Archives de catégorie : Pologne

« August III n’a pas noyé sa belle-fille sous la glace », le mariage secret de Franciszka Krasińska avec Charles de Saxe

Le mariage de la comtesse Franciszka Krasińska avec le prince Charles de Saxe, duc de Courlande est connu pour avoir été malheureux. Son mariage secret de 1760 posait de nombreux problèmes politiques et protocolaires. Il semblerait que le prince l’ait envoyée au couvent pour ne pas provoquer plus de problème à sa situation houleuse en Courlande où il avait été élu avec le soutien de son père Auguste III et de l’impératrice Élisabeth de Russie. Mais catholique dans un pays protestant, son élection n’avait pas provoqué une adhésion unanime. En 1763, il perdit finalement le duché de Courlande qui est donné à Biron par la tsarine Catherine II. Poussé par le roi, le prince avait rejeté sa jeune épouse qui resta cloitrée pendant presque 20 ans. Après des années d’errance, la jeune femme finit par être acceptée par le prince qui, par l’intermédiaire de l’impératrice Marie-Thèrèse et de la famille Lubormiski lui demanda pardon et lui proposa de revenir auprès de lui à Dresde. Finalement il fit reconnaître son mariage par la diète en 1776.

Per Krafft l’Ancien, Portrait de Franciszka Krasińska, Muzeum Narodowe w Warszawie. Ce portrait de 1767-1768 montre la couronne de la monarchie de Pologne comme pour revendiquer sa place auprès du prince royal.

La vie de la comtesse a été mise en roman par Klementyna Hoffmanowa dans le roman épistolaire Dziennik Franciszki Krasińskiej w ostatnich latach Augusta III pisany [ Journal de Franciszka Krasińska écrit dans les dernières années d’Auguste III](1825). Puis les travaux de Józef Ignacy Kraszewski et de Kazimierz Władysław Wójcicki ont donné les grandes lignes de sa vie. Les historiens ont comparé la relation entre les deux époux à travers la légende de la mort de la jeune Gertuda Komorowska sur laquelle nous devons revenir en premier. Konopczyński écrivit sur le mariage de la jeune Krasińska avec Charles de Saxe en disant que le roi« August III n’a pas noyé sa belle-fille [Franciszka Krasińska] sous la glace » en faisant le parallèle avec la mort tragique de la jeune Komorowska1. Puis nous nous interrogerons sur les lettres et documents qui documentent la relation du prince Charles et de la jeune comtesse arrivés dans les mains du prince Xavier. Nous tenterons de remettre en contexte cette affaire et la position de la jeune femme dans la Pologne du XVIIIe siècle

La légende de la mort de Gertruda Komorowska

Dans la république des Deux-Nations (nom du royaume de Pologne uni au duché de Lituanie), la mort de la jeune Gertruda Komorowska épouse de Stanisław Szczęsny Potocki, staroste de Bełsk, avait fait grand bruit. Nous devons revenir sur les grandes lignes de cette affaire criminelle. Szczęsny Potocki était le fils unique du voivoide de Kivonie (Kyiv), Franciszek Salezy Potocki, grand maître d’hotel de la Couronne (krajczy wielki koronny) et de son épouse Anna Elżbieta Potocka. Ses parents, richissimes, les plus grands propriétaires de Pologne, avaient prévu de marier leur fils à la jeune Józefina Amalia Mniszech, fille de Jerzy August Mniszch, grand maréchal de la Couronne (marszałek nadworny koronny) et de Maria Amelia née Brühl. Son père Heinrich von Brühl, décédé en 1763, avait été principal ministre du roi de Pologne Auguste III.

Anonyme, Portrait de Gertruda Komorowska, Muzeum Narodowe w Warszawie.

Szczęsny Potocki avait reçu une des meilleures éducations mais il était de tempérament faible et médiocre. Il restait ainsi pendant longtemps sous la domination de son père. Le jeune homme tomba éperdument amoureux de la jeune Gertruda Komorowska, fille de Jakub Komorowski, starost de Nowy Sielski qui venaient souvent leur rendre visite au palais de Krystynopol. Il décide de l’épouser en secret le 16 décembre 1770. Elle était alors enceinte. Son père qui apprit la nouvelle décida de faire annuler le mariage. Il considérait le mariage comme un « crime» planifié par la famille Komorowski, qui avait « séduit » et « forcé » le jeune prince au mariage2. Il organisa l’annulation du mariage. En attendant le divorce le prince Potocki décidèrent de faire enlever la jeune fille et de la placer dans un couvent avec l’aide de la famille Mniszch. Les parents Komorowski tentèrent de la protéger en l’éloignant de la résidence familiale. Le 13 février 1771, lors du voyage, les cosaques du prince Potocki sous le commandement d’Alexandre Dąbrowski les attaquèrent pour récupérer l’épouse. L’affaire est peu claire, les cosaques se seraient fait passer pour des Russes dans la période de trouble de la Confédération de Bar. Dans cette nuit glaciale du 13 au 14 février 1771 lorsque la jeune femme fut transportée dans un traîneau, les cosaques auraient étouffés ses cris en la recouvrant de couverture et l’immobilisant si fort qu’ils l’étouffèrent. Terrifié par cet assassinat, ils décidèrent de jeter le corps dans la rivière. Le voivoide de Kivonie fit garder aux protagonistes le silence sur l’affaire. Le corps de Gertrude aurait été retrouvé au printemps sur la rivière Bug à Konotopy près de Sokal et enterré secrètement, sans en informer la famille qui cherchait en vain la jeune femme.

Johann Baptist von Lampi l’Ancien, Stanisław Szczęsny Potocki et ses enfants, Louvre.

En 1772 le prince Potocki décéda et l’affaire s’ébruita en Pologne. En 1774 les époux Komorowski attaquèrent en justice devant la diète la famille Potocki. Ils reçurent en 1777 une compensation financière importante pour la mort de leur fille. Le prince Potocki avait été très marqué par la mort de son épouse. Il avait tenté de se suicider et jusqu’à sa mort garda, disait-on, le portrait de cette dernière avec lui.

Le mariage de 1760

La jeune comtesse Franciszka serait née le 9 mars 1742. Elle était la fille de Stanisław Antoni Krasiński, starost de Nowy Korczyński, et de son épouse Anielą Humiecka , fille de Stefan Kazimierz Humiecki, voïvode de Podolie. Elle aurait rencontré Charles de Saxe durant l’hiver 1759-1760 à Varsovie. Le prince royal était le fils préféré du roi de Pologne Auguste III qui le plaça en 1758 à la tête du duché de Courlande. Certains historiens mentionnent 1757 alors que le prince Charles est volontaire dans l’armée autrichienne et participe à la bataille de Zorndorf. Ils se seraient rencontrés dans la maison de la duchesse Zofia Krasińska sa tante, épouse d’Antoni Lubomirski voïvode de Lublin. Le chercheur Kubicki Radosław explique que leur rencontre se serait produite peut-être durant le bal masqué du 1er janvier 1760, à Varsovie, où Franciszka fut emmenée par sa tante en reprenant les événements selon la narration de Hoffmanowa3. Ils commencèrent une relation sous la réprobation de sa tante qui la renvoya chez son frère.

Johann Baptist von Lampi l’Ancien, Portrait du prince Charles de Saxe, Wiki Common.

Une lettre fut interceptée par le voivode de Lublin qui la montra au ministre Brühl mais nous ne savons pas ce qu’ils ont décidé exactement. La duchesse décida de ne pas s’en mêler et ne vint pas à Varsovie durant le carnaval 1760 (selon ses dires). Le 23 février 1760, le prince obtint de Ludwik de Riaucour, évêque de Ptolemaida un indult (autorisation), pour marier le couple. Le mariage est célébré au mois de mars par le père Józef Kanty Dymuchowski, sous-doyen Lissow (ou curé de Lisow?), et en raison de sa vieillesse et de son infirmité, il a transféré son pouvoir au père Antoni Lipiewicz de l’ordre des Bernardins. Le contrat est daté du 21 mars 1760 de Varsovie. Le mariage du couple a eu lieu dans le plus grand secret la nuit. Certains historiens donnent la date du 25 mars ou encore que le lieu serait Węgrów (sans qu’on en sache les sources). Ils mentionnent aussi que l’évêque de Kamieniec-Podolski Adam Stanisław Krasiński, cousin du duc, fut mis au courant. Outre le père de la fiancée, les témoins de cet événement étaient : le prince Antoni Lubomirski époux de Zofia Krasiński, le colonel Felicjan Kwaśniewski et le capitaine Stanisław Jaszowski. Ils ont prêté serment qu’ils garderont cet événement strictement confidentiel jusqu’à ce qu’il puisse être révélé au grand public. Après le mariage, il n’y avait aucun moyen pour les jeunes mariés de vivre ensemble, alors pendant un certain temps elle vivait dans le palais de sa tante Zofia Lubomirska et lui dans sa résidence, rendant visite en secret à sa femme bien-aimée en tant qu'”amie de la maison”4.

Anonyme, Portrait de Zofia Krasińska, Muzeum Narodowe w Warszawie.

Le mariage prétendument tenu secret s’ébruita rapidement à la cour de Pologne. Néanmoins le roi ne semblait pas encore en avoir eu échos. Le prince envoya plusieurs lettres à sa femme pour s’en expliquer. Dans une lettre du 3 octobre 1761, il écrit : « je ne puis me dispenser de vous assurer que ce n’est pas assurément de moi que viennent ces bruits, mais de ceux qui se sont fait un plaisir de publier l’aveu que le Bernardin à fait à l’évêque de Cracovie lequel quoiqu’il se dise de mes amis ne m’en à guère donné une preuve en publiant une affaire de laquelle il connaissait assez les conséquences, et savait combien il m’importait qu’elle resta secrète ». Le père Léo Rauch vicaire de la cour aurait mentionné au prince la question de la validité du mariage. Le prince le chargea de s’assurer de cette validité en secret. Dans un « Extrait d’une lettre d’une dame connue au 10ème évêque de Cracovie le 3 janvier. 1762, qui peut être traduit en français et communiqué au Premier Ministre », il était écrit que le« P. Dzierzbicki a reçu une lettre du duc de Courlande, dans laquelle il confirme à Mlle la starościanka qu’il lui est fermement attaché, mais l’oblige à garder le secret. Il déclara également dans sa lettre qu’elle ne devait pas être effrayée par le fait qu’il ait dû rapporter à Rome les circonstances et la cérémonie de son mariage, car les théologiens l’ont réprimandé, mais il écrit qu’elle ne doit pas croire les fausses informations selon lesquelles il aurait changé pour elle et aurait prétendu divorcer »5. Ils tentèrent de ne pas trop ébruiter les faits et de trouver une solution convenable pour tous les protagonistes.

Marcello Bacciarelli, Portrait de Kajetan Sołtyk évêque de Cracovie, Muzeum Narodowe we Wrocławiu.

Elle écrivit une autre lettre à l’évêque de Cracovie le13 mars 1762 où elle montre son inquiétude sur la possibilité du divorce qui est pour elle la moins bonne solution. Dans une seconde lettre, vers mars 1762, il s’excusa de ne pouvoir la voir et lui explique que son père se trompe sur sa volonté de divorcer. Il la rassura sur ces sentiments et l’envoya se mettre en contact avec le père Rauch. Pendant ce temps l’évêque de Cracovie, qui se rangeait sur l’avis de Brühl, se renseigna sur la possibilité d’annuler le mariage auprès du Consistoire de Varsovie à Rome. Le prince se rendit alors à Cracovie et rencontra l’évêque qui écrivit que « présentement nous sommes des meilleurs amis. Il m’a même confirmé le secret en question ». L’évêque expliqua dans une lettre du 4 mai 1762 : « Nous avons échangé quelque chose que nous avions l’un avec l’autre, qui provenait des commérages du voïvode de Lublin, tel qu’il me l’avait donné. Quant à sa décision, il m’a dit que le comte Brühl et le père Rauch lui disent que ce vœu n’en vaut pas la peine, alors il aimerait savoir s’il est valable ou non. S’il est valable, qu’en faire, il faut souffrir ( !) (et il faut en conclure qu’il ne souhaite apparemment pas vraiment divorcer, et qu’il en a parlé avec moi, qu’on lui a probablement ordonné de le faire), tandis que s’il n’est pas valable, il doit savoir qu’il est libre ». Le père de la marié, Stanisław Antoni Krasiński, gravement malade, tenta de trouver une solution et envisagea le divorce pour sa fille. Il donna pour cela tous les documents en sa possession à l’évêque de Cracovie.

Anonyme, Portrait de Antoni Benedykt Lubomirski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie

Il décéda malheureusement le 16 mai 1762. La jeune femme est alors placé sous la garde de sa tante Zofia Lubormiska qui s’opposait toujours au mariage qui a été finalement reconnu comme valide. La voivoide de Lublin écrivit vers mai 1762 à l’évêque de Cracovie qu’elle a tenté de faire oublier le mariage : « N’ayant pas trouvé d’autre moyen, j’ai essayé de renvoyer sa fille chez mon frère, en pensant que son départ (comme c’est la coutume) laissera une personne préférée dans l’oubli ». Elle a finit par en référer au ministre Brühl puis elle a écrit au roi sans le succès escompté:

« J’ai écrit à S.A.R. J’ai écrit à Son Excellence le Grand Maréchal de la Couronne, l’informant des intentions de S.A. le duc de Courlande, dans l’espoir éternel que de grandes et excellentes personnes trouveront le moyen d’inverser ce qui ne devrait pas être. Qu’en est-il de ma personne ? Je pensais faire mon devoir. Maintenant, le temps m’a imposé un devoir sacré, un nouveau devoir, lorsque je découvre, non plus dans des avis douteux, mais dans des faits et des documents réels, que la fille de mon frère est l’épouse de S.A. le duc de Courlande. Considérez V.E. avec un compas cette situation malheureuse ».

Un divorce secret a été proposé sans succès par la cour au duc de Courlande. Cette situation était « désagréable » pour la voivoide de Lublin qui explique qu’il « est nécessaire que la personne dont ils divorcent soit d’abord une épouse, et bien qu’elle ne soit pas de naissance royale, quand sa propre volonté l’a choisie pour le faire, ce n’est pas sa faute ». Ils décidèrent dès lors de revendiquer pour leur nièce les titres dont elle avait droit par son mariage : celui d’être reconnu comme épouse du prince royal et duchesse de Courlande auprès de la cour. Ils imaginèrent même de le faire reconnaître par la diète. C’est à ce moment que le prince Charles écrivit une lettre le 5 août 1762 à son épouse :

Malgré tous les justes sujets de mécontentement que me donnèrent les divulgations d’une chose qui suivant les assurances que vous m’en avez donné devoir être un secret jusqu’au temps que je jugerais pouvoir la déclarer moi même, je ne m’arrêterais pas ici à vous faire des reproches de ce que vous ne vous êtes pas opposée à la conduite que votre tante à tenue après la mort de votre père, et avez au contraire si facilement consenti a cet éclat que vous pouviez bien prévoir m’être peu agréable ; mais je finis sur ce point et vais en peu de mots vous donner à connaître mes sentiments à cœur ouvert, et la conduite que je désire que vous teniez et par laquelle vous me pouvez donner les preuves les plus réelles de cet amour que vos lettres m’assurent que vous conserverez pour moi.

Les problèmes politiques rencontrés en Courlande l’obligeraient à attendre. En conclusion il décida de lui demander de se rendre au couvent à Cracovie et lui conserva une rente à partir des « intérêts de cent mille écus que je vous ai promis à cinq pour cent » et enfin de refuser si quelqu’un lui donnerait le titre de duchesse. En 1763, le roi semblerait avoir été mis au courant et considéra le mariage comme nul et demanda à son fils de tout faire pour obtenir un divorce. Mais le prince Charles ne semblait pas vouloir suivre cet avis, ce qui démontre non pas un amour mais peut-être un attachement à son épouse morganatique. La jeune femme ne pouvait pas revenir à la cour.

Anonyme, Portrait de Franciszka Corvin-Krasińska, Zamek w Pszczynie.

Elle fut obligé de se rendre en secret au couvent à Cracovie et ensuite elle se serait rendu ensuite à Czenstochow ou encore à Oppeln jusqu’à son rappel par son époux de venir le rejoindre à Dresde.

Introduction aux lettres

Le fonds Xavier de Saxe des archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78) possède plusieurs documents relatifs au mariage du prince Charles : plusieurs traductions d’acte polonais passés en 1760 (connus par leur originaux polonais donnés par Józef Ignacy Kraszewski en 1858) et trois lettres du prince Charles à son épouse entre 1761 et 1762 (voir documents). Ce sont donc des copies d’actes plus anciens. Pour Józef Ignacy Kraszewski, le contrat de mariage et diplôme de mariage sont connus par le public dès 1762. La première copie semble avoir été fait pour le ministre Brürhl par l’évêque de Cracovie sous le titre « Excerpt z listu wiadoméj Damy do Xcia Biskupa Krakowskiego de 3 Jan. 1762, który może przetłómaczony po francuzku komunikować pierwszemu ministrowi »[« Extrait d’une lettre d’une dame connue au 10e évêque de Cracovie le 3 janvier. 1762, qui peut être traduit en français et communiqué au Premier Ministre »]. Les documents sont rapidement dans les mains de différents membre de la cour puis le roi.

Portrait de Charles de Saxe, Wien, Österreichische Nationalbibliothek.

Comme l’écrit le grand secrétaire de la couronne, Mgr Kierski , évêque suffragant de Plock dans une lettre au comte Plater, palatin de Mscislaw, du 11 juin 1762 : « après la mort survenue de son père le staroste de Nowe Miasto , [elle] a écrit au grand chancelier de la couronne , prince Lubomirski , mari de sa tante, en le suppliant de lui accorder sa protection et lui envoyant des copies de tous les documents relatifs à son mariage, savoir celle du contrat de mariage , du certificat de mariage, du permis du curé , et enfin celle du permis de l’évêque. Toutes ces copies ont été envoyées ici, ce dont on instruisit le duc , auquel on a expédié un courrier, en lui faisant comprendre que cet acte ne peut plus demeurer secret. Aussi faudrait – il en instruire le père (le roi) avant qu’il l’apprenne d’autre part. On a expédié également un courrier à Madame , pour qu’elle n’eût pas l’idée de venir ici , et l’engager à ne pas trop ébruiter ce mariage , car elle peut être cause du malheur de son mari ainsi que du sien propre. D’ailleurs , le temps nous fera voir ce qui va advenir de tout cela »6 .

Ces documents sont biaisés. Nous n’avons que la vision du prince Charles et aucune réponse de Francisca, alors qu’il les mentionne. IL sont donc arrivés dans les mains du prince Xavier et peu-être même du roi autour de 1762-1763 car plusieurs copies ont été faites. Ce sont peut-être les membre de la famille Lubormiski et Krasińska qui ont décidé de les rendre public pour obtenir le soutien de la cour dans cette affaire contre le roi et son fils. La transcription est modernisée par l’orthographe et la ponctuation pour une meilleure compréhension.

Transcription des documents

1760

1er Traduction du contrat de mariage du prince Charles de Saxe duc de Courlande avec demoiselle Françoise Krasinski, selon la forme usitée en Pologne

A tous ceux qu’il appartiendra savoir faisons que Mr le comte Stanislas de Korvin Krasiński staroste de Nowomieski, en égard aux favorables dispositions que, pour l’honneur de sa famille, la province daigne inspirer au prince Charles duc de Courlande pour mademoiselle sa fille Françoise Krasiński, ayant d’ailleurs une parfaite connaissance des usages du pays, et sans déroger aux lois qui les autorise, relativement à ses biens propres et à ceux de son épouse sur la masse totale desdits biens, il constitue à sa chère fille, Françoise Krasińska pour dot, la somme de cent mille écus courants. Monseigneur le prince Charles duc de Courlande de son coté, selon l’usage pratiqué dans le royaume de Pologne, fait purement et simplement donation à ladite demoiselle comtesse Korvin Krasiński à la somme de cent mille écus courant, qu’il hypothèque actuellement sur tous ses bijoux, et lui promet d’améliorer l’assignation qu’il lui fait, dès qu’il sera possesseur de tous les biens de son domaine. On ne spécifie point ici la dot de la future duchesse de Courlande, on s’en rapporte entièrement sur cet article à la générosité du prince son futur époux. D’où la présente transaction être ponctuellement exécute, et quoique signée de part et d’autre. Le prince Charles duc de Courlande ordonne expressément à son plénipotentiaire de la roborer[sic] en tant que de raison, en foi de quoi les susdits contractant ont signé le premier acte de leur propre main et l’ont muni des sceaux de leurs armes. Fait et passé à Varsovie au mois de mars 1760.

2e Traduction du diplôme de Monseigneur le prince Charles duc de Courlande et de Semigalle relativement à son mariage

Nous Charles, par la grâce de Dieu prince de Pologne et de Saxe duc de Courlande et de Semigalle.

Puisque chaque homme doit avoir égard à son rang et a sa condition, et travaille lui même à son propre bonheur autant qu’il dépend de lui ; après avoir pris à témoin de mes véritables intentions celui qui connaît la pensée, le cœur, et l’esprit des hommes ; je me suis résolu à prendre pour compagne Mademoiselle Françoise comtesse de Korvin Krasiński, fille de Mr le staroste Nowomieyski que je choisis pour ma légitime épouse, en me conformant aux usages de l’Église chatolique [sic], apostolique, et romaine, selon l’indult obtenu à cet effet le 23 février 1760.

C’est pourquoi le présent diplôme que je mets entre les mains de ma future épouse, en relatif a notre contrat de mariage ailleurs stipulé, et mon intention en qu’il soit pour tout le monde un témoignage authentique de la sincère affection que j’ai pour Melle Françoise comtesse de Corvin Krasiński, et que depuis le règne de mon grand père, étant successivement naturalisé dans un si beau royaume, je veux contracter une alliance qui puisse convaincre l’illustre nation polonaise de l’amitié que j’ai pour elle afin que me conformant aux mœurs du pays, je parvienne à captiver la bienveillance de ses citoyens, en foi de quoi ai volontiers fait expédier le présent diplôme que j’ai signé de ma propre main et muni du sceau de mes armes. Fait et passé à Varsovie au mois de mars 1760

3e Traduction de l’acte de mariage contracté par Mgr le prince Charles duc de Courlande avec Mademoiselle Françoise Krasinska

L’an 1760. le 21 mars.

Je soussigné François Antoine Lipiewiecz gardien des RR.PP. Bernardins de l’ordre de St. François autorisé par Messire Joseph Cantin Dymachowski curé de la paroisse de Lisow diocèse de Cracovie ci dument interrogé. Mgr Charles Fyderic[sic] prince de la maison royale de Pologne et de celle de Saxe, et Melle Françoise comtesse de Korvin Krasiński de la paroisse de Lisow, dans le palais de Krasińska à Varsovie, et de leur commun consentement, leur ai donné la bénédiction nuptiale en présence des témoins suivants : de Stanislas comte de Krasiński père de l’épouse ; du prince Antoine Lubormiski palatin de Lublin ; de Felicien Kwasniewski staroste Neocelski colonel des cuirassiers ; de Stanislas Jarsewski capitaine au régiment royal polonais. En foi de quoi ai signé le présent acte le même jour et an que dessus.

