«L’Ukraine » dans la titulature des gravures des rois de Pologne au XVIIᵉ siècle

Introduction 

 L’appellation Ukraine était alors plus souvent utilisée dans le sens où l’ancien mot russe «okraïna» [périphérie, ndlr] se retrouve dans les sources écrites depuis le XIIe siècle, lorsqu’il était question de territoires situés à la frontière du pays. Tandis que le mot «ukrainien», à en juger d’après les documents d’archives, désignait à l’origine ceux dont le service était d’assurer la protection des frontières extérieures.

Vladimir Poutine, « Sur l’unité historique entre la Russie et l’Ukraine », 12 juillet 2021 (traduction officielle sur le site de l’ambassade de la Fédération de Russie en France).

Pour Poutine le mot “Ukraine” n’a qu’un sens géographique et aucun sens pour désigner une nation et un état. Ils sont à ses yeux des constructions occidentales récentes contre la Russie et l’orthodoxie.

Texte de Poutine en russe. On remarquera qu’il parle de texte d’archives sans donne leur provenance.

Pourtant ce mot a eu un sens politique et national dès le XVIIe siècle. Les gravures de Bogdan Khmelnitski le décrivent comme “duc de la nation (peuple) d’Ukraine” et le roi de Pologne Jean III Sobieski se fait appeler comme “grand duc d’Ukraine”. Il nous faut revenir sur l’émergence du terme et son rattachement à la politique complexe mise en place par le roi de Pologne sur les cosaques en Ukraine.

Description géographique et ethnologique de l’Ukraine

En premier lieu, le terme “Ukraine” désigne, pour les géographes une région et un peuple. Le terme “Oukraïna“, apparu au XIIe siècle, se traduirait “dans le pays” ou “la terre du peuple” ou encore la “principauté” des Rus’ de Kyiv. Les historiens russes puis Poutine ont mis en avant que ce terme, traduit en russe “okraïna”, désigne la “périphérie” ou la frontière” de l’empire, de la Pologne-Lituanie ou de Kiev. Le terme “Ukraine” apparait en français sous la plume de Guillaume le Vasseur de Beauplan qui est un spectateur des évènements qui se déroulent au milieu du XVIIe siècle.

Guillaume de Beauplan, Carte de l’Ukraine, 1648, Wiki Common (détail).

Le géographe sert à partir de 1631 pour le roi de Pologne notamment en Podolie, Volhynie et sur les terres des cosaques le long du Dniepr. Il fait les campagnes du grand hetman de la couronne et sénateur polonais Stanisław Koniecpolski. Il se rend jusqu’à la mer d’Azov et en Crimée.

En 1648, il donne une première carte de l’Ukraine. Puis il écrit la Description d’Ukraine qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne en 1660. Cette carte est amélioré au début du XVIIIe siècle par Guillaume Delisle, élève des Cassini. Le terme est adopté et repris dans les livres et dictionnaire de géographie. L’Ukraine semble regrouper deux palatinats (voivodies) de la Petite Pologne: celle de Kiyv et de Bratslav. Elle se situe donc dans le sud-est du royaume de Pologne après les palatinats de Ruthénie, Podolie et Volhynie. C’est ainsi véritablement à la création de l’hetmanat que le terme “Ukraine” associé à “terre des cosaques” désigne un peuple, un territoire et une organisation sciale et politique.

Jean-Baptiste Audiffet, La géographie ancienne, moderne et historique, 1689, tome 1er, p.365.

En second lieu, c’est ainsi aussi un peuple divers mal connu qui est décrit. Le succès des textes et cartes de Beauplan permet de rendre populaire le terme de “terre ukrainienne des cosaques”. Dans sa Description d’Ukranie de 1660, il donne l’image d’une nation cosaque différente de celle des polonais et russe.

Guillaume le Vasseur Beauplan, Description d’Ukranie, 1660, p.4

 Par la suite, la Description historique de l’Empire russien de Philipp Johann von Strahlenberg de 1757 explique que le mot Ukraine est de moins en moins employé.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.270-271.

Au court du XVIIIe siècle, l’empire russe, qui a conquis la plus grande partie des territoires ukrainiens, met en place une politique de russification qui passe aussi par le changement de la terminologie comme on peut le voir dans des dictionnaires de géographie ou Les fastes de la Pologne et de la Russie . Malgré tout, le terme, restant dans les mémoires, devient au court du XIXe siècle celui d’une nation puis d’un pays (voir l‘article de la BnF sur une carte de 1732).

