Archives par mot-clé : France

« Mr le comte de Rasoumowski hetman de l’Ukraine comme président de l’académie », la rencontre avec Charles de Saxe-Pologne

L’histoire des hetmans d’Ukraine n’est pas très bien connue actuellement en France. Au XVIIIe siècle, l’importance de leur position était pourtant remarqué par les puissances étrangères. Gregoire Orlyck avait trouvé refuge en France après la destruction du camps “mazepiste” en Russie. L’empire russe, après une période de domination du parti “allemand” se tourne vers 1750 auprès de la France et de la Saxe-Pologne pour contrer l’influence de l’Angleterre et de la Prusse. C’est dans ce cadre que nous allons expliquer la rencontre de l’hetman Kirill Razumovsky avec Charles de Saxe, fils du roi de Pologne.

Razumovsky et l’impératrice

Le comte Kirill Grigorievitch Razoumovski est devenu hetman d’Ukraine en 1750 grâce à l’impératrice Élisabeth. Né le 18 mars 1724 dans une famille de petite noblesse cosaque les Rozum, il est appelé à poursuivre ses études à la capitale de l’empire russe en 1742 par son frère Alexei, favori de l’impératrice. Ce dernier l’épouse secrètement la même année. Il était devenu l’homme fort de la Russie car il avait fomenté en 1741 un coup d’état pour placer Elisabeth sur le trône. Il avait été réalisé avec le soutien de l’ambassadeur de France contre les Allemands et la politique du favori Ernst Johann Biron, duc de Courlande déjà écarté du pouvoir depuis 1740.

Louis Tocqué, Kirill Razumovsky, Wikicommons.

Le jeune Kirill fut envoyé en 1743 en voyage à Konigsberg, Berlin et Strasbourg pour parfaire ses connaissances. Il fut fait comte de l’empire russe en 1744. Il retourna dans l’empire en 1745. Son frère Alexei avait convaincu l’impératrice lors du voyage en Ukraine de restaurer l’hetmanat et le chapitre du métropole de Kyiv.

Anonyme, Alexei Razumovsky, Wikicommons.

Très apprécié à la cour, Kirill se fit très vite remarquer par l’impératrice par sa prestance et ses talents de courtisan. Il épousa en 1746 une parente de l’impératrice la comtesse Ekaterina Ivanovna. Elle le nomma directeur de l’académie des sciences de Saint-Petersbourg, devenant ainsi le premier non Allemand à la tête de cette institution.

Le renouveau de l’hetmanat

Carte de l’Ukriane vers 1720, Wikicommons.

En 1747, l’impératrice décida de donner « toutes les libertés, droits et privilèges, qui depuis le moment de l’acceptation sous l’empire russe de l’Hetman Bohdan Khmelnytskyi, à l’armée Zaparogue et tout le peuple de la Petite Russie[Ukrainien] »1. Ce décret de l’impératrice est une surprise puisque l’hemanat n’avait plus de dirigeant depuis 1734. Le 18 janvier 1750 le gouvernement russe a choisit le jeune Kirill Razumovsky comme hetman d’ Ukraine. Une parodie d’élection est réalisée sans même la présence de Kirill puis le nouvel hetman est intronisé lors d’une cérémonie à Hloukhiv (Ghloukov) le 22 février 1750. La ville était devenue la nouvelle capitale de l’hetmanat en 1708 après la destruction de Batouryn par le tsar Pierre le grand. Le comte Ivan Simonovitch Gendrikov est chargé d’accompagner le nouvel hetman et de garantir la bonne tenue de son élection. Le nouvel hetman à pour titre « Le plus haut majestueux de toute la petite Russie, des deux côtés du Dniepr et des troupes de l’Hetman de Zaporoguie de Sa Majesté impériale, chambellan, chevalier de divers ordres, président de l’Académie impériale des sciences, gardes du corps du régiment Izmailovsky, lieutenant-colonel, comte de l’Empire russe, etc. » 2. La création de l’entité est vue comme un moyen de contrer l’influence polonaise.

Plan de l’hetmanat en 1785[détail], Wikicommons.

Le nouvel hetman met en place une réforme judiciaire et militaire chez les cosaques. Il recréé une aristocratie et fait reconstruire Batouryn avec un palais par l’architecte anglais Charles Cameron. En 1754, l’union douanière est faite entre l’hetmanat et l’empire. Les officiers doivent être confirmé par le gouvernement et des conseillers russes supervisent l’armée cosaque sous l’autorité du conseil des affaires étrangères du Sénat. Il est chargé de s’occuper des menaces Tatars sur les frontières du sud de l’empire. Plusieurs lettres diplomatiques des années 1755-56 faisaient craindre une attaque Turco-Tatars sur Kiev. Alors que la Russie entre en conflit en 1756 contre la Prusse et l’Angleterre, l’hetman est rappelé à Saint-Pétersbourg par l’impératrice. Elle le charge d’e d’encadrer des troupes ukrainiennes autour de Belgorod jusqu’au camps de Zaporijjia. Il doit surveiller les frontières et empêcher l’entrée d’agent prussien et mettre fin aux émeutes dans la zone. De retour à la cour, il fut de plus en plus proche de l’impératrice dont la santé se détériore de plus en plus. Le hetman se noue d’amitié avec la grande duchesse Catherine, et de son amant Stanislas Poniatowski 3. En août 1756, le peintre Louis Tocqué réalise son portrait. Les ministres comme Ivan Chouvalov et le clan de l’héritier Pierre voyait mal son pouvoir grandissant à la cour et il fut renvoyé en 1757 à Kyiv. Il revient épisodiquement à la cour et concentre son temps à l’administration de l’académie des sciences.

Le hetman et le prince Charles

C’est dans ce contexte que le prince Charles arrive à la cour de Russie au printemps 1758. Ses secrétaires en ont tenu un journal de voyage, aujourd’hui aux archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78).

Ferdinand Wilhelm Sidaw, Portrait présumé de Charles de Saxe, Herder-Institut für historische Ostmitteleuropaforschung, Marburg.

Le prince est arrivé le 16 avril 1758 à la cour de Russie. Il demande une audience à l’impératrice et se rend les jours suivant aux divers cérémonie de la cour où il rencontre le grand-duc Pierre et son épouse Catherine. Puis le lundi 1er mai 1758, il rencontre les frères Razumovsky : « vers le soir [le prince Charles] alla voir Mrs les deux comtes Razumowski et resta à souper chez le hetman de ce nom ». Le jour suivant, il se rendit au bal pour l’anniversaire de la grande duchesse. Puis le 3 mai il reçu la visite de l’hetman. Les jours suivant sont faits de dîners et de bals. Le prince ne peut voir l’impératrice souffrante depuis plusieurs jours. Il visite le 12 mai « Catharinen-Hoff [Palais Catherine construit en 1724], maison de plaisance, que Sa Majesté l’impératrice fréquente en été préférablement à d’autres endroits des environ de Petersbourg ». Il va voir les jours suivants : l’Amirauté, l’abbaye des Recollets, ou encore la comédie française. Le grand duc s’entretient souvent avec lui. Il fréquente l’ambassadeur de France ou de Suède. Ainsi le 20 mai, « S.A.R. après avoir entendu la sainte messe reçut plusieurs visites des principaux seigneurs qui sont ici, ainsi que celle de Mr l’ambassadeur de France avec lequel elle s’est entretenu jusqu’à l’heure du dîner, qu’elle a pris chez Mr le hetman de l’Ukraine, comte de Razumowski, y ayant été invitée avec toute sa suite depuis quelques jours, et où après le repas elle a entendu un magnifique concert de musique ». Il voit la grande-duchesse le 21 après une longue période de maladie. Il reçoit les nouvelles de Varsovie le 23 mai 1758.

Il décide après de s’éloigner de la cour. Ainsi le 24, il va visiter la forteresse de Chlisselbourg « situé bord du lac Ladoga à 60 Wersses d’ici ». Il s’y rend avec une nombreuse suite : le baron de Bos, envoyé de Suède, le comte de Razumowski hetman de l’Ukraine avec son compagnon Mr de Tepelow, comte de Sapieha, palatin de Smolensk, comte de Poniatowski, stolnik de Lituanie avec ses compagnons, Mrs Ogrozki et Rozen, comte Rzesuski notaire de camps de la couronne, comte Czernieszew, chambellan de S.M. impériale, comte de Brühl, staroste de Varsovie avec sa suite, Mrs le baron de Berlepsoh et l’abbé Victor, le général Le Fort, le général de Lachinal, comte de Einsidel, comte Branicki, chambellans du roi, Mr le gentilhomme de la chambre Butturlin, Mrs de Ronikier et de Medern, chambellans de S.M. le roi, le gentilhomme de la chambre Dzierzbiecki, le major d’Oettingen, comte Potocki, et Mr de Kartowski ». Il arrivé à la forteresse à sept heures. Avec pour guide l’amiral prince de Inssupow, il fit en bateau le tour du château « où l’on ne laisse entrer personne ». C’est « une espèce de fort situé sur une très petite île qui se trouve à l’embouchure de la Newa ».

Très préoccupé par le devoir de dévotion, le jour suivant, pour la fête-dieu, il oblige toute la suite à se rendre à la messe. Il visite la ville au son des canons et alla à la chasse aux bécassines avec le baron de Bos et l’hetman. A son retour, il reçoit de la part de l’impératrice un « surtout de drap d’argent doublé de martres Sibellines [Zibeline], et un manchon de la même espèce. Il retourne le 26 mais à la cour. De retour à Saint-Pétersbourg, il se rendit « voir le palais de Mr le feld-maréchal et grand veneur, comte de Razumowski [palais Anichkov qui fut donné à Alexei Razumovsky par l’impératrice], où elle prit le plaisir de le faire « tourner sur une balançoire à la manière du pays ». Le soir, il est invité par l’impératrice et le grand-duc.

Louis Tocqué, L’impératrice Elisabeth, Wikicommons.

Le 27 le prince se repose puis le 28, il fut reçu par l’envoyé du Danemark puis par le Grand-Duc qui furent ensuite tout deux reçus par l’impératrice « dans une chambre ». Le prince lui remit une lettre de son père le roi de Pologne. Le 29 mai, le prince alla diner « avec Mr le hetman d’Ukraine. Mgr le grand duc étant venu la voir à 5 heures passées, S.A.R. lui donna un magnifique concert de musique exécuté par les chanteurs et par les premiers musiciens de la cour impériale, et auquel ces deux grands princes se firent aussi entendre. La musique finie l’on soupa à une table de 25 couverts, et le repas a été si gai, que la compagnie ne se sépara qu’a minuit et demie. Mr le comte Iwan Iwanovig de Schuewalow y arriva aussi, quoiqu’il y eut été déjà 11 heures du soir ».

Georg Friedrich Schmidt, Pierre comte Chouvalov, Wikicommons.

Le 30 mai, il se rendit au théâtre et le 31 à l’opéra où « s’y entretenant pendant les deux premiers actes avec leurs altesses impériales monseigneur le grand duc et madame la duchesse. Mais ayant été engagé a la fin du 2e acte d’entrer dans la loge de l’impératrice, la conversation avec sa majesté ne finit qu’avec le spectacle, c’est à dire à minuit ».

A suivre…

Notes

1.Putro (Olexii Ivanovitch),Hetman Kyrill Razumovsky et son temps (extrait de l’histoire de la formation de l’État ukrainien au XVIIIe siècle p.37. Le décret est appelé “Sur l’existence d’un hetman en Ukraine selon les lois et coutumes de ce pays [Про буття в Україні гетьмана згідно тамтешніх прав та звичаїв]”. 2. Ibid., p.47. 3. Ibid., p.69.

Sur la bataille de Zorndorf (25 août 1758) : bravoure, peur et massacre selon le prince Charles de Saxe

Introduction

Le 16 mars 1758, le roi de Pologne Auguste III envoie son fils Charles de Saxe à la cour de Saint-Pétersbourg où il arrive le 5 avril 1758. Le prince a tenu un journal de son voyage, aujourd’hui aux archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78). Il envoya aussi de nombreuses lettres (BPP, archives Xavier de Saxe, n°74). Il existe une biographie du prince par Bolesław Łopaciński qui mentionne très peu les événements auquel pris part le prince en Poméranie1. Nous savons qu’il fut présent à la célèbre bataille de Zorndorf (actuellement Sarbinowo en Pologne) du 25 août 1758 qui opposa l’armée prussienne de Frédéric II à l’armée russe du général Guillaume Fermor. Victoire à la Pyrrhus, elle est pourtant pour Frédéric II un grand moment après le succès de Leuthen (5 décembre 1757) face aux Autrichiens. Il a contré sur ses domaines une attaque russe qui paraissait plus forte. Mais elle marque aussi la fin de la possibilité de conquête en Moravie où ses troupes ne sont pas parvenues à percer face à celles de Kaunitz. C’est pour Frédéric II le temps de la protection de ses territoires plus que de poursuivre ses rêves d’expansion. Elle oblige néanmoins les Russes à se retirer en Pologne laissant les Autrichiens seuls sur le front silésien.

F. Wexelberg, Bataille de Zorndorf, plan de 1820, collection privée.

Nous connaissons par le journal publié au XIXe siècle (sujet à caution), ce qu’aurait pensé la princesse Sophie Frédérique Augusta d’Anhalt-Zerbst, future impératrice Catherine II, du comportement du prince Charles de Saxe lors de cette bataille. Selon les Mémoires de l’impératrice Catherine II  : « le prince Charles de Saxe arriva effectivement, le 5 avril de cette année [1758], à Saint-Pétersbourg. On le reçut avec beaucoup de cérémonie et un grand étalage de magnificence et de splendeur » et elle le rencontra à la cour « ce fut moi qui fis la conversation car le grand duc ne voulut quasi pas parler, et le prince Charles n’était pas parlant »2 et ensuite elle rajoute que le prince s’en irait à l’armée comme volontaire. Plus loin, elle explique que «le prince Charles de Saxe était venu pour la seconde fois à Saint-Pétersbourg. Le grand-duc l’avait assez cavalièrement reçu la première fois, mais cette seconde fois Son Altesse Impériale se croyait autorisé de ne garder avec lui aucune mesure, et voici pourquoi. A l’armée russe, ce n’était pas un secret qu’à la bataille de Zorndorf le prince Charles de Saxe avait été un des premiers à fuir; on disait même qu’il avait poussé cette fuite sans s’arrêter jusqu’à Landsberg. Or Son Altesse Impériale, ayant entendu cela, prit la résolution qu’en qualité de poltron avéré il ne lui parlerait plus, ni ne voulait avoir affaire avec lui. A ceci il y a toute apparence que la princesse de Courlande, fille de Biren, dont j’ai déjà souvent eu l’occasion de parler, ne contribuait pas peu, parce qu’on commençait alors à chuchoter que le projet était de faire le prince Charles de Saxe, duc de Courlande »3. Le couple était alors très proche de Hedvig Elizabeth von Biron, princesse de Courlande fille du Ernst von Biron alors emprisonné ce qui explique peut-être la vision négative du rôle du prince dans la bataille. Il aurait agit lâchement en s’enfuyant. Pourtant l’impératrice Élisabeth le fait duc de Courlande après cette bataille, ce qui entre en contradiction avec cette description négative de son comportement.

Georg Cristoph Grooth, Sophie Frédérique Augusta d’Anhalt-Zerbs (future Catherine II) et son époux Karl Peter Ulrich de Holstein-Gottorp (futur Pierre III), Musée d’art d’Odessa.

Mais qu’en est-il réellement ? Qu’écrit-il sur cette bataille ? Il existe plusieurs lettres du prince Charles à son frère Xavier qui donnent une autre vision de la bataille : ce sont six lettres du 1er juin et 19 juin, 26 juin 1758 à Saint-Petersbourg, avant la bataille et une depuis le château de Tamsel (Nouvelle-Marche (Neumark) dans le Brandebourg, actuellement en Pologne dans le village de Dąbroszyn) du 18 août 1758 puis une de Landsberg (Gorzów Wielkopolski) du 6 septembre 1758, et une de Stargond[?] du 11 octobre et en dernier une de Drambourg sur la Tramburg (Drawsko Pomorskie), du 29 octobre 1758 (BPP, archives Xavier de Saxe n°74) donc après les combats. Elles sont écrites en français avec des parties en secret (sûrement au citron) en allemand ou français devenues en grande partie malheureusement illisibles. Nous les donnons en entier avec une transcription dans une forme contemporaine.

Avant la bataille : le prince à Saint-Pétersbourg

Pietro Rotari, Charles de Saxe, SKD.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, ce 1er juin 1758

Mon très cher frère,

Je suis dans des craintes mortelles que vous ne croyez que c’est paresse ou négligence de ma part de ne vous avoir répondu encore que deux mots sur votre chère lettre n°2 et rien du tout sur votre chère n°3, et rien ne peut me rassurer là-dessus que l’espérance que j’ai que vous êtes assez persuadé de mon parfait et sincère attachement envers vous pour que vous me justifiez vous même en attribuant mon long silence au peu de temps que j’ai à moi. C’est aussi avec un empressement sans égal que je ne saisis ces peu de moments pour vous marquer mon très cher frère la joie bien sensible que me causent les assurances de votre chère et précieuse amitié.

Je suis bien aise de savoir que le séjour de Vienne vous est devenu si agréable que vous auriez souhaité de pouvoir vous y arrêter plus longtemps, je ne m’en étonne aucunement quand on se trouve à une cour impériale où l’empereur et l’impératrice vous comblent de milles marques de bonté et d’amitié, je sens ici par moi-même combien que cela est doux et agréable. Je vous fais pas ici une description de toutes les bontés que S.M. l’impératrice [Elisabeth Ire] ici pour moi car je ne finirais jamais si je commençais à le détailler. Tout ce que je ne puis me dispenser de vous en dire est qu’elle me marque des vraies bontés de mère et qu’assurément elle trouve en moi un fils qui lui en sera toute sa vie respectueusement reconnaissant. Mes occupations et amusements d’ici vous les trouverez dans la continuation du journal que je vous enjoins ici. Vous y verrez que S.M. l’impératrice m’a fait présent d’une magnifique pelisse de Zibeline [animal de Mongolie] lorsque j’étais à Schlußalburg[sic] pour voir le fameux canal de Pierre le grand qui est long de 104 vertes par lequel viennent ici toutes ou du moins la plus grande partie des subsistances de l’intérieur de la Russie. J’ai mon très cher frère aussi bien que vous avez eu à Vienne le plaisir de parcourir les loges au théâtre du palais d’été ou 3 fois par semaine il y a opéra comique et les jours qu’il y a comédie française ou intermezzo à la cour comme l’on y reste en cérémonie et que je suis avec le grand duc et Madame la grande duchesse dans la loge vis-à- vis celle de S.M. l’impératrice. Je me rends toujours au théâtre au moins une heure avant que le spectacle commence profitant de la compagnie des belles dames qui s’y assemblent. Il y en a beaucoup de bien belles qui peuvent se disputer la préférence mais toutes en générale sont d’un maintient très agréable. Tous ces amusements me seraient bien plus de plaisir et je les goutterais davantage si c’était dans un autre temps et si mon désir de me rendre à l’armée en fut aussi grand qu’il est. Mon départ ne peut pas encore être fixé. S.M. l’impératrice ne m’ayant absolument pas voulu laisser partir lorsque je lui marquais que j’avais l’ordre du roi de lui demander la permission de me rendre à l’armée elle veut premièrement que j’aille avec elle la semaine prochaine à Peterhof.

