Louis Réau, un russophile total

Parmi tous les pays d’Europe qui ont été au XVIIIe siècle tributaires du génie français, aucun n’a accepté son hégémonie plus docilement que la Russie. De même que la Russie ancienne avait été pendant de longs siècles une province de l’art byzantin, la Russie nouvelle est devenue, tout naturellement, une province de l’art français, Paris a été pour Pétersbourg ce que Byzance avait été pour Kiev et Moscou.

Louis Réau dans “Les relations artistiques entre la France et la Russie”, Mélanges publiés en l’honneur de M. Paul Boyer, 1925, p.118.

Louis Réau (1881–1961) fut une figure française majeure de l’histoire de l’art de la première moitié du XXe siècle. Son ouvrage fondateur L’art russe des origines à Pierre le Grand est demeuré pendant longtemps un classique. Sa figure tutélaire se retrouve encore sur de nombreuses pages wikipédia comme celle sur le “baroque ukrainien”. On peut s’interroger sur sa vision de l’art dans l’empire russe et la place qu’il accorde aux minorités nationales dans ce livre de nombreuses fois réédité jusqu’à nos jours.

Élève de l’école normale, Louis Réau étudie les langues germaniques. Il publie de nombreuses études sur l’art comme L’Art français sur le Rhin au XVIIIe siècle en 1908. Il s’oriente très vite vers les langues slaves et l’étude de l’art russe. En 1911, il devient directeur de l’institut culturel français à Saint-Petersbourg. Il resta à ce poste jusqu’en 1913. Il est ensuite officier traducteur pendant la guerre.

Olga Medvedkova dans son article “« Scientifique » OU « intellectuel » ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg” explique que l’institut était avant tout une école de langue mais qu’en même temps il était un centre de recherches scientifiques, centre d’enseignement et centre de renseignements universitaires sur la France. Louis Réau y enseigne deux cours : ” Histoire de la littérature française ” et ” Histoire de la civilisation et de l’art “. Il publie entre 1910 et 1920 de nombreux articles sur l’art français en Russie. Il dirige l’exposition ” L’art français du XIXe siècle “. Dans sa théorie gallocentriste, il publie une vaste anthologie Histoire de l’expansion de l’art français (1924-1933) puis son fameux L’Europe français au siècle des Lumières (1938). Ces deux ouvrages ont créé la polémique.

Son grand apport historiographique a été de voir dans tous les palais à partir du XVIIe siècle des copies de celui de Versailles. A partir de 1930 , il dirige la publication de la Gazette des Beaux-arts et enseigne l’histoire de l’art à l’École du Louvre et à l’École normale supérieure de Sèvres. Il est envoyé à l’institut culturel de Vienne en 1938. En 1947 il est professeur d’histoire de l’art du Moyen-Age à la Sorbonne puis il est élu à l’Académie des Beaux-arts. Il publie en 1959 une Histoire du vandalisme. Ses théories sur l’art russe sont très rapidement contestés par Louis Hautecoeur ou encore Michel Alpatov. Mais leurs critiques se posent essentiellement sur la vision de l’origine française de l’art en Russie sans interroger son nationalisme plus en profondeur.

De la négation des ukrainiens…

Louis Réau publie son étude de l’art russe entre 1921 et 1922. Le premier texte analyse les origines jusqu’à l’époque médiéval et le second se concentre sur l’époque moderne jusqu’aux années 1920. L’Ukraine n’apparait pas dans le texte de 1921. D’ailleurs dans ce texte la Rus’ de Kiev devient Russie reprenant un poncif impérial russe mis en place à l’époque de Pierre le Grand.

extrait du livre de 1922, p.4

En revanche dans le texte de 1922, il propose quelques mots sur l’Ukraine et Taras Chevtchenko qu’il s’agit d’analyser (p.4). La note explique que “le peintre-poète Taras Chevchenko n’a rien de spécifiquement “oukrainien”. Sa position est très critiquable puisque l’artiste a justement tenté de rendre à l’Ukraine son identité. Il aurait été judicieux de tenter de l’analyser plutôt que de l’évacuer en note.

Né en 1814 dans une famille de paysan serf Taras Chevtchenko devient un dessinateur remarqué. Il est affranchi en 1825 et entre à l’académie de peinture de Saint-Petersbourg. Dans les années 1830-1840, il effectue des voyages en Ukraine comme responsable de la commission archéologique de Kyiv. Il se passionne pour l’ethnographie et le folklore. En 1838 il publie le poeme Kateryna qui est l’histoire tragique d’une jeune femme ukrainienne éprise d’un soldat moscovite. Elle tombe enceinte mais le soldat refuse de l’épouser. Rejetée à la fois par le soldat et sa famille, elle finit par se suicider. Le poème devient le symbole de l’occupation en Ukraine. C’est aussi une métaphore sur deux mondes qui ne se comprennent pas : la ville et la campagne ou la Russie et l’Ukraine.