André Guillaume Contant d’Orville, Les fastes de la Pologne et de la Russie, Paris, Costard, 1769, Volume 2, p.16

 

Union de Lublin : Sigismund II Auguste, roi de Pologne et grand duc de Lituanie et Russie

En 1569, le royaume de Pologne et le grand duché de Lituanie décident de s’unir définitivement face à la menace des Moscovites et des Ottomans. A partir de cette date un seul roi est à la tête de l’entité de la République des Deux-Nations sans que rien ne puissent plus les séparer comme sous les Jagellon Jean Albert et Alexandre au XVe siècle. Il est élu par le grand sejm.

Abraham Hogenberg, König Sigismund III. von Polen, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Sur une gravure de Sigismund II Auguste, la titulature est ” roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Russie, Prusse, Mazovie, Samogie, Livonie, Severie etc”. La liste des titres est complété par une série d’une quarantaine de blasons. Cette titulature semble devenir exemplaire pour les rois de Pologne.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.263.

Le terme “Russie” est utilisé dans la titulature et non “Ukraine”. Ce terme renvoie à la “Ruthénie” ou “Rus’ de Kiev”. Des princes de la région de Moscou et de Vladimir vont créer un nouveau royaume et prendre le titre de “tsar de Moscovie” pour se rattacher à Byzance et à l’orthodoxie. Il ne faut donc pas confondre les deux termes Ruthénie/Rus’ de Kiev/duché de Russie et Moscovie/royaume de Russie qui se retrouvent sur les différentes gravures.

Ivan IV, tsar de Russie, XVI-XVIIe s., Wiki Common.

Le tsar se veut aussi bien le continuateur de l’empire byzantin orthodoxe que de celui de l’ancienne principauté Rus’ de Kyiv en prenant le titre d’empereur de tous les Rus’. C’est un message envers le souverain de la Lituanie et de la Pologne. En 1558, le patriarche de Constantinople reconnait les titres du tsar Ivan IV alors que les princes de l’ouest lui refuse cette reconnaissance. Il reste seulement “grand duc de Moscou” jusqu’au XVIIIe siècle.

Henri de Valois roi de France et de Pologne

Le prince Henri de Valois est élu au trône de Pologne en 1573 mais à la mort de son frère ainé en 1574, il devient roi de France. Les deux titres sont mis sur les gravures mais la couronne de France est mise en premier puisqu’elle est plus prestigieuse.

 

Etienne Batory

Le prince de Transylvanie Stepan Batory est élu à la couronne de Pologne en 1576. Il épouse Anne Jagellon fille de Sigismond Ier et soeur du roi Sigismund II August. Dès lors il utilise le titre: ” Par la grâce de dieu, roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Russie, Prusse, Mazovie, Samogie, Kiwonie, Volhynie, Podlachie et prince de Transylvanie” comme on peut le voir sur un document de 1579.

[List do Iwana Groźnego], 1579, Archiwum Morstinów(détail).

Les titre rappellent ceux de Sigismund II Auguste de la maison Jagellon. Sur les gravures, le personnage a peu de titre mettant en avant son statut de “roi de Pologne” et “grand duc de Lituanie” qui sont les titres les plus importants. Il possède aussi le titre de “duc de Russie”.

Ladislas IV et Jean Casimir Vasa : roi de Pologne et de Suède

Sigismond III Vasa est roi de Pologne en 1587 puis roi de Suède en 1592. En 1610 Ladislas IV son fils est désigné tsar par la victoire de Stanisław Żółkiewski qui a pris Moscou. Il est ensuite roi de Pologne à partir de 1632. En 1648 Jean II Casimir Vasa son frère lui succède. En 1607, son cousin Charles est sacré roi de Suède après des années de guerre civile.

Egidius Sadeler, Portret van Sigismund III, koning van Polen, 1597 – 1629, Amsterdam, RijksMuseum.

Selon une gravure son titre est “Ladislas IV, roi de Pologne, grand-duc de Lituanie, Ruthénie, Prusse, Masovie, Samogitie, Livonie, et également roi héréditaire des Suédois, Goths et Vandale, élu grand-duc de Moscovie”.



