Archives de catégorie : France

Projet de biographie de Xavier de Saxe: une problématique complexe

Je n’oublierai jamais ni ce château ni ce séjour. Le comte de Lusace, fils de l’électeur de Saxe, frère de l’électeur régnant et propre oncle du roi de France avait pris de l’amour à Dresde pour une jeune italienne […]. Cet amour devint une passion si violente que la morgue allemande, que l’intérêt d’une succession presque royale et souvent ornée du diadème, que tout céda devant sa puissance : l’Italienne fut épousée.

C’est en ces mots que Madame de Chastenay décrit son séjour de 1781 au château de Pont-sur-Seine (Aube)1 qui est, depuis sa construction par l’architecte Lemuet au milieu du XVIIe siècle, « une des plus belles maisons de France »2. Mais loin de s’attarder sur l’architecture ou les intérieurs, la comtesse nous décrit un prince qui, semble-t-il, a abandonné la possibilité d’être roi pour épouser une italienne et venir vivre en France. Cet homme est le prince royal de Pologne François Xavier Louis Auguste Albert Benno de Saxe connu en France sous le nom de comte de Lusace. Le prince est né le 25 août 1730 et meurt le 21 juin 1806 à Dresde3. Il est le huitième enfant du prince-héritier Frédéric-Auguste, duc de Saxe, devenu en 1733, roi de Pologne sous le nom d’Auguste III (1696 – 1763)4. Sa mère Marie-Josèphe d’Autriche (1699 – 1757) est la fille aînée de l’empereur Joseph Ier (1678 – 1711)5. Dans l’ordre de succession, le prince Xavier se trouve être le second garçon arrivé à l’âge adulte.

Les grandes lignes de la vie du prince Xavier de Saxe sont connues grâce à deux notices, qui ont été réalisées à partir du fonds de Saxe des archives départementales de l’Aube à Troyes, par ceux qui étaient en charge de son classement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle : Arsène Thévenot puis Jules-Joseph Vernier6. En 1874, le premier publie en partie sa correspondance7. Bien que datée, cette étude demeure indispensable pour connaître sa vie. Par la suite, le second écrit, en 1903, une étude biographique sur le prince comme introduction aux trois tomes de l’inventaire du fonds de Saxe. Il reprend, en grande partie, les idées défendues par Arsène Thévenot. Ces deux auteurs se rejoignent dans l’idée que le prince Xavier de Saxe n’eut aucun rôle politique de premier plan.Peut-être en raison des mots de Jules-Joseph Vernier qui n’est pas tendre avec le prince Xavier :

Les biographies ne font pas mention de ce personnage [et] c’est un fait acquis à l’histoire […] que le prince de Saxe n’ait jamais joué dans le monde un rôle politique bien considérable, que jamais il n’ait occupé dans l’administration ou dans les armées une situation prépondérante et bien en vue, [un] personnage qui a “traversé l’histoire avec des pantoufles”»8

Pour les historiens français de la fin du XIXe siècle et du début XX siècle, le prince Xavier de Saxe est une personne de peu d’envergure dans l’ombre de son oncle le maréchal Maurice de Saxe et de son grand-père Auguste le fort. Ainsi Casimir Stryienski écrit en 1902 que « le prince Xavier n’était pas né pour jouer un grand rôle ; il appartenait à cette maison de Saxe dont on avait dit que seuls ses bâtards faisaient leur chemin, et il justifiait cette boutade »9. Il conclut que le prince « passa sa vie à ne pas comprendre pourquoi il ne réussissait en rien »10. Il s’agit pour nous justement de comprendre en quoi ce personnage de second plan s’imaginait ne pas l’être. Son impression est-elle caractéristique de cette myriade de prince qui gravitait dans les cours européennes ?

Anton Raphael Mengs, Augst III, SKD.

Mais nous pouvons opposer les visions négatives à celle de Charles de Mouy qui, dès 1875, écrivait que le prince possédait de « bonnes qualités » ce qui pouvait faire de lui « un souverain fort convenable aux Polonais »11. Le prince Xavier apparaît dans le livre sur le dauphin de Bernard Hours comme un homme très proche de la dauphine qui essayait en vain d’influer sur la politique française12. Plus récemment, des travaux universitaires se sont intéressés aux archives du fonds de Saxe. En 1981, Valérie d’Anglejan-Chatillon a essayé dans son mémoire de maîtrise de comprendre l’éducation et le « cursus » des deux fils du prince Xavier de Saxe sans apporter d’éclairage sur les châteaux de Pont-sur-Seine et Chaumot13. En 2004, Aurélie Louis a focalisé ses recherches sur «domaine de Pont-sur-Seine-sur-Seine au temps de Xavier de Saxe (1775 – 1790) ». Ce travail, qui s’est basé sur les nombreux documents de la régie des terres du fonds de Saxe, a permis de bien comprendre la gestion des terres et forêts possédés par le prince. Ses conclusions ont montré que les revenus du prince Xavier dépendaient majoritairement du trésor royal de France, puis à la marge des revenus agricoles de ses terres. En revanche les recherches de Patricia Colfort sur le domaine de Chaumot n’ont pas réussi à proposer des analyses aussi poussées que celles réalisées pour le domaine de Pont-sur-Seine14. En 2005, Christian Terraux a étudié la vaste correspondance du prince avec ses frères et sœurs. Ce travail de recherche a été mené en collaboration avec les archives de l’Aube pour une grande campagne de numérisation du fonds de Saxe, et la mise en ligne de l’inventaire et des images des documents. Dans son mémoire de recherche, Christian Terraux a analysé la correspondance pour tenter de trouver « un réseau européen pour la maison de Saxe » en tirant des conclusions simples sur le réseau mais aucunement sur le prince en lui même15. Il faut se tourner dans les recherches à l’étranger pour avoir davantage analyse sur le prince.

L’historien polonais Jakub Bajer16 a fait une étude sur cette élection et sa reconnaissance par les cours d’Autriche, de France et d’Espagne entre 1764 et 1766. D’après cet auteur, il existe « une faction saxonne » à la cour de France autour de la dauphine, qui a pour but de conserver la couronne élective de Pologne dans la famille. Le chercheur croit comprendre que, de son côté, le prince s’est intéressé à la couronne de Pologne en raison du prestige et de l’apport financier que cela lui aurait apporté. Il propose enfin de voir le prince Xavier comme une personne qui pouvait se sentir « déçu et frustré » après l’échec de son élection sur le trône de Pologne en 1764, mais qui garde, toute sa vie, le soutien de la dauphine de France17. Un autre chercheur polonais, Jacek Kordel, propose, quant à lui, une analyse sur les raisons qui poussent le prince à quitter précipitamment la régence18. Les tensions à la cour de Saxe poussent le prince à s’en éloigner malgré les réprimandes de la cour de Vienne, où ce départ est vu comme un acte contraire aux lois de l’Empire19. Cette brouille marque durablement les relations entre le prince et l’impératrice.

Georges Desmarées, Prince Xavier?, München, Alte Pinakotek.

La banalité apparent du personnage ne doit pas faire oublier sa position. Il faut tenter de le replacer dans cette multitude de courtisans qui gravitaient autour de différents souverains en Europe cherchant un moment où briller pour obtenir des faveurs à la base de la société de cour. Mais il est aussi un personnage clef dans les changements diplomatiques mis en place par la Saxe, La France et l’Autriche20. Le renversement des alliances n’est pas qu’un jeu diplomatique abstrait, il fait entrer en jeu de de nombreux acteurs dans les sphères politique. Assurément le prince Xavier en fait parti en tant que membre de la famille électorale et second dans la lignée. Quel est son rôle dans la politique saxonne en Pologne ? Que met-il en place lors de sa régence en Saxe ? Le prince est aussi un homme loin de la politique. Ses désirs et ses échecs renseignent sur la logique de son caractère. Intéressé par l’architecture et l’histoire naturelle, il est un homme de son temps. Est-il un homme des lumières ou anti-lumière ?

Il nous a fallu chercher le prince pour mieux comprendre l’homme qui, par ses choix, a décidés de lier son destin à celui de la France. Les archives du prince Xavier sont disséminés essentiellement dans trois lieux les archives départementales de l’Aube à Troyes, les Sächsische Staatsarchiv de Dresde et la bibliothèque historique polonaise de Paris21.

Le prince royal Xavier, fils d’Auguste III roi de Pologne est bien plus que des titres. Son choix de s’insérer dans les intrigues de la cour de France n’est pas anodin. Il s’insère dans des choix personnels et politiques plus large. Louis XV continue de rêver à la « barrière de l’est » où la Saxe-Pologne pourrait jouer un rôle crucial. La diplomatie de la France en Pologne incluait le prince Xavier comme prétendant à la couronne sous l’influence de la dauphine. Qu’est ce que le « secret de la dauphine »? Quelle est sa relation avec la France ? Avait-il les prétentions d’un souverain ou se bornait-il à être un courtisan ?

Notes

1. Chastenay ( Victorine de), Mémoires de Mme de Chastenay, 1771-1815, publ. par Alphonse Roserot, Paris, E Plon-Nourrit, 1896, p. 23. 2Grande Mademoiselle, Mémoires, Paris, 1985, t.I p. 95 cité par Mignot (Claude), ibid., p. 173. 3. Huberty (Michel) et Giraud (Alain), L’Allemagne dynastique, tome I : Hesse, Reuss, Saxe, Paris, 1976 (7 tomes), p.  472. Le prince signait Xavier ou en allemand Xaver ou Xaverius en latin. Bennon est parfois traduit par Benoît. 4. Les dates entre parenthèse sont celles de vie et de mort. 5. Sur ses parents, voir : Staszewski (Jacek), August III. Kurfürst von Sachsen und König von Polen, Berlin, 1996 (traduit du polonais par Eduard Merian) ; Weber (Karl von), Maria Antonia Walpurgis, Churfürstin zu Sachsen, geb. kaiserliche Prinzessin in Bayern, Dresden, Teuber, 1857. 6. Pour une étude de la constitution du fonds de Saxe, voir Terreaux (Christian), Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière, mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2004 – 2005. 7. Thévenot (Arsène), Correspondance inédite du prince François-Xavier de Saxe, connu en France sous le nom de comte de Lusace précédée d’une notice de sa vie, Paris, Librairie historique et archéologique de J.-B. Dumoulin, 1874. 8. Vernier (Jules-Joseph), Étude biographique sur le prince Xavier de Saxe comte de Lusace, précédée d’une notice sur le fonds de Saxe conservé aux Archives départementales de l’Aube, Troyes, G. Frémont, 1903, p. XIV . 9. Stryienski (Casimir), La mère des trois derniers Bourbons, Marie-Josèphe de Saxe, et la cour de Louis XV, d’après des documents inédits tirés des Archives royales de Saxe et des Archives des affaires étrangères, Paris, Plon-Nourrit, 1902, p. 17. Il ajoute : « Il passa sa vie à ne pas comprendre pourquoi il ne réussissait en rien » (p. 258). 10. Stryienski (Casimir), « Le secret de la Dauphine », Revue des études historiques,Paris, A. Picard et fils, mai-juin 1901, p.2. 11Mouÿ (Charles de), Correspondance inédite du roi Stanislas-Auguste Poniatowski et de Mme Geoffrin (1764-1777) précédée d’une étude sur Stanislas-Auguste et Mme Geoffrin et accompagnée de nombreuses notes, Genève, Stakline, 1875, p. 14. 12. Hours (Bernard), La vertu et le secret. Le dauphin, fils de Louis XV, Paris, Honoré Champion, 2006, p.269. 13. Anglejan-Chatillon (Valérie d’), « Deux éducations aristocratiques à la fin du XVIIIe siècle. Les princes Louis et Joseph de Saxe », mémoire de maîtrise, Paris I, 1981. 14. Louis (Aurélie), « Le domaine de Pont-sur-Seine au temps de Xavier de Saxe (1775-1790) », mémoire de maîtrise, université de Besançon, 2004 ; Colfort (Patricia), « Le domaine de Chaumot à la veille de la Révolution française (1771-1793) », mémoire de master II, université de Reims-Champagne-Ardenne, 2006. 15. Terraux (Christian), « Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière », mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2005 [en ligne]. 16. Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », thèse de doctorat sous la direction des professeurs Chantal Grell et Maciej Serwanski, Universités de Paris-Saclay et Poznan, 2015 ; Bajer ( Jakub),« La Maison de Saxe et la reconnaissance de Stanislas -Auguste par les cours du sud (1764-1766) », Studia Europaea Gnesnensia, 5/2012, p. 257 – 277 [en ligne]. 17. Bajer (Jakub), « La Maison de Saxe et la reconnaissance de Stanislas -Auguste par les cours du sud (1764-1766) », op. cit., p. 264.18. Kordel (Jacek), Z Austrią czy z Prusami? Polityka zagraniczna Saksonii, 1774-1778, Kraków, Arcana, 2018. 19. Ibid., p. 77 -78. 20.Hanke (René), Brühl und das Renversement des alliances: die antipreussische Aussenpolitik des Dresdener Hofes 1744-1756, Historia profana et ecclesiastica. Geschichte und Kirchengeschichte zwischen Mittelalter und Moderne; Bd. 15), Münster / Hamburg / Berlin / London: LIT 2006. 21.Jakub Bajer, Dzieje archiwum księcia Ksawerego Saskiego –historycznego dziedzictwa Francji, Polski i Niemiec
Studia Źródłoznawcze, t. LVIII, 2020, p.171-184.