Je vous envoie mon très cher frère la satisfaction que vous aurez de revoir deux de nos chers sœurs, que ne puis je voler pour profiter conjointement avec vous de ce plaisir, cela m’en procure [ill.] autre duquel je me vois privé depuis quelque temps, c’est de pouvoir en vous embrasser, convaincre de bouche de la tendresse de mon attachement qui ne cessera qu’avec ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

P.S. mes compliments s’il vous plait à toute votre suite mais surtout au petit Solms et au baron baron de la baronnie Wreichsel.

[en secret illisible]

Portrait d’Elisabeth Petrovna, Google arts.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, 19ème juin 1758.

Mon très cher frère,

Ayant appris par la lettre de Solms et par le journal qu’il m’a envoyé que vous ne vous arrêteriez pas longtemps à Munich, je compte que cette lettre vous trouvera déjà à Versailles. Qui ne vous envierait dans ma situation la satisfaction de revoir deux chères sœurs, je ne puis penser a la joie que cela vous cause sans souhaiter d’avoir pu partager ce bonheur avec vous et il n’y a que l’espérance d’être aussi heureux un jour qui puisse me consoler de n’avoir été de votre voyage. Je vous envois ici le journal de mes occupations et amusements. Vous y verrez mon très cher frère que je suis à la cour d’une impératrice qui me comble tous les jours de nouvelles marques de ses bontés. Il n’y a que le désir de me rendre à l’armée qui puisse m’empêcher de regretter à quitter une aussi belle brillante cour. Conservez je vous conjure quelque part dans votre amitié pour un frère qui prétend la mériter par le sincère et inviolable attachement avec lequel je suis et sera à jamais, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

Lettre de Charles à Xavier : Saint-Pétersbourg, ce 26 juin 1758

Monsieur mon très cher frère,

J’ai reçu avec bien du plaisir votre chère lettre du 2 d.c. de Munich voyant que vos amusements d’un endroit ou sans compter la joie de revoir une sœur que vous n’aviez plus vu depuis 11 années. Vous nagez dans les plaisir ne vous ont pas empêché de vous souvenir de moi. Vous me faites mon très cher frère des injustes reproches que je ne vous envoie pas le journal de mes occupations puisque je vous l’ai déjà envoyé plusieurs fois et vous voyez par le numéro de celle-ci que j’ai été aussi excut[sic] qu’il m’a été possible dans ma correspondance avec vous malgré que je n’ai guère de temps à moi. Je serais bien fâché si quelqu’une de mes lettres se fut perdues car cela vous pourrait laisser croire que je suis négligeant à donner de mes nouvelles. Je n’ai pas le temps de vous dire aujourd’hui davantage étant occupé à faire mes arrangements pour le voyage de Peterhof où j’irai ce soir ou demain matin. Comme je crois que cette lettre vous trouvera auprès de la dauphine je vous prie de me rappeler le plus souvent qu’il sera possible dans mon cher souvenir.

Continuez moi je vous conjure votre chère amitié et croyez que je serai jusqu’à la fin de mes jours en vous aimant tendrement et sincèrement, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

Excusez-moi mon griffonnage. N’oubliez pas de faire mon salamalek au Longinus et à Weichsel. Je ne resterai que 10 ou 12 jours à Petershof et partirai de là à l’armée qui est déjà assez avancée en Poméranie. Je vous enverrai le jour de mon départ mon journal.

[Encre blanche illisible en allemand ]

La bataille selon le prince Charles de Saxe

Lettre de Charles à Xavier : Temsel, ce 18ème août 1758

N°1 depuis que je suis à l’armée car j’ai oublié l’autre n° .

Doerfer, Bataille bey Zorndorf, collection privée.

Mon très cher frère,

J’ai eu tant à faire perdant mon séjour à Varsovie que je ne sais si je vous ai écrit ou non dans cette incertitude je vous dirai en qui[sic] de mots qu’étant venu de Peterhof en 10 jours sans dormir une seule nuit à Varsovie je m’y arrêtais 9 jours ce fut le 1er de courant que je partis de là pour l’armée laquelle je ne joignis que de 4e après midi auprès de KonigsWalls[sic].

Pardonnez que je ne rapporte sur le journal que je vous envoie par Geitulewicz autrement et Mantelsult[sic], vous savez combien il y à faire auprès d’une armée (quoique celle-ci est depuis 3 jours assez tranquille) ce qui me fait espérer que vous m’excuserez si je ne vous fais moi même le détail de ce qui se passe à cette armée. Ayant cependant aujourd’hui quelques moments à moi, je ne puis me disperser de vous donner un petit échantillon de la bravoure des Russes et la description de la nouvelle méthode d’attaquer et brûler toute une ville en peu d’heures.

Notre armée à l’exécution de la division sous les ordres du [lieutenant général] Romanzow (dont la fleur est la plus belle d’aimable femme de Pétersbourg mariée au colonel comte Bruss) laquelle est dispersée dans toute cette NauMord[sic] pour entrer les contributions s’étant le 14 rassemblée à 2 miles de Curstin[sic]. Il fut résolu après qu’on avait reconnu pendant deux jours le terrain devant cette ville que l’on attaquerait le 13e au matin les faubourgs devant cette ville (où il faut aller plus d’un quart d’heure exposé a tout le camp de la ville) avec 4e grenadiers, comme j’appris cela je fus curieux de le voir c’est pourquoi je me logeais cette nuit à une demie heure derrière nos postes avancés dans le quartier que j’occupe encore le 15 au matin.

Je fus à 4 du matin voir les disposition que le quartier maître général Wossel[sic], qui devait commander l’attaque, ferait. Je m’avançais avec lui aussi près qu’il fut possible de la ville dont mon grand étonnement l’on nous tira aucun coup de canon. Nous étant bien avancé, nous trouvâmes entre la ville et les faubourgs un camps d’infanterie lequel, autant qu’on pouvait en découvrir, était au moins de 2m [2000] hommes il n’y avait pas été les jours précédents et nous vîmes encore sortir de la ville par le pont, qui est par dessus le marais lequel sépare la ville d’avec les faubourgs, plus d’infanterie ce qui nous fit croire que les ennemis avertis de notre dessein se préparaient à défendre les faubourgs et à nous y bien recevoir. Les hussards noirs s’avancèrent sur les nôtres et nos calmuques[sic pour kalmouk] lesquels voulurent donner dessus les Prussiens mais un bataillon avançât et s’étant mis sur les hauteurs devant les faubourgs nous canonna de bonne grâce. Nos hussards furent obligés de se replier vers le bois qui est à la portée du canon de la ville où la tête de nos grenadiers arrivait. L’on mit d’abord deux haubitz [howitzer ou canon court] et deux canons de 12litr [sic pour livres] sur une petite hauteur d’où l’on canonna ce bataillon prussien qui se retira dans les faubourgs.

Nous n’avions alors que 2m [2000] grenadier et les autres 2m étaient encore bien bien en arrière il fut cependant résolu d’attaquer. On les fit filer sous une hauteur ou pendant 300 pas ils étaient à l’abri du canon de la ville tout leurs soutien n’étaient que 2m tant hussards que calmouques. L’on chassa d’abord le peu de prussiens qui étaient auprès de la tuilerie où l’on mit deux batteries à la baguette dont l’une de deux haubitz de Szwalow. Ces fameuses pièces jetèrent des grenades royales dans la ville dont nous n’étions qu’à la demie partie du canon, l’autre était dirigée sur les Prussiens dans le faubourg et sur leur pont de communication. Alors les grenadiers passèrent la plaine, malgré le feu continuel de la place, les cosaques et nos hussards chassèrent en même temps les hussards prussiens jusque dans les faubourgs. L’infanterie prussienne surprise de la furie avec laquelle on marchait vers le faubourg et voyant que le canon tachait à casser leurs pont de communication avec la ville ne firent qu’une décharge sur nous et prirent honteusement la fuite, se sauvant en grande confusion dans la ville par le pont courant à qui plus vite nous laissant maîtres des faubourgs et abandonnant même une partie des tentes du petit camps et tous leurs staversacs[sic]. La 4ème de nos grenades royales mit le feu à la ville laquelle fut entièrement brûlée le soir à 11heures tout était à bas à 8 maisons près qui subsistent encore de même que le magasin à poudre qui a une triple voûte et nos bombes et grenades étant trop légères pour les pouvoir rompre quoique nos batteries ont été 24 heures à [battre?]. Nous n’avons eu que 13 ou 14 hommes de tués entre autre un capitaine des grenadiers.

Ne nous étant aucunement préparés à un siège, nous ne l’entreprendrons même pas et devons seulement laisser un corps devant cette ville pour que rien n’en puisse sortir de ce coté de l’Order[sic]. Toutes mes représentations pour nous en aller d’ici n’ont servis encore de rien notre jeun[sic] étant pas d’en faire le siège en forme ce qui nous ferait perdre un temps infini sans peut-être rien effectuer. Nous sommes déjà 3 jours ici à regarder la ville brûler et à jeter toutes les heures une bombe sans effet sur le magasin à poudre. Cette inaction met ma patience à bout et tout le magasin, que j’avais eu soin de prendre avec en campagne, tire vers sa fin et sera vidé en peu de jours si nous resterons si oisifs.

Bartholomäus Hübner et Christian Halbauer, Friedrich II. von Preußen et le prince Friedrich Wilhelm, Wiki common.

Parlons de choses qui me feront passer mon envie de gronder : c’est de votre chère du 16e juillet que je veux m’entretenir. J’ai reçu des chères lignes qui m’assurent de la continuation de votre amitié deux jours après mon arrivée à Landberg et je vous assure que j’ai longtemps souhaité de pouvoir vous écrire, mais il m’a été absolument impossible de trouver avant les moments présents un seul que j’eus pu employer pour vous marquer combien je regrette d’être privé du plaisir de vous pouvoir embrasser.

Faites milles compliments à Weichsel et n’oubliez pas Block ne dites rien au « Langen Teuffel » car je lui écrit moi même. Ma marmotte gronde tous les jours de ce que je ne le laisse pas assez dormir et il est infiniment sensible à votre gracieux souvenir. Il ne vous écrit pas parce qu’outre qu’il est trop paresseux, il craint que vous ne pourrez pas déchiffrer son écriture laquelle peut disputer la préférence à celle de Mniszech. Il se met à vos pieds. L’officier Schoyd de même et ce n’est pas sa faute si il n’est pas encore tué. Je vous annonce que vous êtes en disgrâce chez la Piltz Lauß puisque vous lui avez donné ce nom dans votre lettre. Tout ce qui est avec moi se met à vos pieds et moi je voudrais pouvoir me jeter à votre col pour vous embrasser tendrement et vous assurer que je serais toute ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné falet[sic], Charles

P.S. je vous fais mes sincères compliments et félicitations sur votre prochain jour de naissance vous souhaitent a cette occasion pas autre chose que ce que vous vous souhaitez vous même.

[encre blanche en partie illisible]

Montanus souhaite que Wolff n’ai plus à faire que lui car il n’a pas qu’a pressent eu autre chose à faire qu’à achever ce que Wolff à laisser d’imparfait. Tout mon équipage vit maintenant en suivant mon exemple et je n’ai renvoyé encore personne à Varsovie. A Pétersbourg, il y a des dames charmantes mais des maris bien sots et verbeux. Celle que je vous ai nommée dans ma lettre et sûrement la beauté de Pétersbourg mais une conduite irréprochable tout cela apparemment [ill.] de la Francisiu  si vous ne le comprenez pas. Weichls pourra vous l’expliquer.

[suite du secret en allemand illisible]

Lettre de Charles à Xavier : Landsberg, ce 6ème septembre 1758

n°2 rec. le 6 octobre

rep. le

Monsieur très cher frère

Pardonnez je vous prie je ne vous ai pas plus tôt envoyé la relation que vous trouverez dans le journal ci-joint de la bataille qui s’est donné le 25 d’août pour célébrer à grand bruit des canons votre jour de naissance, mais la confusion dans laquelle tout était jusqu’asteur[sic], m’a empêché de vous écrire tout ce dont je souhaitais depuis longtemps que vous fussiez instruit. Je profite maintenant de ces moments que mon incommodité ordinaire (der Konig Herodig) une force de rester au logis, pour vous adresser la présente. Quoique vous verrez dans le journal, une relation assez exacte de cette bataille ou plutôt massacre. Je ne puis me dispenser de vous dire que c’est la plus opiniâtre et sanglante à laquelle je me sois trouvé. Le camps parsemé auprès de Pilsnitz[sic] à la bataille du 22 novembre 1757 [bataille de Breslau] n’est rien en comparaison des morts qui restèrent sur le champs entre les villages de Kutzhberg [Kutzdorf actuellement Gudzisz], Zingert [Zincher actuellement Suchlica], et Zonerdorff [sic].

Je ne dis rien du carnage horrible que les Prussiens ont fait depuis 4 heures jusque vers la nuit dans le marais où tout était poussé puisque je n’en ai pu être témoin jusqu’à la fin. N’ayant vu avec une parti de l’aile droite dont tout fut ou haché ou pris, tellement entouré des ennemis que pour éviter de tomber entre leurs mains et de procurer au roi de Prusse la satisfaction de m’avoir pour prisonnier : il ne me resta plus d’autre partis à prendre que de sauter avec mon cheval dans la rivière Mietze [Myśla] à laquelle nous étions acculés et de là passer à la nage. Ce qui me réussit et à presque tous les volontaires qui étaient avec moi. Le général Saint André autrichien fut obligé de prendre le même partis, il y eut cependant son adjudant le capitaine Loccum pris derrière mon cheval. Les Prussiens nous tirèrent force de coups pendant que nous nagions mais il n’y eut qu’un officier volontaire russe de blessé et plusieurs chevaux de tués.

Tout était alors désespéré les Prussiens maîtres de tout notre canon et aucune retraite pour ce qui s’était retiré entre les marais qui étaient au dos de notre centre et entre la rivière de Mietze dont tous les ponts étaient rompus et gardés par les paysans. Le général chef Fermor et toute la généralité qui n’était pas prise ou tuée était dans cet état attendant d’être obligé de se rendre. Le général Fermor avait tenté de passer la rivière mais son cheval s’enfonça dans les marais dont cette rivière est bordée. Le général major de cavalerie Denikow ayant rassemblé 1500 hommes tant infanterie que cavalerie. Lesquels étaient bien résolu tomba lorsqu’il faisait déjà sombre sur le flanc droite et au dos des Prussiens: ceux ci dans l’obscurité vinrent tellement en désordre qu’ils se sauvèrent en grande confusion derrière Zingerd où ils se rassemblèrent et laissèrent ce général maitre du champs de bataille. Ce coup hardis et presque de désespoir sauva le reste de l’armée russe laquelle de 37 à 38 m[38 000] combattants qu’elle était avant la bataille, on peut rassembler cette nuit sur le champ de bataille que 12 m [12000] hommes et le 5e jour même après la bataille avant que s’être jointe aux corps du comte Romanzow elle n’était que de 20m [20000] hommes. Nous pouvons bien compter de notre part entre tués et blesses 16 à 17 m[17000]. Les Prussiens comptent leurs pertes aussi à 15m [15000] hommes.

Nous avions une abominable position nous ayant laissé tourner tellement de l’ennemi duquel on pouvait voir le dessein dès la veille, que nous fumes obligé de faire de la première ligne la seconde, et la seconde la première. Nous avions par ce mouvement un marais impraticable derrière notre dos et derrière celui la encore la rivière de Mietze, toute retraite coupée vers Landsberg et encore étions nous dans un font sans occuper des petites hauteurs qui nous entourraient et qui n’étaient qu’à 500 pas de nous. Le roi de Prusse y mit d’abord son canon lequel fit d’abord un mal horrible puisque le général Fermor ayant formé la figure que vous verrez dans le plan ci-joint, il n’y avait guère de boulet qui se perdit au lieu que notre canon ne faisait aucun mal à son infanterie qui se formait derrière ces petites hauteurs d’où ils nous tirait à boulet et même à cartouche. La bravoure des troupes russes et fermité[sic] avec laquelle ils ont soutenus pendant 1 heure et 1/2 cette furieuse canonnade est inexprimable. Ils se sont battus comme des lions et le peu de cavalerie que nous avions a haché dans l’infanterie prussienne horriblement. Si les Russes n’avaient le défaut de tirer tout trop haut rien ne sauraient résister. Le malheur était encore que dans l’horrible poussière qu’il faisait, la seconde ligne du nouveau corps d’observation qui était à la gauche [rayé: fut] tira sur la première. Nous pouvons dire que c’est par un bonheur et hazard inexprimable que par ce dernier coup du général Denicow [rayé: pu] nous soyons restés maitres du champs de bataille. Nous avions une position où toute l’armée russe était exposée à devoir mettre les armes bas ou d’être haché étant absolument coupée de toute retraite. Le proverbe allemand se vérifia la “Friss, Vogel, oder stirb”[“Manger, voler ou mourir”].