Georg Förster et Jeremias Falck, Wladislaus IV., König von Polen,, 1630-1677, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

La branche des Vasa de Pologne revendiqueront toujours le trône de Suède qui a été à leur yeux usurpé. Mais ce titre n’est pas revendiqué par la suite par les rois de Pologne qui leurs succèdent.

Johann Wyd Hoffman, Ioannes Casimirus Dei Gracia [!] Rex Poloniae ac Svecia [!] &., Warszawa, Biblioteka Narodowa.

Hetmanat et grand duché de Ruthénie

En 1648, les cosaques mené par l’hetman Bohdan Khmelnitski entre en révolte contre le roi de Pologne, ce conflit qui s’ouvre est vu par certain comme une “guerre de libération”. Le 27 décembre 1648 le hetman est couronné par le patriarche de Jerusalem à Kyiv. Mais défait en 1649, le roi Jean II Casimir Vasa signe le traité de Zboriv et reconnait l’hetman comme seul chef des cosaques créant ainsi une nouvelle entité territoriale et politique appelé hetmanat.

Mais le conflit continue en raison des oppositions des primats polonais catholiques de reconnaitre les privilèges donnés aux orthodoxes. En 1653, le tsar décide d’entrer en guerre et de soutenir les cosaques contre la Pologne. L’assemblée réunie à Moscou décide que la “terre cosaque” entre sous la protection de la Russie en raison de l’unification des Chrétiens orthodoxe sous l’égide de l’Église de Moscou. L’assemblée de Pereïaslav en 1654 avec les envoyés des cosaques entérine la décision par un traité (aujourd’hui perdu). Le 8 janvier 1654 le hetman envoya une lettre au tsar “souverain de grande et petite Russie” qui fut repris dans la titulature dès février 1654. Pour la Russie ce fut un acte fondateur de “réunification des Rus’ “sous l’égide de l’Église orthodoxe. En 1655 le tsar ajoute “Russie blanche” à ses titres.

Tabula nova totius REGNI POLONIÆ. 
in quo sunt Ducatus et Provinciae Prussia, Cujavia, Mazovia, Russia Nigra, & c. 
DUCATUS LITHUANIA, UKRANIA, etc,
1679 (détail), Andriy Baitsar.

La guerre fait rage en Pologne-Lituanie connue sous le nom de “Déluge (Potop)”. Défaite de Batoh face aux cosaques en 1652 marque le commencement de cette période où l’armée polonaise est anéantie. La Suède et la Russie envahissent le territoire de la République. En 1657, Bohdan Khmelnitski décède et la question de l’état cosaque reste en suspens. L’hetmanat est agité par une période de division et de conflits internes appelé “ruine” par l’historiographie. En 1658 son successeur l’hetman Ivan Vyhovsky signe le traité de Hadiach qui met en place une nouvelle entité le “grand duché de Ruthénie” ou “grande principauté des Rus'”. Ce texte fut compliqué à mettre en place voyant aussi bien l’opposition d’une partie des cosaques voulant continuer le rapprochement orthodoxe avec la Russie que celle des nobles catholiques polonais et lituaniens voyant l’arrivée de potentiel rivaux de l’hetmanat. Le hetman devient prince du royaume mais ses prérogatives diplomatiques disparaissent. Les tensions religieuses augmentent par crainte de la domination polonaise sur les orthodoxes. La population paysanne ukrainienne y voit une garantie des privilèges nobiliaires. Une révolte naît. Les défaites polonaises face aux russes ne font qu’amplifier l’opposition au traité qui est très rapidement oublié.

En 1660, la paix est signée avec la Suède par le traité d’Oliva. La Russie continue de soutenir la révolte cosaque mais l’armée polonaise entre sur le territoire des cosaques de la rive gauche du Dniepr sous domination russe depuis le traité de Pereïaslav de 1654.


Abraham van Westerfeld, Vue de la cathédrale de Sophie de Kyiv, 1651, Wiki Wand.

Des négociations s’ouvrent alors qu’aucun des deux belligérants ne parvient à prendre l’ascendant sur l’autre. Lors du traité d’Androussovo en 1667, la Biélorussie et l’ouest de l’Ukraine (région de Kiyv, Volhynie, Podolie et Galicie) reviennent à la Pologne mais les villes de Smolensk, Chernihiv et Kyiv restent sous contrôle du tsar. Le traité propose de rendre Kyiv deux ans après la signature. Le clergé orthodoxe s’y oppose farouchement et la ville n’est jamais rendue. Dès lors l’hetmanat ou “terre cosaque” est séparée en trois : la Rive droite sous protection du roi de Pologne, la Rive gauche sous protection du tsar depuis le traité de Slobodyshche de 1660, et la sich Zaporogue très largement indépendante jusqu’à sa destruction par le tsar en 1709.

