Archives de catégorie : Saxe

Xavier de Saxe à la cour de Versailles (1)

Article publié dans Château de Versailles. De l’Ancien régime à nos jours n°44

L’article et le suivant reprennent les bases de l’article publié dans le numéro de janvier-février-mars 2022. Version augmentée en deux parties.

“Jean sans Terre”

Le prince Xavier de Saxe (1730-1806) est le second fils du roi de Pologne Auguste III et de Marie-Josèphe de Habsbourg fille de l’empereur d’Autriche, Joseph Ier. Duc de Saxe, prince royale de Pologne et grand-duc de Lituanie, il n’est qu’un prince parmi d’autre de cette grande famille de Saxe qui règne sur un des plus grands territoires d’Europe.

Pietro Rotari, Portrait du prince Xavier, SKD online

Son père ne l’appréciant pas délaisse ce fils qu’il considère comme incapable. De son coté, le prince s’imagine un jour pourtant succéder au roi étant le mieux placé par rapport à son frère ainé handicapé. Mais le mariage du prince héritier en 1747 avec Marie-Antoinette de Bavière et la naissance d’un enfant en 1750 lui font perdre tout espoir de jouer un rôle politique de premier plan en Saxe-Pologne.

Louis de Silvestre, Portrait d’Auguste III, Wilanow.

Dès lors, il se tourne vers sa soeur chérie Marie-Josèphe, qui avait épousé le dauphin de France en 1747, pour lui trouver une position. Considéré comme le moins apanagé par son père, la dauphine avait donné le surnom de “Jean sans Terre” au frère qu’elle aimait le plus.

Maurice Quentin de La Tour, Marie Josephe de Saxe, SKD online.

En 1756, l’armée prussienne sans déclaration de guerre se mit en mouvement vers la Saxe et l’Autriche. L’armée saxonne défaite, la famille royale capturée, le roi et ses fils prennent la route de l’exil en Pologne. La Saxe occupée et pillée, le roi tente par tous les moyens de trouver des soutiens à sa cause. Il déploie toutes la diplomatie possible et envoie ses fils plaider sa cause en Europe. Le prince Albert est envoyé en Autriche, Charles en Russie et le prince Xavier en France en septembre 1758.

Un accueil prévenant

Pour la venue du prince Xavier, le ministre Marigny propose de le loger sur Paris au palais des Tuileries. L’administration des Bâtiments du roi lui attribue l’appartement de l’évêque d’Orléans que l’on finissait de rénover1. Mais à son arrivée, le prince Xavier demande à loger à Versailles auprès de sa sœur. À partir de cette date, le prince occupe plusieurs logements, pour lui et sa suite, au château2. L’appartement lui est laissé à condition qu’il le rende à son départ au locataire habituel.

Ainsi le prince et sa suite ont à disposition plusieurs pièces du château3 . En premier, le gouverneur de Versailles lui attribue l’appartement du comte de Clermont, et on lui ajoute celui du duc de Lauraguais, en tant que commandant du corps saxon. Avec le prince, sont logés le chirurgien Wolf, un certain Stein son valet de chambre, un cuisinier et trois domestiques. Des logements sont attribués pour sa suite : au baron de Weichs et au major-général de Polentz l’appartement de M. le comte de Maillebois, puis pour le colonel Poninsky, le colonel Martange et son aide de camp Charles de Block un logement en ville. Puis son secrétaire et le père Boccard, son aumônier, sont logés dans un appartement de M. l’abbé d’Argentré au grand commun. Selon Newton, cet appartement qui était occupé alors par le comte de Clermont est celui que l’on appelait « appartement de Madame de Maintenon »4. Ce logement lui est attribué jusqu’en 1761.

Carmontelle, Portrait du comte de Lusace, RMN.

La raison de ce prolongement d’attribution est que M. le comte de Clermont ne veut « pas reprendre son logement tant que M. le comte de Lusace fera des voyages à la cour » régulièrement. Le duc de Noailles décide donc que ces logements soient réservés jusqu’à la fin de la guerre, pour les venues à la cour des membres de la famille de la dauphine5. En avril 1761, le comte de Noailles propose au roi, lorsque le prince Xavier n’y est pas, d’y placer la garde-robe du roi « jusqu’à ce que l’endroit puisse être arrangé » pour un autre locataire6. Cette remarque montre bien que le manque de pièces se fait ressentir au château, et qu’on utilise tous les espaces disponibles dès que possible. De plus la nombreuse suite du prince de Saxe pose problème car le prince veut les avoir près de lui au château même. En novembre 1759, le logement de Mme la duchesse de Broglie » est attribué à la suite du prince7. En 1762, un des appartements occupés par le couple Martange était le « logement de M. le prince de Tingry»8. Les membres les moins importants de la suite doivent trouver, à leur frais, un logement en ville.

Château de Versailles, Plan du premier étage du Gros Pavillon de l’aile Nord [1740], Archives nationales.

Le prince Xavier auprès du couple delphinal  

En 1758, Louis XV avait remarqué que « Madame la dauphine n’aime réellement que le prince Xavier »9. Lors de sa première venue en France à Versailles du 14 au 15 juin de la même année, le comte de Lusace est bien reçu par le roi et sa famille. Ainsi Dufort de Cheverny explique10:

J’ai vu la dauphine assise devant un métier, travaillant au tambour, dans une petite pièce à une seule croisée, dont le dauphin faisait sa bibliothèque. Son bureau était couvert des meilleurs livres qui changeaient tous les huit jours. M. le comte de Lusace, frère de madame la dauphine, l’air commun et très-bourgeois, était assis sur un tabouret ou sur une chaise ; le dauphin se promenait ou s’asseyait. Je me suis surpris plusieurs fois causant avec lui, comme si j’avais été dans une société bourgeoise.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de la dauphine et son fils, Saint-Quentin.