Les Prussiens, lorsque les 20m[20000] hommes qui s’étaient rassemblés peu à peu, étaient[sic pour avaient] marché le 27 joindre les gros équipages et prendre la position avantageuse à Groß Carnin [Groß Kammin ] tirèrent le 28 le feu de réjouissance puisqu’ils s’étaient alors postées sur le champs de bataille. Nous le tirâmes aussi mais je crois à plus juste titre ayant été deux jours sur le champs de bataille et ne l’ayant quitté que pour prendre une meilleure position nous tirant par une marche du mauvais troup[sic] où nous étions. Malgré la bataille gagnée peu sur encore d’avoir une retraite libre et il faut ou que les prussiens aient furieusement souffert ou manqués de munition pour laisser sortir de ce trou l’armée qui si elle ne rejoignait le chemin de Custrin à Landsberg aurait facilement pu être réduite par le manque de pain à devoir se faire jour à tel prix que ce fut. Le général Fermor qui a reçu une légère contusion à la jambe droite est[sic] marché la nuit du 31 au 1er sept pour se joindre ici avec le corps de Mr Romanzow. Nous avons 35 m[35000] hommes ce qui fait une armée bien en état de manœuvrer quand elle est bien menée. Ce que Mr le général en chef sera est inconnu à tout le monde, mais s’il veut exécuter les ordres de sa souveraine, il faut qu’il tache d’avancer de nouveau. Le roi de Prusse est allé à la rencontre des Autrichiens avec un corps de 16000 hommes et comme on compte sa perte au moins en tués et blessés à 15m[15000] et qu’il avait 50m[50000] à la bataille. Il ne ne peut tout au plus avoir que 20m 20000] devant nous. C’est le lieutenant général Kanitz qui commande un corps de 4000 hommes qui est à un mil de nous et le lieutenant général Luberstein avec environ 14 à 15m[15000] auprès de Gross Carnin. Le général Dohna doit suivant le rapport des prisonniers et déserteurs avoir eu le bras gauche emporté d’un boulet et d’un coup de fusil dans le corps. C’était un brave général et j’en suis faché pour mon cher Laugen Feusel auquel je vous prie de faire mon salamalek.

Bataille de Zorndorf, collection privée.

Mes compliments à toute la suite du comte de Lusace mais particulièrement à Weichsel. J’ai fais une perte irréparable à la bataille c’est de Montanus. Je ne puis apprendre ce qu’il est devenu il n’est pas dans la liste des prisonniers, personne ne la vu tuer et je sais cependant qu’il a passé avec moi la rivière Meitze. Je crains seulement qu’il n’ai été massacré par les paysans ou par nos propre gens qui pour prendre quelque chose surtout les cosaques. Ils tueraient leurs grand prêtre s’ils le rencontraient pour lequel d’ailleurs ils marquent beaucoup de respect. Ce che[ill.] de Montanus s’est enfermé de l’autre coté de la rivière et un officier dit l’avoir vu à pied.

Mon beau nouveau cheval brun avec lequel je vous ai accompagné à votre départ de Varsovie lorsque j’en descendis comme la bataille durait déjà une heure pour me mettre sur mon vieux cheval de bataille fut dans le même moment tué de deux balles de fusil et d’un boulet de canon. Mon Lebeau dont vous aviez tant envié est aussi tué le moment avant. Tout ce que je vous puis encore mander est que l’on dit en ville et les déserteurs le confirment que les Autrichiens doivent être à 1/2 mile de Frankfurth[sic]. Comme le roi y est marché en personne, je m’attends à tout moment à quelque bataille. La danse commence plus tard que l’année passe mais peut-être n’en sera-t-elle pas moins vive et je ne doute pas que vous n’ayez aussi de votre coté avant la fin de cette campagne encore une bataille. J’espère qu’elle sera telle qu’il la faut pour le bien de la cause commune par ce que je suis sûr que vous prendrez de très bonnes mesures. Je ne m’aperçois qu’à présent que je vous ennuierai par mon long griffonnage mais privé de plaisir d’être avec vous, je ne puis qu’avec peine cesser de m’entretenir avec vous par écrit. C’est donc de crainte de vous être trop à charge que je finis en vous assurant que je serai jusqu’à la fin de ma vie avec cette sincère amitié que j’ai toujours eu pour vous mon très cher frère qui me fait regretter de ne pouvoir embrasser et convaincre de bouche que je suis incapable de tout changement inutile qui est [ill.] met à vos pieds, mon très cher frère, votre très affectionné, Charles.

Vous trouverez le plan fort confus mais je l’ai fais faire uniquement pour vous montrer dans quelle position nous nous sommes laissés attaquer et le bel ordre de bataille que nous avions. J’oubliais de vous marquer que l’on a encore hier un commando de 1000 cosaques et autant de hussards avec quelques peu de cavalerie vers Prawckfursth[sic] pour tacher d’avoir des nouvelles des Autrichiens.

[En secret en allemand illisible]

Après la bataille

Georg Prenner, Portrait de l’impératrice Elizabeth Petrovna, Saint-Pétersbourg.

Lettre de Charles à Xavier : Stargond[?], ce 11 octobre 1758.

Monsieur et très cher frère,

Le plaisir que j’ai ressentis recevant votre chère lettre du 8 septembre est inexprimable, m’étant une preuve de votre chère amitié et apprenant que nos chers Saxons vous ont pour commandant et votre nouvelle charge en France. Je vous fais mes plus sincères compliments sur l’un et l’autre point et souhaite que vous donniez avec nos chers Saxons un tel échec au prince Ferdinand qu’on puisse dire qu’ils se sont sous vos ordres ouverts le chemin pour la patrie et délivre ce pauvre pays de l’ennemi qui l’abîme totalement. Je n’ai cependant appris qu’avec chagrin inexprimable que les lettres que je vous ai écrites se soient perdues puisque vous me marquez que vous n’avez reçu de mes lettres depuis l’avant dernière que je vous ai écris de Saint-Pétersbourg. Comme je vous enjoins le journal je ne vous dis rien de ce qui se passe à cette armée dont le commandant pense déjà beaucoup aux quartiers d’hiver. Je souhaite que l’on puisse s’emparer de Dolberg [?] cela nous pourrait faciliter beaucoup à les prendre dans ce pays-ci. Je suis bien fâché que les nouvelles répandues par les partisans Prussiens vous aient donnés des inquiétudes a mon sujet. Ils ont fait autant à Dresde ou ils avaient répandues en même temps que la nouvelle de la défaite totale des [rayé : Prussiens] Russes que j’étais perdu déjà 3 jours avant la bataille j’espère que vous aurez reçu ma relation de cette affaire la lettre de Gablusa qui de même que Tonhenau [?] autrement officier Sifoyd et tout ce qui est avec moi se mettent à vos pieds faites mes compliments à tout ce qui est avec vous mais surtout Weichsel. Excusez mon abominable griffonnage conservez moi votre chère amitié et soyez persuadé que la sincérité de la mienne envers vous et l’attachement le plus parfait ne finiront qu’avec ma vie, mon très cher frère, votre très affectionné serviteur, Charles.

[En secret en allemand illisible]

Lettre de Charles à Xavier : Drambourg sur la Tramburg [actuellement Drawsko Pomorskie], ce 29me octobre 1758.

Mon très cher frère

Quoique j’écris depuis 6 du matin je ne puis me dispenser à la hâte de vous adresser ces lignes pour vous marquer ma joie et l’excès de joie que m’a causé votre cher billet par lequel vous me donnez part de la victoire que vous avez remporté et où nos chers saxons que vous commandez se sont si bien conduits. Je sais mon très cher frère d’autre part d’autre part ce que la modestie vous à empêché de dire et combien que vous avez contribué à cet heureux et glorieux événement c’est pourquoi je vous en fais mes plus sincères félicitations. Je regrette de n’avoir à cette occasion été un de vos aides de camps. J’aurais porté vos ordres bien vite quand même tous mes chevaux en auraient du crever. Tout ce que j’ai encore le temps de vous dire est que je vous envie l’occasion que vous avez de vous distinguer et marquer tout ce que vous valez pendant que moi je n’apprends qu’à marcher le pas d’écrivice[sic].

Je vous embrasse de tout mon cœur. Embrassez de ma part en particulier Solms « meinen lieber braven langen teufel »[mon cher bon long diable] et après cela chaque Saxon l’un après l’autre. Vous ne serez au moins pas oisif ou désœuvrée. N’oubliez pas de grâce je vous prie mes compliments à tout ce qui est de votre suite mais surtout à mon cher Weichels.

[En secret en allemand illisible]

Le journal du prince Charles

Aleksey Antropov, Portrait du général Fermor, Saint-Pétersbourg.

Titre : Suite du Journal de l’armée russe

[Le 23 et 24 août ne sont pas retranscrits ici]

Le 25 août.

L’ennemi réussit dans sa marche, parce qu’il parvint à nous tourner de façon, que notre dernière ligne devint la 1ere et la 1ere la dernière, et notre position d’autant plus funeste, parce que ni notre droite ni la gauche n’appuyaient à rien, et nous avions derrière notre dos un marais impraticable avec la petite rivière de Mietze, dont l’ennemi et les paysans de Kwetsche avaient rompu tous les ponts.

L’ennemi filant derrière Ziegest passa à Gross-Cammin laissant les hauteurs de ce village, où étaient nos gros bagages, derrière sa droite, sa gauche s’étendait jusqu’au bois du côté de Crustin. Ses canons étaient rangés en trois grandes batteries ainsi que tout le long de notre ligne sur les hauteurs qui dominaient notre position. A 9 heures du matin il les fit jouer avec tout le succès qu’il en pouvait désirer, mais d’autant plus fatale pour nous, que, parce que le général en chef de Fermor avait fait faire à toute l’armée un quarré long extrêmement défectueux, ayant les petits bagages au milieu des deux lignes, presqu’aucun des boulets ennemis ne passa sans nous faire beaucoup de mal, pendant que son infanterie se déployait et se rangeait a la faveur desdites hauteurs sans que nous ayons pu le voir, jusqu’à ce qu’elle se fut approché de nous.

Médaille de la bataille de Zorndorf, collection privée.

Nos gens, dont la bravoure est incomparable, soutinrent ce feu jusqu’à 10 heures bien passées avec une intrépidité étonnante, et notre canon ne pouvait encore faire aucun mal à l’ennemi.

Le petit feu ayant commencé, quoique celui des Prussiens était infiniment plus vif et meurtrier, les nôtres les poussèrent et les escadron de cavalerie conduit par le brigadier Gacegreben[Gaugreben], et lesquels on enfermé à al droite entre 2 lignes en étant sorti et tombé sur l’infanterie prussienne, y firent un carnage horrible, mais ayant été pris par la suite eux-même en flanc, ils furent obligés de se retirer. Notre infanterie fut aussi reculée, mais notre 2de ligne étant venue pour la soutenir, les ennemis furent derechef vivement repoussés. Sur cet exploit les Russes criaient victoire.

Cependant le roi de Prusse chercha et trouve une ressource dans un petit corps de réserve, qu’il avait, lequel il fit avancer et étant venu fondre avec furie sur notre centre, le perça, culbuta tout dans le marais, et y fit un massacre affreux de tous ceux, qui ne purent le passer, ou qui n’eurent pas envie de se noyer dans la rivière de Mietze, qui était à notre dos, ainsi qu’il est dit ci-dessus.

Notre droite qui jusqu’ici avait fait des prodiges de valeur, céda aussi, étant vers les 4 heures de l’après-midi prise en flanc par la cavalerie prussienne, et fut obligé de se replier sur ce même marais.

S.A.R. Le prince Charles de Pologne, s’y trouvant avec le général autrichien Saint André, et les volontaires de sa suite s’efforcèrent en vain d’arrêter les fuyards, et ayant rencontré le général en cher Fermor, qui venant avec quantité d’houssards[sic] et de cosaques dit : « qu’il cherchait à se retirer à Swet[?] », se trouvèrent peu après tellement entourés de l’ennemi, et acculés contre ladite rivière de Mietze, qu’il ne leur resta plus d’autre parti pour éviter de devoir se rendre à l’ennemi, que de prendre la résolution hardie de passer à la nage. Ce qui leur ayant réussi en essuyant grand feu de l’ennemi dans le passage, ils gagnèrent Soldin, non obstant qu’ils rencontrèrent de ce côté-là encore plusieurs partis d’houssards[sic] prussiens, lesquels n’osèrent cependant les attaquer voyant une troupe de gens résolus de se faire jour à tout prix.

L’aile gauche se défendit cependant encore, mais elle fut à la fin aussi obligée de céder, ses généraux Soltikow [Saltikov] et Czernicheff ayant été pris, et le général en chef de Brown blessé par 8 ou 12 coups à la tête, de sorte que nos gens ne croyant plus de pouvoir échapper à l’ennemi, ni sauver de lui les petits bagages, se débandèrent les uns à les piller eux-mêmes, les autres à se saouler de l’eau de vie qu’ils y trouvèrent. En un mot la victoire était complète à l’ennemi : qu’à la fin sur les 9 heures du soir les généraux Denicou[Demiku] et Fast ayant amassé environ 1500 hommes tant de cavalerie que d’infanterie firent encore une tentative (pour ainsi dire de désespoir) et réussirent à mettre l’ennemi en confusion, lequel se reformé la nuit dernière Ziegest après nous avoir abandonné le champs de bataille avec tous nos canons, qui avaient déjà été entre leurs mains, et tournés mêmes contre nous. Ainsi nous restâmes maîtres du champs de bataille sans savoir comment.

Nos blessés et nos dispersés se mirent à s’assembler successivement a l’appel, que l’on ne cessa de battre jusqu’à minuit. De sorte que le 26 août.

Dès la pointe du jour nous eûmes à peu près 12/m hommes ensemble. L’ennemi ne manqua pas de son côté de rassembler les siens pendant toute la nuit autant qu’il le put et comme il était supérieur surtout en cavalerie et en houssards[sic], il tenta de nous alarmer dès le grand matin en se présentant en ordre de bataille. Même, vers les 6 heures, il marcha à nous, mais les notre s’étant mis à le canonner sur le champs, il ne jugea pas à propos de faire autre chose, que de se contenter aussi à nus répondre par une simple canonnade. Jusqu’à ce moment nous étions pas encore sortis de mauvais pas n’y ayant aucune communication entre Landsberg et l’armé.

Le 27 août

Mr de Fermor rangea son armée en deux colonnes, et ayant les bagages au milieu, fermé par notre cavalerie, marcha vers Gross-Cammin, pour s’y joindre aux trois mil grenadiers qui y étaient restés pour garder la Wagenbourg. Ce qu’il effectua sans perdre un seul homme.

Le 28 août

Par le détail que l’on a pu faire jusqu’à présent notre perte tant en tués, pris ou blessés pourra monter à 17/m hommes parmi lesquels il y a plus de mille officiers tant de l’état major que des subalternes. Celle des ennemis, au dire, de prisonniers et des déserteurs, ne sera pas moindre. Des officiers nous n’avons fait prisonnier sur l’ennemi que cinq du nombre desquels est l’adjudant du roi, fils du feu feld-maréchal Schwerin, 37 pièces de canon de différent calibre, deux drapeaux, 2 étendards sont aussi entre nos mains.

En revanche l’ennemi prit sur nous les généraux de Soltikow, Czernicheff, Manteuffel, Tiezenhauzen, et le brigadier Sievens, et au-delà de 60 autres officiers. Parmi les blessés nous avons les generaux Pannin,prince de Lubormiski, prince de Dolgorouki, Holnen, Leontieff, et le brigadier Gaugreben, ainsi que le volontaire français le colonel de Vittinghoff qu’a reçu un coup de feu au bras droit.

Le 29 août

Tant l’armée ennemie que la nôtre tira des feux de réjouissance sur la victoire, que chacune s’attribue, non obstant que la notre ait resté près de deux fois 24 heures sur le champ de bataille.

Résumé de la bataille

Les combats se déroulent dans la campagne de Poméranie de l’été 1758 dans une région entre à l’ouest Landsberg an der Warthe (actuellement Gorzów Wielkopolski ) et au nord la célèbre forteresse de Custrin (Kostrzyn nad Odrą). La bataille se passe exactement dans un carré constitué à l’est de Gross-Cammin (Kamień Wielki) à l’est, le village de Quartschen (actuellement Chwarszczany en Pologne)au nord avec la rivière Mietzel ( actuellement Myśla) et le village de Zorndorf au sud et le fleuve Oder à l’ouest.

L’armée russe se place devant le village de Quartschen imaginant prendre par surprise les Prussiens arrivant du nord de l’autre côté de la rivière. Mais ces derniers parviennent à contourner le village et à se placer derrière l’armée russe au niveau de Zorndorf. L’armée russe est obligée de se redéployer pour lui faire face au sud. Leur position avec la rivière dans le dos rend leur retraite plus difficile à travers des marais. Les Prussiens utilisèrent leur artillerie qui fut dévastatrice puis ils attaquèrent rapidement sur leur gauche. La cavalerie prussienne suit l’avancée de l’infanterie sur la gauche. C’est sur cette droite que se trouve les volontaires dont le prince Charles de Saxe. L’artillerie prussienne continue le bombardement alors que les troues avancent, elles parviennent à faire exploser les réserves de munitions russes de la droite de l’armée provoquant le chaos par la fumée que cela produit. Une partie de l’avancée prussienne se dirige alors vers le centre dans la crainte d’une attaque, c’est à ce moment que la cavalerie russe se lance à l’assaut des troupes prussiennes qui subissent de lourdes pertes et sont obligés de reculer. La cavalerie prussienne vient en partie à leur secours tandis que le reste attend un meilleur moment pour charger. Le centre russe attaque alors et provoque la panique de l’adversaire. L’aile droit russe vient les prendre sur le côté. La droite prussienne attaque alors et les Russes s’y opposent vigoureusement. La cavalerie prussienne de la gauche attaque alors dans les intervalles créé par les troupes russes prenant sur le coté les prussiens. Ils parviennent à les prendre à revers provoquant la panique chez lez Russes. La droite russe s’effondre et s’enfuit. Le reste de l’armée recule sans rompre. Mais finalement voyant les deux armées épuisées mais incapables d’avoir le dessus sur leurs opposants, leurs généraux respectifs décident de rompre la formation et de battre en retraite.

Bataille de Leuthen, collection privée.

Alors nous voyons que l’écroulement d’une partie de la droite russe est du à l’explosion des munitions à la fumée puis aux attaques des prussiens et enfin de la cavalerie prussienne qui parvinrent à encercler les russes dont la cavalerie se trouvé très rapidement en sous nombre. Les hommes finirent par s’enfuir sous la pression de la cavalerie ennemie. Les fuyards parvinrent à traverser les rivières issues du Mietzel (Galgen-Grund et Zabern-Grund ). La plupart des troupes qui fuyaient se réorganisèrent dans le bois du nord du village. De même le général Fermor semble avoir été blessé, il fut transporté à Quartschen dans l’impossibilité de donner des ordres. Et un nombre croissant de fugitifs affluaient vers Quartschen, suivis de près par la cavalerie prussienne. Le général en chef manquant l’armée russe se retrouvait en désarroi et seuls les officiers sur le terrain tenaient. Lorsque le général Fermor revint voir la situation, il mit en place de nouvelles lignes de défense puis finalement ordonna le repli.

