Les portraits du prince Albert de Saxe-Teschen par Marcello Bacciarelli : de nouveaux apports archivistiques

Introduction

Le musée national de Varsovie vient d’acquérir un portrait du prince Albert en armure de Marcello Bacciarelli (1731-1818) passé en vente à Vienne à la maison de vente Dorotheum le 09 novembre 2022 .

Marcello Baccirarelli, Portrait du prince Albert de Saxe, 1766?, Warszawa, Muzeum Narodowe.

Le tableau à l’huile sur toile mesure 92,5 cm de haut sur 75,5 cm de large. C’est le seul portrait connu du prince par cet artiste. Les spécialistes le datent de la période du peintre à Vienne entre 1764-1766 et même plus précisément dans les premiers mois de 1766. Mais la correspondance avec son frère le prince Xavier montre que cette version a été longuement élaborée depuis 1764. L’artiste aurait réalisé à Vienne deux portraits de l’archiduchesse Marie Christine, plusieurs portraits de ses sœurs et un portrait de groupes « Scène de ‘Il Parnaso confuso’ ». Peu de traces de son passage à Vienne ne sont restées dans les archives. De nouvelles informations permettent de mieux comprendre cette période à Vienne et de la remettre en perspective avec la Saxe au sortir de la guerre de Sept-ans. Cet article apporte de nouveaux documents archivistiques sur les portraits du prince Albert réalisés par Marcello Bacciarelli.

La longue élaboration d’un portrait du prince Albert

Le 9 février 1764, le prince Albert mentionne qu’il ne peut pas envoyer un portrait « qui est achevé mais comme il ne sera peut-être encore tout à fait séché il faut que je remette cela à une autre occasion »1. Ce tableau sans auteur ne semble pas avoir été beaucoup apprécié par le prince Xavier qui, quelques mois plus tard, émet l’idée d’un autre portrait réalisé par un peintre de talent. La lettre du prince Xavier à ce propos manque malheureusement. Mais nous connaissons la réponse du prince Albert, alors à Vienne, du 16 juin 1764 :

« Votre idée touchant mon portrait, ne saurait venir plus à propos, l’ayant déjà fait commencer par Bacciarolli[sic] dans le dessein de l’envoyer au général Maryher. Je vous ferai remettre dès qu’il sera achevé, mais je ne crois pas que cela sera de si tôt, ce peintre étant engagé à peindre toute la famille royale, ce qui n’est pas une petite ouvrage. C’est pour cela que je vous prie aussi de ne pas faire presser son départ pour Dresde, où on le demande pour l’académie. Il serait en effet bien dommage, qu’il n’eut pas tout le loisir de peindre, cette belle famille, dont nous n’avons pas encore un seul portrait ». Le 9 août 1764, il ajoute « Bacciarelli ne pourra être prêt qu’au printemps s’il doit faire les portraits de toute la famille. Ce n’est pas assurément qu’il ne veuille retourner en Saxe, mais s’étant déjà engagé de votre consentement à faire cet ouvrage ici, il lui faut au moins ce temps-là. Ce que je puis vous assurer, c’est qu’avec cela il n’en fait pas d’autre que le mieux. Voilà tout ce que je puis dire sur ce sujet»2.

Marcello Baccirelli, Portrait de Heinrich von Brühl, 1753, Dresde, SKD, Gemäldegalerie Alte Meister.

Marcello Bacciarelli est né à Rome mais entra en 1750 à l’académie de Dresde comme peintre de cour. Il y devient professeur. En 1756, la guerre le fait quitter la capitale de Saxe pour Varsovie. D ‘avril 1764 à octobre 1766 il est à la cour de Vienne3. Il n’y est comme peintre envoyé en Autriche mais reste rattaché du moins jusqu’en 1764 à l’académie de Dresde. Nous pouvons nous demander les raisons de l’envoi d’un peintre à Vienne. A cette période Varsovie subit les troubles dus à la mort d’Auguste III le 5 octobre 1763. Le trône de Pologne est vacant et un sejm doit s’ouvrir sous la pression russe qui a envoyé des troupes jusqu’à Varsovie. Puis la mort de son frère ainé l’lecteur Frédéric Christian le 17 décembre 1763 marque une autre rupture pour la Saxe : « j’allais […] à la fin de 1763 pour me rendre en France. La mort de l’électeur mon frère […] changeant mon projet [et] qui [m’]obligeât de me charger de la régence en Saxe […] »4.

Johann Friedrich Stieler( médailleur), Médaille pour la fondation de l’école d’artillerie, 1767, SKD, Münzkabinett.

Le prince Xavier devient « prince administrateur » jusqu’à la majorité révolue de 18 ans de son neveu, Frédéric-Auguste alors âgé de treize ans. Cette position lui donne toutes les prérogatives de l’électeur : « l’Administrateur a droit de faire pendant la minorité tout ce qu’un électeur majeur, jouissant de ses droits pourrait faire »5. Se voyant comme le meilleur candidat en étant l’aîné de la famille et ayant la position d’un électeur, il projette alors de proposer sa candidature au sejm pour l’élection de 1764. Il cherche l’appui des cours de Versailles et de Vienne. L’envoi de ce peintre peut entrer dans ses projets. Mais ne trouvant que peu d’appui en France et en Autriche, il renonce à ses projets en janvier 17646. Le prince Poniatowksi est élu comme roi de Pologne en septembre 1764. Le prince Xavier renonce au trône de Pologne et jette son dévolu sur la co-adjuterie de l’ordre teutonique. Mais n’ayant aucun soutien et un mariage morganatique qui bruisse à la cour d’Autriche, il doit y renoncer malgré lui. De son côté depuis la fin de la guerre, le prince Albert est dans les bonnes grâces de l’impératrice Marie-Thérèse. Il a obtenu après la guerre le grade de général de cavalerie, puis il est nommé gouverneur de Komárom le 13 mars 1763. Son travail en Hongrie l’empêche de consacrer trop de temps à la réalisation du portrait. Le prince Xavier rappelle à son frère la promesse et Albert écrit le 27 décembre 1764 :

«Vous me faites ressouvenir très sagement du portrait que je vous avais promis, sans quoi il courrait risque de n’être jamais achevé. Mes absences et les occupations que j’ai eus depuis mon retour en cette ville, ont été causes de cet oubli. Je compte de le faire achever au plus tôt, et de vous l’envoyer par la première occasion. Que je souhaiterais que ce tableau muet put vous exprimer toute la tendresse de celui dont il peint les traits ! Aimez le toujours un peu cher frère et croyez que vous n’avez pas au monde d’ami plus sincère que lui. Albert »»7.

Le tableau est fini durant l’hiver 1765 comme le prince Albert en rend compte dans une lettre de Vienne du 16 février 1765 :

« Si je ne vous ai pas parlé du retour de Bacciarelli, c’est qu’effectivement je crois qu’il ne pourra pas avoir lieu de si tôt, l’impératrice le chargeant toujours de nouveaux ouvrages. Pour ce qui est de mon portrait, je vous l’ai déjà mandé qu’il était achevé et que j’attendais seulement une occasion de vous l’envoyer »8.

Peter Gartenberg (médailleur), Médaille pour la nomination du prince Albert comme Reichs-Feldmarschall, 1766, SKD, Münzkabinett.

Il ajoute le 20 mars 1765 « Pour mon portrait, je ne puis pas vous l’envoyer encore, puisqu’il faudrait le rouler ce qui lui ferait peut etre du tort et j’attendai pour cela le depart de la diligence. Mr de Posels pourra vous dire en attendant comme il l’a trouvé »9.

Le prince Xavier n’ayant pas donné de nouvelles de la réception tableau, Albert écrit encore de Vienne 12 juin 65 : « vous me dites rien dans aucune de vos lettres du portrait que je vous ai envoyé par Petrillo. Je me flatte qu’il sera bien arrivé en bon état, mais que je suis fâché que ce tableau muet, ne puisse vous rendre tous les sentiments d’amitié et de tendresse de celui qu’il représente et qui vous embrasse mille fois en idée » 10.

Détail de l’inventaire de 1769.

En 1769 lors d’un inventaire, le tableau du prince Albert est disposé dans la salle d’audience de l’appartement du prince Xavier dans le château électoral à Dresde. Il est placé à coté des portraits de Charles par Anton Graff et Clément par Georges Desmarée. Il mesurerait 102cm de haut sur 82 cm de large (1 elle 20 zollen/1 elle, 12 zollen)11.

Un second tableau ?

Le 26 décembre 1765, le prince Albert est élu gouverneur de Hongrie et l’impératrice le nomme feld-maréchal12. Le 8 avril 1766, il se marie avec l’archiduchesse Marie-Christine et emménage au château de Hof. L’impératrice le couvre de gloire : il est fait duc de Teschen. C’est durant cette année qu’il se serait décidé à réaliser un nouveau portrait, celui actuellement au Muzeum Narodowe de Varsovie.

La datation du portrait a été fait grâce aux insignes. Selon la notice de vente rédigée par Mark MacDonnell, Albert porte une combinaison d’ordres chevaleresques : la Toison de l’Ordre de la Toison d’Or depuis 1738, augmentée de joyau offert par le roi d’Espagne à la fin de 1765. Le prince porte également la ceinture bleue et la croix de l’Ordre de l’Aigle blanc de Pologne, comme la plupart des membres de la maison de Saxe. Il explique « dans une lettre (non datée) au roi Charles III d’Espagne, Albert demande la permission, puisque l’impératrice lui avait décerné l’Ordre de Saint-Etienne de Hongrie, de porter cet ordre avec la Toison d’Or, tout comme il l’avait porté avec l’Aigle Blanc, auquel il renoncerait désormais : “Je Supplié[sic] V. M. de designer me permettant que je joigne le-dit ordre à la toison, a la place de celui de Pologne, que j’ai toujours porté avec celle-ci, et que je n’aurai pas de peine à quitter pour cet effet, puisqu’il n’est pas du tout du notre famille, mais d’un pays qui nous est devenu tout à fait étranger » [faisant allusion à Stanislas Poniatowski devenu roi de Pologne en 1764, mettant fin à la domination de la maison Wettin sur la Pologne]. Le roi Charles a accordé la permission dans une lettre datée de Madrid, le 11 décembre 1765 ». C’est aussi depuis 1741 pour la dynastie des Habsbourg un moyen de légitimation que de mettre en avant la couronne de Hongrie. Le prince de rang inférieur choisit dès lors de se rattacher davantage à l’Autriche qu’à sa dynastie. Endossant par la suite pleinement son rôle de gouverneur de Hongrie et de feld-maréchal, il ne se fait peindre qu’en uniforme militaire autrichien. De plus, il porte le jabot noir en marque du deuil suite à la mort de l’empereur François Étienne le 18 août 1765, qui était encore observé même pendant la cérémonie du mariage.

Marcello Bacciarelli, Portrait de l’archiduchesse Marie-Chrisine, 1766, Wien, Kunsthistorisches Museum.

Dans une lettre datée du 18 janvier 1766, l’archiduchesse Marie Christine écrit à son fiancé Albert qu’elle attend l’arrivée de Bacciarelli pour peindre son portrait, et qu’elle avait l’intention d’être peinte dans une robe rouge, la couleur préférée d’Albert. Ce tableau se trouve actuellement au Kunsthistorisches Museum de Vienne avec un dessin préparatoire copie d’après Martin van Meytens au Muzeum Narodowe de Varsovie.13. Depuis Laxembourg, le prince Albert écrit à Xavier, le 6 mai 1766 :

« Jai été si pénétré, cher frère, de tout ce que vous me dites de tendre et d’amical dans la lettre que j’ai reçu par Liebenau, que j’aurais souhaité que vous en eussiez pu voir par vos yeux la joie qu’elle m’a causée, tout que je pourrais vous en dire ne suffisant pas pour vous l’exprimer comme je le désirerais. Ma chère femme a été on ne peut plus sensible aux assurances que vous chargez de lui faire de ma part. C’est même pour me prier de vous le témoigner qu’elle vient m’interrompre à tout moment. L’inconvénient que d’avoir une jolie femme ! On m’a jamais de repos avec elle. Ne croyez pas toutefois, mon frère, que ce soit cela seul, qui est cause que j’ai eu depuis notre arrivée à Presbourg, m’en ont bien plus empêchés. Nous sommes arrivés hier au soir ici, ou nous resterons jusqu’à l’onze et je profite à la hâte de quelque moment de loisir que je trouve en ce séjour, pour vous assurer de toute la tendresse, que je conserverai toute ma vie pour vous, et avec laquelle je vous embrasse du fond du coeur »14.

Anton Wideman (médailleur), Médaille pour le mariage du duc Albert Kasimir von Sachsen-Teschen avec Maria Christina von Österreich le 9 avril 1766, SKD, Münzkabinett.

L’auteur de la notice date donc le portrait d’Albert en armure du début de 1766. Il serait donc postérieur au portrait offert au prince Xavier fini et envoyé en février 1765. Ces deux tableaux de grands format s’inscrivent dans une longue tradition et semblent en partie se répondre que nous verrons dans un autre article.

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 9 févirer 1764. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 16 juin 1764. 3 Voir Marcello Bacciarelli. Najpiękniejsze portrety, catalogue d’exposition, Warszawa: Arx Regia, 2018 ; Andrzej Pienkos, « Vienna 1764-1766. Bacciarelli alla corte imperiale, fra Dresda e Varsavia », dans Intorno a Marcello Bacciarelli. Italiani nella Varsavia dei Lumi, Varsavia: Instytut Historii Sztuki UW, Muzeum £azienki Królewskie, 2019, p. 67-77 ; Konrad NIEMIRA, « Più bravo pittore che fosse in Vienna, czyli Marcello Bacciarelli na habsburskim dworze i wiedeæskich salonach », dans Rocznik Muzeum Narodowego w Warszawie. Nowa seria 8 (2019), p. 223-241. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1808, note biographique du colonel Christoph August Sayffert, s.d.[vers juillet 1778]. 5. Wicquefort (Abraham de), Discours historique de l’élection de l’Empereur et des électeurs de l’Empire, Paris, Corbe, 1658, p. 179 – 182. 6. Bajer (Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit., p. 162. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 27 décembre 1764; Dresden, Sächsisches Staatsarchiv, 12531 Nachlass Xaver, Prinz von Sachsen, Nr. 012a, lettre du prince Albert à Xavier, 9 août 1764. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 16 février 1765. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 16 février 1765. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 20 mars 1765. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, « Spécification von Hr. Konige Hoheit Printz Xaverii, sämmtlichen bildern », 4 novembre 1769 : « portrait von Konig Hoheit das Prinzen Alberts Hertzogs zu Teschen in dergl. Ramen, von Bacciareli gemalt ». 12. Kulcsár (Krisztina), « With or without Estates? Governorship in Hungary in the Eighteenth Century. » The Hungarian Historical Review, vol. 10, no. 1, 2021, pp. 96–128. JSTOR, https://www.jstor.org/stable/27115435. Accessed 21 Feb. 2023. Voir la note de la notice de vente (F. X. Malcher, Herzog Albrecht zu Sachsen-Teschen bis zu seinem Antritt der Statthalterschaft in Ungarn, 1738–1766, Vienna 1894, p. 158). 13. Pieńkos (Andrzej), «  Vienna 1764–1766: Bacciarelli alla corte imperiale, fra Dresda e Varsavia », A. Pieńkos/M. Smoliński [eds.], Intorno a Marcello Bacciarelli: italiani nella Varsavia dei lumi, Warsaw 2019, p.74. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 6 mai 1766.

