Tous les articles par Vincent Dupanier

La chambre du prince Xavier : évolution de l’alcôve et du lit.

La chambre vers 1763

La chambre est connue par un dessin montrant les boiseries de l’alcove1. De chaque côté se trouve un miroir couronné par des décors de fleurs puis un cadre oval entouré de laurier avec en son centre de flèches et corne d’abondance (le dessin ne permet pas de bien comprendre). Sur l’un des côtés est une tablette de boiserie et de l’autre côté est une cheminée en marbre avec un décor de coquille. Le décor central de l’alcôve est encore de fleurs et de rinceaux. Toute la décoration est de style rocaille (rokoko). Ce décor semble avoir été modifié au retour du prince en mars 1763. Les travaux sont financés par le duché, mais le prince peut faire avancer les travaux plus rapidement en payant de sa caisse. Dans son appartement, le prince propose de remplacer les poêles par des cheminées. Ce qui pourrait aussi faire dater le dessin vu précédemment de cette période puisqu’on voit bien une cheminée sur le panneau de boiserie de main gauche.

Le prince fait mettre dans le foyer des chemiénes des plaques à ses armes. Ce choix peut paraître surprenant dans une région aux hivers rigoureux, mais la cheminée conserve un prestige bien plus grand que le poêle de faïence. C’est une conception qu’il a peut-être conservée de ses séjours à Versailles où la cheminée d’apparat tient une place importante dans l’appartement du roi. Les travaux sont relativement importants : il fait mettre de nouvelles cloisons sur les murs, poser des volets aux fenêtres, orner les portes de nouvelles serrures, retapisser les murs , et enfin il fait repeindre toutes les pièces. La peinture est blanche pour les parois, et d’or pour les cadres, tandis que l’intérieur des armoires et des placards sont en bleu clair. La chambre est tapissée de damas rouge venant de Francfort. Les travaux de l’appartement du prince s’achèvent dans le courant de juillet 17632.

La chambre en 1769

Dans l’inventaire du 19 mai 1769 se trouvent deux dessins l’un de l’alcove du lit du prince et de l’autre d’un bureau-armoire3. Le premier renseigne sur les boiseries, et sur le sol qui est parqueté (parquet en feuille). Les parois sont faites de boiseries menuisées avec des dessus-de-porte de stuc et bois représentant des enfants, possédant un cadre orné de fleurs et de rubans. Le reste du décor de boiserie est géométrique. La paroi derrière le lit et celle des côtés possèdent des tentures rouges dans des cadres de bois dorés, aux décors géométriques. Les autres murs de la pièce ne sont pas représentés. Le lit se situe dans un petit renfoncement dans une alcôve, dont le centre seulement est représenté sur le dessin, où n’apparaissent pas les portes des côtés. D’un coté, se trouve une première porte qui donne accès à la garde-robe et de l’autre, une seconde porte donnant sur un poêle. Le dessin montre un lit à la polonaise où est disposé « une couverture rouge damassée avec tresses d’or et houppettes allongées avec 4 boutons, avec les plumes blanches », des édredons, coussins en bourrelet et un drap avec un marquage aux armes du prince et la date de 1768.

Le dessin montre au fond du lit un dossier et des montants dorés avec ornements qui représentent un cartouche ovale entouré de casques et des guirlandes de fleurs. L’inventaire nous renseigne sur un meuble important de la pièce : une armoire-secrétaire à glace en bois de noyer à trois niveaux. Elle est décrite comme : « une armoire en forme de bureau à écrire à miroir avec vingt-six cases et trois étages et deux tiroirs » et une glace4. Il existe encore dans les collections de Dresde5. C’est plutôt une sorte de bureau-cabinet où le prince rangeait objets de cristal, de porcelaine, d’ivoire. Il est composé d’une partie supérieure, d’un pupitre et d’une partie inférieure. Il possède vingt-cinq tiroirs sans compter le pupitre et le haut. La partie supérieure s’ouvre par deux portes vitrées, et de marqueterie. Le prince a fait disposer dans la pièce plusieurs horloges, dont une de Grault à Paris , et une autre de Carl Dopson à Londres, ainsi que quatre thermomètres et deux périmètres (outils pour étudier le champ visuel). Les horloges sont sûrement disposées sur les cheminées, et les thermomètres sur les murs. Une table de marbre au pied doré et un bureau viennent compléter le mobilier de la pièce.

La chambre donne sur un cabinet qui est très meublé, malgré son espace réduit. On y trouve des objets très luxueux aux cadres de bronze, et aux matières animales et végétales rares. Trois tableaux de portraits en miniature sont disposés sur les murs : ils représentent Frédéric-Auguste III, Marie-Josèphe et le prince Xavier6. On a disposé une horloge à miroir, avec boîtier en laiton et bouclier en forme de tortue par Gault à Paris, ou encore une table de jeu. Il s’y trouve plusieurs tables à écrire, guéridons, un grand canapé de damas bleu et plusieurs sièges et tabourets.

Le décor du dessin de l’alcôve de la chambre du prince Xavier se différencie de celui du tableau représentant le roi de Saxe dans l’appartement de société. Les parois de lambris de la chambre sont rectilignes, ornés de simples pilastres et entablements feints. La peinture blanche recouvre les surfaces, sauf pour les encadrements en frise des tapisseries de damas rouge. Les deux parties de murs encadrant le lit sont surmontés de cartouche, ornées de sculpture de guirlandes végétales où se trouvent des peintures de camaïeu représentant des enfants. Ce décor très simple entre en opposition avec celui de la salle d’audience, où les ornements sont bien plus présents : encadrements et sculptures sont peints en doré, et tous les murs sont tapissés de damas rouge.

Document 

Im Schlaaf: Zimmer.

Ein von Nussbaumen Holtz fornirter und

Ausgeschweisster Spiegel Schranck nebst Schreibe Pult mit 36. Divers Schub Kasten, mit

Messingernen Handhaaben, Schlussel Blechen und Bandern mit 26 Schlössern und 3. Schlusseln, ineren 2. Spiegel Thuren, jeder Spiegel 1 Elle 8 Zoll Hoch und 15 zoll breit.

Ein von Nussbaumen Holtz fornirter Beth Schranck mit messingernen Handhaaben, Schlusseln , Blechen und Bändern, 2. Schlösser 1. Schlussel.

Ein Spiegel uhr in Messing und Schild Crot fornirten Gehausse, Gault à Paris, schlägt ½ und gantze Stunde.

Ein messingerne Weck uhr, Carl Dopson, London, mit messingernen Ketten und Gewichten.

Ein Thermometer von Königsdorffen in einem roth mit Japanischen Figuren belgten und laccierten Gehausten mit Glassthuren nebst Schloss und Schlussel.

Ein Thermometer von Königsdorffen in einem roth und gold laccierten Hehausse mit einem Glassthur nebst Schloss und Schlussel.

Ein Thermometer von Königsdorffen in vergoldeten Gehausse mit einer Glassthur, nebst Schloss und Schlussel.

Ein Perometer aus fornirten Breth von Zucker dannen Holtz mit messinglischer verschnidtenen und in Feuer vergoldeten Leisten mit geschliffenenr Glässern Kugel und darzu gehörigen Dohr (?).

Einem Perometer von Rudolphen in einem roth ledernen Fouteral mit goldener Einfassung.

Ein kleinet Thermometer von Königsdorffern auf zinnerliche gestochener Scala.

Ein Marmer Tisch mit geschnidtenen, geschweissten und vergoldeten Gestelle

Ein roth damasten Bette mit goldenen Tressen und Quasten gallonirt mit 4. Knöpffen, mit weissen Federn und grun angestrichenen Höltzernen Gestelle, wo einnen 2. Blau und weiss streiffigte und 1. weiss Materaze, ein Hulst(?), ein roth Taffete decke, ein Bettuch mit FA.1768 V. gezeichert und eines worinnen die Decke eingeschlagen.

Ein holtzener geschnidtlicher und vergoldeter Camin Vorsätze mit 3. Felderne mit messing roth damastliche mobilen Schiebern und roth Seidenen Bändern.

4. Lehnstuhle mit geschnidtenen geschweuften und vergoldeten Gestellen mit mobilen Sitzen und Lehnen von rothen damast uberzogen

1. Tabouret mit geschnidtenen; geschweuften und vergoldeten Gestellen mit Mobilen Sitz und rothen damast uberzogen.

2. messingerne Arm Leuchten à 3. Tillen

Ein Blecherner Schranck Vorsitzer.

Ein eiserner mobilier Camin Schirm mit messingernen geflochtenen Gütter und Füssen.

2. Brandrothen mit messingernen verschnidtenen Vasen.

2. divers Feuerzangen mit messingernen

Knöpfen N°2.

1.Schauffel N°2

1. Feuer Haacken dergleiche N°2

1. (Raucher) Pfannel von Wessing.

Ein Borst Tisch mit braun laccirt und vergoldeten Holtzernen Griff.

Ein Blaase Pulg mit messingernen Sofe.



Notes

1LFD M6 X Bl.11 : Riss von dem Alcoven in des Prinzen Xaverii Schlaaf Zimmer. Voir Heinrich Magirius «  Das Residenzschloss zut Zeit des Kurfürsten Friedrich August III., als König Fridrich Auguste I », p. 174. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 23 juillet 1763.3.Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles appartenant au prince Xavier de l’appartement du château électoral, 19 mai 1769[Document ]. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles appartenant au prince Xavier de l’appartement du château électoral, 19 mai 1769. 5. Haase (Gisela), Dresdener Möbel des 18. Jahrhunderts : Barock, Rokoko, Zopfstil, Rosenheim Leipzig, Rosenheimer Verlagshaus /E.A. Seemann, 1983, notice 70, p. 276. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, « Spécification von Hr. Konige Hoheit Printz Xaverii, sämmtlichen bildern », 4 novembre 1769. Cet inventaire est la copie de celui du 19 mai 1769 mais il donne des précisions sur le nom des artistes.

« Mr le comte de Rasoumowski hetman de l’Ukraine comme président de l’académie », la rencontre avec Charles de Saxe-Pologne

L’histoire des hetmans d’Ukraine n’est pas très bien connue actuellement en France. Au XVIIIe siècle, l’importance de leur position était pourtant remarqué par les puissances étrangères. Gregoire Orlyck avait trouvé refuge en France après la destruction du camps “mazepiste” en Russie. L’empire russe, après une période de domination du parti “allemand” se tourne vers 1750 auprès de la France et de la Saxe-Pologne pour contrer l’influence de l’Angleterre et de la Prusse. C’est dans ce cadre que nous allons expliquer la rencontre de l’hetman Kirill Razumovsky avec Charles de Saxe, fils du roi de Pologne.

Razumovsky et l’impératrice

Le comte Kirill Grigorievitch Razoumovski est devenu hetman d’Ukraine en 1750 grâce à l’impératrice Élisabeth. Né le 18 mars 1724 dans une famille de petite noblesse cosaque les Rozum, il est appelé à poursuivre ses études à la capitale de l’empire russe en 1742 par son frère Alexei, favori de l’impératrice. Ce dernier l’épouse secrètement la même année. Il était devenu l’homme fort de la Russie car il avait fomenté en 1741 un coup d’état pour placer Elisabeth sur le trône. Il avait été réalisé avec le soutien de l’ambassadeur de France contre les Allemands et la politique du favori Ernst Johann Biron, duc de Courlande déjà écarté du pouvoir depuis 1740.

Louis Tocqué, Kirill Razumovsky, Wikicommons.

Le jeune Kirill fut envoyé en 1743 en voyage à Konigsberg, Berlin et Strasbourg pour parfaire ses connaissances. Il fut fait comte de l’empire russe en 1744. Il retourna dans l’empire en 1745. Son frère Alexei avait convaincu l’impératrice lors du voyage en Ukraine de restaurer l’hetmanat et le chapitre du métropole de Kyiv.

Anonyme, Alexei Razumovsky, Wikicommons.

Très apprécié à la cour, Kirill se fit très vite remarquer par l’impératrice par sa prestance et ses talents de courtisan. Il épousa en 1746 une parente de l’impératrice la comtesse Ekaterina Ivanovna. Elle le nomma directeur de l’académie des sciences de Saint-Petersbourg, devenant ainsi le premier non Allemand à la tête de cette institution.

Le renouveau de l’hetmanat

Carte de l’Ukriane vers 1720, Wikicommons.

En 1747, l’impératrice décida de donner « toutes les libertés, droits et privilèges, qui depuis le moment de l’acceptation sous l’empire russe de l’Hetman Bohdan Khmelnytskyi, à l’armée Zaparogue et tout le peuple de la Petite Russie[Ukrainien] »1. Ce décret de l’impératrice est une surprise puisque l’hemanat n’avait plus de dirigeant depuis 1734. Le 18 janvier 1750 le gouvernement russe a choisit le jeune Kirill Razumovsky comme hetman d’ Ukraine. Une parodie d’élection est réalisée sans même la présence de Kirill puis le nouvel hetman est intronisé lors d’une cérémonie à Hloukhiv (Ghloukov) le 22 février 1750. La ville était devenue la nouvelle capitale de l’hetmanat en 1708 après la destruction de Batouryn par le tsar Pierre le grand. Le comte Ivan Simonovitch Gendrikov est chargé d’accompagner le nouvel hetman et de garantir la bonne tenue de son élection. Le nouvel hetman à pour titre « Le plus haut majestueux de toute la petite Russie, des deux côtés du Dniepr et des troupes de l’Hetman de Zaporoguie de Sa Majesté impériale, chambellan, chevalier de divers ordres, président de l’Académie impériale des sciences, gardes du corps du régiment Izmailovsky, lieutenant-colonel, comte de l’Empire russe, etc. » 2. La création de l’entité est vue comme un moyen de contrer l’influence polonaise.

Plan de l’hetmanat en 1785[détail], Wikicommons.

Le nouvel hetman met en place une réforme judiciaire et militaire chez les cosaques. Il recréé une aristocratie et fait reconstruire Batouryn avec un palais par l’architecte anglais Charles Cameron. En 1754, l’union douanière est faite entre l’hetmanat et l’empire. Les officiers doivent être confirmé par le gouvernement et des conseillers russes supervisent l’armée cosaque sous l’autorité du conseil des affaires étrangères du Sénat. Il est chargé de s’occuper des menaces Tatars sur les frontières du sud de l’empire. Plusieurs lettres diplomatiques des années 1755-56 faisaient craindre une attaque Turco-Tatars sur Kiev. Alors que la Russie entre en conflit en 1756 contre la Prusse et l’Angleterre, l’hetman est rappelé à Saint-Pétersbourg par l’impératrice. Elle le charge d’e d’encadrer des troupes ukrainiennes autour de Belgorod jusqu’au camps de Zaporijjia. Il doit surveiller les frontières et empêcher l’entrée d’agent prussien et mettre fin aux émeutes dans la zone. De retour à la cour, il fut de plus en plus proche de l’impératrice dont la santé se détériore de plus en plus. Le hetman se noue d’amitié avec la grande duchesse Catherine, et de son amant Stanislas Poniatowski 3. En août 1756, le peintre Louis Tocqué réalise son portrait. Les ministres comme Ivan Chouvalov et le clan de l’héritier Pierre voyait mal son pouvoir grandissant à la cour et il fut renvoyé en 1757 à Kyiv. Il revient épisodiquement à la cour et concentre son temps à l’administration de l’académie des sciences.

Le hetman et le prince Charles

C’est dans ce contexte que le prince Charles arrive à la cour de Russie au printemps 1758. Ses secrétaires en ont tenu un journal de voyage, aujourd’hui aux archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78).

Ferdinand Wilhelm Sidaw, Portrait présumé de Charles de Saxe, Herder-Institut für historische Ostmitteleuropaforschung, Marburg.

Le prince est arrivé le 16 avril 1758 à la cour de Russie. Il demande une audience à l’impératrice et se rend les jours suivant aux divers cérémonie de la cour où il rencontre le grand-duc Pierre et son épouse Catherine. Puis le lundi 1er mai 1758, il rencontre les frères Razumovsky : « vers le soir [le prince Charles] alla voir Mrs les deux comtes Razumowski et resta à souper chez le hetman de ce nom ». Le jour suivant, il se rendit au bal pour l’anniversaire de la grande duchesse. Puis le 3 mai il reçu la visite de l’hetman. Les jours suivant sont faits de dîners et de bals. Le prince ne peut voir l’impératrice souffrante depuis plusieurs jours. Il visite le 12 mai « Catharinen-Hoff [Palais Catherine construit en 1724], maison de plaisance, que Sa Majesté l’impératrice fréquente en été préférablement à d’autres endroits des environ de Petersbourg ». Il va voir les jours suivants : l’Amirauté, l’abbaye des Recollets, ou encore la comédie française. Le grand duc s’entretient souvent avec lui. Il fréquente l’ambassadeur de France ou de Suède. Ainsi le 20 mai, « S.A.R. après avoir entendu la sainte messe reçut plusieurs visites des principaux seigneurs qui sont ici, ainsi que celle de Mr l’ambassadeur de France avec lequel elle s’est entretenu jusqu’à l’heure du dîner, qu’elle a pris chez Mr le hetman de l’Ukraine, comte de Razumowski, y ayant été invitée avec toute sa suite depuis quelques jours, et où après le repas elle a entendu un magnifique concert de musique ». Il voit la grande-duchesse le 21 après une longue période de maladie. Il reçoit les nouvelles de Varsovie le 23 mai 1758.

Il décide après de s’éloigner de la cour. Ainsi le 24, il va visiter la forteresse de Chlisselbourg « situé bord du lac Ladoga à 60 Wersses d’ici ». Il s’y rend avec une nombreuse suite : le baron de Bos, envoyé de Suède, le comte de Razumowski hetman de l’Ukraine avec son compagnon Mr de Tepelow, comte de Sapieha, palatin de Smolensk, comte de Poniatowski, stolnik de Lituanie avec ses compagnons, Mrs Ogrozki et Rozen, comte Rzesuski notaire de camps de la couronne, comte Czernieszew, chambellan de S.M. impériale, comte de Brühl, staroste de Varsovie avec sa suite, Mrs le baron de Berlepsoh et l’abbé Victor, le général Le Fort, le général de Lachinal, comte de Einsidel, comte Branicki, chambellans du roi, Mr le gentilhomme de la chambre Butturlin, Mrs de Ronikier et de Medern, chambellans de S.M. le roi, le gentilhomme de la chambre Dzierzbiecki, le major d’Oettingen, comte Potocki, et Mr de Kartowski ». Il arrivé à la forteresse à sept heures. Avec pour guide l’amiral prince de Inssupow, il fit en bateau le tour du château « où l’on ne laisse entrer personne ». C’est « une espèce de fort situé sur une très petite île qui se trouve à l’embouchure de la Newa ».

Très préoccupé par le devoir de dévotion, le jour suivant, pour la fête-dieu, il oblige toute la suite à se rendre à la messe. Il visite la ville au son des canons et alla à la chasse aux bécassines avec le baron de Bos et l’hetman. A son retour, il reçoit de la part de l’impératrice un « surtout de drap d’argent doublé de martres Sibellines [Zibeline], et un manchon de la même espèce. Il retourne le 26 mais à la cour. De retour à Saint-Pétersbourg, il se rendit « voir le palais de Mr le feld-maréchal et grand veneur, comte de Razumowski [palais Anichkov qui fut donné à Alexei Razumovsky par l’impératrice], où elle prit le plaisir de le faire « tourner sur une balançoire à la manière du pays ». Le soir, il est invité par l’impératrice et le grand-duc.

Louis Tocqué, L’impératrice Elisabeth, Wikicommons.

Le 27 le prince se repose puis le 28, il fut reçu par l’envoyé du Danemark puis par le Grand-Duc qui furent ensuite tout deux reçus par l’impératrice « dans une chambre ». Le prince lui remit une lettre de son père le roi de Pologne. Le 29 mai, le prince alla diner « avec Mr le hetman d’Ukraine. Mgr le grand duc étant venu la voir à 5 heures passées, S.A.R. lui donna un magnifique concert de musique exécuté par les chanteurs et par les premiers musiciens de la cour impériale, et auquel ces deux grands princes se firent aussi entendre. La musique finie l’on soupa à une table de 25 couverts, et le repas a été si gai, que la compagnie ne se sépara qu’a minuit et demie. Mr le comte Iwan Iwanovig de Schuewalow y arriva aussi, quoiqu’il y eut été déjà 11 heures du soir ».

Georg Friedrich Schmidt, Pierre comte Chouvalov, Wikicommons.

Le 30 mai, il se rendit au théâtre et le 31 à l’opéra où « s’y entretenant pendant les deux premiers actes avec leurs altesses impériales monseigneur le grand duc et madame la duchesse. Mais ayant été engagé a la fin du 2e acte d’entrer dans la loge de l’impératrice, la conversation avec sa majesté ne finit qu’avec le spectacle, c’est à dire à minuit ».

A suivre…

Notes

1.Putro (Olexii Ivanovitch),Hetman Kyrill Razumovsky et son temps (extrait de l’histoire de la formation de l’État ukrainien au XVIIIe siècle p.37. Le décret est appelé “Sur l’existence d’un hetman en Ukraine selon les lois et coutumes de ce pays [Про буття в Україні гетьмана згідно тамтешніх прав та звичаїв]”. 2. Ibid., p.47. 3. Ibid., p.69.

Le général François de Hallot et le compte rendu de la bataille de Prague (6 mai 1757)

Biographie

Nous n’avons que peu d’information sur Louis Jacques François de Hallot (1701?-1758 ou 1759 ?). Issu d’une vieille famille de la noblesse normande, il serait né en 1701. Selon la Chesnaye Des Bois, dans son Dictionnaire généalogique, il est le fils de Louis de Hallot seigneur de Mérouville (+1737) et de Charlotte Adrienne Stoppa. Il est le second fils. Son frère ainé Charles Philippe Louis est chevalier de saint-Louis et capitaine des gardes françaises puis brigadier des armées du roi. Un troisième frère Jules François Claude est chevalier de saint-Louis et lieutenant-colonel d’artillerie, le quatrième est Pierre Vital chevalier de saint-Louis et capitaine de grenadiers de France. Il a enfin une petite sœur Louise Charlotte.

Antoine Francois Sergent-Marceau, et L. Roger, Marechal de Lowendal, ZVAB.

Officier au régiment royal de Normandie, il sert comme major sous les ordres du maréchal de Saxe et de Lowendal. Il est aide major-général du camps et blessé à Ostende en août 17471. Ne connaissant pas sa formation, il semble néanmoins être spécialiste des sièges et il se distingue à celui de Berg-op-Zoom :« Le roi apprit la prise de Berg-op-Zoom, le 17 par le chevalier d’Hallot, major du régiment de Normandie »2. Il est à ce moment fait aide-major général du maréchal selon Luynes3. Il aurait été un proche du maréchal de Saxe comme en rend compte le ministre Argenson dans une lettre de Versailles du 9 mai 1747 : « M d’Hallot , que vous avez envoyé, Monsieur, pour apporter les drapeaux de l’Écluse et du Sas-du-Grand, m’a remis la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 4 de ce mois,[…]. Je vous renvoie MM de Chabrier et d’Hallot, sachant que vous désirez promptement le retour de ces officiers;[…]. »4. Il semble qu’il quitte la France après la mort du maréchal (1750) pour la Saxe.

Jean-Etienne Liotard, Antoine de Marcenay de Ghuy, Johann Georg Wille, Marechal de Saxe, MAH.

Il entre au service de la Saxe en 1749 en tant que « generalmajor »5. A partir de 1751, il se trouve dans le calendrier de la cour (Hofkalender) en tant que Ludwig Johann Franciscus graf d’Hallot avec ses titres et positions. Ainsi il est chambellan du roi de Pologne, lieutenant général en Saxe puis grand-maître de la maison du prince Xavier. En raison de cette position, il accompagne le prince Xavier et son frère Charles envoyés de Pologne pour faire la campagne dans l’armée autrichienne durant l’année 1757. Blessé à la bataille du 6 mai, il est « mort sans alliance à Vienne en Autriche en Décembre 1759, de la suite des blessures qu’il avoit reçues à la bataille de Prague en 1757 »6

Journal de 1757

Le général a laissé un document sur la campagne de 1757 : c’est le « Journal depuis le départ de Varsovie du général d’Hallot accompagnant leurs Altesses Royales pendant la campagne de 1757 »(Fonds de Saxe, E 10). C’est un registre de papier sous forme de cahiers in-folio de 171 feuillets paginé de 169 pages. Le document retrace les événements du 28 février-23 décembre 1757. Le dos est manquant et les plats en cartons sont pratiquement arrachés. Il est écrit à la première personne ou à la première personne du pluriel. Dicté à un secrétaire par le général Hallot, il sert de compte rendu pour les faits d’arme des princes et pour rendre compte au roi de Pologne de leur action. Le général se met en scène, c’est par ses yeux que nous vivons les événements.