Seydlitz à Rossbach, Deutsche Digitale Bibliothek.

Conclusion

Nous pouvons nous interroger si ce que dit le prince Charles à son frère n’est pas une réécriture de son comportement ou bien un mensonge sur son comportement. Cela ne peut être le cas puisque aucun commentaire négatif a été fait de la part du général Fermor ou d’autres officiers de l’armée russe. Le général fut lui aussi blessé et de nombreux soldats et officiers ont fui le combat à un certains moments.

Ainsi il avait plusieurs témoins autour de lui lors de sa cavalcade. Et cette lettre pouvait être lu par n’importe qui avant d’atteindre son objectif puisqu’il ne l’a pas codé, il ne peut mentir ce qui lui aurait causé des torts à son frère, le roi son père et sa famille auprès de la tsarine de Russie et de l’impératrice d’Autriche. Son récit semble se rapprocher de ce qui s’est passé lors de cette bataille qui fut un massacre. Les chiffres varient sur le nombre de pertes avec 16 000 à 18 000 hommes tués, blessés ou disparus sur une armée russe d’environ 43 000 hommes tandis que les prussiens aurait eu 11 400 à 13 000 pertes sur un total d’environ 37 000 hommes. Elle a été une des plus sanglantes batailles de la guerre. Les exactions des cosaques ont été bien décrites par les contemporains. Bien sûr ce qu’explique le prince Charles est une description de comment il a vécu les événements. Mais cela semble crédible par rapport aux analyses des historiens. Et peut-être d’autres sources donneront plus de détails sur son comportement à la bataille?

Bibliographie

Blanning (Tim), Frederick the Great: King of Prussia, 2015.
Duffy ( Christopher), Frederick the Great: a military life, 2015.
Millar (Simon), Zorndorf 1758: Frederick Faces Holy Mother Russia, 2003.
Redman (Herbert J.), Frederick the Great and the Seven Years’ War, 1756–1763, 2015.
Scott (H. M.), The Emergence of the Eastern Powers, 1756–1775, 2001.
Szabo ( Franz A.), The Seven Years War in Europe: 1756–1763, 2013.

Notes

1.Łopaciński ( Bolesław), Charles de Saxe, duc de Courlande, Paris, D. Jouaust, 1870. 2.Mémoires de Catherine II écrit par elle même, Londres, Trübner and Cie, 1859, p.289 et suivant. 3.Ibid., p.350.

Projet de biographie de Xavier de Saxe: une problématique complexe

Je n’oublierai jamais ni ce château ni ce séjour. Le comte de Lusace, fils de l’électeur de Saxe, frère de l’électeur régnant et propre oncle du roi de France avait pris de l’amour à Dresde pour une jeune italienne […]. Cet amour devint une passion si violente que la morgue allemande, que l’intérêt d’une succession presque royale et souvent ornée du diadème, que tout céda devant sa puissance : l’Italienne fut épousée.

C’est en ces mots que Madame de Chastenay décrit son séjour de 1781 au château de Pont-sur-Seine (Aube)1 qui est, depuis sa construction par l’architecte Lemuet au milieu du XVIIe siècle, « une des plus belles maisons de France »2. Mais loin de s’attarder sur l’architecture ou les intérieurs, la comtesse nous décrit un prince qui, semble-t-il, a abandonné la possibilité d’être roi pour épouser une italienne et venir vivre en France. Cet homme est le prince royal de Pologne François Xavier Louis Auguste Albert Benno de Saxe connu en France sous le nom de comte de Lusace. Le prince est né le 25 août 1730 et meurt le 21 juin 1806 à Dresde3. Il est le huitième enfant du prince-héritier Frédéric-Auguste, duc de Saxe, devenu en 1733, roi de Pologne sous le nom d’Auguste III (1696 – 1763)4. Sa mère Marie-Josèphe d’Autriche (1699 – 1757) est la fille aînée de l’empereur Joseph Ier (1678 – 1711)5. Dans l’ordre de succession, le prince Xavier se trouve être le second garçon arrivé à l’âge adulte.

Les grandes lignes de la vie du prince Xavier de Saxe sont connues grâce à deux notices, qui ont été réalisées à partir du fonds de Saxe des archives départementales de l’Aube à Troyes, par ceux qui étaient en charge de son classement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle : Arsène Thévenot puis Jules-Joseph Vernier6. En 1874, le premier publie en partie sa correspondance7. Bien que datée, cette étude demeure indispensable pour connaître sa vie. Par la suite, le second écrit, en 1903, une étude biographique sur le prince comme introduction aux trois tomes de l’inventaire du fonds de Saxe. Il reprend, en grande partie, les idées défendues par Arsène Thévenot. Ces deux auteurs se rejoignent dans l’idée que le prince Xavier de Saxe n’eut aucun rôle politique de premier plan.Peut-être en raison des mots de Jules-Joseph Vernier qui n’est pas tendre avec le prince Xavier :

Les biographies ne font pas mention de ce personnage [et] c’est un fait acquis à l’histoire […] que le prince de Saxe n’ait jamais joué dans le monde un rôle politique bien considérable, que jamais il n’ait occupé dans l’administration ou dans les armées une situation prépondérante et bien en vue, [un] personnage qui a “traversé l’histoire avec des pantoufles”»8

Pour les historiens français de la fin du XIXe siècle et du début XX siècle, le prince Xavier de Saxe est une personne de peu d’envergure dans l’ombre de son oncle le maréchal Maurice de Saxe et de son grand-père Auguste le fort. Ainsi Casimir Stryienski écrit en 1902 que « le prince Xavier n’était pas né pour jouer un grand rôle ; il appartenait à cette maison de Saxe dont on avait dit que seuls ses bâtards faisaient leur chemin, et il justifiait cette boutade »9. Il conclut que le prince « passa sa vie à ne pas comprendre pourquoi il ne réussissait en rien »10. Il s’agit pour nous justement de comprendre en quoi ce personnage de second plan s’imaginait ne pas l’être. Son impression est-elle caractéristique de cette myriade de prince qui gravitait dans les cours européennes ?

Anton Raphael Mengs, Augst III, SKD.

Mais nous pouvons opposer les visions négatives à celle de Charles de Mouy qui, dès 1875, écrivait que le prince possédait de « bonnes qualités » ce qui pouvait faire de lui « un souverain fort convenable aux Polonais »11. Le prince Xavier apparaît dans le livre sur le dauphin de Bernard Hours comme un homme très proche de la dauphine qui essayait en vain d’influer sur la politique française12. Plus récemment, des travaux universitaires se sont intéressés aux archives du fonds de Saxe. En 1981, Valérie d’Anglejan-Chatillon a essayé dans son mémoire de maîtrise de comprendre l’éducation et le « cursus » des deux fils du prince Xavier de Saxe sans apporter d’éclairage sur les châteaux de Pont-sur-Seine et Chaumot13. En 2004, Aurélie Louis a focalisé ses recherches sur «domaine de Pont-sur-Seine-sur-Seine au temps de Xavier de Saxe (1775 – 1790) ». Ce travail, qui s’est basé sur les nombreux documents de la régie des terres du fonds de Saxe, a permis de bien comprendre la gestion des terres et forêts possédés par le prince. Ses conclusions ont montré que les revenus du prince Xavier dépendaient majoritairement du trésor royal de France, puis à la marge des revenus agricoles de ses terres. En revanche les recherches de Patricia Colfort sur le domaine de Chaumot n’ont pas réussi à proposer des analyses aussi poussées que celles réalisées pour le domaine de Pont-sur-Seine14. En 2005, Christian Terraux a étudié la vaste correspondance du prince avec ses frères et sœurs. Ce travail de recherche a été mené en collaboration avec les archives de l’Aube pour une grande campagne de numérisation du fonds de Saxe, et la mise en ligne de l’inventaire et des images des documents. Dans son mémoire de recherche, Christian Terraux a analysé la correspondance pour tenter de trouver « un réseau européen pour la maison de Saxe » en tirant des conclusions simples sur le réseau mais aucunement sur le prince en lui même15. Il faut se tourner dans les recherches à l’étranger pour avoir davantage analyse sur le prince.

L’historien polonais Jakub Bajer16 a fait une étude sur cette élection et sa reconnaissance par les cours d’Autriche, de France et d’Espagne entre 1764 et 1766. D’après cet auteur, il existe « une faction saxonne » à la cour de France autour de la dauphine, qui a pour but de conserver la couronne élective de Pologne dans la famille. Le chercheur croit comprendre que, de son côté, le prince s’est intéressé à la couronne de Pologne en raison du prestige et de l’apport financier que cela lui aurait apporté. Il propose enfin de voir le prince Xavier comme une personne qui pouvait se sentir « déçu et frustré » après l’échec de son élection sur le trône de Pologne en 1764, mais qui garde, toute sa vie, le soutien de la dauphine de France17. Un autre chercheur polonais, Jacek Kordel, propose, quant à lui, une analyse sur les raisons qui poussent le prince à quitter précipitamment la régence18. Les tensions à la cour de Saxe poussent le prince à s’en éloigner malgré les réprimandes de la cour de Vienne, où ce départ est vu comme un acte contraire aux lois de l’Empire19. Cette brouille marque durablement les relations entre le prince et l’impératrice.

Georges Desmarées, Prince Xavier?, München, Alte Pinakotek.

La banalité apparent du personnage ne doit pas faire oublier sa position. Il faut tenter de le replacer dans cette multitude de courtisans qui gravitaient autour de différents souverains en Europe cherchant un moment où briller pour obtenir des faveurs à la base de la société de cour. Mais il est aussi un personnage clef dans les changements diplomatiques mis en place par la Saxe, La France et l’Autriche20. Le renversement des alliances n’est pas qu’un jeu diplomatique abstrait, il fait entrer en jeu de de nombreux acteurs dans les sphères politique. Assurément le prince Xavier en fait parti en tant que membre de la famille électorale et second dans la lignée. Quel est son rôle dans la politique saxonne en Pologne ? Que met-il en place lors de sa régence en Saxe ? Le prince est aussi un homme loin de la politique. Ses désirs et ses échecs renseignent sur la logique de son caractère. Intéressé par l’architecture et l’histoire naturelle, il est un homme de son temps. Est-il un homme des lumières ou anti-lumière ?

Il nous a fallu chercher le prince pour mieux comprendre l’homme qui, par ses choix, a décidés de lier son destin à celui de la France. Les archives du prince Xavier sont disséminés essentiellement dans trois lieux les archives départementales de l’Aube à Troyes, les Sächsische Staatsarchiv de Dresde et la bibliothèque historique polonaise de Paris21.

Le prince royal Xavier, fils d’Auguste III roi de Pologne est bien plus que des titres. Son choix de s’insérer dans les intrigues de la cour de France n’est pas anodin. Il s’insère dans des choix personnels et politiques plus large. Louis XV continue de rêver à la « barrière de l’est » où la Saxe-Pologne pourrait jouer un rôle crucial. La diplomatie de la France en Pologne incluait le prince Xavier comme prétendant à la couronne sous l’influence de la dauphine. Qu’est ce que le « secret de la dauphine »? Quelle est sa relation avec la France ? Avait-il les prétentions d’un souverain ou se bornait-il à être un courtisan ?

Notes

1. Chastenay ( Victorine de), Mémoires de Mme de Chastenay, 1771-1815, publ. par Alphonse Roserot, Paris, E Plon-Nourrit, 1896, p. 23. 2Grande Mademoiselle, Mémoires, Paris, 1985, t.I p. 95 cité par Mignot (Claude), ibid., p. 173. 3. Huberty (Michel) et Giraud (Alain), L’Allemagne dynastique, tome I : Hesse, Reuss, Saxe, Paris, 1976 (7 tomes), p.  472. Le prince signait Xavier ou en allemand Xaver ou Xaverius en latin. Bennon est parfois traduit par Benoît. 4. Les dates entre parenthèse sont celles de vie et de mort. 5. Sur ses parents, voir : Staszewski (Jacek), August III. Kurfürst von Sachsen und König von Polen, Berlin, 1996 (traduit du polonais par Eduard Merian) ; Weber (Karl von), Maria Antonia Walpurgis, Churfürstin zu Sachsen, geb. kaiserliche Prinzessin in Bayern, Dresden, Teuber, 1857. 6. Pour une étude de la constitution du fonds de Saxe, voir Terreaux (Christian), Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière, mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2004 – 2005. 7. Thévenot (Arsène), Correspondance inédite du prince François-Xavier de Saxe, connu en France sous le nom de comte de Lusace précédée d’une notice de sa vie, Paris, Librairie historique et archéologique de J.-B. Dumoulin, 1874. 8. Vernier (Jules-Joseph), Étude biographique sur le prince Xavier de Saxe comte de Lusace, précédée d’une notice sur le fonds de Saxe conservé aux Archives départementales de l’Aube, Troyes, G. Frémont, 1903, p. XIV . 9. Stryienski (Casimir), La mère des trois derniers Bourbons, Marie-Josèphe de Saxe, et la cour de Louis XV, d’après des documents inédits tirés des Archives royales de Saxe et des Archives des affaires étrangères, Paris, Plon-Nourrit, 1902, p. 17. Il ajoute : « Il passa sa vie à ne pas comprendre pourquoi il ne réussissait en rien » (p. 258). 10. Stryienski (Casimir), « Le secret de la Dauphine », Revue des études historiques,Paris, A. Picard et fils, mai-juin 1901, p.2. 11Mouÿ (Charles de), Correspondance inédite du roi Stanislas-Auguste Poniatowski et de Mme Geoffrin (1764-1777) précédée d’une étude sur Stanislas-Auguste et Mme Geoffrin et accompagnée de nombreuses notes, Genève, Stakline, 1875, p. 14. 12. Hours (Bernard), La vertu et le secret. Le dauphin, fils de Louis XV, Paris, Honoré Champion, 2006, p.269. 13. Anglejan-Chatillon (Valérie d’), « Deux éducations aristocratiques à la fin du XVIIIe siècle. Les princes Louis et Joseph de Saxe », mémoire de maîtrise, Paris I, 1981. 14. Louis (Aurélie), « Le domaine de Pont-sur-Seine au temps de Xavier de Saxe (1775-1790) », mémoire de maîtrise, université de Besançon, 2004 ; Colfort (Patricia), « Le domaine de Chaumot à la veille de la Révolution française (1771-1793) », mémoire de master II, université de Reims-Champagne-Ardenne, 2006. 15. Terraux (Christian), « Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière », mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2005 [en ligne]. 16. Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », thèse de doctorat sous la direction des professeurs Chantal Grell et Maciej Serwanski, Universités de Paris-Saclay et Poznan, 2015 ; Bajer ( Jakub),« La Maison de Saxe et la reconnaissance de Stanislas -Auguste par les cours du sud (1764-1766) », Studia Europaea Gnesnensia, 5/2012, p. 257 – 277 [en ligne]. 17. Bajer (Jakub), « La Maison de Saxe et la reconnaissance de Stanislas -Auguste par les cours du sud (1764-1766) », op. cit., p. 264.18. Kordel (Jacek), Z Austrią czy z Prusami? Polityka zagraniczna Saksonii, 1774-1778, Kraków, Arcana, 2018. 19. Ibid., p. 77 -78. 20.Hanke (René), Brühl und das Renversement des alliances: die antipreussische Aussenpolitik des Dresdener Hofes 1744-1756, Historia profana et ecclesiastica. Geschichte und Kirchengeschichte zwischen Mittelalter und Moderne; Bd. 15), Münster / Hamburg / Berlin / London: LIT 2006. 21.Jakub Bajer, Dzieje archiwum księcia Ksawerego Saskiego –historycznego dziedzictwa Francji, Polski i Niemiec
Studia Źródłoznawcze, t. LVIII, 2020, p.171-184.

Autour du jardin de Pont-sur-Seine: le tapis de gazon au XVIIIe siècle

Du pré au tapis de gazon : résumé de la théorie d’un modèle

Au XVIIe siècle, les jardins ordonnés occupaient des espaces autrefois délaissés ou dévolus à des besoins économiques qui n’intéressaient plus ou bien relégué loin de la demeure. Les parcs étaient tournés vers le commerce du bois et la sylviculture1. Au XVIIIe siècle, on considère que l’attrait pour les jardins géométriques laisse la place tout d’abord à des créations aux perspectives plus courtes, aux gazons remplaçant les parterres et aux jeux d’eau moins monumentaux, puis aux jardins pittoresques2. Bien sûr Olivier de Serre faisait déjà l’éloge du pré et des parterres gazonnés comme des décors essentiels du jardin. Mais le gazon, si ce n’est directement un pré, se fait de plus en plus présent aux abords de la demeure au détriment des parterres fleuris de buis. Cette utilisation accrue du gazon permet de sublimer la demeure dans un jeu de vues depuis les routes et les allées.

Albrecht Dürer, Grande touffe d’herbe, Wiki Common.

Le boulingrin qui est une zone gazonnée remplace le parterre dans l’imaginaire des hommes du XVIIIe siècle. Le jardin se se veut à l’image de celui du monde médiéval tourné vers l’utilitaire. Il est aussi un décor naturel pour la demeure qui donne une place essentielle au promeneur. Ce jardin pittoresque propose moins de parterre de charmille et de buis et davantage de tapis de gazon. L’encyclopédie donne la définition suivante : les tapis de gazon, « sont de grandes pièces de gazon pleines et sans découpures qui se trouvent dans les cours et avant-cours des maisons, dans les bosquets, les boulingrins, les parterres à l’anglaise, et dans le milieu des grandes allées et avenues dont le ratissage demanderait trop de soins”. (Encyclopédie, 1751, tome 15, p. 896-897).

Gravure de l’encyclopédie, BnF Gallica.

Mais loin de la théorie, quelle est la pratique du gazon ? Comment jardinier et propriétaire utilisent cet ornement concrètement ? L’exemple de l’architecte dessinateur Johann August Giesel au service du prince Xavier peut nous en donner une idée. Nous avons vu la carrière de l’architecte Giesel dans un précédent article. Dans cet article, nous nous bornerons sur le gazon dans les jardins dont il a la charge pour le prince Xavier de Saxe.