“Au prince Xavier, mon très cher frère”, la correspondance intime du prince Albert de Saxe à son frère aîné 1760-1767 (1)

Introduction

Le couple royal de Pologne Auguste III et Marie-Josèphe d’Autriche eurent de 1720 à 1740 quinze enfants, dont onze sont parvenus à l’âge adulte. Les garçons sont au nombre de cinq  : Frédéric-Christian (1722-1763), François-Xavier (1730-1806), Charles (1733-1796), Albert (1738-1822) et Clément (1739-1812)1 . Par leur mère, ils sont les petits enfants de l’empereur Joseph Ier et donc cousins éloignés de l’impératrice Marie-Thérèse et de son époux François Ier de Lorraine.

Pierre Subleyras, Portrait de Frédéric-Christian, SKD online.

Le chercheur Christian Terraux a étudié la vaste correspondance des archives de Xavier de Saxe avec ses frères et sœurs : la quantité de lettres la plus importante provient des échanges avec la princesse Elisabeth (1527 lettres), puis vient ensuite celles de Marie-Anne (1013), celles de Clément (478), celles de Christine (449), celles de la Marie-Josèphe (305), celles de Cunégonde (259), celles d’Albert (198), celles de Frédéric Christian (101), celles de Charles (35), et enfin aucune pour Marie-Amélie2. Ainsi il est très proche de ses frères Clément et Albert avec qui il partage de nombreuses passions. Nous étudierons dans un autre article les relations avec ses soeurs.

Il avait 3 ans de différence d’âge avec Charles, et respectivement 8 et 9 ans avec Albert et Clément.Alors qu’avec le prince héritier, de huit ans son aîné, il montre dans ses lettres une déférence et se veut digne des grâces qu’il peut recevoir, essayant ainsi de rester proche de celui qui doit succéder à son père. Il était en rivalité permanente avec Charles auprès de leur père.

Cette étude se concentre sur ce qui à attrait à l’intime entre les deux frères, dès lors, nous analyserons la correspondance en se focalisant sur leurs relations fraternelles et amoureuses.

La fratrie en temps de guerre

Plusieurs événements vont encore plus rapprocher les deux frères. D’abord les rapports conflictuels avec leur père mais surtout la guerre. En 1756, la Saxe est occupée par la Prusse : le roi avec ses fils, excepté l’aîné handicapé, peuvent s’exiler en Pologne tandis que la reine et les autres membres sont prisonniers à Dresde. Le roi décide d’envoyer ses fils plaider sa cause auprès des différentes cours européennes: les princes Albert et Clément à la cour d’Autriche, Charles à la cour de Russie et le prince Xavier à celle de France. Ces envois vont marquer durablement chaque membre de la fratrie qui vont s’y attacher plus ou moins durablement.

Bernardo Belloto, Le palais impérial de Schönbrunn, Vienne.

Les lettres de la correspondance conservées par Xavier commencent ainsi le 21 janvier 1760 et se terminent le 24 décembre 1790. Dans cet article nous n’analyserons que les lettres de 1760 à 1767 qui marque la naissance du premier enfant du prince Albert. La majorité des lettres sont les réponses d’Albert à celles envoyées par le prince Xavier : ces dernières n’ont pas été retrouvées dans des archives, elles n’ont pas été renvoyées ou elles ont été détruites. Les cahiers de minutes du fonds relèvent pourtant les réponses. Les premières lettres s’ouvrent par « Monsieur et très cher frère », formule qui se retrouve dans la correspondance pour son frère Frédéric-Christian aussi. Celle-ci est remplacée par « Mon très cher frère » avant que les lettres n’aient plus aucune ouverture montrant que le prince Albert sait que son frère ne lui reprochera pas. Mais elles se finissent toujours par des mots d’affection qui semblent plus ou moins sincères en fonction des évènements. Mais le prince Albert semble vraiment apprécier son grand frère.

Cette relation épistolières prend place dans une vaste correspondance avec de nombreux correspondants. Dans une lettre du 7 avril 1765, le prince Albert fait mention que le prince a adressé sa réponse non pas à son frère mais à une sœur: « j’hésitais déjà si je ne devais vous la renvoyer, voyant qu’elle était adressée à une sœur[…] je pris le courage de lire plus outre et je vis effectivement qu’elle était adressée à moi, et que vous vous étiez seulement mépris de sexe en me parlant »3.

Dans cette première lettre du 21 janvier 1760, le prince Albert écrit depuis Vienne : « il y eut un bal à la cour où j’eus l’honneur d’être[sic] moitié de contredanse avec l’archiduchesse Marie (qui m’a pareillement chargé de compliment), j’eus ensuite deux fois l’honneur de l’amener en trainots[sic], à Schönbrunn, et à la grande course en ville »4. Cette archiduchesse est Marie-Christine (1742–1798) surnommé juste Marie ou Mimi par ses parents. Les chercheurs expliquent qu’il en serait tombé immédiatement amoureux mai sa correspondance n’en dit mot à ce moment. Les allers-venus du prince sont le résultats de ses positions durant la guerre: il effectue ainsi de nombreux voyages entre Vienne, Munich, Dresde et Varsovie tandis que le prince Xavier voyage entre Munich, Paris, Dresde et Varsovie.

Meister der Erzherzoginnen, Portrait de Maria Christina, Vienne.

Le prince Albert revient à Vienne au début de mai 1760 « où S.M. l’impératrice nous a invité de venir avant que de retourner à l’armée, notre séjour n’y sera que de très peu de jours, car nous tâcherons de rejoindre l’armée aussi tôt que les opérations pourront recommencer »5. A cette date, l’impératrice l’a fait nommer lieutenant-général impérial et il devient propriétaire d’un régiment. Venu une première fois à Vienne après l’hiver 1759, les lettres du prince Albert manquent malheureusement pour cette période de trouble pour la famille. Mais la date de 1760 marque un tournant puisque le prince rencontre de plus en plus souvent la famille impériale, car il est un parent et rend compte de sa première rencontre avec l’archiduchesse Marie-Chirstine (qui deviendra son épouse).

Martin van meytens, La famille impériale en 1756, Versailles.

Devenu officier militaire, les nombreux voyages à la cour d’Autriche sont parfois pour lui très contraignants. Le 23 février 1761, il écrit depuis Varsovie sur son voyage et séjour à Vienne : «[…] nous arrivâmes le 7 au matin à Vienne. Nous ne restâmes que 8 jours en cette ville, mais quoique notre demeure n’y fut pas longue, elle ne laissa que d’en être d’autant plus fatigante que notre temps s’étant écoulé pour ainsi dire en dansant. C’était une continuité de plaisirs et de fêtes qui devenaient jusqu’à la fin insupportable, par leur trop grand nombre »6.

Bernardo Bellotto, Vue du bevédère à Vienne, Wiki Common.

Les deux frères se tiennent de même au courant de leurs commandements par des journaux qu’ils s’envoient régulièrement. Nous reviendrons sur leur commandements respectifs de régiments et ces journaux de campagne. Le prince Albert écrit le 25 mars qu’il apprend « avec plaisir, mon cher frère que vous venez d’arriver à l’armée, pour vous remettre à la tête de nos chers saxons et ranimer leur ardeur.[…] Envoyez je vous prie, s’il se peut la continuation de votre Journal que nous n’avons que jusqu’au 15 ». Il conclut sa lettre «  Ce n’est que quand nous serons tous rassemblés à Dresde que ma joie sera complète, vous assurant de bouche de la parfaite et sincère amitié avec laquelle je serais à jamais, votre très affectionnée serviteur et frère »7.

Bernardo Belloto, Dresde depuis la rive de l’Elbe, Wiki Common.

Leur attachement sincère se voit lors de leurs rencontres. Le 17 décembre 1761, les deux frères prévoient de se voir. Depuis Chemnitz, Albert écrit « la joie que j’ai ressentie en lisant la proposition que vous me faites de nous donner un rendez-vous, est inexprimable. Je l’accepte avec le plus vif empressement et vous envoie pour cet effet mon chasseur vous priant de me faire savoir le jour où vous voulez y venir si cela pouvait être le 20 d.c. j’en serais fort charmé car je dois partir ensuite pour Vienne et Varsovie. Adieu cher frère, je vous embrasse de tout mon coeur »8. Les deux frères se mettent d’accord de se voir à Blauckenburg et invitent leur frère Clément. Ce dernier est aussi souvent présent dans leur correspondance, il est lui aussi officier dans l’armée autrichienne avant de choisir l’état ecclésiastique.

Bernardo Bellotto, Ruine des faubourgs de Pirna, Troyes.

La fin de la guerre voit enfin le vœu du prince Albert récompensé. La paix signée, ils font, le 30 avril 1763, une entrée triomphale à Dresde, auprès du roi avec son frère Xavier 9. Il peut enfin rejoindre sa famille bien aimée.

Notes

1. Otto Posse, Die Wettiner. Genealogie des Gesamthauses Wettin, Berlin, 1897 et Michel Huberty(dir.), L’Allemagne dynastique, t. I : Hesse-Reuss-Saxe, Paris, 1976, p.472. 2. Terraux (Christian), « Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière », mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2005 [en ligne sur le site des Archives de l’Aube, consulté le 13/03/2019]. 3.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489,ettre du prince Albert à Xavier, 7 avril 1765. 4.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 21 janvier 1760. 5.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489,ettre du prince Albert à Xavier, 2 avril 1760. 6.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1489, lettre du prince Albert à Xavier, 23 février 1761. 7.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 25 mars 1761. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 17 décembre 1761. 9Journal historique, juin 1763, p. 447.

Les princes de Saxe et les arts: de la pratique du dessin à la collection

A l’époque moderne, nous savons que les arts sont utilisés par les princes comme moyen de promotion de leur image et de leur dynastie. Mais leurs rapports à l’art peuvent être différents entre le collectionneur pour son plaisir personnel et le créateur de grands palais pour la postérité. Et en effet la famille de Saxe utilise les arts pour compter parmi les grandes familles européennes et d’autant plus après leur accession à la couronne de Pologne. Cet article donne de nouvelles pistes de réflexion sur le rapport aux arts pour les enfants du roi Auguste III.

Éducation artistique

L’éducation des princes de Saxe se fait aussi par la connaissance des arts. Très tôt, ils apprennent le dessin surtout militaire et architectural. Il existe un ensemble de livre sur les principes de d’architecture signé par les deux princes Xavier et Charles 1. Ces textes montrent la façon dont les jeunes princes sont éduqués : les textes sont complétés par des dessins qui pourraient être de la main des princes. Ce qui veut dire qu’ils maîtrisaient avec le dessin, la géométrie et des mathématiques.

Dessin de Charles de Saxe, Suites des principes d’architecture, SLUB online.

Leurs maitres ont la tâche d’en faire des princes ayant les facultés militaires de commander les armées. Leur père peut aussi avoir mis à leur service les peintres de cour comme la famille de Louis de Silvestre ou encore Pietro Rotari. Le prince Xavier reste attaché à cette famille en gardant à son service un secrétaire Louis de Silvestre, petit fils ou petit neveu du peintre Louis de Silvestre.

Le prince Albert en artiste

Pietro Rotari, Portrait d’Albert de Saxe, SKD online.

Mais un des princes semble avoir été plus assidu dans cet apprentissage du dessin. Le prince Albert de Saxe est davantage connu comme mécène et créateur du musée Albertina à Vienne que comme artiste. Mais des dessins, tableaux et lettres nous en apprennent davantage sur ses talents. Un portrait de 1755 le montre avec un dessin de forteresse et des outils de cartographes. Le plus ancien dessin de sa main est un paysage architecturé de 1758 qui montre plusieurs maladresses. Sa technique s’est perfectionné avec le temps.

Albert de Saxe, Temple, Albertina online.

Plusieurs lettres de sa correspondance montre qu’il s’adonne au dessin et à la peinture régulièrement pour parfaire son art. C’est la rencontre avec la jeune archiduchesse Marie-Christine (qu’il épousera en 1766) qui l’amène a s’améliorer. La jeune femme avait été initié au dessin très tôt par le peintre Martin van Meytens. Mais contrairement au prince Albert, elle ne dessine jamais par elle même et ne fait que copier des modèles trouvés dans les estampes. Elle a laissé une centaine de dessin de sa main. Elle a acquis ainsi une certaine technique comme on peut le voir dans un portrait qu’elle réalise en 1765.

Marie-Christine archiduchesse d’Autriche, Autoportrait, Wiki common.

Le prince Albert charge le 20 mars 1765 son frère aîné Xavier de lui trouver quelques «  belles estampes de tableaux historiques, dont je vous aurai bien de l’obligation. Pour mon portrait, je ne puis pas vous l’envoyer encore, puisqu’il faudrait le rouler ce qui lui ferait peut être du tort et j’attendrais pour cela le départ de la diligence. Mr de Posels pourra vous dire en attendant comme il l’a trouvé »2.

Albert de Saxe, Montagne du Tyrol, Albertina online.

Depuis Vienne, il explique dans une autre lettre que « pour ce qui regarde les estampes que je vous ai demandées, j’entends par estampes historiques, tout ce qui n’est pas paysage, architecture, ou pièce flamande, mais en figure, puisque je m’amuse à copier de ces sortes de tableaux, surtout qu’ils sont de bons maîtres et il est rare d’en trouver de bonne ici. Vous pourrez donc envoyer un rouleau, et il est indifférent de quel sujet qu’elles traitent, ou de quels maîtres elles soient, pourvu que ce soit des pièces choisies »3. Le prince Albert montre ainsi que le marché de Vienne ou Presbourg ne permet pas d’acquérir des gravures de qualités. Il s’adresse à son frère en Saxe qui peut avoir accès aux gravures réalisés par des grands noms d’artistes graveurs comme le peintre Bernardo Bellotto ou Charles-François Hutin, les graveurs Joseph Wagner, Martin Engelbrecht ou Johan Balthasar Probst. Il a pu lui envoyer le Recueil d’Estampes d’après les plus célèbres Tableaux de la Galerie Royale de Dresde réalisé en 1753.

