Xavier de Saxe à la cour de Versailles (2)

Article publié dans Château de Versailles. De l’Ancien régime à nos jours n°44

Suite de l’article du blog Xavier de Saxe à la cour de Versailles (1)

Le prince en politique?

En 1758 le duc de Choiseul entre au gouvernement devenant l’omnipotent ministre a la guerre puis aux affaires étrangères sur plus de dix ans. Sa position tenue depuis son ambassade à Vienne est de conclure le rapprochement des cours de France et d’Autriche en renversant les alliances. Pour lui la Saxe, trop proche de la Prusse, est dans une intenable neutralité. La Saxe se pose en rival à l’Autriche et la Russie en possédant la couronne de Pologne et imaginant un jour monter sur le trône impérial.

Michel van Loo, Duc de Choiseul, Versailles.

La trahison des engagements prussiens de 1756 de ne pas attaquer la Saxe (sur lesquels nous reviendrons dans un autre article) a poussé le duché à se rapprocher de l’Autriche et de la France. Mais Choiseul ne voit cet état que comme un allié inefficace et couteux. Le mariage du dauphin a toujours été vu pour lui comme une erreur politique. En 1758 le comte de Lusace est fait lieutenant général des armes du roi et il obtient rapidement le commandement d’un corps de 10 000 soldats saxons payés par le trésor de France et d’Autriche. C’est le poids de la dauphine et de son entourage, notamment le ministre de la Saxe à la cour Fontenay, qui ont permis ce succès auprès du roi.

François Guérin, Xavier de Saxe, SKD online.

En 1763, la guerre finie le comte de Lusace prend part à la réforme de l’état entrepris par son père puis son frère ainé qui condamna la politique de Brühl. Devenu prince Administrateur, il met en place une politique francophile en raison du poids de la Couronne qui continue d’entretenir en millions de livres l’armée et l’économie du duché au grand damn du duc de Choiseul. La mort du couple delphinal change complètement la donne à la cour puisque le parti autrichien semble regner sans partage.

L’ambassadeur de Fontenay résume au prince Xavier, par une lettre du 13 mai 1767, l’ambiance à la cour de France, à ce moment1:

La mort de Madame la dauphine a rompu la digue qui retenait encore le ton arrogant et despotique des Choiseul. Celle de Mgr le Dauphin y avait fait une terrible brèche ; mais la tendresse du Roi pour sa bru ne leur permettait pas de s’émanciper autant que leur ambition les y portait. Je vous avoue, Monseigneur, que j’ai été indigné de leur conduite dans les derniers mois de la maladie de votre respectable sœur. Depuis le premier jour de l’an, qu’ils ne pouvaient se dispenser de lui rendre leurs respects, jusqu’à la funeste époque du 13 mars, ni le duc, ni sa femme, ni sa sœur, n’ont paru chez elle, où toute la cour ne manquait pas de se trouver journellement. Ils ont témoigné après sa mort une joie si indécente et si marquée, qu’ils ont scandalisé jusqu’aux très humbles serviteurs de la faveur.

Le duc de Choiseul continue alors le rapprochement avec l’Autriche : il parvient avec l’aide de Mercy d’Argenteau au mariage du nouveau dauphin Louis Auguste avec Marie Antoinette d’Autriche dernière fille de l’impératrice Marie Thérèse d’Autriche en 1770.

Le feu d’artifice tiré le 30 mai 1770, à l’occasion du mariage du futur Louis XVI et de Marie-Antoinette, archiduchesse d’Autriche, RMN.

Selon le prince Xavier, le ministre Choiseul tient une place importante au gouvernement grâce au pacte de Famille dont il a été l’instigateur : ce traité militaire fut signé, le 15 août 1761, entre les rois de France et d’Espagne pour se soutenir mutuellement pendant la guerre contre l’Angleterre.

Le 11 avril 1770, le prince se félicite de « l’augmentation du crédit de Madame du Barry et du contrôleur général, jointe à celle que Choiseul baisse de plus en plus d’un jour à l’autre ». Et enfin le 10 janvier 1771, le prince, qui a appris la disgrâce du ministre, écrit à Martange, : “Vous devez facilement vous représenter combien j’ai dû en être frappé et en combien de réflexions, et pour le présent et pour l’avenir, cet événement m’entraîne. Ni vous ni moi n’avons, je crois, aucun lieu de les plaindre, encore moins de les regretter»2.