4e Traduction de l’écrit de M. le curé de Lisow donnant permission au gardien des RR.PP. Bernardins du couvent de Petrikau de marier Melle la comtesse Krasiński

Mon age avancé et la prochaine confession pascale ne me permettant pas de correspondre aux invitations de M. le comte Stanislas Krasiński staroste Nowomieyski, mon collateur et bienfaiteur qui aurait désiré me voir donner la bénédiction nuptiale à Melle Françoise sa fille, mais ne pouvant m’éloigner de ma paroisse, ni m’acquitter par conséquent des devoir de pasteur, et comme d’ailleurs le temps presse, je donne plein pouvoir au R.P. Lipiewicz de l’ordre de St. François, gardien du couvent de Petrikau, de suppléer à mon défaut et de marier, s’il est nécessaire la susdite demoiselle après avoir préalablement vu l’indult. En foi de quoi lui ai accordé les présente permission. Signé de ma main et scellé du sceau de la paroisse. Le 6 mars 1760 Cantin Dymachowski

5e Traduction de l’indult accordé en faveur du prince Charles et de demoiselle Krasinski

Louis Riaucourt évêque de Ptolomais vicaire général et officiel de Brezts et de Podlachie.

A Messire Michel Neyman chanoine de Brezts prévot de Wenyrow, supérieur de la communauté des clercs séculiers et en tant que besoin sera à tout légitime curé de l’un et l’autre contractant plus bas nommé. Notre frère en J.C. Salue savoir faisons que pour raisons à nous connues, Mgr le prince Charles duc de Courlande et Melle Françoise comtesse Krasiński désirant s’unir ensemble par les nœuds du mariage, nous vous accordons de notre autorité, plein pouvoir de leur donner la bénédiction nuptiale, de les marier en face de l’église pendant le carême, en omettant toute publication de bans et autres solennités usitées en pareille occasion pourvu cependant que leur contractants se conviennent l’un à l’autre, qu’ils fassent profession de la foi catholique, et qu’il n’y ai entre eux aucune affinité, consanguinité, ni autre empêchement canonique, tel que le rapt, et contrat de fiançaille etc. etc. ce dont nous chargeons vôtre conscience de vous informer avec exactitude. Requérons en outre pour la célébration dudit mariage la présence de trois témoins dignes de foi dont les noms et surnoms, et ceux des contractants ainsi que notre plein pouvoir seraient insérés dans le registre de la paroisse, que l’original même des présentes reste parmi les actes de l’Eglise. [ill.] a ces fins que nus l’avons donné le 23 février 1760.

Antoine Joseph Bodkowski gardien et juge subdélégué de l’officialité de Brezts et de Podlachie.

Lettre du prince Charles duc de Courlande à Françoise Krasińska son épouse le 3 octobre 1761 rendue par M. le chambelan Dzierzbicki 

J’ai reçu avec un plaisir bien sensible par votre lettre du 27 août, les marques de la continuation de votre chère amitié, et si je n’y ai pas plutôt répondu, croyez que c’est uniquement, qu’accablé par les occupations que me procuraient tous les arrangements des affaires dans ce pays, il m’a été impossible de trouver plutôt quelques moments à ma disposition.

Comme vous m’y marquez que vous savez qu’à Varsovie on parle publiquement de nous deux, je ne puis me dispenser de vous assurer que ce n’est pas assurément de moi que viennent ces bruits, mais de ceux qui se sont fait un plaisir de publier l’aveu que le Bernardin à fait à l’évêque de Cracovie lequel quoiqu’il se dise de mes amis ne m’en à guère donné une preuve en publiant une affaire de laquelle il connaissait assez les conséquences, et savait combien il m’importait qu’elle resta secrète. Quant à ce que vous me dites de M. le vice chancelier je m’étonne fort qu’il ait avancé qu’on voulait le charger de quelque commission pour vous persuader au divorce, puisque je n’en ai pas seulement entendu parler, ni nommer le vice chancelier. Pour M. l’évêque de Kamaniek [Kamaniets-Podilski], il n’a jamais eu aucune commission de moi, ni je lui ai parlé sur cette affaire, mais je sais qu’il a eu des entretiens à ce sujet avec le père Rauch, lequel s’il l’a chargé de vous fonder à ce sujet, ne lui a assurément pas donné la commission de vous parler sur ce ton. Je connais trop la sagesse du père Rauch mais il est un peu scrupuleux. C’est ce motif qui l’a porté à me parler sur cette affaire peu avant mon départ, m’assurant que ce n’était par aucun motif de curiosité, et que de sa part il n’en parviendrait jamais rien aux oreilles du roi, et que c’était uniquement pour m’avertir qu’ayant appris cette affaire à n’en pouvoir douter, il s’était plus exactement informé des circonstances et que par les rapports qu’il en avait, il lui restait encore quelque doute sur la validité du mariage. De nier cette affaire a un qui en était si bien informé, qui approche tous les jours le roi, et sur la droiture et promesse du secret duquel je pouvais me fier, saurait été agir contre toute prudence et raison, c’est pourquoi je lui ai dit que me fiant sur son bon caractère, et persuadé qu’il ne voudrait pas causer du chagrin au roi en l’informant d’une chose qui ne pouvait que lui déplaire et causer en même temps mon malheur, je voulais lui avouer le fait ; mais l’assurer que je croyais le mariage très valable et bon. Il m’assurait encore qu’il croyait le contraire, et qu’assurément les évêques et prêtres qui en seraient informés ne pourraient pas cependant s’empêcher d’en faire quelque (scrupule) au moins jamais nous laisser nous deux là-dessus en repos jusqu’à ce que cette affaire serait décidée ; qu’il me conseillait ainsi de faire examiner cela sans le moindre bruit. Je n’ai ainsi pu me dispenser la veille de mon départ de lui dire que quoique je croyais qu’il n’y avait rien à dire sur la validité de ce mariage ; je voulais me remettre à lui en ceci et le priais de faire examiner cela pour la tranquillité de ma conscience, mais sans aucun bruit ; c’est aussi ce qu’il me promit. Je crois ma chère, que vous n’avez rien à dire à la conduite que j’ai tenue en ceci, et trouverez que j’ai agi en toute cette affaire avec modération et jugement.

J’ai été d’ailleurs bien fâché d’apprendre que votre santé n’a pas été toujours aussi bonne que je vous la souhaite, car assurément en ceci, si les vœux que je fais pour votre conservation seraient exaucés, vous ne connaitriez aucune indisposition. Ma santé est grâce à Dieu un peu meilleure présentement. C’est aussi tout ce que je vous puis marquer d’ici, et pourquoi je finis en vous assurant qu’il m’est bien sensible de ne pouvoir vous instruire de bouche du sincère et parfait attachement avec lequel je suis votre plus fidèle serviteur.

Seconde lettre du prince Charles

Je suis très fâché que ma lettre par laquelle je vous accuse votre dernière du 19 du courant ne vous pourra pas être aussi satisfaisante que je l’aurais souhaité, puisqu’il m’était impossible de vous marquer un lieu ou moment pour une entrevue car tant secrète qu’on veut faire une chose, elle ne saurait rester cachée. En chemin je ne m’arrête nulle-part qu’a Konskie pendant peu d’heures, la nuit à Cracovie, je logerai dans la maison du prince évêque, de sorte que je ne vois aucune possibilité pour que je puisse avoir le plaisir de vous voir. Quant à ce qu’on a mis en tête à votre père que je voulais un divorce secret, et rompre par intrigue le mariage ce n’a jamais été mon intention, mais le vrai est que je ne saurais vivre plus longtemps avec les doutes qu’on m’a fait de la validité de ce mariage, et que voulant tranquilliser ma conscience j’ai prié le P. Rauch d’examiner cette affaire mais comme il ne peut sans que de votre part il y ait quelqu’un qui dise et le mette au fait de toutes les raisons que vous avez pour nous, je crois que le meilleur serait que vous et M. votre père chargiez quelqu’un en qui vous avez de la confiance de parler de votre part au P. Rauch afin que vous voyez qu’il ne s’agit d’aucune voie de fait, qu’on ne veut aucun éclat, et vous serez mieux convaincue alors que ce bon prêtre est un homme fort doux et pieux qui est incapable de penser la moindre injustice. C’est pourquoi je ne puis vous mieux conseiller que de lui faire parler afin de voir les sentiments, et que je puisse enfin tranquilliser ma conscience. Celle-ci une fois assurée, et les choses trouvées sans aucun défaut, vous verriez en moi tout l’empêchement possible à rechercher toutes les occasions de vous convaincre de la sincérité de mes sentiments envers vous. Partant demain de bonne heure, je suis obligé de finir manque de temps, en vous assurant que je suis très fâché de ce que les circonstances ne me permettent pas de vous donner toutes les preuves de la plus sincère amitié et parfait attachement avec lequel je suis votre très fidèle et affectionné serviteur.

Troisième lettre du prince Charles le 5 août 1762

Malgré tous les justes sujets de mécontentement que me donnèrent les divulgations d’une chose qui suivant les assurances que vous m’en avez donné devoir être un secret jusqu’au temps que je jugerais pouvoir la déclarer moi même, je ne m’arrêterais pas ici à vous faire des reproches de ce que vous ne vous êtes pas opposée à la conduite que votre tante à tenue après la mort de votre père, et avez au contraire si facilement consenti a cet éclat que vous pouviez bien prévoir m’être peu agréable ; mais je finis sur ce point et vais en peu de mots vous donner à connaître mes sentiments à cœur ouvert, et la conduite que je désire que vous teniez et par laquelle vous me pouvez donner les preuves les plus réelles de cet amour que vos lettres m’assurent que vous conserverez pour moi. Je suis venu ici dans l’intention de faire aussitôt commencer à examiner notre affaire pour la tranquillité de mon esprit et de mon cœur, mais les différentes révolutions dans le nord depuis le commencement de cette année ayant tout mis en confusion dans mes duchés et ou la plus grande partie d’une noblesse assez revêche montrent du mécontentement d’avoir un prince d’une autre religion que la leur, ces raisons (que le chambellan de Livonie Borch [Johann Andreas Josef von der Borch] vous expliquera plus amplement) m’oblige de laisser dormir encore quelque temps une affaire dans la décision dans les présentes circonstances et situation des affaires pourrait exciter dans mes duchés encore plus de troubles et de confusion que celles que je m’efforce de calmer et abolir. C’est pourquoi je vous prie encore d’avoir encore patience et d’attendre à faire entamer une décision que ne serait d’aucune façon présentement convenable à mes intérêts jusqu’à tant que je me voie tout à fait affermir dans mon établissement, et je vous promets qu’alors je ne différai plus d’un moment ; c’est là une des preuves les plus réelles que vous puissiez me donner de votre amitié puisque toute autre conduite de votre part entrainerait aucunement vos intérêts et le désir que vous me marquez d’avoir, de vous trouver dans une situation qui vous rapproche de moi. Ce que j’ai encore à vous demander est que vous vouliez bien en attendant prendre le quartier qui vous est déjà préparé au couvent a Cracovie et comme vous pourrez y avoir besoin de choses et d’autres je vous ferai tenir régulièrement les intérêts de cent mille écus que je vous ai promis a cinq pour cent. Une vraie marque de l’esprit que j’ai toujours chéri en vous, serait si quand quelqu’un vous donnerait les titres (qu’on m’assure que vous n’avez fait aucune difficulté d’accepter) de les refuser, en disant, que vous ne l’accepteriez que quand l’affaire serait décidée. Une telle conduite de votre part, ne pourrait vous attirer que l’applaudissement de tout le monde. Je ne doute aucunement que s’il est vrai que vous avez encore le même amour pour moi, vous ne remplissiez, parfaitement les prières que je viens de vous faire.

Me trouvant à la veille de mon départ je suis si surchargé d’affaires, que je dois finir, en vous priant d’être persuadée que je sens bien du chagrin de ne pouvoir vous donner des preuves plus réelles de ma sincère amitié et du parfait attachement avec lequel je suis votre sincèrement affectionné, Charles

P.S. Par manque de temps, je suis obligé de me rapporter touchant plusieurs particularité a ce que M. de Borch vous marquera ; il est parfaitement instruit de mes sentiments et je suis persuadé qu’il n’ajoutera ni diminuera rien de ce qu’il a à vous marquer de ma part.

Conclusion

Les lettres de la voivoide Lubormiski et celle de Charles nous apprennent plusieurs choses sur la relation des époux qui expriment peu leurs désirs. Le prince Charles se montre froid dans la façon dont il écrit. Il doit savoir que ces lettres seront vues à la cour et se veut le plus neutre et factuel possible. Ce ne sont pas des lettres d’amour mais des lettres politiques. Charles se place comme prince royal et parle à son épouse qui peut être une future duchesse de Courlande.

Pour aller plus loin….

Józef Ignacy Kraszewski, Wspomnienie_o_Franciszce_Krasińskiej, Warszawa, 1858 (les citations de lettre en polonais traduites en français de Zofia Lubormiski et de l’évêque de Cracovie sont issues de ce texte).

Notes

1. Selon Konopczyński (Władysław), Kiedy nami rządzily kobiety, Londyn, 1960, p.101 : « August III nie utopił synowej pod lodem » traduit « August III n’a pas noyé sa belle-fille sous la glace ». 2. Komorowski (Jarosław), « Tragedia Gertrudy Komorowskiej », dans Spotkania z Zabytkami, Nr 12/2007, p.16. 3. Kubicki (Radosław), « Kobiety w polskiej tradycji i myśli politycznej – ze szczególnym uwzględnieniem Franciszki i Zofii z Krasińskich ». dans Franciszka z Krasińskich Wettyn, Kielce-Lisów, 2012, p.188. 4.Maliszewska (Stanisława), « Franciszka Krasińska (1742-1796) – zapomniana „królewiczowa” polska »dans Franciszka z Krasińskich Wettyn, Kielce-Lisów, 2012, p.12. 5. Kraszewski (Joseph Ignacy), Wspomnienie o Franciszce Krasińskiej, Warszawa, 1858, en ligne sur wikisource. 6.Łopaciński (Bolesław), Charles de Saxe, duc de Courlande, Paris, 1870 , p.30-31.

Sur la bataille de Zorndorf (25 août 1758) : bravoure, peur et massacre selon le prince Charles de Saxe

Introduction

Le 16 mars 1758, le roi de Pologne Auguste III envoie son fils Charles de Saxe à la cour de Saint-Pétersbourg où il arrive le 5 avril 1758. Le prince a tenu un journal de son voyage, aujourd’hui aux archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78). Il envoya aussi de nombreuses lettres (BPP, archives Xavier de Saxe, n°74). Il existe une biographie du prince par Bolesław Łopaciński qui mentionne très peu les événements auquel pris part le prince en Poméranie1. Nous savons qu’il fut présent à la célèbre bataille de Zorndorf (actuellement Sarbinowo en Pologne) du 25 août 1758 qui opposa l’armée prussienne de Frédéric II à l’armée russe du général Guillaume Fermor. Victoire à la Pyrrhus, elle est pourtant pour Frédéric II un grand moment après le succès de Leuthen (5 décembre 1757) face aux Autrichiens. Il a contré sur ses domaines une attaque russe qui paraissait plus forte. Mais elle marque aussi la fin de la possibilité de conquête en Moravie où ses troupes ne sont pas parvenues à percer face à celles de Kaunitz. C’est pour Frédéric II le temps de la protection de ses territoires plus que de poursuivre ses rêves d’expansion. Elle oblige néanmoins les Russes à se retirer en Pologne laissant les Autrichiens seuls sur le front silésien.

F. Wexelberg, Bataille de Zorndorf, plan de 1820, collection privée.

Nous connaissons par le journal publié au XIXe siècle (sujet à caution), ce qu’aurait pensé la princesse Sophie Frédérique Augusta d’Anhalt-Zerbst, future impératrice Catherine II, du comportement du prince Charles de Saxe lors de cette bataille. Selon les Mémoires de l’impératrice Catherine II  : « le prince Charles de Saxe arriva effectivement, le 5 avril de cette année [1758], à Saint-Pétersbourg. On le reçut avec beaucoup de cérémonie et un grand étalage de magnificence et de splendeur » et elle le rencontra à la cour « ce fut moi qui fis la conversation car le grand duc ne voulut quasi pas parler, et le prince Charles n’était pas parlant »2 et ensuite elle rajoute que le prince s’en irait à l’armée comme volontaire. Plus loin, elle explique que «le prince Charles de Saxe était venu pour la seconde fois à Saint-Pétersbourg. Le grand-duc l’avait assez cavalièrement reçu la première fois, mais cette seconde fois Son Altesse Impériale se croyait autorisé de ne garder avec lui aucune mesure, et voici pourquoi. A l’armée russe, ce n’était pas un secret qu’à la bataille de Zorndorf le prince Charles de Saxe avait été un des premiers à fuir; on disait même qu’il avait poussé cette fuite sans s’arrêter jusqu’à Landsberg. Or Son Altesse Impériale, ayant entendu cela, prit la résolution qu’en qualité de poltron avéré il ne lui parlerait plus, ni ne voulait avoir affaire avec lui. A ceci il y a toute apparence que la princesse de Courlande, fille de Biren, dont j’ai déjà souvent eu l’occasion de parler, ne contribuait pas peu, parce qu’on commençait alors à chuchoter que le projet était de faire le prince Charles de Saxe, duc de Courlande »3. Le couple était alors très proche de Hedvig Elizabeth von Biron, princesse de Courlande fille du Ernst von Biron alors emprisonné ce qui explique peut-être la vision négative du rôle du prince dans la bataille. Il aurait agit lâchement en s’enfuyant. Pourtant l’impératrice Élisabeth le fait duc de Courlande après cette bataille, ce qui entre en contradiction avec cette description négative de son comportement.

Georg Cristoph Grooth, Sophie Frédérique Augusta d’Anhalt-Zerbs (future Catherine II) et son époux Karl Peter Ulrich de Holstein-Gottorp (futur Pierre III), Musée d’art d’Odessa.

Mais qu’en est-il réellement ? Qu’écrit-il sur cette bataille ? Il existe plusieurs lettres du prince Charles à son frère Xavier qui donnent une autre vision de la bataille : ce sont six lettres du 1er juin et 19 juin, 26 juin 1758 à Saint-Petersbourg, avant la bataille et une depuis le château de Tamsel (Nouvelle-Marche (Neumark) dans le Brandebourg, actuellement en Pologne dans le village de Dąbroszyn) du 18 août 1758 puis une de Landsberg (Gorzów Wielkopolski) du 6 septembre 1758, et une de Stargond[?] du 11 octobre et en dernier une de Drambourg sur la Tramburg (Drawsko Pomorskie), du 29 octobre 1758 (BPP, archives Xavier de Saxe n°74) donc après les combats. Elles sont écrites en français avec des parties en secret (sûrement au citron) en allemand ou français devenues en grande partie malheureusement illisibles. Nous les donnons en entier avec une transcription dans une forme contemporaine.

Avant la bataille : le prince à Saint-Pétersbourg

Pietro Rotari, Charles de Saxe, SKD.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, ce 1er juin 1758

Mon très cher frère,

Je suis dans des craintes mortelles que vous ne croyez que c’est paresse ou négligence de ma part de ne vous avoir répondu encore que deux mots sur votre chère lettre n°2 et rien du tout sur votre chère n°3, et rien ne peut me rassurer là-dessus que l’espérance que j’ai que vous êtes assez persuadé de mon parfait et sincère attachement envers vous pour que vous me justifiez vous même en attribuant mon long silence au peu de temps que j’ai à moi. C’est aussi avec un empressement sans égal que je ne saisis ces peu de moments pour vous marquer mon très cher frère la joie bien sensible que me causent les assurances de votre chère et précieuse amitié.

Je suis bien aise de savoir que le séjour de Vienne vous est devenu si agréable que vous auriez souhaité de pouvoir vous y arrêter plus longtemps, je ne m’en étonne aucunement quand on se trouve à une cour impériale où l’empereur et l’impératrice vous comblent de milles marques de bonté et d’amitié, je sens ici par moi-même combien que cela est doux et agréable. Je vous fais pas ici une description de toutes les bontés que S.M. l’impératrice [Elisabeth Ire] ici pour moi car je ne finirais jamais si je commençais à le détailler. Tout ce que je ne puis me dispenser de vous en dire est qu’elle me marque des vraies bontés de mère et qu’assurément elle trouve en moi un fils qui lui en sera toute sa vie respectueusement reconnaissant. Mes occupations et amusements d’ici vous les trouverez dans la continuation du journal que je vous enjoins ici. Vous y verrez que S.M. l’impératrice m’a fait présent d’une magnifique pelisse de Zibeline [animal de Mongolie] lorsque j’étais à Schlußalburg[sic] pour voir le fameux canal de Pierre le grand qui est long de 104 vertes par lequel viennent ici toutes ou du moins la plus grande partie des subsistances de l’intérieur de la Russie. J’ai mon très cher frère aussi bien que vous avez eu à Vienne le plaisir de parcourir les loges au théâtre du palais d’été ou 3 fois par semaine il y a opéra comique et les jours qu’il y a comédie française ou intermezzo à la cour comme l’on y reste en cérémonie et que je suis avec le grand duc et Madame la grande duchesse dans la loge vis-à- vis celle de S.M. l’impératrice. Je me rends toujours au théâtre au moins une heure avant que le spectacle commence profitant de la compagnie des belles dames qui s’y assemblent. Il y en a beaucoup de bien belles qui peuvent se disputer la préférence mais toutes en générale sont d’un maintient très agréable. Tous ces amusements me seraient bien plus de plaisir et je les goutterais davantage si c’était dans un autre temps et si mon désir de me rendre à l’armée en fut aussi grand qu’il est. Mon départ ne peut pas encore être fixé. S.M. l’impératrice ne m’ayant absolument pas voulu laisser partir lorsque je lui marquais que j’avais l’ordre du roi de lui demander la permission de me rendre à l’armée elle veut premièrement que j’aille avec elle la semaine prochaine à Peterhof.

Je vous envoie mon très cher frère la satisfaction que vous aurez de revoir deux de nos chers sœurs, que ne puis je voler pour profiter conjointement avec vous de ce plaisir, cela m’en procure [ill.] autre duquel je me vois privé depuis quelque temps, c’est de pouvoir en vous embrasser, convaincre de bouche de la tendresse de mon attachement qui ne cessera qu’avec ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

P.S. mes compliments s’il vous plait à toute votre suite mais surtout au petit Solms et au baron baron de la baronnie Wreichsel.