Albert de Saxe, Jacob et Rachel, Albertina online.

En 1766, il se marie avec l’archiduchesse Marie-Christine fille préférée de l’impératrice d’Autriche qui la met à la tête d’une fortune considérable. Son époux est nommé gouverneur de la Hongrie et réside à Presbourg (Bratislava). La même année, elle lui offre un album de gravure. Après son premier dessin de 1758, il réalise les montagnes du Tyrol et plusieurs soldats et officiers autrichiens. Il délaisse petit à petit les inventions pour se mettre à la copie. Il existe ainsi de 1766 une copie d’une gravure de Jacob et Rachel qui se trouve dans le Recueil d’estampes de la galerie de Dresde. Son style semble devenir plus abouti.

Charles-François Hutin et Wagner, Gravure de Jacob et Rachel d’aprés Luca Giordano, coll. part.

En 1774, il charge l’ambassadeur autrichien à Rome de commencer à lui fournir des gravures. En 1776, le couple Albert et l’archiduchesse Marie-Chistine de Saxe-Teschen entreprennent un voyage en Italie. Le 4 juillet 1776 ambassadeur comte Durazzo leur offre plus d’un millier de gravures qui sont à la base d ece qui va devenir le musée Albertina. Nous pouvons ainsi mettre les lettres de 1765 à son frère autant dans une volonté d’Albert de parfaire sa main que de celle de commencer sa collection d’œuvres d’art : à sa mort les collections comptent 14 000 dessins et 200 000 estampes.

Albert de Saxe d’après Schenau, Portrait de la comtesse Miltiz, Albertina online.

Par la suite, le prince a dessiné une scène de genre d’après Schenau. Il réalise ainsi des tableaux religieux, mythologiques et historiques, des paysages ou encore des scènes de genres. Connaisseur et mécène, il connaît aussi les rudiments de la pratique de l’art. Il focalise son apprentissage sur le corps humain plutôt que sur l’architecture qu’il a appris dans sa jeunesse. Après la construction de son château de Laeken en 1782, le prince se met à réaliser de nombreux de projet d’architecture pour son château et son parc.

Albert de Saxe, Coupe du Salon et de l’ Orangerie, Albertina online.

Mais un dessin préparatoire à une gravure de 1778 se démarque par son aboutissement : Ulysse enlevant le fils d’Andromaque d’après Mattia Preti. La gravure de Jakob Schmutzer montre que le prince connait parfaitement le dessin des corps. Il réussi à rendre complètement la puissance de la composition de cette scène de l’artiste italien du XVIIe siècle.

Jacob Matthias Schmutzer, Gravure d’après un dessin d’Albert de Saxe, Ulysse enlevant le fils d’Andromaque, Albertina online.

Discussion artistique entre les princes

En 1781, les princes Xavier et Albert se rencontrent à Coblence chez leur frère Clément, électeur de Trèves. Ensuite, en 1786, le prince Albert de Saxe-Teschen et son épouse l’archiduchesse Marie-Christine rendent visite en France au prince Xavier de Saxe et à la famille royale. C’est à ce moment que le prince Clément achète le Bélisaire demandant l’aumône de Jacques Louis David présenté au salon en 1781. L’archevêque de Trêves finissant son palais de Coblence le fait accrocher dans ses nouveaux intérieurs.

Jacques-Louis David, Bélisaire demandant l’aumône, Wiki common.

En ont-ils discuté entre eux ? Il est plausible de voir que les frères ont discuté de l’actualité artistique à Paris. Le retour de David en 1779 de Rome puis l’exposition du tableau en 1781 ont marqué les esprits. L’archevêque aurait par l’intermédiaire de son frère Albert ou Xavier acheté le tableau pour 2000 écus en octobre 1786. Le prince Albert peut l’admirer lors de sa venue en mars 1786 à Coblence. A moins que ce soit lui qui l’ait apporté après son voyage à Paris durant le printemps 1786? Le prince Clément emménage dans sa nouvelle résidence fin novembre mais ne dit mot sur le tableau ou les aménagements qu’il réalise. Ainsi les questions artistiques sont peu présentes dans leur correspondance, mais un sujet revient très souvent : celui des portraits et de leurs échanges respectifs.

Johann Peter Pichler, Portrait du prince Albert de Saxe-Teschen, Albertina online.

C’est un fait commun que de posséder les portraits de famille et de se les échanger. Les frères et sœurs de la famille de Saxe accrochent des portraits dans leurs intérieurs : c’est la marque de l’appartenance à une dynastie royale européenne. Les portraits des parents sont importants à la fois par le lien familial, mais aussi par le pouvoir qu’ils ont transmis à leurs héritiers.

Marcello Baciarelli, Portrait du prince Alber de Saxe-Teschen, Muzeum Narodowe w Warszawie.

En 1764, le prince Albert écrit qu’il fait faire un portrait par Marcello Bacciarelli qu’il compte au prince administrateur qui le réclame4. Il veut par là montrer son affection au prince Xavier et ce dernier montrer sa parenté avec l’Autriche. C’est aussi pour les deux frères une marque d’attachement profond et d’amitié. En 1765, c’est son frère Clément qui réclame un portrait et compte en envoyer en retour. Il le fait réaliser par Georges Desmarées.

Georges Desmarées, Portrait du prince Clément, Art net.

Je vous enverrai aussi dès que je serai à Freising la mesure pour le vôtre que je vous prie de faire copier d’après Latour puisque vous m’assurez qu’il est plus que ressemblant5.

Ainsi nus comprenons que le prince Xavier apprécie particulièrement son portrait par Maurice Quentin Delatour qu’il fait copier de nombreuses fois. Ce portrait est perdu, il ne reste qu’une étude d’atelier.

Maurice Quentin Delatour, Portrait du prince Xavier, Wiki common.

Le 30 novembre 1786, le prince Clément envoie à son frère une gravure le représentant fidèlement car « cela vous rappellera un frère qui vous aime et embrasse de tout son cœur ».

Carl Heinrich Brandt, Portrait du prince Clément, Herzog Anton Ulrich-Museum,Virtuelles Kupferstichkabinett .

Nous ne savons pas quelle gravure il envoie exactement mais elle marque son lien fraternel. Une gravure semble être de qualité dans les nombreuses réalisées. Elle est réalisé par Carl Heinrich Brandt d’apèrs un tableau qu’il a lui même réalise et gravée par Egid Verhelst. Le prince Albert est auréolé de gloire: en 1763 il est évêque de Ratisbonne puis en 1768 archevêque d’Augsbourg et prince électeur de Trêves. Le portrait de Desmarées ne rend pas bien compte de tous les titres. Le portrait de Brandt montre un prince au sommet de sa carrière. De plus, la date de 1786 est importante car il vient de terminer les travaux de sa nouvelle résidence à Coblence.

Coblence, Deutsche Fotothek.

C’est ainsi lui-même qu’il met en avant lors de cet évènement et non le château. Il écrit ainsi dans la lettre qui accompagne la gravure :

Me voilà depuis plus de huit jours établi dans ma nouvelle résidence laquelle a mieux réussi que je ne m’y étais moi-même attendu. Le 23 qui a été le jour de mon installation il y eut un concours d’étrangers prodigieux et mon cher voisin collègue de Bonn, m’a fait le plaisir d’y venir assister 6 .

Les princes font faire des portraits qui sont plus ou moins bien réussi. Ils en ont conscience. C’est à la fois une question de prestige mais aussi une question de coût. Un portrait prestigieux doit montrer tout les attributs du pouvoir. Ce n’est pas forcément celui qui est le plus abouti et ressemblant qui montre au mieux la dignité du personnage. Le prince Xavier est attaché au portrait par Latour puisque c’est sa soeur la dauphine qui l’avait fait réaliser. C’est la matrice de tous les portraits du prince pendant une dizaine d’année.

Anton Graff, Portrait du prince Xavier, Troyes.

Le prince fait copier la tête du portrait de Latour en se mettant en scène en armure. C’est le portrait de la période de sa Régence de la Saxe. Mais le prince n’est pas toujours satisfait du résultat. En 1772, le prince est mécontent de « deux grands [tableaux] de Graf [sic] » qui sont des portraits à peine ressemblants 7. En 1778, il qualifie, son portrait commandé à Paris pour l’envoyer à sa sœur Christine qui le réclame, de « fichu vieux portrait »8. Nous ne savons pas quel était l’auteur de ce portrait mais le prince délaisse le portrait peint pour se tourner vers la gravure.

La gravure de Canale

A partir des années 1770, seule la gravure de Giuseppe Canale d’après un dessin de Giovanni Battista Casanova semble correspondre à l’image que le prince Xavier se fait de lui-même et qu’il veut diffuser. Le 31 décembre 1775, il en demande un nouveau tirage à partir d’une plaque usée qu’il a fait réparer et « rétabli dans son premier état »9. Cette demande survient quelques mois après son achat de Pont, et elle est importante au regard du prince, car elle se situe à un moment clef. Le prince a acheté un château de renom et des terres importantes en France, avec un important emprunt aux banquiers à Gênes autorisé par une lettre patente signée par le roi le 30 avril 177510. Cette gravure est donc pour lui un objet de diffusion de son image, auprès de personnages qui lui sont attachés, ou bien qui ont joué, à ses yeux, un rôle important dans sa vie. Il en diffuse de très nombreux exemplaires.

Giuseppe Canale, Le prince Xavier en Administrateur, Herzog Anton Ulrich-Museum, Virtuelles Kupferstichkabinett.

En janvier 1779, il écrit à sa sœur Élisabeth de « faire l’emplette des gravures de [son] portrait de Canale »11. Cette date doit être mise en rapport avec les discussions, en 1780, sur la publication de son mariage dans l’Almanach royal12. Ainsi il a voulu promouvoir son portrait à la cour lors des tractations pour faire reconnaître, dès 1777, ses enfants à la cour de France.

Conclusion

Sur ses tableaux, le prince est toujours représenté seul. Son épouse et ses enfants ne sont jamais peints avec lui13. Son épouse est pendant longtemps illégitime. Il ne peut la mettre en avant, comme le fait son frère Albert avec son épouse archiduchesse d’Autriche. Le couple tient une place importante dans le sujet du tableau Erzherzogin Marie Christine und Herzog Albert von Sachsen Teschen präsentieren der Familie Bilder von den Verwandten in Italien.

Heinrich Friedrich Füger, Erzherzogin Marie Christine und Herzog Albert von Sachsen Teschen präsentieren der Familie Bilder von den Verwandten in Italien Wien.

Le tableau réalisé en 1776 par Friedrich Heinrich Füger montre l’archiduchesse après son retour de voyage en Italie en train de montrer des gravures qu’elle a achetées à l’impératrice entourée de ses frères et sœurs. Ce tableau montre deux pratiques des princes: la diffusion des portraits et la collection des arts. L’autopromotion entrait dans les pratiques des princes à travers l’Europe. Les échanges des portraits se voient bien dans correspondance des princes de Saxe. La pratique des arts était toutefois moins systématique mais néanmoins non négligeable

Pour aller plus loin

Benedikt (Christian) et Schröder (Klaus Albrecht), Die Gründung der Albertina Herzog Albert und seine Zeit , catalogue, 2014.

Kulcsár (Krisztina), “Ha főurak útra keltek… 18. századi főúri utazástípusok Albert szász-tescheni herceg és Mária Krisztina főhercegnő közös utazásai alapján“AETAS-Történettudományi folyóirat, p.20-36.

Morniche (Pascal), Devenir prince, CNRS, 2015.

Notes

1.Dresden, Sächsische Landesbibliothek – Staats- und Universitätsbibliothek Dresden,SLUB/HS Mscr.Dresd.C.39,I ; SLUB/HS Mscr.Dresd.C.39,II ; SLUB/HS Mscr.Dresd.C.39,III. 2Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 20 mars 1765. 3Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 7 avril 1765. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre d’Albert à Xavier, du 16 juin au 12 juin 1765. 5.Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1492, lettre du prince Clément au prince Xavier, 4 septembre 1765.  6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1494, lettre du prince Clément à son frère le prince Xavier, 30 novembre 1786. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1432, lettre du prince Xavier à Sayffert, 17 août 1772. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1448, lettre du prince Xavier à sa sœur Christine, 18 novembre 1778. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, le prince Xavier à Joseph Canale, 31 décembre 1775. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2175, lettre patente, 30 avril 1775. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1520, lettre de la princesse Elisabeth au prince Xavier, 19 janvier 1779. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe,EE 1440 lettre du prince Xavier à Pomiés, 17 novembre 1780 13. Il existe plusieurs tableaux de son épouse qui sont soit perdus soit dans des collections privées. Les portraits de ses enfants se trouvent au musée de Troyes.

L’architecte Johann August Giesel (1751-1822) et la question du jardin pittoresque en Saxe

Cet article est une version améliorée en français de l’article ” Architect Johann August Giesel (1751-1822) and the Question of the “English Garden” in Saxony“.

Façade du palais der Sekundogenitur avant 1945, Deutsche Fotothek.

En 1788, Heinrich Keller remarque que le premier jardin de style anglais en Saxe se trouve être l’œuvre de l’architecte Johann August Giesel dans le jardin du palais der Sekundogenitur1. Comment peut-on situer dans la carrière de l’architecte l’introduction du style pittoresque ou “anglo-chinois” en Saxe ? D’où viennent ses inspirations ? Il faut revenir sur les étapes de la carrière de cet architecte qui travaille auprès du prince Xavier de Saxe en France.

Plan de Dresde, Deutsche Fotothek. En rose palais et jardin du palais der Sekundogenitur.

L’architecte Johann August Giesel

Né en 1751, Johann August Giesel est le fils d’un ouvrier en bâtiment2. Il lui doit ses premiers pas dans l’apprentissage de son métier par une solide formation technique. Il a pour frère aîné Johann Ludwig Giesel, né en 1747, peintre qui effectua son apprentissage à l’académie auprès de Charles-François Huttin (1715 – 1776) le directeur depuis 1764 puis dans l’atelier du peintre Johann Eleazar Zeissig dit Schenau (1737 – 1818). Entre 1764 et 1769, Johann August Giesel entre lui aussi dans l’atelier de Charles-François Huttin, où il apprend les mathématiques et le dessin. Puis, il étudie l’architecture auprès de Charles F. Renner qui est maître des fortifications (Festungsmauermeister). En 1766, il est maçon lors des travaux du palais der Sekundogenitur (Dresde) sous les ordres de l’architecte Friedrich August Krubsacius.