Par la suite, il publie un alphabet ukrainien. Dénoncé dans une conspiration contre l’empereur, il est emprisonné et envoyé en exil à l’armée dans l’Oural. Il revient à Saint-Pétersbourg en 1850 et il y meurt en 1859. Le “peintre-poète” est célébré dès 1918 et dans la nouvelle Urss par la suite comme libérateur des peuples opprimés par le pouvoir tsariste.

…à la russification de l’art

En conclusion Louis Réau met en avant sa position politique sur l’actualité. Dans le livre de 1922, il célèbre une possible décentralisation artistique grâce à ma révolution bolchevique. Mais ensuite il entreprend une analyse de l’identité nationale russe basée sur la religion orthodoxe.

Extrait du livre de 1922 p.268

Louis Réau conclut sa grande synthèse sur l’art russe par ces mots : ” un art national — mais non nationaliste — aussi éloigné des extravagances du cubisme ou du «suprématisme » que d’une réaction pseudo-byzantine : voilà ce qu’il faut souhaiter à la Russie de demain dont le monde entier attend anxiété la résurrection”(livre de 1922, p.269). Dans ce propos extravagant, il croit voir une nation russe unique “européanisé” dans la nouvelle Urss.

“Le leader immortel d’Octobre Lénine nous a montré le chemin de la victoire. Vive le léninisme. Au 7ème anniversaire de la Victoire d’Octobre”, 1924.

Son texte montre que les nations de la fédération ne sont que des provinces dominées par la grande nation russe. Il oublie le mouvement national ukrainien et biélorusse de la fin de la Première guerre mondiale et la création des états nationaux en Europe de l’est entre 1918 et 1920. De plus il écrit à un moment pourtant important de l’histoire des nationalités en Urss: celle de l’ukrainisation de l’Ukraine soviétique. Cette politique s’orientait vers l’apprentissage de la langue et de la publication d’ouvrage en ukrainien. Mais il n’en dit mot et reprend les poncifs de la russification culturelle où l’artisanat local est autorisé mais où la langue de l’administration et de l’éducation se doit d’être le russe (Staline repend cette théorie et met fin à l’ukrainisation dans les années 1930).

La culture ukrainienne est ainsi effacée pour mettre en place l’unité nationale russe. Même si Louis Réau tente de se dédouaner de toute forme de nationalisme, il ne parvient pas à ce que le lecteur ne le rattache à ce courant politique. Il conserve une vision politique impériale de domination de certaines nations sur les autres : la France en Europe et les Russe dans leur empire.

Pour aller plus loin

Mace, James E., Communism and the Dilemmas of National Liberation. National Communism in Soviet Ukraine 1918-1933, Cambridge, Mass., HURI Harvard, 1983.

Plokhy, Serhii, Lost Kingdom: A History of Russian Nationalism from Ivan the Great to Vladimir Putin, London, Allen Lane, 2017.

Snyder, Timothy, The Reconstruction of Nations: Poland, Ukraine, Lithuania, Belarus, 1569–1999, Yale University Press, 2003.

Un inventaire de tableaux du château de Kukizów en Ukraine au XVIIIe siècle

Les résidences du roi Jean III Sobieski

Le roi de Pologne Jean III Sobieski (1629-1696) possède de nombreuses résidences. La plus célèbre Wilanów se trouve à Varsovie, considérée comme le Versailles polonais.

Henri Gascar, La famille Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le roi reste toute sa vie très attaché à la Galicie ruthénienne où il est né au château d’Olesko (en ukrainien Олесько). En 1683, il fête sa victoire contre les Turcs au château de Żółkiew (en ukrainien Жовква). Dans cette ville en l’église Saint-Laurent son frère ainé Marek (1628-1652) et son père Jakub (1591-1646) y sont enterrés. La ville de Kukizów (en ukrainien Кукезів) est acquis par le hetman Stanisław Żółkiewski et passe à ses héritiers jusqu’au roi Jan III Sobieski. Ce dernier meurt en 1696, le château passe alors au fils du roi, Constantin et reste sa propriété jusqu’à sa mort en 1726.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Constantin Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le fils ainé du roi, Jacub Sobieski récupère ainsi le bien. Sa résidence ordinaire est plutôt le château de Oława (en allemand Ohlau) en Pologne puis à Żółkiew.