L’ambassadeur Gaspard de Fontenay nous rend compte du tableau de cette première visite où le duc de Bourgogne, fils aîné de la dauphine âgé de 7 ans, aurait voulu suivre son oncle à la guerre et le comte de Provence de 3 ans, apprend à son petit frère Artois, âgé de 1 an, à prononcer « mon cher oncle ». Il rend de même visite à Mesdames, sœurs du dauphin11.

Carmontelle, Monsieur le général de Fontenay, ministre de Saxe à la cour de France, RMN.

La dauphine fait tout son possible pour voir sa famille à Versailles. Après le séjour du prince Xavier, elle fait venir son frère Clément en fin 1761 puis sa sœur, la princesse Christine de Saxe durant l’été 1762.

Gabriel Fredou, Portrait de la dauphine, Versailles.

La dauphine suit les péripéties de son frère aux armées par une grande correspondance. Le 1 er août 1760, elle raconte la joie qu’elle a éprouvée par les nouvelles qu’il lui a envoyée:

« J’étais hier matin, mon cher frère, à travailler à mon métier très tristement, puisque je me faisais lire les gazettes et que je me déplorais sur les malheurs de ma pauvre patrie, quand j’entendis tout à coup M. le dauphin qui appelait d’une force terrible et, voyant que personne ne venait à sa voix, j’y courus pour savoir ce qu’il demandait. Je le trouvai lisant des papiers et me faisant signe de prendre des lettres qui étaient sur la table à côté de lui. Je reconnus sur l’une votre écriture, sur l’autre les armes de Broglie ; comme j’ouvrais la vôtre, M. le dauphin me dit de regarder la date de celle qu’il lisait. J’y regarde et le premier objet qui me frappe c’est de voir qu’elle est datée du 1er août. M. le dauphin en colère me dit :

« Mais, bête, regardez donc l’endroit d’où elle est écrite, voyez qu’elle est de Cassel et c’est votre frère qui l’a pris. »

A ces mots, je ne puis vous dire ce que j’ai senti, tout ce que je sais c’est que j’ai sauté au coup de M. le Dauphin et me suis dépêché de lire votre lettre qui, comme vous pouvez le croire, n’a pas diminuée ma joie. Celle du maréchal, que M. le dauphin m’a lue, y a mis le comble par mes éloges qu’il donne et le détail qu’il fait de votre conduite et de l’ordre que vous avez mis dans vos troupes cette journée. »12

Jean-Baptiste Nivelon, Portrait du dauphin, Versailles.

La dauphine imagine de nombreuses fois que son frère pourrait venir la rejoindre à la cour une fois la guerre terminée. Le 8 septembre 1761, elle lui écrit à ce sujet : « Que je serais heureuse, si les vœux que vous faites de pouvoir passer votre vie avec moi pouvaient s’accomplir, sans nuire à vos intérêts ! ». Le prince répond à cette lettre le 26 septembre et y aborde ses projets concernant son installation en dehors de la Saxe. Il envisage à ce moment pouvoir obtenir la principauté de Neuchatel: 

Peut-être serait-il possible d’arranger ce que nous avions projeté il y a deux ans dans votre voisinage : c’est de toutes mes idées d’établissement celle à laquelle je m’attache avec le plus grand plaisir, parce qu’elle me met à portée de vous, et je bâtis pour cette raison mes châteaux en Espagne, en rêvant à la Suisse.

Bataille de Minden en 1759, BnF.

En 1762 une fois le corps saxon en garnison, le prince retourne à Versailles participer aux cérémonies et bals de la cour. Il est présent lors du bal du 5 décembre 1762 chez la maréchale de Duras. Il y retrouve ses deux sœurs Christine et la dauphine ainsi que toute la famille royale13. Il revient souvent en France comme en janvier 1762 pour « pour aller à Versailles voir la Dauphine et y arrêter la nouvelle convention du corps saxon »14. Selon le Mercure, il est présent aux bals du 17 janvier puis du 7 avril , et enfin celui du 23 avril 1763 où se trouvent la famille royale, le duc d’Orléans, le duc de Chartres, son fils, le prince de Condé et le prince de Lamballe. En mars, il repart, passe par Vienne puis se rend en Saxe où le 30 avril il se trouve au coté de son père pour l’entrée triomphale à Dresde. Il continue de faire des aller retours entre Versailles et Dresde durant l’année. Son père gravement malade l’oblige à revenir à la cour de Saxe en octobre 1763.

Un retour incognito

En novembre 1763, la mort de son frère ainé le prince-électeur de Saxe Frédéric-Christian, oblige le prince Xavier, en tant qu’aîné de la famille du nouvel électeur Frédric-Auguste encore mineur, d’assurer la régence en tant que prince Administrateur (Administrator). Il fait du château électoral (Residenzschloss) de Dresde sa demeure officielle15 .

Bernardo Bellotto, Dresde vue sur les douves du Zwinger, SKD online.

Lors de son administration, il met en place une série de réforme militaire et économique qui ont un certains succès mais aussi de nombreuses oppositions. Sa soeur la dauphine lui reproche de se laisser gouverner par sa belle-soeur Marie-Antoinette de Bavière et de trop donner aux luthériens (nous reviendrons sur ce sujet). De plus, le prince est préoccupé car il vient de se marier secrètement en 1765 avec une dame de compagnie de sa belle-soeur, la comtesse Chiara Spinucci, fille de Giuseppe comte de Spinucci secrétaire du cardinal Borgia (famille anoblie par le roi de Pologne Jean III Sobieski qui leur avait donné le fief polonais de Milanow, dans le palatinat de Volhynie). En 1767 alors en proie aux problèmes politiques qui rongent son Administration, le prince Xavier apprend la mort de sa soeur la dauphine.