Il est poursuivit par un autre court texte sans titre (Fonds de Saxe, E 11) qui est une continuation des événements jusqu’au retour des princes à Varsovie. C’est un cahiers de 14 feuillets et de paginé de 12 pages. Les documents sont écrits à l’encre avec ratures et ajouts parfois au crayon. Il rend compte jour par jour des actions survenus. Il y ajoute des documents qu’il a donné à lire : « je remis un petit mémoire que je venais de faire » et un mémoire de Salmour « pour bien défendre cette place[Prague} ». Il raconte aussi des batailles dont on lui a donné un compte rendu comme celle de Leuthen.

Karl Alexander, Prinz von Lothringen, Wien Österreichische Nationalbibliothek.

Bataille de Prague

Le général Hallot suit les événements de la bataille de Prague du 6 mai 1757 à la suite des princes de Saxe. Il écrit que « le 6 mai [est une ] journée à jamais mémorable incroyable et déplorable ». Nous n’allons pas revenir sur le déroulé de la bataille mais sur la façon dont le général Hallot l’a vécu et en a survécu malgré la blessure.

Au début des préparatifs de la journée, le prince Xavier « avait été demandé de la part de monseigneur le maréchal au prince Charles de Lorraine ». Les unités sont en position et les officiers ordonnèrent la charge sur les Prussiens. Le général Hallot explique alors que : « Mr le maréchal accompagné de LL.AA.RR. qui étaient suivis de tous les Saxons, Polonais volontaires et ceux qui par leur charge se font un devoir de les suivre dans les plus grands dangers à la tête des grenadiers de la droite animaient par leur valeur, leur contenance, ils montrèrent à ces gens à bien faire, Mgr le prince Charles reçut un coup de feu dans son habit qui heureusement ne le toucha point au corps ».

Bataille de Prague, 1757, coll. part.

Puis il explique : « Mr le maréchal Browne qui était à coté de lui reçut un coup de feu à la jambe gauche qui la lui cassa. Il tomba sur le coups, les grenadiers et bataillons avançant toujours poussaient l’ennemi plus de milles pas, il resta en arrière abandonné. LL.AA.RR le comte de Bellegarde et moi s’en étant aperçu vinrent à lui pour le servir, nous mimes pied à terre, lui coupâmes la botte qui était pleine de sang et employâmes nos soins pour l’arrêter, dans ce moment les princes qui mourraient d’envie de retourner à la gloire, sans nous rien dire, nous quittèrent. Fort étonné de ne les plus voir, j’en marquais mon inquiétude au comte de Bellegarde qui tenait le pauvre maréchal entre ses bras et étanchait[sic] son sang. J’ai remonté diligemment à cheval et courut dans l’endroit où le feu me parut le plus vive [sic] bien persuadé à tout ce que j’avais vu faire le matin à LL.AA.RR de les y trouver. Je ne me trompais point dans ce que je m’avais imaginé. Mgr le prince Xavier y était continuant de faire des prodiges de valeur, il avait reçu une légère contusion à la cuisse. S.A.R. Mgr. le prince Charles s’était porté à la tête de deux régiment de cavalerie et marcha pour charger et tomber en flanc à la cavalerie ennemie mais à peine s’étaient-ils ébranlés qu’ils abandonnèrent et s’enfuirent sans qu’il put les railler quelque peine qu’il se donna. L’on ne put cacher à l’armée le malheurs qui était arrivé au maréchal surtout le voyant se retirer, couché dans une caisse d’artillerie, de là retentit leur ardeur. [ill.] le prince Xavier continua par ces actions de leur montrer qu’il était digne d’un grand roi s’apercevant du désordre du régiment de Majence[sic], il fit l’impossible pour les railler soit par les prières soit par les menaces secondé du duc d’Aremberg et du comte de Lamberg colonel de ce régiment. Mais à beau faire, à qui ne veut point entendre car après s’être mis un peu ensemble à la première volée de canon, ils s’éparpillèrent comme des perdreaux alors il harangua la compagnie de grenadier de ce régiment de marcher avec lui pour enlever une batterie des canons, mais la mauvaise poudre influençait surtout ce corps, ils dirent qu’ils n’avaient ni poudre ni plomb et ” vos bajonet[sic] ne suffissent-elles pas ? ” répondit l’officier, il se mit à leur tête et marcha 20 pas en avant mais au lieu de suivre S.A.R., ils en firent 40 en arrière. Voyant ces gens si décidé a la fuite ils rejoignirent le régiment de Los Rios qui avançait et faisait merveille dans ce moment arrivé parmi les braves gens. Le cheval du prince Xavier reçut deux coups de feu et un de bajonette[sic] dont il est mort. Il a pris celui de son page Jerkovsky qui ne l’a pas quitté d’un pas et qui pendant l’action à montré toute sa bravoure, l’intelligence et tout le sang froid par dessus».

Maximilian Ulysses Browne, Wiki Common.

Puis le général Hallot poursuit sa description par ce qui lui arriva : « je reçus un coup de feu à la tête qui me fit chanceler et tomber sur le col de mon cheval, j’en ai un autre qui traversa la corne de mon chapeau et un troisième qui blessa mon cheval. J’aurai voulu rester mais nécessité n’a point des lois, je perdais du sang considérablement et souffrait si cruellement que j’ai été obligé de m’aller faire penser. S.A.R. eut la bonté de me donner son chasseur pour me soutenir et me conduire. Je rencontrai en chemin le prince Charles de Lorraine auquel S.A.R. notre cher prince Charles s’était joint après la blessure du maréchal et la fuite de la cavalerie ».

Cette blessure ne lui fut pas fatale sur le moment. Il continua la bataille sans montrer aucun signe de douleur. Il rend compte de la fin des combats :

« Mgr. le prince Charles fut descendre à son arrivé dans la ville chez le feld-marechal Braun pour en scavoir des nouvelles un instant après Mgr. le prince Xavier arriva de même sujet. La joie de cez deux frères éclata à leur réunion que d’embrassement ne se firent ils pas ? Que des caresses ne se prodiguèrent ils ? L’unité du sang, l’amitié, et l’estime qu’ils ont l’un pour l’autre, se fit voir dans tout son jour. Quelle gloire n’ont ils pas acquis ? Quelle valeur n’ont-ils pas montré ? Si la journée a été ignominieuse a notre allié, elle est bien glorieuse pour leurs altesses royales».

Notes

1Gazette de France , septembre 1747; 2. Jean Baptiste Joseph d’Amarzit de Sahuguet Espagnac, Histoire de Maurice, comte de Saxe, tome second, 1774, p.334; 3Luynes, 1861, tome VII p.292; 4. Lettres et mémoires choisis parmi les papiers originaux du maréchal de Saxe, tome IV, 1794, p.95; 5,SHStA,10025 Geheimes Konsilium Loc. 04683/03; 6Dictionnaire de la noblesse, 1774, tome VII, p.263.

Le palais de Zabeltitz (2)

Cet article fait suite à “Le palais de Zabeltitz (1)“.

En 1769, le prince Xavier devient propriétaire de Zabeltitz, qui a été acheté par l’électeur. La valeur exacte de cette acquisition est, peut être, de 100 000 écus avec les terres boisées environnantes, ce qui équivaut à environ 266 000 livres tournois1, le château et son parc ne valant qu’environ 70 000 écus2.

Johann Christoph Knöffel, Projet pour Zabletitz, Deutsche Fotothek

Un projet de reconstruction

Durant la période de mars à juin 1769, le prince, alors à Munich, discute des revenus financiers du parc et des terres, mais surtout des modifications à apporter au château, et aux bâtiments des communs. Le général Charles de Block en charge de la gestion du domaine, propose trois choix au prince : conserver le château sans rien y toucher, modifier la distribution sans toucher aux murs « afin de donner plus d’aisance et de place aux pièces, que d’élégance à la façade, autant que les murailles des fondements et les tuyaux de cheminées les permettent », et enfin modifier la structure en modifiant les « fondements en tout, et faire un autre bâtiment »3. Le prince doit choisir entre critère esthétique et financier. La première proposition est la moins coûteuse, puisque le général propose au prince de venir loger et meubler l’édifice sans rien y changer. Le deuxième choix du général est de modifier seulement les cloisons intérieures, et de ne pas toucher au gros œuvre. Mais l’édifice conserverait son aspect désuet et sa distribution mal adaptée aux attentes de la vie privée du XVIIIe siècle. Le troisième et dernier choix est le plus onéreux, puisqu’il s’agirait de modifier les murs porteurs et extérieurs du bâtiment.

Haacks et Block, Projet pour Zabeltitz (fondation et caves), Archives de l’Aube.

Le 20 avril 1769, le prince prévoit d’abord de faire des réparations qui ne peuvent être repoussées, et devant être faites dans l’année4. Le général meuble a minima la demeure. Le prince l’a chargé de trouver des architectes et entrepreneurs pour faire les travaux dans sa nouvelle terre. Malheureusement, les premiers ordres du prince ont été donnés de vive voix, ce qui nous empêche de connaître le début des discussions sur les projets de reconstruction de Zabeltitz. Le 15 mai 1769, le général Block propose au prince des dessins pour la troisième option: ce sont cinq plans de la distribution de chaque étage. Il propose des vues pour les élévations : la façade sur cour, la façade sur jardin, la façade d’un des cotés et une coupe. Le général Block en propose une explication5. Il explique que cette option permettrait de faire entrer l’édifice dans les nouveaux codes de l’architecture à la mode.

Une rationalisation de la demeure

Le général veut rationaliser le plan du bâtiment : le double avant-corps est transformé en un rectangulaire, et il supprime les deux avant-corps sur la cour pour gagner de la place au centre du bâtiment, et créer un léger avant-corps sur le jardin. Dans cette partie, le général supprime la prolifération de petites pièces, pour créer sur la façade un grand espace rectangulaire où il peut insérer de nombreuses pièces pour les appartements d’apparat. Ces changements de distribution permettent de modifier et d’harmoniser les façades. L’escalier de droite est supprimé, et celui qui est conservé est agrandi. Le nouvel espace obtenu permet d’offrir des dégagements pour l’appartement du côté au rez-de-chaussée, puis d’augmenter la superficie des pièces pour les niveaux supérieurs.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_5832-500x409.jpg.
Haacks et Block, Projet pour les façades de Zabeltitz, Archives de l’Aube.

Ce projet est un demi succès puisqu’il parvient à créer un axe depuis l’entrée, mais n’arrive pas à instaurer une enfilade des appartements sur la façade sur cour. La distribution reste complexe à cause de l’escalier. La modification de son emplacement a pu être évoquée, mais elle aurait engendré des dépenses bien trop importantes. Le château se situe sur un terre-plein qui limite les extensions possibles. Il est entouré de fossés remplis d’eau issue des rivières du Röder, affluent de l’Elbe. Si l’architecte avait modifié cette situation, il aurait dû proposer un nouveau plan pour les jardins. Les canaux font le charme du jardin et du parc, mais provoquent des problèmes d’humidité et imposent un entretien constant des boiseries, et des fondations de maçonnerie. Le général Block explique qu’en faisant « un agrandissement de l’emplacement de la nouvelle maison », cela « gâterait les arrangements du grand jardin et les jardins et cour de l’entrée ». Le choix est compliqué, car il sait qu’un jardin demande beaucoup de patience : « les arbres et charmilles qu’on serait obligé de changer exigent beaucoup de temps de croître et de devenir belles surtout sur le terrain de Zabeltitz et V.A.Royale perdrait un grand agrément par là »6. La transformation totale du château aurait coûté 13 322 thalers de Saxe, ce qui fait 79 932 livres tournois7 soit environ la moitié de ses revenus annuels8.

Un projet avorté

Le projet de reconstruction du château de Zabeltitz ne voit pas le jour. Le prince renonce rapidement aux travaux, il écrit le 15 juillet 1769 :

Je dois bien prévenir, mon cher Block, que je me suis décidé à ne rien faire bâtir ou arranger dans ces moments ci qui ne sera indispensablement nécessaire ou qui puisse contribuer à l’amélioration9.

Les raisons en sont diverses : la première est financière, la seconde est architecturale. Le prince accepte les réparations des toits qui laissent passer l’eau de pluie, mais ne peut se permettre d’aller plus loin, car il n’a pas d’argent pour d’autres dépenses10. Il fait arranger les bâtiments d’économie car ils n’ont pas été rénové depuis 8 ans11. Le général propose aussi d’étudier plus en détails les terres agricoles pour en améliorer le rendement car « on a plus penser jusqu’ici à l’avantage des Pachters( bailleurs) , et de ceux qu’ils ont eu les mains dans les affaires qu’à ceux du maitre »12. Les travaux les plus importants sont terminés vers la fin octobre 176913.

Haacks et Block, Projet pour Zabeltitz, Archives de l’Aube

De plus, il montre qu’il entend épargner en vue de son installation en France et met en hypothèque son château en vue d’avoir plus de fonds pour un achat dans le royaume. On lui a proposé un édifice de plan massé qu’il ne fait pas réaliser en raison du manque d’argent. Ce plan développe la distribution en hauteur plutôt qu’en largeur, par manque de place sur le terre-plein bordé par des douves en eau. Cette configuration fait davantage référence à un plan massé tel que nous pouvons le retrouver à Vaux-le-Vicomte plutôt qu’au plan étendu du château de Richelieu ou Boufflers .

Notes

1. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 3095, tableau de change, s.d. 2. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1429, lettre du prince Xavier au général Block, 24 avril 1769. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1563 lettre du général Block au prince Xavier, 16 avril 1769. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1429 lettre à M. Block général major au service de S.A.S. l’électeur de Saxe à Dresde sur les projets de réparations de Zabeltitz et sur leur coûts, terre de Zabeltitz acheté par l’électeur Munich ce 20 avril 1769. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2139, lettre du général Block au prince Xavier avec « explications sur les dessins agrandissement , et de la distribution des chambres de la nouvelle maison de Zabeltitz », 24 juin 1769. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1563, lettre du général Block au prince Xavier, 1er juillet 1769. 7. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 3095, tableau de change, s.d. Selon le tableau de change, un taler vaut environ six livres tournois. 8. Voir la partie 1. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1429, lettre du prince Xavier au général Block, 15 juillet 1769. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1563, lettre du général Block au prince Xavier, 31 août 1769. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1563, lettre du général Block au prince Xavier, 12 août 1769. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1563, lettre du général Block au prince Xavier, 26 août 1769. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1563, lettre du général Block au prince Xavier, 29 novembre 1769.

« August III n’a pas noyé sa belle-fille sous la glace », le mariage secret de Franciszka Krasińska avec Charles de Saxe

Le mariage de la comtesse Franciszka Krasińska avec le prince Charles de Saxe, duc de Courlande est connu pour avoir été malheureux. Son mariage secret de 1760 posait de nombreux problèmes politiques et protocolaires. Il semblerait que le prince l’ait envoyée au couvent pour ne pas provoquer plus de problème à sa situation houleuse en Courlande où il avait été élu avec le soutien de son père Auguste III et de l’impératrice Élisabeth de Russie. Mais catholique dans un pays protestant, son élection n’avait pas provoqué une adhésion unanime. En 1763, il perdit finalement le duché de Courlande qui est donné à Biron par la tsarine Catherine II. Poussé par le roi, le prince avait rejeté sa jeune épouse qui resta cloitrée pendant presque 20 ans. Après des années d’errance, la jeune femme finit par être acceptée par le prince qui, par l’intermédiaire de l’impératrice Marie-Thèrèse et de la famille Lubormiski lui demanda pardon et lui proposa de revenir auprès de lui à Dresde. Finalement il fit reconnaître son mariage par la diète en 1776.

Per Krafft l’Ancien, Portrait de Franciszka Krasińska, Muzeum Narodowe w Warszawie. Ce portrait de 1767-1768 montre la couronne de la monarchie de Pologne comme pour revendiquer sa place auprès du prince royal.

La vie de la comtesse a été mise en roman par Klementyna Hoffmanowa dans le roman épistolaire Dziennik Franciszki Krasińskiej w ostatnich latach Augusta III pisany [ Journal de Franciszka Krasińska écrit dans les dernières années d’Auguste III](1825). Puis les travaux de Józef Ignacy Kraszewski et de Kazimierz Władysław Wójcicki ont donné les grandes lignes de sa vie. Les historiens ont comparé la relation entre les deux époux à travers la légende de la mort de la jeune Gertuda Komorowska sur laquelle nous devons revenir en premier. Konopczyński écrivit sur le mariage de la jeune Krasińska avec Charles de Saxe en disant que le roi« August III n’a pas noyé sa belle-fille [Franciszka Krasińska] sous la glace » en faisant le parallèle avec la mort tragique de la jeune Komorowska1. Puis nous nous interrogerons sur les lettres et documents qui documentent la relation du prince Charles et de la jeune comtesse arrivés dans les mains du prince Xavier. Nous tenterons de remettre en contexte cette affaire et la position de la jeune femme dans la Pologne du XVIIIe siècle

La légende de la mort de Gertruda Komorowska

Dans la république des Deux-Nations (nom du royaume de Pologne uni au duché de Lituanie), la mort de la jeune Gertruda Komorowska épouse de Stanisław Szczęsny Potocki, staroste de Bełsk, avait fait grand bruit. Nous devons revenir sur les grandes lignes de cette affaire criminelle. Szczęsny Potocki était le fils unique du voivoide de Kivonie (Kyiv), Franciszek Salezy Potocki, grand maître d’hotel de la Couronne (krajczy wielki koronny) et de son épouse Anna Elżbieta Potocka. Ses parents, richissimes, les plus grands propriétaires de Pologne, avaient prévu de marier leur fils à la jeune Józefina Amalia Mniszech, fille de Jerzy August Mniszch, grand maréchal de la Couronne (marszałek nadworny koronny) et de Maria Amelia née Brühl. Son père Heinrich von Brühl, décédé en 1763, avait été principal ministre du roi de Pologne Auguste III.

Anonyme, Portrait de Gertruda Komorowska, Muzeum Narodowe w Warszawie.

Szczęsny Potocki avait reçu une des meilleures éducations mais il était de tempérament faible et médiocre. Il restait ainsi pendant longtemps sous la domination de son père. Le jeune homme tomba éperdument amoureux de la jeune Gertruda Komorowska, fille de Jakub Komorowski, starost de Nowy Sielski qui venaient souvent leur rendre visite au palais de Krystynopol. Il décide de l’épouser en secret le 16 décembre 1770. Elle était alors enceinte. Son père qui apprit la nouvelle décida de faire annuler le mariage. Il considérait le mariage comme un « crime» planifié par la famille Komorowski, qui avait « séduit » et « forcé » le jeune prince au mariage2. Il organisa l’annulation du mariage. En attendant le divorce le prince Potocki décidèrent de faire enlever la jeune fille et de la placer dans un couvent avec l’aide de la famille Mniszch. Les parents Komorowski tentèrent de la protéger en l’éloignant de la résidence familiale. Le 13 février 1771, lors du voyage, les cosaques du prince Potocki sous le commandement d’Alexandre Dąbrowski les attaquèrent pour récupérer l’épouse. L’affaire est peu claire, les cosaques se seraient fait passer pour des Russes dans la période de trouble de la Confédération de Bar. Dans cette nuit glaciale du 13 au 14 février 1771 lorsque la jeune femme fut transportée dans un traîneau, les cosaques auraient étouffés ses cris en la recouvrant de couverture et l’immobilisant si fort qu’ils l’étouffèrent. Terrifié par cet assassinat, ils décidèrent de jeter le corps dans la rivière. Le voivoide de Kivonie fit garder aux protagonistes le silence sur l’affaire. Le corps de Gertrude aurait été retrouvé au printemps sur la rivière Bug à Konotopy près de Sokal et enterré secrètement, sans en informer la famille qui cherchait en vain la jeune femme.

Johann Baptist von Lampi l’Ancien, Stanisław Szczęsny Potocki et ses enfants, Louvre.

En 1772 le prince Potocki décéda et l’affaire s’ébruita en Pologne. En 1774 les époux Komorowski attaquèrent en justice devant la diète la famille Potocki. Ils reçurent en 1777 une compensation financière importante pour la mort de leur fille. Le prince Potocki avait été très marqué par la mort de son épouse. Il avait tenté de se suicider et jusqu’à sa mort garda, disait-on, le portrait de cette dernière avec lui.

Le mariage de 1760

La jeune comtesse Franciszka serait née le 9 mars 1742. Elle était la fille de Stanisław Antoni Krasiński, starost de Nowy Korczyński, et de son épouse Anielą Humiecka , fille de Stefan Kazimierz Humiecki, voïvode de Podolie. Elle aurait rencontré Charles de Saxe durant l’hiver 1759-1760 à Varsovie. Le prince royal était le fils préféré du roi de Pologne Auguste III qui le plaça en 1758 à la tête du duché de Courlande. Certains historiens mentionnent 1757 alors que le prince Charles est volontaire dans l’armée autrichienne et participe à la bataille de Zorndorf. Ils se seraient rencontrés dans la maison de la duchesse Zofia Krasińska sa tante, épouse d’Antoni Lubomirski voïvode de Lublin. Le chercheur Kubicki Radosław explique que leur rencontre se serait produite peut-être durant le bal masqué du 1er janvier 1760, à Varsovie, où Franciszka fut emmenée par sa tante en reprenant les événements selon la narration de Hoffmanowa3. Ils commencèrent une relation sous la réprobation de sa tante qui la renvoya chez son frère.

Johann Baptist von Lampi l’Ancien, Portrait du prince Charles de Saxe, Wiki Common.

Une lettre fut interceptée par le voivode de Lublin qui la montra au ministre Brühl mais nous ne savons pas ce qu’ils ont décidé exactement. La duchesse décida de ne pas s’en mêler et ne vint pas à Varsovie durant le carnaval 1760 (selon ses dires). Le 23 février 1760, le prince obtint de Ludwik de Riaucour, évêque de Ptolemaida un indult (autorisation), pour marier le couple. Le mariage est célébré au mois de mars par le père Józef Kanty Dymuchowski, sous-doyen Lissow (ou curé de Lisow?), et en raison de sa vieillesse et de son infirmité, il a transféré son pouvoir au père Antoni Lipiewicz de l’ordre des Bernardins. Le contrat est daté du 21 mars 1760 de Varsovie. Le mariage du couple a eu lieu dans le plus grand secret la nuit. Certains historiens donnent la date du 25 mars ou encore que le lieu serait Węgrów (sans qu’on en sache les sources). Ils mentionnent aussi que l’évêque de Kamieniec-Podolski Adam Stanisław Krasiński, cousin du duc, fut mis au courant. Outre le père de la fiancée, les témoins de cet événement étaient : le prince Antoni Lubomirski époux de Zofia Krasiński, le colonel Felicjan Kwaśniewski et le capitaine Stanisław Jaszowski. Ils ont prêté serment qu’ils garderont cet événement strictement confidentiel jusqu’à ce qu’il puisse être révélé au grand public. Après le mariage, il n’y avait aucun moyen pour les jeunes mariés de vivre ensemble, alors pendant un certain temps elle vivait dans le palais de sa tante Zofia Lubomirska et lui dans sa résidence, rendant visite en secret à sa femme bien-aimée en tant qu'”amie de la maison”4.

Anonyme, Portrait de Zofia Krasińska, Muzeum Narodowe w Warszawie.