Petit à petit le crédit du ministre auprès du roi a été saboté. Louis XV remplace le clan Choiseul par un triumvirat constitué de l’abbé Terray, du duc d’Aiguillon et du chancelier Maupeou en charge de réformer les impôts et les parlements après des années catastrophiques pour le trésor.

Anonyme, Duc D’aiguillon, Musée d’Agen.

Mais le prince déchante rapidement voyant les réformes réalisées par le contrôleur Terray sur les pensions de la cour. Il voit sa pension diminuer drastiquement et alos tente d’y remédier( voir l’article ici)

Une cour maladroitement assidue

A la mort de Louis XV, de nombreuses rumeurs apparaissent. La comtesse du Barry s’est retirée d’abord à Rueil chez le duc d’Aiguillon puis à Louveciennes. Le prince lui a rendu de nombreuses visites. Il fait parti de ces personnes que l’on qualifie, après la mort du monarque, de « carrosses de Rueil ».

François-Hubert Drouais, Comtesse du Barry, RMN.

Mais les rapports avec le roi Louis XVI se distendent rapidement. A la mort de Louis XV, le prince en son château avait remis une lettre à son neveu comme il l’explique dans une lettre le 31 mai 1774 3 :

Tout de suite après la mort, [je remis] une lettre de condoléances au nouveau roi, dans laquelle, après les compliments analogues à la circonstance, j’ai glissé que c’est sa mère de concert avec son père qui m’ont appelé en France et attaché à ce service, et que, pendant l’administration où j’ai été obligé de quitter ce pays, je n’ai cherché à donner une existence à la Saxe que pour la rendre plus unie encore à la France par les raisons d’intérêt qu’elle ne l’est par les liens du sang ; et je l’ai finie en me recommandant, ainsi que ma soeur, à sa protection, et que nous nous flattions de retrouver en lui la même existence heureuse que nous avait accordée feu son grand-père qui nous avait comblés de ses bontés dans toutes les occasions, et que sa bienveillance précieuse suffirait à notre bonheur mutuel.

Joseph Duplessis, Louis XVI, Versailles

Le roi lui aurait donné une réponse « très amicale, par laquelle il me marque qu’il sait les liens qui nous unissent ensemble, que la mémoire de sa mère lui sera toujours chère » et qu’il sait que le prince est très attaché « à la couronne dans la dernière guerre et dans l’administration de la Saxe »4. Mais cette réponse est trompeuse. On sait ce que le roi en pensait réellement grâce à ce qu’en a marqué de l’ambassadeur autrichien Mercy-Argenteau à l’impératrice5 :

S.M. daigna me dire que le prince Xavier de Saxe, dans une lettre peu protocolaire, avait félicité le roi pour son avènement, disant à cette occasion qu’il était heureux de se trouver l’oncle du roi, et finalement il recommandait le duc d’Aiguillon à la bonté du roi comme ministre consciencieux. Le roi avait répondu par des expressions de politesse à la première partie de cette lettre, mais en ce qui concernait la fin, il avait répondu qu’il savait très bien choisir ses ministres malgré son âge.

N’ayant pas connaissance de la réelle réflexion du roi sur sa lettre, le prince continue de faire sa « cour assidûment au nouveau monarque » qui lui à parlé de nombreuses fois. Il ajoute qu’ils ont discuté « de choses indifférentes ; mais vous savez que dans ce pays-ci cela fait beaucoup »6. Mais malgré les premières impressions données, Louis XVI ne conserve pas les ministres en place.


Jean césar Fenouil, comte de Maurepas, coll. part?

Le duc d’Aiguillon démissionne le 2 juin 1774 en conservant le commandement des chevaux légers7. Jusqu’à cette démission, le prince avait tenté de jouer un rôle de premier plan auprès du roi. Les gazetiers en firent l’écho comme dans la Correspondance secrète, politique et littéraire de 1787 8:

Le Duc d’Aiguillon sera à jamais un personnage célèbre dans les annales de la France; on découvre journellement les ressorts qu’il a fait jouer pour conserver les deux départemens[sic] qu’il occupait dans le Ministère : ce n’était pas assez pour lui d’avoir employé M. le Comte de Maurepas. Il fit aussi intervenir M. le comte de Lusace, qui proposa bonnement au Roi de tenir sous lui les rênes du gouvernement, et de le guider dans la carrière de l’administration. Dans le même temps il envoya un courrier à Madame la princesse Christine, pour la faire venir à la Cour et s’en servir, et en cela il sut puissamment secondé auprès du frère et de la sœur par M. de Martange : mais tous ces moyens furent inutiles. Le roi trouva fort extraordinaire la proposition de M. le comte de Lusace; et la princesse Christine mal accueillie, ne passa à la Cour que deux fois vingt quatre heures.