Jeanne-Antoinette Poisson, Le couple delphinal, RMN.

Très marqué par cette nouvelle, il se désinterresse des affaires de l’état. En 1768, le prince Xavier décide enfin à quitter la Saxe et de se rendre en Italie où il reste jusqu’en 1771 puis il se rend en France où il s’installe au château de Chaumot (Yonne) qu’il vient d’acquérir puis il se décida d’acheter le château de Pont-sur-Seine (Aube) en 1775.

Johann Eleazar Zeissig dit Scheneau, Famille électorale de Saxe en 1772, SKD online.

En 1769, en passant par Paris, il est invité par le duc de Richelieu puis par Madame du Barry. Il se rapproche de cette coterie à la cour. Durant l’été 1769, le prince est présent lors du séjour et de la chasse du roi à Compiègne. Le 15 août 1769, il écrit au marquis de Montchenu16   : 

Je ne suis occupé d’aucun projet de conquête ou d’ambition, le seul objet que j’aie en venant faire ma cour au roi, a été de consacrer les premiers moments de ma liberté aux expressions de ma reconnaissance et de mon attachement : la bonté avec laquelle sa majesté m’a reçue, ne m’ont rien laisser à désirer. J’ai retrouvé ici nombre de mes anciens camarades de guerre, et je les ai revu avec plaisir.

De plus, étant revenu sous incognito en France avec le nom de comte de Lusace, il ne pouvait plus réclamer un logement en tant qu’envoyé officiel de la Saxe. Ce n’était qu’en tant que courtisan qu’il pouvait en obtenir un. De plus, en raison de son mariage, il adopte l’incognito pour ses déplacements pour se permettre ce que son statut de prince royal et administrateur lui interdisait auparavant.

Mort de Louis XV

Le 29 avril 1774, le roi Louis XV tombe gravement malade. Revenu à la cour, le prince Xavier est présent durant toute la maladie inattendue du monarque. Il rend compte à sa sœur Christine abbesse de Remiremont, de tous les événements qui se déroulent entre le 29 avril et le 10 mai 1774.

Armand-Vincent de Montpetit, Portrait du roi Louis XV en 1774, Versailles.

Le 3 mai, présent auprès du roi, il écrit ainsi qu’il entend « très distinctement » ce que le roi dit et conclut qu’il aimerait plutôt  «en être bien loin pour ne rien voir et ne rien entendre ». Le prince reste pourtant auprès du roi tout le long de ses souffrances jusqu’à son agonie finale du 10 mai 1774 17 :

Le roi, notre cher maître, malheureusement n’existe plus. Il a passé à une heure un quart. Je vous plains et vous trouve heureuse de ne point voir tout notre chagrin. Je charge Pomiés de tout pour vous, car je ne suis pas en état d’écrire. Notre pauvre cher duc [d’Aiguillon] me fait une peine inexplicable ; nous venons de pleurer ensemble ; et, si je vous voudrais ici, c’est pour nous consoler mutuellement avec la pauvre duchesse qui se meurt de chagrin.


Des demandes de logement infructueuses

Durant les agonies du roi Louis XV, le prince fut logé à l’hotel de Marsan à Versailles. La propriétaire est la gouvernante des Enfants de France, Marie-Louise de Rohan (1720-1803) qui avait épousé en 1736 Gaston-Jean-Baptiste de Lorraine (1721–1743), comte de Marsan, brigadier des armées du roi. Elle possède l’ancien hotel des “Musiciens italiens” depuis 1759.

Pierre-Nicolas Pithou l’Aîné, Le rendez-vous au carrefour du puits du Roi en forêt de Compiègne, RMN.

Lors de la saison des chasses de 1774, le prince obtient de pouvoir suivre le roi et d’être logé au château de Fontainebleau. De nombreuses fois, il fait la demande auprès du comte de Noailles de pouvoir être installé au château de Versailles après les chasses18. La demande du prince aurait été refusé car le prince semble avoir fait comprendre qu’il n’en avait pas besoin19. Cette raison semble troublante pour le prince qui faisait depuis plusieurs mois la demande incessante d’être logé au château. Mais en 1785, le prince a enfin le fin mot de l’affaire 20 :

J’ai trouvé l’occasion de lui demander sans affectation ce qui s’était passé au sujet du logement demandé par V. A. R. On lui a dit vrai à ce sujet et le roi le refusa effectivement, mais c’était dans des circonstances qui, dans ce temps, faisaient craindre que V. A. R. ne fût trop souvent à Versailles et vraisemblablement le refus venait plus de M. de Maurepas que du roi.

À cette date, le ministre Maurepas semblait vouloir davantage loger au château les proches de Choiseul, que ceux de la dauphine défunte.