Le mariage prétendument tenu secret s’ébruita rapidement à la cour de Pologne. Néanmoins le roi ne semblait pas encore en avoir eu échos. Le prince envoya plusieurs lettres à sa femme pour s’en expliquer. Dans une lettre du 3 octobre 1761, il écrit : « je ne puis me dispenser de vous assurer que ce n’est pas assurément de moi que viennent ces bruits, mais de ceux qui se sont fait un plaisir de publier l’aveu que le Bernardin à fait à l’évêque de Cracovie lequel quoiqu’il se dise de mes amis ne m’en à guère donné une preuve en publiant une affaire de laquelle il connaissait assez les conséquences, et savait combien il m’importait qu’elle resta secrète ». Le père Léo Rauch vicaire de la cour aurait mentionné au prince la question de la validité du mariage. Le prince le chargea de s’assurer de cette validité en secret. Dans un « Extrait d’une lettre d’une dame connue au 10ème évêque de Cracovie le 3 janvier. 1762, qui peut être traduit en français et communiqué au Premier Ministre », il était écrit que le« P. Dzierzbicki a reçu une lettre du duc de Courlande, dans laquelle il confirme à Mlle la starościanka qu’il lui est fermement attaché, mais l’oblige à garder le secret. Il déclara également dans sa lettre qu’elle ne devait pas être effrayée par le fait qu’il ait dû rapporter à Rome les circonstances et la cérémonie de son mariage, car les théologiens l’ont réprimandé, mais il écrit qu’elle ne doit pas croire les fausses informations selon lesquelles il aurait changé pour elle et aurait prétendu divorcer »5. Ils tentèrent de ne pas trop ébruiter les faits et de trouver une solution convenable pour tous les protagonistes.

Marcello Bacciarelli, Portrait de Kajetan Sołtyk évêque de Cracovie, Muzeum Narodowe we Wrocławiu.

Elle écrivit une autre lettre à l’évêque de Cracovie le13 mars 1762 où elle montre son inquiétude sur la possibilité du divorce qui est pour elle la moins bonne solution. Dans une seconde lettre, vers mars 1762, il s’excusa de ne pouvoir la voir et lui explique que son père se trompe sur sa volonté de divorcer. Il la rassura sur ces sentiments et l’envoya se mettre en contact avec le père Rauch. Pendant ce temps l’évêque de Cracovie, qui se rangeait sur l’avis de Brühl, se renseigna sur la possibilité d’annuler le mariage auprès du Consistoire de Varsovie à Rome. Le prince se rendit alors à Cracovie et rencontra l’évêque qui écrivit que « présentement nous sommes des meilleurs amis. Il m’a même confirmé le secret en question ». L’évêque expliqua dans une lettre du 4 mai 1762 : « Nous avons échangé quelque chose que nous avions l’un avec l’autre, qui provenait des commérages du voïvode de Lublin, tel qu’il me l’avait donné. Quant à sa décision, il m’a dit que le comte Brühl et le père Rauch lui disent que ce vœu n’en vaut pas la peine, alors il aimerait savoir s’il est valable ou non. S’il est valable, qu’en faire, il faut souffrir ( !) (et il faut en conclure qu’il ne souhaite apparemment pas vraiment divorcer, et qu’il en a parlé avec moi, qu’on lui a probablement ordonné de le faire), tandis que s’il n’est pas valable, il doit savoir qu’il est libre ». Le père de la marié, Stanisław Antoni Krasiński, gravement malade, tenta de trouver une solution et envisagea le divorce pour sa fille. Il donna pour cela tous les documents en sa possession à l’évêque de Cracovie.

Anonyme, Portrait de Antoni Benedykt Lubomirski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie

Il décéda malheureusement le 16 mai 1762. La jeune femme est alors placé sous la garde de sa tante Zofia Lubormiska qui s’opposait toujours au mariage qui a été finalement reconnu comme valide. La voivoide de Lublin écrivit vers mai 1762 à l’évêque de Cracovie qu’elle a tenté de faire oublier le mariage : « N’ayant pas trouvé d’autre moyen, j’ai essayé de renvoyer sa fille chez mon frère, en pensant que son départ (comme c’est la coutume) laissera une personne préférée dans l’oubli ». Elle a finit par en référer au ministre Brühl puis elle a écrit au roi sans le succès escompté:

« J’ai écrit à S.A.R. J’ai écrit à Son Excellence le Grand Maréchal de la Couronne, l’informant des intentions de S.A. le duc de Courlande, dans l’espoir éternel que de grandes et excellentes personnes trouveront le moyen d’inverser ce qui ne devrait pas être. Qu’en est-il de ma personne ? Je pensais faire mon devoir. Maintenant, le temps m’a imposé un devoir sacré, un nouveau devoir, lorsque je découvre, non plus dans des avis douteux, mais dans des faits et des documents réels, que la fille de mon frère est l’épouse de S.A. le duc de Courlande. Considérez V.E. avec un compas cette situation malheureuse ».

Un divorce secret a été proposé sans succès par la cour au duc de Courlande. Cette situation était « désagréable » pour la voivoide de Lublin qui explique qu’il « est nécessaire que la personne dont ils divorcent soit d’abord une épouse, et bien qu’elle ne soit pas de naissance royale, quand sa propre volonté l’a choisie pour le faire, ce n’est pas sa faute ». Ils décidèrent dès lors de revendiquer pour leur nièce les titres dont elle avait droit par son mariage : celui d’être reconnu comme épouse du prince royal et duchesse de Courlande auprès de la cour. Ils imaginèrent même de le faire reconnaître par la diète. C’est à ce moment que le prince Charles écrivit une lettre le 5 août 1762 à son épouse :

Malgré tous les justes sujets de mécontentement que me donnèrent les divulgations d’une chose qui suivant les assurances que vous m’en avez donné devoir être un secret jusqu’au temps que je jugerais pouvoir la déclarer moi même, je ne m’arrêterais pas ici à vous faire des reproches de ce que vous ne vous êtes pas opposée à la conduite que votre tante à tenue après la mort de votre père, et avez au contraire si facilement consenti a cet éclat que vous pouviez bien prévoir m’être peu agréable ; mais je finis sur ce point et vais en peu de mots vous donner à connaître mes sentiments à cœur ouvert, et la conduite que je désire que vous teniez et par laquelle vous me pouvez donner les preuves les plus réelles de cet amour que vos lettres m’assurent que vous conserverez pour moi.

Les problèmes politiques rencontrés en Courlande l’obligeraient à attendre. En conclusion il décida de lui demander de se rendre au couvent à Cracovie et lui conserva une rente à partir des « intérêts de cent mille écus que je vous ai promis à cinq pour cent » et enfin de refuser si quelqu’un lui donnerait le titre de duchesse. En 1763, le roi semblerait avoir été mis au courant et considéra le mariage comme nul et demanda à son fils de tout faire pour obtenir un divorce. Mais le prince Charles ne semblait pas vouloir suivre cet avis, ce qui démontre non pas un amour mais peut-être un attachement à son épouse morganatique. La jeune femme ne pouvait pas revenir à la cour.

Anonyme, Portrait de Franciszka Corvin-Krasińska, Zamek w Pszczynie.

Elle fut obligé de se rendre en secret au couvent à Cracovie et ensuite elle se serait rendu ensuite à Czenstochow ou encore à Oppeln jusqu’à son rappel par son époux de venir le rejoindre à Dresde.

Introduction aux lettres

Le fonds Xavier de Saxe des archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78) possède plusieurs documents relatifs au mariage du prince Charles : plusieurs traductions d’acte polonais passés en 1760 (connus par leur originaux polonais donnés par Józef Ignacy Kraszewski en 1858) et trois lettres du prince Charles à son épouse entre 1761 et 1762 (voir documents). Ce sont donc des copies d’actes plus anciens. Pour Józef Ignacy Kraszewski, le contrat de mariage et diplôme de mariage sont connus par le public dès 1762. La première copie semble avoir été fait pour le ministre Brürhl par l’évêque de Cracovie sous le titre « Excerpt z listu wiadoméj Damy do Xcia Biskupa Krakowskiego de 3 Jan. 1762, który może przetłómaczony po francuzku komunikować pierwszemu ministrowi »[« Extrait d’une lettre d’une dame connue au 10e évêque de Cracovie le 3 janvier. 1762, qui peut être traduit en français et communiqué au Premier Ministre »]. Les documents sont rapidement dans les mains de différents membre de la cour puis le roi.

Portrait de Charles de Saxe, Wien, Österreichische Nationalbibliothek.

Comme l’écrit le grand secrétaire de la couronne, Mgr Kierski , évêque suffragant de Plock dans une lettre au comte Plater, palatin de Mscislaw, du 11 juin 1762 : « après la mort survenue de son père le staroste de Nowe Miasto , [elle] a écrit au grand chancelier de la couronne , prince Lubomirski , mari de sa tante, en le suppliant de lui accorder sa protection et lui envoyant des copies de tous les documents relatifs à son mariage, savoir celle du contrat de mariage , du certificat de mariage, du permis du curé , et enfin celle du permis de l’évêque. Toutes ces copies ont été envoyées ici, ce dont on instruisit le duc , auquel on a expédié un courrier, en lui faisant comprendre que cet acte ne peut plus demeurer secret. Aussi faudrait – il en instruire le père (le roi) avant qu’il l’apprenne d’autre part. On a expédié également un courrier à Madame , pour qu’elle n’eût pas l’idée de venir ici , et l’engager à ne pas trop ébruiter ce mariage , car elle peut être cause du malheur de son mari ainsi que du sien propre. D’ailleurs , le temps nous fera voir ce qui va advenir de tout cela »6 .

Ces documents sont biaisés. Nous n’avons que la vision du prince Charles et aucune réponse de Francisca, alors qu’il les mentionne. IL sont donc arrivés dans les mains du prince Xavier et peu-être même du roi autour de 1762-1763 car plusieurs copies ont été faites. Ce sont peut-être les membre de la famille Lubormiski et Krasińska qui ont décidé de les rendre public pour obtenir le soutien de la cour dans cette affaire contre le roi et son fils. La transcription est modernisée par l’orthographe et la ponctuation pour une meilleure compréhension.

Transcription des documents

1760

1er Traduction du contrat de mariage du prince Charles de Saxe duc de Courlande avec demoiselle Françoise Krasinski, selon la forme usitée en Pologne

A tous ceux qu’il appartiendra savoir faisons que Mr le comte Stanislas de Korvin Krasiński staroste de Nowomieski, en égard aux favorables dispositions que, pour l’honneur de sa famille, la province daigne inspirer au prince Charles duc de Courlande pour mademoiselle sa fille Françoise Krasiński, ayant d’ailleurs une parfaite connaissance des usages du pays, et sans déroger aux lois qui les autorise, relativement à ses biens propres et à ceux de son épouse sur la masse totale desdits biens, il constitue à sa chère fille, Françoise Krasińska pour dot, la somme de cent mille écus courants. Monseigneur le prince Charles duc de Courlande de son coté, selon l’usage pratiqué dans le royaume de Pologne, fait purement et simplement donation à ladite demoiselle comtesse Korvin Krasiński à la somme de cent mille écus courant, qu’il hypothèque actuellement sur tous ses bijoux, et lui promet d’améliorer l’assignation qu’il lui fait, dès qu’il sera possesseur de tous les biens de son domaine. On ne spécifie point ici la dot de la future duchesse de Courlande, on s’en rapporte entièrement sur cet article à la générosité du prince son futur époux. D’où la présente transaction être ponctuellement exécute, et quoique signée de part et d’autre. Le prince Charles duc de Courlande ordonne expressément à son plénipotentiaire de la roborer[sic] en tant que de raison, en foi de quoi les susdits contractant ont signé le premier acte de leur propre main et l’ont muni des sceaux de leurs armes. Fait et passé à Varsovie au mois de mars 1760.

2e Traduction du diplôme de Monseigneur le prince Charles duc de Courlande et de Semigalle relativement à son mariage

Nous Charles, par la grâce de Dieu prince de Pologne et de Saxe duc de Courlande et de Semigalle.

Puisque chaque homme doit avoir égard à son rang et a sa condition, et travaille lui même à son propre bonheur autant qu’il dépend de lui ; après avoir pris à témoin de mes véritables intentions celui qui connaît la pensée, le cœur, et l’esprit des hommes ; je me suis résolu à prendre pour compagne Mademoiselle Françoise comtesse de Korvin Krasiński, fille de Mr le staroste Nowomieyski que je choisis pour ma légitime épouse, en me conformant aux usages de l’Église chatolique [sic], apostolique, et romaine, selon l’indult obtenu à cet effet le 23 février 1760.

C’est pourquoi le présent diplôme que je mets entre les mains de ma future épouse, en relatif a notre contrat de mariage ailleurs stipulé, et mon intention en qu’il soit pour tout le monde un témoignage authentique de la sincère affection que j’ai pour Melle Françoise comtesse de Corvin Krasiński, et que depuis le règne de mon grand père, étant successivement naturalisé dans un si beau royaume, je veux contracter une alliance qui puisse convaincre l’illustre nation polonaise de l’amitié que j’ai pour elle afin que me conformant aux mœurs du pays, je parvienne à captiver la bienveillance de ses citoyens, en foi de quoi ai volontiers fait expédier le présent diplôme que j’ai signé de ma propre main et muni du sceau de mes armes. Fait et passé à Varsovie au mois de mars 1760

3e Traduction de l’acte de mariage contracté par Mgr le prince Charles duc de Courlande avec Mademoiselle Françoise Krasinska

L’an 1760. le 21 mars.

Je soussigné François Antoine Lipiewiecz gardien des RR.PP. Bernardins de l’ordre de St. François autorisé par Messire Joseph Cantin Dymachowski curé de la paroisse de Lisow diocèse de Cracovie ci dument interrogé. Mgr Charles Fyderic[sic] prince de la maison royale de Pologne et de celle de Saxe, et Melle Françoise comtesse de Korvin Krasiński de la paroisse de Lisow, dans le palais de Krasińska à Varsovie, et de leur commun consentement, leur ai donné la bénédiction nuptiale en présence des témoins suivants : de Stanislas comte de Krasiński père de l’épouse ; du prince Antoine Lubormiski palatin de Lublin ; de Felicien Kwasniewski staroste Neocelski colonel des cuirassiers ; de Stanislas Jarsewski capitaine au régiment royal polonais. En foi de quoi ai signé le présent acte le même jour et an que dessus.

4e Traduction de l’écrit de M. le curé de Lisow donnant permission au gardien des RR.PP. Bernardins du couvent de Petrikau de marier Melle la comtesse Krasiński

Mon age avancé et la prochaine confession pascale ne me permettant pas de correspondre aux invitations de M. le comte Stanislas Krasiński staroste Nowomieyski, mon collateur et bienfaiteur qui aurait désiré me voir donner la bénédiction nuptiale à Melle Françoise sa fille, mais ne pouvant m’éloigner de ma paroisse, ni m’acquitter par conséquent des devoir de pasteur, et comme d’ailleurs le temps presse, je donne plein pouvoir au R.P. Lipiewicz de l’ordre de St. François, gardien du couvent de Petrikau, de suppléer à mon défaut et de marier, s’il est nécessaire la susdite demoiselle après avoir préalablement vu l’indult. En foi de quoi lui ai accordé les présente permission. Signé de ma main et scellé du sceau de la paroisse. Le 6 mars 1760 Cantin Dymachowski

5e Traduction de l’indult accordé en faveur du prince Charles et de demoiselle Krasinski

Louis Riaucourt évêque de Ptolomais vicaire général et officiel de Brezts et de Podlachie.

A Messire Michel Neyman chanoine de Brezts prévot de Wenyrow, supérieur de la communauté des clercs séculiers et en tant que besoin sera à tout légitime curé de l’un et l’autre contractant plus bas nommé. Notre frère en J.C. Salue savoir faisons que pour raisons à nous connues, Mgr le prince Charles duc de Courlande et Melle Françoise comtesse Krasiński désirant s’unir ensemble par les nœuds du mariage, nous vous accordons de notre autorité, plein pouvoir de leur donner la bénédiction nuptiale, de les marier en face de l’église pendant le carême, en omettant toute publication de bans et autres solennités usitées en pareille occasion pourvu cependant que leur contractants se conviennent l’un à l’autre, qu’ils fassent profession de la foi catholique, et qu’il n’y ai entre eux aucune affinité, consanguinité, ni autre empêchement canonique, tel que le rapt, et contrat de fiançaille etc. etc. ce dont nous chargeons vôtre conscience de vous informer avec exactitude. Requérons en outre pour la célébration dudit mariage la présence de trois témoins dignes de foi dont les noms et surnoms, et ceux des contractants ainsi que notre plein pouvoir seraient insérés dans le registre de la paroisse, que l’original même des présentes reste parmi les actes de l’Eglise. [ill.] a ces fins que nus l’avons donné le 23 février 1760.

Antoine Joseph Bodkowski gardien et juge subdélégué de l’officialité de Brezts et de Podlachie.

Lettre du prince Charles duc de Courlande à Françoise Krasińska son épouse le 3 octobre 1761 rendue par M. le chambelan Dzierzbicki 

J’ai reçu avec un plaisir bien sensible par votre lettre du 27 août, les marques de la continuation de votre chère amitié, et si je n’y ai pas plutôt répondu, croyez que c’est uniquement, qu’accablé par les occupations que me procuraient tous les arrangements des affaires dans ce pays, il m’a été impossible de trouver plutôt quelques moments à ma disposition.

Comme vous m’y marquez que vous savez qu’à Varsovie on parle publiquement de nous deux, je ne puis me dispenser de vous assurer que ce n’est pas assurément de moi que viennent ces bruits, mais de ceux qui se sont fait un plaisir de publier l’aveu que le Bernardin à fait à l’évêque de Cracovie lequel quoiqu’il se dise de mes amis ne m’en à guère donné une preuve en publiant une affaire de laquelle il connaissait assez les conséquences, et savait combien il m’importait qu’elle resta secrète. Quant à ce que vous me dites de M. le vice chancelier je m’étonne fort qu’il ait avancé qu’on voulait le charger de quelque commission pour vous persuader au divorce, puisque je n’en ai pas seulement entendu parler, ni nommer le vice chancelier. Pour M. l’évêque de Kamaniek [Kamaniets-Podilski], il n’a jamais eu aucune commission de moi, ni je lui ai parlé sur cette affaire, mais je sais qu’il a eu des entretiens à ce sujet avec le père Rauch, lequel s’il l’a chargé de vous fonder à ce sujet, ne lui a assurément pas donné la commission de vous parler sur ce ton. Je connais trop la sagesse du père Rauch mais il est un peu scrupuleux. C’est ce motif qui l’a porté à me parler sur cette affaire peu avant mon départ, m’assurant que ce n’était par aucun motif de curiosité, et que de sa part il n’en parviendrait jamais rien aux oreilles du roi, et que c’était uniquement pour m’avertir qu’ayant appris cette affaire à n’en pouvoir douter, il s’était plus exactement informé des circonstances et que par les rapports qu’il en avait, il lui restait encore quelque doute sur la validité du mariage. De nier cette affaire a un qui en était si bien informé, qui approche tous les jours le roi, et sur la droiture et promesse du secret duquel je pouvais me fier, saurait été agir contre toute prudence et raison, c’est pourquoi je lui ai dit que me fiant sur son bon caractère, et persuadé qu’il ne voudrait pas causer du chagrin au roi en l’informant d’une chose qui ne pouvait que lui déplaire et causer en même temps mon malheur, je voulais lui avouer le fait ; mais l’assurer que je croyais le mariage très valable et bon. Il m’assurait encore qu’il croyait le contraire, et qu’assurément les évêques et prêtres qui en seraient informés ne pourraient pas cependant s’empêcher d’en faire quelque (scrupule) au moins jamais nous laisser nous deux là-dessus en repos jusqu’à ce que cette affaire serait décidée ; qu’il me conseillait ainsi de faire examiner cela sans le moindre bruit. Je n’ai ainsi pu me dispenser la veille de mon départ de lui dire que quoique je croyais qu’il n’y avait rien à dire sur la validité de ce mariage ; je voulais me remettre à lui en ceci et le priais de faire examiner cela pour la tranquillité de ma conscience, mais sans aucun bruit ; c’est aussi ce qu’il me promit. Je crois ma chère, que vous n’avez rien à dire à la conduite que j’ai tenue en ceci, et trouverez que j’ai agi en toute cette affaire avec modération et jugement.

J’ai été d’ailleurs bien fâché d’apprendre que votre santé n’a pas été toujours aussi bonne que je vous la souhaite, car assurément en ceci, si les vœux que je fais pour votre conservation seraient exaucés, vous ne connaitriez aucune indisposition. Ma santé est grâce à Dieu un peu meilleure présentement. C’est aussi tout ce que je vous puis marquer d’ici, et pourquoi je finis en vous assurant qu’il m’est bien sensible de ne pouvoir vous instruire de bouche du sincère et parfait attachement avec lequel je suis votre plus fidèle serviteur.

Seconde lettre du prince Charles

Je suis très fâché que ma lettre par laquelle je vous accuse votre dernière du 19 du courant ne vous pourra pas être aussi satisfaisante que je l’aurais souhaité, puisqu’il m’était impossible de vous marquer un lieu ou moment pour une entrevue car tant secrète qu’on veut faire une chose, elle ne saurait rester cachée. En chemin je ne m’arrête nulle-part qu’a Konskie pendant peu d’heures, la nuit à Cracovie, je logerai dans la maison du prince évêque, de sorte que je ne vois aucune possibilité pour que je puisse avoir le plaisir de vous voir. Quant à ce qu’on a mis en tête à votre père que je voulais un divorce secret, et rompre par intrigue le mariage ce n’a jamais été mon intention, mais le vrai est que je ne saurais vivre plus longtemps avec les doutes qu’on m’a fait de la validité de ce mariage, et que voulant tranquilliser ma conscience j’ai prié le P. Rauch d’examiner cette affaire mais comme il ne peut sans que de votre part il y ait quelqu’un qui dise et le mette au fait de toutes les raisons que vous avez pour nous, je crois que le meilleur serait que vous et M. votre père chargiez quelqu’un en qui vous avez de la confiance de parler de votre part au P. Rauch afin que vous voyez qu’il ne s’agit d’aucune voie de fait, qu’on ne veut aucun éclat, et vous serez mieux convaincue alors que ce bon prêtre est un homme fort doux et pieux qui est incapable de penser la moindre injustice. C’est pourquoi je ne puis vous mieux conseiller que de lui faire parler afin de voir les sentiments, et que je puisse enfin tranquilliser ma conscience. Celle-ci une fois assurée, et les choses trouvées sans aucun défaut, vous verriez en moi tout l’empêchement possible à rechercher toutes les occasions de vous convaincre de la sincérité de mes sentiments envers vous. Partant demain de bonne heure, je suis obligé de finir manque de temps, en vous assurant que je suis très fâché de ce que les circonstances ne me permettent pas de vous donner toutes les preuves de la plus sincère amitié et parfait attachement avec lequel je suis votre très fidèle et affectionné serviteur.

Troisième lettre du prince Charles le 5 août 1762

Malgré tous les justes sujets de mécontentement que me donnèrent les divulgations d’une chose qui suivant les assurances que vous m’en avez donné devoir être un secret jusqu’au temps que je jugerais pouvoir la déclarer moi même, je ne m’arrêterais pas ici à vous faire des reproches de ce que vous ne vous êtes pas opposée à la conduite que votre tante à tenue après la mort de votre père, et avez au contraire si facilement consenti a cet éclat que vous pouviez bien prévoir m’être peu agréable ; mais je finis sur ce point et vais en peu de mots vous donner à connaître mes sentiments à cœur ouvert, et la conduite que je désire que vous teniez et par laquelle vous me pouvez donner les preuves les plus réelles de cet amour que vos lettres m’assurent que vous conserverez pour moi. Je suis venu ici dans l’intention de faire aussitôt commencer à examiner notre affaire pour la tranquillité de mon esprit et de mon cœur, mais les différentes révolutions dans le nord depuis le commencement de cette année ayant tout mis en confusion dans mes duchés et ou la plus grande partie d’une noblesse assez revêche montrent du mécontentement d’avoir un prince d’une autre religion que la leur, ces raisons (que le chambellan de Livonie Borch [Johann Andreas Josef von der Borch] vous expliquera plus amplement) m’oblige de laisser dormir encore quelque temps une affaire dans la décision dans les présentes circonstances et situation des affaires pourrait exciter dans mes duchés encore plus de troubles et de confusion que celles que je m’efforce de calmer et abolir. C’est pourquoi je vous prie encore d’avoir encore patience et d’attendre à faire entamer une décision que ne serait d’aucune façon présentement convenable à mes intérêts jusqu’à tant que je me voie tout à fait affermir dans mon établissement, et je vous promets qu’alors je ne différai plus d’un moment ; c’est là une des preuves les plus réelles que vous puissiez me donner de votre amitié puisque toute autre conduite de votre part entrainerait aucunement vos intérêts et le désir que vous me marquez d’avoir, de vous trouver dans une situation qui vous rapproche de moi. Ce que j’ai encore à vous demander est que vous vouliez bien en attendant prendre le quartier qui vous est déjà préparé au couvent a Cracovie et comme vous pourrez y avoir besoin de choses et d’autres je vous ferai tenir régulièrement les intérêts de cent mille écus que je vous ai promis a cinq pour cent. Une vraie marque de l’esprit que j’ai toujours chéri en vous, serait si quand quelqu’un vous donnerait les titres (qu’on m’assure que vous n’avez fait aucune difficulté d’accepter) de les refuser, en disant, que vous ne l’accepteriez que quand l’affaire serait décidée. Une telle conduite de votre part, ne pourrait vous attirer que l’applaudissement de tout le monde. Je ne doute aucunement que s’il est vrai que vous avez encore le même amour pour moi, vous ne remplissiez, parfaitement les prières que je viens de vous faire.