L’Ukraine, une “terre perdue” à reconquérir

En 1668, le hetman Petro Dorochenko s’est mis sous protection de l’empire musulman. En 1669 le général Michał Wiśniowiecki est élu roi de Pologne dans une période de trouble. La même année Jan Sobieski, brillant général polonais devient grand hetman de la couronne.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

En 1674, lorsque Jean Sobieski monte sur le trône la guerre fait rage avec l’empire ottoman. En 1675, le roi de Pologne propose au colonel cosaque Ostap Gogol de devenir hetman de la rive droite. En 1676 le roi devient le protecteur des cosaques de la rive droite. Il est sacré à Cracovie et invite le hetman à la cérémonie du 2 février 1676. Il nomme de nombreux hetman dans une politique de reprise en main de cette zones dans une visée de reconquête de “l’Ukraine et la Podolie perdue” ainsi que de la ville de Kyiv considéré comme une terre “héréditaire” polonaise selon l’historien Taras Chukhlib.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa (détail).

La gravure de son entrée triomphale à Cracovie de 1675 est faite sur un dessin de Francesco Gratta le jeune. Cette marche militaire montre plusieurs figures allégoriques, antiques et modernes passant sous un temple de la vertu. Le roi est en costume romain sur un cheval est dirige la troupe vers la reine sur un balcon. Il est précédé de trois figures au centre se donnant la main, ce sont de droite à gauche l’allégorie de la Pologne, la Lituanie et l’Ukraine. Le roi de Pologne fit aussi réaliser de nombreuses gravures sur ses victoires sur les Ottomans comme grand hetman de la couronne. Au sujet de cette région, il est en concurrence avec le tsar. Cette zone est très importante pour garantir son royaume des invasions tatars ou ottomanes. Il sait que “celui qui a les cosaques conserve l’Ukraine” (Taras Chukhlib p.277) comme il l’avait remarqué alors grand hetman de la couronne .

Je dois admettre que c’est un cadavre
dégoûtant, pas l’Ukraine, car ce n’est probablement pas celui qu’ils ont pris à leurs ancêtres.
Qui y est mort, sinon le peuple Rus’ ? Qu’est-ce qui a brûlé, sinon la ville glorieuse (Kyiv) ? Où la fumée est-elle allée, sinon sur les églises et les maisons de Dieu ? Dont les tombes et les tombes ont été emportées,
sinon vos parents ou vos enfants, perdus pour rien ? A qui restait le désert, sinon conduit comme du bétail à la captivité des âmes chrétiennes ?

Universel du roi Sobieski en 1675

On voit dans ce texte que le roi reconnait aux cosaques le droit de vivre en Ukraine qui leur appartient. Ce sont eux qui meurt pendant les guerres et personne d’autre. Il leur reconnait une certaine liberté de culte et leur pardonne leurs anciennes trahisons. Cette politique doit aussi permettre de mieux combattre les Ottomans et reconquérir la Podolie. En 1675, le roi se décide à s’allier au tsar contre les Ottomans. L’enjeu était de grande importance puisqu’ils avaient eux même tenté d’unifier les cosaques sous l’égide de Youri fils du grand Khmelnitski nommé entre 1677 et 1678, comme “prince de Petite Russie”, “Dux Cosacorum” ou encore ” Dux en Ukraine ». Il “n’a pas utilisé le titre de Prince Sarmatiae” pour plaire à celui qu’il qualifie de ” Mon roi de Pologne le plus clair et le plus fort !” Après des tentatives auprès des Ottomans, le roi de Pologne se rapproche de l’hetman et lui promet de lui conserver ses titres s’il le rejoint en échange l’Ukraine retrouverait son statut du traité de 1658 et que la foi orthodoxe n’y serait pas menacée. Mais cette tentative reste lettre morte.


Jean-Baptiste Bonacina, Giorgio Chimilinschi, 1670, Coll. particulière.