Louis de Silvestre, Jean-Georges dit le chevalier de Saxe, Wiki Common.

Il serait parvenu à entrer dans le corps des ingénieurs de l’administration militaire électorale : il aurait acquis à ce moment le grade d’ingénieur-colonel (Ingenieur-Oberst.). En 1773, il est appelé auprès du prince Xavier (1730 – 1806) en France3. Resté toujours très lié à son pays d’origine, il fait de nombreux voyages pour voir sa famille à Dresde et pense revenir en Saxe dès 17804. Néanmoins, le prince fait tout pour le conserver à son service, ce qui marque sa satisfaction des travaux de l’architecte. Mais en 1782, l’architecte retourne définitivement en Saxe où il poursuit sa carrière d’architecte comme directeur des travaux (baudirektor) d’abord auprès du prince Maximilien (1759 – 1838). Il effectue de nombreux travaux dans ses jardins et palais notamment celui de la Friedrichstäder Allée. Puis il entre en 1783 au sein de la Maison du prince Antoine de Saxe (1755 – 1836), futur roi de Saxe sous le même titre puis devient inspecteur des jardins (Garten inspektor).


Friedrich August Krubsacius, Vue du palais der Sekundogenitur, SLUB.

Les historiens attribuent à Johann August Giesel la réalisation des transformations dès son retour en Saxe au palais der Sekundogenitur dont notamment la création d’un jardin pittoresque avec des folies dont une en forme de ruine antique. Friedrich August Krubsacius y avait réalisé le jardin géométrique entre 1778 et 1779. Ce palais réalisé pour le Chevalier de Saxe est vendu en 1778 par son héritière Friederike Alexandrine Gräfin von Moszinska (1709 – 1784) à Marie-Antoinette de Bavière mère de l’Électeur qui y fait faire de nombreux travaux. A sa mort, son fils Charles de Saxe, frère de l’électeur Frédéric-Auguste III en hérite mais ne semble pas faire de travaux. Puis à la mort de ce dernier, en 1780, le palais revient au prince Antoine son frère. C’est ce dernier qui fait appelle à son architecte d’alors Johann August Giesel. Ce palais détruit pendant la seconde guerre mondiale est devenu le Blüherparks à Dresde5. En 1782, le jardin du palais possède de nombreux pavillons dont l’un « à la chinoise » mais aucune mention du jardin anglais6.

Jardin du palais der Sekundogenitur (détail).

D’après l’historien Fritz Löffler la réalisation s’est déroulé de 1783 à 17887. Il n’existe pas d’archives à ce sujet mais plusieurs documents du XXe siècle en rendent son état compréhensible. Cette construction se trouvait au bout de la rivière artificielle à droite du bâtiment. C’est un mur avec une grande niche où se trouve un portique surmonté d’un entablement, et sur le coté, un autre portique surmonté d’un entablement et d’un tympan. Le mur est agrémenté de deux oculi au – dessus d’une corniche, mais aussi de colonnes et d‘autres murs à moitié écroulés.

Ruine du jardin du palais der Sekundogenitur, Deutsche Fotothek.

En 1789, Johann August Giesel travaille encore à Dresde dans le Prinz-Max-Palais, puis aux nouvelles constructions du château Mückenberg (Lauchhammer, Basse-Saxe) de 1794 à 1804. En 1799, il réalise le jardin du parc du château de Wolkenburg (Saxe). Il meurt à Dresde en 1822 en étant directeur des travaux et inspecteurs des jardins royaux de Dresde (Baudirecteur und Inspektor des königlichen gartens zu Dresden). Il s’était marié mais il n’eut pas d’enfants qui parvinrent à l’âge adulte.

Au service du prince Xavier

Pendant la régence, le prince Xavier de Saxe met en place une politique visant à remettre en état un duché ruiné et une capitale en partie détruite par les bombardements prussiens de 1760. En 1764, le prince Xavier pose la première pierre de la reconstruction de l’église protestante Sainte-Croix endommagée par les bombardements prussiens de 1760. Sa reconstruction devient un enjeu politique et architectural dès la fin de la guerre. Après son écroulement en 1765, durant les travaux, le prince administrateur décide que tout l’édifice doit être reconstruit dans un style « classique » (Klassizismus) et confie la tâche à l’architecte Friedrich August Krubsacius8. Le prince est donc au courant des nouveauté architecturale survenu en France avec le retour de l’architecte Jacques-Germain Soufflot d’Italie, ainsi que les publications sur l’art antique de Johann-Joachim Winckelmann. En 1769, éloigné de la politique, il décide de quitter la régence qui est pour lui désormais une « galère bien désagréable »9. En voyage en Italie, il décide de venir, en 1770, s’installer en France où il achète le château de Chaumot en 1771 (Yonne) puis en 1775 celui de Pont-sur-Seine (Aube) considéré comme l’un des plus beaux châteaux de Champagne.

Vue du château de Pont-sur-Seine, Archives de l’Aube.

Le prince avait sûrement rencontré l’architecte Giesel en 1764 sur le chantier du palais du Chevalier de Saxe avec qui il avait mis en place une réforme de l’armée prévu depuis la défaite de Pirna en 1756. En se mettant au service du prince, l’architecte trouve une place non dénuée d’intérêt auprès d’un prince cultivé d’une des grandes familles européennes. Artiste accompli, il occupe le poste de dessinateur dans la Maison du prince. Il opère aussi comme maître de musique et de dessin des enfants du prince10. Dès son arrivé, il se voit chargé de dessiner les plans du château du Vaudreuil (France, Eure) que le prince avait en projet d’acquérir. Il fait aussi des décors provisoires dans le jardin de Chaumot pour Claire Spinucci épouse du prince Xavier11.

Le jardin de Pont-sur-Seine

C’est surtout les divers chantiers du château de Pont-sur-Seine qui relèvent les talents de l’architecte. Le prince charge son architecte de gérer son jardin avec l’aide des régisseurs, des jardiniers et ouvrier. Pour le côté pratique, les jardins dépendaient d’Antoine Speiser12, jardinier botaniste et du Sieur d’Amours jardinier.

Château de Pont, Atlas de Trudaine (détail).

L’architecte modifie les terrasses et réalise le grand escalier qui fut dès 1788 remarqué dans ses biographies. Le plan de l’atlas de Trudaine montre l’état avant les travaux13. Dès 1776, le prince demande à ce que plusieurs terrasses soient faites en forme de glacis plantées de gazon. Il ne conserve qu’une seule terrasse connue par les dessins réalisés pour les travaux après les différents écroulements de 1778 et 178014.

Johann August Giesel, Mur de la terrasse du jardin de Pont, Archives de l’Aube.

Pour connaître l’état du jardin après les réalisation de l’architecte, il existe une description des parties du jardin de 1787 et deux plans du domaine l’un de 1790 puis un autre de 179815. Le jardin est constitué de deux axes : le premier nord – sud constitué du château, des terrasses et de la pièce d’eau ; le second est – ouest constitué du petit parc et de prés. Le domaine est délimité au nord par la Seine et au sud par la grande route royale et clôt de murs. De l’autre côté de la route est située l’avenue en direction de la forêt ou « grand parc ». Elle débouche sur la demi-lune en face du château et à sa gauche, le chenil et la melonnière sont placés le long de la route. Une avant-cour sépare les deux ensembles des communs par un espace engazonné.

Plan de la vente du château de Pont en 1790, Archives de l’Aube.

Le château, entouré de fossés, donne sur une première terrasse. Une seconde terrasse se trouve en face du château en direction de la Seine. Un escalier permet de descendre à la troisième terrasse clôt de murs qui se termine par un petit pont. Dans l’axe du château et de l’escalier se trouve une grande pièce d’eau dans un espace. À l’Est de celle-ci est disposé un potager et à l’ouest, le moulin placé le long d’un petit canal. De part et d’autre de la pièce d’eau, plusieurs alignements d’arbres ont été plantés.

Copie d’un plan du château de Pont à la fin du XVIIIe siècle, Archives de l’Aube

Sur le côté droit du château se trouve le « petit parc » délimité par des allées en quadrillage et en losange. Ce tracé a engendré des bosquets en forme de rectangles (sud) et losanges (nord). Cette zone est séparé du reste du jardin par deux grandes allées d’arbres appelé « mail ». Un grand pré sert de garenne en dessous. Un plan de 1799, connu par une copie du XXe siècle, permet d’imaginer des allées sinueuses dans un bosquet « anglais ». Dans un autre bosquet se trouve une glacière avec une « chambre » utilisée pour les fêtes. Le « bosquet du Chambellan », est constitué d’allées rectilignes aboutissant à des espaces où l’on trouve des banquettes de jardin, des gazons servant pour un jeu de trou madame ou encore un tape-cul entre deux sculptures de vases sur des socles de pierre.

Johann August Giesel, Dessin d’un tape-cul, Archives de l’Aube.

Le prince ne semble pas céder davantage à la mode des jardins pittoresques puisqu’il met surtout en place des parterres de potager, une melonnière et des vergers pour fournir sa table. Dans ces derniers, il y fait planter pêchers, cerisiers, pruniers, poiriers. Dans le potager se trouve carottes, navets, radis noirs, raifort, ciboule, poireaux. Les jardiniers y ont ajouté encore des oignons, des haricots verts, des concombres, des choux, des échalotes, de l’ail, de la ciboule, des poireaux, du persil, des carottes, des artichauts, des melons. Le jardin est complété par des vignes.Ensuite le jardin est constitué de plantes d’agrément et d’alignement. Le prince fait faire de nouvelles allées de charmilles, de mûriers blancs ou encore les allées du mail où il fait planter des peupliers. Pour ses parterres, il fait mettre des rosiers et des lilas16. Le jardin de Pont est donc géométrique avec de belles allées et avenues pour les jeux et les festivités où les plantes et arbres sont autant pour l’agrément que pour leur utilité agricole et culinaire17.

Johann August Giesel?, Dessin de phynge, Archives de l’Aube.

Au printemps 1781, le prince se décide à faire construire un « grand escalier de la terrasse des parterres de son château de Pont au potager » avec une grotte et décoré de deux sculptures de sphinx. Il en fait part à son architecte Giesel et au maître maçon Pierron, rue des Escouffes à Paris. Le prince demande à son architecte de proposer un dessin. L’escalier en fer à cheval est constitué de deux volées de marches et de balustres de pierre. C’est un escalier de pierre de grès avec un décor de « tableaux de briques » comme le montre le dessin de la reconstruction de la terrasse en 178018. Le décor de l’escalier est complété par « deux gargouilles en grès aux deux extrémités […] pour jeter les eaux par deux lances »19.

Vue des sculptures de sphynges de Pilnitz, Deutsche Fotothek.

Pour compléter l’escalier, l’architecte lui propose un modèle de lion ou de « sirènes couchantes de pierre de St Leu » ou de « deux chevaux marins ou deux lionnes » 20. Cette représentation est très proche des sculptures de sphinge du château de Marly que le prince visita en 1769. Il existe des modèles similaires en Saxe dans le jardin de Pillnitz, château que le prince appréciait particulièrement.

Vue aérienne de Pilnitz, Deutsche Fotothek.

Le maçon Pierron envoie ses modèles qui arrivent le 8 mai 1781 : le prince « a trouvé qu’ils seraient mieux si la tête de la lionne était un peu tournée comme paraissant regarder les personnes qui viennent pour monter l’escalier et que tout le corps et la tête soient un peu plus élevés » plus proche des sculptures de Pillnitz. Il ajoute que « ces deux lionnes n’auront point d’eau à jeter ». C’est à dire que la sculpture aura la bouche fermée et aucun travaux de plomberie ne sera à faire. Le 22 mai 1781, il en ordonne l’exécution. La sculpture doit être en « en pierre de Saint Leu » et coûter « 900 livres les deux ensemble ». Il ajoute qu’elles doivent être en un seul morceau. Les travaux de l’escalier se terminent en juillet 1782 par la pose des dernières balustres21. Les sculptures, qui sont en deux parties, restent en place jusqu’en 1798, date à laquelle elles sont déplacées au chef lieu du département et peut-être, par la suite, transportées à Paris22.

Gravure de la sculpture du sphynge de Marly, Château de Versailles.

La construction se termine par la grotte qui est une construction à la forme mal connue. Elle se trouve en dessous des deux volées de l’escalier et en son centre est un bassin ovale. L’architecte Giesel écrit qu’il veut voûter la grotte avec de la pierre du village de Resson(Aube)23. Les parois de la grotte sont donc faites d’une pierre très légère de couleur blanche scellé par la chaux.

Jardin pittoresque entre France et Saxe

Lorsqu’il arrive en France en 1773, Johann August Giesel entre dans l’agence de Jean-François-Thérèse Chalgrin (1739 – 1811), architecte du comte de Provence et y reste jusqu’en 1782. L’historien Johann Gottlob August Kläbe écrit : « Ce séjour à Paris fut utilisé par M. Giesel pour bien continuer ses études, où il recevait sous la protection du prince les meilleurs ouvrages, et apprit grâce à MM. Chalgrin et Legrand, le meilleur goût »24.

Autoportrait en romain de François-Thérèse Chalgrin, Wiki Common.

Jean-François-Thérèse Chalgrin est un architecte de renom depuis ses travaux, en 1767, pour l’hôtel de Saint-Florentin (Paris) sur un dessin de l’architecte du roi Ange-Jacques Gabriel. Il se fait aussi remarquer par la réalisation, en 1770 pour le comte de Mercy-Argenteau, de la salle de fêtes au palais du Luxembourg lors du mariage du dauphin avec l’archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche. Par la suite, l’architecte réalise plusieurs constructions dont notamment des plans pour des jardins encore mal connu25. En 1777, il donne les dessins pour un temple de l’amour dans une propriété de Fresnes-sur-Escaut (Nord). Puis en 1785 il donne les plans pour un jardin pittoresque à Versailles, propriété de la comtesse de Balbi, maîtresse du comte de Provence26. L’architecte Giesel a pu ainsi connaître les réalisations de l’architecte du comte de Provence grâce à ses relations : il est ami avec un certain Gaetner avec qui il passe deux séjours à Versailles en 178027.

Joseph Siffred Duplessis, Portrait du comte de Provence, Wikicommon.