Autour du jardin de Pont-sur-Seine: le tapis de gazon au XVIIIe siècle

Du pré au tapis de gazon : résumé de la théorie d’un modèle

Au XVIIe siècle, les jardins ordonnés occupaient des espaces autrefois délaissés ou dévolus à des besoins économiques qui n’intéressaient plus ou bien relégué loin de la demeure. Les parcs étaient tournés vers le commerce du bois et la sylviculture1. Au XVIIIe siècle, on considère que l’attrait pour les jardins géométriques laisse la place tout d’abord à des créations aux perspectives plus courtes, aux gazons remplaçant les parterres et aux jeux d’eau moins monumentaux, puis aux jardins pittoresques2. Bien sûr Olivier de Serre faisait déjà l’éloge du pré et des parterres gazonnés comme des décors essentiels du jardin. Mais le gazon, si ce n’est directement un pré, se fait de plus en plus présent aux abords de la demeure au détriment des parterres fleuris de buis. Cette utilisation accrue du gazon permet de sublimer la demeure dans un jeu de vues depuis les routes et les allées.

Albrecht Dürer, Grande touffe d’herbe, Wiki Common.

Le boulingrin qui est une zone gazonnée remplace le parterre dans l’imaginaire des hommes du XVIIIe siècle. Le jardin se se veut à l’image de celui du monde médiéval tourné vers l’utilitaire. Il est aussi un décor naturel pour la demeure qui donne une place essentielle au promeneur. Ce jardin pittoresque propose moins de parterre de charmille et de buis et davantage de tapis de gazon. L’encyclopédie donne la définition suivante : les tapis de gazon, « sont de grandes pièces de gazon pleines et sans découpures qui se trouvent dans les cours et avant-cours des maisons, dans les bosquets, les boulingrins, les parterres à l’anglaise, et dans le milieu des grandes allées et avenues dont le ratissage demanderait trop de soins”. (Encyclopédie, 1751, tome 15, p. 896-897).

Gravure de l’encyclopédie, BnF Gallica.

Mais loin de la théorie, quelle est la pratique du gazon ? Comment jardinier et propriétaire utilisent cet ornement concrètement ? L’exemple de l’architecte dessinateur Johann August Giesel au service du prince Xavier peut nous en donner une idée. Nous avons vu la carrière de l’architecte Giesel dans un précédent article. Dans cet article, nous nous bornerons sur le gazon dans les jardins dont il a la charge pour le prince Xavier de Saxe.

Des terrasses de pierre aux talus de verdure

En 1773, le jardin de Pont est décrit par un des agents du prince Xavier  :

À la face du château, du côté de la ville, est un premier parterre en terrasse. Ensuite on descend un escalier en fer à cheval, au bas duquel est un second parterre aussi en terrasse, après lequel est un grand potager en quatre carrés, au milieu desquels est un grand bassin, dans lequel est un jet d’eau qui monte à environ 20 pieds. Ensuite du potager est une grande grille de fer et un mur, qui sépare le potager d’avec une pièce d’eau vive en miroir, presque aussi grande que celle de Chaumot, des deux côtés de laquelle sont des allées de tilleuls d’Hollande qui forment une promenade très agréable ; tout ce détail est en face du château3.

Vue du vestibule et de la salle du chasteau de ponts en Champagne qui regarde du costé des parterres, XVIIe siècle, BnF Gallica.

Cette lettre montre bien que c’est un jardin géométrique qui n’a pas fortement évolué depuis la construction du château au milieu du XVIIe siècle. Il est constitué de différentes terrasses, puisqu’ entre la route et la Seine, il existe un dénivelé d’un peu plus de 90 mètres4. Elles sont marquées par différents escaliers qui descendent jusqu’à la grande pièce d’eau au bord du fleuve. Pour Blondel, les terrasses sont un investissement important pour les terrains en pentes mais elles offrent « beaucoup d’agrément par les différents point de vue dont on peut jouir, soit dans les fonds, soit sur les éminences »5.

Plan du château lors de la vente pendant la révolution, Archives départementales de l’Aube.

A Pont, il existe quatre niveaux de terrasse. Seule la deuxième terrasse est réellement retenue par un mur. Ce dernier est connu par les dessins réalisés pour les travaux après les différents écroulements de 1778 et 17806. Les première et seconde terrasses aux abords du château ne sont que de petits dénivellements pentus. En 1782, le prince fait faire « la démolition totale de la petite terrasse qui donne sur le potager »7. Les terrasses se sont donc transformées petit à petit en glacis, seule la terrasse avec l’escalier demeure.

Vue du château de Pont, XVIIe siècle, Archives départementales de l’Aube.

Il existe un plan du domaine de la période révolutionnaire qui, avec un état du jardin de 17878, permet de connaître sa constitution à la fin des travaux demandés par le prince9. Le plan montre le château et le jardin dans un axe Sud-Nord. Le jardin est constitué de deux axes : le premier nord – sud constitué du château, des terrasses et de la pièce d’eau ; le second est – ouest constitué du petit parc et de prés. De l’autre côté de la route est située l’avenue en direction de la forêt ou « grand parc ». Ce plan permet de connaitre les zones gazonnées qui se trouvent autour du château.

Entretien des gazons

Malgré les démolitions du XIXe siècle, les archives de Pont nous renseignent sur la gestion au quotidien des gazons. Le prince et son architecte attachent un soin particulier à ce que les gazon soient toujours bien entretenus et verts . Les sécheresses de l’été ou les grand froid mettent à mal les gazons. L’architecte écrit le 5 septembre 1778 :

Je commencerai aussi lundi prochain à mettre des ouvriers pour nettoyer la grande cour, et enlever tout le gazon qui est totalement brûlé par les grandes chaleurs. Si V.A.R. jugerait à propos, on pourrait sabler en même temps les 2 allées de la nouvelle plantation devant la grande porte pour les remettre après à l’entretien du jardinier. Ayant tracé le concert avec le jardinier dans la cour, il m’a demandé d’après les ordres qu’il avait reçu de la part de Mr Pomiés de retravailler le gazon des 2 parterres devant le vestibule. Si je ferais faire cet ouvrage en même temps, mais comme V.A.R. ne m’a pas fait mention, je n’ai pas voulu entreprendre cela sans demander si V.A.R. est encore intentionnée de faire faire cet ouvrage qui cependant serait très nécessaire. Le gazon étant également brûlé et plein de mousses qui fait un vilain effet si près du château. »10.

Bernardo Bellotto, Schönbrunn, Wien
Kunsthistorisches Museum (détail).

L’architecte veut donc remplacer l’herbe jaunit à cause de la sécheresse dans les parterres. La pelouse doit toujours être fraîche et bien tondue pour produire tout son effet. Le gazon de la grande cour (cour d’honneur) est celui qui focalise le plus d’attention puisque tout invité entrer au château en passant par cette zone. Le prince répond donc :

« Je ne comprends pas ce que vous me marquez de faire enlever tout le gazon de la grande cour, c’est un ouvrage qui sera long et coûteux car il faudrait le labourer et resemer, et cela se peut différer encore ainsi que de retravailler les 2 gazons des 2 parterres devant le vestibule. Quant aux 2 allées de la nouvelle plantation devant la grande porte, vous pouvez les faire sabler et les donner, après à l’extérieur au jardinier»11.

La quantité d’herbe à planter fait craindre une trop grande dépense, ce qui empêche le prince d’accepter cette demande. Il faut retarder les dépenses. Mais l’architecte revient sur cette question très rapidement :

Monseigneur, J’ai eu l’honneur de recevoir la lettre de Votre Altesse Royale du 15 du m.c. […]Pour ce qui regarde les gazons de la grande cour du château V.A.R. se souviendra qu’avant son voyage avec Madame aux eaux, j’ai eu l’honneur de proposer à votre altesse plusieurs ouvrages nécessaires dans la maison, entre autres celui de faire nettoyer la grande cour qui était fort malpropres. V.A.R. avait même dans ce temps-là la bonté de l’accepter et de me laisser ses ordres par écrit dont V.A.R. à la copie entre ses mains et sur laquelle V.A.R. trouvera ledit article sous le num. 6. Cependant pour éviter les frais, j’ai fait marché avec les ouvriers de Saint-Aubin à 3 s. par toise et je les mettrai aussi à l’entreprise aux 2 allées de la nouvelle plantation »12.

Bernardo Bellotto, Schloss Hof, Wien
Kunsthistorisches Museum.

Le prince ne contredit pas son architecte et le laisse entreprendre cet ouvrage. Pour magnifier la demeure, les gazons de la grande cour sont donc constamment surveillés. Après l’hiver et des travaux dans l’appartement, l’architecte rend compte qu’il veut faire une visite « dans la grande cour pour réparer les 4 quarrés de gazon, comme aussi les allées sablées dudit endroit, qui ont été fatiguées par les voitures du transport du bois des cordes »13. Le compte rendu est donné le 26 mars 1780 :

J’ai l’honneur de marquer à Votre Altesse Royale qu’il y a avait des réparations à faire aux quatre carrés de gazon dans la grande cour aussi ai-je commencé lundi passé à faire remplir avec de la bonne terre les trous qui étaient faits par les chiens et la volaille en y mettant une poignée de graine que j’ai pris dans les greniers à foin. D’après cela j’y ai fait passer le grand rouleau de grès à plusieurs reprises jusqu’à ce que j’ai vu le gazon était parfaitement aplani. J’ai fait rafraîchir aussi la bordure qui était fort défigurée, en y faisant tendre le cordeau, j’ai été obligé de faire donner un coup de bêche tout autour comme les coins desdits carrés étaient fort dégradés, par les passants, j’ai fait enfoncer à chaque coin un bon piquet de bois, pour les garantir le plus qu’il est possible. Les allées de sable avaient besoin d’un coup de ratissoire en mettant dans plusieurs endroits du sable pour remplir les ornière des voitures14.

Le prince répond qu’il accepte ces dépenses et veut les mêmes journaliers du village de Saint-Aubin et au même prix que précédemment15. L’entretien des gazons fait donc entrer un personnel supplémentaire. L’architecte n’utilise pas une herbe spécifique pour la plantation mais les graines de l’herbe commune comme le pâturin des prés. Le ray-grass anglais ne semble pas encore être connu par ces hommes. L’entretien demande des outils spécifiques comme le rouleau. Arranger les angles et aplanir le sol est essentiel pour la bonne tenue des parterres de gazon.

Bernardo Bellotto, Schloss Hof, Wien
Kunsthistorisches Museum (détail).