Une gravure de la fin du XVIIe siècle le présente comme simple “général des cosaques”. Les titres donnés par les Ottomans n’ont jamais été salué par des victoires militaires, ils ne sont pas resté dans les mémoires. En 1683 une grande assemblée cosaque de la rive droite reconnait la suzeraineté du roi de Pologne en “tant que père et pasteur”, selon la lettre qu’ils envoyèrent au roi le 23 juillet 1683. Ils acceptent d’entrer en guerre contre les Ottomans dans le sud. Le 24 août 1683, le roi nomme comme hetman Stefan Kunitsky en lui donnant un collier une masse et un sceau avec “les anciennes armes de l’Ukraine” ( le cosaque armé). Il est décrit dans plusieurs gazettes sous le terme de “général des cosaques” comme sur la gravure de Youri Khmelnitski . Il a conquis toute la Valachie, Podolie et la terre des Tatars.

Charles de La Haye, Ioannes III D.G. Rex Poloniarum […], 1692, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

Le roi est victorieux avec ses troupes et les cosaques contre les Ottomans devant Vienne en 1683. En 1685, le sejm du roi de Pologne reconnait à “tous les cosaques de la sich et les ukrainiens sous les ordres de Kunitsy, le droit de s’installer en Ukraine, et qu’on leur rendra leurs anciennes libertés et privilèges accordés”. Le roi leur offre la protection s’ils reconnaissent qu’ils sont sujets de République. Le roi leur offre ainsi une forme d’autonomie par une constitution et en échange il peut créer des troupes dans une période de crise financière.

Leone Franco, Andriy Mohyla, 1649, Wiki Common.

La politique du roi est récompensé de succès, les troupes (environ 3000 cosaques) de Mohyla sont efficaces et permettent de reconquérir les zones ottomanes. Le hetman signe plusieurs documents “”Andriy Mohyla Hetman de S.A.R. – Armée de Zaporojie”. Mais le tsar en 1688 envoie une lettre au roi réclamant l’arrêt de l’utilisation de ce titre.

Recueil. Portraits d’Alexis-Michaelowitz, XVIIe s., Paris, BnF Gallica.

Dans sa politique contre l’empire Ottoman, le roi Sobieski décide de signer un second traité de paix avec le tsar de Russie en 1686. Il autorise ensuite les troupes des deux rives à entrer en campagne ensemble. Le roi renonce définitivement à réclamer les terres des cosaques de l’est du Dniepr ainsi que la région de Smolensk et Chernihiv et reconnait la liberté de l’ Église orthodoxe sur son territoire. Le tsar fait de même avec l’Église catholique et uniate. Le tsar promet son soutien contre les Ottomans. Ce n’est qu’en 1699 que Chernihiv et la Podolie reviennent à la Pologne.

Jan III Sobieski : duc d’Ukraine ou duc de Russie?



Jeremias, Winckler, Jan III., König von Polen, Herzog 1670-1690, Brunswick, Anton Ulrich-Museum.

Les documents émis au nom du roi Jan III Sobieski reprennent la titulature mise en place par Sigismond mais des nouveautés apparaissent.

Titulature de Sobieski, 1676, archives départementales de l’Aube.

Le terme de “Ukraine” apparait sous le roi Jan III Sobieski délaissant le terme “Russia” ou “Ruthenia”. Plusieurs gravures ont la titulature suivante “roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Ukraine “. La gravure en l’honneur de son couronnement de 1676 emploie ce terme. Elle représente l’approche du roi de Pologne au château de Wawel, avant qui allégoriquement, sous la forme de danseuses, représentent la Pologne, la Lituanie et Ukraine. Dans les deux versions de la gravure, la signature en français ou en latin est avec le terme “grand duc de Lituanie, Ukraine”.

Romeyn de Hooghe, Krönung Johann III von Polen, 1675, Herzog Anton Ulrich-Museum (détail).

Le terme “Ukraine” apparait aussi sur deux gravures de portraits du roi et de la reine d’une série du dessinateur des provinces Unies Nicolaes II Visscher gravée par Pieter Stevens. En 1679, il réalise une carte du royaume de Pologne avec le grand duché de Lituanie et l’Ukraine. Les trois entités sont en lettre capitale. Le roi veut se démarquer de ses prédécesseurs. C’est aussi un signe de bonne volonté envers le “tsar de toutes les Russies'” dans une politique de rapprochement et de paix.