Me trouvant à la veille de mon départ je suis si surchargé d’affaires, que je dois finir, en vous priant d’être persuadée que je sens bien du chagrin de ne pouvoir vous donner des preuves plus réelles de ma sincère amitié et du parfait attachement avec lequel je suis votre sincèrement affectionné, Charles

P.S. Par manque de temps, je suis obligé de me rapporter touchant plusieurs particularité a ce que M. de Borch vous marquera ; il est parfaitement instruit de mes sentiments et je suis persuadé qu’il n’ajoutera ni diminuera rien de ce qu’il a à vous marquer de ma part.

Conclusion

Les lettres de la voivoide Lubormiski et celle de Charles nous apprennent plusieurs choses sur la relation des époux qui expriment peu leurs désirs. Le prince Charles se montre froid dans la façon dont il écrit. Il doit savoir que ces lettres seront vues à la cour et se veut le plus neutre et factuel possible. Ce ne sont pas des lettres d’amour mais des lettres politiques. Charles se place comme prince royal et parle à son épouse qui peut être une future duchesse de Courlande.

Pour aller plus loin….

Józef Ignacy Kraszewski, Wspomnienie_o_Franciszce_Krasińskiej, Warszawa, 1858 (les citations de lettre en polonais traduites en français de Zofia Lubormiski et de l’évêque de Cracovie sont issues de ce texte).

Notes

1. Selon Konopczyński (Władysław), Kiedy nami rządzily kobiety, Londyn, 1960, p.101 : « August III nie utopił synowej pod lodem » traduit « August III n’a pas noyé sa belle-fille sous la glace ». 2. Komorowski (Jarosław), « Tragedia Gertrudy Komorowskiej », dans Spotkania z Zabytkami, Nr 12/2007, p.16. 3. Kubicki (Radosław), « Kobiety w polskiej tradycji i myśli politycznej – ze szczególnym uwzględnieniem Franciszki i Zofii z Krasińskich ». dans Franciszka z Krasińskich Wettyn, Kielce-Lisów, 2012, p.188. 4.Maliszewska (Stanisława), « Franciszka Krasińska (1742-1796) – zapomniana „królewiczowa” polska »dans Franciszka z Krasińskich Wettyn, Kielce-Lisów, 2012, p.12. 5. Kraszewski (Joseph Ignacy), Wspomnienie o Franciszce Krasińskiej, Warszawa, 1858, en ligne sur wikisource. 6.Łopaciński (Bolesław), Charles de Saxe, duc de Courlande, Paris, 1870 , p.30-31.

Sur la bataille de Zorndorf (25 août 1758) : bravoure, peur et massacre selon le prince Charles de Saxe

Introduction

Le 16 mars 1758, le roi de Pologne Auguste III envoie son fils Charles de Saxe à la cour de Saint-Pétersbourg où il arrive le 5 avril 1758. Le prince a tenu un journal de son voyage, aujourd’hui aux archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78). Il envoya aussi de nombreuses lettres (BPP, archives Xavier de Saxe, n°74). Il existe une biographie du prince par Bolesław Łopaciński qui mentionne très peu les événements auquel pris part le prince en Poméranie1. Nous savons qu’il fut présent à la célèbre bataille de Zorndorf (actuellement Sarbinowo en Pologne) du 25 août 1758 qui opposa l’armée prussienne de Frédéric II à l’armée russe du général Guillaume Fermor. Victoire à la Pyrrhus, elle est pourtant pour Frédéric II un grand moment après le succès de Leuthen (5 décembre 1757) face aux Autrichiens. Il a contré sur ses domaines une attaque russe qui paraissait plus forte. Mais elle marque aussi la fin de la possibilité de conquête en Moravie où ses troupes ne sont pas parvenues à percer face à celles de Kaunitz. C’est pour Frédéric II le temps de la protection de ses territoires plus que de poursuivre ses rêves d’expansion. Elle oblige néanmoins les Russes à se retirer en Pologne laissant les Autrichiens seuls sur le front silésien.

F. Wexelberg, Bataille de Zorndorf, plan de 1820, collection privée.

Nous connaissons par le journal publié au XIXe siècle (sujet à caution), ce qu’aurait pensé la princesse Sophie Frédérique Augusta d’Anhalt-Zerbst, future impératrice Catherine II, du comportement du prince Charles de Saxe lors de cette bataille. Selon les Mémoires de l’impératrice Catherine II  : « le prince Charles de Saxe arriva effectivement, le 5 avril de cette année [1758], à Saint-Pétersbourg. On le reçut avec beaucoup de cérémonie et un grand étalage de magnificence et de splendeur » et elle le rencontra à la cour « ce fut moi qui fis la conversation car le grand duc ne voulut quasi pas parler, et le prince Charles n’était pas parlant »2 et ensuite elle rajoute que le prince s’en irait à l’armée comme volontaire. Plus loin, elle explique que «le prince Charles de Saxe était venu pour la seconde fois à Saint-Pétersbourg. Le grand-duc l’avait assez cavalièrement reçu la première fois, mais cette seconde fois Son Altesse Impériale se croyait autorisé de ne garder avec lui aucune mesure, et voici pourquoi. A l’armée russe, ce n’était pas un secret qu’à la bataille de Zorndorf le prince Charles de Saxe avait été un des premiers à fuir; on disait même qu’il avait poussé cette fuite sans s’arrêter jusqu’à Landsberg. Or Son Altesse Impériale, ayant entendu cela, prit la résolution qu’en qualité de poltron avéré il ne lui parlerait plus, ni ne voulait avoir affaire avec lui. A ceci il y a toute apparence que la princesse de Courlande, fille de Biren, dont j’ai déjà souvent eu l’occasion de parler, ne contribuait pas peu, parce qu’on commençait alors à chuchoter que le projet était de faire le prince Charles de Saxe, duc de Courlande »3. Le couple était alors très proche de Hedvig Elizabeth von Biron, princesse de Courlande fille du Ernst von Biron alors emprisonné ce qui explique peut-être la vision négative du rôle du prince dans la bataille. Il aurait agit lâchement en s’enfuyant. Pourtant l’impératrice Élisabeth le fait duc de Courlande après cette bataille, ce qui entre en contradiction avec cette description négative de son comportement.

Georg Cristoph Grooth, Sophie Frédérique Augusta d’Anhalt-Zerbs (future Catherine II) et son époux Karl Peter Ulrich de Holstein-Gottorp (futur Pierre III), Musée d’art d’Odessa.

Mais qu’en est-il réellement ? Qu’écrit-il sur cette bataille ? Il existe plusieurs lettres du prince Charles à son frère Xavier qui donnent une autre vision de la bataille : ce sont six lettres du 1er juin et 19 juin, 26 juin 1758 à Saint-Petersbourg, avant la bataille et une depuis le château de Tamsel (Nouvelle-Marche (Neumark) dans le Brandebourg, actuellement en Pologne dans le village de Dąbroszyn) du 18 août 1758 puis une de Landsberg (Gorzów Wielkopolski) du 6 septembre 1758, et une de Stargond[?] du 11 octobre et en dernier une de Drambourg sur la Tramburg (Drawsko Pomorskie), du 29 octobre 1758 (BPP, archives Xavier de Saxe n°74) donc après les combats. Elles sont écrites en français avec des parties en secret (sûrement au citron) en allemand ou français devenues en grande partie malheureusement illisibles. Nous les donnons en entier avec une transcription dans une forme contemporaine.

Avant la bataille : le prince à Saint-Pétersbourg

Pietro Rotari, Charles de Saxe, SKD.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, ce 1er juin 1758

Mon très cher frère,

Je suis dans des craintes mortelles que vous ne croyez que c’est paresse ou négligence de ma part de ne vous avoir répondu encore que deux mots sur votre chère lettre n°2 et rien du tout sur votre chère n°3, et rien ne peut me rassurer là-dessus que l’espérance que j’ai que vous êtes assez persuadé de mon parfait et sincère attachement envers vous pour que vous me justifiez vous même en attribuant mon long silence au peu de temps que j’ai à moi. C’est aussi avec un empressement sans égal que je ne saisis ces peu de moments pour vous marquer mon très cher frère la joie bien sensible que me causent les assurances de votre chère et précieuse amitié.

Je suis bien aise de savoir que le séjour de Vienne vous est devenu si agréable que vous auriez souhaité de pouvoir vous y arrêter plus longtemps, je ne m’en étonne aucunement quand on se trouve à une cour impériale où l’empereur et l’impératrice vous comblent de milles marques de bonté et d’amitié, je sens ici par moi-même combien que cela est doux et agréable. Je vous fais pas ici une description de toutes les bontés que S.M. l’impératrice [Elisabeth Ire] ici pour moi car je ne finirais jamais si je commençais à le détailler. Tout ce que je ne puis me dispenser de vous en dire est qu’elle me marque des vraies bontés de mère et qu’assurément elle trouve en moi un fils qui lui en sera toute sa vie respectueusement reconnaissant. Mes occupations et amusements d’ici vous les trouverez dans la continuation du journal que je vous enjoins ici. Vous y verrez que S.M. l’impératrice m’a fait présent d’une magnifique pelisse de Zibeline [animal de Mongolie] lorsque j’étais à Schlußalburg[sic] pour voir le fameux canal de Pierre le grand qui est long de 104 vertes par lequel viennent ici toutes ou du moins la plus grande partie des subsistances de l’intérieur de la Russie. J’ai mon très cher frère aussi bien que vous avez eu à Vienne le plaisir de parcourir les loges au théâtre du palais d’été ou 3 fois par semaine il y a opéra comique et les jours qu’il y a comédie française ou intermezzo à la cour comme l’on y reste en cérémonie et que je suis avec le grand duc et Madame la grande duchesse dans la loge vis-à- vis celle de S.M. l’impératrice. Je me rends toujours au théâtre au moins une heure avant que le spectacle commence profitant de la compagnie des belles dames qui s’y assemblent. Il y en a beaucoup de bien belles qui peuvent se disputer la préférence mais toutes en générale sont d’un maintient très agréable. Tous ces amusements me seraient bien plus de plaisir et je les goutterais davantage si c’était dans un autre temps et si mon désir de me rendre à l’armée en fut aussi grand qu’il est. Mon départ ne peut pas encore être fixé. S.M. l’impératrice ne m’ayant absolument pas voulu laisser partir lorsque je lui marquais que j’avais l’ordre du roi de lui demander la permission de me rendre à l’armée elle veut premièrement que j’aille avec elle la semaine prochaine à Peterhof.

Je vous envoie mon très cher frère la satisfaction que vous aurez de revoir deux de nos chers sœurs, que ne puis je voler pour profiter conjointement avec vous de ce plaisir, cela m’en procure [ill.] autre duquel je me vois privé depuis quelque temps, c’est de pouvoir en vous embrasser, convaincre de bouche de la tendresse de mon attachement qui ne cessera qu’avec ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

P.S. mes compliments s’il vous plait à toute votre suite mais surtout au petit Solms et au baron baron de la baronnie Wreichsel.

[en secret illisible]

Portrait d’Elisabeth Petrovna, Google arts.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, 19ème juin 1758.

Mon très cher frère,

Ayant appris par la lettre de Solms et par le journal qu’il m’a envoyé que vous ne vous arrêteriez pas longtemps à Munich, je compte que cette lettre vous trouvera déjà à Versailles. Qui ne vous envierait dans ma situation la satisfaction de revoir deux chères sœurs, je ne puis penser a la joie que cela vous cause sans souhaiter d’avoir pu partager ce bonheur avec vous et il n’y a que l’espérance d’être aussi heureux un jour qui puisse me consoler de n’avoir été de votre voyage. Je vous envois ici le journal de mes occupations et amusements. Vous y verrez mon très cher frère que je suis à la cour d’une impératrice qui me comble tous les jours de nouvelles marques de ses bontés. Il n’y a que le désir de me rendre à l’armée qui puisse m’empêcher de regretter à quitter une aussi belle brillante cour. Conservez je vous conjure quelque part dans votre amitié pour un frère qui prétend la mériter par le sincère et inviolable attachement avec lequel je suis et sera à jamais, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, ce 26 juin 1758

Monsieur mon très cher frère,

J’ai reçu avec bien du plaisir votre chère lettre du 2 d.c. de Munich voyant que vos amusements d’un endroit ou sans compter la joie de revoir une sœur que vous n’aviez plus vu depuis 11 années. Vous nagez dans les plaisir ne vous ont pas empêché de vous souvenir de moi. Vous me faites mon très cher frère des injustes reproches que je ne vous envoie pas le journal de mes occupations puisque je vous l’ai déjà envoyé plusieurs fois et vous voyez par le numéro de celle-ci que j’ai été aussi excut[sic] qu’il m’a été possible dans ma correspondance avec vous malgré que je n’ai guère de temps à moi. Je serais bien fâché si quelqu’une de mes lettres se fut perdues car cela vous pourrait laisser croire que je suis négligeant à donner de mes nouvelles. Je n’ai pas le temps de vous dire aujourd’hui davantage étant occupé à faire mes arrangements pour le voyage de Peterhof où j’irai ce soir ou demain matin. Comme je crois que cette lettre vous trouvera auprès de la dauphine je vous prie de me rappeler le plus souvent qu’il sera possible dans mon cher souvenir.

Continuez moi je vous conjure votre chère amitié et croyez que je serai jusqu’à la fin de mes jours en vous aimant tendrement et sincèrement, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

Excusez-moi mon griffonnage. N’oubliez pas de faire mon salamalek au Longinus et à Weichsel. Je ne resterai que 10 ou 12 jours à Petershof et partirai de là à l’armée qui est déjà assez avancée en Poméranie. Je vous enverrai le jour de mon départ mon journal.

[Encre blanche illisible en allemand ]

La bataille selon le prince Charles de Saxe

Lettre de Charles à Xavier : Temsel, ce 18ème août 1758

N°1 depuis que je suis à l’armée car j’ai oublié l’autre n° .

Doerfer, Bataille bey Zorndorf, collection privée.

Mon très cher frère,

J’ai eu tant à faire perdant mon séjour à Varsovie que je ne sais si je vous ai écrit ou non dans cette incertitude je vous dirai en qui[sic] de mots qu’étant venu de Peterhof en 10 jours sans dormir une seule nuit à Varsovie je m’y arrêtais 9 jours ce fut le 1er de courant que je partis de là pour l’armée laquelle je ne joignis que de 4e après midi auprès de KonigsWalls[sic].

Pardonnez que je ne rapporte sur le journal que je vous envoie par Geitulewicz autrement et Mantelsult[sic], vous savez combien il y à faire auprès d’une armée (quoique celle-ci est depuis 3 jours assez tranquille) ce qui me fait espérer que vous m’excuserez si je ne vous fais moi même le détail de ce qui se passe à cette armée. Ayant cependant aujourd’hui quelques moments à moi, je ne puis me disperser de vous donner un petit échantillon de la bravoure des Russes et la description de la nouvelle méthode d’attaquer et brûler toute une ville en peu d’heures.

Notre armée à l’exécution de la division sous les ordres du [lieutenant général] Romanzow (dont la fleur est la plus belle d’aimable femme de Pétersbourg mariée au colonel comte Bruss) laquelle est dispersée dans toute cette NauMord[sic] pour entrer les contributions s’étant le 14 rassemblée à 2 miles de Curstin[sic]. Il fut résolu après qu’on avait reconnu pendant deux jours le terrain devant cette ville que l’on attaquerait le 13e au matin les faubourgs devant cette ville (où il faut aller plus d’un quart d’heure exposé a tout le camp de la ville) avec 4e grenadiers, comme j’appris cela je fus curieux de le voir c’est pourquoi je me logeais cette nuit à une demie heure derrière nos postes avancés dans le quartier que j’occupe encore le 15 au matin.

Je fus à 4 du matin voir les disposition que le quartier maître général Wossel[sic], qui devait commander l’attaque, ferait. Je m’avançais avec lui aussi près qu’il fut possible de la ville dont mon grand étonnement l’on nous tira aucun coup de canon. Nous étant bien avancé, nous trouvâmes entre la ville et les faubourgs un camps d’infanterie lequel, autant qu’on pouvait en découvrir, était au moins de 2m [2000] hommes il n’y avait pas été les jours précédents et nous vîmes encore sortir de la ville par le pont, qui est par dessus le marais lequel sépare la ville d’avec les faubourgs, plus d’infanterie ce qui nous fit croire que les ennemis avertis de notre dessein se préparaient à défendre les faubourgs et à nous y bien recevoir. Les hussards noirs s’avancèrent sur les nôtres et nos calmuques[sic pour kalmouk] lesquels voulurent donner dessus les Prussiens mais un bataillon avançât et s’étant mis sur les hauteurs devant les faubourgs nous canonna de bonne grâce. Nos hussards furent obligés de se replier vers le bois qui est à la portée du canon de la ville où la tête de nos grenadiers arrivait. L’on mit d’abord deux haubitz [howitzer ou canon court] et deux canons de 12litr [sic pour livres] sur une petite hauteur d’où l’on canonna ce bataillon prussien qui se retira dans les faubourgs.

Nous n’avions alors que 2m [2000] grenadier et les autres 2m étaient encore bien bien en arrière il fut cependant résolu d’attaquer. On les fit filer sous une hauteur ou pendant 300 pas ils étaient à l’abri du canon de la ville tout leurs soutien n’étaient que 2m tant hussards que calmouques. L’on chassa d’abord le peu de prussiens qui étaient auprès de la tuilerie où l’on mit deux batteries à la baguette dont l’une de deux haubitz de Szwalow. Ces fameuses pièces jetèrent des grenades royales dans la ville dont nous n’étions qu’à la demie partie du canon, l’autre était dirigée sur les Prussiens dans le faubourg et sur leur pont de communication. Alors les grenadiers passèrent la plaine, malgré le feu continuel de la place, les cosaques et nos hussards chassèrent en même temps les hussards prussiens jusque dans les faubourgs. L’infanterie prussienne surprise de la furie avec laquelle on marchait vers le faubourg et voyant que le canon tachait à casser leurs pont de communication avec la ville ne firent qu’une décharge sur nous et prirent honteusement la fuite, se sauvant en grande confusion dans la ville par le pont courant à qui plus vite nous laissant maîtres des faubourgs et abandonnant même une partie des tentes du petit camps et tous leurs staversacs[sic]. La 4ème de nos grenades royales mit le feu à la ville laquelle fut entièrement brûlée le soir à 11heures tout était à bas à 8 maisons près qui subsistent encore de même que le magasin à poudre qui a une triple voûte et nos bombes et grenades étant trop légères pour les pouvoir rompre quoique nos batteries ont été 24 heures à [battre?]. Nous n’avons eu que 13 ou 14 hommes de tués entre autre un capitaine des grenadiers.

Ne nous étant aucunement préparés à un siège, nous ne l’entreprendrons même pas et devons seulement laisser un corps devant cette ville pour que rien n’en puisse sortir de ce coté de l’Order[sic]. Toutes mes représentations pour nous en aller d’ici n’ont servis encore de rien notre jeun[sic] étant pas d’en faire le siège en forme ce qui nous ferait perdre un temps infini sans peut-être rien effectuer. Nous sommes déjà 3 jours ici à regarder la ville brûler et à jeter toutes les heures une bombe sans effet sur le magasin à poudre. Cette inaction met ma patience à bout et tout le magasin, que j’avais eu soin de prendre avec en campagne, tire vers sa fin et sera vidé en peu de jours si nous resterons si oisifs.

Bartholomäus Hübner et Christian Halbauer, Friedrich II. von Preußen et le prince Friedrich Wilhelm, Wiki common.

Parlons de choses qui me feront passer mon envie de gronder : c’est de votre chère du 16e juillet que je veux m’entretenir. J’ai reçu des chères lignes qui m’assurent de la continuation de votre amitié deux jours après mon arrivée à Landberg et je vous assure que j’ai longtemps souhaité de pouvoir vous écrire, mais il m’a été absolument impossible de trouver avant les moments présents un seul que j’eus pu employer pour vous marquer combien je regrette d’être privé du plaisir de vous pouvoir embrasser.

Faites milles compliments à Weichsel et n’oubliez pas Block ne dites rien au « Langen Teuffel » car je lui écrit moi même. Ma marmotte gronde tous les jours de ce que je ne le laisse pas assez dormir et il est infiniment sensible à votre gracieux souvenir. Il ne vous écrit pas parce qu’outre qu’il est trop paresseux, il craint que vous ne pourrez pas déchiffrer son écriture laquelle peut disputer la préférence à celle de Mniszech. Il se met à vos pieds. L’officier Schoyd de même et ce n’est pas sa faute si il n’est pas encore tué. Je vous annonce que vous êtes en disgrâce chez la Piltz Lauß puisque vous lui avez donné ce nom dans votre lettre. Tout ce qui est avec moi se met à vos pieds et moi je voudrais pouvoir me jeter à votre col pour vous embrasser tendrement et vous assurer que je serais toute ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné falet[sic], Charles

P.S. je vous fais mes sincères compliments et félicitations sur votre prochain jour de naissance vous souhaitent a cette occasion pas autre chose que ce que vous vous souhaitez vous même.

[encre blanche en partie illisible]

Montanus souhaite que Wolff n’ai plus à faire que lui car il n’a pas qu’a pressent eu autre chose à faire qu’à achever ce que Wolff à laisser d’imparfait. Tout mon équipage vit maintenant en suivant mon exemple et je n’ai renvoyé encore personne à Varsovie. A Pétersbourg, il y a des dames charmantes mais des maris bien sots et verbeux. Celle que je vous ai nommée dans ma lettre et sûrement la beauté de Pétersbourg mais une conduite irréprochable tout cela apparemment [ill.] de la Francisiu  si vous ne le comprenez pas. Weichls pourra vous l’expliquer.

[suite du secret en allemand illisible]

Lettre de Charles à Xavier : Landsberg, ce 6ème septembre 1758

n°2 rec. le 6 octobre

rep. le

Monsieur très cher frère

Pardonnez je vous prie je ne vous ai pas plus tôt envoyé la relation que vous trouverez dans le journal ci-joint de la bataille qui s’est donné le 25 d’août pour célébrer à grand bruit des canons votre jour de naissance, mais la confusion dans laquelle tout était jusqu’asteur[sic], m’a empêché de vous écrire tout ce dont je souhaitais depuis longtemps que vous fussiez instruit. Je profite maintenant de ces moments que mon incommodité ordinaire (der Konig Herodig) une force de rester au logis, pour vous adresser la présente. Quoique vous verrez dans le journal, une relation assez exacte de cette bataille ou plutôt massacre. Je ne puis me dispenser de vous dire que c’est la plus opiniâtre et sanglante à laquelle je me sois trouvé. Le camps parsemé auprès de Pilsnitz[sic] à la bataille du 22 novembre 1757 [bataille de Breslau] n’est rien en comparaison des morts qui restèrent sur le champs entre les villages de Kutzhberg [Kutzdorf actuellement Gudzisz], Zingert [Zincher actuellement Suchlica], et Zonerdorff [sic].