Ainsi un document vraisemblablement de l’été 1780 sur les travaux à faire dans les jardins accorde une grand place aux gazons16. Tout d’abord les allées doivent être égalisées puis le prince demande à ce que ses jardiniers apportent « des terres tout le long de la terrasse des parterres où il y avait autrefois des ifs » pour lui « donner une pente que l’on sèmera en herbe qui formera un glacis »17. Les ifs sont des arbres qui acceptent des formes très réglées. Puis comme il est préférable pour l’entretien des allées de les transformer en gazon, l’article stipule de ne pas remettre de sable dans les allées de la garenne: « Il faut commencer par aligner toutes nos allées afin de marquer la largeur de nos gazons qui seront de 15 à 16 pieds et nos contre-allées qui seront des deux cotés de la charmille auront chacun cinq pieds de large à prendre du pied de la charmille au bord du gazon ». Puis « la charrue ayant fini il faut faire à mains d’homme piocher les deux côtés qu’elle aura labourés afin de bien dresser notre gazon ». Puis durant l’automne suivant le document indique que « les buis des parterres ont besoin d’être replantés à neuf et de recharger les terres qui sont dans le milieu pour donner plus d’élévation aux fleurs afin qu’elles soient plus visibles » et « si l’eau n’est pas plus abondante dans les parterres qu’elle ne l’est à présent, il ne sera pas possible de soutenir les fleurs dans la grande sécheresse avec le peu d’eau qui y vient il n’y aurait que les fleurs vivaces qui puissent se soutenir ». La région de Pont-sur-Seine est la « Champagne pouilleuse » ou la « Champagne crayeuse » dont le sol est constitué essentiellement de craie. C’est une région de pâturage des moutons. Comme l’explique Yves Chevalier, la région « présente donc une certaine tendance à l’aridité »18 en raison des sols de craies perméables.

Bernardo Bellotto Wilanów, zamek Wilanów (détail).

Le document continue ainsi « les gazons des parterres ont besoins d’être renouvelés, pour cela faire il faut les labourer au mois d’octobre prochain et laisser passer l’hiver avant de les semer afin de mûrir les terres et au printemps prochain les semer en herbe ou en pré » et « j’ai oublié de dire que quand nos gazons seront bien levés, il faut passer le rouleau dessus pour écraser le peu de mottes qui y restent et en raffermir la terre ce qui replombe[sic] en même temps l’herbe qui est levée ». Ainsi le gazon doit être bien entretenu aux abords de la demeure et peuvent être moins entretenu en s’en éloignant.

En guise de conclusion: la place du gazon à Pont?

Le prince et son architecte ont établis plusieurs documents sur les superficies occupées par chaque compartiments du jardin. Ce document « État des continences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, verger, couverts, allées claires et ombrées etc qui accompagnent et décorent le château de Pont sur Seine» du 23 juin 178719 donne une description des zones gazonnées :

  • Demie lune « les parties entourées de tilleul » avec deux allées.
  • Avant-cour : quatre pièces de gazons avec les allées.
  • Première terrasse : gazons de face aux ailes du château levant et couchant ; gazons de talus de cette 1ere terrasse.
  • Deuxième terrasse : gazons pleins au levant et couchant ; gazons chiffres X C ensemble.
  • Grand potager : en quarré légumier en tapis ou gazons bordés en tilleuls et en allées sablées.
  • Verger en nouveau potager ; tant en gazon semé en herbe naturelle et allées avec tilleuls.
  • Allée des mûriers : le gazon ou tapis avec allées sablées et fossés L’ensemble des surfaces gazonnées représentent environ 5 hectares sur les 27 hectares du domaine.
Bernardo Bellotto, Schönbrunn, Wien
Kunsthistorisches Museum.

Comme le souligne Gabrielle Boreau de Roincé montre que l’arbre devient un élément important des jardins comme à Versailles en 177820 : « Les allées ombragées et l’espace consacré à des contre-allées entre arbres de ligne et charmilles permettent une nouvelle fonctionnalité des jardins de Versailles avec l’apparition signalée d’endroits spécialement consacrés à la pause assise et à la conversation.Cette évolution est sans aucun doute à mettre en rapport avec l’apparition à Paris des jardins-promenades ». Elle souligne son rôle pour la promenade dans la nouvelle volonté d’aménagement du jardin. Mais les parterres de gazon prennent aussi une place importante car ils permettent de créer des décors moins coûteux que des parterres de fleurs ou bosquets de charmilles et de souligner des points de vue pour le promeneur.

à suivre.

Pour aller plus loin:

Corbin (Alain), La Fraîcheur de l’herbe: Histoire d’une gamme d’émotions, Paris, Fayard, 2018.

Notes

1. Georges Farhat, « Territorialités et parcs à l’âge classique: pour une approche critique de la notion de territoire », Polia, Paris, Association pour l’Histoire de l’art des jardins,2008, p.18. 2. Gérard Mabile, « Le jardin classique à partir de Le Nôtre », dans Babelon, Jean Pierre (dir.) , Le château en France, Paris, Berger-Levrault, 1986, p.295-304. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1789 lettre de Régnier au prince Xavier, 22 octobre 1772.4. Relevé d’après Géoportail [en ligne, consulté le 21/03/2017].5. Jacques-François Blondel, De la distribution des maisons de plaisance, op.cit. tome 2, p. 2. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, différents dessins faits par Giesel montrent le mur et les écroulements : un du 7 mars 1778 et l’autre du 8 avril 1780. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2180, marché pour un escalier du château de Pont, 18 avril 1782. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, « états des contingences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, vergers […] », 23 juin 1787. 9. Arch. dép. de l’Aube, 1Q, 811 vente des biens nationaux de l’émigré Xavier de Saxe, 19 vendémiaire an IX et affiche du 20 fructidor an VI [6 septembre 1798]. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 5 septembre 1778. 11 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1448, lettre de Xavier à Giesel, 15 septembre 1778. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 21 septembre 1778. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 19 mars 1780. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1749, lettre de Giesel au prince, 26 mars 1780. 15. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1440, lettre du prince à Giesel, 1er avril 1780. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185,  « états des travaux et réparations a faire dans les jardins et potagers du château de Pont », s.d. [vers1780]. 17. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185,  « états des travaux et réparations a faire dans les jardins et potagers du château de Pont », s.d. [vers1780]. 18 Yves Chevalier. « Métamorphoses de la Champagne crayeuse : déboisement et équilibre biologique », Revue forestière française, 1972, 24 (4), p.303. 19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, Etat des continences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, verger, couverts, allées claires et ombrées etc qui accompagnent et décorent le château de Pont sur Seine» du 23 juin 1787. 20Gabrielle Boreau de Roincé, « Les bosquets de Versailles à la fin du XVIIIe siècle. Concevoir et parcourir les jardins de Versailles après la replantation  », Livraisons de l’histoire de l’architecture, 23 | 2012 [en ligne consulté le 16 juin 2023]. 21. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2018, dessin sans date.

Le jardin de l’archevêque de Bourges à Turly (Cher)

Georges-Louis Phélypeaux d’Herbault

Le futur archevêque serait né en 1719. Son père portant le même nom est un conseiller du Parlement de Paris puis il devient gouverneur d’Orléans en 1727. Il décède en 1742 en son château d’Herbault (Neuvy, Loir-et-Cher). Son fils est d’abord abbé de l’abbaye royale de Thoronet puis il est nommé en 1757 à l’archevêché de Bourges et abbé commendataire de l’abbaye de Saint-Lucien de Beauvais et de Saint-Benoit puis enfin prélat chancelier et surintendant de l’ordre du Saint-Esprit en 1770. En 1778 il préside les assemblées provinciales du Berry. Il meurt en 1787.

Médailles de Phélypeaux d’Herbault nommé comme archevêque de Bourges, 1757.

Son frère cadet Louis-Balthazard est chevalier de malte et le dernier Jean-Frédéric est officier et chevalier de Saint-Louis marié mais sans héritier. Il a une sœur Hiéronyme-Rosaline-Félicité mariée à un procureur général dont elle à des enfants. La famille est parent de Jean-Frédéric Phélypeaux de Maurepas, ministre de Louis XVI de 1774 à sa mort en 1781.

Les travaux du domaine de Turly (commune de Saint-Michel-en Volangis, Cher)

Les travaux pour l’intendant ne sont pas les seuls qu’entreprend l’ingénieur Defer en 1776 dans le Berry. Demontrocher en rend compte en février 1776 :

« Il y a quelques jours, que ce prélat [l’archevêque de Bourges] vient de le charger de suivre et continuer les ouvrages commencés par M. Valframbert, mon prédécesseur, à sa maison de plaisance situé à une lieue d’ici1, sous mes yeux. Par conséquent, il est vrai que M. Defer a ajouté fort obligeamment qu’il mènerait promener quand je voudrais. Des personnes distingués d’ici m’ont dit que M. l’intendant leur a assuré que l’on travaille cette année à la reconstruction de la Salle des Spectacle. Si cela est, je dois le mystère que l’on m’en fait au manège de M. Defer qui veut s’arroger cet ouvrage, et je sais d’ailleurs qu’il en a parlé lui-même. Je suis informé par voie sure qu’il va faire solliciter M. le contrôleur général pour être directement chargé des projets d’un canal de navigation qu’il dit avoir imaginé pour la communication de la Loire et du Cher par la petite rivière d’Auron qui passe par Bourges. Les avantages n’en sont pas encore constatés mais il dit qu’il est l’ouvrage d’un mémoire, et l’on sait que la prose ne coute rien.»2

Château et jardins de Turly, Atlas de Trudaine, vers 1745, Arch. nat. F14 846.

Les travaux auraient donc commencés en 1774 car il est ainsi fait mention des travaux faits par Valframbert pour « M. l’archevêque de Bourges, cousin et ami le plus intime de M. de Maurepas »3 qui ont couté «  plus de 6000 l. d’ouvrage de tout espèce »4. Ils se seraient terminés à la fin de l’année 1776.

Le château semble dater du début du XVIIIe siècle. Un canal passe tout près du château et séparant le jardin. Il permet l’alimentation en eau du jardin et des bassins. Un ruisseau est repérable sur le plan de Turly issu de l’atlas de Trudaine. Son tracé rectiligne montre que son cours a déjà été canalisé bien avant l’arrivée de l’archevêque Phelypeaux d’Herbault, peut-être dès le XVIIe siècle. En revanche, les travaux réalisé par le prélat sont un bassin à l’entrée du château près de la place ronde de l’avant-cour et un autre créé dans l’axe du logis dans le jardin.

Château et jardins de Turly, plan du cadastre de la commune de Saint-Michel de Volangis, section C, vers 1820, Archives départementales du Cher.

Notes

1. Il écrit depuis Bourges. 2. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de De Montrocher à Perronet du 12 février 1776. 3.  Pallet, Félix, Nouvelle histoire du Berry, Paris, Prevost, 1783-1785, tome 4, p. 232. 4. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 16 septembre 1774.

La plantation des routes dans la généralité du Berry au XVIIIe siècle

La route des Lumières

L’arrêt du roi du 3 mai 1720 définit les « grandes routes » c’est à dire celles qui mènent aux côtes, aux frontières ou aux grandes capitales provinciales comme devant être de 60 pieds de large et les « chemins royaux » de 36 pieds1. Alors que Louis Ligier, dans La nouvelle maison rustique, leur donne « soixante-douze pieds de large dans les bois et vingt-quatre pieds ailleurs pour le moins »2. Quand le chemin royal est pavé, on l’accompagne d’un chemin de terre. Ligier poursuit que « dans les grandes routes allants de Paris dans les provinces, les inspecteurs des Ponts et chaussées doivent faire entretenir aux dépends du roi, des fossés de quatre pieds de large sur deux pieds de profondeur, à l’extrémité des chemins de terre qui accompagnent le pavé et lorsqu’il n’y a point de chemins de terre déterminés, on doit faire des fossés à dix-huit pieds de distance de chaque coté du pavé dans les grandes routes et à douze pieds dans les routes moins considérables »3.

Atlas de Trudaine pour la généralité de Bourges.
“N° 302 Nièvre n° 1. Grande route de Paris à Lyon depuis Maltaverne jusqu’à Barbeloup[…]”, Archives nationales

L’intendant du Berry rappelle que « plusieurs arrêts du conseils et notamment ceux des 26 mai 1705 et 17 juin 1721 chargent les propriétaires des héritages, qui aboutissent aux grandes toutes, d’entretenir [en] chaque endroit soit les fossés faits ou qui seront faits à l’avenir », mais il ajoute que « la dépense de la première ouverture n’est point à leur charge »4. Il vient ensuite les chemins de traverses et les chemins vicinaux. Les chemins de traverse sont les chemins reliant les bourgs, les villages, les villes moyennes et petites. Ils dépendent pour la plupart du seigneur du lieu. Ce sont des chemins coupant les axes principaux définis comme route royale. Ils sont souvent mal faits et peu entretenus, mesurant entre seize et huit pieds de large. Ce sont les commerçants et les paysans locaux avec leurs charrettes ou chariots qui les empruntent pour aller de village en village en fonction de la saison agricole et des foires. Mais ces chemins ne permettent pas les grands trajets car ils deviennent parfois impraticables en hiver. Et enfin les « chemins vicinaux » qui sont les chemins privés reliant des sites peu éloignés aux villages. Dans ces sortes de chemins, on peut retrouver les allées et avenues menant aux châteaux.