[en secret illisible]

Portrait d’Elisabeth Petrovna, Google arts.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, 19ème juin 1758.

Mon très cher frère,

Ayant appris par la lettre de Solms et par le journal qu’il m’a envoyé que vous ne vous arrêteriez pas longtemps à Munich, je compte que cette lettre vous trouvera déjà à Versailles. Qui ne vous envierait dans ma situation la satisfaction de revoir deux chères sœurs, je ne puis penser a la joie que cela vous cause sans souhaiter d’avoir pu partager ce bonheur avec vous et il n’y a que l’espérance d’être aussi heureux un jour qui puisse me consoler de n’avoir été de votre voyage. Je vous envois ici le journal de mes occupations et amusements. Vous y verrez mon très cher frère que je suis à la cour d’une impératrice qui me comble tous les jours de nouvelles marques de ses bontés. Il n’y a que le désir de me rendre à l’armée qui puisse m’empêcher de regretter à quitter une aussi belle brillante cour. Conservez je vous conjure quelque part dans votre amitié pour un frère qui prétend la mériter par le sincère et inviolable attachement avec lequel je suis et sera à jamais, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, ce 26 juin 1758

Monsieur mon très cher frère,

J’ai reçu avec bien du plaisir votre chère lettre du 2 d.c. de Munich voyant que vos amusements d’un endroit ou sans compter la joie de revoir une sœur que vous n’aviez plus vu depuis 11 années. Vous nagez dans les plaisir ne vous ont pas empêché de vous souvenir de moi. Vous me faites mon très cher frère des injustes reproches que je ne vous envoie pas le journal de mes occupations puisque je vous l’ai déjà envoyé plusieurs fois et vous voyez par le numéro de celle-ci que j’ai été aussi excut[sic] qu’il m’a été possible dans ma correspondance avec vous malgré que je n’ai guère de temps à moi. Je serais bien fâché si quelqu’une de mes lettres se fut perdues car cela vous pourrait laisser croire que je suis négligeant à donner de mes nouvelles. Je n’ai pas le temps de vous dire aujourd’hui davantage étant occupé à faire mes arrangements pour le voyage de Peterhof où j’irai ce soir ou demain matin. Comme je crois que cette lettre vous trouvera auprès de la dauphine je vous prie de me rappeler le plus souvent qu’il sera possible dans mon cher souvenir.

Continuez moi je vous conjure votre chère amitié et croyez que je serai jusqu’à la fin de mes jours en vous aimant tendrement et sincèrement, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

Excusez-moi mon griffonnage. N’oubliez pas de faire mon salamalek au Longinus et à Weichsel. Je ne resterai que 10 ou 12 jours à Petershof et partirai de là à l’armée qui est déjà assez avancée en Poméranie. Je vous enverrai le jour de mon départ mon journal.

[Encre blanche illisible en allemand ]

La bataille selon le prince Charles de Saxe

Lettre de Charles à Xavier : Temsel, ce 18ème août 1758

N°1 depuis que je suis à l’armée car j’ai oublié l’autre n° .

Doerfer, Bataille bey Zorndorf, collection privée.

Mon très cher frère,

J’ai eu tant à faire perdant mon séjour à Varsovie que je ne sais si je vous ai écrit ou non dans cette incertitude je vous dirai en qui[sic] de mots qu’étant venu de Peterhof en 10 jours sans dormir une seule nuit à Varsovie je m’y arrêtais 9 jours ce fut le 1er de courant que je partis de là pour l’armée laquelle je ne joignis que de 4e après midi auprès de KonigsWalls[sic].

Pardonnez que je ne rapporte sur le journal que je vous envoie par Geitulewicz autrement et Mantelsult[sic], vous savez combien il y à faire auprès d’une armée (quoique celle-ci est depuis 3 jours assez tranquille) ce qui me fait espérer que vous m’excuserez si je ne vous fais moi même le détail de ce qui se passe à cette armée. Ayant cependant aujourd’hui quelques moments à moi, je ne puis me disperser de vous donner un petit échantillon de la bravoure des Russes et la description de la nouvelle méthode d’attaquer et brûler toute une ville en peu d’heures.

Notre armée à l’exécution de la division sous les ordres du [lieutenant général] Romanzow (dont la fleur est la plus belle d’aimable femme de Pétersbourg mariée au colonel comte Bruss) laquelle est dispersée dans toute cette NauMord[sic] pour entrer les contributions s’étant le 14 rassemblée à 2 miles de Curstin[sic]. Il fut résolu après qu’on avait reconnu pendant deux jours le terrain devant cette ville que l’on attaquerait le 13e au matin les faubourgs devant cette ville (où il faut aller plus d’un quart d’heure exposé a tout le camp de la ville) avec 4e grenadiers, comme j’appris cela je fus curieux de le voir c’est pourquoi je me logeais cette nuit à une demie heure derrière nos postes avancés dans le quartier que j’occupe encore le 15 au matin.

Je fus à 4 du matin voir les disposition que le quartier maître général Wossel[sic], qui devait commander l’attaque, ferait. Je m’avançais avec lui aussi près qu’il fut possible de la ville dont mon grand étonnement l’on nous tira aucun coup de canon. Nous étant bien avancé, nous trouvâmes entre la ville et les faubourgs un camps d’infanterie lequel, autant qu’on pouvait en découvrir, était au moins de 2m [2000] hommes il n’y avait pas été les jours précédents et nous vîmes encore sortir de la ville par le pont, qui est par dessus le marais lequel sépare la ville d’avec les faubourgs, plus d’infanterie ce qui nous fit croire que les ennemis avertis de notre dessein se préparaient à défendre les faubourgs et à nous y bien recevoir. Les hussards noirs s’avancèrent sur les nôtres et nos calmuques[sic pour kalmouk] lesquels voulurent donner dessus les Prussiens mais un bataillon avançât et s’étant mis sur les hauteurs devant les faubourgs nous canonna de bonne grâce. Nos hussards furent obligés de se replier vers le bois qui est à la portée du canon de la ville où la tête de nos grenadiers arrivait. L’on mit d’abord deux haubitz [howitzer ou canon court] et deux canons de 12litr [sic pour livres] sur une petite hauteur d’où l’on canonna ce bataillon prussien qui se retira dans les faubourgs.

Nous n’avions alors que 2m [2000] grenadier et les autres 2m étaient encore bien bien en arrière il fut cependant résolu d’attaquer. On les fit filer sous une hauteur ou pendant 300 pas ils étaient à l’abri du canon de la ville tout leurs soutien n’étaient que 2m tant hussards que calmouques. L’on chassa d’abord le peu de prussiens qui étaient auprès de la tuilerie où l’on mit deux batteries à la baguette dont l’une de deux haubitz de Szwalow. Ces fameuses pièces jetèrent des grenades royales dans la ville dont nous n’étions qu’à la demie partie du canon, l’autre était dirigée sur les Prussiens dans le faubourg et sur leur pont de communication. Alors les grenadiers passèrent la plaine, malgré le feu continuel de la place, les cosaques et nos hussards chassèrent en même temps les hussards prussiens jusque dans les faubourgs. L’infanterie prussienne surprise de la furie avec laquelle on marchait vers le faubourg et voyant que le canon tachait à casser leurs pont de communication avec la ville ne firent qu’une décharge sur nous et prirent honteusement la fuite, se sauvant en grande confusion dans la ville par le pont courant à qui plus vite nous laissant maîtres des faubourgs et abandonnant même une partie des tentes du petit camps et tous leurs staversacs[sic]. La 4ème de nos grenades royales mit le feu à la ville laquelle fut entièrement brûlée le soir à 11heures tout était à bas à 8 maisons près qui subsistent encore de même que le magasin à poudre qui a une triple voûte et nos bombes et grenades étant trop légères pour les pouvoir rompre quoique nos batteries ont été 24 heures à [battre?]. Nous n’avons eu que 13 ou 14 hommes de tués entre autre un capitaine des grenadiers.

Ne nous étant aucunement préparés à un siège, nous ne l’entreprendrons même pas et devons seulement laisser un corps devant cette ville pour que rien n’en puisse sortir de ce coté de l’Order[sic]. Toutes mes représentations pour nous en aller d’ici n’ont servis encore de rien notre jeun[sic] étant pas d’en faire le siège en forme ce qui nous ferait perdre un temps infini sans peut-être rien effectuer. Nous sommes déjà 3 jours ici à regarder la ville brûler et à jeter toutes les heures une bombe sans effet sur le magasin à poudre. Cette inaction met ma patience à bout et tout le magasin, que j’avais eu soin de prendre avec en campagne, tire vers sa fin et sera vidé en peu de jours si nous resterons si oisifs.

Bartholomäus Hübner et Christian Halbauer, Friedrich II. von Preußen et le prince Friedrich Wilhelm, Wiki common.

Parlons de choses qui me feront passer mon envie de gronder : c’est de votre chère du 16e juillet que je veux m’entretenir. J’ai reçu des chères lignes qui m’assurent de la continuation de votre amitié deux jours après mon arrivée à Landberg et je vous assure que j’ai longtemps souhaité de pouvoir vous écrire, mais il m’a été absolument impossible de trouver avant les moments présents un seul que j’eus pu employer pour vous marquer combien je regrette d’être privé du plaisir de vous pouvoir embrasser.

Faites milles compliments à Weichsel et n’oubliez pas Block ne dites rien au « Langen Teuffel » car je lui écrit moi même. Ma marmotte gronde tous les jours de ce que je ne le laisse pas assez dormir et il est infiniment sensible à votre gracieux souvenir. Il ne vous écrit pas parce qu’outre qu’il est trop paresseux, il craint que vous ne pourrez pas déchiffrer son écriture laquelle peut disputer la préférence à celle de Mniszech. Il se met à vos pieds. L’officier Schoyd de même et ce n’est pas sa faute si il n’est pas encore tué. Je vous annonce que vous êtes en disgrâce chez la Piltz Lauß puisque vous lui avez donné ce nom dans votre lettre. Tout ce qui est avec moi se met à vos pieds et moi je voudrais pouvoir me jeter à votre col pour vous embrasser tendrement et vous assurer que je serais toute ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné falet[sic], Charles

P.S. je vous fais mes sincères compliments et félicitations sur votre prochain jour de naissance vous souhaitent a cette occasion pas autre chose que ce que vous vous souhaitez vous même.

[encre blanche en partie illisible]

Montanus souhaite que Wolff n’ai plus à faire que lui car il n’a pas qu’a pressent eu autre chose à faire qu’à achever ce que Wolff à laisser d’imparfait. Tout mon équipage vit maintenant en suivant mon exemple et je n’ai renvoyé encore personne à Varsovie. A Pétersbourg, il y a des dames charmantes mais des maris bien sots et verbeux. Celle que je vous ai nommée dans ma lettre et sûrement la beauté de Pétersbourg mais une conduite irréprochable tout cela apparemment [ill.] de la Francisiu  si vous ne le comprenez pas. Weichls pourra vous l’expliquer.

[suite du secret en allemand illisible]

Lettre de Charles à Xavier : Landsberg, ce 6ème septembre 1758

n°2 rec. le 6 octobre

rep. le

Monsieur très cher frère

Pardonnez je vous prie je ne vous ai pas plus tôt envoyé la relation que vous trouverez dans le journal ci-joint de la bataille qui s’est donné le 25 d’août pour célébrer à grand bruit des canons votre jour de naissance, mais la confusion dans laquelle tout était jusqu’asteur[sic], m’a empêché de vous écrire tout ce dont je souhaitais depuis longtemps que vous fussiez instruit. Je profite maintenant de ces moments que mon incommodité ordinaire (der Konig Herodig) une force de rester au logis, pour vous adresser la présente. Quoique vous verrez dans le journal, une relation assez exacte de cette bataille ou plutôt massacre. Je ne puis me dispenser de vous dire que c’est la plus opiniâtre et sanglante à laquelle je me sois trouvé. Le camps parsemé auprès de Pilsnitz[sic] à la bataille du 22 novembre 1757 [bataille de Breslau] n’est rien en comparaison des morts qui restèrent sur le champs entre les villages de Kutzhberg [Kutzdorf actuellement Gudzisz], Zingert [Zincher actuellement Suchlica], et Zonerdorff [sic].

Je ne dis rien du carnage horrible que les Prussiens ont fait depuis 4 heures jusque vers la nuit dans le marais où tout était poussé puisque je n’en ai pu être témoin jusqu’à la fin. N’ayant vu avec une parti de l’aile droite dont tout fut ou haché ou pris, tellement entouré des ennemis que pour éviter de tomber entre leurs mains et de procurer au roi de Prusse la satisfaction de m’avoir pour prisonnier : il ne me resta plus d’autre partis à prendre que de sauter avec mon cheval dans la rivière Mietze [Myśla] à laquelle nous étions acculés et de là passer à la nage. Ce qui me réussit et à presque tous les volontaires qui étaient avec moi. Le général Saint André autrichien fut obligé de prendre le même partis, il y eut cependant son adjudant le capitaine Loccum pris derrière mon cheval. Les Prussiens nous tirèrent force de coups pendant que nous nagions mais il n’y eut qu’un officier volontaire russe de blessé et plusieurs chevaux de tués.

Tout était alors désespéré les Prussiens maîtres de tout notre canon et aucune retraite pour ce qui s’était retiré entre les marais qui étaient au dos de notre centre et entre la rivière de Mietze dont tous les ponts étaient rompus et gardés par les paysans. Le général chef Fermor et toute la généralité qui n’était pas prise ou tuée était dans cet état attendant d’être obligé de se rendre. Le général Fermor avait tenté de passer la rivière mais son cheval s’enfonça dans les marais dont cette rivière est bordée. Le général major de cavalerie Denikow ayant rassemblé 1500 hommes tant infanterie que cavalerie. Lesquels étaient bien résolu tomba lorsqu’il faisait déjà sombre sur le flanc droite et au dos des Prussiens: ceux ci dans l’obscurité vinrent tellement en désordre qu’ils se sauvèrent en grande confusion derrière Zingerd où ils se rassemblèrent et laissèrent ce général maitre du champs de bataille. Ce coup hardis et presque de désespoir sauva le reste de l’armée russe laquelle de 37 à 38 m[38 000] combattants qu’elle était avant la bataille, on peut rassembler cette nuit sur le champ de bataille que 12 m [12000] hommes et le 5e jour même après la bataille avant que s’être jointe aux corps du comte Romanzow elle n’était que de 20m [20000] hommes. Nous pouvons bien compter de notre part entre tués et blesses 16 à 17 m[17000]. Les Prussiens comptent leurs pertes aussi à 15m [15000] hommes.

Nous avions une abominable position nous ayant laissé tourner tellement de l’ennemi duquel on pouvait voir le dessein dès la veille, que nous fumes obligé de faire de la première ligne la seconde, et la seconde la première. Nous avions par ce mouvement un marais impraticable derrière notre dos et derrière celui la encore la rivière de Mietze, toute retraite coupée vers Landsberg et encore étions nous dans un font sans occuper des petites hauteurs qui nous entourraient et qui n’étaient qu’à 500 pas de nous. Le roi de Prusse y mit d’abord son canon lequel fit d’abord un mal horrible puisque le général Fermor ayant formé la figure que vous verrez dans le plan ci-joint, il n’y avait guère de boulet qui se perdit au lieu que notre canon ne faisait aucun mal à son infanterie qui se formait derrière ces petites hauteurs d’où ils nous tirait à boulet et même à cartouche. La bravoure des troupes russes et fermité[sic] avec laquelle ils ont soutenus pendant 1 heure et 1/2 cette furieuse canonnade est inexprimable. Ils se sont battus comme des lions et le peu de cavalerie que nous avions a haché dans l’infanterie prussienne horriblement. Si les Russes n’avaient le défaut de tirer tout trop haut rien ne sauraient résister. Le malheur était encore que dans l’horrible poussière qu’il faisait, la seconde ligne du nouveau corps d’observation qui était à la gauche [rayé: fut] tira sur la première. Nous pouvons dire que c’est par un bonheur et hazard inexprimable que par ce dernier coup du général Denicow [rayé: pu] nous soyons restés maitres du champs de bataille. Nous avions une position où toute l’armée russe était exposée à devoir mettre les armes bas ou d’être haché étant absolument coupée de toute retraite. Le proverbe allemand se vérifia la “Friss, Vogel, oder stirb”[“Manger, voler ou mourir”].

Les Prussiens, lorsque les 20m[20000] hommes qui s’étaient rassemblés peu à peu, étaient[sic pour avaient] marché le 27 joindre les gros équipages et prendre la position avantageuse à Groß Carnin [Groß Kammin ] tirèrent le 28 le feu de réjouissance puisqu’ils s’étaient alors postées sur le champs de bataille. Nous le tirâmes aussi mais je crois à plus juste titre ayant été deux jours sur le champs de bataille et ne l’ayant quitté que pour prendre une meilleure position nous tirant par une marche du mauvais troup[sic] où nous étions. Malgré la bataille gagnée peu sur encore d’avoir une retraite libre et il faut ou que les prussiens aient furieusement souffert ou manqués de munition pour laisser sortir de ce trou l’armée qui si elle ne rejoignait le chemin de Custrin à Landsberg aurait facilement pu être réduite par le manque de pain à devoir se faire jour à tel prix que ce fut. Le général Fermor qui a reçu une légère contusion à la jambe droite est[sic] marché la nuit du 31 au 1er sept pour se joindre ici avec le corps de Mr Romanzow. Nous avons 35 m[35000] hommes ce qui fait une armée bien en état de manœuvrer quand elle est bien menée. Ce que Mr le général en chef sera est inconnu à tout le monde, mais s’il veut exécuter les ordres de sa souveraine, il faut qu’il tache d’avancer de nouveau. Le roi de Prusse est allé à la rencontre des Autrichiens avec un corps de 16000 hommes et comme on compte sa perte au moins en tués et blessés à 15m[15000] et qu’il avait 50m[50000] à la bataille. Il ne ne peut tout au plus avoir que 20m 20000] devant nous. C’est le lieutenant général Kanitz qui commande un corps de 4000 hommes qui est à un mil de nous et le lieutenant général Luberstein avec environ 14 à 15m[15000] auprès de Gross Carnin. Le général Dohna doit suivant le rapport des prisonniers et déserteurs avoir eu le bras gauche emporté d’un boulet et d’un coup de fusil dans le corps. C’était un brave général et j’en suis faché pour mon cher Laugen Feusel auquel je vous prie de faire mon salamalek.

Bataille de Zorndorf, collection privée.

Mes compliments à toute la suite du comte de Lusace mais particulièrement à Weichsel. J’ai fais une perte irréparable à la bataille c’est de Montanus. Je ne puis apprendre ce qu’il est devenu il n’est pas dans la liste des prisonniers, personne ne la vu tuer et je sais cependant qu’il a passé avec moi la rivière Meitze. Je crains seulement qu’il n’ai été massacré par les paysans ou par nos propre gens qui pour prendre quelque chose surtout les cosaques. Ils tueraient leurs grand prêtre s’ils le rencontraient pour lequel d’ailleurs ils marquent beaucoup de respect. Ce che[ill.] de Montanus s’est enfermé de l’autre coté de la rivière et un officier dit l’avoir vu à pied.

Mon beau nouveau cheval brun avec lequel je vous ai accompagné à votre départ de Varsovie lorsque j’en descendis comme la bataille durait déjà une heure pour me mettre sur mon vieux cheval de bataille fut dans le même moment tué de deux balles de fusil et d’un boulet de canon. Mon Lebeau dont vous aviez tant envié est aussi tué le moment avant. Tout ce que je vous puis encore mander est que l’on dit en ville et les déserteurs le confirment que les Autrichiens doivent être à 1/2 mile de Frankfurth[sic]. Comme le roi y est marché en personne, je m’attends à tout moment à quelque bataille. La danse commence plus tard que l’année passe mais peut-être n’en sera-t-elle pas moins vive et je ne doute pas que vous n’ayez aussi de votre coté avant la fin de cette campagne encore une bataille. J’espère qu’elle sera telle qu’il la faut pour le bien de la cause commune par ce que je suis sûr que vous prendrez de très bonnes mesures. Je ne m’aperçois qu’à présent que je vous ennuierai par mon long griffonnage mais privé de plaisir d’être avec vous, je ne puis qu’avec peine cesser de m’entretenir avec vous par écrit. C’est donc de crainte de vous être trop à charge que je finis en vous assurant que je serai jusqu’à la fin de ma vie avec cette sincère amitié que j’ai toujours eu pour vous mon très cher frère qui me fait regretter de ne pouvoir embrasser et convaincre de bouche que je suis incapable de tout changement inutile qui est [ill.] met à vos pieds, mon très cher frère, votre très affectionné, Charles.

Vous trouverez le plan fort confus mais je l’ai fais faire uniquement pour vous montrer dans quelle position nous nous sommes laissés attaquer et le bel ordre de bataille que nous avions. J’oubliais de vous marquer que l’on a encore hier un commando de 1000 cosaques et autant de hussards avec quelques peu de cavalerie vers Prawckfursth[sic] pour tacher d’avoir des nouvelles des Autrichiens.

[En secret en allemand illisible]

Après la bataille

Georg Prenner, Portrait de l’impératrice Elizabeth Petrovna, Saint-Pétersbourg.

Lettre de Charles à Xavier : Stargond[?], ce 11 octobre 1758.

Monsieur et très cher frère,

Le plaisir que j’ai ressentis recevant votre chère lettre du 8 septembre est inexprimable, m’étant une preuve de votre chère amitié et apprenant que nos chers Saxons vous ont pour commandant et votre nouvelle charge en France. Je vous fais mes plus sincères compliments sur l’un et l’autre point et souhaite que vous donniez avec nos chers Saxons un tel échec au prince Ferdinand qu’on puisse dire qu’ils se sont sous vos ordres ouverts le chemin pour la patrie et délivre ce pauvre pays de l’ennemi qui l’abîme totalement. Je n’ai cependant appris qu’avec chagrin inexprimable que les lettres que je vous ai écrites se soient perdues puisque vous me marquez que vous n’avez reçu de mes lettres depuis l’avant dernière que je vous ai écris de Saint-Pétersbourg. Comme je vous enjoins le journal je ne vous dis rien de ce qui se passe à cette armée dont le commandant pense déjà beaucoup aux quartiers d’hiver. Je souhaite que l’on puisse s’emparer de Dolberg [?] cela nous pourrait faciliter beaucoup à les prendre dans ce pays-ci. Je suis bien fâché que les nouvelles répandues par les partisans Prussiens vous aient donnés des inquiétudes a mon sujet. Ils ont fait autant à Dresde ou ils avaient répandues en même temps que la nouvelle de la défaite totale des [rayé : Prussiens] Russes que j’étais perdu déjà 3 jours avant la bataille j’espère que vous aurez reçu ma relation de cette affaire la lettre de Gablusa qui de même que Tonhenau [?] autrement officier Sifoyd et tout ce qui est avec moi se mettent à vos pieds faites mes compliments à tout ce qui est avec vous mais surtout Weichsel. Excusez mon abominable griffonnage conservez moi votre chère amitié et soyez persuadé que la sincérité de la mienne envers vous et l’attachement le plus parfait ne finiront qu’avec ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

[En secret en allemand illisible]

Lettre de Charles à Xavier : Drambourg sur la Tramburg [actuellement Drawsko Pomorskie], ce 29me octobre 1758.