Sur des gravures importantes comme celle de son couronnement, c’est le terme Ukraine que le roi décide de mettre en avant. Il veut se mettre dans les pas du célèbre hetman Bogdan Khmelnitski comme protecteur des Ukrainiens.

Concurrence avec l’hetman Bogdan Khmelnitski

Une gravure de l’hetman montre qu’il portait le titre de “commandant en chef de l’armée de Zaporovie, initiateur de la rébellion des paysans, des cosaques insurgés et le ‘dux’ du peuple d’Ukraine”. Le mot chef en latin “dux” ayant donné le mot duc, ainsi cela peut aussi se traduire par “duc du peuple Ukrainien” qui se rapprocherait de la titulature du roi “grand duc de Lituanie et Ukraine”. Le “dux” renvoie a la Rome antique au commandant des troupes ou chef de guerre. La gravure faite par Guillaume Hondius du hetman s’oppose au titre du roi en montrant que le titre lui vient du peuple et non pas d’une élection nobiliaire. Lors de son entrée à Kyiv en 1648, le métropolitain orthodoxe de la ville Sylvestre et le patriarche de Jérusalem Paisée Ier  l’accueillent au titre de “prince (princeps)”. Cette gravure est l’oeuvre d’un artiste de la cour de Pologne, aurait il rencontré le hetman en pourparler avec la république?


Willem Hondius, Bohdan Chmielnicki, 1651, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Cette image de l’hetman devient canonique et se retrouve dans de nombreuses icônes. Elle obtient une grande popularité après Poltava comme repoussoir à celle de Mazepa accusé de traitrise par le tsar. Mais cette image a été commandée par le roi Jean Casmir Vasa comme le signe d’un rapprochement avec l’hetman. Ce dernier avait été vaincu lors de la bataille de Bila Tserkva qui permet au roi de signer un accord favorable avec réduction des cosaques et gain territoriaux en sa faveur. L’hetman alors tente un rapprochement avec la Pologne en acceptant de pacifier le palatinat de Kyiv.


Willem Hondius, Ioannes Casimirus Dei Gratia Rex Poloniae, 1648, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Le roi Sobieski prend comme modèle à la fois les images de ces prédécesseurs et celle de l’hetman. Il est montré de 3/4 en guerrier sur les gravures avec le titre “duc d’Ukraine”. Il reprend le titre aussi bien pour rappeler la gravure de l’hetman que pour montrer la possibilité aux cosaques de revenir aux accords de 1658. Les gravures sont écrites en latin permettant la diffusion auprès des élites d’Ukraine.

Gloryfikacja Jana Sobieskiego na tle bitwy pod Chocimiem w 1673, ryc. Romeyna de Hooghe, 1674, Biblioteka Narodowa.

En 1684, il sait que les cosaques sont “pour la République le poison le plus dangereux et en même temps son bouclier le plus puissant”. En 1652, son frère ainé Marek Sobieski, staroste de Krasnystaw, avait été capturé après la défaite de Batoh et décapité avec les restes de l’armée polonaise (on compte des milliers de morts). Malgré les souvenirs désastreux des relations avec les cosaques, le roi savait qu’il ne pouvait créer une nouvelle politique pour la République sans les eux. Depuis 1676, il imaginait même, à partir de l’Ukraine (il était né à Olesko, dans le palatinat de Ruthénie ce qui lui fait dire qu’il aime les cosaque “depuis l’enfance”) et les cosaques, rendre héréditaire la couronne. Par de nombreuses gravures, il rappelle ses victoires face aux Ottomans à la bataille de Khotin ou de Lviv où les cosaques n’ont pas joué un rôle négligeable.

 

Une grande campagne de propagande par les gravures propose de faire valoir ses droits sur l’Ukraine et les cosaques aux yeux des puissances européennes. Dans cette logique il met en avant son image avec un texte clair en latin.


Nicolaes Visscher II et Pieter, Stevens, Jan III, König von Polen vers 1669-1702, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Une image caricaturale de l’hetman est réalisé après 1651 sans qu’on puisse savoir si c’est le roi Jan Kasimir Vasa ou Jan Sobieski qui en est le responsable. La qualité du travail ne permet pas de l’attribuer à Hondius. Le terme de “dux” est remplacé par “ductor” soit “guide” ou “conducteur” ce qui lui enlève sa valeur militaire de commandement. Mais cette gravure se trouve aussi avec le terme “dux”.