Vue aérienne de l’avenue de Valençay, coll. part.

Louis Liger, qui a fait un long article sur les chemins5 , préconise la plantation d’arbres le long des chemins car « les routes en seraient plus belles, les chemins moins défaits, les terres mêmes moins exploitées ; on emploierait très utilement un terrain souvent perdu et on aurait toujours, du moins à la longue, de beaux et bon plants dans ce Royaume, où l’on ne saurait avoir ni trop de bois ni trop de fruit »6.

L’alignement vu par les ingénieurs du Berry

Un mémoire écrit pour l’alignement des routes à la sortie de la ville de Gien mentionne que « le but que doivent se proposer les ingénieurs qui sont chargés de tirer les alignements des routes est sans doute : 1°le bien public et celui de l’État en les faisant passer, autant que faire se peut, par la ligne la plus courte et sur le terrain le plus solide, afin de diminuer les travaux, la dépense et de soulager les corvéables ; 2° de faire l’ornement des villes en leur procurant de belles routes hors de leurs enceintes ; 3° de faire trouver aux voyageurs leur agrément et leur sûreté en les traçant dans un pays découvert et élevé ; 4° enfin de diminuer la perte des particuliers en tirant des alignements sur le terrain le moins précieux»7.

Atlas de Trudaine pour la “Généralité de Bourges n° 9. Route de Bourges à Gien, par Argent, Aubigni, Prelly-le-Chêtif, Merry-en-??? et Allogni, depuis Bourges jusqu’à la fin de la généralité peu au-delà d’Argent”, Archives nationales.

On voit ainsi que les routes sont, à la fois par leurs tracés et par leurs plantations, un ornement du territoire autour des villes. Deux critères permettent de leur conférer un caractère ornemental et monumental, tout d’abord leur parcours puis leurs plantations d’arbres. Le tracé rectiligne de la route est un des grands préceptes des ingénieurs mais une fois sur le terrain, les différents acteurs qui entrent en jeu doivent trouver le meilleur tracé. En effet, on peut le voir lors de la création de la route de Bourges à Montluçon par Saint-Amand. Les projets de la route de Bourges à Clermont par Montluçon et Saint-Amand sont vérifiés par l’intendant, sur les lieux avec l’ingénieur.

Atlas de Trudaine pour la généralité de Bourges.
“N° 320. Généralité de Bourges. N° 20. Chemin de Bourges à Saint-Amand passant par Dun-le-Roy, 8 cartes, et 3 feuilles de ponts, Cher”, Archives nationales.

Ils sont d’accord pour « que l’alignement pris sur la droite du coteau qui se trouve en ce lieu doit à tous égard être adopté plutôt que l’autre, [car] son exposition qui est au grand air et au soleil, se trouvant à mi-côte, fait non seulement un fort bel effet, mais encore est très avantageuse pour la beauté et la conservation du chemin, au lieu que de l’autre coté [où] il se trouve dans un fond ou il serait toujours humide et mauvais [car] la montagne formant un rideau qui empercherait de recevoir le soleil »8 .Ce tracé doit être le plus adapté pour proposer aux voyageurs un passage agréable et sûr, mais aussi permettre une meilleur conservation du chemin nouvellement réalisé. Après son implantation, l’ingénieur doit s’intéresser à la plantation d’alignement. Les alignements d’arbres modifient la perception que l’on a de la route.

Les plantations par l’exemple du Berry

Un alignement est un ensemble d’arbres plantés à distance régulière pour souligner un axe de communication tel qu’une route ou un canal. Les arbres permettent de conduire le regard du voyageur au loin. De plus, l’alignement des arbres peut permettre de masquer ou de révéler les points forts du paysage le long de la route. Enfin, l’arbre permet l’ombrage et l’humidité de l’air pour le voyageur. Il répond donc autant à un besoin d’agrément qu’à un besoin utilitaire. On peut ajouter que les fruits et les bois permettent aux riverains qui en jouissent d’avoir un revenu et un moyen de chauffage. Les pépinières royales produisent des essences d’arbres propices à la fois à l’ombrage et à la fois par leur silhouette à souligner les axes. Un état des arbres, pour l’année 1773, des pépinières pour les Ponts et chaussées de la généralité de Bourges, « tant pour les grandes routes que pour différents particuliers, d’après les ordres de Mr. L’intendant », nous renseigne sur les essences utilisable : pour la « pépinière de Bourges : 800 ormes, 209 noyers, 1544 peupliers d’Italie », et pour la « pépinières de La Charité : 483 noyers, 409 sycomores, 400 frênes, 258 peupliers d’Italie et 111 arbres fruitiers. » Mais « on ignore s’il en a été délivré de la pépinière de Châteauroux»9. Pour cette année 1773, il y a donc 4124 arbres pour deux pépinières. Les pépinières avaient en charge d’élever les jeunes arbres et arbustes, de les conserver et de les proposer aux particuliers qui pouvaient les acheter. Les essences étaient variées et les propriétaires les utilisaient régulièrement.

Avenue de Montgeoffroy au XIXe siècle, Geoportail.

Ainsi, à Montgeoffroy, sur un plan de 1775, l’allée principale est composée d’ormes, les deux autres, de peupliers noirs (léards) et de peupliers10. A Argent, l’allée principale fut plantée d’acacias, qui ont été enlevés dans les années 1960 et la route de tilleuls. Les peupliers d’Italie poussent avec une tige munie de branches latérales et d’une flèche verticale. Les ormes ou acacias présentent un tronc droit surmonté de plusieurs branches appelées couronne, seule la taille générale de l’arbre varie. Ils permettent par leur allure élancée ou leur tronc droit de souligner les axes de communications. La plantation plus ou moins rapprochée permet l’ombrage. On ne retrouve ni les tilleuls, ni les acacias dans les pépinières royales, en cela, on peut supposer que l’intendant, qui a lui même des pépinières, fait pousser ses arbres ou que ce sont des plantations postérieures à l’état de 1773. Les particuliers pouvaient se fournir dans les pépinières.

Tilleul argenté, gravure 1801, coll. part.

Ainsi l’intendant explique qu’ « il a été accordé à des particuliers pour les planter où ils ont jugé à propos. Il paraît que le désir d’exciter à cet égard l’émulation dans cette province, fit le principe de l’institution des pépinières qui y sont établies. Priez que dans l’origine, on accordait même des gratifications aux cultivateurs qui par leur zêle et leur intelligence parviennent à former les plus belles plantation. Et je croirais manquer à la justice et à l’objet même de l’établissement si je leur refusais aujourd’hui des arbres lorsqu’il y en a de reste, après une réserve suffisante pour les routes. Je sais d’ailleurs que ces distribution particulières ont lieu dans toutes les provinces où il y a des pépinières à leurs frais comme sont celles du Berry»11. Mais, on peut remarquer, d’après l’ingénieur en chef Valframbert, en 1773, que l’intendant dirige la « destination des arbres des pépinières, [et] que l’imposition pour subvenir à cette dépense étant sur sa province, il en était seul l’administrateur ». Et surtout qu’il ne paierait pas l’ingénieur s’il continuait à « faire faire des plantations de routes aux frais du roi ». Ainsi l’ingénieur fait « remarquer, […] qu’il n’y a eu que deux personnes dans la province qui aient voulu planter à leurs frais »12. Trudaine préférait que ce soit les pépinières qui fournissent toutes les plantations des routes et qu’elles soient plantées par les Ponts et chaussées alors que l’intendant voudrait « engager les propriétaires riverains des routes à les planter eux-mêmes » et il poursuit qu’il leur en donnerait de ses réserves pour qu’elles « ne coûtent proprement pas un sol au roi ». En conséquence, « c’est la province qui en fait tous les frais et il paraît dans l’ordre qu’elles tournent, à un certain point, au profit de ses habitants. »

Plan de la pépinière du Roule à Paris, Gallica.

L’intendant rajoute que planter des arbres en terre ne suffit pas car « ils exigent pendant plusieurs années des soins particuliers » et que « le propriétaire seul peut les faire donner parce qu’il les regarde comme sa propre chose et son ouvrage, tandis que cela serait impossible à l’administration »13. Il conclut que faire faire des plantations par corvée serait une pure perte par rapport à la quantité d’ouvrages à faire et que cela occuperait un ingénieur qui n’a aucun pouvoir de police sur les arbres après leur plantation. Turgot finit par trancher avec l’arrêt du conseil du 6 février 1776 qui préconise que« les bords des routes seront plantés d’arbres propres au terrain, dans les cas où ladite plantation sera jugée convenable, en égard à la situation et disposition desdites routes »14. Ces plantations devaient être l’œuvre des propriétaires en bordure de route comme l’ajoute l’arrêt du 17 avril 177615.

Notes

1. Jean Le Rond d’Alembert et Denis Diderot, Encyclopédie, Paris, Briasson, Le Breton, David, Durand, t. III, 1753. p.279. 2. Louis Liger, La nouvelle maison rustique, septième édition, Paris, Saugrain, tome I, 1755, p.894. 3Ibid.,p.895. 4. Arch dept. du Cher, C110, copie sans date de la lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à M. d’Aumont, procureur du roi au bureau des finances. 5. Louis Liger, La nouvelle maison rustique, op. cit., septième édition, Paris, Saugrain, tome I, 1755, p.894-897. 6. Ibid., p.894. 7. Arch. dept. du Cher, C1245, mémoire du commissaire terrier de Claude-Charles Feydeau de Marville, comte de Gien. 8. Arch. dept. du Cher, C110, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 20 août 1770. 9. Arch. dept. du Cher, C112, mémoire sur les pépinières royales du 19 avril 1774. 10. Voir Gouiric (Nicole), « La peuplomanie dans les jardins de la seconde moitié du XVIIIe siècle : propos inspirés par les peupliers de Méréville », Polia, n°10, 2008, figure p.47. 11. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 19 avril 1774. 12. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 3 décembre 1773. 13. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 29 juin 1773. 14.  Vignon (Eugène-Jean-Marie), Études historiques sur l’administration des voies publiques en France au XVIIe et XVIIIe siècles, op.cit., pièce justificative n°548, 8 février 1776, « arrêt du conseil du roi sur la largeur des routes », p.226. 15Ibid., pièce justificative n°549, 17 avril 1776, « arrêt du conseil qui fixe à un an le délai accordé aux propriétaires riverains pour planter […] », p. 228.

Pierre-Germain Le Grand, un architecte méconnu?

Un architecte apparait dans la correspondance du prince Xavier de Saxe, un certain Legrand qui était « contrôleur des bâtiments de Monseigneur le duc d’Orléans, rue Notre Dame des Victoires à Paris »1.

Lettre du prince Xavier à l’architecte Legrand du 18 août 1774, Archives de l’Aube.

Le prénom manque, Jean-Luc Liez proposa d’y reconnaître l’architecte Jacques-Guillaume Legrand2. Or cet architecte ne semble pas avoir été au service du duc d’Orléans3 et encore moins au service du prince Xavier. Élève de l’école des Ponts et chaussées et de l’école Blondel, Jacques-Guillaume Legrand fonde avec Jacques Molinos une agence d’architectes. Ils sont ensemble les concepteurs de la halle aux blés de Paris. Le nom Le Grand est très courant. Pierre-Germain est parfois confondu avec un architecte des Économats du nom de Etienne-François Legrand qui réalise l’hôtel Gallifet.

Legrand et Molinos, Projet pour la nouvelle halle au blé, Musée Carnavalet.

Selon Michel Gallet, il existe un certain Germain-Eloi Le Grand architecte du duc d’Orléans et académicien, mais il est mort en 17514 alors que la première lettre au prince Xavier date d’août 17745. Cela ne peut donc pas être ce personnage que l’on retrouve dans les archives.

Lettre de l’architecte Legrand au prince Xavier du 15 décembre 1775, Archives de l’Aube.

On peut donc proposer son fils Pierre-Germain Le Grand. Quelques documents d’archives permettent de tracer une ébauche de biographie. Il serait né en 1725 selon l’historien Marc Sanson. Il ferait parti de l’Académie de Saint-Luc. En 1751, Legrand fils est nommé dans une minute de notaire comme étant « architecte de Monseigneur le duc d’Orléans demeurant à Paris au Palais Royal » et il est le fils de Geneviève d’Estat veuve de « Sieur Germain Eloi Legrand, intendant des bâtiments de Monseigneur le duc d’Orléans »6.