A suivre

Notes

1. Archives nat., O1, 1680, pièce 270, lettre de l’architecte Soufflot au marquis de Marigny, s.d. [septembre 1758 ?]. 2. Newton (William R.), L’Espace du roi : La cour de France au château de Versailles, 1682 – 1789 , Paris, Fayard, 2000, p. 269. 3. Arch. nat., O1, 1/1076, pièce 528, arrêté par le roi le 29 novembre 1758. Certains noms sont connus : Martange, Von Polentz et le père De Boccard. Les autres sont inconnus comme Poninsky. 4. Newton (William R.), L’Espace du roi […], op.cit., p. 447. 5. Arch. nat., O1, 1076, pièce 658, bon approuvé et arrêté par le roi, 1er novembre 1761. 6. Arch. nat., O1, 1076, pièce 666, distribution des logements dans le château de Versailles, 1761. 7. Arch. nat., O1, 1076, pièce 571, distribution des logements dans le château de Versailles., 25 novembre 1759. 8. Arch. nat., O1, 1076, pièce 667, distribution des logements que le roi à faite dans son château de Versailles, 17 janvier 1762. 9. Boutaric (Edgard), Correspondance secrète inédite de Louis XV sur la politique étrangère avec le Comte de Broglie, Tercier, etc. tome 1er 1866, p.234. 10. Dufort de Cheverny, Mémoires sur les règnes de Louis XV et Louis XVI et sur la revolution, Paris, Plon, 1886, tome 1er, p.182. 11. Stryienski( Casimir), La mère des trois derniers Bourbons. Maris-Josèphe de Saxe et la cour de Louis XV, Paris, Plon, 1902, p.219. 12Ibid., p.241. 13Ibid., p.278-279. 14. Arch. dep. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 66, Journal pour les événements et opérations du corps saxon et de la réserve de S. A. R. Mgr. Le prince Xavier, pendant l’année,1762.15. Le terme « château de la résidence » n’est pas la traduction utilisée dans les lettres du prince Xavier qui préfère le terme « château électoral ». 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1429, lettre du prince Xavier à Montchenu, 15 août 1769.  17. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1455, lettres du prince Xavier à Christine, 3 et 10 mai 1774. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince Xavier à Pomiés, 20 décembre 1774. 19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1775, lettre de Pomiés au prince Xavier, 1er janvier 1775. 20. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1738, lettre de M. de la Barberie au prince Xavier, 4 mai 1785.

Le palais de Zabeltitz (1)

 

La seigneurie de Zabeltitz se trouve près du village de Großenhain à 30 km au nord de Dresde. Propriété de la famille Wettin depuis le Moyen-Age, c’est sous Christian Ier (1560-1591) qu’est bâti le premier château qui porte actuellement le nom d’ancien château (Altes Schloss) [fig.1]. Il fut réalisé par l’architecte Nickel Pflugk vers 1580 – 15901. Le 16 février 1728, il est vendu pour 140 000 livres par le roi Auguste le Fort au général-feldmaréchal August-Christoph Reichsgraf von Wackerbarth.

fig.1 Altes Schloss, photo.

August-Christoph Reichsgraf von Wackerbarth (1662 – 1734)

fig.2 August-Christoph Reichsgraf von Wackerbarth, Staatsbibliothek zu Berlin.

Né en 1662 dans le Saxe-Lauenburg, il devient page de la cour auprès de l’électrice du Palatinat. Il devient militaire et ingénieur dans les guerres contre la France puis entre au service de la Saxe. En 1697 le roi de Pologne, lui confie le poste de directeur de l’industrie puis des travaux. Il continue sa carrière militaire puis il est fait comte d’Empire. En 1707, il se marie à Caterina di Balbiano (1670 – 1719). Elle était la veuve du comte Giovanni Michele Gabaleone von Salmour († 1691) dont elle avait eu un fils, Joseph Anton Gabaleon von Wackerbarth-Salmour (1685 – 1761), que le maréchal adopta pour en faire son héritier. Il continua de servir en Saxe où il est fait général puis ministre. En 1718 il obtient le poste de gouverneur de Dresde qui lui permit de contrôler tous les chantiers de la ville jusqu’à sa mort. Pour davantage d’éléments sur sa biographie, voir ici.

 

fig.3 Palais de Zabeltitz, vers 1950, Deutschfotothek.

Le premier projet

Le comte lance de nombreux projets de modifications et d’agrandissement du château ancien, mais surtout ordonne l’adjonction d’un petit château, appelé « palais ». Il demande des projets peut-être à partir de 1728. Ces travaux se seraient même poursuivis jusqu’en 1752. Le maréchal fait appelle à l’architecte Johann Christoph Knöffel2. Un projet de reconstruction complète du chateau ancien est envisagé sans que ce projet aille plus loin.

fig.4 Johann Christoph Knöffel, Premier projet pour la façade, Deutschfototek.

L’architecte propose un bâtiment de plan massé [fig.4-5] de quatre niveaux avec de hauts toits: c’est un plan rectangulaire de neuf travées avec une variation sur les toits (brisés ou non) et les dimensions de l’ordre colossal de la facade sur jardin ( 3 ou 5 travées) couronnées par un tympan sculpté.

fig.5 Johann Christoph Knöffel, Deuxième projet pour la façade, Deutschfototek.

Son plan présente un escalier sur cour au centre de la façade, réduisant ainsi l’enfilade principale sur la cour [fig.6]. La façade principale étant alors celle sur le jardin.

fig.6 Johann Christoph Knöffel, Plan du projet, Deutschfototek.

Le second projet

Le commanditaire retient le plan plan massé mais de nombreux ajouts sont demandés. L’architecte propose des pavillons en léger avant-corps et une façade principale en avancée avec un blason sculpté la couronnant et non plus de tympan.

fig.7 Johann Christoph Knöffel, Troisième projet pour la façade sur jardin, Deutschfototek.

Le projet montre un bâtiment de quatre niveaux aux hauts toits et à un niveau de sous-sol semi-enterré. La façade sur cour possède deux avant-corps aux extrémités [fig. 8] ,et la façade sur jardin montre un double avant-corps central couronné par un ensemble sculpté en ronde-bosse représentant un blason et des palmes [fig. 7]. Les façades présentent un bossage continu au rez-de-chaussée. La travée centrale ne possède pas d’ordre colossal. La distribution de ce projet n’est pas connue, mais l’architecte semble conserver le vestibule et l’escalier central [fig. 6]

fig.8 Haacks, Troisième projet pour la façade sur jardin, Deutschfototek.