Je ne dis rien du carnage horrible que les Prussiens ont fait depuis 4 heures jusque vers la nuit dans le marais où tout était poussé puisque je n’en ai pu être témoin jusqu’à la fin. N’ayant vu avec une parti de l’aile droite dont tout fut ou haché ou pris, tellement entouré des ennemis que pour éviter de tomber entre leurs mains et de procurer au roi de Prusse la satisfaction de m’avoir pour prisonnier : il ne me resta plus d’autre partis à prendre que de sauter avec mon cheval dans la rivière Mietze [Myśla] à laquelle nous étions acculés et de là passer à la nage. Ce qui me réussit et à presque tous les volontaires qui étaient avec moi. Le général Saint André autrichien fut obligé de prendre le même partis, il y eut cependant son adjudant le capitaine Loccum pris derrière mon cheval. Les Prussiens nous tirèrent force de coups pendant que nous nagions mais il n’y eut qu’un officier volontaire russe de blessé et plusieurs chevaux de tués.

Tout était alors désespéré les Prussiens maîtres de tout notre canon et aucune retraite pour ce qui s’était retiré entre les marais qui étaient au dos de notre centre et entre la rivière de Mietze dont tous les ponts étaient rompus et gardés par les paysans. Le général chef Fermor et toute la généralité qui n’était pas prise ou tuée était dans cet état attendant d’être obligé de se rendre. Le général Fermor avait tenté de passer la rivière mais son cheval s’enfonça dans les marais dont cette rivière est bordée. Le général major de cavalerie Denikow ayant rassemblé 1500 hommes tant infanterie que cavalerie. Lesquels étaient bien résolu tomba lorsqu’il faisait déjà sombre sur le flanc droite et au dos des Prussiens: ceux ci dans l’obscurité vinrent tellement en désordre qu’ils se sauvèrent en grande confusion derrière Zingerd où ils se rassemblèrent et laissèrent ce général maitre du champs de bataille. Ce coup hardis et presque de désespoir sauva le reste de l’armée russe laquelle de 37 à 38 m[38 000] combattants qu’elle était avant la bataille, on peut rassembler cette nuit sur le champ de bataille que 12 m [12000] hommes et le 5e jour même après la bataille avant que s’être jointe aux corps du comte Romanzow elle n’était que de 20m [20000] hommes. Nous pouvons bien compter de notre part entre tués et blesses 16 à 17 m[17000]. Les Prussiens comptent leurs pertes aussi à 15m [15000] hommes.

Nous avions une abominable position nous ayant laissé tourner tellement de l’ennemi duquel on pouvait voir le dessein dès la veille, que nous fumes obligé de faire de la première ligne la seconde, et la seconde la première. Nous avions par ce mouvement un marais impraticable derrière notre dos et derrière celui la encore la rivière de Mietze, toute retraite coupée vers Landsberg et encore étions nous dans un font sans occuper des petites hauteurs qui nous entourraient et qui n’étaient qu’à 500 pas de nous. Le roi de Prusse y mit d’abord son canon lequel fit d’abord un mal horrible puisque le général Fermor ayant formé la figure que vous verrez dans le plan ci-joint, il n’y avait guère de boulet qui se perdit au lieu que notre canon ne faisait aucun mal à son infanterie qui se formait derrière ces petites hauteurs d’où ils nous tirait à boulet et même à cartouche. La bravoure des troupes russes et fermité[sic] avec laquelle ils ont soutenus pendant 1 heure et 1/2 cette furieuse canonnade est inexprimable. Ils se sont battus comme des lions et le peu de cavalerie que nous avions a haché dans l’infanterie prussienne horriblement. Si les Russes n’avaient le défaut de tirer tout trop haut rien ne sauraient résister. Le malheur était encore que dans l’horrible poussière qu’il faisait, la seconde ligne du nouveau corps d’observation qui était à la gauche [rayé: fut] tira sur la première. Nous pouvons dire que c’est par un bonheur et hazard inexprimable que par ce dernier coup du général Denicow [rayé: pu] nous soyons restés maitres du champs de bataille. Nous avions une position où toute l’armée russe était exposée à devoir mettre les armes bas ou d’être haché étant absolument coupée de toute retraite. Le proverbe allemand se vérifia la “Friss, Vogel, oder stirb”[“Manger, voler ou mourir”].

Les Prussiens, lorsque les 20m[20000] hommes qui s’étaient rassemblés peu à peu, étaient[sic pour avaient] marché le 27 joindre les gros équipages et prendre la position avantageuse à Groß Carnin [Groß Kammin ] tirèrent le 28 le feu de réjouissance puisqu’ils s’étaient alors postées sur le champs de bataille. Nous le tirâmes aussi mais je crois à plus juste titre ayant été deux jours sur le champs de bataille et ne l’ayant quitté que pour prendre une meilleure position nous tirant par une marche du mauvais troup[sic] où nous étions. Malgré la bataille gagnée peu sur encore d’avoir une retraite libre et il faut ou que les prussiens aient furieusement souffert ou manqués de munition pour laisser sortir de ce trou l’armée qui si elle ne rejoignait le chemin de Custrin à Landsberg aurait facilement pu être réduite par le manque de pain à devoir se faire jour à tel prix que ce fut. Le général Fermor qui a reçu une légère contusion à la jambe droite est[sic] marché la nuit du 31 au 1er sept pour se joindre ici avec le corps de Mr Romanzow. Nous avons 35 m[35000] hommes ce qui fait une armée bien en état de manœuvrer quand elle est bien menée. Ce que Mr le général en chef sera est inconnu à tout le monde, mais s’il veut exécuter les ordres de sa souveraine, il faut qu’il tache d’avancer de nouveau. Le roi de Prusse est allé à la rencontre des Autrichiens avec un corps de 16000 hommes et comme on compte sa perte au moins en tués et blessés à 15m[15000] et qu’il avait 50m[50000] à la bataille. Il ne ne peut tout au plus avoir que 20m 20000] devant nous. C’est le lieutenant général Kanitz qui commande un corps de 4000 hommes qui est à un mil de nous et le lieutenant général Luberstein avec environ 14 à 15m[15000] auprès de Gross Carnin. Le général Dohna doit suivant le rapport des prisonniers et déserteurs avoir eu le bras gauche emporté d’un boulet et d’un coup de fusil dans le corps. C’était un brave général et j’en suis faché pour mon cher Laugen Feusel auquel je vous prie de faire mon salamalek.

Bataille de Zorndorf, collection privée.

Mes compliments à toute la suite du comte de Lusace mais particulièrement à Weichsel. J’ai fais une perte irréparable à la bataille c’est de Montanus. Je ne puis apprendre ce qu’il est devenu il n’est pas dans la liste des prisonniers, personne ne la vu tuer et je sais cependant qu’il a passé avec moi la rivière Meitze. Je crains seulement qu’il n’ai été massacré par les paysans ou par nos propre gens qui pour prendre quelque chose surtout les cosaques. Ils tueraient leurs grand prêtre s’ils le rencontraient pour lequel d’ailleurs ils marquent beaucoup de respect. Ce che[ill.] de Montanus s’est enfermé de l’autre coté de la rivière et un officier dit l’avoir vu à pied.

Mon beau nouveau cheval brun avec lequel je vous ai accompagné à votre départ de Varsovie lorsque j’en descendis comme la bataille durait déjà une heure pour me mettre sur mon vieux cheval de bataille fut dans le même moment tué de deux balles de fusil et d’un boulet de canon. Mon Lebeau dont vous aviez tant envié est aussi tué le moment avant. Tout ce que je vous puis encore mander est que l’on dit en ville et les déserteurs le confirment que les Autrichiens doivent être à 1/2 mile de Frankfurth[sic]. Comme le roi y est marché en personne, je m’attends à tout moment à quelque bataille. La danse commence plus tard que l’année passe mais peut-être n’en sera-t-elle pas moins vive et je ne doute pas que vous n’ayez aussi de votre coté avant la fin de cette campagne encore une bataille. J’espère qu’elle sera telle qu’il la faut pour le bien de la cause commune par ce que je suis sûr que vous prendrez de très bonnes mesures. Je ne m’aperçois qu’à présent que je vous ennuierai par mon long griffonnage mais privé de plaisir d’être avec vous, je ne puis qu’avec peine cesser de m’entretenir avec vous par écrit. C’est donc de crainte de vous être trop à charge que je finis en vous assurant que je serai jusqu’à la fin de ma vie avec cette sincère amitié que j’ai toujours eu pour vous mon très cher frère qui me fait regretter de ne pouvoir embrasser et convaincre de bouche que je suis incapable de tout changement inutile qui est [ill.] met à vos pieds, mon très cher frère, votre très affectionné, Charles.

Vous trouverez le plan fort confus mais je l’ai fais faire uniquement pour vous montrer dans quelle position nous nous sommes laissés attaquer et le bel ordre de bataille que nous avions. J’oubliais de vous marquer que l’on a encore hier un commando de 1000 cosaques et autant de hussards avec quelques peu de cavalerie vers Prawckfursth[sic] pour tacher d’avoir des nouvelles des Autrichiens.

[En secret en allemand illisible]

Après la bataille

Georg Prenner, Portrait de l’impératrice Elizabeth Petrovna, Saint-Pétersbourg.

Lettre de Charles à Xavier : Stargond[?], ce 11 octobre 1758.

Monsieur et très cher frère,

Le plaisir que j’ai ressentis recevant votre chère lettre du 8 septembre est inexprimable, m’étant une preuve de votre chère amitié et apprenant que nos chers Saxons vous ont pour commandant et votre nouvelle charge en France. Je vous fais mes plus sincères compliments sur l’un et l’autre point et souhaite que vous donniez avec nos chers Saxons un tel échec au prince Ferdinand qu’on puisse dire qu’ils se sont sous vos ordres ouverts le chemin pour la patrie et délivre ce pauvre pays de l’ennemi qui l’abîme totalement. Je n’ai cependant appris qu’avec chagrin inexprimable que les lettres que je vous ai écrites se soient perdues puisque vous me marquez que vous n’avez reçu de mes lettres depuis l’avant dernière que je vous ai écris de Saint-Pétersbourg. Comme je vous enjoins le journal je ne vous dis rien de ce qui se passe à cette armée dont le commandant pense déjà beaucoup aux quartiers d’hiver. Je souhaite que l’on puisse s’emparer de Dolberg [?] cela nous pourrait faciliter beaucoup à les prendre dans ce pays-ci. Je suis bien fâché que les nouvelles répandues par les partisans Prussiens vous aient donnés des inquiétudes a mon sujet. Ils ont fait autant à Dresde ou ils avaient répandues en même temps que la nouvelle de la défaite totale des [rayé : Prussiens] Russes que j’étais perdu déjà 3 jours avant la bataille j’espère que vous aurez reçu ma relation de cette affaire la lettre de Gablusa qui de même que Tonhenau [?] autrement officier Sifoyd et tout ce qui est avec moi se mettent à vos pieds faites mes compliments à tout ce qui est avec vous mais surtout Weichsel. Excusez mon abominable griffonnage conservez moi votre chère amitié et soyez persuadé que la sincérité de la mienne envers vous et l’attachement le plus parfait ne finiront qu’avec ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

[En secret en allemand illisible]

Lettre de Charles à Xavier : Drambourg sur la Tramburg [actuellement Drawsko Pomorskie], ce 29me octobre 1758.

Mon très cher frère

Quoique j’écris depuis 6 du matin je ne puis me dispenser à la hâte de vous adresser ces lignes pour vous marquer ma joie et l’excès de joie que m’a causé votre cher billet par lequel vous me donnez part de la victoire que vous avez remporté et où nos chers saxons que vous commandez se sont si bien conduits. Je sais mon très cher frère d’autre part d’autre part ce que la modestie vous à empêché de dire et combien que vous avez contribué à cet heureux et glorieux événement c’est pourquoi je vous en fais mes plus sincères félicitations. Je regrette de n’avoir à cette occasion été un de vos aides de camps. J’aurais porté vos ordres bien vite quand même tous mes chevaux en auraient du crever. Tout ce que j’ai encore le temps de vous dire est que je vous envie l’occasion que vous avez de vous distinguer et marquer tout ce que vous valez pendant que moi je n’apprends qu’à marcher le pas d’écrivice[sic].

Je vous embrasse de tout mon cœur. Embrassez de ma part en particulier Solms « meinen lieber braven langen teufel »[mon cher bon long diable] et après cela chaque Saxon l’un après l’autre. Vous ne serez au moins pas oisif ou désœuvrée. N’oubliez pas de grâce je vous prie mes compliments à tout ce qui est de votre suite mais surtout à mon cher Weichels.

[En secret en allemand illisible]

Le journal du prince Charles

Aleksey Antropov, Portrait du général Fermor, Saint-Pétersbourg.

Titre : Suite du Journal de l’armée russe

[Le 23 et 24 août ne sont pas retranscrits ici]

Le 25 août.

L’ennemi réussit dans sa marche, parce qu’il parvint à nous tourner de façon, que notre dernière ligne devint la 1ere et la 1ere la dernière, et notre position d’autant plus funeste, parce que ni notre droite ni la gauche n’appuyaient à rien, et nous avions derrière notre dos un marais impraticable avec la petite rivière de Mietze, dont l’ennemi et les paysans de Kwetsche avaient rompu tous les ponts.

L’ennemi filant derrière Ziegest passa à Gross-Cammin laissant les hauteurs de ce village, où étaient nos gros bagages, derrière sa droite, sa gauche s’étendait jusqu’au bois du côté de Crustin. Ses canons étaient rangés en trois grandes batteries ainsi que tout le long de notre ligne sur les hauteurs qui dominaient notre position. A 9 heures du matin il les fit jouer avec tout le succès qu’il en pouvait désirer, mais d’autant plus fatale pour nous, que, parce que le général en chef de Fermor avait fait faire à toute l’armée un quarré long extrêmement défectueux, ayant les petits bagages au milieu des deux lignes, presqu’aucun des boulets ennemis ne passa sans nous faire beaucoup de mal, pendant que son infanterie se déployait et se rangeait a la faveur desdites hauteurs sans que nous ayons pu le voir, jusqu’à ce qu’elle se fut approché de nous.

Médaille de la bataille de Zorndorf, collection privée.

Nos gens, dont la bravoure est incomparable, soutinrent ce feu jusqu’à 10 heures bien passées avec une intrépidité étonnante, et notre canon ne pouvait encore faire aucun mal à l’ennemi.

Le petit feu ayant commencé, quoique celui des Prussiens était infiniment plus vif et meurtrier, les nôtres les poussèrent et les escadron de cavalerie conduit par le brigadier Gacegreben[Gaugreben], et lesquels on enfermé à al droite entre 2 lignes en étant sorti et tombé sur l’infanterie prussienne, y firent un carnage horrible, mais ayant été pris par la suite eux-même en flanc, ils furent obligés de se retirer. Notre infanterie fut aussi reculée, mais notre 2de ligne étant venue pour la soutenir, les ennemis furent derechef vivement repoussés. Sur cet exploit les Russes criaient victoire.

Cependant le roi de Prusse chercha et trouve une ressource dans un petit corps de réserve, qu’il avait, lequel il fit avancer et étant venu fondre avec furie sur notre centre, le perça, culbuta tout dans le marais, et y fit un massacre affreux de tous ceux, qui ne purent le passer, ou qui n’eurent pas envie de se noyer dans la rivière de Mietze, qui était à notre dos, ainsi qu’il est dit ci-dessus.

Notre droite qui jusqu’ici avait fait des prodiges de valeur, céda aussi, étant vers les 4 heures de l’après-midi prise en flanc par la cavalerie prussienne, et fut obligé de se replier sur ce même marais.

S.A.R. Le prince Charles de Pologne, s’y trouvant avec le général autrichien Saint André, et les volontaires de sa suite s’efforcèrent en vain d’arrêter les fuyards, et ayant rencontré le général en cher Fermor, qui venant avec quantité d’houssards[sic] et de cosaques dit : « qu’il cherchait à se retirer à Swet[?] », se trouvèrent peu après tellement entourés de l’ennemi, et acculés contre ladite rivière de Mietze, qu’il ne leur resta plus d’autre parti pour éviter de devoir se rendre à l’ennemi, que de prendre la résolution hardie de passer à la nage. Ce qui leur ayant réussi en essuyant grand feu de l’ennemi dans le passage, ils gagnèrent Soldin, non obstant qu’ils rencontrèrent de ce côté-là encore plusieurs partis d’houssards[sic] prussiens, lesquels n’osèrent cependant les attaquer voyant une troupe de gens résolus de se faire jour à tout prix.

L’aile gauche se défendit cependant encore, mais elle fut à la fin aussi obligée de céder, ses généraux Soltikow [Saltikov] et Czernicheff ayant été pris, et le général en chef de Brown blessé par 8 ou 12 coups à la tête, de sorte que nos gens ne croyant plus de pouvoir échapper à l’ennemi, ni sauver de lui les petits bagages, se débandèrent les uns à les piller eux-mêmes, les autres à se saouler de l’eau de vie qu’ils y trouvèrent. En un mot la victoire était complète à l’ennemi : qu’à la fin sur les 9 heures du soir les généraux Denicou[Demiku] et Fast ayant amassé environ 1500 hommes tant de cavalerie que d’infanterie firent encore une tentative (pour ainsi dire de désespoir) et réussirent à mettre l’ennemi en confusion, lequel se reformé la nuit dernière Ziegest après nous avoir abandonné le champs de bataille avec tous nos canons, qui avaient déjà été entre leurs mains, et tournés mêmes contre nous. Ainsi nous restâmes maîtres du champs de bataille sans savoir comment.

Nos blessés et nos dispersés se mirent à s’assembler successivement a l’appel, que l’on ne cessa de battre jusqu’à minuit. De sorte que le 26 août.

Dès la pointe du jour nous eûmes à peu près 12/m hommes ensemble. L’ennemi ne manqua pas de son côté de rassembler les siens pendant toute la nuit autant qu’il le put et comme il était supérieur surtout en cavalerie et en houssards[sic], il tenta de nous alarmer dès le grand matin en se présentant en ordre de bataille. Même, vers les 6 heures, il marcha à nous, mais les notre s’étant mis à le canonner sur le champs, il ne jugea pas à propos de faire autre chose, que de se contenter aussi à nus répondre par une simple canonnade. Jusqu’à ce moment nous étions pas encore sortis de mauvais pas n’y ayant aucune communication entre Landsberg et l’armé.

Le 27 août

Mr de Fermor rangea son armée en deux colonnes, et ayant les bagages au milieu, fermé par notre cavalerie, marcha vers Gross-Cammin, pour s’y joindre aux trois mil grenadiers qui y étaient restés pour garder la Wagenbourg. Ce qu’il effectua sans perdre un seul homme.

Le 28 août

Par le détail que l’on a pu faire jusqu’à présent notre perte tant en tués, pris ou blessés pourra monter à 17/m hommes parmi lesquels il y a plus de mille officiers tant de l’état major que des subalternes. Celle des ennemis, au dire, de prisonniers et des déserteurs, ne sera pas moindre. Des officiers nous n’avons fait prisonnier sur l’ennemi que cinq du nombre desquels est l’adjudant du roi, fils du feu feld-maréchal Schwerin, 37 pièces de canon de différent calibre, deux drapeaux, 2 étendards sont aussi entre nos mains.

En revanche l’ennemi prit sur nous les généraux de Soltikow, Czernicheff, Manteuffel, Tiezenhauzen, et le brigadier Sievens, et au-delà de 60 autres officiers. Parmi les blessés nous avons les generaux Pannin,prince de Lubormiski, prince de Dolgorouki, Holnen, Leontieff, et le brigadier Gaugreben, ainsi que le volontaire français le colonel de Vittinghoff qu’a reçu un coup de feu au bras droit.

Le 29 août

Tant l’armée ennemie que la nôtre tira des feux de réjouissance sur la victoire, que chacune s’attribue, non obstant que la notre ait resté près de deux fois 24 heures sur le champ de bataille.

Résumé de la bataille

Les combats se déroulent dans la campagne de Poméranie de l’été 1758 dans une région entre à l’ouest Landsberg an der Warthe (actuellement Gorzów Wielkopolski ) et au nord la célèbre forteresse de Custrin (Kostrzyn nad Odrą). La bataille se passe exactement dans un carré constitué à l’est de Gross-Cammin (Kamień Wielki) à l’est, le village de Quartschen (actuellement Chwarszczany en Pologne)au nord avec la rivière Mietzel ( actuellement Myśla) et le village de Zorndorf au sud et le fleuve Oder à l’ouest.

L’armée russe se place devant le village de Quartschen imaginant prendre par surprise les Prussiens arrivant du nord de l’autre côté de la rivière. Mais ces derniers parviennent à contourner le village et à se placer derrière l’armée russe au niveau de Zorndorf. L’armée russe est obligée de se redéployer pour lui faire face au sud. Leur position avec la rivière dans le dos rend leur retraite plus difficile à travers des marais. Les Prussiens utilisèrent leur artillerie qui fut dévastatrice puis ils attaquèrent rapidement sur leur gauche. La cavalerie prussienne suit l’avancée de l’infanterie sur la gauche. C’est sur cette droite que se trouve les volontaires dont le prince Charles de Saxe. L’artillerie prussienne continue le bombardement alors que les troues avancent, elles parviennent à faire exploser les réserves de munitions russes de la droite de l’armée provoquant le chaos par la fumée que cela produit. Une partie de l’avancée prussienne se dirige alors vers le centre dans la crainte d’une attaque, c’est à ce moment que la cavalerie russe se lance à l’assaut des troupes prussiennes qui subissent de lourdes pertes et sont obligés de reculer. La cavalerie prussienne vient en partie à leur secours tandis que le reste attend un meilleur moment pour charger. Le centre russe attaque alors et provoque la panique de l’adversaire. L’aile droit russe vient les prendre sur le côté. La droite prussienne attaque alors et les Russes s’y opposent vigoureusement. La cavalerie prussienne de la gauche attaque alors dans les intervalles créé par les troupes russes prenant sur le coté les prussiens. Ils parviennent à les prendre à revers provoquant la panique chez lez Russes. La droite russe s’effondre et s’enfuit. Le reste de l’armée recule sans rompre. Mais finalement voyant les deux armées épuisées mais incapables d’avoir le dessus sur leurs opposants, leurs généraux respectifs décident de rompre la formation et de battre en retraite.

Bataille de Leuthen, collection privée.

Alors nous voyons que l’écroulement d’une partie de la droite russe est du à l’explosion des munitions à la fumée puis aux attaques des prussiens et enfin de la cavalerie prussienne qui parvinrent à encercler les russes dont la cavalerie se trouvé très rapidement en sous nombre. Les hommes finirent par s’enfuir sous la pression de la cavalerie ennemie. Les fuyards parvinrent à traverser les rivières issues du Mietzel (Galgen-Grund et Zabern-Grund ). La plupart des troupes qui fuyaient se réorganisèrent dans le bois du nord du village. De même le général Fermor semble avoir été blessé, il fut transporté à Quartschen dans l’impossibilité de donner des ordres. Et un nombre croissant de fugitifs affluaient vers Quartschen, suivis de près par la cavalerie prussienne. Le général en chef manquant l’armée russe se retrouvait en désarroi et seuls les officiers sur le terrain tenaient. Lorsque le général Fermor revint voir la situation, il mit en place de nouvelles lignes de défense puis finalement ordonna le repli.

Seydlitz à Rossbach, Deutsche Digitale Bibliothek.

Conclusion

Nous pouvons nous interroger si ce que dit le prince Charles à son frère n’est pas une réécriture de son comportement ou bien un mensonge sur son comportement. Cela ne peut être le cas puisque aucun commentaire négatif a été fait de la part du général Fermor ou d’autres officiers de l’armée russe. Le général fut lui aussi blessé et de nombreux soldats et officiers ont fui le combat à un certains moments.

Ainsi il avait plusieurs témoins autour de lui lors de sa cavalcade. Et cette lettre pouvait être lu par n’importe qui avant d’atteindre son objectif puisqu’il ne l’a pas codé, il ne peut mentir ce qui lui aurait causé des torts à son frère, le roi son père et sa famille auprès de la tsarine de Russie et de l’impératrice d’Autriche. Son récit semble se rapprocher de ce qui s’est passé lors de cette bataille qui fut un massacre. Les chiffres varient sur le nombre de pertes avec 16 000 à 18 000 hommes tués, blessés ou disparus sur une armée russe d’environ 43 000 hommes tandis que les prussiens aurait eu 11 400 à 13 000 pertes sur un total d’environ 37 000 hommes. Elle a été une des plus sanglantes batailles de la guerre. Les exactions des cosaques ont été bien décrites par les contemporains. Bien sûr ce qu’explique le prince Charles est une description de comment il a vécu les événements. Mais cela semble crédible par rapport aux analyses des historiens. Et peut-être d’autres sources donneront plus de détails sur son comportement à la bataille?