Jacques Rigaud, Vûë du Palais Royal, Musée Carnavalet.

Il est sous les ordres de Pierre Contant d’Ivry qui est le premier architecte du duc jusqu’à sa mort en 1777. Il obtient 150 livres d’appointement. Pour le duc d’Orléans, il travaille au palais royal dans les années 1767-1768. Il réaménage le bosquet de la Félicité, avec le pavillon, la cascade et le labyrinthe. En 1785, il devient l’architecte en chef du duc d’Orléans et touche 2000 livres de gages. Certains historiens le font mourir en 1785 car il disparait de la comptabilité du duc d’Orléans.

Lettre de Bonnemain au prince Xavier, Archives de l’Aube.

Il entre au service du prince en 1774 comme « directeur des bâtiments » et expert pour lui trouver une demeure. C’est lui qu’il lui propose l’achat du château de Chaumot, de celui de Pont-sur-Seine puis d’un hôtel à Paris. Il est en charge des premiers aménagements à Pont : le déménagement depuis Chaumot puis les travaux de pierre et marbrerie et enfin de menuiserie des appartements principaux.

Détail d’un dessin de l’architecte Legrand des cheminées de Pont?, Archives de l’Aube.

L’architecte entre en conflit avec les ouvriers et artisans sur les chantiers du château de Pont-sur-Seine. Il est très vivement critiqué sur ses capacités de dessinateur par l’artisan Bonnemain. Legrand aurait fait passer les dessins de l’artisan pour les siens auprès du prince7. Dès lors, ce dernier décide de ne plus faire appel à lui à partir de 1776. Le prince le remplace par un architecte d’origine saxonne, Johann August Giesel qui travaillait déjà sur les chantiers dirigés par Legrand pour le prince comme on peut le voir dans les notice sur l’architecte allemand.



Johann Gottlieb August Kläbe, “Giesel (Johann August) dans son Neuestes gelehrtes Dresden, Leipzig, Voss und Comp., 1796 (p. 43 – 44.).

Documents principaux relatif à l’architecte Legrand du fonds de Saxe (Aube)

  • EE 2538, Mémoire des ouvrages de marbrerie que j’ai faites et fournies pour S.A.R Monseigneur le prince Xavier pour son château de Pont et Chaumot par les ordres de Monsieur Le Grand architecte de Monseigneur le duc d’Orléans. Ouvrage fourni par Adam sculpteur marbrier du roi rue de Popincourt faubourg St.-Antoine ouvrage faite dans le courant de 1775.
  • EE 2538, Mémoire d’ouvrages de menuiserie faits et fournis pour S.A.R.Monseigneur le prince Xavier à son château de Ponts sur Seine. Lesdits ouvrages ont été faits à Paris sous les ordres et conduite de Monsieur Le Grand architecte de S.A.R. et intendant des bâtiments de S.A.S. Mgr le duc d’Orléans et soumis au mois de septembre 1775 par Théaux menuisier a Paris rue du St Carreau vis-à-vis celle Thevenot.
  • EE 2538, Mémoire de l’ouvrage de sculpture […] sous la conduite et ordres de Monsieur Le Grand, architecte de S.A.R. et intendants des bâtiments de son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc d’Orléans, ledit ouvrage faites en l’année dernière 1775 par Bonnemain sculpteur à Paris y demeurant grand-rue du faubourg Saint-Denis

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434 lettre du prince à Legrand, 18 aout 1774. 2. Liez, Jean-Luc ( dir. ), D’Allemagne en Champagne, Xavier de Saxe (1730-1806), seigneur de Pont-sur-Seine : actes du colloque, 6 et 7 octobre 2006, Archives départementales de l’aube [et] la Maison du Patrimoine de l’agglomération troyenne, Langres, 2008, p.56. 3. Gallet (Michel), Les architectes parisiens du XVIIIe siècle : dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès, 1775, p.322-326. 4. Ibid. p322. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1749 Correspondance de Legrand au prince Xavier du 16 août 1774 au 23 mai 1776. 6. MC/ET/CXVII/785, renonciation à communauté, 6 juillet 1751 ; Champier (Victor), Palais Royal, Du Cardinal de Richelieu à la révolution, Paris, Sté de Propagation des Livres d’Art, 1900, volume 1, p. 376 ; Joudiou (Gabriel), «Constructions et projets de Contant d’Ivry à Paris», Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1986, p.99. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2098, « supplique du Sr. Bonnemain », s.d. Il existe des dessins en EE 2093 peut-être de la main malhabile de l’architecte Legrand.

La fortune du prince Xavier(5) : recettes, dépenses et endettement

Le prince Xavier de Saxe a toujours eu des tracas à mettre en ordre ses finances. Comme nous l’avons vu (dans cet article), ses pensions sont difficilement versées par le trésor de France et de Pologne. Il a trouvé d’autres sources de revenus (article). Il s’agit dans cet article de voir en détail la comptabilité du prince.

Recettes et dépenses

En 1778, les comptables du prince évaluent ses dépenses à 190 000 livres et ses recettes à 140 000 livres. Les finances du prince sont le plus souvent en déficit. Par comparaison, d’autres princes parviennent à être bénéficiaires. Le prince de Condé est toujours bénéficiaire avec, en 1700 – 1701, un excédent d’environ 650 000 livres et, en 1701 – 1702, d’environ 475 000 livres1. De son côté le duc de Saint-Simon parvenait à peine à disposer de 43 000 livres de revenus par an et laissa à sa mort, en 1755, environ 54 000 livres de gages à payer à ses domestiques2. En 1790, le prince de Conti parvient à avoir 453 000 livres de bénéfices puisqu’il dépense 3 743 000 livres pour une recette de 3 290 000 livres3.

Louis-Roland Trinquesse, Un intérieur avec une dame, sa femme de chambre et un gentilhomme, Wiki Common.

En 1778, les responsables des finances du prince décident donc de mettre en place une réforme des dépenses pour que cet état déficitaire ne perdure pas. Après avoir confié ses finances à des comptables peu scrupuleux, le prince charge le notaire Duclos-Dufresnoy de tenir les dépenses générales.

Comptes Duclos-Dufresnoy, 1779-1784, Archives de l’Aube.

Ce dernier tient entre juillet 1779 et le 20 mai 1784 les livres de compte. Il existe deux relevés de toutes les recettes et dépenses durant cette période : le « Compte des recettes et dépenses faites par Mr Dufresnoy notaire pour son Altesse Royale Monseigneur le comte de Lusace depuis le compte arrêté le 8 août 1779 » (qui va en réalité jusqu’en janvier 1783) et un relevé pour 17844. Les recettes sont de trois ordres : le surplus de l’arrêté comptable précédent, les lettres de change et les pensions du trésor de Pologne et Lituanie, les sommes dues par le trésor royal. Les dépenses sont très nombreuses. Elles sont réparties en 33 articles : entre-autres, les rentes dûes par le prince à Mme Duplessis-Lelay, auprès de laquelle il a acquis Chaumot, celle dûes aux Gênois pour l’emprunt contracté pour l’achat de Pont, le loyer et vingtième pour l’hôtel de Paris et enfin, les dépenses pour les enfants en raison de leurs placements dans des institutions prestigieuses, comme à l’École militaire pour le fils cadet du prince. Le notaire y a aussi inclus le paiement de divers mémoires d’ouvriers et les nombreux frais de voyage.

Compte du personnel, vers 1770, Archives de l’Aube.

Ces carnets ne prennent pas en compte les revenus seigneuriaux des terres de Chaumot et de Pont. Cet état permet de mieux comprendre la position du prince. Les revenus sont contrôlés par le prince lui-même qui les annotes Les recettes comprennent le solde de l’ancien compte général arrêté le 8 août 1779 de 3 413 livres. Deux lettres de change de 18 000 livres doivent y être comprises. Ce sont peut-être les pensions du trésor de Pologne et Lituanie. On y ajoute les revenus de la pension du roi de 150 000 livres, soit le restant de juillet 1779 jusqu’à la fin de 1782, ce qui fait un total de 525 000 livres. Les trois articles de recettes font alors 546 413 livres. Les dépenses, quant à elle, montent à 539 160 livres, 2 sols et 4 deniers. Sur quatre année, le prince ne peut économiser que 7252 livres, 17 sols et 8 deniers. Il n’a ainsi à sa disposition qu’environ 1 813 livres tournois.

Nicolas Lavreince, L’assemblée au salon, coll. particulière.

Pour l’année 1783, il ne touche que 6 676 livres et 7 deniers. Avec cette somme, il doit encore payer le personnel de sa Maison, avec les frais d’habillement, de bouche et ceux pour les écuries. Il faut encore y ajouter les dépenses pour la chasse, les extraordinaires ou les dépenses des événements exceptionnels. En 1784, il dépense en moyenne pour les gages du personnel de sa Maison 4300 livres par mois, ce qui fait environ 50 000 livres par an. On trouve d’autres dépenses très importantes. Ainsi, il faut y ajouter les frais de bouche qui montent à environ 40 000 livres et ceux de l’écurie à 20 000 livres. Comme la dépense est plus importante que la recette, le prince ne peut entrer dans ses frais sans endettement.

Endettement du prince

Cet endettement se voit bien dans l’état comptable de Duclos-Dufresnoy, le prince a emprunté, le 18 février 1781, la somme de 280 000 livres dont il doit payer les intérêts sous formes de rentes qui se retrouvent dans les dépenses. Ces emprunts ne lui permettent pas de remettre ses comptes en équilibre. Cet endettement est inhérent à la société de cour. En 1781, le prince doit encore 500 000 livres à Mme Duplessis-Lelay pour l’achat de Chaumot. Or en 1780, il a emprunté 36 000 livres avec constitution d’une rente de 1800 livres pour la rembourser. Le 20 avril 1780, il ne doit plus que 464 000 livres à cette dame. Un endettement exponentiel permet parfois de faire baisser les dettes envers certains pour les distribuer vers d’autres débiteurs. La plus grosse dette provient de son acquisition de Pont en 1775. Il a emprunté 900 000livres à des banquiers génois. En 1781, il leur paie 180 079 livres pour quatre années d’arrérages dus. Cet endettement est important, mais reste encore dans des proportions gérables. En 1784, le duc de Fitz-James s’est endetté à hauteur de 650 000 livres pour pouvoir acheter son hôtel de Paris en 1777. En 1785, la dette du couple Fitz-James s’élève à 800 000 livres5.

Comptes Duclos-Dufresnoy, 1783, Archives de l’Aube.

Le prince de Conti dont les revenus dépassent toujours le million de livres semble au contraire toujours avoir des comptes en équilibre voire en positif. Même s’il est malaisé de savoir exactement le passif du prince6: en 1770 ses dépenses montant à 3 275 000 livres, il lui reste pourtant 425 000 livres dans son trésor. En 1774, le prince de Conti a encore environ 569 000 livres d’excédent. En revanche, le prince Xavier ne parvient jamais à mettre ses comptes en équilibre. À sa mort, il n’a pas terminé de rembourser les dettes contractées pour l’achat de ses châteaux en France. Pendant tout le XVIIIe siècle, l’endettement de la noblesse est une composante de la vie à la cour où pour soutenir leur rang, les grandes fortunes nobiliaires sont obligées de dépenser plus qu’elles ne gagnent. Mais en contrepartie de leur train de vie dispendieux, le roi leur garantit dons, pensions et privilèges sur les impôts. Ils évitent ainsi la faillite grâce au roi qui appuie son pouvoir sur cette noblesse par un jeu subtil d’interdépendance7.

Conclusion

Le prince Xavier n’est pas riche. Ses finances sont souvent en déficit et il est criblé de dettes que ses enfants auront à se charger à sa mort. Le paiement de Pont-sur-Seine continue bien après sa mort auprès des créanciers italiens. Mais dans sa logique de prince royal bien qu’incognito, il veut se placer dans la hiérarchie curiale au niveau d’un duc et pair avec un revenu de 130 000 livres de rente8. Il considère sa pension royale comme étant le revenu le plus important et lui conférant statut auprès du roi. Il veut ainsi se placer à Versailles comme courtisan plutôt que membre de la famille royale. Par l’attribution des pensions, le roi peut ainsi maitriser de nombreux membres de la noblesse. le souvenir de la Fronde n’est pas si loin. Mais certains comme le prince de Conti richissime est plus sujet à l’opposition en fonction de ses plans politiques. Le prince Xavier renonce d’ailleurs à la couronne de Pologne en espérant conserver les revenus de ses apanages. Il se désintéresse des aléas politiques du royaume polonais du moment que ses pensions lui sont payés.