Le bâtiment final

Selon le dessin de l’élévation finale relevé en 1769, la construction est sur quatre niveaux et onze travée. À l’origine, le projet de la façade devait posséder de nombreux ornements d’architectures sculptés, remplacés par un tympan central sans sculpture faisant le lien avec les premiers projets. De plus la simplification a fait disparaitre les tables moulurés entre les fenêtres et le bossage du premier niveau. Les fenêtres du rez-de-chaussée sont en arc segmentaire, et les autres de forme rectangulaire.

fig.9 Haacks, Relevé de la façade sur cour, Archives de l’Aube.

La distribution de 1769 montre au rez-de-chaussée deux escaliers en équerre [fig.11] reprenant la situation d’un des projets antérieurs. Cet escalier occupe l’espace central du bâtiment de plan massé. Cet espace, semi-enterré et voûté, est utilisé au rez-de-chaussée comme salle à manger d’été en raison des épaisses parois qui permettent de conserver la fraîcheur. L’architecte a disposé un petit espace d’entrée, entre l’escalier et la porte servant de vestibule.

fig.10 Haacks, Relevé de la façade sur jardin, Archives de l’Aube.

Dans ce projet, les appartements se trouvent de part et d’autre de l’escalier, et sur le jardin se trouve la grande salle de réception, dont la disposition se répète à chaque étage. L’emplacement de l’escalier ne permet pas de grandes enfilades des pièces. L’appartement de gauche au premier étage semble être celui du maître de maison. L’évolution des projets montre que le projet de plan massé est devenu bien plus complexe, avec la création sur le jardin de deux petites pièces de dégagement.

fig.11 Haacks, Plan du projet, Archives de l’Aube.

Les sources d’inspiration

L’architecte, qui a choisi de jouer sur les ressauts pour animer la façade, donne à voir un château dont le modèle n’est pas simple à percevoir. Les constructions françaises et saxonnes de la même période ne donnent pas de plans similaires.

fig.12 Jan de Bodt , Projet de la maison Schmettau, Landesbibliotek Dresden.

Cet architecte aurait été très influencé par les travaux de Jean de Bodt (1670-1745), qui réalisa à partir de 1709, la maison Schmettau à Berlin dont le plan et les élévations sont très proches de certains projets pour Zabeltitz [fig. 12]. Cette construction pour l’un des membres de la famille dont l’un des membres Samuel von Schmettau, général et lettré était en correspondance avec le comte Wackerbarth.

fig.13 Bernardo Antonio Vittone, Istruzioni Diverse, p.68.

La distribution du château montre au rez-de-chaussée deux escaliers en équerre reprenant la situation d’un des projets antérieurs. Cet escalier occupe l’espace central du bâtiment de plan massé [fig. 11]. Cette disposition, particulière, ne se retrouve plus dans la distribution française, et trouve sûrement ses origines en Italie3 comme on peut le voir dans le livre de l’architecte Bernardo Antonio Vittone, Istruzioni diverse concernenti l’officio dell’architetto civile [fig.13].

A suivre…

Notes

1. Voir Curlitt (Cornelius), Beschreibende Darstellung der älteren Bau- und Kunstdenkmäler des Königreichs Sachsen, Heft 37: Amtshauptmannschaft Großenhain (Land), Dresden In Kommission bei C.C. Meinhold und Söhne, 1914, p. 487 – 492. 2. Heckmann (Hermann), Baumeister des Barock und Rokoko in Sachsen, Berlin, Verlag für Bauwesen,1996. p. 235 ; Kuke ( Hans-Joachim), Jean de Bodt 1670-1745 : Architekt und Ingenieur im Zeitalter des Barock, Worms, Wernersche Verlagsanstalt, 2002, p. 151 – 154. Sächsisches Hauptstaatsarchiv (Dresde), 10667 Grundherrschaft Zabeltitz, Nr. 2 Sammlung von Urkunden, Rescripten. Dekreten […], Bl. 95 ff. Schreiben 24 und 24a Vererbungs=Urkunden und Traditions Recess. Sächs ; Hauptstaatsarchiv Dresden, 10667 Grundherrschaft Zabeltitz, Nr. 2 Sammlung von Urkunden ; Sächsisches Hauptstaatsarchiv (Dresde), 10002 Urkunden des Finanzarchivs, Nr. 706. Je remercie M. Dietmar Enge pour ces informations. 3. Karlsen ( Anja), Das mitteleuropaïsche Treppenhaus des 17. und 18. Jahrhunderts als Schaubuḧne repras̈entativer Inszenierung : Architektur, kun̈stlerische Ausstattung und Rezeption, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2016, p. 39 et 95.

Reconstruire la Saxe par les arts : deux tableaux de Bernardo Bellotto comme symbole du Rétablissement

La guerre de Sept-Ans (1756 – 1763) marque pour l’Allemagne de grands bouleversements politiques. En 1763, la Prusse, quoique exsangue, est vue comme une grande puissance en Europe centrale1. De l’autre côté la Saxe, grande rivale de la Prusse, se voit reléguée comme puissance de second ordre. Elle a perdu des millions de livres tournois dans la guerre et a été le théâtre de nombreux combats meurtriers et destructeurs. Sa capitale Dresde a été en partie ravagée par des bombardements prussiens dont le plus notable se déroula du 13 au 22 juillet 1760[fig.1].

[fig.1] Plan du bombardement de Dresde de 1760, Kupfertich-Kabinett, Dresde, SKDonline. En noir les zones dévastées par les bombardements.