Henri Gascard, Jacques Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie: Adriaen van der Werff, Amélie de Neubourg (son épouse), Stadtmuseum Düsseldorf

A la mort de son père en 1737, Marie Charlotte (Maria-Karolina Sobieska) hérite de toutes ses résidences dont Kukizów et Żółkiew. En 1724 Marie-Charlotte avait épousé Charles-Godefroy de La Tour d’Auvergne avec qui elle a eu plusieurs enfants. Elle vécu jusqu’à sa mort en 1740 entre la France, la Pologne et l’Ukraine dans les différentes résidences de la famille.

Anonyme, Marie-Charlotte Sobieska, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le château de Kukizów

Le roi possédait ainsi une maison de plaisance à Kukizów. Elle se trouvait à environ 20 km dans une petite localité au nord-est de Lviv. L’article de Mykola Bevz “The wooden architectural complex of the city and royal residence of John III Sobieski in Kukizów” permet de bien connaitre cette résidence de nos jours disparu. La carte de Friedrich von Mieg ( 1779-1782) permet de situer le bâtiment dans la ville. Selon les découvertes de J. Kowalczyk la construction du château s’effectue entre 1687 et 1694. Le maitre d’ouvrage du projet serait l’architecte Augustyn Wincenty Locci et le maitre d’œuvre Piotr Beber.

Détail issu de la carte de la Pologne dressée par Guillaume de l’Isle vers 1700, BnF Gallica.

L’historien Mykola Bevz propose une nouvelle interprétation du château de bois peint en rouge qui aurait donné le nom de la ville fondée en même temps. Il conclu que c’était une nouvelle résidence d’été du roi dans une région qu’il appréciait loin de l’étiquette de Varsovie ou Jovkva.

Détail du plan Mieg sur la ville de Kukizów, 1779-1783.

La distribution du château

La distribution est connue par les travaux de Jerzy Kowalczyk qui propose une première reconstitution des deux étages basée sur les inventaires de 1741. C’est un bâtiment double en profondeur avec deux axes d’enfilade l’un donnant sur la cour l’autre sur le jardin. Au centre du bâtiment se trouve la grande salle basse (“sala dolna wielka”)qui est un vaste vestibule sur deux niveaux avec l’escalier central et coursive qui distribuent les différents niveaux.

Reconstitution de la distribution par J.Kowalczyk.


Au rez-de-chaussée depuis la cour se trouvent les pièces de réceptions. Sur la cour le visiteur accède de main gauche à une antichambre, un cabinet et une garde robe et de main droite à une chambre à coucher (pokoj kedensowy), un cabinet et une garde robe. Sur le jardin il y a deux ensembles similaires à gauche et à droite constitués d’une salle à manger (izba stolowa), d’un cabinet et d’une alcôve. A l’étage se trouvent des séries d’appartements privés avec pour chacun un cabinet, une chambre et une garde robe.

Reconstitution de la distribution par Mykola Bevz

Les travaux de Bevz ont permis d’affiner cette distribution et de proposer un autre plan. Mais les grandes caractéristiques restent les mêmes en dehors du corridor et du positionnement des escaliers centraux. En 1696, le décor extérieur n’est pas terminée. L’intérieur possède des poêles des ateliers de Sieniawa. En 1739, la décoration intérieure (peinture et orfèvrerie) est réalisée par l’atelier de Antonio Castelli et Bazyli Petranowicz.

Reconstitution du château par Mykola Bevz

Ainsi selon ses différentes propositions de plans, le château ne possède pas de galerie mais un corridor central. 

L’inventaire des oeuvres d’art du fonds Charlotte Sobieska de la Tour d’Auvergne

Plusieurs inventaires sont réalisés lors de la vente en 1739 au grand hetman de Lituanie Michel Casimir Radziwiłł et, ensuite, lors de son décès le 8 mai 1740. Certains se trouvent aux archives nationales série 273AP. Écrit en polonais, l’inventaire des oeuvres d’art a pour titre “Registre des images qui ont été prises à Kukizow le 21 avril 1739” (Regest. Obrazow ktorę się biorą cto Kukizowa ed.(?) 21 aprilis 1739 anno spissany).

Détail du titre de l’inventaire.