Notes

1. Roche ( Daniel), « Aperçus sur la fortune et les revenus des princes de Condé à l’aube du XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 14 N°3, Juillet-septembre 1968, p. 217 – 243. 2. Dupéron (Alain), « Patrimoine, revenus et endettement de Saint-Simon », Cahiers Saint Simon, n°22, 1994, Cardinaux des Mémoires, p. 49 – 69. 3. Mougel (François-Charles), « La fortune des princes de Bourbon-Conty : revenus et gestion, 1655-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 18 N°1, Janvier-mars 1971, p. 33. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2539, «compte des recettes et dépenses faites par Mr Dufresnoy notaire pour son Altesse Royale Monseigneur le comte de Lusace depuis le compte arrêté le 8 août 1779 », 1779-1783 et EE 2540, relevé de comte en 1784. 5. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 158 – 161. 6. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », op. cit., p. 21. 7. Fontaine (Laurence), « Pouvoir, relations sociales et crédit sous l’Ancien Régime », Revue Française de Socio-Économie, vol. 9, no. 1, 2012, p. 101 – 116. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1432 lettre du prince Xavier à Rivière, 25 octobre 1772.

La fortune du prince Xavier(3) : héritage, acquisitions et comparaisons

Au XVIIIe siècle, les revenus des princes se comptent par millions de livres. Le duc de Penthièvre est ainsi l’une des premières fortunes de France. À sa mort en 1793, la fortune de ce prince s’élève à 98 461 582 livres1.

Jean-Baptiste Charpentier le Vieux, Monsieur de Penthièvre et sa fille, WikiCommon.

Les informations sur la fortune du prince Xavier de Saxe sont éparses. À la mort de son père, en 1763, il ne reçoit que quelques biens sans grande valeur, car son père lègue tout à son frère aîné Frédéric-Christian»2. À la mort de son frère aîné, l’héritage échu au prince Xavier monte à 501 écus de Saxe, environ 1 900 livres tournois et plusieurs biens non évalués comme des serviettes de damas, des tapisseries, de la porcelaine, des glaces et des formes pour la pâtisseries3. En 1769, il devient propriétaire de Zabeltitz, qui a été acheté par l’électeur. La valeur exacte de cette acquisition est, peut être, de 100 000 écus avec les terres boisées environnantes, ce qui équivaut à environ 266 000 livres tournois4, le château et son parc ne valant qu’environ 70 000 écus5.

Dessin du château de Chaumot, 1772-1773, Archives de l’Aube.

En 1771, le prince devient propriétaire de nombreux biens immeubles en France à hauteur de 2,6 millions de livres tournois : la terre de Chaumot vaut 1 020 000 livres tournois et celle de Pont 1 300 000 livres tournois. Avec cette somme, il se trouve bien loin des princes de la cour de France. Il ne peut pas espérer augmenter considérablement sa fortune par l’héritage de sa sœur Christine qui décède en 1782. Elle ne lui laisse qu’une dette de 16 690 écus de Saxe, environ 70 000 livres tournois. Cette somme fut prêtée par la princesse Elisabeth « dans un moment où elle avait le plus pressant besoin d’argent comptant »6. Comme certains propriétaires, il peut envisager de vendre une partie de ses biens pour éponger ses dettes. À partir de 1775, il propose plusieurs fois de vendre la terre et le château de Chaumot, qui pourtant lui rapporte en revenus bien plus que celle de Pont. Mais il ne trouve pas d’acquéreur.

Joseph Mannlich, Portrait du duc, de la comtesse de Forbach et de leurs enfants, vers 1764, Wiki Common.

Des propriétaires n’hésitent pas à vendre rapidement comme la marquise de Fleury qui vend sa terre de Banneville pour 260 000 livres, ou le duc de Coigny qui se décharge de plusieurs terres et d’un hôtel à Paris pour 220 000 livres7. À sa mort,en 1775, le duc de Deux-Ponts laisse de nombreuses dettes. Ses héritiers vendent une partie de sa collection de tableaux : la vente est connue par un catalogue annoté par le dessinateur Gabriel de Saint-Aubin8. Pour avoir une nouvelle source de revenu, le 5 février 1776, la comtesse de Forbach est aussi obligée de louer son hôtel parisien à David Murray, Earl of Mansfiel viscount of Stormont dit Mylord Stormont (1727 – 1796), ambassadeur extraordinaire d’Angleterre, pour six années9. Le 13 janvier 1778, les responsables des enfants mineurs du duc ainsi que son neveu Charles II de Deux-Ponts constatèrent que de nombreux travaux sont à effectuer dans l’hôtel et qu’il serait plus sage de le vendre10. C’est à ce moment que la famille de Deux-Ponts décide de réaliser un vaste projet immobilier : en 1777, le roi autorise, avec le soutien du maréchal de Richelieu et du duc de Choiseul-Gouffier, leur vaste projet de création d’une rue à l’emplacement du jardin et des communs de leur hôtel. Ce sont les créations de la rue de Choiseul et de la Michodière11. Après les travaux, des parcelles sont vendues et de nouvelles bâtisses sont réalisées. Leurs ventes permettant de rembourser les dettes. Finalement, la comtesse de Forbach et ses enfants vendent l’hôtel le 12 avril 177812.

Hôtel de Deux-Ponts( rdc), 1724, BnF Gallica.

Le prince Xavier n’est pas dans cette position, ses biens immobiliers sont trop peu nombreux pour envisager de vendre, et il est seulement locataire à Paris. Après 1769, les revenus du prince Xavier sont éparses. Chaque année, il touche environ 180 000 livres sur le trésor de Pologne et Lituanie et 150 000 livres sur le trésor de France : ces sommes permettent à peine de subvenir à ses besoins courants. Pour traiter son état déficitaire, il veut augmenter les sources de revenus. Ainsi, il espère obtenir une charge ou un gouvernement pouvant lui permettre d’augmenter ses revenus et son prestige.

Anonyme, Duc de Fitz-James, Wiki Common.

En 1775, il jette son dévolu sur le gouvernement du Languedoc laissé vacant par le décès du comte d’Eu, mais sans le succès escompté13. Ce gouvernement valait, selon Barbier, 160 000 livres de rente14. Le duc de Fitz-James touche plus de 40 000 livres pour le gouvernement du Limousin. Le duc de Polignac en étant premier écuyer de la reine reçoit 80 000 livres15.

Conclusion

Les revenus du prince Xavier sont donc conséquents, mais ils ne sont pas au niveau des princes du sang ou de certains ducs et pairs. Sa fortune reste faible. Selon Frédéric Dassas, la fortune du prince de Conti se monte à 14 millions de livres, ses revenus sont, en 1770, de 3 700 000 livres, puis, en 1771, de 2 298 158 livres. Par la suite, ses revenus sont toujours supérieurs à un million de livres16, chiffres bien au-dessus de ceux que nous pouvons voir pour le comte de Lusace.

Notes

1. Duma (Jean), Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793): une nébuleuse au XVIIIe siècle, Paris, Sorbonne, 1995, p. 50. 2. Paris, Bibliothèque polonaise, lettre de Xavier à la dauphine, citée dans Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit.,p. 145. 3. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE 2084, « Inventarium », inventaire des biens reçus en héritage, 1763. 4. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 3095, tableau de change, s.d. 5. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1429, lettre du prince Xavier au général Block, 24 avril 1769. 6. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1443, lettre du prince Xavier à Antoine de Chaumont de La Galaizière, intendant d’Alsace, 8 mars 1783. 7. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 8. Bnf, est., Réserve 8-YD-5342, Catalogue des tableaux originaux des grands maîtres des rois Écoles, qui ornoient un des Palais de feu son Altesse Monseigneur Christrient, Duc des Deux-Ponts, par Remy, Paris, Veuve Musier, 1778, annoté par Gabriel de Saint-Aubin. 9. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 287, acte de location de l’hôtel de Deux-Ponts par l’ambassadeur d’Angleterre passé devant me Paulmier devant Me 5 février 1776. 10. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 300, acte donnant pouvoir à l’architecte Ducret passé devant me Paulmier, 13 janvier 1778. 11. Coquery (Natacha), « L’hôtel aristocratique et le changement urbain au XVIIIe siècle. Les opérations immobilières du comte de Choiseul-Gouffier dans le nord-ouest parisien, 1777-1782 », Histoire urbaine, n° spécial, 2009, vol. 2, p. 105 – 117. 12. Arch. nat, MC/ XLVII/301, vente de l’hôtel de Deux-Ponts, 12 avril 1778. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, lettre du prince Xavier à Sayffert, 15 février 1775. 14. Barbier (Edmond Jean François) , Journal historique et anecdotique: du règne de Louis XV, tome 4, Paris, Renouard, 1856, p. 104. 15. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 16. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », Chapey, Frédéric (préf.), op. cit.,p. 20 – 23.

La fortune du prince Xavier(2) : les aléas de la pension en France

En 1758, son statut de frère de la dauphine Marie-Josèphe de Saxe et de lieutenant général des armées du roi permet au prince Xavier de Saxe, comte de Lusace d’obtenir une pension de 150 000 livres sur le trésor royal. Cette somme est la plus importante qu’il perçoit, comme on peut le voir par les comptes réalisés par le notaire Duclos Dufresnoy de 17841. Au sortir de l’année 1769, le prince sait que son train de vie n’est possible que par les ressources venant de France, puisque celles venant de Pologne ne sont versées qu’aléatoirement (voir article).

Maurice-Quentin de La Tour, Marie-Josèphe de Saxe et son fils, 1761, Saint-Quentin.

Or la monarchie, au sortir de la guerre de Sept-Ans, connaît un endettement trop important. Les recettes des années 1770 et 1771 doivent satisfaire en totalité les dépenses de 17692. Après le départ du contrôleur Maynon d’Invault acquis à la cause de Choiseul, le roi nomme un proche du chancelier Maupeou, l’abbé Terray, au poste de contrôleur général des finances le 22 décembre 1769. Il est nommé ministre d’état le 18 février suivant et peut, dès lors, siéger au conseil du roi.

Alexandre Roslin, Abbé Terray, 1774, Versailles.

Dès janvier 1770, l’abbé Terray met en place une série de réformes de nécessité pour assainir les finances royales. L’abbé propose plusieurs arrêts sur le sujet au conseil du roi. Le 19 janvier, il ordonne la réduction des pensions et traitements donnés sur le trésor royal. L’abbé observe que « les pensions et gratifications, tant ordinaires qu’extraordinaires, continueront d’être sujettes à la retenue ordinaire du dixième ». Puis dans l’article II de cet arrêt, le ministre ajoute que la retenue « sur celles au-dessus de deux mille quatre cents livres, à quelques sommes qu’elles puissent monter, à raison de trois dixièmes »3. Cette réforme des pensions doit s’appliquer rétroactivement aux pensions échues en 1768 puis à partir de 1770 pour toutes les gratifications extraordinaires. Les revenus du prince s’élevaient pour les traitements du trésor royal, en 1763, à 150 000 livres4. Le prince voit dès lors, sa pension réduite drastiquement passant de 150 000 livres à 105 000 livres, ce qu’il ne peut accepter.

Écu, Louis XV dit “au bandeau”, 1767, Metz, CGB.

Alors en Italie, le prince Xavier écrit ainsi le 9 mars 1770 au colonel Sayffert :

Vous pouvez bien vous imaginer combien l’arrêt que vous m’avez envoyé sur la diminution des pensions m’inquiète, d’autant plus que vous me marquez que même les princes du sang n’étaient point exceptés de la règle. Suivant mon calcul, cela me ferait une perte de 45 000 livres qui me mettrait assez mal à mon aise. Il est vrai que je n’ai jamais souffert de retenue, pas même celle de l’ancien dixième ordinaire5.