Pour compléter ce tableau, le 5 octobre 1763, le duc de Saxe et roi de Pologne, Auguste III meurt suivi par son héritier direct quelques mois plus tard. Ces décès ouvrent une période de reconstruction d’un État aux rêves inaboutis. La Silésie est définitivement possession prussienne. Par cette raison, l’union de la Saxe et de la Pologne n’aura jamais été une union territoriale mais seulement personnelle autour des deux rois de la famille Wettin, Auguste II dit Le Fort roi de 1709 à 1733 et son fils Auguste III à partir de 1733. Le 5 octobre 1763, le roi Auguste III, très malade, décède laissant le pouvoir à son fils Frédéric-Christian (1722 – 1763). Mais ce dernier décède à son tour le 17 décembre 1763, laissant les rennes de l’État à un jeune électeur, Frédéric-Auguste (1750 – 1827), encore adolescent. Alors, selon les règles du saint-Empire, c’est son oncle, le prince Xavier (1730 – 1806), en tant qu’aîné de la famille, qui doit diriger la Saxe comme prince Administrateur (Administrator) jusqu’à sa majorité[fig.2]. Cette période est appelée « Rétablissement » de la Saxe (1764 – 1768). Le prince Xavier sait qu’il a entre les mains un état ruiné et une capitale détruite.

 

“[…]des rues entières ne présentaient plus qu’un vaste incendie ; de magnifiques palais, qui eussent orné les plus belles villes d’Italie, furent renversés, et l’on entendait à chaque instant s’écrouler avec fracas des édifices qui étaient un instant auparavant l’asile de l’industrie et le séjour de l’aisance”

Archenholz (Johann Wilhelm von ), Histoire de la guerre de sept ans, commencée en 1756 […], volume 1, Metz, Devilly, 1789, p. 32.

En 1764, le prince Xavier écrit qu’il sent « la nécessité de remettre l’État en force »2. C’est par cette logique qu’il va proposer une politique artistique qui comme le dit Benjamin Gottfried Weinart : « ces dispositions n’ont pas été prises pour embellir les appartements des grands, ni donner aux riches l’occasion de satisfaire leur penchant pour les fastes. L’objectif final était beaucoup plus noble : on voulait parvenir à l’épanouissement de la Saxe par le moyen des arts »3.

[fig.2]François Guérin, Portrait du prince Xavier, Gemäldegalerie, Dresde, SKD online.

Dès lors, le nouveau prince Administrateur commande à Bernardo Bellotto (1721 – 1780) un grand tableau représentant les ruines de l’église protestante Sainte-Croix (Kreuzkirche) qui doit faire pendant à un autre tableau terminé en 1763 qui représente les ruines du faubourg de Pirna à Dresde.

[fig.3]Bernardo Bellotto, Eglise Sainte-Croix à Dresde, Hermitage Museum, Saint Petersburg, wikicommons.

Ces deux œuvres se démarquent dans la carrière du peintre vénitien. En 1747, le peintre Bernardo Bellotto, neveu et élève du peintre Giovanni Antonio Canal (1697 – 1768), entre au service du roi Auguste III. Il reste à Dresde jusqu’en 1758, où il entreprend un voyage à Vienne et Munich, alors que le roi de Pologne est à Varsovie. Il revient en 1762 à Dresde, où il reste jusqu’en 1766. À cette date, il est invité à se rendre à Varsovie par le nouveau roi de Pologne Stanislas Auguste Poniatowski. Il quitte Dresde faute d’une reconnaissance et de rémunération.

L’artiste s’était fait une spécialité dans la réalisation des vues de paysage urbain. Dans les collections royales de Dresde, nous trouvons, ainsi, en 1754, dix-huit tableaux de cet artiste représentant Dresde et Pirna4. L’école italienne, comme nous le disons plus haut, semble très en vogue en Saxe. À l’exemple de la collection du secrétaire et ministre, baron Carl Heinrich von Heinecken (1706 – 1791) qui une des plus belles collections d’œuvres vénitiennes5.

[fig.4]Bernardo Bellotto, Les ruines de l’église Sainte-Croix, Gemäldegalerie, Dresde, SKDonline.

Revenons au tableau qui représente l’église Sainte-Croix. Terminé en 1765, ce tableau, payé 200 thalers par l’académie de peinture de Dresde, est remis à la galerie de peinture de l’électeur6. Il représente l’église protestante de Sainte-Croix, construite à la Renaissance, se trouvait à Dresde sur la rive gauche de l’Elbe aux abords du vieux marché. En dominant la ville, elle rappelait le renoncement de la famille Wettin à la foi luthérienne[fig.3]. Détruite pendant le bombardement prussien de 1760, sa reconstruction est décrétée comme symbole du renouveau de la Saxe électorale. En 1764, le prince Xavier pose la première pierre de sa reconstruction. Dans ce premier projet, la façade principale et le clocher doivent être préservés mais un débat s’ouvre sur le reste de l’édifice à construire. Finalement durant les travaux en 1765, une partie des murs du clocher s’écroule. Le prince administrateur décide que tout l’édifice doit être reconstruit et il stipule que cela doit être dans un style « classique » (Klassizismus)7. Il s’oppose ainsi au style de son père représenté par la Frauenkirche[fig.5]. Le premier projet de l’architecte de la ville Johann George Schmidt de 1763 est délaissé, en 1765, au profit de celui des membres de l’académie Friedrich August Krubsacius et de son collègue Christian Friedrich Exner. L’église est finalement consacrée en 1792[fig.9].