Des terrasses de pierre aux talus de verdure

En 1773, le jardin de Pont est décrit par un des agents du prince Xavier  :

À la face du château, du côté de la ville, est un premier parterre en terrasse. Ensuite on descend un escalier en fer à cheval, au bas duquel est un second parterre aussi en terrasse, après lequel est un grand potager en quatre carrés, au milieu desquels est un grand bassin, dans lequel est un jet d’eau qui monte à environ 20 pieds. Ensuite du potager est une grande grille de fer et un mur, qui sépare le potager d’avec une pièce d’eau vive en miroir, presque aussi grande que celle de Chaumot, des deux côtés de laquelle sont des allées de tilleuls d’Hollande qui forment une promenade très agréable ; tout ce détail est en face du château3.

Vue du vestibule et de la salle du chasteau de ponts en Champagne qui regarde du costé des parterres, XVIIe siècle, BnF Gallica.

Cette lettre montre bien que c’est un jardin géométrique qui n’a pas fortement évolué depuis la construction du château au milieu du XVIIe siècle. Il est constitué de différentes terrasses, puisqu’ entre la route et la Seine, il existe un dénivelé d’un peu plus de 90 mètres4. Elles sont marquées par différents escaliers qui descendent jusqu’à la grande pièce d’eau au bord du fleuve. Pour Blondel, les terrasses sont un investissement important pour les terrains en pentes mais elles offrent « beaucoup d’agrément par les différents point de vue dont on peut jouir, soit dans les fonds, soit sur les éminences »5.

Plan du château lors de la vente pendant la révolution, Archives départementales de l’Aube.

A Pont, il existe quatre niveaux de terrasse. Seule la deuxième terrasse est réellement retenue par un mur. Ce dernier est connu par les dessins réalisés pour les travaux après les différents écroulements de 1778 et 17806. Les première et seconde terrasses aux abords du château ne sont que de petits dénivellements pentus. En 1782, le prince fait faire « la démolition totale de la petite terrasse qui donne sur le potager »7. Les terrasses se sont donc transformées petit à petit en glacis, seule la terrasse avec l’escalier demeure.

Vue du château de Pont, XVIIe siècle, Archives départementales de l’Aube.

Il existe un plan du domaine de la période révolutionnaire qui, avec un état du jardin de 17878, permet de connaître sa constitution à la fin des travaux demandés par le prince9. Le plan montre le château et le jardin dans un axe Sud-Nord. Le jardin est constitué de deux axes : le premier nord – sud constitué du château, des terrasses et de la pièce d’eau ; le second est – ouest constitué du petit parc et de prés. De l’autre côté de la route est située l’avenue en direction de la forêt ou « grand parc ». Ce plan permet de connaitre les zones gazonnées qui se trouvent autour du château.

Entretien des gazons

Malgré les démolitions du XIXe siècle, les archives de Pont nous renseignent sur la gestion au quotidien des gazons. Le prince et son architecte attachent un soin particulier à ce que les gazon soient toujours bien entretenus et verts . Les sécheresses de l’été ou les grand froid mettent à mal les gazons. L’architecte écrit le 5 septembre 1778 :

Je commencerai aussi lundi prochain à mettre des ouvriers pour nettoyer la grande cour, et enlever tout le gazon qui est totalement brûlé par les grandes chaleurs. Si V.A.R. jugerait à propos, on pourrait sabler en même temps les 2 allées de la nouvelle plantation devant la grande porte pour les remettre après à l’entretien du jardinier. Ayant tracé le concert avec le jardinier dans la cour, il m’a demandé d’après les ordres qu’il avait reçu de la part de Mr Pomiés de retravailler le gazon des 2 parterres devant le vestibule. Si je ferais faire cet ouvrage en même temps, mais comme V.A.R. ne m’a pas fait mention, je n’ai pas voulu entreprendre cela sans demander si V.A.R. est encore intentionnée de faire faire cet ouvrage qui cependant serait très nécessaire. Le gazon étant également brûlé et plein de mousses qui fait un vilain effet si près du château. »10.

Bernardo Bellotto, Schönbrunn, Wien
Kunsthistorisches Museum (détail).

L’architecte veut donc remplacer l’herbe jaunit à cause de la sécheresse dans les parterres. La pelouse doit toujours être fraîche et bien tondue pour produire tout son effet. Le gazon de la grande cour (cour d’honneur) est celui qui focalise le plus d’attention puisque tout invité entre au château en passant par cette zone. Le prince répond donc :

« Je ne comprends pas ce que vous me marquez de faire enlever tout le gazon de la grande cour, c’est un ouvrage qui sera long et coûteux car il faudrait le labourer et resemer, et cela se peut différer encore ainsi que de retravailler les 2 gazons des 2 parterres devant le vestibule. Quant aux 2 allées de la nouvelle plantation devant la grande porte, vous pouvez les faire sabler et les donner, après à l’extérieur au jardinier»11.

La quantité d’herbe à planter fait craindre une trop grande dépense, ce qui empêche le prince d’accepter cette demande. Il faut retarder les dépenses. Mais l’architecte revient sur cette question très rapidement :

Monseigneur, J’ai eu l’honneur de recevoir la lettre de Votre Altesse Royale du 15 du m.c. […]Pour ce qui regarde les gazons de la grande cour du château V.A.R. se souviendra qu’avant son voyage avec Madame aux eaux, j’ai eu l’honneur de proposer à votre altesse plusieurs ouvrages nécessaires dans la maison, entre autres celui de faire nettoyer la grande cour qui était fort malpropres. V.A.R. avait même dans ce temps-là la bonté de l’accepter et de me laisser ses ordres par écrit dont V.A.R. à la copie entre ses mains et sur laquelle V.A.R. trouvera ledit article sous le num. 6. Cependant pour éviter les frais, j’ai fait marché avec les ouvriers de Saint-Aubin à 3 s. par toise et je les mettrai aussi à l’entreprise aux 2 allées de la nouvelle plantation »12.

Bernardo Bellotto, Schloss Hof, Wien
Kunsthistorisches Museum.

Le prince ne contredit pas son architecte et le laisse entreprendre cet ouvrage. Pour magnifier la demeure, les gazons de la grande cour sont donc constamment surveillés. Après l’hiver et des travaux dans l’appartement, l’architecte rend compte qu’il veut faire une visite « dans la grande cour pour réparer les 4 quarrés de gazon, comme aussi les allées sablées dudit endroit, qui ont été fatiguées par les voitures du transport du bois des cordes »13. Le compte rendu est donné le 26 mars 1780 :

J’ai l’honneur de marquer à Votre Altesse Royale qu’il y a avait des réparations à faire aux quatre carrés de gazon dans la grande cour aussi ai-je commencé lundi passé à faire remplir avec de la bonne terre les trous qui étaient faits par les chiens et la volaille en y mettant une poignée de graine que j’ai pris dans les greniers à foin. D’après cela j’y ai fait passer le grand rouleau de grès à plusieurs reprises jusqu’à ce que j’ai vu le gazon était parfaitement aplani. J’ai fait rafraîchir aussi la bordure qui était fort défigurée, en y faisant tendre le cordeau, j’ai été obligé de faire donner un coup de bêche tout autour comme les coins desdits carrés étaient fort dégradés, par les passants, j’ai fait enfoncer à chaque coin un bon piquet de bois, pour les garantir le plus qu’il est possible. Les allées de sable avaient besoin d’un coup de ratissoire en mettant dans plusieurs endroits du sable pour remplir les ornière des voitures14.

Le prince répond qu’il accepte ces dépenses et veut les mêmes journaliers du village de Saint-Aubin et au même prix que précédemment15. L’entretien des gazons fait donc entrer un personnel supplémentaire. L’architecte n’utilise pas une herbe spécifique pour la plantation mais les graines de l’herbe commune comme le pâturin des prés. Le ray-grass anglais ne semble pas encore être connu par ces hommes. L’entretien demande des outils spécifiques comme le rouleau. Arranger les angles et aplanir le sol est essentiel pour la bonne tenue des parterres de gazon.

Bernardo Bellotto, Schloss Hof, Wien
Kunsthistorisches Museum (détail).

Ainsi un document vraisemblablement de l’été 1780 sur les travaux à faire dans les jardins accorde une grand place aux gazons16. Tout d’abord les allées doivent être égalisées puis le prince demande à ce que ses jardiniers apportent « des terres tout le long de la terrasse des parterres où il y avait autrefois des ifs » pour lui « donner une pente que l’on sèmera en herbe qui formera un glacis »17. Les ifs sont des arbres qui acceptent des formes très réglées. Puis comme il est préférable pour l’entretien des allées de les transformer en gazon, l’article stipule de ne pas remettre de sable dans les allées de la garenne: « Il faut commencer par aligner toutes nos allées afin de marquer la largeur de nos gazons qui seront de 15 à 16 pieds et nos contre-allées qui seront des deux cotés de la charmille auront chacun cinq pieds de large à prendre du pied de la charmille au bord du gazon ». Puis « la charrue ayant fini il faut faire à mains d’homme piocher les deux côtés qu’elle aura labourés afin de bien dresser notre gazon ». Puis durant l’automne suivant le document indique que « les buis des parterres ont besoin d’être replantés à neuf et de recharger les terres qui sont dans le milieu pour donner plus d’élévation aux fleurs afin qu’elles soient plus visibles » et « si l’eau n’est pas plus abondante dans les parterres qu’elle ne l’est à présent, il ne sera pas possible de soutenir les fleurs dans la grande sécheresse avec le peu d’eau qui y vient il n’y aurait que les fleurs vivaces qui puissent se soutenir ». La région de Pont-sur-Seine est la « Champagne pouilleuse » ou la « Champagne crayeuse » dont le sol est constitué essentiellement de craie. C’est une région de pâturage des moutons. Comme l’explique Yves Chevalier, la région « présente donc une certaine tendance à l’aridité »18 en raison des sols de craies perméables.

Bernardo Bellotto Wilanów, zamek Wilanów (détail).

Le document continue ainsi « les gazons des parterres ont besoins d’être renouvelés, pour cela faire il faut les labourer au mois d’octobre prochain et laisser passer l’hiver avant de les semer afin de mûrir les terres et au printemps prochain les semer en herbe ou en pré » et « j’ai oublié de dire que quand nos gazons seront bien levés, il faut passer le rouleau dessus pour écraser le peu de mottes qui y restent et en raffermir la terre ce qui replombe[sic] en même temps l’herbe qui est levée ». Ainsi le gazon doit être bien entretenu aux abords de la demeure et peuvent être moins entretenu en s’en éloignant.

En guise de conclusion: la place du gazon à Pont?

Le prince et son architecte ont établis plusieurs documents sur les superficies occupées par chaque compartiments du jardin. Ce document « État des continences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, verger, couverts, allées claires et ombrées etc qui accompagnent et décorent le château de Pont sur Seine» du 23 juin 178719 donne une description des zones gazonnées :

  • Demie lune « les parties entourées de tilleul » avec deux allées.
  • Avant-cour : quatre pièces de gazons avec les allées.
  • Première terrasse : gazons de face aux ailes du château levant et couchant ; gazons de talus de cette 1ere terrasse.
  • Deuxième terrasse : gazons pleins au levant et couchant ; gazons chiffres X C ensemble.
  • Grand potager : en quarré légumier en tapis ou gazons bordés en tilleuls et en allées sablées.
  • Verger en nouveau potager ; tant en gazon semé en herbe naturelle et allées avec tilleuls.
  • Allée des mûriers : le gazon ou tapis avec allées sablées et fossés L’ensemble des surfaces gazonnées représentent environ 5 hectares sur les 27 hectares du domaine.
Bernardo Bellotto, Schönbrunn, Wien
Kunsthistorisches Museum.

Comme le souligne Gabrielle Boreau de Roincé montre que l’arbre devient un élément important des jardins comme à Versailles en 177820 : « Les allées ombragées et l’espace consacré à des contre-allées entre arbres de ligne et charmilles permettent une nouvelle fonctionnalité des jardins de Versailles avec l’apparition signalée d’endroits spécialement consacrés à la pause assise et à la conversation.Cette évolution est sans aucun doute à mettre en rapport avec l’apparition à Paris des jardins-promenades ». Elle souligne son rôle pour la promenade dans la nouvelle volonté d’aménagement du jardin. Mais les parterres de gazon prennent aussi une place importante car ils permettent de créer des décors moins coûteux que des parterres de fleurs ou bosquets de charmilles et de souligner des points de vue pour le promeneur.

à suivre.

Pour aller plus loin:

Corbin (Alain), La Fraîcheur de l’herbe: Histoire d’une gamme d’émotions, Paris, Fayard, 2018.

Notes

1. Georges Farhat, « Territorialités et parcs à l’âge classique: pour une approche critique de la notion de territoire », Polia, Paris, Association pour l’Histoire de l’art des jardins,2008, p.18. 2. Gérard Mabile, « Le jardin classique à partir de Le Nôtre », dans Babelon, Jean Pierre (dir.) , Le château en France, Paris, Berger-Levrault, 1986, p.295-304. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1789 lettre de Régnier au prince Xavier, 22 octobre 1772.4. Relevé d’après Géoportail [en ligne, consulté le 21/03/2017].5. Jacques-François Blondel, De la distribution des maisons de plaisance, op.cit. tome 2, p. 2. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, différents dessins faits par Giesel montrent le mur et les écroulements : un du 7 mars 1778 et l’autre du 8 avril 1780. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2180, marché pour un escalier du château de Pont, 18 avril 1782. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, « états des contingences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, vergers […] », 23 juin 1787. 9. Arch. dép. de l’Aube, 1Q, 811 vente des biens nationaux de l’émigré Xavier de Saxe, 19 vendémiaire an IX et affiche du 20 fructidor an VI [6 septembre 1798]. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 5 septembre 1778. 11 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1448, lettre de Xavier à Giesel, 15 septembre 1778. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 21 septembre 1778. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 19 mars 1780. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1749, lettre de Giesel au prince, 26 mars 1780. 15. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1440, lettre du prince à Giesel, 1er avril 1780. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185,  « états des travaux et réparations a faire dans les jardins et potagers du château de Pont », s.d. [vers1780]. 17. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185,  « états des travaux et réparations a faire dans les jardins et potagers du château de Pont », s.d. [vers1780]. 18 Yves Chevalier. « Métamorphoses de la Champagne crayeuse : déboisement et équilibre biologique », Revue forestière française, 1972, 24 (4), p.303. 19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, Etat des continences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, verger, couverts, allées claires et ombrées etc qui accompagnent et décorent le château de Pont sur Seine» du 23 juin 1787. 20Gabrielle Boreau de Roincé, « Les bosquets de Versailles à la fin du XVIIIe siècle. Concevoir et parcourir les jardins de Versailles après la replantation  », Livraisons de l’histoire de l’architecture, 23 | 2012 [en ligne consulté le 16 juin 2023]. 21. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2018, dessin sans date.

Le jardin de l’archevêque de Bourges à Turly (Cher)

Georges-Louis Phélypeaux d’Herbault

Le futur archevêque serait né en 1719. Son père portant le même nom est un conseiller du Parlement de Paris puis il devient gouverneur d’Orléans en 1727. Il décède en 1742 en son château d’Herbault (Neuvy, Loir-et-Cher). Son fils est d’abord abbé de l’abbaye royale de Thoronet puis il est nommé en 1757 à l’archevêché de Bourges et abbé commendataire de l’abbaye de Saint-Lucien de Beauvais et de Saint-Benoit puis enfin prélat chancelier et surintendant de l’ordre du Saint-Esprit en 1770. En 1778 il préside les assemblées provinciales du Berry. Il meurt en 1787.

Médailles de Phélypeaux d’Herbault nommé comme archevêque de Bourges, 1757.

Son frère cadet Louis-Balthazard est chevalier de malte et le dernier Jean-Frédéric est officier et chevalier de Saint-Louis marié mais sans héritier. Il a une sœur Hiéronyme-Rosaline-Félicité mariée à un procureur général dont elle à des enfants. La famille est parent de Jean-Frédéric Phélypeaux de Maurepas, ministre de Louis XVI de 1774 à sa mort en 1781.

Les travaux du domaine de Turly (commune de Saint-Michel-en Volangis, Cher)

Les travaux pour l’intendant ne sont pas les seuls qu’entreprend l’ingénieur Defer en 1776 dans le Berry. Demontrocher en rend compte en février 1776 :

« Il y a quelques jours, que ce prélat [l’archevêque de Bourges] vient de le charger de suivre et continuer les ouvrages commencés par M. Valframbert, mon prédécesseur, à sa maison de plaisance situé à une lieue d’ici1, sous mes yeux. Par conséquent, il est vrai que M. Defer a ajouté fort obligeamment qu’il mènerait promener quand je voudrais. Des personnes distingués d’ici m’ont dit que M. l’intendant leur a assuré que l’on travaille cette année à la reconstruction de la Salle des Spectacle. Si cela est, je dois le mystère que l’on m’en fait au manège de M. Defer qui veut s’arroger cet ouvrage, et je sais d’ailleurs qu’il en a parlé lui-même. Je suis informé par voie sure qu’il va faire solliciter M. le contrôleur général pour être directement chargé des projets d’un canal de navigation qu’il dit avoir imaginé pour la communication de la Loire et du Cher par la petite rivière d’Auron qui passe par Bourges. Les avantages n’en sont pas encore constatés mais il dit qu’il est l’ouvrage d’un mémoire, et l’on sait que la prose ne coute rien.»2

Château et jardins de Turly, Atlas de Trudaine, vers 1745, Arch. nat. F14 846.

Les travaux auraient donc commencés en 1774 car il est ainsi fait mention des travaux faits par Valframbert pour « M. l’archevêque de Bourges, cousin et ami le plus intime de M. de Maurepas »3 qui ont couté «  plus de 6000 l. d’ouvrage de tout espèce »4. Ils se seraient terminés à la fin de l’année 1776.

Le château semble dater du début du XVIIIe siècle. Un canal passe tout près du château et séparant le jardin. Il permet l’alimentation en eau du jardin et des bassins. Un ruisseau est repérable sur le plan de Turly issu de l’atlas de Trudaine. Son tracé rectiligne montre que son cours a déjà été canalisé bien avant l’arrivée de l’archevêque Phelypeaux d’Herbault, peut-être dès le XVIIe siècle. En revanche, les travaux réalisé par le prélat sont un bassin à l’entrée du château près de la place ronde de l’avant-cour et un autre créé dans l’axe du logis dans le jardin.