Alors le prince tente, à la cour, de s’appuyer sur des personnes influentes pour obtenir des compensations, voire un retour total du montant de sa pension. Il sait que tant qu’il sera à l’étranger, les ministres ne mettront aucune bonne volonté à lui payer sa pension ni même à revenir sur la mesure. En 1771, il espère qu’à son retour en France, il pourra récupérer sa pension en totalité c’est-à-dire « 300 000 livres à prétendre au trésor royal sur ma pension pour les années 1770 et 1771 » sans les diminutions opérées par la réforme Terray6. Mais la requête du prince semble rester lettre morte malgré les sollicitations de Martange auprès de Terray. En 1772, il renonce à vouloir réclamer la totalité de son dû. Il écrit à Martange de lui procurer si ce n’est le total des deux années, « la moitié au moins s’il est possible de mon traitement sur le trésor royal pour l’année 1771 » car les 100 000 livres de Saxe ne suffiront pas à payer les travaux qu’il effectue dans ses demeures et son voyage en Bavière7.

Joseph Hauziger, Louis XVI et Marie Antoinette (détail), 1778, Met museum.

En 1774, à la mort du roi, le prince n’a toujours pas récupéré les montants. Louis XVI ne conserve pas le ministre Terray. Les sollicitations du prince sont acceptées par le roi qui lui accorde par l’ordonnance du 31 décembre 1775 une pension de 150 000 livres sans retenue8. C’est un retour à la normale, mais le prince Xavieren demande davantage par le recouvrement des sommes perdues depuis réforme de 1770. Finalement le nouveau ministre des finances Turgot accepte de lui verser « chaque année, outre le montant de la pension courante, une partie des arrérages », ce qui fait 18 750 livres par mois. En novembre 1776, le prince se plaint encore au ministre Necker de n’avoir pas reçu tous les paiements, puisqu’il manque les sommes des mois d’avril et octobre de l’année en cours. Le prince propose de recevoir les sommes des deux mois en une fois « le mois de décembre prochain »9. Il semblerait que les tractations du prince soient couronnées de succès puisqu’en 1776, la rente du prince est versée chaque année. En 1776, elle semble de surcroît monter jusqu’à 225 000 livres10.

Conclusion

En 1790, la pension du prince est de 150 000 livres par an. Le roi lui verse une grosse pension puisque viennent ensuite celle du comte de Périgord de 68 123 livres, celle du duc du Châtelet de 64 500 livres, celle du prince de Montbarrey de 64 000 livres et enfin, celle du prince de Condé qui ne monte qu’à 55 801 livres11.

L’appel de Jacques Necker, BnF Gallica.

Le prince Xavier touche une pension qui est le triple de celle d’un cousin du roi comme Louis V Joseph prince de Condé. Mais ce dernier doit posséder une fortune s’élevant à plusieurs centaines de milliers de livres tournois, ce qui n’est pas le cas du comte de Lusace. Mais sa pension est moindre que celle du duc de Deux-Ponts qui, grâce à un traité signé en 1751 avec la France et plusieurs fois renouvelé jusqu’en 1776, touche près de 300 000 livres par an12. Ces pensions de Saxe, Pologne-Lituanie et France ne permettent pas complètement au prince de vivre selon le train de vivre qu’il s’est fixé. Dès lors, il met en place une politique d’acquisition de terre qui par leur revenu doit lui permettre de mettre son budget à l’équilibre, ce que nous verrons dans d’autres articles.

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2540, comptes de l’année 1784.2. Laugier (Lucien), Un ministère réformateur sous Louis XV: Le Triumvirat (1770-1774), Paris, La Pensée Universelle, 1975, p. 165. 3. Arch. nat., E 1452 B, arrêt 19 janvier 1770. Publié dans Mercure de France, février 1770. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1596, lettre de Martange au prince Xavier, 7 avril 1763. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 9 mars 1770. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Martange, 31 décembre 1770. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1432, lettre du prince Xavier à Martange, 26 mai 1772. 8. Rapports du comité des pensions à l’assemblée nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1790, volume 1, p. 57. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1436 lettre du prince Xavier au ministre Necker 30 novembre 1776. 10. Anonyme, Collection de compte rendus[…] depuis 1758 jusqu’en 1787, Paris, Cuchet et Gattey, 1787, p. 170. 11. Anonyme, Dixième supplément historique et essentiel à la liste des pensions, II volume, Paris, Denné, 1790, p. 36 – 37. 12. Michel (Patrick), « Christian IV, duc des Deux-Ponts (1722-1775) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2016, p. 5 [en ligne, consulté le 04 juin 2019].

Louis Réau, un russophile total

Parmi tous les pays d’Europe qui ont été au XVIIIe siècle tributaires du génie français, aucun n’a accepté son hégémonie plus docilement que la Russie. De même que la Russie ancienne avait été pendant de longs siècles une province de l’art byzantin, la Russie nouvelle est devenue, tout naturellement, une province de l’art français, Paris a été pour Pétersbourg ce que Byzance avait été pour Kiev et Moscou.

Louis Réau dans “Les relations artistiques entre la France et la Russie”, Mélanges publiés en l’honneur de M. Paul Boyer, 1925, p.118.

Louis Réau (1881–1961) fut une figure française majeure de l’histoire de l’art de la première moitié du XXe siècle. Son ouvrage fondateur L’art russe des origines à Pierre le Grand est demeuré pendant longtemps un classique. Sa figure tutélaire se retrouve encore sur de nombreuses pages wikipédia comme celle sur le “baroque ukrainien”. On peut s’interroger sur sa vision de l’art dans l’empire russe et la place qu’il accorde aux minorités nationales dans ce livre de nombreuses fois réédité jusqu’à nos jours.

Élève de l’école normale, Louis Réau étudie les langues germaniques. Il publie de nombreuses études sur l’art comme L’Art français sur le Rhin au XVIIIe siècle en 1908. Il s’oriente très vite vers les langues slaves et l’étude de l’art russe. En 1911, il devient directeur de l’institut culturel français à Saint-Petersbourg. Il resta à ce poste jusqu’en 1913. Il est ensuite officier traducteur pendant la guerre.

Olga Medvedkova dans son article “« Scientifique » OU « intellectuel » ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg” explique que l’institut était avant tout une école de langue mais qu’en même temps il était un centre de recherches scientifiques, centre d’enseignement et centre de renseignements universitaires sur la France. Louis Réau y enseigne deux cours : ” Histoire de la littérature française ” et ” Histoire de la civilisation et de l’art “. Il publie entre 1910 et 1920 de nombreux articles sur l’art français en Russie. Il dirige l’exposition ” L’art français du XIXe siècle “. Dans sa théorie gallocentriste, il publie une vaste anthologie Histoire de l’expansion de l’art français (1924-1933) puis son fameux L’Europe français au siècle des Lumières (1938). Ces deux ouvrages ont créé la polémique.

Son grand apport historiographique a été de voir dans tous les palais à partir du XVIIe siècle des copies de celui de Versailles. A partir de 1930 , il dirige la publication de la Gazette des Beaux-arts et enseigne l’histoire de l’art à l’École du Louvre et à l’École normale supérieure de Sèvres. Il est envoyé à l’institut culturel de Vienne en 1938. En 1947 il est professeur d’histoire de l’art du Moyen-Age à la Sorbonne puis il est élu à l’Académie des Beaux-arts. Il publie en 1959 une Histoire du vandalisme. Ses théories sur l’art russe sont très rapidement contestés par Louis Hautecoeur ou encore Michel Alpatov. Mais leurs critiques se posent essentiellement sur la vision de l’origine française de l’art en Russie sans interroger son nationalisme plus en profondeur.

De la négation des ukrainiens…

Louis Réau publie son étude de l’art russe entre 1921 et 1922. Le premier texte analyse les origines jusqu’à l’époque médiéval et le second se concentre sur l’époque moderne jusqu’aux années 1920. L’Ukraine n’apparait pas dans le texte de 1921. D’ailleurs dans ce texte la Rus’ de Kiev devient Russie reprenant un poncif impérial russe mis en place à l’époque de Pierre le Grand.

extrait du livre de 1922, p.4

En revanche dans le texte de 1922, il propose quelques mots sur l’Ukraine et Taras Chevtchenko qu’il s’agit d’analyser (p.4). La note explique que “le peintre-poète Taras Chevchenko n’a rien de spécifiquement “oukrainien”. Sa position est très critiquable puisque l’artiste a justement tenté de rendre à l’Ukraine son identité. Il aurait été judicieux de tenter de l’analyser plutôt que de l’évacuer en note.

Né en 1814 dans une famille de paysan serf Taras Chevtchenko devient un dessinateur remarqué. Il est affranchi en 1825 et entre à l’académie de peinture de Saint-Petersbourg. Dans les années 1830-1840, il effectue des voyages en Ukraine comme responsable de la commission archéologique de Kyiv. Il se passionne pour l’ethnographie et le folklore. En 1838 il publie le poeme Kateryna qui est l’histoire tragique d’une jeune femme ukrainienne éprise d’un soldat moscovite. Elle tombe enceinte mais le soldat refuse de l’épouser. Rejetée à la fois par le soldat et sa famille, elle finit par se suicider. Le poème devient le symbole de l’occupation en Ukraine. C’est aussi une métaphore sur deux mondes qui ne se comprennent pas : la ville et la campagne ou la Russie et l’Ukraine.

Par la suite, il publie un alphabet ukrainien. Dénoncé dans une conspiration contre l’empereur, il est emprisonné et envoyé en exil à l’armée dans l’Oural. Il revient à Saint-Pétersbourg en 1850 et il y meurt en 1859. Le “peintre-poète” est célébré dès 1918 et dans la nouvelle Urss par la suite comme libérateur des peuples opprimés par le pouvoir tsariste.

…à la russification de l’art

En conclusion Louis Réau met en avant sa position politique sur l’actualité. Dans le livre de 1922, il célèbre une possible décentralisation artistique grâce à ma révolution bolchevique. Mais ensuite il entreprend une analyse de l’identité nationale russe basée sur la religion orthodoxe.

Extrait du livre de 1922 p.268

Louis Réau conclut sa grande synthèse sur l’art russe par ces mots : ” un art national — mais non nationaliste — aussi éloigné des extravagances du cubisme ou du «suprématisme » que d’une réaction pseudo-byzantine : voilà ce qu’il faut souhaiter à la Russie de demain dont le monde entier attend anxiété la résurrection”(livre de 1922, p.269). Dans ce propos extravagant, il croit voir une nation russe unique “européanisé” dans la nouvelle Urss.

“Le leader immortel d’Octobre Lénine nous a montré le chemin de la victoire. Vive le léninisme. Au 7ème anniversaire de la Victoire d’Octobre”, 1924.

Son texte montre que les nations de la fédération ne sont que des provinces dominées par la grande nation russe. Il oublie le mouvement national ukrainien et biélorusse de la fin de la Première guerre mondiale et la création des états nationaux en Europe de l’est entre 1918 et 1920. De plus il écrit à un moment pourtant important de l’histoire des nationalités en Urss: celle de l’ukrainisation de l’Ukraine soviétique. Cette politique s’orientait vers l’apprentissage de la langue et de la publication d’ouvrage en ukrainien. Mais il n’en dit mot et reprend les poncifs de la russification culturelle où l’artisanat local est autorisé mais où la langue de l’administration et de l’éducation se doit d’être le russe (Staline repend cette théorie et met fin à l’ukrainisation dans les années 1930).

La culture ukrainienne est ainsi effacée pour mettre en place l’unité nationale russe. Même si Louis Réau tente de se dédouaner de toute forme de nationalisme, il ne parvient pas à ce que le lecteur ne le rattache à ce courant politique. Il conserve une vision politique impériale de domination de certaines nations sur les autres : la France en Europe et les Russe dans leur empire.

Pour aller plus loin

Mace, James E., Communism and the Dilemmas of National Liberation. National Communism in Soviet Ukraine 1918-1933, Cambridge, Mass., HURI Harvard, 1983.

Plokhy, Serhii, Lost Kingdom: A History of Russian Nationalism from Ivan the Great to Vladimir Putin, London, Allen Lane, 2017.

Snyder, Timothy, The Reconstruction of Nations: Poland, Ukraine, Lithuania, Belarus, 1569–1999, Yale University Press, 2003.

Xavier de Saxe à la cour de Versailles (2)

Article publié dans Château de Versailles. De l’Ancien régime à nos jours n°44

Suite de l’article du blog Xavier de Saxe à la cour de Versailles (1)

Le prince en politique?