Mon très cher frère

Quoique j’écris depuis 6 du matin je ne puis me dispenser à la hâte de vous adresser ces lignes pour vous marquer ma joie et l’excès de joie que m’a causé votre cher billet par lequel vous me donnez part de la victoire que vous avez remporté et où nos chers saxons que vous commandez se sont si bien conduits. Je sais mon très cher frère d’autre part d’autre part ce que la modestie vous à empêché de dire et combien que vous avez contribué à cet heureux et glorieux événement c’est pourquoi je vous en fais mes plus sincères félicitations. Je regrette de n’avoir à cette occasion été un de vos aides de camps. J’aurais porté vos ordres bien vite quand même tous mes chevaux en auraient du crever. Tout ce que j’ai encore le temps de vous dire est que je vous envie l’occasion que vous avez de vous distinguer et marquer tout ce que vous valez pendant que moi je n’apprends qu’à marcher le pas d’écrivice[sic].

Je vous embrasse de tout mon cœur. Embrassez de ma part en particulier Solms « meinen lieber braven langen teufel »[mon cher bon long diable] et après cela chaque Saxon l’un après l’autre. Vous ne serez au moins pas oisif ou désœuvrée. N’oubliez pas de grâce je vous prie mes compliments à tout ce qui est de votre suite mais surtout à mon cher Weichels.

[En secret en allemand illisible]

Le journal du prince Charles

Aleksey Antropov, Portrait du général Fermor, Saint-Pétersbourg.

Titre : Suite du Journal de l’armée russe

[Le 23 et 24 août ne sont pas retranscrits ici]

Le 25 août.

L’ennemi réussit dans sa marche, parce qu’il parvint à nous tourner de façon, que notre dernière ligne devint la 1ere et la 1ere la dernière, et notre position d’autant plus funeste, parce que ni notre droite ni la gauche n’appuyaient à rien, et nous avions derrière notre dos un marais impraticable avec la petite rivière de Mietze, dont l’ennemi et les paysans de Kwetsche avaient rompu tous les ponts.

L’ennemi filant derrière Ziegest passa à Gross-Cammin laissant les hauteurs de ce village, où étaient nos gros bagages, derrière sa droite, sa gauche s’étendait jusqu’au bois du côté de Crustin. Ses canons étaient rangés en trois grandes batteries ainsi que tout le long de notre ligne sur les hauteurs qui dominaient notre position. A 9 heures du matin il les fit jouer avec tout le succès qu’il en pouvait désirer, mais d’autant plus fatale pour nous, que, parce que le général en chef de Fermor avait fait faire à toute l’armée un quarré long extrêmement défectueux, ayant les petits bagages au milieu des deux lignes, presqu’aucun des boulets ennemis ne passa sans nous faire beaucoup de mal, pendant que son infanterie se déployait et se rangeait a la faveur desdites hauteurs sans que nous ayons pu le voir, jusqu’à ce qu’elle se fut approché de nous.

Médaille de la bataille de Zorndorf, collection privée.

Nos gens, dont la bravoure est incomparable, soutinrent ce feu jusqu’à 10 heures bien passées avec une intrépidité étonnante, et notre canon ne pouvait encore faire aucun mal à l’ennemi.

Le petit feu ayant commencé, quoique celui des Prussiens était infiniment plus vif et meurtrier, les nôtres les poussèrent et les escadron de cavalerie conduit par le brigadier Gacegreben[Gaugreben], et lesquels on enfermé à al droite entre 2 lignes en étant sorti et tombé sur l’infanterie prussienne, y firent un carnage horrible, mais ayant été pris par la suite eux-même en flanc, ils furent obligés de se retirer. Notre infanterie fut aussi reculée, mais notre 2de ligne étant venue pour la soutenir, les ennemis furent derechef vivement repoussés. Sur cet exploit les Russes criaient victoire.

Cependant le roi de Prusse chercha et trouve une ressource dans un petit corps de réserve, qu’il avait, lequel il fit avancer et étant venu fondre avec furie sur notre centre, le perça, culbuta tout dans le marais, et y fit un massacre affreux de tous ceux, qui ne purent le passer, ou qui n’eurent pas envie de se noyer dans la rivière de Mietze, qui était à notre dos, ainsi qu’il est dit ci-dessus.

Notre droite qui jusqu’ici avait fait des prodiges de valeur, céda aussi, étant vers les 4 heures de l’après-midi prise en flanc par la cavalerie prussienne, et fut obligé de se replier sur ce même marais.

S.A.R. Le prince Charles de Pologne, s’y trouvant avec le général autrichien Saint André, et les volontaires de sa suite s’efforcèrent en vain d’arrêter les fuyards, et ayant rencontré le général en cher Fermor, qui venant avec quantité d’houssards[sic] et de cosaques dit : « qu’il cherchait à se retirer à Swet[?] », se trouvèrent peu après tellement entourés de l’ennemi, et acculés contre ladite rivière de Mietze, qu’il ne leur resta plus d’autre parti pour éviter de devoir se rendre à l’ennemi, que de prendre la résolution hardie de passer à la nage. Ce qui leur ayant réussi en essuyant grand feu de l’ennemi dans le passage, ils gagnèrent Soldin, non obstant qu’ils rencontrèrent de ce côté-là encore plusieurs partis d’houssards[sic] prussiens, lesquels n’osèrent cependant les attaquer voyant une troupe de gens résolus de se faire jour à tout prix.

L’aile gauche se défendit cependant encore, mais elle fut à la fin aussi obligée de céder, ses généraux Soltikow [Saltikov] et Czernicheff ayant été pris, et le général en chef de Brown blessé par 8 ou 12 coups à la tête, de sorte que nos gens ne croyant plus de pouvoir échapper à l’ennemi, ni sauver de lui les petits bagages, se débandèrent les uns à les piller eux-mêmes, les autres à se saouler de l’eau de vie qu’ils y trouvèrent. En un mot la victoire était complète à l’ennemi : qu’à la fin sur les 9 heures du soir les généraux Denicou[Demiku] et Fast ayant amassé environ 1500 hommes tant de cavalerie que d’infanterie firent encore une tentative (pour ainsi dire de désespoir) et réussirent à mettre l’ennemi en confusion, lequel se reformé la nuit dernière Ziegest après nous avoir abandonné le champs de bataille avec tous nos canons, qui avaient déjà été entre leurs mains, et tournés mêmes contre nous. Ainsi nous restâmes maîtres du champs de bataille sans savoir comment.

Nos blessés et nos dispersés se mirent à s’assembler successivement a l’appel, que l’on ne cessa de battre jusqu’à minuit. De sorte que le 26 août.

Dès la pointe du jour nous eûmes à peu près 12/m hommes ensemble. L’ennemi ne manqua pas de son côté de rassembler les siens pendant toute la nuit autant qu’il le put et comme il était supérieur surtout en cavalerie et en houssards[sic], il tenta de nous alarmer dès le grand matin en se présentant en ordre de bataille. Même, vers les 6 heures, il marcha à nous, mais les notre s’étant mis à le canonner sur le champs, il ne jugea pas à propos de faire autre chose, que de se contenter aussi à nus répondre par une simple canonnade. Jusqu’à ce moment nous étions pas encore sortis de mauvais pas n’y ayant aucune communication entre Landsberg et l’armé.

Le 27 août

Mr de Fermor rangea son armée en deux colonnes, et ayant les bagages au milieu, fermé par notre cavalerie, marcha vers Gross-Cammin, pour s’y joindre aux trois mil grenadiers qui y étaient restés pour garder la Wagenbourg. Ce qu’il effectua sans perdre un seul homme.

Le 28 août

Par le détail que l’on a pu faire jusqu’à présent notre perte tant en tués, pris ou blessés pourra monter à 17/m hommes parmi lesquels il y a plus de mille officiers tant de l’état major que des subalternes. Celle des ennemis, au dire, de prisonniers et des déserteurs, ne sera pas moindre. Des officiers nous n’avons fait prisonnier sur l’ennemi que cinq du nombre desquels est l’adjudant du roi, fils du feu feld-maréchal Schwerin, 37 pièces de canon de différent calibre, deux drapeaux, 2 étendards sont aussi entre nos mains.

En revanche l’ennemi prit sur nous les généraux de Soltikow, Czernicheff, Manteuffel, Tiezenhauzen, et le brigadier Sievens, et au-delà de 60 autres officiers. Parmi les blessés nous avons les generaux Pannin,prince de Lubormiski, prince de Dolgorouki, Holnen, Leontieff, et le brigadier Gaugreben, ainsi que le volontaire français le colonel de Vittinghoff qu’a reçu un coup de feu au bras droit.

Le 29 août

Tant l’armée ennemie que la nôtre tira des feux de réjouissance sur la victoire, que chacune s’attribue, non obstant que la notre ait resté près de deux fois 24 heures sur le champ de bataille.

Résumé de la bataille

Les combats se déroulent dans la campagne de Poméranie de l’été 1758 dans une région entre à l’ouest Landsberg an der Warthe (actuellement Gorzów Wielkopolski ) et au nord la célèbre forteresse de Custrin (Kostrzyn nad Odrą). La bataille se passe exactement dans un carré constitué à l’est de Gross-Cammin (Kamień Wielki) à l’est, le village de Quartschen (actuellement Chwarszczany en Pologne)au nord avec la rivière Mietzel ( actuellement Myśla) et le village de Zorndorf au sud et le fleuve Oder à l’ouest.

L’armée russe se place devant le village de Quartschen imaginant prendre par surprise les Prussiens arrivant du nord de l’autre côté de la rivière. Mais ces derniers parviennent à contourner le village et à se placer derrière l’armée russe au niveau de Zorndorf. L’armée russe est obligée de se redéployer pour lui faire face au sud. Leur position avec la rivière dans le dos rend leur retraite plus difficile à travers des marais. Les Prussiens utilisèrent leur artillerie qui fut dévastatrice puis ils attaquèrent rapidement sur leur gauche. La cavalerie prussienne suit l’avancée de l’infanterie sur la gauche. C’est sur cette droite que se trouve les volontaires dont le prince Charles de Saxe. L’artillerie prussienne continue le bombardement alors que les troues avancent, elles parviennent à faire exploser les réserves de munitions russes de la droite de l’armée provoquant le chaos par la fumée que cela produit. Une partie de l’avancée prussienne se dirige alors vers le centre dans la crainte d’une attaque, c’est à ce moment que la cavalerie russe se lance à l’assaut des troupes prussiennes qui subissent de lourdes pertes et sont obligés de reculer. La cavalerie prussienne vient en partie à leur secours tandis que le reste attend un meilleur moment pour charger. Le centre russe attaque alors et provoque la panique de l’adversaire. L’aile droit russe vient les prendre sur le côté. La droite prussienne attaque alors et les Russes s’y opposent vigoureusement. La cavalerie prussienne de la gauche attaque alors dans les intervalles créé par les troupes russes prenant sur le coté les prussiens. Ils parviennent à les prendre à revers provoquant la panique chez lez Russes. La droite russe s’effondre et s’enfuit. Le reste de l’armée recule sans rompre. Mais finalement voyant les deux armées épuisées mais incapables d’avoir le dessus sur leurs opposants, leurs généraux respectifs décident de rompre la formation et de battre en retraite.

Bataille de Leuthen, collection privée.

Alors nous voyons que l’écroulement d’une partie de la droite russe est du à l’explosion des munitions à la fumée puis aux attaques des prussiens et enfin de la cavalerie prussienne qui parvinrent à encercler les russes dont la cavalerie se trouvé très rapidement en sous nombre. Les hommes finirent par s’enfuir sous la pression de la cavalerie ennemie. Les fuyards parvinrent à traverser les rivières issues du Mietzel (Galgen-Grund et Zabern-Grund ). La plupart des troupes qui fuyaient se réorganisèrent dans le bois du nord du village. De même le général Fermor semble avoir été blessé, il fut transporté à Quartschen dans l’impossibilité de donner des ordres. Et un nombre croissant de fugitifs affluaient vers Quartschen, suivis de près par la cavalerie prussienne. Le général en chef manquant l’armée russe se retrouvait en désarroi et seuls les officiers sur le terrain tenaient. Lorsque le général Fermor revint voir la situation, il mit en place de nouvelles lignes de défense puis finalement ordonna le repli.

Seydlitz à Rossbach, Deutsche Digitale Bibliothek.

Conclusion

Nous pouvons nous interroger si ce que dit le prince Charles à son frère n’est pas une réécriture de son comportement ou bien un mensonge sur son comportement. Cela ne peut être le cas puisque aucun commentaire négatif a été fait de la part du général Fermor ou d’autres officiers de l’armée russe. Le général fut lui aussi blessé et de nombreux soldats et officiers ont fui le combat à un certains moments.

Ainsi il avait plusieurs témoins autour de lui lors de sa cavalcade. Et cette lettre pouvait être lu par n’importe qui avant d’atteindre son objectif puisqu’il ne l’a pas codé, il ne peut mentir ce qui lui aurait causé des torts à son frère, le roi son père et sa famille auprès de la tsarine de Russie et de l’impératrice d’Autriche. Son récit semble se rapprocher de ce qui s’est passé lors de cette bataille qui fut un massacre. Les chiffres varient sur le nombre de pertes avec 16 000 à 18 000 hommes tués, blessés ou disparus sur une armée russe d’environ 43 000 hommes tandis que les prussiens aurait eu 11 400 à 13 000 pertes sur un total d’environ 37 000 hommes. Elle a été une des plus sanglantes batailles de la guerre. Les exactions des cosaques ont été bien décrites par les contemporains. Bien sûr ce qu’explique le prince Charles est une description de comment il a vécu les événements. Mais cela semble crédible par rapport aux analyses des historiens. Et peut-être d’autres sources donneront plus de détails sur son comportement à la bataille?

Bibliographie

Blanning (Tim), Frederick the Great: King of Prussia, 2015.
Duffy ( Christopher), Frederick the Great: a military life, 2015.
Millar (Simon), Zorndorf 1758: Frederick Faces Holy Mother Russia, 2003.
Redman (Herbert J.), Frederick the Great and the Seven Years’ War, 1756–1763, 2015.
Scott (H. M.), The Emergence of the Eastern Powers, 1756–1775, 2001.
Szabo ( Franz A.), The Seven Years War in Europe: 1756–1763, 2013.

Notes

1.Łopaciński ( Bolesław), Charles de Saxe, duc de Courlande, Paris, D. Jouaust, 1870. 2.Mémoires de Catherine II écrit par elle même, Londres, Trübner and Cie, 1859, p.289 et suivant. 3.Ibid., p.350.

« Fils et serviteur », le prince Xavier et ses royaux parents

Introduction

Dans la perspective d’écrire un livre sur le prince Xavier, j’ai analysé les lettres des archives de Dresde entre le fils et ses parents: son père Auguste III (1696 – 1763) prince électoral et successeur du roi Auguste le fort (1670-1733) et sa mère Marie-Josèphe d’Autriche (1699 – 1757), fille aînée de l’empereur Joseph Ier (1678 – 1711). On s’est interrogé sur l’amour que le couple royal avait pour son fils puiné. Etait-il si mal aimé par ses parents? Les premiers travaux de Anne Scherer sur la relation entre le prince et sa sœur la dauphine donne de nouvelles pistes. Ce texte est une première proposition d’analyse de leurs relations.

Le roi absent

Les archives de Dresde ont conservé des lettres entre 1738 et 1748 du roi et de la reine. Les lettres écrites au prince durant sa jeunesse par son père sont de trois: une en 1744, deux en 1748. Elles sont toutes écrites en français, avec une plume malhabile et une orthographe vacillante, depuis Varsovie (nous avons transcrit les lettres dans une forme contemporaine pour une meilleure compréhension). La reine en a écrite 35 : une pour les années 1738 à 1743 puis 13 en 1744, puis une seule pour 1745 et 1746, trois pour 1747 et enfin 12 pour 1748. Ainsi durant sa jeunesse, le roi écrit peu à son fils tandis que sa mère lui écrit régulièrement voir abondamment en fonction des évènements. Le prince Albert dans ses mémoires explique que le couple royal était à peine visible pour ses enfants. Le roi les faisait «attendre » tous les dimanches pour leur dire quelques mots gentils. Ils ne voyaient la reine que les soirs de jeux1.

Louis de Silvestre, Auguste III, Wilanów.

Comment juger du comportement du roi ou de la reine envers leur fils ? Dans la première lettre conservée, le roi mentionne que le prince a appris à mieux se comporter comme le comte de Wackerbrath en rend compte2. Le roi explique qu’il ne peut pas s’occuper de l’éducation des princes et que « les gouverneur tiennent ma place auprès de ceux où je les place, mes autres occupations et devoirs a remplir ne me permettant pas de le faire en personne»3. L’amour qu’ils éprouvent envers leur fils entre parfois en compte. la reine écrit de nombreuses fois quelle « assure de toute [sa] tendresse maternelle » et son père de même « en vous assurant mon cher fils de mon affection » ou « vous assurant de ma bienveillances[sic] »4. Ces formules de politesse sont plus ou moins sincère car chez le roi elles peuvent complètement disparaître s’il trouve le comportement de son fils non acceptable ou bien complété comme « en vous embrassant, mon cher Xavier, je vous assure de ma tendresse et affection avec laquelle je suis votre bon père Auguste roi »5. Cette dernière formule « votre bon père est en allemand « gütes Vater »6. Durant la guerre, il la remplace par une formule religieuse et «  finis en priant dieu qu’il vous aiye[sic], Monsieur mon fils, en sa saint et digne garde. Auguste » ou encore « je prie Dieu qu’il vous aiye[sic] en sa sainte et digne garde, votre bon père »7. En général il finit ses lettres par « mon cher fils » mais avec le temps il transforme parfois cette formule par « mon cher Xavier »8.

Amour ou dédain?

Les formules d’amour semblent être des formules. Ce dédain envers son fils se traduit de différente façon. Martange en rend compte pendants la guerre : « il a été [..] moins chéri que les autres : voilà son enfance. En croissant, des chevaux, des chiens et des valets : voilà sa jeunesse jusqu’à la guerre » 9. Nous ne pouvons être aussi catégorique sur le désamour que le roi portait à son fils. Certes le roi se montre souvent distant mais il semble juste être dans la norme du comportement des souverains de son temps. L’étiquette semble gérer les sentiments. Le roi se montre distant et ne parle au prince qu’en de rares occasions le traitant autant comme un héritier que comme courtisan. La façon de se comporter du roi est remarqué par le prince Xavier. Ainsi il écrit, le 3 août 1745, à son père :

Sire, en lisant les vers que j’ose présenter à Votre Majesté je me suis souvent figuré d’entendre votre voix paternelle qui m’instruisait, qui me parlait au cœur. J’ai entrepris avec plaisir d’en faire une traduction polonaise, pesant chaque mot et chaque maxime, afin de la graver d’autant plus profondément dans ma mémoire. Daignez, Sire, agréer ce petit essai de mon application comme un bouquet que j’ose vous offrir pour le jour de votre Auguste nom. Je l’accompagne avec des souhaits aussi tendres que respectueux, étant avec la plus profonde soumission, Sire, de votre Majesté, le plus humble, plus obéissant et affectionné fils et serviteur, Xavier.10

Cette distance se remarque aussi le 13 décembre 1745, lorsque sa mère écrit depuis Varsovie : « c’est toujours avec grand plaisir que je reçois des vos nouvelles qui sont mon unique consolation, dans ces tristes circonstances, ou surtout l’éloignement et la séparation de mes chers enfants m’est fort sensible, mais de loin comme de près je suis toujours mon cher fils, votre très affectionné mère, Marie Josèphe. P.S. Le roi votre cher père vous salue. »11. Ce post-scriptum résume bien la position du roi qui est une figure d’autorité lointaine. Cet éloignement augmente plus le prince vieillit. Le 5 juin 1748 la reine écrit encore « le roi vous salue qui a reçu très gracieusement les compliments dont vous m’avez chargé pour lui, saluez vos frères Albert et Clément de ma part »12. L’obéissance aux ordres du roi/père est essentiel dans la relation qu’ils entretiennent.

Johannes Esaias Nilson, Bildnis des Fr. Xaverivs, Reg. Princ. Polon. et Lith., Dux Saxon., Electoralis Saxoniae etc. Administrator,Herzog Anton Ulrich-Museum.

Le roi accepte parfois des entretiens seul avec son fils13. La reine en rend compte le 13 mai 1748 :« Vos lettres mon cher fils du 10 et 12 que j’ai reçue hier et aujourd’hui m’ont fait un sensible plaisir surtout d’y voir que vous reconnaissez si bien votre bonheur de vous trouver aux pieds de votre très gracieux et très cher papa, et les bontés et grâces qu’il vous témoigne dont vous ne vous sauriez assez chercher de vous rendre de jour en jour plus digne, par votre comportement et obéissance vous ne sauriez assez respecter et aimer un aussi cher et bon père que celui que le bon dieu vous a donné, c’est aussi ma grande consolation de savoir que vous le faites sans que j’ai besoin de vous en exhorter»14. Mais la plupart du temps c’est en présence de la cour ou bien des gouverneurs que le roi s’entretient avec lui. Le roi s’intéresse essentiellement à la « bonne conduite et la vraie piété » de son fils15. Quand il reconnaît son bon comportement, le roi donne sa permission pour qu’il aille à la chasse tirer du petit gibier pour se « délasser » de ses études et « autres occupations plus sérieuses ». Il termine cette lettre en lui assurant sa bienveillance16.

L’amour maternel?

Les nombreuses lettres de sa mère montrent que contrairement au roi, elle prend part à l’éducation de son fils. Mais cette mère, dont la dévotion se transforme en bigoterie, rappelle sans cesse que le prince doit sa venue au monde à dieu seul17. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle n’a pas pour lui un certain amour maternel. D’ailleurs le prince enfant n’a d’yeux que pour elle. Le 25 juillet 1743 elle écrit: « Ayant été le premier de mes enfants qui m’écrit vous méritez bien que je vous en témoigne ma satisfaction par celle-ci, quoique mon bain ne me permête[sic] pas de beaucoup écrire, mais vous me ferez toujours le plaisir de le faire aussi souvent que vous pourrez. Dites la même chose de ma part aussi à vos frères Frédéric et Charles, en les assurant de ma parfaite affection de même que votre frère Albert »18.

Pietro Rotari, Maria Josepha, SKD.