Cet inventaire en polonais et latin est daté du 21 avril 1739. Le responsable explique qu’il a fait la liste de 241 oeuvres dans le château sans compter deux oeuvres de la bibliothèque et deux de la chapelle “peintes sur le marbre”. Ainsi ce sont 245 oeuvres au total selon les dires du responsable. Mais dans l’inventaire se trouvent moins de numéros : une première partie pour le rez-de-chaussée avec 89 entrées, puis 27 dans les chambres et enfin les 9 de la chapelle. Au total 125 entrées par un numéro dans l’inventaire. On peut penser soit qu’il manque une partie de l’inventaire ou bien que certains numéros représentent plusieurs oeuvres.

 

Les titres sont très lapidaires : formé du mot “tableau (obraz)” puis de deux numéros et d’une description d’une ligne désignant essentiellement le sujet comme “une reine polonaise” (“krowolka polska”) ou “une bataille” (“batalye”) par exemple. Mais ces titres sont parfois plus descriptifs : “un tableau représentant un berger avec des cosaques et un autre avec des cosaques, une dame sur un âne et un homme sur un cheval” (“obraz […] reprezentiycy ieden Pastryze z kozachami y drugi tackze z kozlami y na Osiolku Biatagtowa na konzci Maszcyzna”) ou encore “tableau représentant ‘La Mère de Dieu aux trois mains’ portant l’enfant Jésus et saint Jean” (“obraz Mayswiptszey Panny trzy maia co Pa Jezusa y S. Jan”).

La représentation des genres dans l’inventaire

Leur analyse ne peut se faire que du point de vue du sujet car ni la technique ni le support ne sont indiqués. On peut supposer que ce sont des œuvres d’art en majorité peinte comme le laisse supposer le terme (obraz) sur différents supports. Elles sont encadrés et parfois avec un verre de protection.

Ecole hollandaise, Paysage fantastique avec une cascade, Wilanów, Muzeum Pałacu Króla Jana III.

Patrick Michel a distribué les genres dans son ouvrage sur les collections Peinture et plaisir en plusieurs catégories stylistiques qui se démarquent en partie de celles de l’Académie qui ne sont plus appréciées par les collectionneurs. Elles sont dans un ordre décroissant : Paysage, Genre, Religion, Mythologie, Portrait, Nature morte, Architecture, Marines, Histoire et Batailles. Dans l’inventaire de Kukizów, il se trouve ainsi approximativement les portraits avec 45%, puis les tableaux religieux avec 20%, le genre avec 10%, les natures mortes avec 8% et les cinq autres genres sont chacun en dessous des 5% (au total 12%).

https://www.wilanow-palac.pl/image.php/39089_in_article/martwa_natura.jpg
Floris van Schooten, Nature morte aux fraises, olives et citron, Wilanów, Muzeum Pałacu Króla Jana III.

 

Mais l’inventaire de Kukizów ne donne aucun nom d’artiste ou d’école. Ce peu d’information semble ne pas faire pencher la collection du coté esthétique. Il est aussi bien peu aisé de connaitre la valeur financière des œuvres puisque l’inventaire n’en donne aucune estimation. Cet inventaire a peut-être deux origines soit ce sont les oeuvres que la famille Sobieski conserve et prévoit de déménager dans une autre demeure soit c’est un inventaire préparatif aux ventes.

L’exposition des œuvres

La disposition des tableaux n’est pas connue. Elle est peut-être liée aux deux numéros qui sont indiqués dans l’inventaire. Malheureusement nous ne savons pas à quoi exactement ils renvoient. Il faut tenter d’imaginer la disposition dans les intérieurs à partir d’autres exemples. Les comparaisons avec les châteaux de la région peuvent servir de point de départ.

Napoleon Orda, Podhorce, Polona.

On peut penser à la disposition du château de château de Pidhirtsi (ou Podhorce en polonais ou en ukrainien Підгорецький замок) construit entre 1635 et 1640. En 1682, il devient résidence de Jacub Sobiesk. Ses intérieurs sont analysés par Jan K. Ostrowski, Jerzy T. Petrus à partir principalement d’un inventaire de 1768. Au XVIIe siècle, il semble que ce château ait été créé pour glorifier le hetman comme héros militaire sous l’auspice du dieu Mars et comme symbole de la défense de la foi catholique contre les Ottomans. Le décor a été conservé par les Sobieski par la suite puis modifié en partie par les nouveaux propriétaires Rzewuski à partir de 1729 et au XIXe siècle.

 

Les appartements de parades au premier étage abondent en tableaux quitte à les plier pour les faire tenir dans les angles (comme au Val-de-Grâce pour les tableaux de Philippe de Chanpaigne). Le niveau inférieur possède moins de tableaux. Il est très difficile très d’établir l’idée directrice des choix dans l’organisation des œuvres. La peur du vide semble primer. Dans une même salle, les sujets peuvent être divers : on peut trouver des toiles religieuses et mythologiques, aussi bien que des paysages et des portraits. La valeur esthétique de l’ensemble prime sur la logique distributive.