 

Dans cette œuvre, Bellotto peint une masse de pierres et de poutres de bois au sol au second plan et en arrière-plan se dresse les restes du bâtiment très fortement endommagé qui commençait à peine à être fortifié en vue de sa reconstruction[fig.4]. Des échelles ont été installées pour permettre aux ouvriers d’accéder au sommet de la ruine. C’est la configuration juste après l’écroulement du mur ouest du clocher qui s’est déroulé le 22 juin 1765. Peu d’ouvrier ont osé s’aventurer sur les ruines qui risquaient à tout instant d’achever son effondrement. Au premier plan, le peintre a ainsi mis des ouvriers et artisans à la tâche. Des bâtiments à la gauche des restes de l’église sont toujours debout, tandis qu’à sa droite le peintre montre une ville en ruine. De nombreux spectateurs regardent les ouvriers travailler pour étayer et commencer les réparations Le peintre, utilisant (comme Canaletto) la camera obscura depuis la maison du Stadtsuperintendent Johann Joachim Gottlob am Ende, a réalisé un tableau minutieux où chaque détail rend compte de la réalité mais comme à son habitude, l’artiste joue sur rapports de perspectives et les dimensions des bâtiments. La carcasse de l’église renaissance est une silhouette fantomatique d’un monde révolu dans une ville à l’architecture classique. Le peintre serait monté au sommet de l’église pour observer les destructions. Il a représenté les fondations de la reconstruction qui montrent des bases de pilastre classique et non pas l’architecture de brique de la construction originelle. Cette œuvre montre la tentative de l’homme de lutter contre le désordre créé par la guerre passée.

[fig.6]Bernardo Bellotto, Vue des ruines du faubourg de Pirna, Musée Saint-Loup, Troyes, photo du musée.

Un autre tableau de l’artiste l’a précédé. Les ruines du faubourg de Pirna [fig.6] est peint, selon Fritz Löffler, entre 1761 et 17638. Une gravure dédiée au prince Xavier en est réalisée en 1766 [fig.11]. En 1767, l’œuvre est exposée à l’Académie de peinture, de sculpture et de gravure sous le titre « Eine trümmervolle gegend vor dem pirnaischen Thore »9. Elle est acquise vraisemblablement juste après cette exposition, par le prince. Cette œuvre montre, au centre, dans les ruines, un personnage dans la pénombre tournant le dos au spectateur mais qui semble contempler le sol jonchés de débris. Certains y ont vu une représentation du peintre lui-même. Dans la lumière, sur le côté, le long de la ruine du palais de Fürstenhöff, un cortège de cavaliers se dirige vers le spectateur. Il semble que ce soit le prince Xavier que l’on peut reconnaître à la tête de la troupe remontant la rue. C’est véritablement une œuvre illustrant les dommages de la guerre. Le tableau est actuellement conservé au musée de Troyes [fig.6]. Il fut attribué à Bellotto, en 1974, par Pierre Rosenberg10. Cette œuvre aurait été réalisée comme pendant du tableau représentant les ruines de l’église Sainte-Croix. L’oeuvre représente ce qu’est devenu l’environnement du palais de la Pirnaische Gasse11 où le prince logeait avant la guerre. Le faubourg a connu les destructions prussiennes de 1758, puis le bombardement de 1760.

“On donna donc le signal d’allumer les maisons, et comme on les avait remplies de matières combustibles, elles devinrent, en un moment la proie des flammes […]. Deux cent quatre vingt maisons furent réduites en cendre, mais seulement quatre personnes périrent dans les flammes”.

Restow (Friedrich August von), Nouveaux mémoires historiques sur la Guerre de Sept Ans, Volume 1,Berlin/Paris, Himburg/Treuttel et Würtz, 1803, p. 481. L’auteur écrit bien après le bombardement de 1758. A ce moment on accusait le roi de Prusse d’avoir massacré la population sans objectif militaire. Dès lord, les officiers prussiens ont eu tendance à minimiser les pertes saxonnes dans les incendies.

Sur le tableau nous pouvons voir les restes du palais Furstenhöff qui est un symbole architectural de Dresde. Ce bâtiment est appelé suivant le nom de Maximilian von Furstenhöff qui était premièrement un fils illégitime de l’électeur de Saxe Jean-Georges III (1647 – 1680) et deuxièmement, un des chef-ingénieurs responsable de nombreux chantiers à Dresde. C’est à lui que l’on confia la construction, en 1717, du grand escalier du château électoral, appelé Englische Treppe12. Cette œuvre montre davantage le chaos des ruines dans le paysage de Dresde. Les pierres envahissent toutes la composition et les constructions encore debout sont reléguées en arrière plan. Bellotto semble montrer le désastre enduré par le peuple durant la guerre, mais aussi le retour de l’ordre par les soldats marchant le long des ruines13.

En 1769, les deux tableaux sont accrochés sur les murs de la galerie de l’appartement du prince Administrateur au château électoral de Dresde14. Le visiteur se rendant en audience dans l’antichambre ou la « retirade » peut les voir[fig.7].

[fig.7]Vue du second étage de la résidence à Dresde, Sächsische Staatsarchiv, Dresde, DF. Rouge: la galerie de l’appartement du prince Administrateur.

Les paysages de Bellotto tiennent une place particulière dans la mémoire du prince Xavier de Saxe. Marqué par la guerre qui a vu la ville de Dresde en partie détruite, le prince propose pour sa « patrie » une politique d’envergure15. Comme le souligne Sylvie Le Moel, ces deux œuvres « constituent un témoignage engagé sur le traumatisme subi » par le peintre16. En les plaçant dans sa galerie le prince semble montrer que par son choix du style « classique » il se met dans les pas de l’ingénieur et de son grand-père. Opposé à son père et à son ministre depuis des années, il peut enfin assouvir ses visées politiques et artistiques pour la Saxe.

[fig.8]Bernardo Bellotto, Vue de la vieille ville et du pont-neuf, Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe, SKDonline.