Bibliographie

Blanning (Tim), Frederick the Great: King of Prussia, 2015.
Duffy ( Christopher), Frederick the Great: a military life, 2015.
Millar (Simon), Zorndorf 1758: Frederick Faces Holy Mother Russia, 2003.
Redman (Herbert J.), Frederick the Great and the Seven Years’ War, 1756–1763, 2015.
Scott (H. M.), The Emergence of the Eastern Powers, 1756–1775, 2001.
Szabo ( Franz A.), The Seven Years War in Europe: 1756–1763, 2013.

Notes

1.Łopaciński ( Bolesław), Charles de Saxe, duc de Courlande, Paris, D. Jouaust, 1870. 2.Mémoires de Catherine II écrit par elle même, Londres, Trübner and Cie, 1859, p.289 et suivant. 3.Ibid., p.350.

« Fils et serviteur », le prince Xavier et ses royaux parents

Introduction

Dans la perspective d’écrire un livre sur le prince Xavier, j’ai analysé les lettres des archives de Dresde entre le fils et ses parents: son père Auguste III (1696 – 1763) prince électoral et successeur du roi Auguste le fort (1670-1733) et sa mère Marie-Josèphe d’Autriche (1699 – 1757), fille aînée de l’empereur Joseph Ier (1678 – 1711). On s’est interrogé sur l’amour que le couple royal avait pour son fils puiné. Etait-il si mal aimé par ses parents? Les premiers travaux de Anne Scherer sur la relation entre le prince et sa sœur la dauphine donne de nouvelles pistes. Ce texte est une première proposition d’analyse de leurs relations.

Le roi absent

Les archives de Dresde ont conservé des lettres entre 1738 et 1748 du roi et de la reine. Les lettres écrites au prince durant sa jeunesse par son père sont de trois: une en 1744, deux en 1748. Elles sont toutes écrites en français, avec une plume malhabile et une orthographe vacillante, depuis Varsovie (nous avons transcrit les lettres dans une forme contemporaine pour une meilleure compréhension). La reine en a écrite 35 : une pour les années 1738 à 1743 puis 13 en 1744, puis une seule pour 1745 et 1746, trois pour 1747 et enfin 12 pour 1748. Ainsi durant sa jeunesse, le roi écrit peu à son fils tandis que sa mère lui écrit régulièrement voir abondamment en fonction des évènements. Le prince Albert dans ses mémoires explique que le couple royal était à peine visible pour ses enfants. Le roi les faisait «attendre » tous les dimanches pour leur dire quelques mots gentils. Ils ne voyaient la reine que les soirs de jeux1.

Louis de Silvestre, Auguste III, Wilanów.

Comment juger du comportement du roi ou de la reine envers leur fils ? Dans la première lettre conservée, le roi mentionne que le prince a appris à mieux se comporter comme le comte de Wackerbrath en rend compte2. Le roi explique qu’il ne peut pas s’occuper de l’éducation des princes et que « les gouverneur tiennent ma place auprès de ceux où je les place, mes autres occupations et devoirs a remplir ne me permettant pas de le faire en personne»3. L’amour qu’ils éprouvent envers leur fils entre parfois en compte. la reine écrit de nombreuses fois quelle « assure de toute [sa] tendresse maternelle » et son père de même « en vous assurant mon cher fils de mon affection » ou « vous assurant de ma bienveillances[sic] »4. Ces formules de politesse sont plus ou moins sincère car chez le roi elles peuvent complètement disparaître s’il trouve le comportement de son fils non acceptable ou bien complété comme « en vous embrassant, mon cher Xavier, je vous assure de ma tendresse et affection avec laquelle je suis votre bon père Auguste roi »5. Cette dernière formule « votre bon père est en allemand « gütes Vater »6. Durant la guerre, il la remplace par une formule religieuse et «  finis en priant dieu qu’il vous aiye[sic], Monsieur mon fils, en sa saint et digne garde. Auguste » ou encore « je prie Dieu qu’il vous aiye[sic] en sa sainte et digne garde, votre bon père »7. En général il finit ses lettres par « mon cher fils » mais avec le temps il transforme parfois cette formule par « mon cher Xavier »8.

Amour ou dédain?

Les formules d’amour semblent être des formules. Ce dédain envers son fils se traduit de différente façon. Martange en rend compte pendants la guerre : « il a été [..] moins chéri que les autres : voilà son enfance. En croissant, des chevaux, des chiens et des valets : voilà sa jeunesse jusqu’à la guerre » 9. Nous ne pouvons être aussi catégorique sur le désamour que le roi portait à son fils. Certes le roi se montre souvent distant mais il semble juste être dans la norme du comportement des souverains de son temps. L’étiquette semble gérer les sentiments. Le roi se montre distant et ne parle au prince qu’en de rares occasions le traitant autant comme un héritier que comme courtisan. La façon de se comporter du roi est remarqué par le prince Xavier. Ainsi il écrit, le 3 août 1745, à son père :

Sire, en lisant les vers que j’ose présenter à Votre Majesté je me suis souvent figuré d’entendre votre voix paternelle qui m’instruisait, qui me parlait au cœur. J’ai entrepris avec plaisir d’en faire une traduction polonaise, pesant chaque mot et chaque maxime, afin de la graver d’autant plus profondément dans ma mémoire. Daignez, Sire, agréer ce petit essai de mon application comme un bouquet que j’ose vous offrir pour le jour de votre Auguste nom. Je l’accompagne avec des souhaits aussi tendres que respectueux, étant avec la plus profonde soumission, Sire, de votre Majesté, le plus humble, plus obéissant et affectionné fils et serviteur, Xavier.10

Cette distance se remarque aussi le 13 décembre 1745, lorsque sa mère écrit depuis Varsovie : « c’est toujours avec grand plaisir que je reçois des vos nouvelles qui sont mon unique consolation, dans ces tristes circonstances, ou surtout l’éloignement et la séparation de mes chers enfants m’est fort sensible, mais de loin comme de près je suis toujours mon cher fils, votre très affectionné mère, Marie Josèphe. P.S. Le roi votre cher père vous salue. »11. Ce post-scriptum résume bien la position du roi qui est une figure d’autorité lointaine. Cet éloignement augmente plus le prince vieillit. Le 5 juin 1748 la reine écrit encore « le roi vous salue qui a reçu très gracieusement les compliments dont vous m’avez chargé pour lui, saluez vos frères Albert et Clément de ma part »12. L’obéissance aux ordres du roi/père est essentiel dans la relation qu’ils entretiennent.

Johannes Esaias Nilson, Bildnis des Fr. Xaverivs, Reg. Princ. Polon. et Lith., Dux Saxon., Electoralis Saxoniae etc. Administrator,Herzog Anton Ulrich-Museum.

Le roi accepte parfois des entretiens seul avec son fils13. La reine en rend compte le 13 mai 1748 :« Vos lettres mon cher fils du 10 et 12 que j’ai reçue hier et aujourd’hui m’ont fait un sensible plaisir surtout d’y voir que vous reconnaissez si bien votre bonheur de vous trouver aux pieds de votre très gracieux et très cher papa, et les bontés et grâces qu’il vous témoigne dont vous ne vous sauriez assez chercher de vous rendre de jour en jour plus digne, par votre comportement et obéissance vous ne sauriez assez respecter et aimer un aussi cher et bon père que celui que le bon dieu vous a donné, c’est aussi ma grande consolation de savoir que vous le faites sans que j’ai besoin de vous en exhorter»14. Mais la plupart du temps c’est en présence de la cour ou bien des gouverneurs que le roi s’entretient avec lui. Le roi s’intéresse essentiellement à la « bonne conduite et la vraie piété » de son fils15. Quand il reconnaît son bon comportement, le roi donne sa permission pour qu’il aille à la chasse tirer du petit gibier pour se « délasser » de ses études et « autres occupations plus sérieuses ». Il termine cette lettre en lui assurant sa bienveillance16.

L’amour maternel?

Les nombreuses lettres de sa mère montrent que contrairement au roi, elle prend part à l’éducation de son fils. Mais cette mère, dont la dévotion se transforme en bigoterie, rappelle sans cesse que le prince doit sa venue au monde à dieu seul17. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle n’a pas pour lui un certain amour maternel. D’ailleurs le prince enfant n’a d’yeux que pour elle. Le 25 juillet 1743 elle écrit: « Ayant été le premier de mes enfants qui m’écrit vous méritez bien que je vous en témoigne ma satisfaction par celle-ci, quoique mon bain ne me permête[sic] pas de beaucoup écrire, mais vous me ferez toujours le plaisir de le faire aussi souvent que vous pourrez. Dites la même chose de ma part aussi à vos frères Frédéric et Charles, en les assurant de ma parfaite affection de même que votre frère Albert »18.

Pietro Rotari, Maria Josepha, SKD.

Mais en suivant le roi dans ses déplacements, elle est souvent absente et demande à ses enfants de lui écrire régulièrement. Elle répond souvent par de longues lettres remplis de religiosité. Ainsi elle écrit les devoirs du prince le 19 août 1744 :

Je vous félicite, mon cher fils, sur le jour de votre naissance auquel j’offrirai au bon dieu toutes les saintes messes, et toutes mes prières et bonnes œuvres pour vous, afin, qu’il lui plaise de vous confier de toutes ses bénédictins célestes, et vous laisse croître en vertu et piété, à sa plus grande gloire et votre salut, en imitant les vertus du saint à la fête duquel vous êtes né, et de celui dont vous porté le nom et par l’intercession duquel nous vous avons obtenu et en vos imprimant bien dans le cœur ses paroles, « vince te ipsum », une des plus grandes vertus de ce grand saint était le vœu d’obéissance pour se supérieures. C’en est une que vous devez imiter sur tout et que je vous recomende[sic] infiniment qui vous assure avec la reine blanche que j’aimerais mieux vous voir mort, qu’en péché mortel et par la hors de la grâce de dieu, mais j’espère de son infinie miséricorde qu’il vous conservera longtemps a notre plus grande consolation et à sa plus grande gloire. J’en ai eu beaucoup de bonnes nouvelles que le comte de Wakerbarth me donne de votre comportement, et vous assure que je suis et serai de tout mon cœur, votre très affectionnée mère Marie Josèphe 19.

Ainsi la reine préfère la mort de son fils s’il ne suit pas les préceptes de vertu de la religion en mentionnant saint Louis. Elle écrit ainsi le 29 décembre 1744 qu’il doit améliorer son comportement qui lui « a causé du chagrin dans le passée, en vous perfectionnant de plus en plus dans la crainte de dieu, la piété, l’obéissance, à vous vaincre vous même et toutes les autres vertus nécessaire pour votre salut éternel qui seul importe » 20. De nombreuses lettres montrent que son affection continuera «jusqu’au tombeau» 21. Sa mère regrette les longs déplacements en Pologne pour la diète comme elle l’explique dans une lettre de Varsovie du 22 octobre 1746 : « vos pensées aient été si souvent auprès du roi votre cher père et moi, qui pense à mon tour bien souvent aussi à tous mes chers enfants, que je souhaiterais de pouvoir les avoir tous autour de moi ici, où la diète donne beaucoup d’occupation. Dieu veuille qu’elle finisse bien aussi, assurez tous vos frères et sœurs de ma tendresse maternelle qui suis jusqu’au tombeau mon cher fils, votre très affectionné mère »22. Mais tout en lui écrivant, elle inscrit son inquiétude envers le prince Xavier parmi ses frères et sœurs, ainsi elle marque qu’il doit embrasser « de ma part vos frères et sœurs »23. Elle écrit ainsi le 17 août 1748 :

 J’espère mon cher fils que j’en fasse beaucoup d’application, vous serez persuadé des sentiments de mon cœur de mère qui aime ses enfants très tendrement et des vœux que je fais particulièrement pour vous au ciel a l’occasion de l’anniversaire de votre naissance. Vous ne saurez mieux me les recommencer qu’en suivant les bon avis que je m’adresse pour vous m’a fait vous donner et qui me tendent qu’a vous rendre heureux dans ce monde et dans l’autre et dont l’accomplissement pourra être ma plus grande consolation a ma mort, sans vouloir les répéter je vous en recomende[sic] l’observation instamment et d’imiter les vertus du saint à la fête duquel dieu vous a fait naitre. Je joins ici mon présent pour cette occasion[…] » 24

Nous voyons ainsi que la place du prince auprès de ses parents est complexe: il obéit à un père distant et à une mère dévote. L’amour semble un sentiment lointain bien que sa mère semble plus propice à laisser ce sentiment l’envahir. Elle s’occupe de son fils favori comme une mère. Cette première analyse mérite un plus profond développement sur les sentiments dans les relations de la famille Wettin.

Notes

1.Richter (Julius), Das Erziehuügswesen am Hofe der Wettiner Albertinischer (Haupt-)Linie, Berlin, 1913, p.369. 2.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 10 juin 1744. 3.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 6 juillet 1748. 4.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3a, lettre de la reine au prince Xavier, 9 avril 1739; Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 10 juin 1744 et du 8 juin 1748. 5. Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 2 mai 1750. 6.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a,2531 lettre du roi au prince Xavier, 27 mai 1750. 7. Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 5 novembre 1757 et 12 mars 1760. 8.Formules des lettre en 1750. 9. Correspondance inédite du général-major de Martange, aide de camp du prince Xavier de Saxe, lieutenant général des armées (1756-1782), lettre au prince 29 mars 1761. 10. Thevenot( Arsène), Correspondance, p.4. 11.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 13 décembre 1745. 12Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3 lettre de la reine au prince Xavier, 5 juin 1748. 13Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a lettre du roi au prince Xavier, 2 mai 1750. 14.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3 lettre de la reine au prince Xavier, 13 mai 1748. 15Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 2 mai 1750. 16Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 8 juin 1748. 17Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 13 mai 1748. 18.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 25 juillet 1743. Le prince mettra dans la chambre de son hôtel parisien un portrait de sa mère et non de son père. 19.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 9 août1744. 20.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3 lettre de la reine au prince Xavier, 29 décembre 1744. 21.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 29 aout 1748. 22.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 28 octobre 1746. 23.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 29 mai 1747. 24.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 14 aout 1748.

Projet de biographie de Xavier de Saxe: une problématique complexe

Je n’oublierai jamais ni ce château ni ce séjour. Le comte de Lusace, fils de l’électeur de Saxe, frère de l’électeur régnant et propre oncle du roi de France avait pris de l’amour à Dresde pour une jeune italienne […]. Cet amour devint une passion si violente que la morgue allemande, que l’intérêt d’une succession presque royale et souvent ornée du diadème, que tout céda devant sa puissance : l’Italienne fut épousée.

C’est en ces mots que Madame de Chastenay décrit son séjour de 1781 au château de Pont-sur-Seine (Aube)1 qui est, depuis sa construction par l’architecte Lemuet au milieu du XVIIe siècle, « une des plus belles maisons de France »2. Mais loin de s’attarder sur l’architecture ou les intérieurs, la comtesse nous décrit un prince qui, semble-t-il, a abandonné la possibilité d’être roi pour épouser une italienne et venir vivre en France. Cet homme est le prince royal de Pologne François Xavier Louis Auguste Albert Benno de Saxe connu en France sous le nom de comte de Lusace. Le prince est né le 25 août 1730 et meurt le 21 juin 1806 à Dresde3. Il est le huitième enfant du prince-héritier Frédéric-Auguste, duc de Saxe, devenu en 1733, roi de Pologne sous le nom d’Auguste III (1696 – 1763)4. Sa mère Marie-Josèphe d’Autriche (1699 – 1757) est la fille aînée de l’empereur Joseph Ier (1678 – 1711)5. Dans l’ordre de succession, le prince Xavier se trouve être le second garçon arrivé à l’âge adulte.

Les grandes lignes de la vie du prince Xavier de Saxe sont connues grâce à deux notices, qui ont été réalisées à partir du fonds de Saxe des archives départementales de l’Aube à Troyes, par ceux qui étaient en charge de son classement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle : Arsène Thévenot puis Jules-Joseph Vernier6. En 1874, le premier publie en partie sa correspondance7. Bien que datée, cette étude demeure indispensable pour connaître sa vie. Par la suite, le second écrit, en 1903, une étude biographique sur le prince comme introduction aux trois tomes de l’inventaire du fonds de Saxe. Il reprend, en grande partie, les idées défendues par Arsène Thévenot. Ces deux auteurs se rejoignent dans l’idée que le prince Xavier de Saxe n’eut aucun rôle politique de premier plan.Peut-être en raison des mots de Jules-Joseph Vernier qui n’est pas tendre avec le prince Xavier :

Les biographies ne font pas mention de ce personnage [et] c’est un fait acquis à l’histoire […] que le prince de Saxe n’ait jamais joué dans le monde un rôle politique bien considérable, que jamais il n’ait occupé dans l’administration ou dans les armées une situation prépondérante et bien en vue, [un] personnage qui a “traversé l’histoire avec des pantoufles”»8

Pour les historiens français de la fin du XIXe siècle et du début XX siècle, le prince Xavier de Saxe est une personne de peu d’envergure dans l’ombre de son oncle le maréchal Maurice de Saxe et de son grand-père Auguste le fort. Ainsi Casimir Stryienski écrit en 1902 que « le prince Xavier n’était pas né pour jouer un grand rôle ; il appartenait à cette maison de Saxe dont on avait dit que seuls ses bâtards faisaient leur chemin, et il justifiait cette boutade »9. Il conclut que le prince « passa sa vie à ne pas comprendre pourquoi il ne réussissait en rien »10. Il s’agit pour nous justement de comprendre en quoi ce personnage de second plan s’imaginait ne pas l’être. Son impression est-elle caractéristique de cette myriade de prince qui gravitait dans les cours européennes ?

Anton Raphael Mengs, Augst III, SKD.

Mais nous pouvons opposer les visions négatives à celle de Charles de Mouy qui, dès 1875, écrivait que le prince possédait de « bonnes qualités » ce qui pouvait faire de lui « un souverain fort convenable aux Polonais »11. Le prince Xavier apparaît dans le livre sur le dauphin de Bernard Hours comme un homme très proche de la dauphine qui essayait en vain d’influer sur la politique française12. Plus récemment, des travaux universitaires se sont intéressés aux archives du fonds de Saxe. En 1981, Valérie d’Anglejan-Chatillon a essayé dans son mémoire de maîtrise de comprendre l’éducation et le « cursus » des deux fils du prince Xavier de Saxe sans apporter d’éclairage sur les châteaux de Pont-sur-Seine et Chaumot13. En 2004, Aurélie Louis a focalisé ses recherches sur «domaine de Pont-sur-Seine-sur-Seine au temps de Xavier de Saxe (1775 – 1790) ». Ce travail, qui s’est basé sur les nombreux documents de la régie des terres du fonds de Saxe, a permis de bien comprendre la gestion des terres et forêts possédés par le prince. Ses conclusions ont montré que les revenus du prince Xavier dépendaient majoritairement du trésor royal de France, puis à la marge des revenus agricoles de ses terres. En revanche les recherches de Patricia Colfort sur le domaine de Chaumot n’ont pas réussi à proposer des analyses aussi poussées que celles réalisées pour le domaine de Pont-sur-Seine14. En 2005, Christian Terraux a étudié la vaste correspondance du prince avec ses frères et sœurs. Ce travail de recherche a été mené en collaboration avec les archives de l’Aube pour une grande campagne de numérisation du fonds de Saxe, et la mise en ligne de l’inventaire et des images des documents. Dans son mémoire de recherche, Christian Terraux a analysé la correspondance pour tenter de trouver « un réseau européen pour la maison de Saxe » en tirant des conclusions simples sur le réseau mais aucunement sur le prince en lui même15. Il faut se tourner dans les recherches à l’étranger pour avoir davantage analyse sur le prince.

L’historien polonais Jakub Bajer16 a fait une étude sur cette élection et sa reconnaissance par les cours d’Autriche, de France et d’Espagne entre 1764 et 1766. D’après cet auteur, il existe « une faction saxonne » à la cour de France autour de la dauphine, qui a pour but de conserver la couronne élective de Pologne dans la famille. Le chercheur croit comprendre que, de son côté, le prince s’est intéressé à la couronne de Pologne en raison du prestige et de l’apport financier que cela lui aurait apporté. Il propose enfin de voir le prince Xavier comme une personne qui pouvait se sentir « déçu et frustré » après l’échec de son élection sur le trône de Pologne en 1764, mais qui garde, toute sa vie, le soutien de la dauphine de France17. Un autre chercheur polonais, Jacek Kordel, propose, quant à lui, une analyse sur les raisons qui poussent le prince à quitter précipitamment la régence18. Les tensions à la cour de Saxe poussent le prince à s’en éloigner malgré les réprimandes de la cour de Vienne, où ce départ est vu comme un acte contraire aux lois de l’Empire19. Cette brouille marque durablement les relations entre le prince et l’impératrice.

Georges Desmarées, Prince Xavier?, München, Alte Pinakotek.

La banalité apparent du personnage ne doit pas faire oublier sa position. Il faut tenter de le replacer dans cette multitude de courtisans qui gravitaient autour de différents souverains en Europe cherchant un moment où briller pour obtenir des faveurs à la base de la société de cour. Mais il est aussi un personnage clef dans les changements diplomatiques mis en place par la Saxe, La France et l’Autriche20. Le renversement des alliances n’est pas qu’un jeu diplomatique abstrait, il fait entrer en jeu de de nombreux acteurs dans les sphères politique. Assurément le prince Xavier en fait parti en tant que membre de la famille électorale et second dans la lignée. Quel est son rôle dans la politique saxonne en Pologne ? Que met-il en place lors de sa régence en Saxe ? Le prince est aussi un homme loin de la politique. Ses désirs et ses échecs renseignent sur la logique de son caractère. Intéressé par l’architecture et l’histoire naturelle, il est un homme de son temps. Est-il un homme des lumières ou anti-lumière ?

Il nous a fallu chercher le prince pour mieux comprendre l’homme qui, par ses choix, a décidés de lier son destin à celui de la France. Les archives du prince Xavier sont disséminés essentiellement dans trois lieux les archives départementales de l’Aube à Troyes, les Sächsische Staatsarchiv de Dresde et la bibliothèque historique polonaise de Paris21.

Le prince royal Xavier, fils d’Auguste III roi de Pologne est bien plus que des titres. Son choix de s’insérer dans les intrigues de la cour de France n’est pas anodin. Il s’insère dans des choix personnels et politiques plus large. Louis XV continue de rêver à la « barrière de l’est » où la Saxe-Pologne pourrait jouer un rôle crucial. La diplomatie de la France en Pologne incluait le prince Xavier comme prétendant à la couronne sous l’influence de la dauphine. Qu’est ce que le « secret de la dauphine »? Quelle est sa relation avec la France ? Avait-il les prétentions d’un souverain ou se bornait-il à être un courtisan ?