Salle dorée (salon), XIX-XXe siècle, Polona.

Ainsi La salle doré (salon principal) possède 17 oeuvres encadrés dans murs de boiserie. Ce sont des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, des images de saints, un portrait, deux scènes de genre et deux natures mortes. Les lambris semblent dicter l’organisation en fonction des formats et de la disposition. 


Façade du palais à la fin du XVIIIe siècle, dessin de J.K. Jaworki, Muzeum Historyczne we Lwowie.

La disposition peut être aussi similaire au château de Żółkiew (Жовква) connu par les études des historiens Aleksandra Jakóbczyk-Gola et de Tadeusz Bernatowicz à partir des inventaires de 1726 et 1750. Ces inventaires décrivent une vaste collection. La plus grande partie des tableaux se trouve regroupé dans la salle à manger et le salon. Certaines peintures étaient accrochées dans des pièces plus petites. Parmi les salles, les inventaires mentionnent des galeries mais il est difficile de savoir s’il s’agissait de pièces communicantes ou de pièces de représentation avec des peintures. Dans cet inventaire, la collection a une valeur esthétique importante avec surtout des maitres italiens et français, ce qui montre bien le rôle crucial de ce château comme lieux des cérémonies et de la résidence de la cour. Ainsi le roi veut rivaliser avec les plus grands princes européens. 

Château de Jovkva chambre du jardin avec une alcôve au XIXe siècle, Biblioteka Narodowa

En conclusion, l’organisation des tableaux de Kukizów semblerait montrer un mélange de tradition (galerie des ancêtres) et de collection esthétique pouvant plus ou moins bouger en fonction des envies du propriétaire. Le chaos semble régner dans un inventaire lacunaire. Mais la dynastie et la religion semble être les piliers de cette liste. L’analyse des genres dans l’inventaire de 1739 permettra de mieux l’approcher. Il s’agira de mieux comprendre les grands axes du discours déployés a travers les tableaux de l’inventaire. 

La fin du château

En 1740, le chateau est vendu à Michał Kazimierz Radziwiłł. Ce dernier est entrainé devant les tribunaux par Jan Tarło staroste de Podolie et voivode de Sandomierz envers qui il a des dettes importantes. Le grand hetman de Lituanie gagne devant les tribunaux et conserve le château de Kukizów. Le voivode tente de récupérer la ville par la force sans y parvenir.

Augustyn Myris, Jan Tarło, Sandomierz

La demeure passe au fils du hetman le voivoide de Vilnius Karol Stanisław Radziwiłł qui le vend en 1764 à Anna Jabłonowska épouse du voivoide de Bracław Jan Kajetan Jabłonowski. En 1800 à sa mort le bien est cédé à la famille Strzelecki. Le château disparait au court du XIXe siècle.

Michał Kazimierz Radziwiłł “Rybeńko”, obraz prawdopodobnie pędzla S.A. Mirysa, zbiory muzeum w Mińsku na Białorusi

La collection est peut être restée dans le château jusqu’en 1741. Une partie vendue au grand hetman puis à la famille Rzewuski. L’autre partie peut-être envoyée dans les résidences de la famille la Tour d’Auvergne en France.

Bibliographie

Aftanazy (Roman), Dzieje rezydencji na dawnych kresach Rzeczypospolitej, wyd. drugie przejrzane i uzupełnione, t. 7: Województwo ruskie, Ziemia Halicka i Lwowska, Wrocław: Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1995, p. 333-336,

Bernatowicz (Tadeusz), Królewska rezydencja w Żółkwi w XVIII wieku, Muzeum Pałac w Wilanowie, Warszawa 2009.

Bevz (Mykola), “The wooden architectural complex of the city and royal residence of the John III Sobieski in Kukizów”, Budownictwo i Architektura, 18(4), 2020, p. 59-82

Finkel (Ludwik), Inwentarz Zamku Żółkiewskiego z roku 1726, Kraków, Akademia Umiejętności, 1891.

Gębarowicz (Mieczysław), Pałac w Kukizowie”, dans Szkice z historii sztuki XVII wieku., Toruń, 1966, p. 231-245.

Ostrowski (Jan K.) et Petrus (Jerzy T.), Podhorce. Dzieje wnętrz pałacowych i galerii obrazów, Kraków, Zamek Królewski na Wawelu, 2001.

Michel (Patrick), Peinture et plaisir : les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search