Château et jardins de Turly, plan du cadastre de la commune de Saint-Michel de Volangis, section C, vers 1820, Archives départementales du Cher.

Notes

1. Il écrit depuis Bourges. 2. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de De Montrocher à Perronet du 12 février 1776. 3.  Pallet, Félix, Nouvelle histoire du Berry, Paris, Prevost, 1783-1785, tome 4, p. 232. 4. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 16 septembre 1774.

La plantation des routes dans la généralité du Berry au XVIIIe siècle

La route des Lumières

L’arrêt du roi du 3 mai 1720 définit les « grandes routes » c’est à dire celles qui mènent aux côtes, aux frontières ou aux grandes capitales provinciales comme devant être de 60 pieds de large et les « chemins royaux » de 36 pieds1. Alors que Louis Ligier, dans La nouvelle maison rustique, leur donne « soixante-douze pieds de large dans les bois et vingt-quatre pieds ailleurs pour le moins »2. Quand le chemin royal est pavé, on l’accompagne d’un chemin de terre. Ligier poursuit que « dans les grandes routes allants de Paris dans les provinces, les inspecteurs des Ponts et chaussées doivent faire entretenir aux dépends du roi, des fossés de quatre pieds de large sur deux pieds de profondeur, à l’extrémité des chemins de terre qui accompagnent le pavé et lorsqu’il n’y a point de chemins de terre déterminés, on doit faire des fossés à dix-huit pieds de distance de chaque coté du pavé dans les grandes routes et à douze pieds dans les routes moins considérables »3.

Atlas de Trudaine pour la généralité de Bourges.
“N° 302 Nièvre n° 1. Grande route de Paris à Lyon depuis Maltaverne jusqu’à Barbeloup[…]”, Archives nationales

L’intendant du Berry rappelle que « plusieurs arrêts du conseils et notamment ceux des 26 mai 1705 et 17 juin 1721 chargent les propriétaires des héritages, qui aboutissent aux grandes toutes, d’entretenir [en] chaque endroit soit les fossés faits ou qui seront faits à l’avenir », mais il ajoute que « la dépense de la première ouverture n’est point à leur charge »4. Il vient ensuite les chemins de traverses et les chemins vicinaux. Les chemins de traverse sont les chemins reliant les bourgs, les villages, les villes moyennes et petites. Ils dépendent pour la plupart du seigneur du lieu. Ce sont des chemins coupant les axes principaux définis comme route royale. Ils sont souvent mal faits et peu entretenus, mesurant entre seize et huit pieds de large. Ce sont les commerçants et les paysans locaux avec leurs charrettes ou chariots qui les empruntent pour aller de village en village en fonction de la saison agricole et des foires. Mais ces chemins ne permettent pas les grands trajets car ils deviennent parfois impraticables en hiver. Et enfin les « chemins vicinaux » qui sont les chemins privés reliant des sites peu éloignés aux villages. Dans ces sortes de chemins, on peut retrouver les allées et avenues menant aux châteaux.

Vue aérienne de l’avenue de Valençay, coll. part.

Louis Liger, qui a fait un long article sur les chemins5 , préconise la plantation d’arbres le long des chemins car « les routes en seraient plus belles, les chemins moins défaits, les terres mêmes moins exploitées ; on emploierait très utilement un terrain souvent perdu et on aurait toujours, du moins à la longue, de beaux et bon plants dans ce Royaume, où l’on ne saurait avoir ni trop de bois ni trop de fruit »6.

L’alignement vu par les ingénieurs du Berry

Un mémoire écrit pour l’alignement des routes à la sortie de la ville de Gien mentionne que « le but que doivent se proposer les ingénieurs qui sont chargés de tirer les alignements des routes est sans doute : 1°le bien public et celui de l’État en les faisant passer, autant que faire se peut, par la ligne la plus courte et sur le terrain le plus solide, afin de diminuer les travaux, la dépense et de soulager les corvéables ; 2° de faire l’ornement des villes en leur procurant de belles routes hors de leurs enceintes ; 3° de faire trouver aux voyageurs leur agrément et leur sûreté en les traçant dans un pays découvert et élevé ; 4° enfin de diminuer la perte des particuliers en tirant des alignements sur le terrain le moins précieux»7.

Atlas de Trudaine pour la “Généralité de Bourges n° 9. Route de Bourges à Gien, par Argent, Aubigni, Prelly-le-Chêtif, Merry-en-??? et Allogni, depuis Bourges jusqu’à la fin de la généralité peu au-delà d’Argent”, Archives nationales.

On voit ainsi que les routes sont, à la fois par leurs tracés et par leurs plantations, un ornement du territoire autour des villes. Deux critères permettent de leur conférer un caractère ornemental et monumental, tout d’abord leur parcours puis leurs plantations d’arbres. Le tracé rectiligne de la route est un des grands préceptes des ingénieurs mais une fois sur le terrain, les différents acteurs qui entrent en jeu doivent trouver le meilleur tracé. En effet, on peut le voir lors de la création de la route de Bourges à Montluçon par Saint-Amand. Les projets de la route de Bourges à Clermont par Montluçon et Saint-Amand sont vérifiés par l’intendant, sur les lieux avec l’ingénieur.

Atlas de Trudaine pour la généralité de Bourges.
“N° 320. Généralité de Bourges. N° 20. Chemin de Bourges à Saint-Amand passant par Dun-le-Roy, 8 cartes, et 3 feuilles de ponts, Cher”, Archives nationales.

Ils sont d’accord pour « que l’alignement pris sur la droite du coteau qui se trouve en ce lieu doit à tous égard être adopté plutôt que l’autre, [car] son exposition qui est au grand air et au soleil, se trouvant à mi-côte, fait non seulement un fort bel effet, mais encore est très avantageuse pour la beauté et la conservation du chemin, au lieu que de l’autre coté [où] il se trouve dans un fond ou il serait toujours humide et mauvais [car] la montagne formant un rideau qui empercherait de recevoir le soleil »8 .Ce tracé doit être le plus adapté pour proposer aux voyageurs un passage agréable et sûr, mais aussi permettre une meilleur conservation du chemin nouvellement réalisé. Après son implantation, l’ingénieur doit s’intéresser à la plantation d’alignement. Les alignements d’arbres modifient la perception que l’on a de la route.

Les plantations par l’exemple du Berry

Un alignement est un ensemble d’arbres plantés à distance régulière pour souligner un axe de communication tel qu’une route ou un canal. Les arbres permettent de conduire le regard du voyageur au loin. De plus, l’alignement des arbres peut permettre de masquer ou de révéler les points forts du paysage le long de la route. Enfin, l’arbre permet l’ombrage et l’humidité de l’air pour le voyageur. Il répond donc autant à un besoin d’agrément qu’à un besoin utilitaire. On peut ajouter que les fruits et les bois permettent aux riverains qui en jouissent d’avoir un revenu et un moyen de chauffage. Les pépinières royales produisent des essences d’arbres propices à la fois à l’ombrage et à la fois par leur silhouette à souligner les axes. Un état des arbres, pour l’année 1773, des pépinières pour les Ponts et chaussées de la généralité de Bourges, « tant pour les grandes routes que pour différents particuliers, d’après les ordres de Mr. L’intendant », nous renseigne sur les essences utilisable : pour la « pépinière de Bourges : 800 ormes, 209 noyers, 1544 peupliers d’Italie », et pour la « pépinières de La Charité : 483 noyers, 409 sycomores, 400 frênes, 258 peupliers d’Italie et 111 arbres fruitiers. » Mais « on ignore s’il en a été délivré de la pépinière de Châteauroux»9. Pour cette année 1773, il y a donc 4124 arbres pour deux pépinières. Les pépinières avaient en charge d’élever les jeunes arbres et arbustes, de les conserver et de les proposer aux particuliers qui pouvaient les acheter. Les essences étaient variées et les propriétaires les utilisaient régulièrement.

Avenue de Montgeoffroy au XIXe siècle, Geoportail.

Ainsi, à Montgeoffroy, sur un plan de 1775, l’allée principale est composée d’ormes, les deux autres, de peupliers noirs (léards) et de peupliers10. A Argent, l’allée principale fut plantée d’acacias, qui ont été enlevés dans les années 1960 et la route de tilleuls. Les peupliers d’Italie poussent avec une tige munie de branches latérales et d’une flèche verticale. Les ormes ou acacias présentent un tronc droit surmonté de plusieurs branches appelées couronne, seule la taille générale de l’arbre varie. Ils permettent par leur allure élancée ou leur tronc droit de souligner les axes de communications. La plantation plus ou moins rapprochée permet l’ombrage. On ne retrouve ni les tilleuls, ni les acacias dans les pépinières royales, en cela, on peut supposer que l’intendant, qui a lui même des pépinières, fait pousser ses arbres ou que ce sont des plantations postérieures à l’état de 1773. Les particuliers pouvaient se fournir dans les pépinières.

Tilleul argenté, gravure 1801, coll. part.

Ainsi l’intendant explique qu’ « il a été accordé à des particuliers pour les planter où ils ont jugé à propos. Il paraît que le désir d’exciter à cet égard l’émulation dans cette province, fit le principe de l’institution des pépinières qui y sont établies. Priez que dans l’origine, on accordait même des gratifications aux cultivateurs qui par leur zêle et leur intelligence parviennent à former les plus belles plantation. Et je croirais manquer à la justice et à l’objet même de l’établissement si je leur refusais aujourd’hui des arbres lorsqu’il y en a de reste, après une réserve suffisante pour les routes. Je sais d’ailleurs que ces distribution particulières ont lieu dans toutes les provinces où il y a des pépinières à leurs frais comme sont celles du Berry»11. Mais, on peut remarquer, d’après l’ingénieur en chef Valframbert, en 1773, que l’intendant dirige la « destination des arbres des pépinières, [et] que l’imposition pour subvenir à cette dépense étant sur sa province, il en était seul l’administrateur ». Et surtout qu’il ne paierait pas l’ingénieur s’il continuait à « faire faire des plantations de routes aux frais du roi ». Ainsi l’ingénieur fait « remarquer, […] qu’il n’y a eu que deux personnes dans la province qui aient voulu planter à leurs frais »12. Trudaine préférait que ce soit les pépinières qui fournissent toutes les plantations des routes et qu’elles soient plantées par les Ponts et chaussées alors que l’intendant voudrait « engager les propriétaires riverains des routes à les planter eux-mêmes » et il poursuit qu’il leur en donnerait de ses réserves pour qu’elles « ne coûtent proprement pas un sol au roi ». En conséquence, « c’est la province qui en fait tous les frais et il paraît dans l’ordre qu’elles tournent, à un certain point, au profit de ses habitants. »

Plan de la pépinière du Roule à Paris, Gallica.

L’intendant rajoute que planter des arbres en terre ne suffit pas car « ils exigent pendant plusieurs années des soins particuliers » et que « le propriétaire seul peut les faire donner parce qu’il les regarde comme sa propre chose et son ouvrage, tandis que cela serait impossible à l’administration »13. Il conclut que faire faire des plantations par corvée serait une pure perte par rapport à la quantité d’ouvrages à faire et que cela occuperait un ingénieur qui n’a aucun pouvoir de police sur les arbres après leur plantation. Turgot finit par trancher avec l’arrêt du conseil du 6 février 1776 qui préconise que« les bords des routes seront plantés d’arbres propres au terrain, dans les cas où ladite plantation sera jugée convenable, en égard à la situation et disposition desdites routes »14. Ces plantations devaient être l’œuvre des propriétaires en bordure de route comme l’ajoute l’arrêt du 17 avril 177615.

Notes

1. Jean Le Rond d’Alembert et Denis Diderot, Encyclopédie, Paris, Briasson, Le Breton, David, Durand, t. III, 1753. p.279. 2. Louis Liger, La nouvelle maison rustique, septième édition, Paris, Saugrain, tome I, 1755, p.894. 3Ibid.,p.895. 4. Arch dept. du Cher, C110, copie sans date de la lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à M. d’Aumont, procureur du roi au bureau des finances. 5. Louis Liger, La nouvelle maison rustique, op. cit., septième édition, Paris, Saugrain, tome I, 1755, p.894-897. 6. Ibid., p.894. 7. Arch. dept. du Cher, C1245, mémoire du commissaire terrier de Claude-Charles Feydeau de Marville, comte de Gien. 8. Arch. dept. du Cher, C110, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 20 août 1770. 9. Arch. dept. du Cher, C112, mémoire sur les pépinières royales du 19 avril 1774. 10. Voir Gouiric (Nicole), « La peuplomanie dans les jardins de la seconde moitié du XVIIIe siècle : propos inspirés par les peupliers de Méréville », Polia, n°10, 2008, figure p.47. 11. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 19 avril 1774. 12. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 3 décembre 1773. 13. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 29 juin 1773. 14.  Vignon (Eugène-Jean-Marie), Études historiques sur l’administration des voies publiques en France au XVIIe et XVIIIe siècles, op.cit., pièce justificative n°548, 8 février 1776, « arrêt du conseil du roi sur la largeur des routes », p.226. 15Ibid., pièce justificative n°549, 17 avril 1776, « arrêt du conseil qui fixe à un an le délai accordé aux propriétaires riverains pour planter […] », p. 228.

L’architecte Johann August Giesel (1751-1822) et la question du jardin pittoresque en Saxe

Cet article est une version améliorée en français de l’article ” Architect Johann August Giesel (1751-1822) and the Question of the “English Garden” in Saxony“.

Façade du palais der Sekundogenitur avant 1945, Deutsche Fotothek.

En 1788, Heinrich Keller remarque que le premier jardin de style anglais en Saxe se trouve être l’œuvre de l’architecte Johann August Giesel dans le jardin du palais der Sekundogenitur1. Comment peut-on situer dans la carrière de l’architecte l’introduction du style pittoresque ou “anglo-chinois” en Saxe ? D’où viennent ses inspirations ? Il faut revenir sur les étapes de la carrière de cet architecte qui travaille auprès du prince Xavier de Saxe en France.

Plan de Dresde, Deutsche Fotothek. En rose palais et jardin du palais der Sekundogenitur.

L’architecte Johann August Giesel

Né en 1751, Johann August Giesel est le fils d’un ouvrier en bâtiment2. Il lui doit ses premiers pas dans l’apprentissage de son métier par une solide formation technique. Il a pour frère aîné Johann Ludwig Giesel, né en 1747, peintre qui effectua son apprentissage à l’académie auprès de Charles-François Huttin (1715 – 1776) le directeur depuis 1764 puis dans l’atelier du peintre Johann Eleazar Zeissig dit Schenau (1737 – 1818). Entre 1764 et 1769, Johann August Giesel entre lui aussi dans l’atelier de Charles-François Huttin, où il apprend les mathématiques et le dessin. Puis, il étudie l’architecture auprès de Charles F. Renner qui est maître des fortifications (Festungsmauermeister). En 1766, il est maçon lors des travaux du palais der Sekundogenitur (Dresde) sous les ordres de l’architecte Friedrich August Krubsacius.

Louis de Silvestre, Jean-Georges dit le chevalier de Saxe, Wiki Common.

Il serait parvenu à entrer dans le corps des ingénieurs de l’administration militaire électorale : il aurait acquis à ce moment le grade d’ingénieur-colonel (Ingenieur-Oberst.). En 1773, il est appelé auprès du prince Xavier (1730 – 1806) en France3. Resté toujours très lié à son pays d’origine, il fait de nombreux voyages pour voir sa famille à Dresde et pense revenir en Saxe dès 17804. Néanmoins, le prince fait tout pour le conserver à son service, ce qui marque sa satisfaction des travaux de l’architecte. Mais en 1782, l’architecte retourne définitivement en Saxe où il poursuit sa carrière d’architecte comme directeur des travaux (baudirektor) d’abord auprès du prince Maximilien (1759 – 1838). Il effectue de nombreux travaux dans ses jardins et palais notamment celui de la Friedrichstäder Allée. Puis il entre en 1783 au sein de la Maison du prince Antoine de Saxe (1755 – 1836), futur roi de Saxe sous le même titre puis devient inspecteur des jardins (Garten inspektor).


Friedrich August Krubsacius, Vue du palais der Sekundogenitur, SLUB.

Les historiens attribuent à Johann August Giesel la réalisation des transformations dès son retour en Saxe au palais der Sekundogenitur dont notamment la création d’un jardin pittoresque avec des folies dont une en forme de ruine antique. Friedrich August Krubsacius y avait réalisé le jardin géométrique entre 1778 et 1779. Ce palais réalisé pour le Chevalier de Saxe est vendu en 1778 par son héritière Friederike Alexandrine Gräfin von Moszinska (1709 – 1784) à Marie-Antoinette de Bavière mère de l’Électeur qui y fait faire de nombreux travaux. A sa mort, son fils Charles de Saxe, frère de l’électeur Frédéric-Auguste III en hérite mais ne semble pas faire de travaux. Puis à la mort de ce dernier, en 1780, le palais revient au prince Antoine son frère. C’est ce dernier qui fait appelle à son architecte d’alors Johann August Giesel. Ce palais détruit pendant la seconde guerre mondiale est devenu le Blüherparks à Dresde5. En 1782, le jardin du palais possède de nombreux pavillons dont l’un « à la chinoise » mais aucune mention du jardin anglais6.

Jardin du palais der Sekundogenitur (détail).

D’après l’historien Fritz Löffler la réalisation s’est déroulé de 1783 à 17887. Il n’existe pas d’archives à ce sujet mais plusieurs documents du XXe siècle en rendent son état compréhensible. Cette construction se trouvait au bout de la rivière artificielle à droite du bâtiment. C’est un mur avec une grande niche où se trouve un portique surmonté d’un entablement, et sur le coté, un autre portique surmonté d’un entablement et d’un tympan. Le mur est agrémenté de deux oculi au – dessus d’une corniche, mais aussi de colonnes et d‘autres murs à moitié écroulés.

Ruine du jardin du palais der Sekundogenitur, Deutsche Fotothek.

En 1789, Johann August Giesel travaille encore à Dresde dans le Prinz-Max-Palais, puis aux nouvelles constructions du château Mückenberg (Lauchhammer, Basse-Saxe) de 1794 à 1804. En 1799, il réalise le jardin du parc du château de Wolkenburg (Saxe). Il meurt à Dresde en 1822 en étant directeur des travaux et inspecteurs des jardins royaux de Dresde (Baudirecteur und Inspektor des königlichen gartens zu Dresden). Il s’était marié mais il n’eut pas d’enfants qui parvinrent à l’âge adulte.