Mais en suivant le roi dans ses déplacements, elle est souvent absente et demande à ses enfants de lui écrire régulièrement. Elle répond souvent par de longues lettres remplis de religiosité. Ainsi elle écrit les devoirs du prince le 19 août 1744 :

Je vous félicite, mon cher fils, sur le jour de votre naissance auquel j’offrirai au bon dieu toutes les saintes messes, et toutes mes prières et bonnes œuvres pour vous, afin, qu’il lui plaise de vous confier de toutes ses bénédictins célestes, et vous laisse croître en vertu et piété, à sa plus grande gloire et votre salut, en imitant les vertus du saint à la fête duquel vous êtes né, et de celui dont vous porté le nom et par l’intercession duquel nous vous avons obtenu et en vos imprimant bien dans le cœur ses paroles, « vince te ipsum », une des plus grandes vertus de ce grand saint était le vœu d’obéissance pour se supérieures. C’en est une que vous devez imiter sur tout et que je vous recomende[sic] infiniment qui vous assure avec la reine blanche que j’aimerais mieux vous voir mort, qu’en péché mortel et par la hors de la grâce de dieu, mais j’espère de son infinie miséricorde qu’il vous conservera longtemps a notre plus grande consolation et à sa plus grande gloire. J’en ai eu beaucoup de bonnes nouvelles que le comte de Wakerbarth me donne de votre comportement, et vous assure que je suis et serai de tout mon cœur, votre très affectionnée mère Marie Josèphe 19.

Ainsi la reine préfère la mort de son fils s’il ne suit pas les préceptes de vertu de la religion en mentionnant saint Louis. Elle écrit ainsi le 29 décembre 1744 qu’il doit améliorer son comportement qui lui « a causé du chagrin dans le passée, en vous perfectionnant de plus en plus dans la crainte de dieu, la piété, l’obéissance, à vous vaincre vous même et toutes les autres vertus nécessaire pour votre salut éternel qui seul importe » 20. De nombreuses lettres montrent que son affection continuera «jusqu’au tombeau» 21. Sa mère regrette les longs déplacements en Pologne pour la diète comme elle l’explique dans une lettre de Varsovie du 22 octobre 1746 : « vos pensées aient été si souvent auprès du roi votre cher père et moi, qui pense à mon tour bien souvent aussi à tous mes chers enfants, que je souhaiterais de pouvoir les avoir tous autour de moi ici, où la diète donne beaucoup d’occupation. Dieu veuille qu’elle finisse bien aussi, assurez tous vos frères et sœurs de ma tendresse maternelle qui suis jusqu’au tombeau mon cher fils, votre très affectionné mère »22. Mais tout en lui écrivant, elle inscrit son inquiétude envers le prince Xavier parmi ses frères et sœurs, ainsi elle marque qu’il doit embrasser « de ma part vos frères et sœurs »23. Elle écrit ainsi le 17 août 1748 :

 J’espère mon cher fils que j’en fasse beaucoup d’application, vous serez persuadé des sentiments de mon cœur de mère qui aime ses enfants très tendrement et des vœux que je fais particulièrement pour vous au ciel a l’occasion de l’anniversaire de votre naissance. Vous ne saurez mieux me les recommencer qu’en suivant les bon avis que je m’adresse pour vous m’a fait vous donner et qui me tendent qu’a vous rendre heureux dans ce monde et dans l’autre et dont l’accomplissement pourra être ma plus grande consolation a ma mort, sans vouloir les répéter je vous en recomende[sic] l’observation instamment et d’imiter les vertus du saint à la fête duquel dieu vous a fait naitre. Je joins ici mon présent pour cette occasion[…] » 24

Nous voyons ainsi que la place du prince auprès de ses parents est complexe: il obéit à un père distant et à une mère dévote. L’amour semble un sentiment lointain bien que sa mère semble plus propice à laisser ce sentiment l’envahir. Elle s’occupe de son fils favori comme une mère. Cette première analyse mérite un plus profond développement sur les sentiments dans les relations de la famille Wettin.

Notes

1.Richter (Julius), Das Erziehuügswesen am Hofe der Wettiner Albertinischer (Haupt-)Linie, Berlin, 1913, p.369. 2.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 10 juin 1744. 3.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 6 juillet 1748. 4.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3a, lettre de la reine au prince Xavier, 9 avril 1739; Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 10 juin 1744 et du 8 juin 1748. 5. Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 2 mai 1750. 6.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a,2531 lettre du roi au prince Xavier, 27 mai 1750. 7. Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 5 novembre 1757 et 12 mars 1760. 8.Formules des lettre en 1750. 9. Correspondance inédite du général-major de Martange, aide de camp du prince Xavier de Saxe, lieutenant général des armées (1756-1782), lettre au prince 29 mars 1761. 10. Thevenot( Arsène), Correspondance, p.4. 11.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 13 décembre 1745. 12Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3 lettre de la reine au prince Xavier, 5 juin 1748. 13Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a lettre du roi au prince Xavier, 2 mai 1750. 14.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3 lettre de la reine au prince Xavier, 13 mai 1748. 15Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 2 mai 1750. 16Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/2a, lettre du roi au prince Xavier, 8 juin 1748. 17Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 13 mai 1748. 18.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 25 juillet 1743. Le prince mettra dans la chambre de son hôtel parisien un portrait de sa mère et non de son père. 19.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 9 août1744. 20.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3 lettre de la reine au prince Xavier, 29 décembre 1744. 21.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 29 aout 1748. 22.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 28 octobre 1746. 23.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 29 mai 1747. 24.Dresde, Sächsisches Hauptstaatsarchiv, 12531/3, lettre de la reine au prince Xavier, 14 aout 1748.

“Ukraine” in the titulature of the engravings of the kings of Poland in the XVIIᵉ century

Introduction 

 The name “Ukraine” was then used more often in the sense in which the Old Russian word “outskirts” appears in written sources from the twelfth century, when it was about various border territories. And the word “Ukrainian”, judging also on the basis of archival documents, originally meant border service people who ensured the protection of external borders.

Vladimir Poutine, “On the Historical Unity of Russians and Ukrainians”, 12 july2021

For Putin the word “Ukraine” has only a geographical meaning and no meaning to designate a nation and a state. In his eyes, they are recent Western constructions against Russia and Orthodoxy.

However, this word has had a political and national meaning since the 17th century. Bogdan Khmelnitsky’s engravings describe him as “Duke of the Nation (People) of Ukraine” and King of Poland John III Sobieski calls himself as “Grand Duke of Ukraine”. We need to come back to the emergence of the term and its connection to the complex policy implemented by the King of Poland on the Cossacks in Ukraine.

Geographical and ethnological description of Ukraine

First, the term “Ukraine” designates, for geographers, a region and a people. The term “Ukraina”, which appeared in the 12th century, would be translated “in the country” or “the land of the people” or even the “principality” of the Rus’ of Kyiv. Russian historians and then Putin have put forward that this term, translated into Russian “okraïna”, designates the “periphery” or the “border” of the empire, Poland-Lithuania or Kyiv. The term “Ukraine” appears in French under the Pen of Guillaume le Vasseur de Beauplan who is a spectator of the events that take place in the middle of the 17th century.

Guillaume de Beauplan, Carte de l’Ukraine, 1648, Wiki Common (détail).

The geographer served from 1631 for the King of Poland, notably in Podolia, Volhynia and on the lands of the Cossacks along the Dnieper. He campaigned for the Grand Hetman of the Crown and Polish Senator Stanisław Koniecpolski. He travels to Sea of ​​Azov and Crimea. For him, the term can be changed by “wild fields”. He is repeateting the imperial view of Poland who wants since the sejm of 1590 to take Ukraine as all country.

In 1648, he gave a first map of Ukraine. Then he wrote Description d’Ukraine qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne en 1660. This map was improved at the beginning of the 18th century by Guillaume Delisle, a pupil of the Cassinis. The term is adopted and included in geography books and dictionaries. Ukraine seems to regroup two palatinates (voivodies) of Lesser Poland: Kiyv and Bratslav. It is therefore located in the south-east of the Kingdom of Poland after the palatinates of Ruthenia, Podolia and Volhynia. It is thus truly at the creation of the hetmanate that the term “Ukraine” associated with “land of the Cossacks” designates a people, a territory and a social and political organization.

Jean-Baptiste Audiffet, La géographie ancienne, moderne et historique, 1689, tome 1er, p.365.

Secondly, it is thus also a diverse, poorly known people that is described. The success of Beauplan’s texts and maps made the term “Ukrainian land of the Cossacks” popular. In his Description d’Ukranie of 1660, he gives the image of a Cossack nation different from the Poles and Russians.

Guillaume le Vasseur Beauplan, Description d’Ukranie, 1660, p.4

Subsequently, the Description historique de l’Empire russien by Philipp Johann von Strahlenberg from 1757 explains that the word Ukraine is used less and less.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.270-271.

During the 18th century, the Russian Empire, which conquered most of the Ukrainian territories, set up a policy of Russification which also involved changing terminology, as can be seen in dictionnaire de géographie or Les fastes de la Pologne et de la Russie . Despite everything, the term, still remembered, became during the 19th century that of a nation and then of a country.

André Guillaume Contant d’Orville, Les fastes de la Pologne et de la Russie, Paris, Costard, 1769, Volume 2, p.16

 

Union of Lublin: Sigismund II Augustus, King of Poland and Grand Duke of Lithuania and Russia

In 1569, the Kingdom of Poland and the Grand Duchy of Lithuania decided to unite definitively in the face of the threat from the Muscovites and the Ottomans. From this date a single king is at the head of the entity of the Republic of the Two Nations without anything being able to separate them as under the Jagiellons Jean Albert and Alexandre in the 15th century. He is elected by the grand sejm.

Abraham Hogenberg, König Sigismund III. von Polen, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

On an engraving of Sigismund II Augustus, the titulature is “King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Russia, Prussia, Mazovia, Samogia, Livonia, Severia etc”. The list of titles is completed by a series of about forty coats of arms. This title seems to become exemplary for the kings of Poland.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.263.

The term “Russia” is used in the title and not “Ukraine”. This term refers to “Ruthenia” or “Kyiv Rus'”. Princes from the region of Moscow and Vladimir created a new kingdom and took the title of “Tsar of Muscovy” to attach themselves to Byzantium and Orthodoxy. The two terms Ruthenia/Kyiv Rus’/Duchy of Russia and Muscovy/Kingdom of Russia which are found on the different engravings should therefore not be confused.

Ivan IV, tsar de Russie, XVI-XVIIe s., Wiki Common.

The tsar wants to be the continuator of the orthodox Byzantine empire as well as that of the former Rus’ principality of Kyiv by taking the title of emperor of all the Rus’. This is a message to the ruler of Lithuania and Poland. In 1558, the Patriarch of Constantinople recognized the titles of Tsar Ivan IV while the princes of the west refused him this recognition. He remained only “Grand Duke of Moscow” until the 18th century.

Henri de Valois king of France and Poland

Prince Henri de Valois was elected to the throne of Poland in 1573 but on the death of his older brother in 1574, he became king of France. The two titles are put on the engravings but the crown of France is put first since it is more prestigious.

 

Etienne Batory

Prince Stepan Batory of Transylvania was elected to the crown of Poland in 1576. He married Anne Jagellon, daughter of Sigismund I and sister of King Sigismund II August. From then on he used the title: “By the grace of God, King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Russia, Prussia, Mazovia, Samogia, Kiwonia, Volhynia, Podlachia and Prince of Transylvania” as can be seen on a document from 1579.

[List do Iwana Groźnego], 1579, Archiwum Morstinów(détail).

The titles are reminiscent of those of Sigismund II Augustus of House Jagiellon. On the engravings, the character has few titles highlighting his status as “King of Poland” and “Grand Duke of Lithuania” which are the most important titles. He also has the title of “Duke of Russia”.

Wladyslaw IV and John Casimir Vasa: King of Poland and Sweden

Sigismond III Vasa is king of Poland in 1587 then king of Sweden in 1592. In 1610 Ladislas IV his son is designated tsar by the victory of Stanisław Żółkiewski who takes Moscow. He was then king of Poland from 1632. In 1648 John II Casimir Vasa his brother succeeded him. In 1607, his cousin Charles was crowned king of Sweden after years of civil war.

Egidius Sadeler, Portret van Sigismund III, koning van Polen, 1597 – 1629, Amsterdam, RijksMuseum.

According to an engraving his title is “Wladyslaw IV, King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Ruthenia, Prussia, Masovia, Samogitia, Livonia, and also Hereditary King of the Swedes, Goths and Vandals, elected Grand Duke of Muscovy”.



Georg Förster et Jeremias Falck, Wladislaus IV., König von Polen,, 1630-1677, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum

The Vasa branch of Poland will always claim the throne of Sweden which in their eyes has been usurped. But this title is not claimed later by the kings of Poland who succeed them.

Johann Wyd Hoffman, Ioannes Casimirus Dei Gracia [!] Rex Poloniae ac Svecia [!] &., Warszawa, Biblioteka Narodowa

Hetmanate and Grand Duchy of Ruthenia

In 1648, the Cossacks led by the hetman Bohdan Khmelnitsky revolted against the king of Poland, this conflict which opens is seen by some as a “war of liberation”. On December 27, 1648 the hetman was crowned by the Patriarch of Jerusalem in Kyiv. But defeated in 1649, King John II Casimir Vasa signed the Treaty of Zboriv and recognized the hetman as the sole leader of the Cossacks, thus creating a new territorial and political entity called the hetmanate.

But the conflict continues because of the opposition of the Polish Catholic primates to recognize the privileges given to the Orthodox. In 1653, the Tsar decided to go to war and support the Cossacks against Poland. The assembly gathered in Moscow decides that the “Cossack land” comes under the protection of Russia because of the unification of Orthodox Christians under the aegis of the Church of Moscow. The assembly of Pereïaslav in 1654 with the envoys of the Cossacks ratifies the decision by a treaty (now lost). On January 8, 1654 the hetman sent a letter to the tsar “sovereign of great and small Russia” which was included in the title from February 1654. For Russia it was a founding act of “reunification of the Rus’ “under the aegis of the ‘Orthodox Church. In 1655 the Tsar added “White Russia” to his titles.

Tabula nova totius REGNI POLONIÆ. 
in quo sunt Ducatus et Provinciae Prussia, Cujavia, Mazovia, Russia Nigra, & c. 
DUCATUS LITHUANIA, UKRANIA, etc,
1679 (détail), Andriy Baitsar.

The war rages in Poland-Lithuania known as the “Deluge (Potop)”. Batoh’s defeat against the Cossacks in 1652 marked the beginning of this period when the Polish army was destroyed. Sweden and Russia invade the territory of the Republic. In 1657, Bohdan Khmelnitsky died and the question of Cossack status remained unresolved. The hetmanate is agitated by a period of division and internal conflicts called “ruin” by historiography. In 1658 his successor the hetman Ivan Vyhovsky signed the Treaty of Hadiach which established a new entity, the “Grand Duchy of Ruthenia” or “Grand Principality of the Rus'”. This text was complicated to put in place seeing both the opposition of some of the Cossacks wanting to continue the Orthodox rapprochement with Russia and that of the Polish and Lithuanian Catholic nobles seeing the arrival of potential rivals of the hetmanate. The hetman becomes prince of the kingdom but his diplomatic prerogatives disappear. Religious tensions increase for fear of Polish domination over the Orthodox. The Ukrainian peasant population sees in it a guarantee of noble privileges. A revolt is born. The Polish defeats against the Russians only amplified the opposition to the treaty which was very quickly forgotten.

In 1660, peace treaty was signed with Sweden in Oliva. Russia continues to support the Cossack revolt but the Polish army enters the territory of the Cossacks on the left bank of the Dnieper under Russian domination since the Treaty of Pereïaslav of 1654.


Abraham van Westerfeld, Vue de la cathédrale de Sophie de Kyiv, 1651, Wiki Wand.

Negotiations open when neither of the two belligerents manages to gain the upper hand over the other. During the Treaty of Androussovo in 1667, Belarus and western Ukraine (region of Kiyv, Volhynia, Podolia and Galicia) returned to Poland but the cities of Smolensk, Chernihiv and Kyiv remained under the control of the tsar. The treaty proposes to return Kyiv two years after signing. The Orthodox clergy fiercely opposed it and the city was never returned. From then on the hetmanate or “Cossack land” was separated into three: the Right Bank under the protection of the King of Poland, the Left Bank under the protection of the Tsar since the Treaty of Slobodyshche of 1660, and the very largely independent Sich Zaporogue until its destruction by the Tsar in 1709.

Ukraine, a “lost land” to be reconquered

In 1668, the hetman Petro Doroshenko placed himself under the protection of the Muslim Empire. In 1669 General Michał Wiśniowiecki was elected King of Poland in a period of trouble. The same year Jan Sobieski, a brilliant Polish general, became grand hetman of the crown.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

In 1674, when Jean Sobieski ascended the throne, war raged with the Ottoman Empire. In 1675, the King of Poland proposed to the Cossack colonel Ostap Gogol to become hetman of the right bank. In 1676 the king became the protector of the Cossacks of the right bank. He is sacred in Krakow and invites the hetman to the ceremony of February 2, 1676. He appoints many hetmans in a policy of regaining control of this area with a view to reconquering “Lost Ukraine and Podolia” as well as the city of Kyiv considered a Polish “hereditary” land according to historian Taras Chukhlib.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa (détail)

The engraving of his triumphal entry into Krakow in 1675 is made from a drawing by Francesco Gratta the Younger. This military march shows several allegorical figures, ancient and modern, passing under a temple of virtue. The king is in Roman costume on a horse and leads the troop towards the queen on a balcony. It is preceded by three figures in the center joining hands, they are from right to left the allegory of Poland, Lithuania and Ukraine. The King of Poland also had many engravings made on his victories over the Ottomans as Grand Hetman of the Crown. About this region, he is in competition with the tsar. This area is very important to guarantee his kingdom from Tatar or Ottoman invasions. He knows that “he who has the Cossacks keeps the Ukraine” (Taras Chukhlib p.277) as he had remarked then Grand Hetman of the Crown.

I have to admit it’s a corpse disgusting, not Ukraine, because it’s probably not the one they took from their ancestors.Who died there, if not the Rus’ people? What burned down if not the glorious city (Kyiv)? Where did the smoke go, if not on the churches and the houses of God? Whose graves and graves were swept away, if not your parents or your children, lost for nothing? To whom was the desert left, if not driven like cattle to the captivity of Christian souls?

Universel du roi Sobieski en 1675

We see in this text that the king recognizes the Cossacks’ right to live in Ukraine, which belongs to them. They are the ones who die in wars and no one else. He recognizes a certain freedom of worship in them and forgives them their former betrayals. This policy should also make it possible to better fight the Ottomans and reconquer Podolia. In 1675, the king decided to ally himself with the tsar against the Ottomans. The stake was of great importance since they themselves had tried to unify the Cossacks under the aegis of Youri son of the great Khmelnitsky named between 1677 and 1678, as “prince of Little Russia”, “Dux Cosacorum” or ” Dux in Ukraine”. He “did not use the title of Prince Sarmatiae” to please the one he described as “My clearest and strongest king of Poland!” After attempts with the Ottomans, the king of Poland approaches the hetman and promises to keep his titles if he joins him in exchange the Ukraine would regain its status of the treaty of 1658 and that the Orthodox faith would not be threatened there but this attempt remains a letter dead.


Jean-Baptiste Bonacina, Giorgio Chimilinschi, 1670, Coll. particuliere.

An engraving from the end of the 17th century presents him as a simple “General of the Cossacks”. The titles given by the Ottomans were never greeted by military victories, they were not remembered. In 1683 a large Cossack assembly of the right bank recognized the suzerainty of the king of Poland as “as father and pastor”, according to the letter they sent to the king on July 23, 1683. They agreed to go to war against the Ottomans in the south. On August 24, 1683, the king appointed Stefan Kunitsky as hetman, giving him a necklace, a mace and a seal with “the ancient arms of Ukraine” (the armed Cossack). He is described in several gazettes as “General of the Cossacks” as in the engraving by Yuri Khmelnitsky. He conquered all of Wallachia, Podolia and the land of the Tatars.

Charles de La Haye, Ioannes III D.G. Rex Poloniarum […], 1692, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

The king is victorious with his troops and the cossacks against the Ottomans in front of Vienna in 1683. In 1685, the sejm of the king of Poland recognizes “all the cossacks of the sich and the Ukrainians under the orders of Kunitsy, the right to to settle in Ukraine, and that they will be given back their former freedoms and privileges”. The king offers them protection if they recognize that they are subjects of the Republic. The king thus offers them a form of autonomy through a constitution and in exchange he can create troops in a period of financial crisis.

Leone Franco, Andriy Mohyla, 1649, Wiki Common.

The policy of the king is rewarded with success, the troops (approximately 3000 Cossacks) of Mohyla are effective and make it possible to reconquer the Ottoman zones. The hetman signed several documents “Andriy Mohyla Hetman of S.A.R. – Army of Zaporozhe”. But the tsar in 1688 sent a letter to the king demanding that the use of this title be stopped.

Recueil. Portraits d’Alexis-Michaelowitz, XVIIe s., Paris, BnF Gallica.

The policy of the king is rewarded with success, the troops (approximately 3000 Cossacks) of Mohyla are effective and make it possible to reconquer the Ottoman zones. The hetman signed several documents “”Andriy Mohyla Hetman of S.A.R. – Army of Zaporozhe”. But the tsar in 1688 sent a letter to the king demanding that the use of this title be stopped.

Jan III Sobieski: Duke of Ukraine or Duke of Russia?



Jeremias, Winckler, Jan III., König von Polen, Herzog 1670-1690, Brunswick, Anton Ulrich-Museum.

The documents issued in the name of King Jan III Sobieski use the titulature introduced by Sigismund, but new features appear.

Tiltle of Sobieski, 1676, Archives departementales de l’Aube.

The term “Ukraine” appears under King Jan III Sobieski abandoning the term “Russia” or “Ruthenia”. Several engravings have the following title “King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Ukraine”. The engraving in honor of his 1676 coronation uses this term. It represents the approach of the King of Poland to Wawel Castle, before which allegorically, in the form of dancers, represent Poland, Lithuania and Ukraine. In both versions of the engraving, the signature in French or in Latin is with the term “Grand Duke of Lithuania, Ukraine”.

Romeyn de Hooghe, Krönung Johann III von Polen, 1675, Herzog Anton Ulrich-Museum (détail)

The term “Ukraine” also appears on two engravings of portraits of the king and queen from a series by United Provinces designer Nicolaes II Visscher engraved by Pieter Stevens. In 1679, he produced a map of the Kingdom of Poland with the Grand Duchy of Lithuania and Ukraine. The three entities are in capital letters. The king wants to stand out from his predecessors. It is also a sign of good will towards the “tsar of all the Russias” in a policy of rapprochement and peace.