Le jeune Giesel a-t-il pu profiter des relations de Chalgrin et entrer dans la sphère du comte de Provence ? Rien n’est moins sûr puisque les lettres avec le prince Xavier n’en dit mot. Les travaux dans le jardin de Pont sont les seules œuvres connues de l’architecte saxon en France mais comme nous l’avons vu les traces de création de jardin pittoresque sont très peu nombreuses. Il a pu aussi connaître les jardins à la mode par différents publications et visites. La première pourrait être les gravures de Georges-Louis Lerouge réalisé à partir de 1775 qui rendent compte de différents jardins français, anglais et allemand dans le goût « anglo-chinois »28.

Gravure du parc de Monceau, Gallica.

Il a pu aussi voir des jardins et constructions faites entre 1773 et 1782. La ruine du palais der Sekundogenitur est une structure dont on ne verrait que la partie supérieure comme le portail d’entrée de l’hôtel de Tellusson réalisé en 1778 par l’architecte Claude Nicolas Ledoux. Il est traité comme en arc de triomphe antique a moitié enterré.

Jean-Baptiste Lallemand , Dessin de l’arche de l’hôtel de Thelusson, Gallica.

On peut encore penser aux ruines de la Naumarchie du parc de Monceau. La folie a été réalisée entre 1773 et 1779 pour le duc de Chartres, fils du duc d’Orléans. L’architecte Giesel a pu visiter ce lieu avec Legrand qui travaillait auprès du duc d’Orléans.

Carontelle, Vue du jardin de Monceau, Wiki Common.

Conclusion

L’architecte Johann August Giesel est un homme d’art et de culture. Il sait écrire français et allemand. Il est assez connaisseur en musique pour l’enseigner aux enfants d’un couple princier assez musicien. Cette étude a tenté de démontrer qu’en travaillant sur le domaine de Pont-sur-Seine en France, l’architecte a connu l’économie rustique et la gestion d’un vaste domaine agricole. Il a su parfaire ainsi ses connaissances d’architecture militaire et domestique dans des connaissances plus techniques. Inspiré de nombreuses créations parisienne dont notamment le jardin de Monceau, il connaît aussi les petites constructions des jardins à la mode ou « anglo-chinois ».

Friedrich August Krubsacius, Projet d’architecture dans un jardin, Deutsche Fotothek.

En revanche il s’oppose à son maître en Saxe, Friedrich August Krubsacius qui, selon l’historien Thomas Kuhn, voit d’un très mauvais oeil ce nouveau goût et reste attaché au style géométrique29.A partir de cette création, l’architecte Giesel devient un spécialiste d’architecture des jardins. La ruine construite dans le palais der Sekundogenitur en 1782 n’est qu’un petit bout d’une carrière qu’il faudrait davantage étudier.

Notes

1. Keller (Heinrich), Nachrichten von allen in Dresden lebenden Künstler, 1788, Leipzig, Dyk, p.59 : « die sämtlichen Reparaturen des schönen und weitläufigen Gartens Sr. Durchlaucht auf der langen Gasse zu übernehmen, und den französischen Garten in einen englischen umzuwandeln ». 2. Les premier renseignements sur sa vie sont dû principalement aux biographies suivantes : En 1788, Keller (Heinrich), Nachrichten von allen in Dresden lebenden Künstler (p.57-60) puis en 1789 par Johann Georg Meusel dans son Teutsches Künstlerlexikon (p. 51 – 52). Ces deux notices sont reprises et complétées, en 1796, par Johann Gottlieb August Kläbe dans son Neuestes gelehrtes Dresden (p. 43 – 44.). La dernière notice en date est dû à Fritz Löffler dans le Neue Deutsche Biographie en 1964 : “Giesel, Johann August” Neue Deutsche Biographie 6 (1964), p. 385 [en ligne, consulté le 04/07/2018]. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1433, lettre du prince Xavier à Boudet, 13 mai 1773. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1780, lettre de Giesel au prince Xavier, 12 juillet 1780. 5. Bechter (Barbara), « Vom rechenbergischen Garten zum Blüherpark. Die wechselvolle Geschichte einer Dresdner Gartenanlage », Die Gartenkunst, n° 17, 2009, p. 112-145. 6. Lehninger ( Johann August), Description de la ville de Dresde de ce qu’elle contient de plus remarquable et de ses environs, Dresde, Walther, 1782, p.342. 7. Löffler (Fritz), Das alte Dresden. Geschichte seiner Bauten u.a.. Leipzig, Seemann, 2006 (1955), p.334. 8Ibid., p. 233 – 235. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 31 juillet 1770. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1780, lettre de Giesel au prince Xavier, 1 mai 1777. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince Xavier à Jurkowski, 12 novembre 1774. 12. Originaire du Wurtemberg, il a participé à la réalisation de différents jardins botaniques dans l’Aube. 13. Arch. nat., Cartes et plans, F 14, 8445, plan de Pont-sur-Seine, Atlas de Trudaine, vers 1750. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, dessins du 7 mars 1778 et du 8 avril 1780. 15. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, « états des contingences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, vergers […] », 23 juin 1787. ; Arch. dép. de l’Aube, 1Q, 811 vente des biens nationaux de l’émigré Xavier de Saxe, 19 vendémiaire an IX et affiche du 20 fructidor an VI [6 septembre 1798]. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1797, lettres de Speiser au prince Xavier, 26 octobre 1781, 26 février 1784, 27 février 1785,8 juillet 1788 et 18 mars 1789. 17. Meyzie (Philippe), « François-Xavier de Saxe dans son château de Pont-sur-Seine. La table d’un prince européen du XVIIIe siècle », Châteaux, cuisines & dépendances, Bordeaux et Paris, Ausonius, 2014, p.251-260. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, dessin de la « face de la nouvelle brèche de la grande terrasse du potager tombé la nuit du 25 mars 1780 ».19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2180, marché pour un nouvel escalier dans le jardin du château de Pont-sur-Seine, 18 avril 1782. 20. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2093, notes de différents necessaire à faire venir de Paris, s.d. 21. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1441 lettre du prince à Pierron, 8 mai 1781, 22 mai 1781 et 17 juin 1782. 22. Arch. dép. Aube, 1Q1091, lettre de Ménard commissaire du directoire exécutif du canton de Pont-sur-Seine au représentant du département, 18 thermidor an 6 [5 août 1798]. Nous perdons leur traces à partir de cette date. 23. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 1er juillet 1781. 24. Johann Gottlieb August Kläbe, op.cit., 1796, p. 43. Traduit depuis l’allemand. 25. Il devient un des architectes de l’Empereur et donne le dessin de l’Arc de triomphe à Paris. 26. Sciama (Cyrille), « Jean-François-Thérèse Chalgrin et le Comte de Provence (1771-1791) », Chalgrin et son temps, architectes et architecture de l’Ancien Régime à la Révolution, Bordeaux/Paris, William Blake & Co/Art et  Arts : Belles Lettres, 2016, p. 21 – 30. 27. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1441, lettre du prince Xavier à Giesel, 28 mai 1780 et lettre de Giesel au prince Xavier, 6 juin 1780. 28. Bourgoing (Catherine de) (dir.), Jardins romantiques français (1770-1840), Du jardin des Lumières au parc romantique, Catalogue exposition, Editions Paris Musée, 2011. 29. Kuhn (Thomas), «“Eine Nachahmung der Natur, die durch Kunst und Ordnung verherrlicht ist.“ Zum gartenkünstlerischen Werk des kursächsischen Hofbaumeisters Friedrich August Krubsacius (1718 – 1789) », Vogel (Gerd-Helge) (dir.), Friedrich August Krubsacius 1718–1789: Der sächsische Hof- und Oberlandbaumeister und seine Beziehungen ins Zwickauer Muldenland, Berlin, Lukas Verlag, 2021, p. 186 – 193 (sur le jardin du palais du chevalier de Saxe).

La fortune du prince Xavier(5) : recettes, dépenses et endettement

Le prince Xavier de Saxe a toujours eu des tracas à mettre en ordre ses finances. Comme nous l’avons vu (dans cet article), ses pensions sont difficilement versées par le trésor de France et de Pologne. Il a trouvé d’autres sources de revenus (article). Il s’agit dans cet article de voir en détail la comptabilité du prince.

Recettes et dépenses

En 1778, les comptables du prince évaluent ses dépenses à 190 000 livres et ses recettes à 140 000 livres. Les finances du prince sont le plus souvent en déficit. Par comparaison, d’autres princes parviennent à être bénéficiaires. Le prince de Condé est toujours bénéficiaire avec, en 1700 – 1701, un excédent d’environ 650 000 livres et, en 1701 – 1702, d’environ 475 000 livres1. De son côté le duc de Saint-Simon parvenait à peine à disposer de 43 000 livres de revenus par an et laissa à sa mort, en 1755, environ 54 000 livres de gages à payer à ses domestiques2. En 1790, le prince de Conti parvient à avoir 453 000 livres de bénéfices puisqu’il dépense 3 743 000 livres pour une recette de 3 290 000 livres3.

Louis-Roland Trinquesse, Un intérieur avec une dame, sa femme de chambre et un gentilhomme, Wiki Common.

En 1778, les responsables des finances du prince décident donc de mettre en place une réforme des dépenses pour que cet état déficitaire ne perdure pas. Après avoir confié ses finances à des comptables peu scrupuleux, le prince charge le notaire Duclos-Dufresnoy de tenir les dépenses générales.

Comptes Duclos-Dufresnoy, 1779-1784, Archives de l’Aube.

Ce dernier tient entre juillet 1779 et le 20 mai 1784 les livres de compte. Il existe deux relevés de toutes les recettes et dépenses durant cette période : le « Compte des recettes et dépenses faites par Mr Dufresnoy notaire pour son Altesse Royale Monseigneur le comte de Lusace depuis le compte arrêté le 8 août 1779 » (qui va en réalité jusqu’en janvier 1783) et un relevé pour 17844. Les recettes sont de trois ordres : le surplus de l’arrêté comptable précédent, les lettres de change et les pensions du trésor de Pologne et Lituanie, les sommes dues par le trésor royal. Les dépenses sont très nombreuses. Elles sont réparties en 33 articles : entre-autres, les rentes dûes par le prince à Mme Duplessis-Lelay, auprès de laquelle il a acquis Chaumot, celle dûes aux Gênois pour l’emprunt contracté pour l’achat de Pont, le loyer et vingtième pour l’hôtel de Paris et enfin, les dépenses pour les enfants en raison de leurs placements dans des institutions prestigieuses, comme à l’École militaire pour le fils cadet du prince. Le notaire y a aussi inclus le paiement de divers mémoires d’ouvriers et les nombreux frais de voyage.

Compte du personnel, vers 1770, Archives de l’Aube.

Ces carnets ne prennent pas en compte les revenus seigneuriaux des terres de Chaumot et de Pont. Cet état permet de mieux comprendre la position du prince. Les revenus sont contrôlés par le prince lui-même qui les annotes Les recettes comprennent le solde de l’ancien compte général arrêté le 8 août 1779 de 3 413 livres. Deux lettres de change de 18 000 livres doivent y être comprises. Ce sont peut-être les pensions du trésor de Pologne et Lituanie. On y ajoute les revenus de la pension du roi de 150 000 livres, soit le restant de juillet 1779 jusqu’à la fin de 1782, ce qui fait un total de 525 000 livres. Les trois articles de recettes font alors 546 413 livres. Les dépenses, quant à elle, montent à 539 160 livres, 2 sols et 4 deniers. Sur quatre année, le prince ne peut économiser que 7252 livres, 17 sols et 8 deniers. Il n’a ainsi à sa disposition qu’environ 1 813 livres tournois.

Nicolas Lavreince, L’assemblée au salon, coll. particulière.

Pour l’année 1783, il ne touche que 6 676 livres et 7 deniers. Avec cette somme, il doit encore payer le personnel de sa Maison, avec les frais d’habillement, de bouche et ceux pour les écuries. Il faut encore y ajouter les dépenses pour la chasse, les extraordinaires ou les dépenses des événements exceptionnels. En 1784, il dépense en moyenne pour les gages du personnel de sa Maison 4300 livres par mois, ce qui fait environ 50 000 livres par an. On trouve d’autres dépenses très importantes. Ainsi, il faut y ajouter les frais de bouche qui montent à environ 40 000 livres et ceux de l’écurie à 20 000 livres. Comme la dépense est plus importante que la recette, le prince ne peut entrer dans ses frais sans endettement.

Endettement du prince

Cet endettement se voit bien dans l’état comptable de Duclos-Dufresnoy, le prince a emprunté, le 18 février 1781, la somme de 280 000 livres dont il doit payer les intérêts sous formes de rentes qui se retrouvent dans les dépenses. Ces emprunts ne lui permettent pas de remettre ses comptes en équilibre. Cet endettement est inhérent à la société de cour. En 1781, le prince doit encore 500 000 livres à Mme Duplessis-Lelay pour l’achat de Chaumot. Or en 1780, il a emprunté 36 000 livres avec constitution d’une rente de 1800 livres pour la rembourser. Le 20 avril 1780, il ne doit plus que 464 000 livres à cette dame. Un endettement exponentiel permet parfois de faire baisser les dettes envers certains pour les distribuer vers d’autres débiteurs. La plus grosse dette provient de son acquisition de Pont en 1775. Il a emprunté 900 000livres à des banquiers génois. En 1781, il leur paie 180 079 livres pour quatre années d’arrérages dus. Cet endettement est important, mais reste encore dans des proportions gérables. En 1784, le duc de Fitz-James s’est endetté à hauteur de 650 000 livres pour pouvoir acheter son hôtel de Paris en 1777. En 1785, la dette du couple Fitz-James s’élève à 800 000 livres5.

Comptes Duclos-Dufresnoy, 1783, Archives de l’Aube.

Le prince de Conti dont les revenus dépassent toujours le million de livres semble au contraire toujours avoir des comptes en équilibre voire en positif. Même s’il est malaisé de savoir exactement le passif du prince6: en 1770 ses dépenses montant à 3 275 000 livres, il lui reste pourtant 425 000 livres dans son trésor. En 1774, le prince de Conti a encore environ 569 000 livres d’excédent. En revanche, le prince Xavier ne parvient jamais à mettre ses comptes en équilibre. À sa mort, il n’a pas terminé de rembourser les dettes contractées pour l’achat de ses châteaux en France. Pendant tout le XVIIIe siècle, l’endettement de la noblesse est une composante de la vie à la cour où pour soutenir leur rang, les grandes fortunes nobiliaires sont obligées de dépenser plus qu’elles ne gagnent. Mais en contrepartie de leur train de vie dispendieux, le roi leur garantit dons, pensions et privilèges sur les impôts. Ils évitent ainsi la faillite grâce au roi qui appuie son pouvoir sur cette noblesse par un jeu subtil d’interdépendance7.