Le prince explique que le déroulement des événements est bien différent « de celle dont ont parlé tant de gazetiers soudoyés»9. Le prince se défend d’avoir été maladroit dans une lettre du 15 juillet 1774 : “Vous me connaissez assez longtemps, mon cher Sayffert, et vous me faites tort en doutant que j’aime la franchise avec laquelle vous me parlez, de ne rien avoir écrit à l’occasion de la mort du roi, de flatteur pour le régnant”10.

Giusepp Canale, Xavier de Saxe, SKD online.

Rancoeur réciproque

Le prince Xavier peut donc être mécontent du nouveau roi qui ne lui a pas donné la place au gouvernement qu’il juge comme lui revenir de droit. Il écrit, à partir du 15 juillet 1774 plusieurs lettres, où il dépeint le roi en le comparant à son neveu l’électeur avec lequel il s’est brouillé pendant son administration. Il met en avant la figure d’un roi qui ne s’applique pas et ne laisse rien transparaître de sa volonté11 :

J’ai su même que les ministres ont dit à leurs amis le peu de discernement qu’ils aperçoivent en lui dans les différents Conseils. Hors de ces heures où il est obligé d’y assister, il ne s’applique à rien : les chasses, promenades en cabriolets et à pied et beaucoup de jeu de billard sont ses amusements. On prétend aussi que dans son intérieur il s’amuse beaucoup à la menuiserie et marqueterie. Dans le public, il ne parle à personne, et à peine le voit-on un demi quart-d’heure pendant lequel il cause avec ses frères ou quelque jeune courtisan. De quatre fois de suite que j’y ai été il n’a pas dit un mot ni au duc des Deux-Ponts ni au ministre d’Espagne. Ce dernier même, un jour en nous en allant me dit : On ne se plaindra pas que cela n’en soit trop long , et tout est dit pour la journée. Deux fois il m’a fait la même question, si j’aurai eu des nouvelles de ma sœur Christine, et à peine ai-je le temps de lui répondre oui ou non

Josef Hauzinger, Archiduc Maximilien visite à Louis XVI et Marie Antoinette, Vienne.

Le prince accuse à la reine de trop influencer son époux et « avec cela, elle est si volage et si enfant qu’on ne suit aucun système, et personne ne doute que ses sottises ne lui fassent tôt ou tard perdre son crédit »12.

À partir de ce moment, le prince semble se désintéresser des conflits politiques de la cour et se retire à son château de Pont. Cette position lui fait dire lors du sacre de son neveu en mars 1775 : « Dans la dispute de rang entre les Princes et l’Archiduc, je me suis conduit tout naturellement sans me mêler de rien »13. À partir de 1775, le prince est dans une position complexe. Il garde un lien à la cour grâce à ses agents auprès des ministres. Il ne peut plus y apparaître sans qu’on lui rappelle ses anciennes alliances politiques avec la comtesse du Barry et le duc d’Aiguillon exilés.

Notes

1. Stryienski (Casimir), La mère des trois derniers Bourbons[…], op.cit., p. 390 – 391. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 25 février / 9 mars 1770; EE 1431, lettre du prince Xavier à Martange, 10 janvier 1771. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 31 mai 1774. 4Ibid. 5. Lettre citée par Girault de Goursac (Paul et Pierrette de), Louis XVI et Marie Antoinette vie conjugale,Paris, OEIL, 1990, p. 338. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434 lettre du prince à Sayffert, 31 mai 1774. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 20 juin 1774. 8. Metra (Louis-François), Correspondance secrète, politique et littéraire, Londres, Adamason, 1787, tome premier, p.112-113. 9Ibid. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 15 juillet 1774. 11Ibid.. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince à Sayffert, 15 juillet 1774. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, lettre du prince à Sayffert, 31 mars 1775.

Villegongis et les moutons : un exemple de domaine physiocratique à la mode

Les nobles physiocrates ont mis en pratique les nouvelles conceptions économiques en matière d’agriculture. La rationalisation de la culture et de l’élevage pour augmenter le rendement est un des grands projets de cette doctrine économique. Mais étrangement alors que le parc géométrique proposerait cette rationalisation des espaces, les grands propriétaires suivent les préceptes du marquis de René-Louis de Girardin dans De la composition des paysages sur le terrain ou des moyens d’embellir la nature près des habitations en y joignant l’agréable à l’utile et mettent en place des jardins pittoresque à l’exemple de l’auteur à Ermenonville [fig.1]. Ainsi on peut s’interroger sur l’influence ou non de la théorie économique sur la création esthétique, en prenant l’exemple du marquis de Barbançois en sa terre de Villegongis dans le Berry.

fig.1 Plan du domaine de Ermenonville, BnF Gallica.