On important engravings like that of his coronation, it is the term Ukraine that the king decides to put forward. He wants to follow in the footsteps of the famous hetman Bogdan Khmelnitsky as the protector of Ukrainians.

Competition with Hetman Bogdan Khmelnitsky

An engraving of the hetman shows that he bore the title “Commander-in-Chief of the Army of Zaporovia, Initiator of the Peasants’ Rebellion, Cossack Insurgents and the ‘dux’ of the people of Ukraine”. The word leader in Latin “dux” having given the word duke, so it can also be translated as “duke of the Ukrainian people” which would be closer to the title of the king “grand duke of Lithuania and Ukraine”. The “dux” refers in ancient Rome to the commander of the troops or warlord. The engraving made by Guillaume Hondius of the hetman opposes the title of the king by showing that the title comes to him from the people and not from an election of nobility. When he entered Kyiv in 1648, the Orthodox Metropolitan of the city Sylvester and the Patriarch of Jerusalem Paised I welcomed him as “prince (princeps)”. This engraving is the work of an artist from the court of Poland, would he have met the hetman in talks with the republic?


Willem Hondius, Bohdan Chmielnicki, 1651, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum

This image of the hetman becomes canonical and is found in many icons. She obtained great popularity after Poltava as a foil to that of Mazepa accused of treachery by the Tsar. But this image was commissioned by King John Casmir Vasa as a sign of rapprochement with the hetman. The latter had been defeated during the battle of Bila Tserkva which allows the king to sign a favorable agreement with reduction of the Cossacks and territorial gain in his favor. The hetman then attempted a rapprochement with Poland by agreeing to pacify the palatinate of Kyiv.


Willem Hondius, Ioannes Casimirus Dei Gratia Rex Poloniae, 1648, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

King Sobieski takes as a model both the images of these predecessors and that of the hetman. He is shown 3/4 as a warrior on the engravings with the title “Duke of Ukraine”. It uses the title both to recall the engraving of the hetman and to show the possibility for the Cossacks to return to the agreements of 1658. The engravings are written in Latin allowing distribution to the elites of Ukraine.

Gloryfikacja Jana Sobieskiego na tle bitwy pod Chocimiem w 1673, ryc. Romeyna de Hooghe, 1674, Biblioteka Narodowa

In 1684, he knows that the Cossacks are “for the Republic the most dangerous poison and at the same time its most powerful shield”. In 1652, his older brother Marek Sobieski, starost of Krasnystaw, had been captured after the defeat at Batoh and beheaded with the remains of the Polish army (thousands of dead were counted). Despite the disastrous memories of relations with the Cossacks, the king knew that he could not create a new policy for the Republic without them. Since 1676, he even imagined, starting from the Ukraine (he was born in Olesko, in the Palatinate of Ruthenia, which makes him say that he loves the Cossacks “since childhood”) and the Cossacks, making hereditary the crown. By numerous engravings, he recalls his victories against the Ottomans at the battle of Khotin or Lviv where the Cossacks did not play a negligible role.

 

A great campaign of propaganda by the engravings proposes to assert its rights on Ukraine and the Cossacks in the eyes of the European powers. In this logic it highlights its image with a clear text in Latin.


Nicolaes Visscher II et Pieter, Stevens, Jan III, König von Polen vers 1669-1702, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

A caricatural image of the hetman is made after 1651 without it being possible to know if it is King Jan Kasimir Vasa or Jan Sobieski who is responsible for it. The quality of the work does not allow it to be attributed to Hondius. The term “dux” is replaced by “ductor” or “guide” or “driver” which removes its military value of command. But this engraving is also found with the term “dux”.

The ears refer to the myth of Midas decked out in donkey ears by Apollo after betting on a satyr instead of Apollo in a lyre contest. King Midas out of shame has to put on a cap to hide them. The ears also refer to those of the animal known for its laziness and stupidity. So the caricature brings the hetman out of humanity, and the Cossacks following him are as stupid as a donkey. But it is possible that this caricature predates the reign of King Jan III since his policy was rather in favor of the Cossacks.



Philibbert Bouttats, et Nicolaes Visscher I, Janus III. D.G. Rex Poloniarum Magnus Dux Lithuaniae Ukrainae Etc.,
1688 -1730, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

The king’s policy, although sometimes referred to as “Cossackism”, did not achieve its ends. King Jan III Sobieski failed to find a fair solution to Polish-Ukrainian relations. This relationship deteriorates every year and upon his death only the hetman Mazepa was able to propose a more stable relationship for the Cossacks gathering around him a certain unity of Cossack claims according to historian Tatiana Tairova-Yakovleva.

Conclusion: la succession de Sobieski

Johann Baptiste Homann, Ukrania quae et Terra Cosaccorum cum vicinis Walachiae, Moldoviae, 1720. L’auteur a mis lUkraine en jaune.

With the death of Sobieski the title of duke of Ukraine is lost. Frederic August of Saxony or Stanislas Leszczynski use a title without the term “Ukraine”. The engraving of Augustus II shows him in bowl-capped armour, the model is very close to some of Sobieski’s engravings. Territorial claims on the left bank of the Dnieper are no longer on the agenda of a monarch elected with the help of the tsar.

Although King August II used the Cossacks against the Turks, their help was no longer essential since the king could count on his army from Saxony. Its political rapprochement with Russia is marked by a desire to leave the Cossack troops to the tsar. In 1702, he decided to dismiss the Cossack regiments from the Kiyv region and then ordered the dismantling of the camps on the left bank from 1711.

Anonyme?, Portrait of the Hetman Ivan Mazepa , 1709, Getty Images.

The Ukrainian “Ruin” ends with the arrival of the hetman Mazepa in 1687 at the head of the left bank. Remaining twenty years in power, he managed to unify Ukraine and give autonomy to the hetmanate until the defeat of Poltava and his death in 1709. This is what an engraving recalls which is inscribed “hetman of all ‘Ukraine’ in Latin.

Voltaire, Histoire de Charles XII,1768 , p.154

Further readings

Білецький (Платон Олександрович), Українське мистецтво другої половини XVII-XVIII століть, Київ, Мистецтво, 1981. (Biletsky, Platon Alexandrovitch), Art ukrainien de la seconde moitié des XVII-XVIII siècle)

Чухліб (Тарас), Гетьмани і монархи. Українська держава в міжнародних відносинах 1648 – 1714 рр. – К.: Інститут історії України НАНУ, 2003 (Chukhlib (Taras), Hetmans et monarque. L’Etat ukrainien dans les relations internationales 1648-1714)

Plokhy (Serhii), Tsars & Cossacks – A Study in Iconography, Cambridge, Harvard Papers in Ukrainian Studies, 2002.( Plokhy (Serhii), Tsar et les cosaques. Une étude de l’iconographie)

Таирова-Яковлева (Татьяна), Между Речью Посполитой и Россией. Правобережная Украина в эпоху гайдамаков, Нестор-История, 2020 (Tairova-Yakovleva (Tatyana), Entre la République des Deux-Nations et la Russie. L’Ukraine de la rive droite à l’ère des Haïdamaks)

Widacka (Hanna), Jan III Sobieski w grafice XVII i XVIII wieku, Warszawa, Państ. Wydaw. Naukowe, 1987 (Widacka (Hanna), Jan III Sobieski et son image XVIIe et XVIIIe siècles)

La fortune du prince Xavier(1) : le trésor de Saxe et de Pologne-Lituanie

Le prince Xavier de Saxe possède des pensions en Saxe, Pologne-Lituanie et en France. Bien loin d’être un prince riche, il reste néanmoins dans la catégorie haute de la noblesse européenne.

Taler, Franz Xaver. Regent, 1763-1768, Wiki Common.

La première manne financière que le prince Xavier reçoit, est la plus ancienne, puisque dépendant uniquement de son statut de duc de Saxe. Avant la guerre de Sept-Ans, le prince Xavier évalue les revenus provenant du trésor de Saxe à 24 000 écus. Cette somme est pour son usage propre : le duché lui met à disposition un logement et du mobilier dans un des palais de Dresde. En outre, cette caisse ducale lui paie toutes les dépenses de son écurie, tant en hommes qu’en chevaux, ainsi que tous ses frais de voyage. Ses frais de bouche sont compris dans les 40 000 écus attribués à ce sujet à tous les fils du monarque1.

“Réduction de l’argent de France en argent de Saxe”, Archives de l’Aube.

Entre 1758 et 1763, le prince Xavier évalue ses revenus entre 45 000 et 50 000 écus par an, ce qui fait environ 150 000 livres tournois. En 1763, le testament de son père fait diminuer très fortement cette somme : il obtient, comme ses frères, 20 000 écus par an soit seulement 60 000 livres tournois. Il perd ainsi environ 2/3 de ses revenus financiers. Par ailleurs, le prince explique que son père ne leur donne plus aucun effets mobiliers, car ils appartiennent tous au duché, et le roi ne peut en disposer comme bon lui semble. En outre, toujours selon le testament, si l’un des membres de la famille venait à se marier, avec l’accord de l’électeur, cette somme peut augmenter jusqu’à 50 000 écus.

“Projet de conversation”, vers 1770, Archives de l’Aube.

D’après un projet de discours sur les raisons de son départ en France, le prince pense que l’électeur refuserait son départ s’il continuait à percevoir de l’argent sur les caisses du duché2. Nous ne savons pas si cette discussion a eu lieu, mais la pension de Saxe disparaît de la comptabilité après le départ du prince Xavier, ce qui prouve qu’il y aurait eu un accord à ce propos.

Taler, August III Sas, 1754, Coll. part.

En revanche, à cette date, le prince conserve une pension sur le trésor de Pologne et Lituanie. Après la mise en place de la constitution de 1768, la diète décide de continuer de verser aux princes Charles et Xavier une pension viagère de 1200 ducats. Lors de la diète de 1775, le roi de Pologne Stanislas II décide de leur conserver la pension et de leur payer « deux années qui étaient échues et que le mauvais état des finances de la République n’avait pas permis de leur faire compter»3. En contrepartie, le prince Xavier renonce à toute prétention sur le trône polonais selon l’Acte de renonciation de 1765.

Dwuzłotówka (deux złoty), Stanisław A. Poniatowski, 1770, Coll. part.

Plusieurs documents nous renseignent sur ce que le prince perçoit des trésors de Pologne et Lituanie à partir de 1775. Ce sont des récapitulatifs de sommes dues et perçues mais aussi des prélèvements effectués. Les informations manquent pour bien comprendre le fonctionnement des paiements. D’après certains documents, une première commission du 30 juin 1775 assigne 2 814 000 florins aux princes Charles et Xavier, puis une seconde du 23 juillet 1778, 3 216 000 florins. Le trésor de Pologne doit leur verser 2 144 000 florins et le trésor de Lituanie, qui y participe pour un tiers, leur verse 1 072 000 florins. Cet argent n’est pas perçu de façon régulière et plusieurs fois, le prince charge ses agents en Pologne de réclamer son dû4.

Półtalar (demi taler), Stanisław A. Poniatowski, 1777, Coll. part.

À partir de 1776, le prince Xavier doit toucher 290 333 florins sur le trésor de Lituanie. Entre 1776 et 1778, il reçoit seulement la moitié de la somme. Le versement semble plus régulier par la suite. Les données manquent à partir de cette date pour proposer une somme perçue : elle devait être du même ordre. Ces pensions sont mineures par rapport à ce qu’il perçoit du trésor de France. Les sommes paraissent importantes, plus de trois millions de livres en 1775. Son versement, trop aléatoire, n’en fait pas une source constante de revenu. En 1776 , le trésor lui verse un peu moins de 300 000 florins ce qui fait environ 195 000 livres.

Conclusion

Ces revenus sont les mêmes pour tous les fils du roi Auguste III conservant le titre de prince de Pologne (S.A.R.) après 1763. La somme fluctue autour de 190 000 livres. Cette somme le met au même niveau qu’un prince de Sang en France à l’exemple du prince de Conti qui touche entre 1770 et 1774 environ 180 000 livres de rente5. C’est en conséquence le statut (plus ou moins déguisé) qu’il compte réclamer en France. Mais la fortune du prince ne s’arrête pas à ces pensions de Pologne, il convient d’ajouter les sommes perçues à partir de 1758 sur le Trésor de France et les revenus de la terre que nous verrons dans d’autres articles.

Notes

1. Paris, Bibliothèque polonaise, lettre de Xavier à sa sœur, citée dans Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit.,p. 145. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1899, “Projet de conversation”, vers 1770. 3. Kriegelstein (Christian Friedrich Pfeffel von ), État de la Pologne[…], Paris, Herissant, 1770, p. 81; Journal politique et de littérature, Bruxelles, 6 septembre 1775. 4 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3095, états des apanages de Pologne et Lituanie, s.d. [1778?]. 5.  Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », Chapey, Frédéric (préf.), Les Trésors des princes de Bourbon Conti, catalogue de l’exposition du Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq à L’Isle-Adam (28 mai-1er octobre 2000), Paris, Somogy, 2000,p. 20.

Un inventaire de tableaux du château de Kukizów en Ukraine au XVIIIe siècle

Les résidences du roi Jean III Sobieski

Le roi de Pologne Jean III Sobieski (1629-1696) possède de nombreuses résidences. La plus célèbre Wilanów se trouve à Varsovie, considérée comme le Versailles polonais.

Henri Gascar, La famille Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le roi reste toute sa vie très attaché à la Galicie ruthénienne où il est né au château d’Olesko (en ukrainien Олесько). En 1683, il fête sa victoire contre les Turcs au château de Żółkiew (en ukrainien Жовква). Dans cette ville en l’église Saint-Laurent son frère ainé Marek (1628-1652) et son père Jakub (1591-1646) y sont enterrés. La ville de Kukizów (en ukrainien Кукезів) est acquis par le hetman Stanisław Żółkiewski et passe à ses héritiers jusqu’au roi Jan III Sobieski. Ce dernier meurt en 1696, le château passe alors au fils du roi, Constantin et reste sa propriété jusqu’à sa mort en 1726.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Constantin Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le fils ainé du roi, Jacub Sobieski récupère ainsi le bien. Sa résidence ordinaire est plutôt le château de Oława (en allemand Ohlau) en Pologne puis à Żółkiew.

Henri Gascard, Jacques Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie: Adriaen van der Werff, Amélie de Neubourg (son épouse), Stadtmuseum Düsseldorf

A la mort de son père en 1737, Marie Charlotte (Maria-Karolina Sobieska) hérite de toutes ses résidences dont Kukizów et Żółkiew. En 1724 Marie-Charlotte avait épousé Charles-Godefroy de La Tour d’Auvergne avec qui elle a eu plusieurs enfants. Elle vécu jusqu’à sa mort en 1740 entre la France, la Pologne et l’Ukraine dans les différentes résidences de la famille.

Anonyme, Marie-Charlotte Sobieska, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le château de Kukizów

Le roi possédait ainsi une maison de plaisance à Kukizów. Elle se trouvait à environ 20 km dans une petite localité au nord-est de Lviv. L’article de Mykola Bevz “The wooden architectural complex of the city and royal residence of John III Sobieski in Kukizów” permet de bien connaitre cette résidence de nos jours disparu. La carte de Friedrich von Mieg ( 1779-1782) permet de situer le bâtiment dans la ville. Selon les découvertes de J. Kowalczyk la construction du château s’effectue entre 1687 et 1694. Le maitre d’ouvrage du projet serait l’architecte Augustyn Wincenty Locci et le maitre d’œuvre Piotr Beber.

Détail issu de la carte de la Pologne dressée par Guillaume de l’Isle vers 1700, BnF Gallica.

L’historien Mykola Bevz propose une nouvelle interprétation du château de bois peint en rouge qui aurait donné le nom de la ville fondée en même temps. Il conclu que c’était une nouvelle résidence d’été du roi dans une région qu’il appréciait loin de l’étiquette de Varsovie ou Jovkva.

Détail du plan Mieg sur la ville de Kukizów, 1779-1783.

La distribution du château

La distribution est connue par les travaux de Jerzy Kowalczyk qui propose une première reconstitution des deux étages basée sur les inventaires de 1741. C’est un bâtiment double en profondeur avec deux axes d’enfilade l’un donnant sur la cour l’autre sur le jardin. Au centre du bâtiment se trouve la grande salle basse (“sala dolna wielka”)qui est un vaste vestibule sur deux niveaux avec l’escalier central et coursive qui distribuent les différents niveaux.

Reconstitution de la distribution par J.Kowalczyk.


Au rez-de-chaussée depuis la cour se trouvent les pièces de réceptions. Sur la cour le visiteur accède de main gauche à une antichambre, un cabinet et une garde robe et de main droite à une chambre à coucher (pokoj kedensowy), un cabinet et une garde robe. Sur le jardin il y a deux ensembles similaires à gauche et à droite constitués d’une salle à manger (izba stolowa), d’un cabinet et d’une alcôve. A l’étage se trouvent des séries d’appartements privés avec pour chacun un cabinet, une chambre et une garde robe.

Reconstitution de la distribution par Mykola Bevz

Les travaux de Bevz ont permis d’affiner cette distribution et de proposer un autre plan. Mais les grandes caractéristiques restent les mêmes en dehors du corridor et du positionnement des escaliers centraux. En 1696, le décor extérieur n’est pas terminée. L’intérieur possède des poêles des ateliers de Sieniawa. En 1739, la décoration intérieure (peinture et orfèvrerie) est réalisée par l’atelier de Antonio Castelli et Bazyli Petranowicz.

Reconstitution du château par Mykola Bevz

Ainsi selon ses différentes propositions de plans, le château ne possède pas de galerie mais un corridor central. 

L’inventaire des oeuvres d’art du fonds Charlotte Sobieska de la Tour d’Auvergne

Plusieurs inventaires sont réalisés lors de la vente en 1739 au grand hetman de Lituanie Michel Casimir Radziwiłł et, ensuite, lors de son décès le 8 mai 1740. Certains se trouvent aux archives nationales série 273AP. Écrit en polonais, l’inventaire des oeuvres d’art a pour titre “Registre des images qui ont été prises à Kukizow le 21 avril 1739” (Regest. Obrazow ktorę się biorą cto Kukizowa ed.(?) 21 aprilis 1739 anno spissany).

Détail du titre de l’inventaire.

Cet inventaire en polonais et latin est daté du 21 avril 1739. Le responsable explique qu’il a fait la liste de 241 oeuvres dans le château sans compter deux oeuvres de la bibliothèque et deux de la chapelle “peintes sur le marbre”. Ainsi ce sont 245 oeuvres au total selon les dires du responsable. Mais dans l’inventaire se trouvent moins de numéros : une première partie pour le rez-de-chaussée avec 89 entrées, puis 27 dans les chambres et enfin les 9 de la chapelle. Au total 125 entrées par un numéro dans l’inventaire. On peut penser soit qu’il manque une partie de l’inventaire ou bien que certains numéros représentent plusieurs oeuvres.

 

Les titres sont très lapidaires : formé du mot “tableau (obraz)” puis de deux numéros et d’une description d’une ligne désignant essentiellement le sujet comme “une reine polonaise” (“krowolka polska”) ou “une bataille” (“batalye”) par exemple. Mais ces titres sont parfois plus descriptifs : “un tableau représentant un berger avec des cosaques et un autre avec des cosaques, une dame sur un âne et un homme sur un cheval” (“obraz […] reprezentiycy ieden Pastryze z kozachami y drugi tackze z kozlami y na Osiolku Biatagtowa na konzci Maszcyzna”) ou encore “tableau représentant ‘La Mère de Dieu aux trois mains’ portant l’enfant Jésus et saint Jean” (“obraz Mayswiptszey Panny trzy maia co Pa Jezusa y S. Jan”).

La représentation des genres dans l’inventaire

Leur analyse ne peut se faire que du point de vue du sujet car ni la technique ni le support ne sont indiqués. On peut supposer que ce sont des œuvres d’art en majorité peinte comme le laisse supposer le terme (obraz) sur différents supports. Elles sont encadrés et parfois avec un verre de protection.

Ecole hollandaise, Paysage fantastique avec une cascade, Wilanów, Muzeum Pałacu Króla Jana III.

Patrick Michel a distribué les genres dans son ouvrage sur les collections Peinture et plaisir en plusieurs catégories stylistiques qui se démarquent en partie de celles de l’Académie qui ne sont plus appréciées par les collectionneurs. Elles sont dans un ordre décroissant : Paysage, Genre, Religion, Mythologie, Portrait, Nature morte, Architecture, Marines, Histoire et Batailles. Dans l’inventaire de Kukizów, il se trouve ainsi approximativement les portraits avec 45%, puis les tableaux religieux avec 20%, le genre avec 10%, les natures mortes avec 8% et les cinq autres genres sont chacun en dessous des 5% (au total 12%).

https://www.wilanow-palac.pl/image.php/39089_in_article/martwa_natura.jpg
Floris van Schooten, Nature morte aux fraises, olives et citron, Wilanów, Muzeum Pałacu Króla Jana III.

 

Mais l’inventaire de Kukizów ne donne aucun nom d’artiste ou d’école. Ce peu d’information semble ne pas faire pencher la collection du coté esthétique. Il est aussi bien peu aisé de connaitre la valeur financière des œuvres puisque l’inventaire n’en donne aucune estimation. Cet inventaire a peut-être deux origines soit ce sont les oeuvres que la famille Sobieski conserve et prévoit de déménager dans une autre demeure soit c’est un inventaire préparatif aux ventes.

L’exposition des œuvres

La disposition des tableaux n’est pas connue. Elle est peut-être liée aux deux numéros qui sont indiqués dans l’inventaire. Malheureusement nous ne savons pas à quoi exactement ils renvoient. Il faut tenter d’imaginer la disposition dans les intérieurs à partir d’autres exemples. Les comparaisons avec les châteaux de la région peuvent servir de point de départ.

Napoleon Orda, Podhorce, Polona.

On peut penser à la disposition du château de château de Pidhirtsi (ou Podhorce en polonais ou en ukrainien Підгорецький замок) construit entre 1635 et 1640. En 1682, il devient résidence de Jacub Sobiesk. Ses intérieurs sont analysés par Jan K. Ostrowski, Jerzy T. Petrus à partir principalement d’un inventaire de 1768. Au XVIIe siècle, il semble que ce château ait été créé pour glorifier le hetman comme héros militaire sous l’auspice du dieu Mars et comme symbole de la défense de la foi catholique contre les Ottomans. Le décor a été conservé par les Sobieski par la suite puis modifié en partie par les nouveaux propriétaires Rzewuski à partir de 1729 et au XIXe siècle.

 

Les appartements de parades au premier étage abondent en tableaux quitte à les plier pour les faire tenir dans les angles (comme au Val-de-Grâce pour les tableaux de Philippe de Chanpaigne). Le niveau inférieur possède moins de tableaux. Il est très difficile très d’établir l’idée directrice des choix dans l’organisation des œuvres. La peur du vide semble primer. Dans une même salle, les sujets peuvent être divers : on peut trouver des toiles religieuses et mythologiques, aussi bien que des paysages et des portraits. La valeur esthétique de l’ensemble prime sur la logique distributive.