En 1758 le duc de Choiseul entre au gouvernement devenant l’omnipotent ministre a la guerre puis aux affaires étrangères sur plus de dix ans. Sa position tenue depuis son ambassade à Vienne est de conclure le rapprochement des cours de France et d’Autriche en renversant les alliances. Pour lui la Saxe, trop proche de la Prusse, est dans une intenable neutralité. La Saxe se pose en rival à l’Autriche et la Russie en possédant la couronne de Pologne et imaginant un jour monter sur le trône impérial.

Michel van Loo, Duc de Choiseul, Versailles.

La trahison des engagements prussiens de 1756 de ne pas attaquer la Saxe (sur lesquels nous reviendrons dans un autre article) a poussé le duché à se rapprocher de l’Autriche et de la France. Mais Choiseul ne voit cet état que comme un allié inefficace et couteux. Le mariage du dauphin a toujours été vu pour lui comme une erreur politique. En 1758 le comte de Lusace est fait lieutenant général des armes du roi et il obtient rapidement le commandement d’un corps de 10 000 soldats saxons payés par le trésor de France et d’Autriche. C’est le poids de la dauphine et de son entourage, notamment le ministre de la Saxe à la cour Fontenay, qui ont permis ce succès auprès du roi.

François Guérin, Xavier de Saxe, SKD online.

En 1763, la guerre finie le comte de Lusace prend part à la réforme de l’état entrepris par son père puis son frère ainé qui condamna la politique de Brühl. Devenu prince Administrateur, il met en place une politique francophile en raison du poids de la Couronne qui continue d’entretenir en millions de livres l’armée et l’économie du duché au grand damn du duc de Choiseul. La mort du couple delphinal change complètement la donne à la cour puisque le parti autrichien semble regner sans partage.

L’ambassadeur de Fontenay résume au prince Xavier, par une lettre du 13 mai 1767, l’ambiance à la cour de France, à ce moment1:

La mort de Madame la dauphine a rompu la digue qui retenait encore le ton arrogant et despotique des Choiseul. Celle de Mgr le Dauphin y avait fait une terrible brèche ; mais la tendresse du Roi pour sa bru ne leur permettait pas de s’émanciper autant que leur ambition les y portait. Je vous avoue, Monseigneur, que j’ai été indigné de leur conduite dans les derniers mois de la maladie de votre respectable sœur. Depuis le premier jour de l’an, qu’ils ne pouvaient se dispenser de lui rendre leurs respects, jusqu’à la funeste époque du 13 mars, ni le duc, ni sa femme, ni sa sœur, n’ont paru chez elle, où toute la cour ne manquait pas de se trouver journellement. Ils ont témoigné après sa mort une joie si indécente et si marquée, qu’ils ont scandalisé jusqu’aux très humbles serviteurs de la faveur.

Le duc de Choiseul continue alors le rapprochement avec l’Autriche : il parvient avec l’aide de Mercy d’Argenteau au mariage du nouveau dauphin Louis Auguste avec Marie Antoinette d’Autriche dernière fille de l’impératrice Marie Thérèse d’Autriche en 1770.

Le feu d’artifice tiré le 30 mai 1770, à l’occasion du mariage du futur Louis XVI et de Marie-Antoinette, archiduchesse d’Autriche, RMN.

Selon le prince Xavier, le ministre Choiseul tient une place importante au gouvernement grâce au pacte de Famille dont il a été l’instigateur : ce traité militaire fut signé, le 15 août 1761, entre les rois de France et d’Espagne pour se soutenir mutuellement pendant la guerre contre l’Angleterre.

Le 11 avril 1770, le prince se félicite de « l’augmentation du crédit de Madame du Barry et du contrôleur général, jointe à celle que Choiseul baisse de plus en plus d’un jour à l’autre ». Et enfin le 10 janvier 1771, le prince, qui a appris la disgrâce du ministre, écrit à Martange, : “Vous devez facilement vous représenter combien j’ai dû en être frappé et en combien de réflexions, et pour le présent et pour l’avenir, cet événement m’entraîne. Ni vous ni moi n’avons, je crois, aucun lieu de les plaindre, encore moins de les regretter»2.

Petit à petit le crédit du ministre auprès du roi a été saboté. Louis XV remplace le clan Choiseul par un triumvirat constitué de l’abbé Terray, du duc d’Aiguillon et du chancelier Maupeou en charge de réformer les impôts et les parlements après des années catastrophiques pour le trésor.

Anonyme, Duc D’aiguillon, Musée d’Agen.

Mais le prince déchante rapidement voyant les réformes réalisées par le contrôleur Terray sur les pensions de la cour. Il voit sa pension diminuer drastiquement et alos tente d’y remédier( voir l’article ici)

Une cour maladroitement assidue

A la mort de Louis XV, de nombreuses rumeurs apparaissent. La comtesse du Barry s’est retirée d’abord à Rueil chez le duc d’Aiguillon puis à Louveciennes. Le prince lui a rendu de nombreuses visites. Il fait parti de ces personnes que l’on qualifie, après la mort du monarque, de « carrosses de Rueil ».

François-Hubert Drouais, Comtesse du Barry, RMN.

Mais les rapports avec le roi Louis XVI se distendent rapidement. A la mort de Louis XV, le prince en son château avait remis une lettre à son neveu comme il l’explique dans une lettre le 31 mai 1774 3 :

Tout de suite après la mort, [je remis] une lettre de condoléances au nouveau roi, dans laquelle, après les compliments analogues à la circonstance, j’ai glissé que c’est sa mère de concert avec son père qui m’ont appelé en France et attaché à ce service, et que, pendant l’administration où j’ai été obligé de quitter ce pays, je n’ai cherché à donner une existence à la Saxe que pour la rendre plus unie encore à la France par les raisons d’intérêt qu’elle ne l’est par les liens du sang ; et je l’ai finie en me recommandant, ainsi que ma soeur, à sa protection, et que nous nous flattions de retrouver en lui la même existence heureuse que nous avait accordée feu son grand-père qui nous avait comblés de ses bontés dans toutes les occasions, et que sa bienveillance précieuse suffirait à notre bonheur mutuel.

Joseph Duplessis, Louis XVI, Versailles

Le roi lui aurait donné une réponse « très amicale, par laquelle il me marque qu’il sait les liens qui nous unissent ensemble, que la mémoire de sa mère lui sera toujours chère » et qu’il sait que le prince est très attaché « à la couronne dans la dernière guerre et dans l’administration de la Saxe »4. Mais cette réponse est trompeuse. On sait ce que le roi en pensait réellement grâce à ce qu’en a marqué de l’ambassadeur autrichien Mercy-Argenteau à l’impératrice5 :

S.M. daigna me dire que le prince Xavier de Saxe, dans une lettre peu protocolaire, avait félicité le roi pour son avènement, disant à cette occasion qu’il était heureux de se trouver l’oncle du roi, et finalement il recommandait le duc d’Aiguillon à la bonté du roi comme ministre consciencieux. Le roi avait répondu par des expressions de politesse à la première partie de cette lettre, mais en ce qui concernait la fin, il avait répondu qu’il savait très bien choisir ses ministres malgré son âge.

N’ayant pas connaissance de la réelle réflexion du roi sur sa lettre, le prince continue de faire sa « cour assidûment au nouveau monarque » qui lui à parlé de nombreuses fois. Il ajoute qu’ils ont discuté « de choses indifférentes ; mais vous savez que dans ce pays-ci cela fait beaucoup »6. Mais malgré les premières impressions données, Louis XVI ne conserve pas les ministres en place.


Jean césar Fenouil, comte de Maurepas, coll. part?

Le duc d’Aiguillon démissionne le 2 juin 1774 en conservant le commandement des chevaux légers7. Jusqu’à cette démission, le prince avait tenté de jouer un rôle de premier plan auprès du roi. Les gazetiers en firent l’écho comme dans la Correspondance secrète, politique et littéraire de 1787 8:

Le Duc d’Aiguillon sera à jamais un personnage célèbre dans les annales de la France; on découvre journellement les ressorts qu’il a fait jouer pour conserver les deux départemens[sic] qu’il occupait dans le Ministère : ce n’était pas assez pour lui d’avoir employé M. le Comte de Maurepas. Il fit aussi intervenir M. le comte de Lusace, qui proposa bonnement au Roi de tenir sous lui les rênes du gouvernement, et de le guider dans la carrière de l’administration. Dans le même temps il envoya un courrier à Madame la princesse Christine, pour la faire venir à la Cour et s’en servir, et en cela il sut puissamment secondé auprès du frère et de la sœur par M. de Martange : mais tous ces moyens furent inutiles. Le roi trouva fort extraordinaire la proposition de M. le comte de Lusace; et la princesse Christine mal accueillie, ne passa à la Cour que deux fois vingt quatre heures.

Le prince explique que le déroulement des événements est bien différent « de celle dont ont parlé tant de gazetiers soudoyés»9. Le prince se défend d’avoir été maladroit dans une lettre du 15 juillet 1774 : “Vous me connaissez assez longtemps, mon cher Sayffert, et vous me faites tort en doutant que j’aime la franchise avec laquelle vous me parlez, de ne rien avoir écrit à l’occasion de la mort du roi, de flatteur pour le régnant”10.

Giusepp Canale, Xavier de Saxe, SKD online.

Rancoeur réciproque

Le prince Xavier peut donc être mécontent du nouveau roi qui ne lui a pas donné la place au gouvernement qu’il juge comme lui revenir de droit. Il écrit, à partir du 15 juillet 1774 plusieurs lettres, où il dépeint le roi en le comparant à son neveu l’électeur avec lequel il s’est brouillé pendant son administration. Il met en avant la figure d’un roi qui ne s’applique pas et ne laisse rien transparaître de sa volonté11 :

J’ai su même que les ministres ont dit à leurs amis le peu de discernement qu’ils aperçoivent en lui dans les différents Conseils. Hors de ces heures où il est obligé d’y assister, il ne s’applique à rien : les chasses, promenades en cabriolets et à pied et beaucoup de jeu de billard sont ses amusements. On prétend aussi que dans son intérieur il s’amuse beaucoup à la menuiserie et marqueterie. Dans le public, il ne parle à personne, et à peine le voit-on un demi quart-d’heure pendant lequel il cause avec ses frères ou quelque jeune courtisan. De quatre fois de suite que j’y ai été il n’a pas dit un mot ni au duc des Deux-Ponts ni au ministre d’Espagne. Ce dernier même, un jour en nous en allant me dit : On ne se plaindra pas que cela n’en soit trop long , et tout est dit pour la journée. Deux fois il m’a fait la même question, si j’aurai eu des nouvelles de ma sœur Christine, et à peine ai-je le temps de lui répondre oui ou non

Josef Hauzinger, Archiduc Maximilien visite à Louis XVI et Marie Antoinette, Vienne.

Le prince accuse à la reine de trop influencer son époux et « avec cela, elle est si volage et si enfant qu’on ne suit aucun système, et personne ne doute que ses sottises ne lui fassent tôt ou tard perdre son crédit »12.

À partir de ce moment, le prince semble se désintéresser des conflits politiques de la cour et se retire à son château de Pont. Cette position lui fait dire lors du sacre de son neveu en mars 1775 : « Dans la dispute de rang entre les Princes et l’Archiduc, je me suis conduit tout naturellement sans me mêler de rien »13. À partir de 1775, le prince est dans une position complexe. Il garde un lien à la cour grâce à ses agents auprès des ministres. Il ne peut plus y apparaître sans qu’on lui rappelle ses anciennes alliances politiques avec la comtesse du Barry et le duc d’Aiguillon exilés.

Notes

1. Stryienski (Casimir), La mère des trois derniers Bourbons[…], op.cit., p. 390 – 391. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 25 février / 9 mars 1770; EE 1431, lettre du prince Xavier à Martange, 10 janvier 1771. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 31 mai 1774. 4Ibid. 5. Lettre citée par Girault de Goursac (Paul et Pierrette de), Louis XVI et Marie Antoinette vie conjugale,Paris, OEIL, 1990, p. 338. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434 lettre du prince à Sayffert, 31 mai 1774. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 20 juin 1774. 8. Metra (Louis-François), Correspondance secrète, politique et littéraire, Londres, Adamason, 1787, tome premier, p.112-113. 9Ibid. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 15 juillet 1774. 11Ibid.. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 15 juillet 1774. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, lettre du prince à Sayffert, 31 mars 1775.