Conclusion

Le prince Xavier n’est pas riche. Ses finances sont souvent en déficit et il est criblé de dettes que ses enfants auront à se charger à sa mort. Le paiement de Pont-sur-Seine continue bien après sa mort auprès des créanciers italiens. Mais dans sa logique de prince royal bien qu’incognito, il veut se placer dans la hiérarchie curiale au niveau d’un duc et pair avec un revenu de 130 000 livres de rente8. Il considère sa pension royale comme étant le revenu le plus important et lui conférant statut auprès du roi. Il veut ainsi se placer à Versailles comme courtisan plutôt que membre de la famille royale. Par l’attribution des pensions, le roi peut ainsi maitriser de nombreux membres de la noblesse. le souvenir de la Fronde n’est pas si loin. Mais certains comme le prince de Conti richissime est plus sujet à l’opposition en fonction de ses plans politiques. Le prince Xavier renonce d’ailleurs à la couronne de Pologne en espérant conserver les revenus de ses apanages. Il se désintéresse des aléas politiques du royaume polonais du moment que ses pensions lui sont payés.

Notes

1. Roche ( Daniel), « Aperçus sur la fortune et les revenus des princes de Condé à l’aube du XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 14 N°3, Juillet-septembre 1968, p. 217 – 243. 2. Dupéron (Alain), « Patrimoine, revenus et endettement de Saint-Simon », Cahiers Saint Simon, n°22, 1994, Cardinaux des Mémoires, p. 49 – 69. 3. Mougel (François-Charles), « La fortune des princes de Bourbon-Conty : revenus et gestion, 1655-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 18 N°1, Janvier-mars 1971, p. 33. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2539, «compte des recettes et dépenses faites par Mr Dufresnoy notaire pour son Altesse Royale Monseigneur le comte de Lusace depuis le compte arrêté le 8 août 1779 », 1779-1783 et EE 2540, relevé de comte en 1784. 5. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 158 – 161. 6. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », op. cit., p. 21. 7. Fontaine (Laurence), « Pouvoir, relations sociales et crédit sous l’Ancien Régime », Revue Française de Socio-Économie, vol. 9, no. 1, 2012, p. 101 – 116. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1432 lettre du prince Xavier à Rivière, 25 octobre 1772.

La fortune du prince Xavier(4): les revenus de la terre

Jusqu’en 1769, le prince Xavier ne semble pas posséder de terres pouvant équilibrer son budget. Les revenus des terres de Zabeltitz ne sont pas bien connus. Ce n’est qu’à partir de l’achat de terres en France, que l’on voit une augmentation des rentrées d’argent.

Carl Gottlieb
Haacks, Plan de Zabeltitz, vers 1785, Archives de l’Aube.

Une fois en France, le prince peut mieux contrôler les sommes de la pension issue du trésor royal sans devoir compter sur le bon vouloir du général Martange d’effectuer les sollicitations auprès du ministre. Mais le prince ne semble pas pouvoir rivaliser avec les autres membres de la famille royale ou certains membres de la cour. Les revenus des terres des seigneuries de Chaumot et de Pont-sur-Seine ont été bien étudiés1. Malheureusement la comparaison des revenus et dépenses des deux terres est malaisée à effectuer puisque leurs régisseurs respectifs ne tiennent pas des comptes comparables : à Chaumot de juillet en juillet et, à Pont de janvier à janvier. Mais certaines comparaisons peuvent être quand même conduites. Le revenu des terres est issu de la vente par adjudication du bois, la vente de vin, les fermages, les cens et rentes, les lods et ventes et les recettes extraordinaire, comme la vente et coupe du trèfle des étangs, vente de fagots de bois, de charmes, d’ormes, de l’écorce provenant de la coupe des allées du parc, de la vente du poisson par exemple. À Pont, le prince parvient à faire la plupart du temps des bénéfices, sauf pour une grande partie de 1779, 1780 et de 1784.

Hubert Robert, L’abattage des arbres du parc de Versailles, CMN.

Et même lorsqu’il fait des bénéfices, le montant reste faible jusqu’en 1786. Les deux années excédentaires (1775 et 1791) s’expliquent pour l’une par l’apport de fonds considérables pris dans les autres caisses. Les recettes proviennent pour plus de la moitié des fermages et des loyers (plus de 80% en général). Les revenus sont complétés par les produits des prés récoltés, le produit intérieur de la basse-cour, celui des vignes de Foujon et Saint-Aubin, des coupes de bois et de la vente des lapins. Cela représente environ 25 à 29 % des revenus. Enfin, ils sont complétés par le produit des impôts (cens) et par les rentes foncières et seigneuriales. Cela représente à peine entre 5 et 1 % des recettes globales.

Pont-sur-Seine vers 1750, Atlas de Trudaine.

En 1778, la terre de Pont ne permet au prince d’obtenir que 1 000 livres de bénéfices. Cette somme va heureusement augmenter. En 1783, les régisseurs du prince évaluent la recette à 18 719 livres et, entre 1787 et 1791, elle oscille de 14 000 à 20 000 livres environ. Les années 1788 et 1789 sont exceptionnelles. Le bénéfice de 1788, est de presque 5 000 livres, et celui de 1789 est de 4 507 livres. À la même période, la terre de Chaumot lui permet un bénéfice qui peut aller de 10 000 à 13 000 livres pour une année. Le domaine de Chaumot est donc le plus rentable. Mais le bénéfices de ces terres est peu important. En comparaison, le duc de Montemart perçoit de ses terres 500 000 livres par an2.

Notes

1. Louis (Aurélie), Le domaine de Pont-sur-Seine au temps de Xavier de Saxe (1775-1790), mémoire de maîtrise, université de Besançon, 2004. Les informations de cette partie sont essentiellement tirées de ce travail. 2. Chaussinand-Nogaret (Guillaume), La noblesse au XVIIIe siècle, Paris, Complexe, 1978, p. 78.

L’appartement du prince Administrateur dans la résidence de Dresde 1763 -1769

Avant sa venue définitive à Versailles, le prince Xavier de Saxe est de 1763 a 1769 prince Administrateur en Saxe. Ce statut lui confère les prérogatives de l’électeur, Frédéric-August son neveu alors mineur. Au début de sa régence, en 1763, le prince décide de faire « sa résidence dans le palais électoral »1.

Anton Graff, Portrait du prince Xavier, vers 1760-1770, Troyes.

La résidence électorale à Dresde

Ce château est très marqué par les travaux effectués par Maurice de Saxe au XVIe siècle, lorsqu’il accède à la dignité électorale. Auguste le Fort et Auguste III conservent cette architecture de style Renaissance pour les extérieurs, et ne modifient que les intérieurs. Après l’incendie de 1701, plusieurs projets de reconstructions sont envisagés.

C. H. Fritzsche, Aufzug der Wagen und Reiter zum Damenringrennen am 6. Juni 1709 in Dresden, um 1710.

En 1718, le roi demande enfin de réparer la demeure endommagée, tout en modifiant significativement la distribution. Il avait auparavant fait mettre au dépôt les décors des façades en graffites3. En 1719, la demeure possède de nouveaux appartements de parade très luxueux2.

Ball paré im Riesensaal des Dresdner Residenzschlosses, 1719, SLUB.

Le déploiement de faste se fait ressentir lors du mariage du prince héritier et de l’archiduchesse d’Autriche. Puis Auguste III continue de modifier le château : il gagne des logements en déplaçant dans la ville la chapelle évangélique, construite en 1555. Il fait faire une nouvelle galerie de peinture, qui lui permet de déplacer celle qui se trouve dans l’ancienne Riesen saal (salle des Géants).

Un appartement important au bel étage

En 1769, l’électeur Frédéric-Auguste III, son neveu, s’était marié avec Marie Amélie Auguste de Deux-Ponts, nièce du duc Christian IV. En décembre 1770, l’électrice annonce qu’elle est enceinte. L’électeur décide en conséquence de récupérer l’appartement de son oncle, car il n’existe pas, dans le château, « d’appartement plus voisin et plus commode » que celui-là4.

Anton Graff, Friedrich August von Sachsen, SKD online

Par cette description, la situation de l’appartement peut être retrouvée dans le château. À cette date, l’électeur occupe un appartement de parade au second étage dans l’aile ouest. À cet étage, dans l’aile est, son épouse occupe un appartement dans le pavillon5. Un plan de 1770 permet de voir qu’il existe entre les deux, un appartement.

Plan de 1770, Second étage, SLUB.

Cet appartement avait été créé en 1738 pour loger la famille du prince héritier. Cet espace était resté jusqu’en 1742 une galerie de peinture6. Il se situe entre l’appartement de société de l’électeur, au premier niveau, et celui de l’électrice dans le pavillon. Ce plan montre que l’on accède à cet appartement depuis l’escalier anglais (Englische Treppe) servant d’escalier d’honneur7. En revenant à Dresde en 1763, toute la famille est logée au château. Le frère du Prince Xavier, Frédéric-Christian et son épouse sont retournés au palais du Taschenberg. Au château électoral, il semblerait que les frères et sœurs se partagent les appartements qui restent au second étage, et à l’entresol au-dessus8. Le prince Albert possède un appartement au-dessus de l’appartement du prince Xavier juste après les garde-robes. Le prince possède donc un appartement de premier ordre dans le château.

Un appartement entre rokoko et style classique renouvelé

À son retour à Dresde, le roi décide de refaire les appartements du château, mis à mal par les troupes prussiennes. L’appartement de société de l’électeur du premier étage de l’aile Est du château, très gravement touché par le bombardement de 1760, est rénové9.

Johann Alexandre Thiele, Die Festung Königstein, SKD online.

Des photos d’avant 1945 rendent compte de la décoration choisie: la foison du décor en entrelacs est encore de mise, même si les formes se symétrisent. Le logement destiné au prince Xavier est rénové à partir de mars 1763. Les travaux sont financés par le duché, mais le prince peut faire avancer les travaux plus rapidement en payant de sa caisse. Dans son appartement, le prince propose de remplacer les poêles par des cheminées. Il y fait mettre des plaques à ses armes. Ce choix peut paraître surprenant dans une région aux hivers rigoureux, mais la cheminée conserve un prestige bien plus grand que le poêle de faïence. C’est une conception qu’il a peut-être conservée de ses séjours à Versailles. Les travaux sont relativement importants : il fait mettre de nouvelles cloisons sur les murs, poser des volets aux fenêtres, orner les portes de nouvelles serrures, retapisser les murs, et enfin il fait repeindre toutes les pièces. La peinture est blanche pour les parois, et d’ or pour les cadres, tandis que l’intérieur des armoires et des placards sont en bleu clair. La chambre est tapissée de damas rouge venant de Francfort. Les travaux de l’appartement du prince et ceux du roi s’achèvent dans le courant de juillet 1763 10.

Le mobilier et le décor de l’appartement du prince sont connus par deux inventaires en allemand réalisés le 19 mai 1769 : le premier pour les objets du duché de Saxe, et le second pour ceux qui appartiennent en propre au prince Xavier11. D’après l’inventaire, la salle d’audience, la chambre et le cabinet sont décorés de trumeaux et de dessus-de-porte. Les meubles du duché consistent principalement en lustres, rideaux et certains tableaux du décor des boiseries. Ainsi, dans les dessus-de-porte de tout l’appartement, ont été insérés des tableaux de Johann Alexander Thiele représentant des paysages12.

Plan de 1770 (détail)

Selon le plan de 1770, l’antichambre est une pièce quadrangulaire avec trois portes d’entrée, et quatre porte-fenêtres. Entre ses fenêtres se trouvent les trois trumeaux décrits dans l’inventaire. Sur les autres murs se trouvent les huit miroirs avec leurs cadres, qui sont « entourés de deux bras de lumière en verre qui sont mobiles ». Il s’agit peut- être de lambris où sont insérés des miroirs, mais la description ne permet pas de bien comprendre cette disposition. Au centre du plafond est accroché un grand chandelier à 20 mèches.

Cabinet de porcelaine dans la résidence de Dresde, 1750.

Dans l’angle de la pièce, a été disposé un grand poêle de porcelaine blanche. Sur les murs ont été mises « trois consoles d’or avec un travail de sculptures et des feuilles d’albâtre », un grand meuble, douze fauteuils rouges et aux dossiers verts. Le tout est complété par vingt-trois tables de jeux. Cette pièce avec son mobilier peut faire penser à une antichambre utilisée comme cabinet de jeu. Sa décoration est à rapprocher du cabinet des glaces de Versailles, qui fut pris comme modèle pour le cabinet de jeu de Munich (Spiegelkabinett) avec ses miroirs à profusion, ses nombreux bras de lumière, et ses consoles sur les murs pour la porcelaine13. Mais la profusion des décors de 1730 a laissé la place a un décor plus sombre dans les années 1760 à Dresde.

Cabinet de jeux de la résidence de Munich, 1731.

Le décor de la salle d’audience est le plus fastueux. Comme dans l’antichambre, des boiseries avec leurs miroirs « entourés de deux bras de lumière argentés et dessus en verre » ont été disposés sur les murs14. Au plafond, est accroché un chandelier à seize bobèches de verre. Il est complété sur les murs par des consoles à plateau d’albâtre, et de nombreux portraits de famille à mi-corps par Rotari15.

La chambre est la seule pièce représentée par un dessin. Celui-ci renseigne sur les boiseries, et sur le sol qui est parqueté (parquet en feuille). Les parois sont faites de boiseries menuisées avec des dessus-de-porte de stuc et bois représentant des enfants, possédant un cadre ornés de fleurs et de rubans. Le reste du décor de boiserie est géométrique. La paroi derrière le lit et celle des côtés possèdent des tentures rouges dans des cadres de bois dorés, aux décors géométriques. Les autres murs de la pièce ne sont pas représentés. Le lit se situe dans une petite alcôve, dont le centre seulement est représenté sur le dessin, où n’apparaissent pas les portes des côtés. D’un coté, se trouve une première porte qui donne accès à la garde-robe et de l’autre, une seconde porte donnant sur un poêle. Le dessin montre un lit à la polonaise où est disposé « une couverture rouge damassée avec tresses d’or et houppettes allongées avec 4 boutons, avec les plumes blanches », des édredons, coussins en bourrelet et un drap avec un marquage aux armes du prince et la date de 1768. Le dessin montre au fond du lit un dossier et des montants dorés avec ornements qui représentent un cartouche ovale entouré de casques et des guirlandes de fleurs.

Dessin de la chambre du prince dans l’appartement de Dresde, Archives départementales de l’Aube.