Les oreilles renvoient au mythe de Midas affublé d’oreille d’âne par Apollon après avoir parié sur un satyre au lieu d’Apollon dans un concours de lyre. Le roi Midas par honte doit mettre un bonnet pour les cacher. Les oreilles renvoient aussi à celles de l’animal connu pour sa paresse et sa stupidité. Ainsi la caricature fait sortir l’hetman de l’humanité et les cosaques le suivant sont aussi bêtes qu’un âne. Mais il est possible que cette caricature précède le règne du roi Jan III puisque sa politique était plutôt en faveur des cosaques.



Philibbert Bouttats, et Nicolaes Visscher I, Janus III. D.G. Rex Poloniarum Magnus Dux Lithuaniae Ukrainae Etc.,
1688 -1730, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

La politique du roi, bien que parfois qualifié de “cosaquisme”, n’est pas parvenu à ses fins. Le roi Jan III Sobieski a échoué à trouver une solution équitable aux relations polono-ukrainiennes. Cette relation se détériore chaque année et à sa mort seul l’hetman Mazepa a su proposer une relation plus stable pour les cosaques regroupant autour de lui une certaine unité des revendications cosaques selon l’historienne Tatiana Tairova-Yakovleva.

Conclusion: la succession de Sobieski

Johann Baptiste Homann, Ukrania quae et Terra Cosaccorum cum vicinis Walachiae, Moldoviae, 1720. L’auteur a mis lUkraine en jaune.

A la mort de Sobieski le titre de duc d’Ukraine se perd. Frederic August de Saxe ou Stanislas Leszczynski utilisent une titulature sans le terme “Ukraine”. La gravure d’Auguste II le montre en armure coiffé en bol, le modèle est très proche de certaines gravures de Sobieski. Les revendications territoriales sur la rive gauche du Dniepr n’est plus à l’ordre du jour d’un monarque élu avec l’aide du tsar.

Bien que le roi August II utilise les cosaques contre les Turcs, leur aide n’est plus essentiel puisque le roi peut compter sur son armée de Saxe. Son rapprochement politique avec la Russie est marqué par une volonté de laisser les troupes cosaques au tsar. En 1702, il décide de révoquer les régiments cosaques de la région de Kiyv puis il ordonne le démantèlement du camps de la rive gauche à partir de 1711.

Anonyme?, Portrait of the Hetman Ivan Mazepa , 1709, Getty Images.

La “Ruine” ukrainienne se termine par l’arrivée de l’hetman Mazepa en 1687 à la tête de la rive gauche. Restant vingt ans au pouvoir, il parvient à unifier l’Ukraine et donner une autonomie à l’hetmanat jusqu’à la défaite de Poltava et sa mort en 1709. C’est ce que rappelle une gravure où est inscrit “hetman de toute l’Ukraine” en latin.

Voltaire, Histoire de Charles XII,1768 , p.154

Pour aller plus loin

Білецький (Платон Олександрович), Українське мистецтво другої половини XVII-XVIII століть, Київ, Мистецтво, 1981. (Biletsky, Platon Alexandrovitch), Art ukrainien de la seconde moitié des XVII-XVIII siècle)

Чухліб (Тарас), Гетьмани і монархи. Українська держава в міжнародних відносинах 1648 – 1714 рр. – К.: Інститут історії України НАНУ, 2003 (Chukhlib (Taras), Hetmans et monarque. L’Etat ukrainien dans les relations internationales 1648-1714)

Plokhy (Serhii), Tsars & Cossacks – A Study in Iconography, Cambridge, Harvard Papers in Ukrainian Studies, 2002.( Plokhy (Serhii), Tsar et les cosaques. Une étude de l’iconographie)

Таирова-Яковлева (Татьяна), Между Речью Посполитой и Россией. Правобережная Украина в эпоху гайдамаков, Нестор-История, 2020 (Tairova-Yakovleva (Tatyana), Entre la République des Deux-Nations et la Russie. L’Ukraine de la rive droite à l’ère des Haïdamaks)

Widacka (Hanna), Jan III Sobieski w grafice XVII i XVIII wieku, Warszawa, Państ. Wydaw. Naukowe, 1987 (Widacka (Hanna), Jan III Sobieski et son image XVIIe et XVIIIe siècles)