressement et vous envoie pour cet effet mon chasseur vous priant de me faire savoir le jour où vous voulez y venir si cela pouvait être le 20 d.c. j’en serais fort charmé car je dois partir ensuite pour Vienne et Varsovie. Adieu cher frère, je vous embrasse de tout mon coeur »8. Les deux frères se mettent d’accord de se voir à Blauckenburg et invitent leur frère Clément. Ce dernier est aussi souvent présent dans leur correspondance, il est lui aussi officier dans l’armée autrichienne avant de choisir l’état ecclésiastique.

Bernardo Bellotto, Ruine des faubourgs de Pirna, Troyes.

La fin de la guerre voit enfin le vœu du prince Albert récompensé. La paix signée, ils font, le 30 avril 1763, une entrée triomphale à Dresde, auprès du roi avec son frère Xavier 9. Il peut enfin rejoindre sa famille bien aimée.

Notes

1. Otto Posse, Die Wettiner. Genealogie des Gesamthauses Wettin, Berlin, 1897 et Michel Huberty(dir.), L’Allemagne dynastique, t. I : Hesse-Reuss-Saxe, Paris, 1976, p.472. 2. Terraux (Christian), « Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière », mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2005 [en ligne sur le site des Archives de l’Aube, consulté le 13/03/2019]. 3.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489,ettre du prince Albert à Xavier, 7 avril 1765. 4.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 21 janvier 1760. 5.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489,ettre du prince Albert à Xavier, 2 avril 1760. 6.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1489, lettre du prince Albert à Xavier, 23 février 1761. 7.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 25 mars 1761. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 17 décembre 1761. 9Journal historique, juin 1763, p. 447.



Citer ce billet
Vincent Dupanier (2023, 18 février). “Au prince Xavier, mon très cher frère”, la correspondance intime du prince Albert de Saxe à son frère aîné 1760-1767 (1). À l’Est, rien de nouveau ? Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojnt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.