L’inventaire nous renseigne sur un meuble important de la pièce : une armoire-secrétaire à glace en bois de noyer à trois niveaux. Elle est décrite comme : « une armoire en forme de bureau à écrire à miroir avec vingt-six cases et trois étages et deux tiroirs » et une glace16. Ce meuble est connu par un dessin et une photo d’avant 1945 en montre un exemplaire disparu très proche17. C’est plutôt une sorte de bureau-cabinet où le prince rangeait objets de cristal, de porcelaine, d’ivoire. Il est composé d’une partie supérieure, d’un pupitre et d’une partie inférieure. Il possède vingt-cinq tiroirs sans compter le pupitre et le haut. La partie supérieure s’ouvre par deux portes vitrées, et de marqueterie. Le prince a fait disposer dans la pièce plusieurs horloges, dont une de Grault à Paris, et une autre de Carl Dopson à Londres, ainsi que quatre thermomètres et deux périmètres (outils pour étudier le champs visuel). Les horloges sont sûrement disposées sur les cheminées, et les thermomètres sur les murs. Une table de marbre au pied doré et un bureau viennent compléter le mobilier de la pièce.

Armoire-bureau de l’appartement, Archives départementales de l’Aube.

Le cabinet est très meublé, malgré son espace réduit. On y trouve des objets très luxueux aux cadres de bronze, et aux matières animales et végétales rares. Trois tableaux de portraits en miniature sont disposés sur les murs : ils représentent Frédéric-Auguste III, Marie-Josèphe et le prince Xavier18. On a disposé une horloge à miroir, avec boîtier en laiton et bouclier en forme de tortue par Gault à Paris, ou encore une table de jeu. Il s’y trouve plusieurs tables à écrire, guéridons, un grand canapé de damas bleu et plusieurs sièges et tabourets. La « retirade » dispose, elle aussi, de son damas rouge, et de plusieurs meubles comme des tabourets et une chaise de damas rouge. Elle est complétée par divers ustensiles du quotidien. Dans les garde-robes ont été disposées des armoires et commodes pour le rangement.

Anonyme, Kurfürst Friedrich August II. von Sachsen, König von Polen, mit Maria Josepha, Österreichische Nationalbibliothek.

La décoration des appartements de société de l’électeur est connue par un tableau de 1831 présentant le roi dans la salle d’audience de la résidence. Les murs sont tapissés de damas rouge, et les encadrements rectilignes peints en blanc et baguettes dorées. Des tableaux sont insérés en dessus-de-porte à l’encadrement en courbes et contre-courbes. Le plafond possède des ornements dorés faits d’arabesques, qui se retrouvent dans les cadres, les murs et les plafonds. Les parois rectilignes aux ornements aux motifs asymétriques rappellent les décors créés par les Bâtiments du roi au début du siècle19. Le foisonnement du décor, propre au style rocaille, devient la norme dont de nombreux exemples bavarois font l’écho20.

Carl Christian Vogel von Vogelstein, Friedrich I. im Audienzsaal, 1831, SKD online.

Le décor du dessin de l’alcôve de la chambre du prince Xavier se différencie de celui du tableau représentant le roi de Saxe dans l’appartement de société. Les parois de lambris de la chambre sont rectilignes, ornés de simples pilastres et entablements feints. La peinture blanche recouvre les surfaces, sauf pour les encadrements en frise des tapisseries de damas rouge. Les deux parties de murs encadrant le lit sont surmontés de cartouche, ornées de sculpture de guirlandes végétales où se trouvent des peintures de camaïeu représentant des enfants. Ce décor très simple entre en opposition avec celui de la salle d’audience, où les ornements sont bien plus présents : encadrements et sculptures sont peints en doré, et tous les murs sont tapissés de damas rouge.

Conclusion

Le prince Xavier a peut-être influé sur la rénovation de sa chambre. Sa décoration semble être plus proche des créations françaises des années 1750 que de celle de Munich de 1730. Il a peut être été mis au courant des nouveautés artistiques lors de son séjour à Versailles, auprès de sa sœur la dauphine en 1758. Malheureusement, l’appartement de sa sœur à Versailles est mal connu, en revanche celui du couple delphinal à Compiègne est bien connu. En 1753, de nouveaux appartements pour le dauphin et son épouse sont créés à Compiègne dans le nouveau style classique, où le foisonnement des ornements laisse place à des parois moins décorées21.

La décoration des parois de la chambre de la dauphine montre de grands panneaux de lambris rectangulaires, avec des ornements simples et rectilignes surmontés de guirlandes et de coquilles22. Nous pouvons rappeler que le prince a pris part au débat qui s’est déroulé en Saxe au sujet de la reconstruction de l’église Sainte-Croix. Il décide donc de mettre en pratique les nouvelles conceptions architectoniques dans ces intérieurs : il choisit le klazissimus plutôt que le rokoko.

Notes

1. Gazette des Gazettes, janvier 1764. 2. Voir la série de livres Das Residenzschloss zu Dresden, Band 1 (2013), Band 2 (2019) et Band 3 (2020) publié par Landesamt für Denkmalpflege Sachsen . 3. Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756), op .cit., p. 289. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1431, copie de la lettre de l’électeur au prince Xavier, le 25 décembre 1770. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 27 septembre 1762. 5. Selon les travaux réalisé par Hensel (Margitta), « Die Appartements des Kurfürsten Friedrich August III. von Sachsen in den Schlössern von Dresden, Pillnitz und Moritzburg in der Regierungszeit von 1768 bis 1786 », op.cit. 6. Heres (Gerald), « Die Dresdener Sammlungen in Keysslers Neusten reisen », Jahrbuch der Staatlichen Kunstsammlungen Dresden, 11, 1978/79, p. 106. 7. Sächsisches Staatsarchiv, Abteilung Hauptstaatsarchiv (Dresde), 10006 Oberhofmarschallamt Cap. 01A, Nr. 17 Grundriss des ersten Obergeschosses (“second étage”), vers 1770. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 27 septembre 1762. 9. Hensel, Margitta, « Die Appartements des Kurfürsten Friedrich August III. von Sachsen in den Schlössern von Dresden, Pillnitz und Moritzburg in der Regierungszeit von 1768 bis 1786 », Wie friderizianisch war das Friderizianische? Zeremoniell, Raumdisposition und Möblierung ausgewählter europäischer Schlösser am Ende des Ancien Régime, Beiträge einer internationalen Konferenz vom 2. Juni 2012, hg. von Henriette Graf und Nadja Geißler (Friedrich300 – Colloquien, 6) [en ligne, consulté le 20 mai 2020], p. 11. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 23 juillet 1763. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaire des meubles appartenant au prince Xavier de l’appartement du château électoral, 19 mai 1769. 12 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles appartenant au duché de l’appartement du prince Xavier dans le château électoral, 19 mai 1769. 13. Krems (Eva-Bettina), op. cit., p. 226. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles de l’appartement du prince Xavier du château électoral de Dresde. La description en allemand est: « 8. Spiegel Wand Plackers mit Fasetten und belegten Spiegel Ramen, jeder mit 2. gläsernen Leuchter Armen welche mobil ». 15. Les représentations sont jusqu’aux genoux. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles appartenant au prince Xavier de l’appartement du château électoral, 19 mai 1769. 17. Haase (Gisela), Dresdener Möbel des 18. Jahrhunderts : Barock, Rokoko, Zopfstil, Rosenheim Leipzig, Rosenheimer Verlagshaus /E.A. Seemann, 1983, notice 70, p. 276. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, « Spécification von Hr. Konige Hoheit Printz Xaverii, sämmtlichen bildern », 4 novembre 1769. Cet inventaire est la copie de celui du 19 mai 1769 mais il donne des précisions sur le nom des artistes. 19. Pons, Bruno, De Paris à Versailles, 1699-1736 : les sculpteurs ornemanistes parisiens et l’art décoratif des bâtiments du roi, Strasbourg, Association les publications près les Universités de Strasbourg, 1986. 20. Pozsgai( Martin), Germain Boffrand und Joseph Effner : Studien zur Architektenausbildung um 1700 am Beispiel der Innendekoration, Berlin, G. Mann, 2012.21. Szymski (Emilie), Les appartements du dauphin. LouisFerdinand, fils de Louis XV et de la. dauphine MarieJosèphe de Saxe au château de Compiègne : 1737-1766, mémoire de recherche. (2 de année de 2 e cycle) en histoire de l’art appliquée aux collections présenté sous la direction de Mme Hélène Meyer [en ligne, consulté le 16/07/2018], p. 106. 22Ibid., p. 110.

La fortune du prince Xavier(3) : héritage, acquisitions et comparaisons

Au XVIIIe siècle, les revenus des princes se comptent par millions de livres. Le duc de Penthièvre est ainsi l’une des premières fortunes de France. À sa mort en 1793, la fortune de ce prince s’élève à 98 461 582 livres1.

Jean-Baptiste Charpentier le Vieux, Monsieur de Penthièvre et sa fille, WikiCommon.

Les informations sur la fortune du prince Xavier de Saxe sont éparses. À la mort de son père, en 1763, il ne reçoit que quelques biens sans grande valeur, car son père lègue tout à son frère aîné Frédéric-Christian»2. À la mort de son frère aîné, l’héritage échu au prince Xavier monte à 501 écus de Saxe, environ 1 900 livres tournois et plusieurs biens non évalués comme des serviettes de damas, des tapisseries, de la porcelaine, des glaces et des formes pour la pâtisseries3. En 1769, il devient propriétaire de Zabeltitz, qui a été acheté par l’électeur. La valeur exacte de cette acquisition est, peut être, de 100 000 écus avec les terres boisées environnantes, ce qui équivaut à environ 266 000 livres tournois4, le château et son parc ne valant qu’environ 70 000 écus5.

Dessin du château de Chaumot, 1772-1773, Archives de l’Aube.

En 1771, le prince devient propriétaire de nombreux biens immeubles en France à hauteur de 2,6 millions de livres tournois : la terre de Chaumot vaut 1 020 000 livres tournois et celle de Pont 1 300 000 livres tournois. Avec cette somme, il se trouve bien loin des princes de la cour de France. Il ne peut pas espérer augmenter considérablement sa fortune par l’héritage de sa sœur Christine qui décède en 1782. Elle ne lui laisse qu’une dette de 16 690 écus de Saxe, environ 70 000 livres tournois. Cette somme fut prêtée par la princesse Elisabeth « dans un moment où elle avait le plus pressant besoin d’argent comptant »6. Comme certains propriétaires, il peut envisager de vendre une partie de ses biens pour éponger ses dettes. À partir de 1775, il propose plusieurs fois de vendre la terre et le château de Chaumot, qui pourtant lui rapporte en revenus bien plus que celle de Pont. Mais il ne trouve pas d’acquéreur.

Joseph Mannlich, Portrait du duc, de la comtesse de Forbach et de leurs enfants, vers 1764, Wiki Common.

Des propriétaires n’hésitent pas à vendre rapidement comme la marquise de Fleury qui vend sa terre de Banneville pour 260 000 livres, ou le duc de Coigny qui se décharge de plusieurs terres et d’un hôtel à Paris pour 220 000 livres7. À sa mort,en 1775, le duc de Deux-Ponts laisse de nombreuses dettes. Ses héritiers vendent une partie de sa collection de tableaux : la vente est connue par un catalogue annoté par le dessinateur Gabriel de Saint-Aubin8. Pour avoir une nouvelle source de revenu, le 5 février 1776, la comtesse de Forbach est aussi obligée de louer son hôtel parisien à David Murray, Earl of Mansfiel viscount of Stormont dit Mylord Stormont (1727 – 1796), ambassadeur extraordinaire d’Angleterre, pour six années9. Le 13 janvier 1778, les responsables des enfants mineurs du duc ainsi que son neveu Charles II de Deux-Ponts constatèrent que de nombreux travaux sont à effectuer dans l’hôtel et qu’il serait plus sage de le vendre10. C’est à ce moment que la famille de Deux-Ponts décide de réaliser un vaste projet immobilier : en 1777, le roi autorise, avec le soutien du maréchal de Richelieu et du duc de Choiseul-Gouffier, leur vaste projet de création d’une rue à l’emplacement du jardin et des communs de leur hôtel. Ce sont les créations de la rue de Choiseul et de la Michodière11. Après les travaux, des parcelles sont vendues et de nouvelles bâtisses sont réalisées. Leurs ventes permettant de rembourser les dettes. Finalement, la comtesse de Forbach et ses enfants vendent l’hôtel le 12 avril 177812.

Hôtel de Deux-Ponts( rdc), 1724, BnF Gallica.

Le prince Xavier n’est pas dans cette position, ses biens immobiliers sont trop peu nombreux pour envisager de vendre, et il est seulement locataire à Paris. Après 1769, les revenus du prince Xavier sont éparses. Chaque année, il touche environ 180 000 livres sur le trésor de Pologne et Lituanie et 150 000 livres sur le trésor de France : ces sommes permettent à peine de subvenir à ses besoins courants. Pour traiter son état déficitaire, il veut augmenter les sources de revenus. Ainsi, il espère obtenir une charge ou un gouvernement pouvant lui permettre d’augmenter ses revenus et son prestige.

Anonyme, Duc de Fitz-James, Wiki Common.

En 1775, il jette son dévolu sur le gouvernement du Languedoc laissé vacant par le décès du comte d’Eu, mais sans le succès escompté13. Ce gouvernement valait, selon Barbier, 160 000 livres de rente14. Le duc de Fitz-James touche plus de 40 000 livres pour le gouvernement du Limousin. Le duc de Polignac en étant premier écuyer de la reine reçoit 80 000 livres15.

Conclusion

Les revenus du prince Xavier sont donc conséquents, mais ils ne sont pas au niveau des princes du sang ou de certains ducs et pairs. Sa fortune reste faible. Selon Frédéric Dassas, la fortune du prince de Conti se monte à 14 millions de livres, ses revenus sont, en 1770, de 3 700 000 livres, puis, en 1771, de 2 298 158 livres. Par la suite, ses revenus sont toujours supérieurs à un million de livres16, chiffres bien au-dessus de ceux que nous pouvons voir pour le comte de Lusace.