Les deux tableaux montrent des bâtiments du début du XVIIIe siècle influencé par la France. Il reprend le modèle du clocher de la Katholische Hofkirche [fig.8], édifice terminé en 1755, mais le prince fait ajouter une entrée sur la rue avec péristyle. Loin des ornementations foisonnantes, il préfère l’architecture plus symétrique et rectiligne qu’il a pu voir notamment en France. En 1753, de nouveaux appartements pour le dauphin et son épouse sont créés à Compiègne dans le nouveau style classique, où le foisonnement des ornements laisse place à des parois moins décorées17. Ce changement se met en place aussi pour les édifices, le roi Louis XV ordonnant la création d’une place et de bâtiments pour son garde-meuble à Paris (place de la Concorde) après la guerre[fig.10]. C’est le retour au « grand style » de Louis XIV dont la Saxe en 1764 se fait l’écho.

[fig.9]Vue de la nouvelle église Sainte-Croix, SLUB, Dresde, SKDonline.

Notes

1Szabo (Franz A.) , The Seven Years War in Europe, 1756-1763, Harlow, Pearson Longman, 2008 et Dziembowski (Edmond), La guerre de Sept Ans (1756-1763), Paris, Perrin / Ministère de la Défense, 2015. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1424, lettre du prince Xavier au duc de Choiseul, 2 janvier 1764. 3. Weinart (Benjamin Gottfried), Topographische Geschichte Der Stadt Dresden, Und Der Um Dieselbe Herum Liegenden Gegenden, Dresden, 1777, p.308 cité par Marx (Harald), « Dresde au XVIIIe siècle », Dresde ou le rêve des Princes, la galerie de peintures au XVIIIe siècle, Musée des beaux-arts de Dijon, 16 juin-1er octobre 2001, Paris, RMN, 2001, p.38. 4. Weber (Gregor J.M) ,« Die Veduten Dresdens von Bernardo Bellotto: anmerkunger zu ihrer fuehen geschicchte und konzeption », Kunst für Könige : Malerei in Dresden im 18. Jahrhundert, Köln, Snoeck-Ducaju et Zoon, 2003, p. 59 – 71. 5. Amateur reconnu de tableaux allemands et vénitiens, il fréquente les connaisseurs parisiens comme Mariette. En 1746, il devient directeur de la collection royale de peinture et d’estampe à Dresde. En 1757, il est accusé de détournement d’argent, d’où la vente d’une partie de sa collection à Paris. voir Michel (Patrick), Peinture et plaisirs. Les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au XVIIIe siècle, Rennes, Presse Universitaire de Rennes, 2010, p. 170. 6. Rizzi (Alberto), Bernardo Bellotto : Dresda, Vienna, Monaco : 1747-1766, Venezia, Canal et Stamperia Editrice, 1996, p. 223. Deux copies du tableau se trouvent actuellement à la Kunsthalle de Zurich et à la Gemälde Alte Meister à Dresde. 7. Voir Löffler (Fritz), Das alte Dresden. Geschichte seiner Bauten u.a.. Leipzig, Seemann, 2006 (1955), p. 233 – 235. 8. Löffler (Fritz), Bernardo Bellotto genannt Canaletto : Dresden im 18. Jahrhundert, Leipzig, E.A. Seemann, 2005, p. 23. 9. Weisse (Christian Felix), Neue Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freyen Künste, Lepizig, Dyck, vol. 4, 1767, p. 171. 10. Rosenberg (Pierre), « Un chef-d’oeuvre de Bellotto à Troyes », Arte Veneta, n° 28, 1974, p. 285 – 287. 11. Pirnaische Gasse se traduit pas rue du faubourg de Pirna. 12. Löffler, op. cit., p. 245 13. Les soldats disparaissent de la gravure réalisée à partir du tableau. 14. Au second étage, entre l’appartement de parade de l’électeur dans l’aile ouest, et celui de l’électrice dans le pavillon à l’est. 15. Les tableaux de Bellotto ont été pris comme représentation de la réalité lors des reconstructions de Dresde et Varsovie après les destructions de la seconde guerre mondiale. 16. Le Moel (Sylvie), « Des fastes de la paix aux stigmates de la guerre : perspectives du voyage à Dresde au XVIIIe siècle », Knopper (Françoise) (dir.), Muiz (Alain) (dir.), Les voyageurs européens sur les chemins de la guerre et de la paix du temps, Pessac, Presse Universitaire de Bordeaux, 2006, p. 145. 17. Szymski (Emilie), Les appartements du dauphin. LouisFerdinand, fils de Louis XV et de la. dauphine MarieJosèphe de Saxe au château de Compiègne : 1737-1766, mémoire de recherche. (2 de année de 2 e cycle) en histoire de l’art appliquée aux collections présenté sous la direction de Mme Hélène Meyer [en ligne], p. 106.

[fig.11]Vue des ruines des faubourgs de Pirna d’après Bellotto, Kupfertich-Kabinett, Dresde, SKDonline.

Abstract

In 1763, Electoral Saxony was relegated as a second-rate power. The duchy lost millions in the war and has been the scene of many deadly and destructive fights. Its capital Dresden was partly ravaged by Prussian bombardments, the most notable of which took place from July 13 to 22, 1760. The death of King Augustus III of Poland and his eldest son allows Prince Xavier, his cadet, to become prince Administrator in 1764. He wants to rebuild his country through the arts. He asks the painter Bernardo Bellotto two paintings about the ruins of the suburb of Pirna and another one on the ruins of the Church of the Holy Cross in Dresden. At the same time, he laid the reconstruction of the Holy Cross church. He choses architects who will build it in a classical style. The paintings show ruins but some buildings remain standing. These are classic constructions from the beginning of the 18th century. He thus opposes the more ornamental style of his father. He wants to rebuild Saxony on the French model of Louis XIV classical style.