Les marquis de Barbançois-Villegongis et l’élevage de mouton

Issu d’une vieille famille berrichone, Léon François de Barbançois, né en 1717, fut page de la Petite Ecurie du roi en 1732, premier écuyer en 1735 puis fit une brillante carrière dans les Gardes-Françaises. Il participa à la guerre de Succession d’Autriche. Il a combattu à la bataille de Fontenoy en 1745. Puis il participa à la guerre de Sept-Ans. Pour ses états de services, Louis XV le fit chevalier de l’ordre de Saint-Louis en 1747 et élevé au rang de marquis de Barbançois-Villegongis en 17681. Il a prit sa retraite en 1780. Il avait épousé, le 6 aout 1754, Louise-Hélène Le Féron dite Mademoiselle de Savigny qui eut les honneurs de la cour en 1765. De leur union sont nés six enfants dont son héritier Charles-Hélion le 16 août 1760.

En 1768, le marquis de François de Barbançois-Villegongis a reçu des béliers mérinos d’Espagne et parvint par croisement à obtenir 700 moutons de nouvelle race en 1776. Il constata que la laine faite à partir de cette nouvelle race était de très bonne qualitée. Turgot qui apprit cette réussite fit venir davantage de moutons d’Espagne et en envoya une partie à Villegongis [fig.2]. Jean-Marie Heurtault de Lammerville fit les mêmes expériences dans son domaine de La Périsse qu’il avait acheté en 1773. Le marquis de Barbançois lui avait confié en 1781 un bélier de la nouvelle race. Des résultats de ces travaux, Heurtault de Lamerville publia en 1786, Observations pratiques sur les bêtes à laine dans la province du Berry.

fig.2 Photo du château de Villegongis, coll. part.

Après une courte carrière militaire, Charles-Hélion comte de Barbançois-Villegongis suivit les pas de son père (devenu marquis à la mort de ce dernier) et se tourna avec zèle vers l’agriculture dans son domaine et le département de l’Indre. Il publia de nombreux textes sur les moutons comme Mémoire sur les moyens d’améliorer les laines et d’augmenter les produits des bêtes à laine dans le département de l’Indre en 1804. Il fut un des créateur de la Société d’agriculture du département et membre de la Société d’agriculture de Paris. Il mourut à Villegongis en 1822.

fig.3 Les moutons mérinos dans Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle, appliquée aux arts, à l’agriculture, à l’économie rurale et domestique. à la médecine, etc… par une société de naturalistes et d’agriculteurs, 1816, coll. part.

Depuis le Moyen-Age, le Berry était reconnu pour ses élevages de moutons et de vaches. Le commerce de la viande et de la laine approvisionnait la capitale. Au XVIIIe siècle, les seigneurs tentèrent d’améliorer les races berrichonnes avec des croisements de moutons du sud ayant une meilleure qualité de laine [fig.3]. Les élevages de moutons s’aggrandissant, il fallut de plus en plus de prés et pâturages. On appliqua la méthode du pré artificiel pour le fourrage et la pâture. On y planta le sainfoin, la luzerne et le trèfle qui ramassés en été, servaient de fourrage pour l’hiver. En 1783, l’assemblée provinciale du Berry décida de promouvoir les prairies artificielles par « achats de diverses graines de prairies artificielles, principalement de trefle, sainfoins et luzerne » pour 2000 livres « afin que tous les propriétaires et cultivateurs qui desireront s’en procurer puissent en avoir aisément et sans nul embarras ni frais de transport » et qu’il « sera accordé, sur les dons volontaires, à tout propriétaire qui aura converti une terre labourable ou autre en terrain en bon pré naturel, et l’aura clos de haies vives, avec ou sans fossés »3.

Le domaine de Villegongis en 1771 : un parc géométrique

fig. 4 Plan terrier de Villegongis, 1771, Archives départementales de l’Indre.