Au service du prince Xavier

Pendant la régence, le prince Xavier de Saxe met en place une politique visant à remettre en état un duché ruiné et une capitale en partie détruite par les bombardements prussiens de 1760. En 1764, le prince Xavier pose la première pierre de la reconstruction de l’église protestante Sainte-Croix endommagée par les bombardements prussiens de 1760. Sa reconstruction devient un enjeu politique et architectural dès la fin de la guerre. Après son écroulement en 1765, durant les travaux, le prince administrateur décide que tout l’édifice doit être reconstruit dans un style « classique » (Klassizismus) et confie la tâche à l’architecte Friedrich August Krubsacius8. Le prince est donc au courant des nouveauté architecturale survenu en France avec le retour de l’architecte Jacques-Germain Soufflot d’Italie, ainsi que les publications sur l’art antique de Johann-Joachim Winckelmann. En 1769, éloigné de la politique, il décide de quitter la régence qui est pour lui désormais une « galère bien désagréable »9. En voyage en Italie, il décide de venir, en 1770, s’installer en France où il achète le château de Chaumot en 1771 (Yonne) puis en 1775 celui de Pont-sur-Seine (Aube) considéré comme l’un des plus beaux châteaux de Champagne.

Vue du château de Pont-sur-Seine, Archives de l’Aube.

Le prince avait sûrement rencontré l’architecte Giesel en 1764 sur le chantier du palais du Chevalier de Saxe avec qui il avait mis en place une réforme de l’armée prévu depuis la défaite de Pirna en 1756. En se mettant au service du prince, l’architecte trouve une place non dénuée d’intérêt auprès d’un prince cultivé d’une des grandes familles européennes. Artiste accompli, il occupe le poste de dessinateur dans la Maison du prince. Il opère aussi comme maître de musique et de dessin des enfants du prince10. Dès son arrivé, il se voit chargé de dessiner les plans du château du Vaudreuil (France, Eure) que le prince avait en projet d’acquérir. Il fait aussi des décors provisoires dans le jardin de Chaumot pour Claire Spinucci épouse du prince Xavier11.

Le jardin de Pont-sur-Seine

C’est surtout les divers chantiers du château de Pont-sur-Seine qui relèvent les talents de l’architecte. Le prince charge son architecte de gérer son jardin avec l’aide des régisseurs, des jardiniers et ouvrier. Pour le côté pratique, les jardins dépendaient d’Antoine Speiser12, jardinier botaniste et du Sieur d’Amours jardinier.

Château de Pont, Atlas de Trudaine (détail).

L’architecte modifie les terrasses et réalise le grand escalier qui fut dès 1788 remarqué dans ses biographies. Le plan de l’atlas de Trudaine montre l’état avant les travaux13. Dès 1776, le prince demande à ce que plusieurs terrasses soient faites en forme de glacis plantées de gazon. Il ne conserve qu’une seule terrasse connue par les dessins réalisés pour les travaux après les différents écroulements de 1778 et 178014.

Johann August Giesel, Mur de la terrasse du jardin de Pont, Archives de l’Aube.

Pour connaître l’état du jardin après les réalisation de l’architecte, il existe une description des parties du jardin de 1787 et deux plans du domaine l’un de 1790 puis un autre de 179815. Le jardin est constitué de deux axes : le premier nord – sud constitué du château, des terrasses et de la pièce d’eau ; le second est – ouest constitué du petit parc et de prés. Le domaine est délimité au nord par la Seine et au sud par la grande route royale et clôt de murs. De l’autre côté de la route est située l’avenue en direction de la forêt ou « grand parc ». Elle débouche sur la demi-lune en face du château et à sa gauche, le chenil et la melonnière sont placés le long de la route. Une avant-cour sépare les deux ensembles des communs par un espace engazonné.

Plan de la vente du château de Pont en 1790, Archives de l’Aube.

Le château, entouré de fossés, donne sur une première terrasse. Une seconde terrasse se trouve en face du château en direction de la Seine. Un escalier permet de descendre à la troisième terrasse clôt de murs qui se termine par un petit pont. Dans l’axe du château et de l’escalier se trouve une grande pièce d’eau dans un espace. À l’Est de celle-ci est disposé un potager et à l’ouest, le moulin placé le long d’un petit canal. De part et d’autre de la pièce d’eau, plusieurs alignements d’arbres ont été plantés.

Copie d’un plan du château de Pont à la fin du XVIIIe siècle, Archives de l’Aube

Sur le côté droit du château se trouve le « petit parc » délimité par des allées en quadrillage et en losange. Ce tracé a engendré des bosquets en forme de rectangles (sud) et losanges (nord). Cette zone est séparé du reste du jardin par deux grandes allées d’arbres appelé « mail ». Un grand pré sert de garenne en dessous. Un plan de 1799, connu par une copie du XXe siècle, permet d’imaginer des allées sinueuses dans un bosquet « anglais ». Dans un autre bosquet se trouve une glacière avec une « chambre » utilisée pour les fêtes. Le « bosquet du Chambellan », est constitué d’allées rectilignes aboutissant à des espaces où l’on trouve des banquettes de jardin, des gazons servant pour un jeu de trou madame ou encore un tape-cul entre deux sculptures de vases sur des socles de pierre.

Johann August Giesel, Dessin d’un tape-cul, Archives de l’Aube.

Le prince ne semble pas céder davantage à la mode des jardins pittoresques puisqu’il met surtout en place des parterres de potager, une melonnière et des vergers pour fournir sa table. Dans ces derniers, il y fait planter pêchers, cerisiers, pruniers, poiriers. Dans le potager se trouve carottes, navets, radis noirs, raifort, ciboule, poireaux. Les jardiniers y ont ajouté encore des oignons, des haricots verts, des concombres, des choux, des échalotes, de l’ail, de la ciboule, des poireaux, du persil, des carottes, des artichauts, des melons. Le jardin est complété par des vignes.Ensuite le jardin est constitué de plantes d’agrément et d’alignement. Le prince fait faire de nouvelles allées de charmilles, de mûriers blancs ou encore les allées du mail où il fait planter des peupliers. Pour ses parterres, il fait mettre des rosiers et des lilas16. Le jardin de Pont est donc géométrique avec de belles allées et avenues pour les jeux et les festivités où les plantes et arbres sont autant pour l’agrément que pour leur utilité agricole et culinaire17.

Johann August Giesel?, Dessin de phynge, Archives de l’Aube.

Au printemps 1781, le prince se décide à faire construire un « grand escalier de la terrasse des parterres de son château de Pont au potager » avec une grotte et décoré de deux sculptures de sphinx. Il en fait part à son architecte Giesel et au maître maçon Pierron, rue des Escouffes à Paris. Le prince demande à son architecte de proposer un dessin. L’escalier en fer à cheval est constitué de deux volées de marches et de balustres de pierre. C’est un escalier de pierre de grès avec un décor de « tableaux de briques » comme le montre le dessin de la reconstruction de la terrasse en 178018. Le décor de l’escalier est complété par « deux gargouilles en grès aux deux extrémités […] pour jeter les eaux par deux lances »19.

Vue des sculptures de sphynges de Pilnitz, Deutsche Fotothek.

Pour compléter l’escalier, l’architecte lui propose un modèle de lion ou de « sirènes couchantes de pierre de St Leu » ou de « deux chevaux marins ou deux lionnes » 20. Cette représentation est très proche des sculptures de sphinge du château de Marly que le prince visita en 1769. Il existe des modèles similaires en Saxe dans le jardin de Pillnitz, château que le prince appréciait particulièrement.

Vue aérienne de Pilnitz, Deutsche Fotothek.

Le maçon Pierron envoie ses modèles qui arrivent le 8 mai 1781 : le prince « a trouvé qu’ils seraient mieux si la tête de la lionne était un peu tournée comme paraissant regarder les personnes qui viennent pour monter l’escalier et que tout le corps et la tête soient un peu plus élevés » plus proche des sculptures de Pillnitz. Il ajoute que « ces deux lionnes n’auront point d’eau à jeter ». C’est à dire que la sculpture aura la bouche fermée et aucun travaux de plomberie ne sera à faire. Le 22 mai 1781, il en ordonne l’exécution. La sculpture doit être en « en pierre de Saint Leu » et coûter « 900 livres les deux ensemble ». Il ajoute qu’elles doivent être en un seul morceau. Les travaux de l’escalier se terminent en juillet 1782 par la pose des dernières balustres21. Les sculptures, qui sont en deux parties, restent en place jusqu’en 1798, date à laquelle elles sont déplacées au chef lieu du département et peut-être, par la suite, transportées à Paris22.

Gravure de la sculpture du sphynge de Marly, Château de Versailles.

La construction se termine par la grotte qui est une construction à la forme mal connue. Elle se trouve en dessous des deux volées de l’escalier et en son centre est un bassin ovale. L’architecte Giesel écrit qu’il veut voûter la grotte avec de la pierre du village de Resson(Aube)23. Les parois de la grotte sont donc faites d’une pierre très légère de couleur blanche scellé par la chaux.

Jardin pittoresque entre France et Saxe

Lorsqu’il arrive en France en 1773, Johann August Giesel entre dans l’agence de Jean-François-Thérèse Chalgrin (1739 – 1811), architecte du comte de Provence et y reste jusqu’en 1782. L’historien Johann Gottlob August Kläbe écrit : « Ce séjour à Paris fut utilisé par M. Giesel pour bien continuer ses études, où il recevait sous la protection du prince les meilleurs ouvrages, et apprit grâce à MM. Chalgrin et Legrand, le meilleur goût »24.

Autoportrait en romain de François-Thérèse Chalgrin, Wiki Common.

Jean-François-Thérèse Chalgrin est un architecte de renom depuis ses travaux, en 1767, pour l’hôtel de Saint-Florentin (Paris) sur un dessin de l’architecte du roi Ange-Jacques Gabriel. Il se fait aussi remarquer par la réalisation, en 1770 pour le comte de Mercy-Argenteau, de la salle de fêtes au palais du Luxembourg lors du mariage du dauphin avec l’archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche. Par la suite, l’architecte réalise plusieurs constructions dont notamment des plans pour des jardins encore mal connu25. En 1777, il donne les dessins pour un temple de l’amour dans une propriété de Fresnes-sur-Escaut (Nord). Puis en 1785 il donne les plans pour un jardin pittoresque à Versailles, propriété de la comtesse de Balbi, maîtresse du comte de Provence26. L’architecte Giesel a pu ainsi connaître les réalisations de l’architecte du comte de Provence grâce à ses relations : il est ami avec un certain Gaetner avec qui il passe deux séjours à Versailles en 178027.

Joseph Siffred Duplessis, Portrait du comte de Provence, Wikicommon.

Le jeune Giesel a-t-il pu profiter des relations de Chalgrin et entrer dans la sphère du comte de Provence ? Rien n’est moins sûr puisque les lettres avec le prince Xavier n’en dit mot. Les travaux dans le jardin de Pont sont les seules œuvres connues de l’architecte saxon en France mais comme nous l’avons vu les traces de création de jardin pittoresque sont très peu nombreuses. Il a pu aussi connaître les jardins à la mode par différents publications et visites. La première pourrait être les gravures de Georges-Louis Lerouge réalisé à partir de 1775 qui rendent compte de différents jardins français, anglais et allemand dans le goût « anglo-chinois »28.

Gravure du parc de Monceau, Gallica.

Il a pu aussi voir des jardins et constructions faites entre 1773 et 1782. La ruine du palais der Sekundogenitur est une structure dont on ne verrait que la partie supérieure comme le portail d’entrée de l’hôtel de Tellusson réalisé en 1778 par l’architecte Claude Nicolas Ledoux. Il est traité comme en arc de triomphe antique a moitié enterré.

Jean-Baptiste Lallemand , Dessin de l’arche de l’hôtel de Thelusson, Gallica.

On peut encore penser aux ruines de la Naumarchie du parc de Monceau. La folie a été réalisée entre 1773 et 1779 pour le duc de Chartres, fils du duc d’Orléans. L’architecte Giesel a pu visiter ce lieu avec Legrand qui travaillait auprès du duc d’Orléans.

Carontelle, Vue du jardin de Monceau, Wiki Common.

Conclusion

L’architecte Johann August Giesel est un homme d’art et de culture. Il sait écrire français et allemand. Il est assez connaisseur en musique pour l’enseigner aux enfants d’un couple princier assez musicien. Cette étude a tenté de démontrer qu’en travaillant sur le domaine de Pont-sur-Seine en France, l’architecte a connu l’économie rustique et la gestion d’un vaste domaine agricole. Il a su parfaire ainsi ses connaissances d’architecture militaire et domestique dans des connaissances plus techniques. Inspiré de nombreuses créations parisienne dont notamment le jardin de Monceau, il connaît aussi les petites constructions des jardins à la mode ou « anglo-chinois ».

Friedrich August Krubsacius, Projet d’architecture dans un jardin, Deutsche Fotothek.

En revanche il s’oppose à son maître en Saxe, Friedrich August Krubsacius qui, selon l’historien Thomas Kuhn, voit d’un très mauvais oeil ce nouveau goût et reste attaché au style géométrique29.A partir de cette création, l’architecte Giesel devient un spécialiste d’architecture des jardins. La ruine construite dans le palais der Sekundogenitur en 1782 n’est qu’un petit bout d’une carrière qu’il faudrait davantage étudier.

Notes

1. Keller (Heinrich), Nachrichten von allen in Dresden lebenden Künstler, 1788, Leipzig, Dyk, p.59 : « die sämtlichen Reparaturen des schönen und weitläufigen Gartens Sr. Durchlaucht auf der langen Gasse zu übernehmen, und den französischen Garten in einen englischen umzuwandeln ». 2. Les premier renseignements sur sa vie sont dû principalement aux biographies suivantes : En 1788, Keller (Heinrich), Nachrichten von allen in Dresden lebenden Künstler (p.57-60) puis en 1789 par Johann Georg Meusel dans son Teutsches Künstlerlexikon (p. 51 – 52). Ces deux notices sont reprises et complétées, en 1796, par Johann Gottlieb August Kläbe dans son Neuestes gelehrtes Dresden (p. 43 – 44.). La dernière notice en date est dû à Fritz Löffler dans le Neue Deutsche Biographie en 1964 : “Giesel, Johann August” Neue Deutsche Biographie 6 (1964), p. 385 [en ligne, consulté le 04/07/2018]. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1433, lettre du prince Xavier à Boudet, 13 mai 1773. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1780, lettre de Giesel au prince Xavier, 12 juillet 1780. 5. Bechter (Barbara), « Vom rechenbergischen Garten zum Blüherpark. Die wechselvolle Geschichte einer Dresdner Gartenanlage », Die Gartenkunst, n° 17, 2009, p. 112-145. 6. Lehninger ( Johann August), Description de la ville de Dresde de ce qu’elle contient de plus remarquable et de ses environs, Dresde, Walther, 1782, p.342. 7. Löffler (Fritz), Das alte Dresden. Geschichte seiner Bauten u.a.. Leipzig, Seemann, 2006 (1955), p.334. 8Ibid., p. 233 – 235. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 31 juillet 1770. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1780, lettre de Giesel au prince Xavier, 1 mai 1777. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince Xavier à Jurkowski, 12 novembre 1774. 12. Originaire du Wurtemberg, il a participé à la réalisation de différents jardins botaniques dans l’Aube. 13. Arch. nat., Cartes et plans, F 14, 8445, plan de Pont-sur-Seine, Atlas de Trudaine, vers 1750. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, dessins du 7 mars 1778 et du 8 avril 1780. 15. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, « états des contingences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, vergers […] », 23 juin 1787. ; Arch. dép. de l’Aube, 1Q, 811 vente des biens nationaux de l’émigré Xavier de Saxe, 19 vendémiaire an IX et affiche du 20 fructidor an VI [6 septembre 1798]. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1797, lettres de Speiser au prince Xavier, 26 octobre 1781, 26 février 1784, 27 février 1785,8 juillet 1788 et 18 mars 1789. 17. Meyzie (Philippe), « François-Xavier de Saxe dans son château de Pont-sur-Seine. La table d’un prince européen du XVIIIe siècle », Châteaux, cuisines & dépendances, Bordeaux et Paris, Ausonius, 2014, p.251-260. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, dessin de la « face de la nouvelle brèche de la grande terrasse du potager tombé la nuit du 25 mars 1780 ».19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2180, marché pour un nouvel escalier dans le jardin du château de Pont-sur-Seine, 18 avril 1782. 20. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2093, notes de différents necessaire à faire venir de Paris, s.d. 21. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1441 lettre du prince à Pierron, 8 mai 1781, 22 mai 1781 et 17 juin 1782. 22. Arch. dép. Aube, 1Q1091, lettre de Ménard commissaire du directoire exécutif du canton de Pont-sur-Seine au représentant du département, 18 thermidor an 6 [5 août 1798]. Nous perdons leur traces à partir de cette date. 23. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 1er juillet 1781. 24. Johann Gottlieb August Kläbe, op.cit., 1796, p. 43. Traduit depuis l’allemand. 25. Il devient un des architectes de l’Empereur et donne le dessin de l’Arc de triomphe à Paris. 26. Sciama (Cyrille), « Jean-François-Thérèse Chalgrin et le Comte de Provence (1771-1791) », Chalgrin et son temps, architectes et architecture de l’Ancien Régime à la Révolution, Bordeaux/Paris, William Blake & Co/Art et  Arts : Belles Lettres, 2016, p. 21 – 30. 27. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1441, lettre du prince Xavier à Giesel, 28 mai 1780 et lettre de Giesel au prince Xavier, 6 juin 1780. 28. Bourgoing (Catherine de) (dir.), Jardins romantiques français (1770-1840), Du jardin des Lumières au parc romantique, Catalogue exposition, Editions Paris Musée, 2011. 29. Kuhn (Thomas), «“Eine Nachahmung der Natur, die durch Kunst und Ordnung verherrlicht ist.“ Zum gartenkünstlerischen Werk des kursächsischen Hofbaumeisters Friedrich August Krubsacius (1718 – 1789) », Vogel (Gerd-Helge) (dir.), Friedrich August Krubsacius 1718–1789: Der sächsische Hof- und Oberlandbaumeister und seine Beziehungen ins Zwickauer Muldenland, Berlin, Lukas Verlag, 2021, p. 186 – 193 (sur le jardin du palais du chevalier de Saxe).