Notes

1. Chastenay ( Victorine de), Mémoires de Mme de Chastenay, 1771-1815, publ. par Alphonse Roserot, Paris, E Plon-Nourrit, 1896, p. 23. 2Grande Mademoiselle, Mémoires, Paris, 1985, t.I p. 95 cité par Mignot (Claude), ibid., p. 173. 3. Huberty (Michel) et Giraud (Alain), L’Allemagne dynastique, tome I : Hesse, Reuss, Saxe, Paris, 1976 (7 tomes), p.  472. Le prince signait Xavier ou en allemand Xaver ou Xaverius en latin. Bennon est parfois traduit par Benoît. 4. Les dates entre parenthèse sont celles de vie et de mort. 5. Sur ses parents, voir : Staszewski (Jacek), August III. Kurfürst von Sachsen und König von Polen, Berlin, 1996 (traduit du polonais par Eduard Merian) ; Weber (Karl von), Maria Antonia Walpurgis, Churfürstin zu Sachsen, geb. kaiserliche Prinzessin in Bayern, Dresden, Teuber, 1857. 6. Pour une étude de la constitution du fonds de Saxe, voir Terreaux (Christian), Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière, mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2004 – 2005. 7. Thévenot (Arsène), Correspondance inédite du prince François-Xavier de Saxe, connu en France sous le nom de comte de Lusace précédée d’une notice de sa vie, Paris, Librairie historique et archéologique de J.-B. Dumoulin, 1874. 8. Vernier (Jules-Joseph), Étude biographique sur le prince Xavier de Saxe comte de Lusace, précédée d’une notice sur le fonds de Saxe conservé aux Archives départementales de l’Aube, Troyes, G. Frémont, 1903, p. XIV . 9. Stryienski (Casimir), La mère des trois derniers Bourbons, Marie-Josèphe de Saxe, et la cour de Louis XV, d’après des documents inédits tirés des Archives royales de Saxe et des Archives des affaires étrangères, Paris, Plon-Nourrit, 1902, p. 17. Il ajoute : « Il passa sa vie à ne pas comprendre pourquoi il ne réussissait en rien » (p. 258). 10. Stryienski (Casimir), « Le secret de la Dauphine », Revue des études historiques,Paris, A. Picard et fils, mai-juin 1901, p.2. 11Mouÿ (Charles de), Correspondance inédite du roi Stanislas-Auguste Poniatowski et de Mme Geoffrin (1764-1777) précédée d’une étude sur Stanislas-Auguste et Mme Geoffrin et accompagnée de nombreuses notes, Genève, Stakline, 1875, p. 14. 12. Hours (Bernard), La vertu et le secret. Le dauphin, fils de Louis XV, Paris, Honoré Champion, 2006, p.269. 13. Anglejan-Chatillon (Valérie d’), « Deux éducations aristocratiques à la fin du XVIIIe siècle. Les princes Louis et Joseph de Saxe », mémoire de maîtrise, Paris I, 1981. 14. Louis (Aurélie), « Le domaine de Pont-sur-Seine au temps de Xavier de Saxe (1775-1790) », mémoire de maîtrise, université de Besançon, 2004 ; Colfort (Patricia), « Le domaine de Chaumot à la veille de la Révolution française (1771-1793) », mémoire de master II, université de Reims-Champagne-Ardenne, 2006. 15. Terraux (Christian), « Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière », mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2005 [en ligne]. 16. Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », thèse de doctorat sous la direction des professeurs Chantal Grell et Maciej Serwanski, Universités de Paris-Saclay et Poznan, 2015 ; Bajer ( Jakub),« La Maison de Saxe et la reconnaissance de Stanislas -Auguste par les cours du sud (1764-1766) », Studia Europaea Gnesnensia, 5/2012, p. 257 – 277 [en ligne]. 17. Bajer (Jakub), « La Maison de Saxe et la reconnaissance de Stanislas -Auguste par les cours du sud (1764-1766) », op. cit., p. 264.18. Kordel (Jacek), Z Austrią czy z Prusami? Polityka zagraniczna Saksonii, 1774-1778, Kraków, Arcana, 2018. 19. Ibid., p. 77 -78. 20.Hanke (René), Brühl und das Renversement des alliances: die antipreussische Aussenpolitik des Dresdener Hofes 1744-1756, Historia profana et ecclesiastica. Geschichte und Kirchengeschichte zwischen Mittelalter und Moderne; Bd. 15), Münster / Hamburg / Berlin / London: LIT 2006. 21.Jakub Bajer, Dzieje archiwum księcia Ksawerego Saskiego –historycznego dziedzictwa Francji, Polski i Niemiec
Studia Źródłoznawcze, t. LVIII, 2020, p.171-184.

Autour du jardin de Pont-sur-Seine: le tapis de gazon au XVIIIe siècle

Du pré au tapis de gazon : résumé de la théorie d’un modèle

Au XVIIe siècle, les jardins ordonnés occupaient des espaces autrefois délaissés ou dévolus à des besoins économiques qui n’intéressaient plus ou bien relégué loin de la demeure. Les parcs étaient tournés vers le commerce du bois et la sylviculture1. Au XVIIIe siècle, on considère que l’attrait pour les jardins géométriques laisse la place tout d’abord à des créations aux perspectives plus courtes, aux gazons remplaçant les parterres et aux jeux d’eau moins monumentaux, puis aux jardins pittoresques2. Bien sûr Olivier de Serre faisait déjà l’éloge du pré et des parterres gazonnés comme des décors essentiels du jardin. Mais le gazon, si ce n’est directement un pré, se fait de plus en plus présent aux abords de la demeure au détriment des parterres fleuris de buis. Cette utilisation accrue du gazon permet de sublimer la demeure dans un jeu de vues depuis les routes et les allées.

Albrecht Dürer, Grande touffe d’herbe, Wiki Common.

Le boulingrin qui est une zone gazonnée remplace le parterre dans l’imaginaire des hommes du XVIIIe siècle. Le jardin se se veut à l’image de celui du monde médiéval tourné vers l’utilitaire. Il est aussi un décor naturel pour la demeure qui donne une place essentielle au promeneur. Ce jardin pittoresque propose moins de parterre de charmille et de buis et davantage de tapis de gazon. L’encyclopédie donne la définition suivante : les tapis de gazon, « sont de grandes pièces de gazon pleines et sans découpures qui se trouvent dans les cours et avant-cours des maisons, dans les bosquets, les boulingrins, les parterres à l’anglaise, et dans le milieu des grandes allées et avenues dont le ratissage demanderait trop de soins”. (Encyclopédie, 1751, tome 15, p. 896-897).

Gravure de l’encyclopédie, BnF Gallica.

Mais loin de la théorie, quelle est la pratique du gazon ? Comment jardinier et propriétaire utilisent cet ornement concrètement ? L’exemple de l’architecte dessinateur Johann August Giesel au service du prince Xavier peut nous en donner une idée. Nous avons vu la carrière de l’architecte Giesel dans un précédent article. Dans cet article, nous nous bornerons sur le gazon dans les jardins dont il a la charge pour le prince Xavier de Saxe.

Des terrasses de pierre aux talus de verdure

En 1773, le jardin de Pont est décrit par un des agents du prince Xavier  :

À la face du château, du côté de la ville, est un premier parterre en terrasse. Ensuite on descend un escalier en fer à cheval, au bas duquel est un second parterre aussi en terrasse, après lequel est un grand potager en quatre carrés, au milieu desquels est un grand bassin, dans lequel est un jet d’eau qui monte à environ 20 pieds. Ensuite du potager est une grande grille de fer et un mur, qui sépare le potager d’avec une pièce d’eau vive en miroir, presque aussi grande que celle de Chaumot, des deux côtés de laquelle sont des allées de tilleuls d’Hollande qui forment une promenade très agréable ; tout ce détail est en face du château3.

Vue du vestibule et de la salle du chasteau de ponts en Champagne qui regarde du costé des parterres, XVIIe siècle, BnF Gallica.

Cette lettre montre bien que c’est un jardin géométrique qui n’a pas fortement évolué depuis la construction du château au milieu du XVIIe siècle. Il est constitué de différentes terrasses, puisqu’ entre la route et la Seine, il existe un dénivelé d’un peu plus de 90 mètres4. Elles sont marquées par différents escaliers qui descendent jusqu’à la grande pièce d’eau au bord du fleuve. Pour Blondel, les terrasses sont un investissement important pour les terrains en pentes mais elles offrent « beaucoup d’agrément par les différents point de vue dont on peut jouir, soit dans les fonds, soit sur les éminences »5.

Plan du château lors de la vente pendant la révolution, Archives départementales de l’Aube.

A Pont, il existe quatre niveaux de terrasse. Seule la deuxième terrasse est réellement retenue par un mur. Ce dernier est connu par les dessins réalisés pour les travaux après les différents écroulements de 1778 et 17806. Les première et seconde terrasses aux abords du château ne sont que de petits dénivellements pentus. En 1782, le prince fait faire « la démolition totale de la petite terrasse qui donne sur le potager »7. Les terrasses se sont donc transformées petit à petit en glacis, seule la terrasse avec l’escalier demeure.

Vue du château de Pont, XVIIe siècle, Archives départementales de l’Aube.

Il existe un plan du domaine de la période révolutionnaire qui, avec un état du jardin de 17878, permet de connaître sa constitution à la fin des travaux demandés par le prince9. Le plan montre le château et le jardin dans un axe Sud-Nord. Le jardin est constitué de deux axes : le premier nord – sud constitué du château, des terrasses et de la pièce d’eau ; le second est – ouest constitué du petit parc et de prés. De l’autre côté de la route est située l’avenue en direction de la forêt ou « grand parc ». Ce plan permet de connaitre les zones gazonnées qui se trouvent autour du château.

Entretien des gazons

Malgré les démolitions du XIXe siècle, les archives de Pont nous renseignent sur la gestion au quotidien des gazons. Le prince et son architecte attachent un soin particulier à ce que les gazon soient toujours bien entretenus et verts . Les sécheresses de l’été ou les grand froid mettent à mal les gazons. L’architecte écrit le 5 septembre 1778 :

Je commencerai aussi lundi prochain à mettre des ouvriers pour nettoyer la grande cour, et enlever tout le gazon qui est totalement brûlé par les grandes chaleurs. Si V.A.R. jugerait à propos, on pourrait sabler en même temps les 2 allées de la nouvelle plantation devant la grande porte pour les remettre après à l’entretien du jardinier. Ayant tracé le concert avec le jardinier dans la cour, il m’a demandé d’après les ordres qu’il avait reçu de la part de Mr Pomiés de retravailler le gazon des 2 parterres devant le vestibule. Si je ferais faire cet ouvrage en même temps, mais comme V.A.R. ne m’a pas fait mention, je n’ai pas voulu entreprendre cela sans demander si V.A.R. est encore intentionnée de faire faire cet ouvrage qui cependant serait très nécessaire. Le gazon étant également brûlé et plein de mousses qui fait un vilain effet si près du château. »10.

Bernardo Bellotto, Schönbrunn, Wien
Kunsthistorisches Museum (détail).

L’architecte veut donc remplacer l’herbe jaunit à cause de la sécheresse dans les parterres. La pelouse doit toujours être fraîche et bien tondue pour produire tout son effet. Le gazon de la grande cour (cour d’honneur) est celui qui focalise le plus d’attention puisque tout invité entre au château en passant par cette zone. Le prince répond donc :

« Je ne comprends pas ce que vous me marquez de faire enlever tout le gazon de la grande cour, c’est un ouvrage qui sera long et coûteux car il faudrait le labourer et resemer, et cela se peut différer encore ainsi que de retravailler les 2 gazons des 2 parterres devant le vestibule. Quant aux 2 allées de la nouvelle plantation devant la grande porte, vous pouvez les faire sabler et les donner, après à l’extérieur au jardinier»11.

La quantité d’herbe à planter fait craindre une trop grande dépense, ce qui empêche le prince d’accepter cette demande. Il faut retarder les dépenses. Mais l’architecte revient sur cette question très rapidement :

Monseigneur, J’ai eu l’honneur de recevoir la lettre de Votre Altesse Royale du 15 du m.c. […]Pour ce qui regarde les gazons de la grande cour du château V.A.R. se souviendra qu’avant son voyage avec Madame aux eaux, j’ai eu l’honneur de proposer à votre altesse plusieurs ouvrages nécessaires dans la maison, entre autres celui de faire nettoyer la grande cour qui était fort malpropres. V.A.R. avait même dans ce temps-là la bonté de l’accepter et de me laisser ses ordres par écrit dont V.A.R. à la copie entre ses mains et sur laquelle V.A.R. trouvera ledit article sous le num. 6. Cependant pour éviter les frais, j’ai fait marché avec les ouvriers de Saint-Aubin à 3 s. par toise et je les mettrai aussi à l’entreprise aux 2 allées de la nouvelle plantation »12.

Bernardo Bellotto, Schloss Hof, Wien
Kunsthistorisches Museum.

Le prince ne contredit pas son architecte et le laisse entreprendre cet ouvrage. Pour magnifier la demeure, les gazons de la grande cour sont donc constamment surveillés. Après l’hiver et des travaux dans l’appartement, l’architecte rend compte qu’il veut faire une visite « dans la grande cour pour réparer les 4 quarrés de gazon, comme aussi les allées sablées dudit endroit, qui ont été fatiguées par les voitures du transport du bois des cordes »13. Le compte rendu est donné le 26 mars 1780 :

J’ai l’honneur de marquer à Votre Altesse Royale qu’il y a avait des réparations à faire aux quatre carrés de gazon dans la grande cour aussi ai-je commencé lundi passé à faire remplir avec de la bonne terre les trous qui étaient faits par les chiens et la volaille en y mettant une poignée de graine que j’ai pris dans les greniers à foin. D’après cela j’y ai fait passer le grand rouleau de grès à plusieurs reprises jusqu’à ce que j’ai vu le gazon était parfaitement aplani. J’ai fait rafraîchir aussi la bordure qui était fort défigurée, en y faisant tendre le cordeau, j’ai été obligé de faire donner un coup de bêche tout autour comme les coins desdits carrés étaient fort dégradés, par les passants, j’ai fait enfoncer à chaque coin un bon piquet de bois, pour les garantir le plus qu’il est possible. Les allées de sable avaient besoin d’un coup de ratissoire en mettant dans plusieurs endroits du sable pour remplir les ornière des voitures14.

Le prince répond qu’il accepte ces dépenses et veut les mêmes journaliers du village de Saint-Aubin et au même prix que précédemment15. L’entretien des gazons fait donc entrer un personnel supplémentaire. L’architecte n’utilise pas une herbe spécifique pour la plantation mais les graines de l’herbe commune comme le pâturin des prés. Le ray-grass anglais ne semble pas encore être connu par ces hommes. L’entretien demande des outils spécifiques comme le rouleau. Arranger les angles et aplanir le sol est essentiel pour la bonne tenue des parterres de gazon.

Bernardo Bellotto, Schloss Hof, Wien
Kunsthistorisches Museum (détail).

Ainsi un document vraisemblablement de l’été 1780 sur les travaux à faire dans les jardins accorde une grand place aux gazons16. Tout d’abord les allées doivent être égalisées puis le prince demande à ce que ses jardiniers apportent « des terres tout le long de la terrasse des parterres où il y avait autrefois des ifs » pour lui « donner une pente que l’on sèmera en herbe qui formera un glacis »17. Les ifs sont des arbres qui acceptent des formes très réglées. Puis comme il est préférable pour l’entretien des allées de les transformer en gazon, l’article stipule de ne pas remettre de sable dans les allées de la garenne: « Il faut commencer par aligner toutes nos allées afin de marquer la largeur de nos gazons qui seront de 15 à 16 pieds et nos contre-allées qui seront des deux cotés de la charmille auront chacun cinq pieds de large à prendre du pied de la charmille au bord du gazon ». Puis « la charrue ayant fini il faut faire à mains d’homme piocher les deux côtés qu’elle aura labourés afin de bien dresser notre gazon ». Puis durant l’automne suivant le document indique que « les buis des parterres ont besoin d’être replantés à neuf et de recharger les terres qui sont dans le milieu pour donner plus d’élévation aux fleurs afin qu’elles soient plus visibles » et « si l’eau n’est pas plus abondante dans les parterres qu’elle ne l’est à présent, il ne sera pas possible de soutenir les fleurs dans la grande sécheresse avec le peu d’eau qui y vient il n’y aurait que les fleurs vivaces qui puissent se soutenir ». La région de Pont-sur-Seine est la « Champagne pouilleuse » ou la « Champagne crayeuse » dont le sol est constitué essentiellement de craie. C’est une région de pâturage des moutons. Comme l’explique Yves Chevalier, la région « présente donc une certaine tendance à l’aridité »18 en raison des sols de craies perméables.

Bernardo Bellotto Wilanów, zamek Wilanów (détail).

Le document continue ainsi « les gazons des parterres ont besoins d’être renouvelés, pour cela faire il faut les labourer au mois d’octobre prochain et laisser passer l’hiver avant de les semer afin de mûrir les terres et au printemps prochain les semer en herbe ou en pré » et « j’ai oublié de dire que quand nos gazons seront bien levés, il faut passer le rouleau dessus pour écraser le peu de mottes qui y restent et en raffermir la terre ce qui replombe[sic] en même temps l’herbe qui est levée ». Ainsi le gazon doit être bien entretenu aux abords de la demeure et peuvent être moins entretenu en s’en éloignant.

En guise de conclusion: la place du gazon à Pont?

Le prince et son architecte ont établis plusieurs documents sur les superficies occupées par chaque compartiments du jardin. Ce document « État des continences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, verger, couverts, allées claires et ombrées etc qui accompagnent et décorent le château de Pont sur Seine» du 23 juin 178719 donne une description des zones gazonnées :

  • Demie lune « les parties entourées de tilleul » avec deux allées.
  • Avant-cour : quatre pièces de gazons avec les allées.
  • Première terrasse : gazons de face aux ailes du château levant et couchant ; gazons de talus de cette 1ere terrasse.
  • Deuxième terrasse : gazons pleins au levant et couchant ; gazons chiffres X C ensemble.
  • Grand potager : en quarré légumier en tapis ou gazons bordés en tilleuls et en allées sablées.
  • Verger en nouveau potager ; tant en gazon semé en herbe naturelle et allées avec tilleuls.
  • Allée des mûriers : le gazon ou tapis avec allées sablées et fossés L’ensemble des surfaces gazonnées représentent environ 5 hectares sur les 27 hectares du domaine.
Bernardo Bellotto, Schönbrunn, Wien
Kunsthistorisches Museum.

Comme le souligne Gabrielle Boreau de Roincé montre que l’arbre devient un élément important des jardins comme à Versailles en 177820 : « Les allées ombragées et l’espace consacré à des contre-allées entre arbres de ligne et charmilles permettent une nouvelle fonctionnalité des jardins de Versailles avec l’apparition signalée d’endroits spécialement consacrés à la pause assise et à la conversation.Cette évolution est sans aucun doute à mettre en rapport avec l’apparition à Paris des jardins-promenades ». Elle souligne son rôle pour la promenade dans la nouvelle volonté d’aménagement du jardin. Mais les parterres de gazon prennent aussi une place importante car ils permettent de créer des décors moins coûteux que des parterres de fleurs ou bosquets de charmilles et de souligner des points de vue pour le promeneur.

à suivre.

Pour aller plus loin:

Corbin (Alain), La Fraîcheur de l’herbe: Histoire d’une gamme d’émotions, Paris, Fayard, 2018.

Notes

1. Georges Farhat, « Territorialités et parcs à l’âge classique: pour une approche critique de la notion de territoire », Polia, Paris, Association pour l’Histoire de l’art des jardins,2008, p.18. 2. Gérard Mabile, « Le jardin classique à partir de Le Nôtre », dans Babelon, Jean Pierre (dir.) , Le château en France, Paris, Berger-Levrault, 1986, p.295-304. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1789 lettre de Régnier au prince Xavier, 22 octobre 1772.4. Relevé d’après Géoportail [en ligne, consulté le 21/03/2017].5. Jacques-François Blondel, De la distribution des maisons de plaisance, op.cit. tome 2, p. 2. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, différents dessins faits par Giesel montrent le mur et les écroulements : un du 7 mars 1778 et l’autre du 8 avril 1780. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2180, marché pour un escalier du château de Pont, 18 avril 1782. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, « états des contingences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, vergers […] », 23 juin 1787. 9. Arch. dép. de l’Aube, 1Q, 811 vente des biens nationaux de l’émigré Xavier de Saxe, 19 vendémiaire an IX et affiche du 20 fructidor an VI [6 septembre 1798]. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 5 septembre 1778. 11 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1448, lettre de Xavier à Giesel, 15 septembre 1778. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 21 septembre 1778. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 19 mars 1780. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1749, lettre de Giesel au prince, 26 mars 1780. 15. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1440, lettre du prince à Giesel, 1er avril 1780. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185,  « états des travaux et réparations a faire dans les jardins et potagers du château de Pont », s.d. [vers1780]. 17. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185,  « états des travaux et réparations a faire dans les jardins et potagers du château de Pont », s.d. [vers1780]. 18 Yves Chevalier. « Métamorphoses de la Champagne crayeuse : déboisement et équilibre biologique », Revue forestière française, 1972, 24 (4), p.303. 19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, Etat des continences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, verger, couverts, allées claires et ombrées etc qui accompagnent et décorent le château de Pont sur Seine» du 23 juin 1787. 20Gabrielle Boreau de Roincé, « Les bosquets de Versailles à la fin du XVIIIe siècle. Concevoir et parcourir les jardins de Versailles après la replantation  », Livraisons de l’histoire de l’architecture, 23 | 2012 [en ligne consulté le 16 juin 2023]. 21. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2018, dessin sans date.

“Au prince Xavier, mon très cher frère”, la correspondance intime du prince Albert de Saxe à son frère aîné 1760-1767 (2)

Introduction

Nous avons vu que le prince rencontra en 1760 l’archiduchesse Marie-Christine (voir l’article). Il semble en tomber éperdument amoureux. Il espère parvenir à l’épouser. Mais plusieurs problèmes se présentent à lui pour obtenir son bonheur. Pendant la guerre de Sept-Ans, il fait carrière au sein de l’armée autrichienne. La mort du roi Auguste III, le 5 décembre 1763, provoque un choc dans la famille. La poursuite de l’ascension de la dynastie se trouve stoppé puisque le prince Poniatowksi est élu roi. Les rois saxons de Pologne ne sont pas parvenu à en faire une couronne héréditaire. Les enfants du roi se trouvent en difficulté et le testaments du roi ne va pas combler leurs espérances. Selon le testament, le prince Albert obtient 20 000 écus par an soit seulement 60 000 livres tournois. Mais une clause ajoute que si l’un des membres de la famille venait à se marier, avec l’accord de l’électeur, cette somme pourrait augmenter jusqu’à 50 000 écus c’est – à – dire à environ 150 000 livres1. Contrairement à ses frères Xavier et Charles, il n’obtient pas le statut de prince royal de Pologne avec la pension viagère de 12000 ducats2. Le prince est seulement duc de Saxe et semble être en mauvaise posture pour épouser une archiduchesse d’Autriche. L’empereur prévoie plutôt de marier ses filles à des princes royaux ou héritiers de couronnes prestigieuses. Il est ainsi surnommé le « pauvre cadet »3. Le prince Xavier devient régent de la Saxe pendant la minorité de son neveu l’électeur après la mort de leur frère ainé Frédéric-Christian en octobre 1763.

Un officier en Hongrie

Après la paix de 1763, le prince Albert accède à des postes militaires de plus en plus importants à la cour d’Autriche: il obtient ainsi le grade de général de cavalerie, puis il est nommé gouverneur de la place forte de Komárom dans le royaume de Hongrie. Le 26 octobre 1765, le palatin de Hongrie Lajos Batthyány, gouverneur de Hongrie, décède à l’âge de 70 ans, l’impératrice Marie-Thérèse décide de nommer le prince Albert à son poste le 26 décembre 1765. Le prince met de l’application à entrer dans son nouveau rôle. Il écrit depuis Presboug (Preßburg actuellement Bratislava) le 16 de janvier 1766 : 

 Cela ne vous surprendra pas, si vous réfléchissez que S.M. l’impératrice m’a fait entrer à présent, dans une carrière, dont non seulement je n’ai encore presqu’aucune connaissance mais dont même je n’ai jamais fait la moindre étude, et qu’elle m’a mis à la tête du gouvernement d’un royaume, dont la forme et la constitution sont tout à fait différents des autres états. Ne m’étant appliqué jusqu’ici qu’en militaire, où j’espérais un jour pouvoir me rendre utile, toutes les matières que j’entends traiter, me sont si neuves, que je crois aller à l’école, toutes les fois que j’entre dans le conseil ou l’on me fait présider. Je voudrais que vous puissiez me voir au milieu de ce corps respectable de seigneurs qui se regardent comme le soutien du trône et de l’état et m’entendre prononcer gravement en latin, sur des sujets, que j’entends moins bien encore que la langue que j’y suis obligé de parler. Je suis sûr que j’y fais un plaisant personnage, et que cela vous amuserait. Je ne vous en dis pas davantage, ayant trouvé a peine le moment d’écrire ces lignes. Adieu, cher frère, aimez-moi toujours un peu, je vous embrasse de tout mon coeur. Albert 4.

Et entre deux festivités du carnaval, il s’est remis à l’apprentissage du latin, langue de la diète de Hongrie5.

Gravure de Presbourg, 1787, Kunsthistorisches Museum Wien.