Salle dorée (salon), XIX-XXe siècle, Polona.

Ainsi la salle doré (salon principal) possède 17 oeuvres encadrés dans murs de boiserie. Ce sont des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, des images de saints, un portrait, deux scènes de genre et deux natures mortes. Les lambris semblent dicter l’organisation en fonction des formats et de la disposition. 


Façade du palais à la fin du XVIIIe siècle, dessin de J.K. Jaworki, Muzeum Historyczne we Lwowie.

La disposition peut être aussi similaire au château de Żółkiew (Жовква) connu par les études des historiens Aleksandra Jakóbczyk-Gola et de Tadeusz Bernatowicz à partir des inventaires de 1726 et 1750. Ces inventaires décrivent une vaste collection. La plus grande partie des tableaux se trouve regroupé dans la salle à manger et le salon. Certaines peintures étaient accrochées dans des pièces plus petites. Parmi les salles, les inventaires mentionnent des galeries mais il est difficile de savoir s’il s’agissait de pièces communicantes ou de pièces de représentation avec des peintures. Dans cet inventaire, la collection a une valeur esthétique importante avec surtout des maitres italiens et français, ce qui montre bien le rôle crucial de ce château comme lieux des cérémonies et de la résidence de la cour. Ainsi le roi veut rivaliser avec les plus grands princes européens. 

Château de Jovkva chambre du jardin avec une alcôve au XIXe siècle, Biblioteka Narodowa

En conclusion, l’organisation des tableaux de Kukizów semblerait montrer un mélange de tradition (galerie des ancêtres) et de collection esthétique pouvant plus ou moins bouger en fonction des envies du propriétaire. Le chaos semble régner dans un inventaire lacunaire. Mais la dynastie et la religion semble être les piliers de cette liste. L’analyse des genres dans l’inventaire de 1739 permettra de mieux l’approcher. Il s’agira de mieux comprendre les grands axes du discours déployés a travers les tableaux de l’inventaire. 

La fin du château

En 1740, le chateau est vendu à Michał Kazimierz Radziwiłł. Ce dernier est entrainé devant les tribunaux par Jan Tarło staroste de Podolie et voivode de Sandomierz envers qui il a des dettes importantes. Le grand hetman de Lituanie gagne devant les tribunaux et conserve le château de Kukizów. Le voivode tente de récupérer la ville par la force sans y parvenir.

Augustyn Myris, Jan Tarło, Sandomierz

La demeure passe au fils du hetman le voivoide de Vilnius Karol Stanisław Radziwiłł qui le vend en 1764 à Anna Jabłonowska épouse du voivoide de Bracław Jan Kajetan Jabłonowski. En 1800 à sa mort le bien est cédé à la famille Strzelecki. Le château disparait au court du XIXe siècle.

Michał Kazimierz Radziwiłł “Rybeńko”, obraz prawdopodobnie pędzla S.A. Mirysa, zbiory muzeum w Mińsku na Białorusi

La collection est peut être restée dans le château jusqu’en 1741. Une partie vendue au grand hetman puis à la famille Rzewuski. L’autre partie peut-être envoyée dans les résidences de la famille la Tour d’Auvergne en France.

Bibliographie

Aftanazy (Roman), Dzieje rezydencji na dawnych kresach Rzeczypospolitej, wyd. drugie przejrzane i uzupełnione, t. 7: Województwo ruskie, Ziemia Halicka i Lwowska, Wrocław: Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1995, p. 333-336,

Bernatowicz (Tadeusz), Królewska rezydencja w Żółkwi w XVIII wieku, Muzeum Pałac w Wilanowie, Warszawa 2009.

Bevz (Mykola), “The wooden architectural complex of the city and royal residence of the John III Sobieski in Kukizów”, Budownictwo i Architektura, 18(4), 2020, p. 59-82

Finkel (Ludwik), Inwentarz Zamku Żółkiewskiego z roku 1726, Kraków, Akademia Umiejętności, 1891.

Gębarowicz (Mieczysław), Pałac w Kukizowie”, dans Szkice z historii sztuki XVII wieku., Toruń, 1966, p. 231-245.

Ostrowski (Jan K.) et Petrus (Jerzy T.), Podhorce. Dzieje wnętrz pałacowych i galerii obrazów, Kraków, Zamek Królewski na Wawelu, 2001.

Michel (Patrick), Peinture et plaisir : les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

 

 

«L’Ukraine » dans la titulature des gravures des rois de Pologne au XVIIᵉ siècle

Introduction 

 L’appellation Ukraine était alors plus souvent utilisée dans le sens où l’ancien mot russe «okraïna» [périphérie, ndlr] se retrouve dans les sources écrites depuis le XIIe siècle, lorsqu’il était question de territoires situés à la frontière du pays. Tandis que le mot «ukrainien», à en juger d’après les documents d’archives, désignait à l’origine ceux dont le service était d’assurer la protection des frontières extérieures.

Vladimir Poutine, « Sur l’unité historique entre la Russie et l’Ukraine », 12 juillet 2021 (traduction officielle sur le site de l’ambassade de la Fédération de Russie en France).

Pour Poutine le mot “Ukraine” n’a qu’un sens géographique et aucun sens pour désigner une nation et un état. Ils sont à ses yeux des constructions occidentales récentes contre la Russie et l’orthodoxie.

Texte de Poutine en russe. On remarquera qu’il parle de texte d’archives sans donne leur provenance.

Pourtant ce mot a eu un sens politique et national dès le XVIIe siècle. Les gravures de Bogdan Khmelnitski le décrivent comme “duc de la nation (peuple) d’Ukraine” et le roi de Pologne Jean III Sobieski se fait appeler comme “grand duc d’Ukraine”. Il nous faut revenir sur l’émergence du terme et son rattachement à la politique complexe mise en place par le roi de Pologne sur les cosaques en Ukraine.

Description géographique et ethnologique de l’Ukraine

En premier lieu, le terme “Ukraine” désigne, pour les géographes une région et un peuple. Le terme “Oukraïna“, apparu au XIIe siècle, se traduirait “dans le pays” ou “la terre du peuple” ou encore la “principauté” des Rus’ de Kyiv. Les historiens russes puis Poutine ont mis en avant que ce terme, traduit en russe “okraïna”, désigne la “périphérie” ou la frontière” de l’empire, de la Pologne-Lituanie ou de Kiev. Le terme “Ukraine” apparait en français sous la plume de Guillaume le Vasseur de Beauplan qui est un spectateur des évènements qui se déroulent au milieu du XVIIe siècle.

Guillaume de Beauplan, Carte de l’Ukraine, 1648, Wiki Common (détail).

Le géographe sert à partir de 1631 pour le roi de Pologne notamment en Podolie, Volhynie et sur les terres des cosaques le long du Dniepr. Il fait les campagnes du grand hetman de la couronne et sénateur polonais Stanisław Koniecpolski. Il se rend jusqu’à la mer d’Azov et en Crimée.

En 1648, il donne une première carte de l’Ukraine. Puis il écrit la Description d’Ukraine qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne en 1660. Cette carte est amélioré au début du XVIIIe siècle par Guillaume Delisle, élève des Cassini. Le terme est adopté et repris dans les livres et dictionnaire de géographie. L’Ukraine semble regrouper deux palatinats (voivodies) de la Petite Pologne: celle de Kiyv et de Bratslav. Elle se situe donc dans le sud-est du royaume de Pologne après les palatinats de Ruthénie, Podolie et Volhynie. C’est ainsi véritablement à la création de l’hetmanat que le terme “Ukraine” associé à “terre des cosaques” désigne un peuple, un territoire et une organisation sciale et politique.

Jean-Baptiste Audiffet, La géographie ancienne, moderne et historique, 1689, tome 1er, p.365.

En second lieu, c’est ainsi aussi un peuple divers mal connu qui est décrit. Le succès des textes et cartes de Beauplan permet de rendre populaire le terme de “terre ukrainienne des cosaques”. Dans sa Description d’Ukranie de 1660, il donne l’image d’une nation cosaque différente de celle des polonais et russe.

Guillaume le Vasseur Beauplan, Description d’Ukranie, 1660, p.4

 Par la suite, la Description historique de l’Empire russien de Philipp Johann von Strahlenberg de 1757 explique que le mot Ukraine est de moins en moins employé.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.270-271.

Au court du XVIIIe siècle, l’empire russe, qui a conquis la plus grande partie des territoires ukrainiens, met en place une politique de russification qui passe aussi par le changement de la terminologie comme on peut le voir dans des dictionnaires de géographie ou Les fastes de la Pologne et de la Russie . Malgré tout, le terme, restant dans les mémoires, devient au court du XIXe siècle celui d’une nation puis d’un pays (voir l‘article de la BnF sur une carte de 1732).

André Guillaume Contant d’Orville, Les fastes de la Pologne et de la Russie, Paris, Costard, 1769, Volume 2, p.16

 

Union de Lublin : Sigismund II Auguste, roi de Pologne et grand duc de Lituanie et Russie

En 1569, le royaume de Pologne et le grand duché de Lituanie décident de s’unir définitivement face à la menace des Moscovites et des Ottomans. A partir de cette date un seul roi est à la tête de l’entité de la République des Deux-Nations sans que rien ne puissent plus les séparer comme sous les Jagellon Jean Albert et Alexandre au XVe siècle. Il est élu par le grand sejm.

Abraham Hogenberg, König Sigismund III. von Polen, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Sur une gravure de Sigismund II Auguste, la titulature est ” roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Russie, Prusse, Mazovie, Samogie, Livonie, Severie etc”. La liste des titres est complété par une série d’une quarantaine de blasons. Cette titulature semble devenir exemplaire pour les rois de Pologne.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.263.

Le terme “Russie” est utilisé dans la titulature et non “Ukraine”. Ce terme renvoie à la “Ruthénie” ou “Rus’ de Kiev”. Des princes de la région de Moscou et de Vladimir vont créer un nouveau royaume et prendre le titre de “tsar de Moscovie” pour se rattacher à Byzance et à l’orthodoxie. Il ne faut donc pas confondre les deux termes Ruthénie/Rus’ de Kiev/duché de Russie et Moscovie/royaume de Russie qui se retrouvent sur les différentes gravures.

Ivan IV, tsar de Russie, XVI-XVIIe s., Wiki Common.

Le tsar se veut aussi bien le continuateur de l’empire byzantin orthodoxe que de celui de l’ancienne principauté Rus’ de Kyiv en prenant le titre d’empereur de tous les Rus’. C’est un message envers le souverain de la Lituanie et de la Pologne. En 1558, le patriarche de Constantinople reconnait les titres du tsar Ivan IV alors que les princes de l’ouest lui refuse cette reconnaissance. Il reste seulement “grand duc de Moscou” jusqu’au XVIIIe siècle.

Henri de Valois roi de France et de Pologne

Le prince Henri de Valois est élu au trône de Pologne en 1573 mais à la mort de son frère ainé en 1574, il devient roi de France. Les deux titres sont mis sur les gravures mais la couronne de France est mise en premier puisqu’elle est plus prestigieuse.

 

Etienne Batory

Le prince de Transylvanie Stepan Batory est élu à la couronne de Pologne en 1576. Il épouse Anne Jagellon fille de Sigismond Ier et soeur du roi Sigismund II August. Dès lors il utilise le titre: ” Par la grâce de dieu, roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Russie, Prusse, Mazovie, Samogie, Kiwonie, Volhynie, Podlachie et prince de Transylvanie” comme on peut le voir sur un document de 1579.

[List do Iwana Groźnego], 1579, Archiwum Morstinów(détail).

Les titre rappellent ceux de Sigismund II Auguste de la maison Jagellon. Sur les gravures, le personnage a peu de titre mettant en avant son statut de “roi de Pologne” et “grand duc de Lituanie” qui sont les titres les plus importants. Il possède aussi le titre de “duc de Russie”.

Ladislas IV et Jean Casimir Vasa : roi de Pologne et de Suède

Sigismond III Vasa est roi de Pologne en 1587 puis roi de Suède en 1592. En 1610 Ladislas IV son fils est désigné tsar par la victoire de Stanisław Żółkiewski qui a pris Moscou. Il est ensuite roi de Pologne à partir de 1632. En 1648 Jean II Casimir Vasa son frère lui succède. En 1607, son cousin Charles est sacré roi de Suède après des années de guerre civile.

Egidius Sadeler, Portret van Sigismund III, koning van Polen, 1597 – 1629, Amsterdam, RijksMuseum.

Selon une gravure son titre est “Ladislas IV, roi de Pologne, grand-duc de Lituanie, Ruthénie, Prusse, Masovie, Samogitie, Livonie, et également roi héréditaire des Suédois, Goths et Vandale, élu grand-duc de Moscovie”.



Georg Förster et Jeremias Falck, Wladislaus IV., König von Polen,, 1630-1677, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

La branche des Vasa de Pologne revendiqueront toujours le trône de Suède qui a été à leur yeux usurpé. Mais ce titre n’est pas revendiqué par la suite par les rois de Pologne qui leurs succèdent.

Johann Wyd Hoffman, Ioannes Casimirus Dei Gracia [!] Rex Poloniae ac Svecia [!] &., Warszawa, Biblioteka Narodowa.

Hetmanat et grand duché de Ruthénie

En 1648, les cosaques mené par l’hetman Bohdan Khmelnitski entre en révolte contre le roi de Pologne, ce conflit qui s’ouvre est vu par certain comme une “guerre de libération”. Le 27 décembre 1648 le hetman est couronné par le patriarche de Jerusalem à Kyiv. Mais défait en 1649, le roi Jean II Casimir Vasa signe le traité de Zboriv et reconnait l’hetman comme seul chef des cosaques créant ainsi une nouvelle entité territoriale et politique appelé hetmanat.

Mais le conflit continue en raison des oppositions des primats polonais catholiques de reconnaitre les privilèges donnés aux orthodoxes. En 1653, le tsar décide d’entrer en guerre et de soutenir les cosaques contre la Pologne. L’assemblée réunie à Moscou décide que la “terre cosaque” entre sous la protection de la Russie en raison de l’unification des Chrétiens orthodoxe sous l’égide de l’Église de Moscou. L’assemblée de Pereïaslav en 1654 avec les envoyés des cosaques entérine la décision par un traité (aujourd’hui perdu). Le 8 janvier 1654 le hetman envoya une lettre au tsar “souverain de grande et petite Russie” qui fut repris dans la titulature dès février 1654. Pour la Russie ce fut un acte fondateur de “réunification des Rus’ “sous l’égide de l’Église orthodoxe. En 1655 le tsar ajoute “Russie blanche” à ses titres.

Tabula nova totius REGNI POLONIÆ. 
in quo sunt Ducatus et Provinciae Prussia, Cujavia, Mazovia, Russia Nigra, & c. 
DUCATUS LITHUANIA, UKRANIA, etc,
1679 (détail), Andriy Baitsar.

La guerre fait rage en Pologne-Lituanie connue sous le nom de “Déluge (Potop)”. Défaite de Batoh face aux cosaques en 1652 marque le commencement de cette période où l’armée polonaise est anéantie. La Suède et la Russie envahissent le territoire de la République. En 1657, Bohdan Khmelnitski décède et la question de l’état cosaque reste en suspens. L’hetmanat est agité par une période de division et de conflits internes appelé “ruine” par l’historiographie. En 1658 son successeur l’hetman Ivan Vyhovsky signe le traité de Hadiach qui met en place une nouvelle entité le “grand duché de Ruthénie” ou “grande principauté des Rus'”. Ce texte fut compliqué à mettre en place voyant aussi bien l’opposition d’une partie des cosaques voulant continuer le rapprochement orthodoxe avec la Russie que celle des nobles catholiques polonais et lituaniens voyant l’arrivée de potentiel rivaux de l’hetmanat. Le hetman devient prince du royaume mais ses prérogatives diplomatiques disparaissent. Les tensions religieuses augmentent par crainte de la domination polonaise sur les orthodoxes. La population paysanne ukrainienne y voit une garantie des privilèges nobiliaires. Une révolte naît. Les défaites polonaises face aux russes ne font qu’amplifier l’opposition au traité qui est très rapidement oublié.

En 1660, la paix est signée avec la Suède par le traité d’Oliva. La Russie continue de soutenir la révolte cosaque mais l’armée polonaise entre sur le territoire des cosaques de la rive gauche du Dniepr sous domination russe depuis le traité de Pereïaslav de 1654.


Abraham van Westerfeld, Vue de la cathédrale de Sophie de Kyiv, 1651, Wiki Wand.

Des négociations s’ouvrent alors qu’aucun des deux belligérants ne parvient à prendre l’ascendant sur l’autre. Lors du traité d’Androussovo en 1667, la Biélorussie et l’ouest de l’Ukraine (région de Kiyv, Volhynie, Podolie et Galicie) reviennent à la Pologne mais les villes de Smolensk, Chernihiv et Kyiv restent sous contrôle du tsar. Le traité propose de rendre Kyiv deux ans après la signature. Le clergé orthodoxe s’y oppose farouchement et la ville n’est jamais rendue. Dès lors l’hetmanat ou “terre cosaque” est séparée en trois : la Rive droite sous protection du roi de Pologne, la Rive gauche sous protection du tsar depuis le traité de Slobodyshche de 1660, et la sich Zaporogue très largement indépendante jusqu’à sa destruction par le tsar en 1709.

L’Ukraine, une “terre perdue” à reconquérir

En 1668, le hetman Petro Dorochenko s’est mis sous protection de l’empire musulman. En 1669 le général Michał Wiśniowiecki est élu roi de Pologne dans une période de trouble. La même année Jan Sobieski, brillant général polonais devient grand hetman de la couronne.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

En 1674, lorsque Jean Sobieski monte sur le trône la guerre fait rage avec l’empire ottoman. En 1675, le roi de Pologne propose au colonel cosaque Ostap Gogol de devenir hetman de la rive droite. En 1676 le roi devient le protecteur des cosaques de la rive droite. Il est sacré à Cracovie et invite le hetman à la cérémonie du 2 février 1676. Il nomme de nombreux hetman dans une politique de reprise en main de cette zones dans une visée de reconquête de “l’Ukraine et la Podolie perdue” ainsi que de la ville de Kyiv considéré comme une terre “héréditaire” polonaise selon l’historien Taras Chukhlib.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa (détail).

La gravure de son entrée triomphale à Cracovie de 1675 est faite sur un dessin de Francesco Gratta le jeune. Cette marche militaire montre plusieurs figures allégoriques, antiques et modernes passant sous un temple de la vertu. Le roi est en costume romain sur un cheval est dirige la troupe vers la reine sur un balcon. Il est précédé de trois figures au centre se donnant la main, ce sont de droite à gauche l’allégorie de la Pologne, la Lituanie et l’Ukraine. Le roi de Pologne fit aussi réaliser de nombreuses gravures sur ses victoires sur les Ottomans comme grand hetman de la couronne. Au sujet de cette région, il est en concurrence avec le tsar. Cette zone est très importante pour garantir son royaume des invasions tatars ou ottomanes. Il sait que “celui qui a les cosaques conserve l’Ukraine” (Taras Chukhlib p.277) comme il l’avait remarqué alors grand hetman de la couronne .

Je dois admettre que c’est un cadavre
dégoûtant, pas l’Ukraine, car ce n’est probablement pas celui qu’ils ont pris à leurs ancêtres.
Qui y est mort, sinon le peuple Rus’ ? Qu’est-ce qui a brûlé, sinon la ville glorieuse (Kyiv) ? Où la fumée est-elle allée, sinon sur les églises et les maisons de Dieu ? Dont les tombes et les tombes ont été emportées,
sinon vos parents ou vos enfants, perdus pour rien ? A qui restait le désert, sinon conduit comme du bétail à la captivité des âmes chrétiennes ?

Universel du roi Sobieski en 1675

On voit dans ce texte que le roi reconnait aux cosaques le droit de vivre en Ukraine qui leur appartient. Ce sont eux qui meurt pendant les guerres et personne d’autre. Il leur reconnait une certaine liberté de culte et leur pardonne leurs anciennes trahisons. Cette politique doit aussi permettre de mieux combattre les Ottomans et reconquérir la Podolie. En 1675, le roi se décide à s’allier au tsar contre les Ottomans. L’enjeu était de grande importance puisqu’ils avaient eux même tenté d’unifier les cosaques sous l’égide de Youri fils du grand Khmelnitski nommé entre 1677 et 1678, comme “prince de Petite Russie”, “Dux Cosacorum” ou encore ” Dux en Ukraine ». Il “n’a pas utilisé le titre de Prince Sarmatiae” pour plaire à celui qu’il qualifie de ” Mon roi de Pologne le plus clair et le plus fort !” Après des tentatives auprès des Ottomans, le roi de Pologne se rapproche de l’hetman et lui promet de lui conserver ses titres s’il le rejoint en échange l’Ukraine retrouverait son statut du traité de 1658 et que la foi orthodoxe n’y serait pas menacée. Mais cette tentative reste lettre morte.


Jean-Baptiste Bonacina, Giorgio Chimilinschi, 1670, Coll. particulière.

Une gravure de la fin du XVIIe siècle le présente comme simple “général des cosaques”. Les titres donnés par les Ottomans n’ont jamais été salué par des victoires militaires, ils ne sont pas resté dans les mémoires. En 1683 une grande assemblée cosaque de la rive droite reconnait la suzeraineté du roi de Pologne en “tant que père et pasteur”, selon la lettre qu’ils envoyèrent au roi le 23 juillet 1683. Ils acceptent d’entrer en guerre contre les Ottomans dans le sud. Le 24 août 1683, le roi nomme comme hetman Stefan Kunitsky en lui donnant un collier une masse et un sceau avec “les anciennes armes de l’Ukraine” ( le cosaque armé). Il est décrit dans plusieurs gazettes sous le terme de “général des cosaques” comme sur la gravure de Youri Khmelnitski . Il a conquis toute la Valachie, Podolie et la terre des Tatars.

Charles de La Haye, Ioannes III D.G. Rex Poloniarum […], 1692, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

Le roi est victorieux avec ses troupes et les cosaques contre les Ottomans devant Vienne en 1683. En 1685, le sejm du roi de Pologne reconnait à “tous les cosaques de la sich et les ukrainiens sous les ordres de Kunitsy, le droit de s’installer en Ukraine, et qu’on leur rendra leurs anciennes libertés et privilèges accordés”. Le roi leur offre la protection s’ils reconnaissent qu’ils sont sujets de République. Le roi leur offre ainsi une forme d’autonomie par une constitution et en échange il peut créer des troupes dans une période de crise financière.

Leone Franco, Andriy Mohyla, 1649, Wiki Common.