On connait la seigneurie de Villegongis par un plan de 1771 où sont indiqués les routes, les bâtiments et les terres [fig.4]2. Le plan ne permet pas de connaitre en détail les types de plantations puisque seul sont indiqués les termes de “terres”, “prés”, “chènevières”, “vignes”, “jardins” et “bois”. L’exploitation est donc tourné vers la culture de la vigne et du chanvre. Cette dernière plante est utilisée pour le tressage de corde et la confection de vêtements. Les deux cultures demandent de l’eau mais non en grande quantité d’ou la présence de quelques canaux issus de la Trégonce qui passe au pied du château [fig.5].

fig. 5 Détail du château et jardin du Plan terrier de Villegongis, 1771, Archives départementales de l’Indre.

En suivant la route, le voyageur doit pénétrer sur « le devant du château » pour rejoindre la route de Châteauroux soit par l’avenue soit à travers le village en franchissant des ponts. S’ouvre a lui un chateau point central pour le développement de perspectives. La principale se trouve être le prolongement d’une avenue par des parterres plantés coupés par des canaux permettant l’irrigation des prés. Il s’y trouve peut-être un boulingrin en face du chateau et des parterres fleuris. A la gauche du chateau depuis l’avenue se trouvent les bosquets puis du coté de l’avenue, la foret de hautes futaies. Cette organisation semble permettre élevage et plantation grace aux grandes étendues de prés et a l’irrigation. De l’avenue, on peut pénétrer dans le petit bois de Villegongis avec sa patte d’oie [fig.4]. L’ensemble malgré la géométrie semble désordonné en dehors de ce grand axe qui depuis l’avenue mène à la cour d’honneur et se poursuit par des parterres et une allée dans les prés. Les cultures sont peu diversifiées.

Le plan pittoresque de 1800: des changements dûs aux moutons?

En 1768, le marquis a introduit comme nous l’avons montré des élevages de moutons mérinos. Puis en 1787 le marquis de Barbançois-Villegongis et son fils Charles-Hélion vont faire de grand changements dans le domaine. Le plan du cadastre de l’an VIII (1800) de Villegongis [fig.6] montre le domaine après ces travaux et l’achat de nouvelles terres4. De nouvelles routes et allées ont été réalisées. Les anciennes ont été régularisées et des rond points créés peut-être avec l’aide des ingénieur des Ponts et chaussées.

fig. 6 Plan du cadastre de la commune de Villegongis, canton de Levroux, levé et dressé géométriquement pendant les années VII et VIII de la République, 1798-1800, Archives départementales de l’Indre.

Le plan montre l’augmentation du nombre de canaux et de zones cultivés en prés (couleur verte). Les canaux des prés dans l’axe du château sont peu modifiés mais le terre-plein du château s’ouvre sur des nouveaux communs et fermes ce qui a demandé le comblement d’un des fossés. Des nouveaux canaux sont créés le long de plantations et certains canaux prennent des allures de rivières sinueuses. L’une d’elle amène l’eau à un petit édifice appelé fontaine et servant peut-être de réservoir ou de lavoir. Une longue rivière artificielle issue de la Trégonce (elle n’apparait pas sur la carte de Cassini des années 1750) permet l’irrigation de nouveaux prés. On peut supposer que ce sont des espaces inondables. La culture du chanvre a quasiment disparu remplacée par des prés et pâtures. Les cultures fourragères de luzerne et sainfoin demandent un apport important d’eau d’ou l’augmentation du nombre de canaux.

fig. 7 Détail du château et jardins du plan du cadastre de la commune de Villegongis, Archives départementales de l’Indre.

L’espace est encore modifié par la suite puisque les allées plantées du château disparaissent sur le cadastre de 1808. Dès lors sans avoir été l’unique moteur du changement du domaine de Villegongis l’introduction des moutons et la volonté d’augmenter la production fourragère ont obligé les propriétaires à transformer le domaine. Mais ces modifications n’ont pas pour seule origine les changements prônés par les physiocrates puisque la forme pittoresque n’est pas un besoin agricole. Le changement de forme du jardin et du parc est aussi le fruit des nouveaux goûts esthétiques en matière de jardin apparu à la fin du siècle.

Notes

1. Pour une biographie du personnage voir Claude Hartmann, Charles-Hélion, marquis de Barbançois-Villegongis (1760-1822), Paris L’harmatan, 2007. 2Arch. dept. de l’Indre, 1 Fi 163. 3. Anonyme, Procés-verbaux des séances de l’assemblée provinciale tenue à Bourges en octobre et novembre 1783, seconde édition, Bourges, B. Christo, 1787, p.188 à 189. 4. Arch. dept. de l’Indre, 1 Fi 164.