L’empereur a toujours refusé de voir en Albert un époux potentiel pour sa fille aînée. Des bruits de son mariage avec l’archiduchesse sont de nombreuses fois écartés par le prince Albert. Il écrit de Bude le 9 novembre 1763 au citron : « ce que vous me marquez au sujet du gouvernement des Pays-Bas et de mon mariage avec l’archiduchesse Christine est tout à fait faux et sans fondement. Il est singulier cependant combien le bruit est général même dans Vienne, quoique certainement je n’y donne aucun sujet, évitant même avec le plus grand soin de faire [connaître] les restes d’une folle passion que j’avais eu nourri autrefois pour cette princesse, et que peut-être bien des gens ne croient pas encore tout à fait éteinte. Je crois que les bontés que peuvent avoir contribué aussi à faire naître celle d’une nouvelle» 6.

Ainsi la position du prince entre l’empereur qui ne veut pas en faire un époux pour sa fille et l’impératrice qui l’a placé en Hongrie est précaire mais il semble espérer une issue favorable à son voeux d’épouser un jour Marie-Christine.

« Je continue toujours à mener une vie ambulante »

En 1764, le prince Albert semble avoir délaissé pour un temps le doux rêve d’épouser l’archiduchesse. Dans une lettre, il remémore à son frère une des nombreuses aventures amoureuses qu’il a eu pendant la guerre ce qui lui rappelle sa propre relation inaboutie avec Marie-Christine. Il écrit de Vienne le 27 décembre 1764 qu’il veut « entretenir sur le chapitre de quelques anciennes connaissances que vous laissez languir ici, cela m’offrait un vaste champ a des réflexions, mais outre que j’ai peu d’occasions de les voir, cela ne doit guère plus toucher votre coeur épris par d’autres objets. A propos d’anciennes connaissance, ne manquez pas de dire un “De profundis et memento” pour certaines dames, dont la liaison intime vous fit si fort maudire les courses nocturnes que vous entreprîtes jadis à son honneur et à sa gloire » 7.

Martin van Meytens (école de ), La famille impériale, 1764, unsthistorisches Museum Wien.

Lors des cérémonies des fiançailles de l’archiduc Léopold à Marie-Louise, fille du roi d’Espagne, le prince Albert rend compte d’une annonce que l’empereur lui a fait dans une lettre du 23 janvier 1765: « L’épouse nous est arrivé enfin hier au soir. Le palais de Schonbrunn a été pour cet effet magnifiquement illuminé. Vous faire un tableau véridique de sa réception, serait chose assez difficile. Chaque visage disait assez ce qu’on pensait intérieurement. Quelque bien que l’impératrice fache[sic] d’ailleurs jouer son rôle, elle n’a pas réussi cependant à témoigner de la joie, l’empereur paraissait occupé et les archiduchesses tristes et rêveuses, tandis que le prince Charles [de Lorraine] faisait des polissonneries pour égayer la société. Il n’y avait que le roi qui fit bonne mine a mauvais jeu. Il ne dira pas de me faire néanmoins une proposition qui ne marque pas un Amant transporté du plaisir de pouvoir jouir de sa belle puisqu’il m’a offert de reconnaître tous les enfants que je ferais à sa femme, si je voulais me marier pour lui. Aussi n’avait-il pas tort à mon avis. Soit illusion, soit réalité, elle ne m’a paru rien moins qu’appétissante hier, et je me suis dis mille fois en la voyant qu’il avait eu grand tort de la préférer à notre sœur. Enfin c’est une chose faite il n’y faut plus songer. »8

Anonyme, Princesse Cunégonde, 1760, Wiki common.

Cette annonce semble accabler encore plus le prince qui ne sachant pas si les mots de l’empereur étaient une facétie ou bien une chose véridique, ne sait pas quoi en penser. Malheureusement nous ne connaissons pas la réponse de Xavier. Ce dernier semble être accaparé par une chose plus importante se tramant à Dresde. Il écrit,  le 4 mars 1765, en encre blanche :

  j’ai voulu vous informer encore que notre chère Cucu [Cunégonde] se jette derechef entièrement dans la confidence de la Lisel [Élisabeth] et de Charles et se laisse mener en tout par eux. Comme vous avez du crédit sur elle, je désirerai beaucoup que vous lui écriviez mais au nom de dieu, sans que j’y paraisse, que vous aviez vu des lettres pour que la Sternberg en a reçu ou qu’elle vous en a parlé, qu’elle recommençait à se laisser conduire aveuglement par ces deux qui l’induisait à toutes sortes de choses qui lui faisait beaucoup de tort et perdre la bonne opinion qu’on avait de la conduite que pendant ce carnaval on l’avait loué de ne s’être pas mêlé des masquerades[sic] publiques que les autres avaient faites, mais qu’à la fin elle s’est laissé aussi séduire, en avait été et s’était surtout démasqué et paru à visage découvert et dansé des polonaises en compagnie de la racaille et des putaines[sic] ce qu’on avait extrêmement désapprouvé qu’on remarquait aussi qu’elle s’éloignait de la compagnie de l’électrice, évitait de s’approcher d’elle pour lui parler, n’allait jamais à sa table de jeu, ne venait pas aux jeux et diné quand les deux autres n’y étaient pas et la battait à froid et qu’on l’accusait par là d’ingratitude et de mauvais coeur. Qu’il fallait même qu’elle fut inconsidéré dans ses discours puisqu’on disait qu’elle prenait en tout hautement le parti de ces deux et justifiait toujours leur conduite qu’elle s’était même lâché un jour qu’elle n’a pas vu toute la journée l’électrice à dire en compagnie « Gruss ververden wir wissen gutes glucklisschen u vusigen tag haben », que par la tendresse que vous aviez pour elle vous l’aviez voulu prévenir du tort que cela lui faisait et que vous craigniez que si l’impératrice qui avait partout des espions, et faisaient surement prendre garde à elle, venait à l’apprendre, se refroidirait beaucoup dans les bonnes intentions qu’elle avait pour notre sœur, et que peut-être elle se nuirait par là dans l’établissement qu’elle a à espérer d’une bonne abbaye et qu’on disait déjà que les attentions qu’elle avait eu pour l’électrice étaient intéressées. Je laisse à votre discernement d’en parler à la Sternberg qui a aussi beaucoup de crédit sur elle pour quelle lui en écrive aussi, mais au nom de dieu ne lui dit pas que c’est de moi que vous savez tout cela et qu’elle ne vous cite pas non plus dans la lettre qu’elle lui écrira. Je voudrais bien parler moi même à notre chère Cucu, mais quoique je ne puisse en rien me plaindre de son amitié, je remarque cependant aussi qu’elle ne m’écoute plus et commence aussi à me battre un peu froid mais ne lui marquez rien de cela et conjurez seulement votre tendresse. A ne se point laisser séduire par ces deux dont elle a même jadis désapprouvé la conduite et qui, étant moins droit et par conséquent plus fins et rusés qu’elle, l’induiraient facilement et sans qu’elle s’en aperçoivent à des choses et des démarches qui lui font et feront la suite encore beaucoup plus de tort »9.

Le prince Albert lui répond donc le 13 mars 1765 qu’il n’a pas oublié l’idée de venir en Saxe et en secret que « vous vous trompez fort cher frère si vous me croyez tant de crédit sur l’esprit de la Cunigonde. Je vous assure plutôt que tout ce que je pourrai faire en cette occasion ne serait que de l’eau claire. J’en ai même parlé à madame de Sternberg qui croit qu’il n’y aura jamais lieu d’espérer qu’elle puisse jamais gagner de l’amitié pour l’électrice, mais qu’elle était aussi persuadé qu’elle ne manquerait jamais aux égards qu’elle lui doit. Je crois que le mieux, que l’électrice et vous puissiez faire, serait de les laisser courir sans vous soucier de leurs mauvaises humeurs et d’attendre que la providence fournisse une occasion de les éloigner de Dresde 10.

Bernardo Bellotto, Neumarkt, 1747, SKD online.

Le prince Albert délaisse complètement sa passion pour l’archiduchessepuisque celle-ci n’apparait plus dans ses lettres. Le 7 avril 1765, il écrit  : « je ne puis vous parler maintenant que de dévotions, si je dois vous marquer quelque nouvelle d’ici, puisque nous y sommes jusqu’aux oreilles, et j’aurais beaucoup à faire si je voulais entrer dans le dénombrement de toutes celles que l’on voit dans cette ville. Sil n’y en avait parmi qui ont plus l’air de partie de plaisir et de dissipation que de conviction, je devrais déjà avoir atteint le premier grade de sainteté. Les voilà cependant à leur fin, et mon séjour à Vienne pareillement puisqu’aussitôt après les fêtes, je dois retourner dans mon[sic] Hongrie, dont j’étais absent vraiment près de 5 mois. Je ne sais si je pourrais bientôt avoir le plaisir de vous revoir en Saxe. Toutefois je me flatte que vous serez persuadé, que je souhaite bien sincèrement de pouvoir y parvenir, et qu’en attendant vous m’en conserverez pas moins vôtre amitié à un frère, qui vous aimer et vous embrasse de tout son coeur, Albert »11. Il se charge des manœuvres de régiments en Hongrie pendant l’été. Alors que son frère s’est retiré pour l’été à Pilnitz, Albert écrit le 26 juin 1765 : « Pour moi qui n’ai pas encore eu l’occasion de jouir de semblables plaisirs, je ne laisse pas de me les représenter quelques fois en idée et de m’en égayer l’esprit par l’imagination car je n’appelle pas profiter de la campagne, l’honneur d’y suivre une grande cour, ou malgré que l’on fasse une certaine gêne se retrouve a chaque pas, au milieu même des divertissements. Et si je mène de temps en temps une vie privée dans les séjours que je fais en Hongrie, je manque d’un autre côté dans ce pays un peu inculte encore des choses les plus nécessaires a l’agrément de la vie, particulièrement la bonne société »12. Il se rend à Munich auprès de sa sœur l’électrice Marie-Anne et où il doit retrouver Clément pour se rendre à Innsbruck en effervescence pour le mariage de l’archiduc Léopold. Ses lettres sont remplies d’une certaine mélancolie et il n’écrit plus rien sur sa passion.


Johann Elias Ridinger, Franciscus I, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Soudainement pendant les festivités du mariage, l’empereur meurt d’une crise cardiaque le 18 août 1765. Le prince Albert écrit dès le 19 août : « Le plus effrayant malheur vient de nous accabler, cher frère. S.M. l’empereur, sortant hier avec nous de la comédie, c’est touché une apoplexie, dont il mourut sur le champs. Jugez de l’état dans lequel nous sommes. Mettez moi aux pieds de l’électrice. Albert »13.

Bernard Bellotto, Palais Kaunitz à Vienne, Szépművészeti Múzeum Budapest.

Il repart en Hongrie et revient de temps en temps à Vienne où il écrit le 13 septembre 1765 : « Madame l’électrice m’a mandé dans sa dernière qu’elle souhaiterait que je vinsse avec mon frère à Dresde. Vous sentez bien que si mes circonstances me le permettaient, je ne me ferais assurément pas beaucoup prier pour cela. Mais dans le moment présent où j’ai tout sujet de montrer mon zèle pour le métier, et soutenir la réputation que je me suis acquis jusqu’à présent de m’y être toujours appliqué, je crois que je serai très mal de m’absenter, d’autant plus que je n’ai été encore cette année-ci, que très peu en Hongrie (m’ayant fait presque que courir toujours avec la cour) et que les nouvelles introductions que nous avons fait depuis peu dans le service de notre cavalerie me donneront à l’heure qu’il est assez d’occupation »14. Il sait que seul sa cour auprès de l’impératrice ainsi que son travail en Hongrie peuvent lui permettre d’espérer un mariage. Il repousse ainsi l’insistance de son frère Xavier de le voir en Saxe rapidement. Il argumente que le service de ses régiments en Hongrie le retient. Il pèse les arguments et conclue dans une lettre du 1er octobre : « il est vrai que d’un autre côté c’est me faire tort que de croire qu’il faille tant me presser pur m’y rendre et vous devriez me connaître assez pour être persuadé que je n’aurais rien plus à coeur que cela, surtout su je pouvais jamais vous y être utile, si autrement mes circonstances me le permettraient. En considérant dans ce sens les attaques que vous me portez, je devrais plutôt m’en chagriner, mais comme j’aime toujours à considérer les choses du bon côté, je ne veux entrevoir en ceci que votre désir de nous rejoindre, qui certainement ne pas égaler le mien . Soyez-en persuadé, cher frère, et aimez toujours un peu celui qui vous embrasse avec toute la tendresse imaginable. Albert »15.

Anonyme, Portrait de Marie-Christine, vers 1760, Kunsthistorisches Museum Wien.

Il écrit le 6 novembre de Vienne «  Pour moi, je continue toujours à mener une vie ambulante. Tantôt ici, tantôt à Presbourg, je ne suis bien fixé en aucun endroit. Cela ne fait pas comme vous pouvez bien en juger la vie la plus agréable, mais enfin ma situation présente l’exigeant, il faut tâcher de la trouver nette »16.

L’amour victorieux

Tout semble changer après la mort de l’empereur François Ier. L’impératrice douaire ne quitte plus ses appartements. Leur fils aîné Joseph, nommé roi des Romains en 1764, devient empereur à la suite de son père et co-régent des terres des Habsbourg. La possibilité d’un mariage entre Albert et Marie-Christine redevient une possibilité dans cette période de réorgnanisation politique et familiale impulsée par le nouvel empereur. Le prince Albert rend compte des changements opérés par l’arrivée du jeune empereur. Puis il envoie de Vienne le 18 novembre 1765 une longue lettre pour expliquer la nouvelle situation à venir et le rôle que le prince Xavier peut jouer:

« Permettez cher frère, que je m’adresse à notre amitié dans l’occasion ou vous puissiez jamais me la témoigner avec plus de réalité. Si vous pouvez imaginer ce que c’est que d’être pris d’une passion aussi ardente que respectueuse pour la plus parfaite princesse du monde, et si pour gouverner aujourd’hui les états de notre neveu, vous n’en connaissez pas moins la situation d’un cadet, vous n’aurez pas de peine à concevoir toute l’étendue du service que vous pouvez me rendre. Je ne me suis pas toujours abandonné à un espoir qui aurait flatté mon coeur, mais qui aurait été désavoué par ma raison. Je ne m’y abandonne pas même entièrement à présent, et je suis encore tout étonné de pouvoir me permettre de suivre des idées dont j’avais toujours craint qu’elles ne serviraient qu’à troubler toute ma vie la tranquillité de mon âme ! Je demeure frappé de la disproportion de la condition d’un cadet cherchant sa fortune par son épée, a celle d’un fils de S.M. l’impératrice et d’un frère de S.M. l’empereur, ainsi que de la distance du célibat auquel je devais me croire destiné, au bonheur de posséder une princesse telle que Madame l’archiduchesse Marie. Je voudrais toujours me défier des espérances que je crois cependant oser concevoir, et je ne saurais encore dresser tout à fait de regarder comme chimérique ce qui pendant si longtemps m’a du le paraître entièrement ».

Puis le prince Albert rappelle sa situation et veut convaincre son frère d’intercéder auprès de la famille impériale en sa faveur :

 Je vous prie cependant de ne plus regarder uniquement tel, le bonheur auquel je vous prie de travailler pour moi. Quelque peu probable qu’elle l’ait été, ce n’est plus une chose impossible dans laquelle j’engage votre amitié. SS. MM. II. poussent leurs bontés pour moi, à un tel point que je puis sans extravagance porter mes espérances au dessus de ce qu’il ne devrait sembler m’être permis de faire. Je me rapporte au détail que j’ai fait à Madame l’électrice qu’elle vous communiquera et qui vous étonnera. Comment ne sentiriez-vous pas que la fortune à laquelle j’aspire est si haute que toute notre Maison y participe. Je suis sûr, cher frère, que vous concevez parfaitement à la grandeur du bonheur que j’espère obtenir et l’importance de l’appui dont vous pourriez acquérir une nouvelle assurance à la famille. Agissez donc en tendre frère, en chef de famille, et en dépositaire de la souveraineté de votre Patrie. Que votre démarche à la cour impériale réponde à tout l’excès de la bonté que l’on m’y témoigne, et a l’avantage qui en résulte à la maison, faites sentir qu’il est également impossible que le prix en soit perdu pour celle ci et que la reconnaissance en diminue jamais dans mon coeur ? J’espère que madame l’électrice me fera la grâce dont je l’ai prié de demander pour moi madame l’archiduchesse à S.M. l’impératrice : et je vous supplie de faire formellement de votre coté la même demande à S.M. l’empereur. Ce prince qui se sera craindre de ses ennemis, pendant qu’il se fera admirer et aimer du reste du monde, me comble des témoignages les plus marqué de son affection, et je crois pouvoir me flatter que votre lettre ne me fera pas tout a fait inutile quoique je m’engage a ne point hazarder de la donner si je ne puis le faire avec sureté de ne pas vous exposer a un refus. Après avoir ainsi opéré a mon bonheur, cher frère, pourrez vous douter de la vivacité de mon éternelle reconnaissance. Vous ne sauriez, car ce ne serait qu’en me méconnaissant entièrement , et les sentiments avec lesquels j’ai toujours été et serai toute ma vie. Votre plus fidèle frère, Albert17

Dans cette lettre le prince Albert montre qu’il veut que son frère Xavier comme régent et l’électrice douaire de Saxe fassent leur demande officielle pour épouser Marie-Christine auprès de la famille impériale car il n’imagine aucun refus. Dès le 3 décembre 1765, il peut remercier son frère : « Quelle satisfaction pour moi de devoir à un frère que j’aime aussi tendrement d’avoir contribué a assurer le bonheur de ma vie. Je crois que vous ne douterez pas un moment de la reconnaissance éternelle que je vous en conférerai  trop heureux, si je puis jamais vous en donner des preuves bien réelles. Adieu cher frère, permettez que je vous fasse mes très sincères compliments sur le jour d’aujourd’hui que je vous souhaite aussi rempli de contentement que vous me l’avez rendu à moi et que je vous embrasse de tout mon cœur. Albert »18.

C’est ainsi que le prince Albert se trouve fiancé à Marie-Christine. Le prince Albert peut enfin montrer son amour au grand jour. Retenu depuis des années, il expose sa joie depuis Vienne, le 25 décembre 1765 :«  N’imputez, cher frère, qu’aux circonstances dans lesquelles je me trouve, si je vous réponds un peu laconiquement à votre très laconique lettre du 16 d.c. mais vous savez par votre propre expérience, que lorsqu’on est amoureux, on n’ a pas beaucoup de temps à écrire. Jugez de ce que cela doit être, quand on est amant et époux, de la plus aimable princesse qu’il y ait au monde. Je me flatte donc que si je ne vous assure qu’en peu de lignes, de tout mon attachement et de tout mon amitié, vous ne serez pas moins convaincu de la vérité de tout ce que je vous dis, et m’en conserverai toujours un peu de votre coté. Adieu, cher frère, je vous envoie ci joint la réponse de S.M. l’impératrice, et vous embrasse de tout mon coeur. Albert »19. Nous avons perdu la réponse de l’impératrice jointe à cette lettre.

Johann Eleazar Zeissig dit Schenau, La famille de Saxe, 1772, SKD online.

A la même époque, le prince Xavier tombe éperdument amoureux d’une comtesse italienne Chiara Spinucci, dame de l’entourage de l’électrice douaire qu’il épouse en secret (nous reviendrons sur cette histoire dans un autre article). De son côté le prince Albert attend le grand événement occupant son temps entre des chasses et la période du carnaval. Il écrit enfin le 1er avril 1766 : 

Il y a déjà tant de temps, cher frère, que j’ai négligé de vous écrire, que je devrais craindre avec raison, que vous ne soyez un peu fâché contre moi. Je me flatte toutefois que vous rendrez trop de justice à mon amitié pour vous, pour ne pas croire que les circonstances dans lesquelles je me trouve à présent, y ont plus de part que toute autre chose. Je sais bien que ce n’est pas une excuse vis à vis d’un frère auquel je dois tant, et dont la tendresse envers moi, ne s’est démentie en aucune occasion mais je connais votre bon cœur, et c’est ce qui me fait espérer que vous m’en voudrez pas moins du bien pour cela. Nous aurons enfin demain nos promesses et le 8 se seront à Schlosshoff incognito un moyen tant désirées. Que ne donnerais-je pas, cher frère, pour avoir le plaisir de pouvoir vous y voir, et de combien ma satisfaction ne serait elle pas augmentée par là ! Si vous voulez d’autres nouvelles de ce pays-ci, n’en demandez pas à moi qui tout occupé de ce seul objet, me sent tout à fait incapable de vous entretenir de quelque chose qui n’y ait point rapport. Je finis donc plus tôt en vous assurant mille fois de toute ma tendresse, et en vous embrassant du fond de mon coeur. Albert 20.

Mercure, mai 1766.

Au château de Hof (Bratislava), le 5 avril 1766, il épouse enfin l’archiduchesse Marie-Christine. Dans le contrat de mariage, l’empereur Joseph II et l’impératrice douaire le font duc de Saxe-Teschen.Le prince écrit pour remercier son frère depuis Hof, le 9 avril 1766 :

Si j’ai lieu de me flatter, que quelqu’un prenne une part bien sincère, à tout ce qui m’arrive d’heureux c’est bien vous, cher frère. Votre amitié que vous m’avez témoigné en toute occasion, m’en est un sur garant. Aussi ne veux je pas tarder un moment de vous faire part de l’époque heureuse qui vient de m’unir à tout ce que j’ai de plus cher au monde. Je ne crois pas avoir besoin de beaucoup de rhétorique pour vous dépendre tout l’excès de mon contentement. Il sera tout aussi inutile, je pense d’entrer dans tous les détails qui regardent la journée d’hier. A buon intenditor proche parole[sic]. Tout ce que je puis vous dire en peu de mots, c’est qu’il ne manque que mon bonheur de celui de pouvoir partager avec vous ma joie et ma satisfaction. Ma chère petite femme m’a chargée de vous faire bien des assurances de son amitié, et moi je vous embrasse, cher frère, du fond de mon cœur. Albert21.

Le prince Xavier lui répond pour lui réitérer son amitié et faire part de sa joie. Malheureusement comme dans toutes les archives les réponses de Xavier sont en général manquantes. Sont-elles aux archives en Hongrie n’étant ni en France ni en Saxe?

Johann Carl Auerbach, Mariage de larchiduchesse Marie-Christine avec Albert, 1773, Kunsthistorisches Museum Wien.

Le prince Albert, alors à Laxembourg (Autriche), répond le 6 mai 1766 :

 J’ai été si pénétré, cher frère, de tout ce que vous me dites de tendre et d’amical dans la lettre que j’ai reçu par Liebenau, que j’aurais souhaité que vous en eussiez pu voir par vos yeux la joie qu’elle m’a causée, tout que je pourrais vous en dire ne suffisant pas pour vous l’exprimer comme je le désirerais. Ma chère femme a été on ne peut plus sensible aux assurance que vous chargez de lui faire de ma part. C’est même pour me prier de vous le témoigner qu’elle vient m’interrompre à tout moment. L’inconvénient que d’avoir une jolie femme ! On m’a jamais de repos avec elle. Ne croyez pas toutefois, mon frère, que ce soit cela seul, qui est cause que j’ai eu depuis notre arrivée à Presbourg, m’en ont bien plus empêches. Nous sommes arrivés hier au soir ici, où nous resterons jusqu’à l’onze et je profite à la hâte de quelque moment de loisir que je trouve en ce séjour, pour vous assurer de toute la tendresse, que je conserverai toute ma vie pour vous, et avec laquelle je vous embrasse du fond du coeur22.

Notes

1. Bajer (Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », thèse, p. 145. 2. Kriegelstein (Christian Friedrich Pfeffel von ), État de la Pologne[…], Paris, Herissant, 1770, p. 81. 3. Kulcsár Krisztina, “A helytartói státus : Albert szász herceg (1738-1822) kinevezése és évtizedei Magyarországon”, Aetas, (17) 1. p.52. 4.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 16 juin 1766. 5.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1489, lettre du prince Albert à Xavier, 22 juin 1766. 6.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 9 novembre 1763. 7.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 27 décembre 1764. 8.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 23 janvier 1765. 9.Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Xavier à Albert, 4 mars 1765. 10.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 13 mars 1765. 11.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 7 avril 1765. 12.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 26 juin 1765. 13.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 19 août 1765. 14.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 13 septembre 1765. 15.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 1er octobre 1765. 16.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 6 novembre 1765. 17.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 18 novembre 1765. 18 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 3 décembre 1765. 19 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 25 décembre 1765. 20 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 1er avril 1766. 21 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 9 avril 1766. 22 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 6 mai 1766.