Notes

1. Duma (Jean), Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793): une nébuleuse au XVIIIe siècle, Paris, Sorbonne, 1995, p. 50. 2. Paris, Bibliothèque polonaise, lettre de Xavier à la dauphine, citée dans Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit.,p. 145. 3. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE 2084, « Inventarium », inventaire des biens reçus en héritage, 1763. 4. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 3095, tableau de change, s.d. 5. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1429, lettre du prince Xavier au général Block, 24 avril 1769. 6. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1443, lettre du prince Xavier à Antoine de Chaumont de La Galaizière, intendant d’Alsace, 8 mars 1783. 7. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 8. Bnf, est., Réserve 8-YD-5342, Catalogue des tableaux originaux des grands maîtres des rois Écoles, qui ornoient un des Palais de feu son Altesse Monseigneur Christrient, Duc des Deux-Ponts, par Remy, Paris, Veuve Musier, 1778, annoté par Gabriel de Saint-Aubin. 9. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 287, acte de location de l’hôtel de Deux-Ponts par l’ambassadeur d’Angleterre passé devant me Paulmier devant Me 5 février 1776. 10. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 300, acte donnant pouvoir à l’architecte Ducret passé devant me Paulmier, 13 janvier 1778. 11. Coquery (Natacha), « L’hôtel aristocratique et le changement urbain au XVIIIe siècle. Les opérations immobilières du comte de Choiseul-Gouffier dans le nord-ouest parisien, 1777-1782 », Histoire urbaine, n° spécial, 2009, vol. 2, p. 105 – 117. 12. Arch. nat, MC/ XLVII/301, vente de l’hôtel de Deux-Ponts, 12 avril 1778. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, lettre du prince Xavier à Sayffert, 15 février 1775. 14. Barbier (Edmond Jean François) , Journal historique et anecdotique: du règne de Louis XV, tome 4, Paris, Renouard, 1856, p. 104. 15. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 16. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », Chapey, Frédéric (préf.), op. cit.,p. 20 – 23.

La fortune du prince Xavier(2) : les aléas de la pension en France

En 1758, son statut de frère de la dauphine Marie-Josèphe de Saxe et de lieutenant général des armées du roi permet au prince Xavier de Saxe, comte de Lusace d’obtenir une pension de 150 000 livres sur le trésor royal. Cette somme est la plus importante qu’il perçoit, comme on peut le voir par les comptes réalisés par le notaire Duclos Dufresnoy de 17841. Au sortir de l’année 1769, le prince sait que son train de vie n’est possible que par les ressources venant de France, puisque celles venant de Pologne ne sont versées qu’aléatoirement (voir article).

Maurice-Quentin de La Tour, Marie-Josèphe de Saxe et son fils, 1761, Saint-Quentin.

Or la monarchie, au sortir de la guerre de Sept-Ans, connaît un endettement trop important. Les recettes des années 1770 et 1771 doivent satisfaire en totalité les dépenses de 17692. Après le départ du contrôleur Maynon d’Invault acquis à la cause de Choiseul, le roi nomme un proche du chancelier Maupeou, l’abbé Terray, au poste de contrôleur général des finances le 22 décembre 1769. Il est nommé ministre d’état le 18 février suivant et peut, dès lors, siéger au conseil du roi.

Alexandre Roslin, Abbé Terray, 1774, Versailles.

Dès janvier 1770, l’abbé Terray met en place une série de réformes de nécessité pour assainir les finances royales. L’abbé propose plusieurs arrêts sur le sujet au conseil du roi. Le 19 janvier, il ordonne la réduction des pensions et traitements donnés sur le trésor royal. L’abbé observe que « les pensions et gratifications, tant ordinaires qu’extraordinaires, continueront d’être sujettes à la retenue ordinaire du dixième ». Puis dans l’article II de cet arrêt, le ministre ajoute que la retenue « sur celles au-dessus de deux mille quatre cents livres, à quelques sommes qu’elles puissent monter, à raison de trois dixièmes »3. Cette réforme des pensions doit s’appliquer rétroactivement aux pensions échues en 1768 puis à partir de 1770 pour toutes les gratifications extraordinaires. Les revenus du prince s’élevaient pour les traitements du trésor royal, en 1763, à 150 000 livres4. Le prince voit dès lors, sa pension réduite drastiquement passant de 150 000 livres à 105 000 livres, ce qu’il ne peut accepter.

Écu, Louis XV dit “au bandeau”, 1767, Metz, CGB.

Alors en Italie, le prince Xavier écrit ainsi le 9 mars 1770 au colonel Sayffert :

Vous pouvez bien vous imaginer combien l’arrêt que vous m’avez envoyé sur la diminution des pensions m’inquiète, d’autant plus que vous me marquez que même les princes du sang n’étaient point exceptés de la règle. Suivant mon calcul, cela me ferait une perte de 45 000 livres qui me mettrait assez mal à mon aise. Il est vrai que je n’ai jamais souffert de retenue, pas même celle de l’ancien dixième ordinaire5.

Alors le prince tente, à la cour, de s’appuyer sur des personnes influentes pour obtenir des compensations, voire un retour total du montant de sa pension. Il sait que tant qu’il sera à l’étranger, les ministres ne mettront aucune bonne volonté à lui payer sa pension ni même à revenir sur la mesure. En 1771, il espère qu’à son retour en France, il pourra récupérer sa pension en totalité c’est-à-dire « 300 000 livres à prétendre au trésor royal sur ma pension pour les années 1770 et 1771 » sans les diminutions opérées par la réforme Terray6. Mais la requête du prince semble rester lettre morte malgré les sollicitations de Martange auprès de Terray. En 1772, il renonce à vouloir réclamer la totalité de son dû. Il écrit à Martange de lui procurer si ce n’est le total des deux années, « la moitié au moins s’il est possible de mon traitement sur le trésor royal pour l’année 1771 » car les 100 000 livres de Saxe ne suffiront pas à payer les travaux qu’il effectue dans ses demeures et son voyage en Bavière7.

Joseph Hauziger, Louis XVI et Marie Antoinette (détail), 1778, Met museum.

En 1774, à la mort du roi, le prince n’a toujours pas récupéré les montants. Louis XVI ne conserve pas le ministre Terray. Les sollicitations du prince sont acceptées par le roi qui lui accorde par l’ordonnance du 31 décembre 1775 une pension de 150 000 livres sans retenue8. C’est un retour à la normale, mais le prince Xavieren demande davantage par le recouvrement des sommes perdues depuis réforme de 1770. Finalement le nouveau ministre des finances Turgot accepte de lui verser « chaque année, outre le montant de la pension courante, une partie des arrérages », ce qui fait 18 750 livres par mois. En novembre 1776, le prince se plaint encore au ministre Necker de n’avoir pas reçu tous les paiements, puisqu’il manque les sommes des mois d’avril et octobre de l’année en cours. Le prince propose de recevoir les sommes des deux mois en une fois « le mois de décembre prochain »9. Il semblerait que les tractations du prince soient couronnées de succès puisqu’en 1776, la rente du prince est versée chaque année. En 1776, elle semble de surcroît monter jusqu’à 225 000 livres10.

Conclusion

En 1790, la pension du prince est de 150 000 livres par an. Le roi lui verse une grosse pension puisque viennent ensuite celle du comte de Périgord de 68 123 livres, celle du duc du Châtelet de 64 500 livres, celle du prince de Montbarrey de 64 000 livres et enfin, celle du prince de Condé qui ne monte qu’à 55 801 livres11.

L’appel de Jacques Necker, BnF Gallica.

Le prince Xavier touche une pension qui est le triple de celle d’un cousin du roi comme Louis V Joseph prince de Condé. Mais ce dernier doit posséder une fortune s’élevant à plusieurs centaines de milliers de livres tournois, ce qui n’est pas le cas du comte de Lusace. Mais sa pension est moindre que celle du duc de Deux-Ponts qui, grâce à un traité signé en 1751 avec la France et plusieurs fois renouvelé jusqu’en 1776, touche près de 300 000 livres par an12. Ces pensions de Saxe, Pologne-Lituanie et France ne permettent pas complètement au prince de vivre selon le train de vivre qu’il s’est fixé. Dès lors, il met en place une politique d’acquisition de terre qui par leur revenu doit lui permettre de mettre son budget à l’équilibre, ce que nous verrons dans d’autres articles.

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2540, comptes de l’année 1784.2. Laugier (Lucien), Un ministère réformateur sous Louis XV: Le Triumvirat (1770-1774), Paris, La Pensée Universelle, 1975, p. 165. 3. Arch. nat., E 1452 B, arrêt 19 janvier 1770. Publié dans Mercure de France, février 1770. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1596, lettre de Martange au prince Xavier, 7 avril 1763. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 9 mars 1770. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Martange, 31 décembre 1770. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1432, lettre du prince Xavier à Martange, 26 mai 1772. 8. Rapports du comité des pensions à l’assemblée nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1790, volume 1, p. 57. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1436 lettre du prince Xavier au ministre Necker 30 novembre 1776. 10. Anonyme, Collection de compte rendus[…] depuis 1758 jusqu’en 1787, Paris, Cuchet et Gattey, 1787, p. 170. 11. Anonyme, Dixième supplément historique et essentiel à la liste des pensions, II volume, Paris, Denné, 1790, p. 36 – 37. 12. Michel (Patrick), « Christian IV, duc des Deux-Ponts (1722-1775) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2016, p. 5 [en ligne, consulté le 04 juin 2019].

La fortune du prince Xavier(1) : le trésor de Saxe et de Pologne-Lituanie

Le prince Xavier de Saxe possède des pensions en Saxe, Pologne-Lituanie et en France. Bien loin d’être un prince riche, il reste néanmoins dans la catégorie haute de la noblesse européenne.

Taler, Franz Xaver. Regent, 1763-1768, Wiki Common.

La première manne financière que le prince Xavier reçoit, est la plus ancienne, puisque dépendant uniquement de son statut de duc de Saxe. Avant la guerre de Sept-Ans, le prince Xavier évalue les revenus provenant du trésor de Saxe à 24 000 écus. Cette somme est pour son usage propre : le duché lui met à disposition un logement et du mobilier dans un des palais de Dresde. En outre, cette caisse ducale lui paie toutes les dépenses de son écurie, tant en hommes qu’en chevaux, ainsi que tous ses frais de voyage. Ses frais de bouche sont compris dans les 40 000 écus attribués à ce sujet à tous les fils du monarque1.

“Réduction de l’argent de France en argent de Saxe”, Archives de l’Aube.

Entre 1758 et 1763, le prince Xavier évalue ses revenus entre 45 000 et 50 000 écus par an, ce qui fait environ 150 000 livres tournois. En 1763, le testament de son père fait diminuer très fortement cette somme : il obtient, comme ses frères, 20 000 écus par an soit seulement 60 000 livres tournois. Il perd ainsi environ 2/3 de ses revenus financiers. Par ailleurs, le prince explique que son père ne leur donne plus aucun effets mobiliers, car ils appartiennent tous au duché, et le roi ne peut en disposer comme bon lui semble. En outre, toujours selon le testament, si l’un des membres de la famille venait à se marier, avec l’accord de l’électeur, cette somme peut augmenter jusqu’à 50 000 écus.

“Projet de conversation”, vers 1770, Archives de l’Aube.

D’après un projet de discours sur les raisons de son départ en France, le prince pense que l’électeur refuserait son départ s’il continuait à percevoir de l’argent sur les caisses du duché2. Nous ne savons pas si cette discussion a eu lieu, mais la pension de Saxe disparaît de la comptabilité après le départ du prince Xavier, ce qui prouve qu’il y aurait eu un accord à ce propos.

Taler, August III Sas, 1754, Coll. part.

En revanche, à cette date, le prince conserve une pension sur le trésor de Pologne et Lituanie. Après la mise en place de la constitution de 1768, la diète décide de continuer de verser aux princes Charles et Xavier une pension viagère de 1200 ducats. Lors de la diète de 1775, le roi de Pologne Stanislas II décide de leur conserver la pension et de leur payer « deux années qui étaient échues et que le mauvais état des finances de la République n’avait pas permis de leur faire compter»3. En contrepartie, le prince Xavier renonce à toute prétention sur le trône polonais selon l’Acte de renonciation de 1765.

Dwuzłotówka (deux złoty), Stanisław A. Poniatowski, 1770, Coll. part.

Plusieurs documents nous renseignent sur ce que le prince perçoit des trésors de Pologne et Lituanie à partir de 1775. Ce sont des récapitulatifs de sommes dues et perçues mais aussi des prélèvements effectués. Les informations manquent pour bien comprendre le fonctionnement des paiements. D’après certains documents, une première commission du 30 juin 1775 assigne 2 814 000 florins aux princes Charles et Xavier, puis une seconde du 23 juillet 1778, 3 216 000 florins. Le trésor de Pologne doit leur verser 2 144 000 florins et le trésor de Lituanie, qui y participe pour un tiers, leur verse 1 072 000 florins. Cet argent n’est pas perçu de façon régulière et plusieurs fois, le prince charge ses agents en Pologne de réclamer son dû4.

Półtalar (demi taler), Stanisław A. Poniatowski, 1777, Coll. part.

À partir de 1776, le prince Xavier doit toucher 290 333 florins sur le trésor de Lituanie. Entre 1776 et 1778, il reçoit seulement la moitié de la somme. Le versement semble plus régulier par la suite. Les données manquent à partir de cette date pour proposer une somme perçue : elle devait être du même ordre. Ces pensions sont mineures par rapport à ce qu’il perçoit du trésor de France. Les sommes paraissent importantes, plus de trois millions de livres en 1775. Son versement, trop aléatoire, n’en fait pas une source constante de revenu. En 1776 , le trésor lui verse un peu moins de 300 000 florins ce qui fait environ 195 000 livres.

Conclusion

Ces revenus sont les mêmes pour tous les fils du roi Auguste III conservant le titre de prince de Pologne (S.A.R.) après 1763. La somme fluctue autour de 190 000 livres. Cette somme le met au même niveau qu’un prince de Sang en France à l’exemple du prince de Conti qui touche entre 1770 et 1774 environ 180 000 livres de rente5. C’est en conséquence le statut (plus ou moins déguisé) qu’il compte réclamer en France. Mais la fortune du prince ne s’arrête pas à ces pensions de Pologne, il convient d’ajouter les sommes perçues à partir de 1758 sur le Trésor de France et les revenus de la terre que nous verrons dans d’autres articles.

Notes

1. Paris, Bibliothèque polonaise, lettre de Xavier à sa sœur, citée dans Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit.,p. 145. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1899, “Projet de conversation”, vers 1770. 3. Kriegelstein (Christian Friedrich Pfeffel von ), État de la Pologne[…], Paris, Herissant, 1770, p. 81; Journal politique et de littérature, Bruxelles, 6 septembre 1775. 4 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3095, états des apanages de Pologne et Lituanie, s.d. [1778?]. 5.  Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », Chapey, Frédéric (préf.), Les Trésors des princes de Bourbon Conti, catalogue de l’exposition du Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq à L’Isle-Adam (28 mai-1er octobre 2000), Paris, Somogy, 2000,p. 20.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search