La politique du roi est récompensé de succès, les troupes (environ 3000 cosaques) de Mohyla sont efficaces et permettent de reconquérir les zones ottomanes. Le hetman signe plusieurs documents “”Andriy Mohyla Hetman de S.A.R. – Armée de Zaporojie”. Mais le tsar en 1688 envoie une lettre au roi réclamant l’arrêt de l’utilisation de ce titre.

Recueil. Portraits d’Alexis-Michaelowitz, XVIIe s., Paris, BnF Gallica.

Dans sa politique contre l’empire Ottoman, le roi Sobieski décide de signer un second traité de paix avec le tsar de Russie en 1686. Il autorise ensuite les troupes des deux rives à entrer en campagne ensemble. Le roi renonce définitivement à réclamer les terres des cosaques de l’est du Dniepr ainsi que la région de Smolensk et Chernihiv et reconnait la liberté de l’ Église orthodoxe sur son territoire. Le tsar fait de même avec l’Église catholique et uniate. Le tsar promet son soutien contre les Ottomans. Ce n’est qu’en 1699 que Chernihiv et la Podolie reviennent à la Pologne.

Jan III Sobieski : duc d’Ukraine ou duc de Russie?



Jeremias, Winckler, Jan III., König von Polen, Herzog 1670-1690, Brunswick, Anton Ulrich-Museum.

Les documents émis au nom du roi Jan III Sobieski reprennent la titulature mise en place par Sigismond mais des nouveautés apparaissent.

Titulature de Sobieski, 1676, archives départementales de l’Aube.

Le terme de “Ukraine” apparait sous le roi Jan III Sobieski délaissant le terme “Russia” ou “Ruthenia”. Plusieurs gravures ont la titulature suivante “roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Ukraine “. La gravure en l’honneur de son couronnement de 1676 emploie ce terme. Elle représente l’approche du roi de Pologne au château de Wawel, avant qui allégoriquement, sous la forme de danseuses, représentent la Pologne, la Lituanie et Ukraine. Dans les deux versions de la gravure, la signature en français ou en latin est avec le terme “grand duc de Lituanie, Ukraine”.

Romeyn de Hooghe, Krönung Johann III von Polen, 1675, Herzog Anton Ulrich-Museum (détail).

Le terme “Ukraine” apparait aussi sur deux gravures de portraits du roi et de la reine d’une série du dessinateur des provinces Unies Nicolaes II Visscher gravée par Pieter Stevens. En 1679, il réalise une carte du royaume de Pologne avec le grand duché de Lituanie et l’Ukraine. Les trois entités sont en lettre capitale. Le roi veut se démarquer de ses prédécesseurs. C’est aussi un signe de bonne volonté envers le “tsar de toutes les Russies'” dans une politique de rapprochement et de paix.

Sur des gravures importantes comme celle de son couronnement, c’est le terme Ukraine que le roi décide de mettre en avant. Il veut se mettre dans les pas du célèbre hetman Bogdan Khmelnitski comme protecteur des Ukrainiens.

Concurrence avec l’hetman Bogdan Khmelnitski

Une gravure de l’hetman montre qu’il portait le titre de “commandant en chef de l’armée de Zaporovie, initiateur de la rébellion des paysans, des cosaques insurgés et le ‘dux’ du peuple d’Ukraine”. Le mot chef en latin “dux” ayant donné le mot duc, ainsi cela peut aussi se traduire par “duc du peuple Ukrainien” qui se rapprocherait de la titulature du roi “grand duc de Lituanie et Ukraine”. Le “dux” renvoie a la Rome antique au commandant des troupes ou chef de guerre. La gravure faite par Guillaume Hondius du hetman s’oppose au titre du roi en montrant que le titre lui vient du peuple et non pas d’une élection nobiliaire. Lors de son entrée à Kyiv en 1648, le métropolitain orthodoxe de la ville Sylvestre et le patriarche de Jérusalem Paisée Ier  l’accueillent au titre de “prince (princeps)”. Cette gravure est l’oeuvre d’un artiste de la cour de Pologne, aurait il rencontré le hetman en pourparler avec la république?


Willem Hondius, Bohdan Chmielnicki, 1651, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Cette image de l’hetman devient canonique et se retrouve dans de nombreuses icônes. Elle obtient une grande popularité après Poltava comme repoussoir à celle de Mazepa accusé de traitrise par le tsar. Mais cette image a été commandée par le roi Jean Casmir Vasa comme le signe d’un rapprochement avec l’hetman. Ce dernier avait été vaincu lors de la bataille de Bila Tserkva qui permet au roi de signer un accord favorable avec réduction des cosaques et gain territoriaux en sa faveur. L’hetman alors tente un rapprochement avec la Pologne en acceptant de pacifier le palatinat de Kyiv.


Willem Hondius, Ioannes Casimirus Dei Gratia Rex Poloniae, 1648, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Le roi Sobieski prend comme modèle à la fois les images de ces prédécesseurs et celle de l’hetman. Il est montré de 3/4 en guerrier sur les gravures avec le titre “duc d’Ukraine”. Il reprend le titre aussi bien pour rappeler la gravure de l’hetman que pour montrer la possibilité aux cosaques de revenir aux accords de 1658. Les gravures sont écrites en latin permettant la diffusion auprès des élites d’Ukraine.

Gloryfikacja Jana Sobieskiego na tle bitwy pod Chocimiem w 1673, ryc. Romeyna de Hooghe, 1674, Biblioteka Narodowa.

En 1684, il sait que les cosaques sont “pour la République le poison le plus dangereux et en même temps son bouclier le plus puissant”. En 1652, son frère ainé Marek Sobieski, staroste de Krasnystaw, avait été capturé après la défaite de Batoh et décapité avec les restes de l’armée polonaise (on compte des milliers de morts). Malgré les souvenirs désastreux des relations avec les cosaques, le roi savait qu’il ne pouvait créer une nouvelle politique pour la République sans les eux. Depuis 1676, il imaginait même, à partir de l’Ukraine (il était né à Olesko, dans le palatinat de Ruthénie ce qui lui fait dire qu’il aime les cosaque “depuis l’enfance”) et les cosaques, rendre héréditaire la couronne. Par de nombreuses gravures, il rappelle ses victoires face aux Ottomans à la bataille de Khotin ou de Lviv où les cosaques n’ont pas joué un rôle négligeable.

 

Une grande campagne de propagande par les gravures propose de faire valoir ses droits sur l’Ukraine et les cosaques aux yeux des puissances européennes. Dans cette logique il met en avant son image avec un texte clair en latin.


Nicolaes Visscher II et Pieter, Stevens, Jan III, König von Polen vers 1669-1702, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Une image caricaturale de l’hetman est réalisé après 1651 sans qu’on puisse savoir si c’est le roi Jan Kasimir Vasa ou Jan Sobieski qui en est le responsable. La qualité du travail ne permet pas de l’attribuer à Hondius. Le terme de “dux” est remplacé par “ductor” soit “guide” ou “conducteur” ce qui lui enlève sa valeur militaire de commandement. Mais cette gravure se trouve aussi avec le terme “dux”.

Les oreilles renvoient au mythe de Midas affublé d’oreille d’âne par Apollon après avoir parié sur un satyre au lieu d’Apollon dans un concours de lyre. Le roi Midas par honte doit mettre un bonnet pour les cacher. Les oreilles renvoient aussi à celles de l’animal connu pour sa paresse et sa stupidité. Ainsi la caricature fait sortir l’hetman de l’humanité et les cosaques le suivant sont aussi bêtes qu’un âne. Mais il est possible que cette caricature précède le règne du roi Jan III puisque sa politique était plutôt en faveur des cosaques.



Philibbert Bouttats, et Nicolaes Visscher I, Janus III. D.G. Rex Poloniarum Magnus Dux Lithuaniae Ukrainae Etc.,
1688 -1730, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

La politique du roi, bien que parfois qualifié de “cosaquisme”, n’est pas parvenu à ses fins. Le roi Jan III Sobieski a échoué à trouver une solution équitable aux relations polono-ukrainiennes. Cette relation se détériore chaque année et à sa mort seul l’hetman Mazepa a su proposer une relation plus stable pour les cosaques regroupant autour de lui une certaine unité des revendications cosaques selon l’historienne Tatiana Tairova-Yakovleva.

Conclusion: la succession de Sobieski

Johann Baptiste Homann, Ukrania quae et Terra Cosaccorum cum vicinis Walachiae, Moldoviae, 1720. L’auteur a mis lUkraine en jaune.

A la mort de Sobieski le titre de duc d’Ukraine se perd. Frederic August de Saxe ou Stanislas Leszczynski utilisent une titulature sans le terme “Ukraine”. La gravure d’Auguste II le montre en armure coiffé en bol, le modèle est très proche de certaines gravures de Sobieski. Les revendications territoriales sur la rive gauche du Dniepr n’est plus à l’ordre du jour d’un monarque élu avec l’aide du tsar.

Bien que le roi August II utilise les cosaques contre les Turcs, leur aide n’est plus essentiel puisque le roi peut compter sur son armée de Saxe. Son rapprochement politique avec la Russie est marqué par une volonté de laisser les troupes cosaques au tsar. En 1702, il décide de révoquer les régiments cosaques de la région de Kiyv puis il ordonne le démantèlement du camps de la rive gauche à partir de 1711.

Anonyme?, Portrait of the Hetman Ivan Mazepa , 1709, Getty Images.

La “Ruine” ukrainienne se termine par l’arrivée de l’hetman Mazepa en 1687 à la tête de la rive gauche. Restant vingt ans au pouvoir, il parvient à unifier l’Ukraine et donner une autonomie à l’hetmanat jusqu’à la défaite de Poltava et sa mort en 1709. C’est ce que rappelle une gravure où est inscrit “hetman de toute l’Ukraine” en latin.

Voltaire, Histoire de Charles XII,1768 , p.154

Pour aller plus loin

Білецький (Платон Олександрович), Українське мистецтво другої половини XVII-XVIII століть, Київ, Мистецтво, 1981. (Biletsky, Platon Alexandrovitch), Art ukrainien de la seconde moitié des XVII-XVIII siècle)

Чухліб (Тарас), Гетьмани і монархи. Українська держава в міжнародних відносинах 1648 – 1714 рр. – К.: Інститут історії України НАНУ, 2003 (Chukhlib (Taras), Hetmans et monarque. L’Etat ukrainien dans les relations internationales 1648-1714)

Plokhy (Serhii), Tsars & Cossacks – A Study in Iconography, Cambridge, Harvard Papers in Ukrainian Studies, 2002.( Plokhy (Serhii), Tsar et les cosaques. Une étude de l’iconographie)

Таирова-Яковлева (Татьяна), Между Речью Посполитой и Россией. Правобережная Украина в эпоху гайдамаков, Нестор-История, 2020 (Tairova-Yakovleva (Tatyana), Entre la République des Deux-Nations et la Russie. L’Ukraine de la rive droite à l’ère des Haïdamaks)

Widacka (Hanna), Jan III Sobieski w grafice XVII i XVIII wieku, Warszawa, Państ. Wydaw. Naukowe, 1987 (Widacka (Hanna), Jan III Sobieski et son image XVIIe et XVIIIe siècles)

 

 

L’ambassade de l’urss a Varsovie, un palais neoclassique stalinien en Pologne

Un bâtiment est sous la lumière des projecteurs depuis l’attaque surprise de la Russie en Ukraine le 24 février 2022 : l’ambassade de la Russie à Varsovie. Plusieurs manifestations ont eu lieu devant ce bâtiment symbolique au coeur du quartier de Śródmieście dans la rue Belwederska.

Vue aérienne de l’ambassade à Varsovie en 2022, Google maps.

La reconstruction de Varsovie

La ville ayant été détruite pendant la guerre, un bureau de reconstruction a été mis en place (Biuro Odbudowy Stolicy) sous la direction de Roman Piotrowski.

En 1949, Bolesław Bierut, premier secrétaire du PCUS de Pologne, explique que “l’architecture n’est qu’un moyen, un outil de mise en œuvre des décisions politiques”. La grande querelle se situe sur la restauration ou non de Varsovie. Le débat est tranché par l’architecte Edmund Goldzamt (1921-1991) dans son texte “La question du réalisme socialiste en architecture (Zagadnienie realizmu socjalistycznego w architekturze)” (Warszawa 1950, p.15-47) prônant une reconstruction sur le modèle du réalisme socialiste mis en oeuvre en Urss.

Bolesław Bierut lors de la Conférence de Varsovie du Parti ouvrier uni polonais en 1949, Wiki commons.

La réaction est pour la restauration, nous sommes pour la reconstruction.

Edmund Goldzamt

Kazimierz Lier (deuxième à partir de la gauche) rend compte de l’urbanisme à Bolesław Bierut, 1947, stanislawjankowskiagaton.pl.

Beirut propose un plan de reconstruction dans son livre Le plan de six ans pour la reconstruction de Varsovie (Sześcioletni plan odbudowy Warszawy) de 1951. Un grand axe central depuis un futur palais de la culture et des sciences (PKiN) jusqu’à une place appelée de la constitution (Plac Konstytucji) doit être réalisé puis se prolonger jusqu’à la place de l’Union de Lublin (Plac Unii Lubelskiej) et enfin l’ambassade de l’Urss. Les travaux démarrent en 1952 avec le Palais de la culture.

Plan de Varsovie dans Bolesław Bierut, Sześcioletni plan odbudowy Warszawy, 1951.

Situer le centre social de la capitale socialiste dans les hypothèses centrales historiques signifie la nécessité de ne pas les restaurer, mais de les reconstruire en profondeur, c’est-à-dire de les reconstruire selon la vision réaliste socialiste, par exemple agrandir les places et les artères de communication, démolir, et compléter le complexe historique par de nouveaux édifices conformes aux exigences du fonctionnement contemporain.

Edmund Goldzamt

Situation

Les travaux du bâtiment de l’ambassade de l’Urss se déroulent entre 1954 et 1956.

Plan de Varsovie en 1955, Polona.

Le terrain utilisé se situait non loin du parc de Łazienki où le château était en court de reconstruction par l’architecte Jan Dąbrowski. Le projet de l’ambassade supprime plusieurs petites rues issues des transformations de la ville depuis l’avant guerre et un jardin. Les architectes veulent ordonner les axes qui viennent de la place Unii Lubelski.

Plan de Varsovie en 1980, Polona.

Le nouveau bâtiment se trouve au milieu d’un parc paysagiste. Un mur délimite la zone de l’ambassade et de son jardin chaque pilier est surmonté d’un vase et les fer de la grilles sont en forme de lance.

Vue de l’ambassade de Russie en 2022

Un bâtiment classique

Un dessin permet de connaitre le premier projet du bâtiment. L’élévation de la façade sur jardin est à trois niveaux. La façade est rythmée par trois avant corps et des colonnes ioniques. Le corps central est surmonté d’un tympan et d’un attique portés par des colonnes au nombre de deux ou quatre. le tympan possède une niche rompant la ligne de l’architrave. L’attique est marqué par des ouvertures rectangulaires. Les travées de fenêtres sont séparées par une colonne tandis que les deux avant-corps des extrémités en ont deux de part et d’autre. Un dôme semble couronner le corps central où se trouve le drapeau de l’Urss.

Dessin 1955?, Archives de l’institut d’architecture.

Le bâtiment final prend ainsi des formes classique mais le projet est simplifié.

Façade sur le jardin en 2022.

Le bâtiment prend une forme en U avec des ailes terminées par des pavillons qui enserrent une cour fermée d’une grille. Un pavillon central est orné d’un avant-corps avec un porche aux colonnes ioniques et un tympan monumental orné d’une couronne végétale sculptée et de rubans . La construction est sur trois niveaux et possède un toit à l’italienne. L’ornementation des façades montre des pilastres ioniques enserrant deux niveaux de fenêtres et une dernière en entresol. Des balustres ornent les premiers niveaux de fenêtres et l’attique. L’ornementation à l’antique est rehaussé de jeux sur les profondeurs des façades.

Vue aérienne en 2022.

Construit de brique et béton, il ne semble pas avoir connu de changement majeur. Les intérieurs ne sont pas connus par un plan.

Les décors intérieurs

Les décors sont connus par le magazine Stolica numéro 4 de l’année 1956. Un hall central en rotonde avec un dôme donne sur un escalier monumental permettant de monter à l’étage. Des salons luxueux sont en enfilades de part et d’autre. Les décors sont très luxueux avec des matériaux comme du marbre provenant de divers régions de l’Urss. Les murs sont ornées de pilastres ou colonnes. Le sols sont en parquet de marqueterie. Le style général est plutôt proche d’un classique épuré mais coloré (essentiellement par la couleur or et divers nuance de rouge) mais parfois les mosaïques sont plus proches du rococco que du néoclassicisme.

Stolica, nr.4 1956, page 8.

Le reportage ne mentionne pas les bureaux et espaces de services. Il se focalise sur les espaces de réception où le luxe est bien mis en avant.

Deux architectes de l’école de Leningrad

L’attribution du bâtiment est sujette à debats. Il est fait mention de deux architectes de l’agence Lev Vladimirovich Rudnev (1885-1956) en charge du palais de la culture: ce sont Alexander Velikanov (1900-1955) puis Igor Rojine (1908-2005).

Tous les deux anciens étudiants de l’école de Leningrad (Ленинградский высший художественно-технический институт), ils sont les parfaits exemples de cette nouvelle génération issu de la formation soviétique. Alexander Velikanov (Александр Великанов) fut soldat avant d’entrer dans l’institut d’architecture de Leningrad en 1922. Plus jeune Igor Rojine (Игорь Рожин) est entré a l’école en 1925. Il ont pour professeur notamment Ivan Fomin partisan du retour du classicisme.

Ils participent dans les années 30 aux nombreux chantiers de Moscou dont le Palais des Soviets. Il sont artisans du style constructiviste avant de suivre la mode stalinienne du socialisme réalisme et du retour du classicisme/néoclassicisme. A partir de 1956, Igor Rojine devient responsable de la construction de Zelenograd sur un modèle de “ville verte”. Il continue sa carrière après la chute de l’Urss comme professeur d’architecture a Moscou.

Le dernier batiment stalinien à Varsovie

L’achèvement de ce bâtiment se situe à un moment charnière pour l’architecture à la mort de Staline. L’année 1954 voit de grands débats sur le style à promouvoir. Ce sujet a été bien résumé par Stéphane Gaessler dans son article Georgui Gradov, l’architecte qui a configuré les paysages soviétiques. Nikita Khrouchtchev s’oppose drastiquement au style et aux techniques de construction de son prédécesseur.

Lors du congrés des constructeurs de 1954 Georgui Gradov aurait dit “Quand je regarde le bâtiment de l’Amirauté, je suis étouffé par une haine de classe”. Puis le congres abouti à de nouvelles réglementations:

C’est d’abord l’adoption par le Comité central du PCUS et le Conseil des ministres de l’URSS, le 23 août 1955, du décret «  Sur les mesures pour le développement de l’industrialisation, l’amélioration de la qualité et la réduction des coûts dans la construction  ». Puis l’adoption le 4 novembre 1955 du décret no 1871 « Sur l’élimination des excès décoratifs dans l’architecture et la construction  ». Ce dernier décret acte la fin de l’architecture « stalinienne ».

Stephane Gaessler dans Georgui Gradov, l’architecte qui a configuré les paysages soviétiques

Ce décret marque la fin du réalisme socialisme qui ouvre une nouvelle période pour l’architecture soviétique.

La forme néoclassique sous Staline

Nous savons que Staline en s’imaginant nouveau tsar avait ordonné de reprendre les ornements d’architecture classique et mis ce style au dessus de tous les autres aussi bien du modernisme, de l’art déco, de l’éclectisme ou du nationalisme/régionalisme. Le dictateur les condamnait comme “cosmopolitisme” et voulait imposer un style classique universel soviétique.

En 1951, le premier numéro de la revue Patrimoine architectural (Архитектурное наследство) propose plusieurs articles sur l’architecte Vasili Bajenov (Василий Иванович Баженов, 1737-1799) qui étudia en France et en Italie notamment auprès de l’architecte Charles de Wailly (1730-1798). Il fut un des grands créateurs du style néoclassique ou empire en Russie. Les spécialistes des années 1950 lui attribuaient la maison Pachkov.

Pour l’ambassade de l’Urss à Varsovie, le modèle du palais Łazienki semble avoir inspiré les architectes. C’est la culture locale d’un bâtiment commandé par le roi Poniatowski qui est peut-être vue comme le début de la période russe en Pologne. 

Palais Łazienki en 2022.

Et d’autres bâtiments de la même période reprennent ce modèle à Rzeszów par exemple. Mais ce bâtiment montre des formes plus proche de l’art déco et d’un exotisme qu’un classicisme plus conventionnel.

Bâtiment de l’usine de Rzeszów en 2022.

Le palais de l’ambassade de Varsovie tranche plus nettement au style plus monumental du Ministère de l’agriculture ou de la place de la Constitution à Varsovie. Ces bâtiments sont dans l’axe de l’avenue Staline depuis le palais de la Culture.

Ministère de l’Agriculture à Varsovie en 2022.

Le socréalisme classique?

La volonté de représenter la joie et l’optimisme d’un monde soviétique régulé et beau est mis en avant en opposition avec le modèle désagréable et chaotique du monde capitaliste. Ce monde se veut celui du futur et du progrès, la une de Stolica montre l’ambassade avec une voiture polonaise dernier cris, la FSO Warszawa sortie en 1951.

Stolica, numéro 4 de 1956, couverture.

Les architectes veulent toucher les sens par la représentation du palais plutôt que de réellement réaliser un palais qui demanderait des matériaux nobles. C’est d’avantage une impression d’un nouveau modèle plus égalitaire qui est voulu ainsi que de faire oublier les réalités sociales et économiques du monde soviétique des années d’après guerre.

Suggestive forms and plastic-spatial solutions resembling the palace-like, representative old architecture served primarily the purpose of proper coding of emotions.

Aleksandra Sumorok, “Monday Palaces.”

C’est ainsi le rêve socialiste construit en pierre en un style classique qui, par l’ambassade de l’Urss, devient le modèle à atteindre pour tous pays qui adhérent à cette idéologie. La vision d’un futur radieux, dans la culture stalinienne, s’inscrit alors dans une continuité avec les grandes réalisations des civilisations passées.

Pour aller plus loin…

Czapelski (Marek), Architektura polskiego socrealizmu w Zachęcie, Narodowa Galeria Sztuki, 2016 (en ligne).

Majewski (Piotr), Ideologia i konserwacja. Architektura zabytkowa w Polsce w czasach socrealizmu, Trio, 2009.

Piątek (Grzegorz), Najlepsze miasto świata. Warszawa w odbudowie 1944-1949, Grupa Wydawnicza Foksal Wydawca, 2020.

Sumorok (Aleksandra), Socrealizmy i modernizacje, Akademia Sztuk Pięknych w Łodzi, 2017.

Zieliński (Jarosław), Realizm Socjalistyczny w Warszawie. Urbanistyka i architektura, Fundacja Hereditas, 2009 (en ligne).