Pierre-Germain Le Grand, un architecte méconnu?

Un architecte apparait dans la correspondance du prince Xavier de Saxe, un certain Legrand qui était « contrôleur des bâtiments de Monseigneur le duc d’Orléans, rue Notre Dame des Victoires à Paris »1.

Lettre du prince Xavier à l’architecte Legrand du 18 août 1774, Archives de l’Aube.

Le prénom manque, Jean-Luc Liez proposa d’y reconnaître l’architecte Jacques-Guillaume Legrand2. Or cet architecte ne semble pas avoir été au service du duc d’Orléans3 et encore moins au service du prince Xavier. Élève de l’école des Ponts et chaussées et de l’école Blondel, Jacques-Guillaume Legrand fonde avec Jacques Molinos une agence d’architectes. Ils sont ensemble les concepteurs de la halle aux blés de Paris. Le nom Le Grand est très courant. Pierre-Germain est parfois confondu avec un architecte des Économats du nom de Etienne-François Legrand qui réalise l’hôtel Gallifet.

Legrand et Molinos, Projet pour la nouvelle halle au blé, Musée Carnavalet.

Selon Michel Gallet, il existe un certain Germain-Eloi Le Grand architecte du duc d’Orléans et académicien, mais il est mort en 17514 alors que la première lettre au prince Xavier date d’août 17745. Cela ne peut donc pas être ce personnage que l’on retrouve dans les archives.

Lettre de l’architecte Legrand au prince Xavier du 15 décembre 1775, Archives de l’Aube.

On peut donc proposer son fils Pierre-Germain Le Grand. Quelques documents d’archives permettent de tracer une ébauche de biographie. Il serait né en 1725 selon l’historien Marc Sanson. Il ferait parti de l’Académie de Saint-Luc. En 1751, Legrand fils est nommé dans une minute de notaire comme étant « architecte de Monseigneur le duc d’Orléans demeurant à Paris au Palais Royal » et il est le fils de Geneviève d’Estat veuve de « Sieur Germain Eloi Legrand, intendant des bâtiments de Monseigneur le duc d’Orléans »6.

Jacques Rigaud, Vûë du Palais Royal, Musée Carnavalet.

Il est sous les ordres de Pierre Contant d’Ivry qui est le premier architecte du duc jusqu’à sa mort en 1777. Il obtient 150 livres d’appointement. Pour le duc d’Orléans, il travaille au palais royal dans les années 1767-1768. Il réaménage le bosquet de la Félicité, avec le pavillon, la cascade et le labyrinthe. En 1785, il devient l’architecte en chef du duc d’Orléans et touche 2000 livres de gages. Certains historiens le font mourir en 1785 car il disparait de la comptabilité du duc d’Orléans.

Lettre de Bonnemain au prince Xavier, Archives de l’Aube.

Il entre au service du prince en 1774 comme « directeur des bâtiments » et expert pour lui trouver une demeure. C’est lui qu’il lui propose l’achat du château de Chaumot, de celui de Pont-sur-Seine puis d’un hôtel à Paris. Il est en charge des premiers aménagements à Pont : le déménagement depuis Chaumot puis les travaux de pierre et marbrerie et enfin de menuiserie des appartements principaux.

Détail d’un dessin de l’architecte Legrand des cheminées de Pont?, Archives de l’Aube.

L’architecte entre en conflit avec les ouvriers et artisans sur les chantiers du château de Pont-sur-Seine. Il est très vivement critiqué sur ses capacités de dessinateur par l’artisan Bonnemain. Legrand aurait fait passer les dessins de l’artisan pour les siens auprès du prince7. Dès lors, ce dernier décide de ne plus faire appel à lui à partir de 1776. Le prince le remplace par un architecte d’origine saxonne, Johann August Giesel qui travaillait déjà sur les chantiers dirigés par Legrand pour le prince comme on peut le voir dans les notice sur l’architecte allemand.



Johann Gottlieb August Kläbe, “Giesel (Johann August) dans son Neuestes gelehrtes Dresden, Leipzig, Voss und Comp., 1796 (p. 43 – 44.).

Documents principaux relatif à l’architecte Legrand du fonds de Saxe (Aube)

  • EE 2538, Mémoire des ouvrages de marbrerie que j’ai faites et fournies pour S.A.R Monseigneur le prince Xavier pour son château de Pont et Chaumot par les ordres de Monsieur Le Grand architecte de Monseigneur le duc d’Orléans. Ouvrage fourni par Adam sculpteur marbrier du roi rue de Popincourt faubourg St.-Antoine ouvrage faite dans le courant de 1775.
  • EE 2538, Mémoire d’ouvrages de menuiserie faits et fournis pour S.A.R.Monseigneur le prince Xavier à son château de Ponts sur Seine. Lesdits ouvrages ont été faits à Paris sous les ordres et conduite de Monsieur Le Grand architecte de S.A.R. et intendant des bâtiments de S.A.S. Mgr le duc d’Orléans et soumis au mois de septembre 1775 par Théaux menuisier a Paris rue du St Carreau vis-à-vis celle Thevenot.
  • EE 2538, Mémoire de l’ouvrage de sculpture […] sous la conduite et ordres de Monsieur Le Grand, architecte de S.A.R. et intendants des bâtiments de son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc d’Orléans, ledit ouvrage faites en l’année dernière 1775 par Bonnemain sculpteur à Paris y demeurant grand-rue du faubourg Saint-Denis

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434 lettre du prince à Legrand, 18 aout 1774. 2. Liez, Jean-Luc ( dir. ), D’Allemagne en Champagne, Xavier de Saxe (1730-1806), seigneur de Pont-sur-Seine : actes du colloque, 6 et 7 octobre 2006, Archives départementales de l’aube [et] la Maison du Patrimoine de l’agglomération troyenne, Langres, 2008, p.56. 3. Gallet (Michel), Les architectes parisiens du XVIIIe siècle : dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès, 1775, p.322-326. 4. Ibid. p322. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1749 Correspondance de Legrand au prince Xavier du 16 août 1774 au 23 mai 1776. 6. MC/ET/CXVII/785, renonciation à communauté, 6 juillet 1751 ; Champier (Victor), Palais Royal, Du Cardinal de Richelieu à la révolution, Paris, Sté de Propagation des Livres d’Art, 1900, volume 1, p. 376 ; Joudiou (Gabriel), «Constructions et projets de Contant d’Ivry à Paris», Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1986, p.99. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2098, « supplique du Sr. Bonnemain », s.d. Il existe des dessins en EE 2093 peut-être de la main malhabile de l’architecte Legrand.

La fortune du prince Xavier(5) : recettes, dépenses et endettement

Le prince Xavier de Saxe a toujours eu des tracas à mettre en ordre ses finances. Comme nous l’avons vu (dans cet article), ses pensions sont difficilement versées par le trésor de France et de Pologne. Il a trouvé d’autres sources de revenus (article). Il s’agit dans cet article de voir en détail la comptabilité du prince.

Recettes et dépenses

En 1778, les comptables du prince évaluent ses dépenses à 190 000 livres et ses recettes à 140 000 livres. Les finances du prince sont le plus souvent en déficit. Par comparaison, d’autres princes parviennent à être bénéficiaires. Le prince de Condé est toujours bénéficiaire avec, en 1700 – 1701, un excédent d’environ 650 000 livres et, en 1701 – 1702, d’environ 475 000 livres1. De son côté le duc de Saint-Simon parvenait à peine à disposer de 43 000 livres de revenus par an et laissa à sa mort, en 1755, environ 54 000 livres de gages à payer à ses domestiques2. En 1790, le prince de Conti parvient à avoir 453 000 livres de bénéfices puisqu’il dépense 3 743 000 livres pour une recette de 3 290 000 livres3.

Louis-Roland Trinquesse, Un intérieur avec une dame, sa femme de chambre et un gentilhomme, Wiki Common.

En 1778, les responsables des finances du prince décident donc de mettre en place une réforme des dépenses pour que cet état déficitaire ne perdure pas. Après avoir confié ses finances à des comptables peu scrupuleux, le prince charge le notaire Duclos-Dufresnoy de tenir les dépenses générales.

Comptes Duclos-Dufresnoy, 1779-1784, Archives de l’Aube.

Ce dernier tient entre juillet 1779 et le 20 mai 1784 les livres de compte. Il existe deux relevés de toutes les recettes et dépenses durant cette période : le « Compte des recettes et dépenses faites par Mr Dufresnoy notaire pour son Altesse Royale Monseigneur le comte de Lusace depuis le compte arrêté le 8 août 1779 » (qui va en réalité jusqu’en janvier 1783) et un relevé pour 17844. Les recettes sont de trois ordres : le surplus de l’arrêté comptable précédent, les lettres de change et les pensions du trésor de Pologne et Lituanie, les sommes dues par le trésor royal. Les dépenses sont très nombreuses. Elles sont réparties en 33 articles : entre-autres, les rentes dûes par le prince à Mme Duplessis-Lelay, auprès de laquelle il a acquis Chaumot, celle dûes aux Gênois pour l’emprunt contracté pour l’achat de Pont, le loyer et vingtième pour l’hôtel de Paris et enfin, les dépenses pour les enfants en raison de leurs placements dans des institutions prestigieuses, comme à l’École militaire pour le fils cadet du prince. Le notaire y a aussi inclus le paiement de divers mémoires d’ouvriers et les nombreux frais de voyage.

Compte du personnel, vers 1770, Archives de l’Aube.

Ces carnets ne prennent pas en compte les revenus seigneuriaux des terres de Chaumot et de Pont. Cet état permet de mieux comprendre la position du prince. Les revenus sont contrôlés par le prince lui-même qui les annotes Les recettes comprennent le solde de l’ancien compte général arrêté le 8 août 1779 de 3 413 livres. Deux lettres de change de 18 000 livres doivent y être comprises. Ce sont peut-être les pensions du trésor de Pologne et Lituanie. On y ajoute les revenus de la pension du roi de 150 000 livres, soit le restant de juillet 1779 jusqu’à la fin de 1782, ce qui fait un total de 525 000 livres. Les trois articles de recettes font alors 546 413 livres. Les dépenses, quant à elle, montent à 539 160 livres, 2 sols et 4 deniers. Sur quatre année, le prince ne peut économiser que 7252 livres, 17 sols et 8 deniers. Il n’a ainsi à sa disposition qu’environ 1 813 livres tournois.

Nicolas Lavreince, L’assemblée au salon, coll. particulière.

Pour l’année 1783, il ne touche que 6 676 livres et 7 deniers. Avec cette somme, il doit encore payer le personnel de sa Maison, avec les frais d’habillement, de bouche et ceux pour les écuries. Il faut encore y ajouter les dépenses pour la chasse, les extraordinaires ou les dépenses des événements exceptionnels. En 1784, il dépense en moyenne pour les gages du personnel de sa Maison 4300 livres par mois, ce qui fait environ 50 000 livres par an. On trouve d’autres dépenses très importantes. Ainsi, il faut y ajouter les frais de bouche qui montent à environ 40 000 livres et ceux de l’écurie à 20 000 livres. Comme la dépense est plus importante que la recette, le prince ne peut entrer dans ses frais sans endettement.

Endettement du prince

Cet endettement se voit bien dans l’état comptable de Duclos-Dufresnoy, le prince a emprunté, le 18 février 1781, la somme de 280 000 livres dont il doit payer les intérêts sous formes de rentes qui se retrouvent dans les dépenses. Ces emprunts ne lui permettent pas de remettre ses comptes en équilibre. Cet endettement est inhérent à la société de cour. En 1781, le prince doit encore 500 000 livres à Mme Duplessis-Lelay pour l’achat de Chaumot. Or en 1780, il a emprunté 36 000 livres avec constitution d’une rente de 1800 livres pour la rembourser. Le 20 avril 1780, il ne doit plus que 464 000 livres à cette dame. Un endettement exponentiel permet parfois de faire baisser les dettes envers certains pour les distribuer vers d’autres débiteurs. La plus grosse dette provient de son acquisition de Pont en 1775. Il a emprunté 900 000livres à des banquiers génois. En 1781, il leur paie 180 079 livres pour quatre années d’arrérages dus. Cet endettement est important, mais reste encore dans des proportions gérables. En 1784, le duc de Fitz-James s’est endetté à hauteur de 650 000 livres pour pouvoir acheter son hôtel de Paris en 1777. En 1785, la dette du couple Fitz-James s’élève à 800 000 livres5.

Comptes Duclos-Dufresnoy, 1783, Archives de l’Aube.

Le prince de Conti dont les revenus dépassent toujours le million de livres semble au contraire toujours avoir des comptes en équilibre voire en positif. Même s’il est malaisé de savoir exactement le passif du prince6: en 1770 ses dépenses montant à 3 275 000 livres, il lui reste pourtant 425 000 livres dans son trésor. En 1774, le prince de Conti a encore environ 569 000 livres d’excédent. En revanche, le prince Xavier ne parvient jamais à mettre ses comptes en équilibre. À sa mort, il n’a pas terminé de rembourser les dettes contractées pour l’achat de ses châteaux en France. Pendant tout le XVIIIe siècle, l’endettement de la noblesse est une composante de la vie à la cour où pour soutenir leur rang, les grandes fortunes nobiliaires sont obligées de dépenser plus qu’elles ne gagnent. Mais en contrepartie de leur train de vie dispendieux, le roi leur garantit dons, pensions et privilèges sur les impôts. Ils évitent ainsi la faillite grâce au roi qui appuie son pouvoir sur cette noblesse par un jeu subtil d’interdépendance7.

Conclusion

Le prince Xavier n’est pas riche. Ses finances sont souvent en déficit et il est criblé de dettes que ses enfants auront à se charger à sa mort. Le paiement de Pont-sur-Seine continue bien après sa mort auprès des créanciers italiens. Mais dans sa logique de prince royal bien qu’incognito, il veut se placer dans la hiérarchie curiale au niveau d’un duc et pair avec un revenu de 130 000 livres de rente8. Il considère sa pension royale comme étant le revenu le plus important et lui conférant statut auprès du roi. Il veut ainsi se placer à Versailles comme courtisan plutôt que membre de la famille royale. Par l’attribution des pensions, le roi peut ainsi maitriser de nombreux membres de la noblesse. le souvenir de la Fronde n’est pas si loin. Mais certains comme le prince de Conti richissime est plus sujet à l’opposition en fonction de ses plans politiques. Le prince Xavier renonce d’ailleurs à la couronne de Pologne en espérant conserver les revenus de ses apanages. Il se désintéresse des aléas politiques du royaume polonais du moment que ses pensions lui sont payés.

Notes

1. Roche ( Daniel), « Aperçus sur la fortune et les revenus des princes de Condé à l’aube du XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 14 N°3, Juillet-septembre 1968, p. 217 – 243. 2. Dupéron (Alain), « Patrimoine, revenus et endettement de Saint-Simon », Cahiers Saint Simon, n°22, 1994, Cardinaux des Mémoires, p. 49 – 69. 3. Mougel (François-Charles), « La fortune des princes de Bourbon-Conty : revenus et gestion, 1655-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 18 N°1, Janvier-mars 1971, p. 33. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2539, «compte des recettes et dépenses faites par Mr Dufresnoy notaire pour son Altesse Royale Monseigneur le comte de Lusace depuis le compte arrêté le 8 août 1779 », 1779-1783 et EE 2540, relevé de comte en 1784. 5. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 158 – 161. 6. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », op. cit., p. 21. 7. Fontaine (Laurence), « Pouvoir, relations sociales et crédit sous l’Ancien Régime », Revue Française de Socio-Économie, vol. 9, no. 1, 2012, p. 101 – 116. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1432 lettre du prince Xavier à Rivière, 25 octobre 1772.

La fortune du prince Xavier(3) : héritage, acquisitions et comparaisons

Au XVIIIe siècle, les revenus des princes se comptent par millions de livres. Le duc de Penthièvre est ainsi l’une des premières fortunes de France. À sa mort en 1793, la fortune de ce prince s’élève à 98 461 582 livres1.

Jean-Baptiste Charpentier le Vieux, Monsieur de Penthièvre et sa fille, WikiCommon.

Les informations sur la fortune du prince Xavier de Saxe sont éparses. À la mort de son père, en 1763, il ne reçoit que quelques biens sans grande valeur, car son père lègue tout à son frère aîné Frédéric-Christian»2. À la mort de son frère aîné, l’héritage échu au prince Xavier monte à 501 écus de Saxe, environ 1 900 livres tournois et plusieurs biens non évalués comme des serviettes de damas, des tapisseries, de la porcelaine, des glaces et des formes pour la pâtisseries3. En 1769, il devient propriétaire de Zabeltitz, qui a été acheté par l’électeur. La valeur exacte de cette acquisition est, peut être, de 100 000 écus avec les terres boisées environnantes, ce qui équivaut à environ 266 000 livres tournois4, le château et son parc ne valant qu’environ 70 000 écus5.

Dessin du château de Chaumot, 1772-1773, Archives de l’Aube.

En 1771, le prince devient propriétaire de nombreux biens immeubles en France à hauteur de 2,6 millions de livres tournois : la terre de Chaumot vaut 1 020 000 livres tournois et celle de Pont 1 300 000 livres tournois. Avec cette somme, il se trouve bien loin des princes de la cour de France. Il ne peut pas espérer augmenter considérablement sa fortune par l’héritage de sa sœur Christine qui décède en 1782. Elle ne lui laisse qu’une dette de 16 690 écus de Saxe, environ 70 000 livres tournois. Cette somme fut prêtée par la princesse Elisabeth « dans un moment où elle avait le plus pressant besoin d’argent comptant »6. Comme certains propriétaires, il peut envisager de vendre une partie de ses biens pour éponger ses dettes. À partir de 1775, il propose plusieurs fois de vendre la terre et le château de Chaumot, qui pourtant lui rapporte en revenus bien plus que celle de Pont. Mais il ne trouve pas d’acquéreur.

Joseph Mannlich, Portrait du duc, de la comtesse de Forbach et de leurs enfants, vers 1764, Wiki Common.

Des propriétaires n’hésitent pas à vendre rapidement comme la marquise de Fleury qui vend sa terre de Banneville pour 260 000 livres, ou le duc de Coigny qui se décharge de plusieurs terres et d’un hôtel à Paris pour 220 000 livres7. À sa mort,en 1775, le duc de Deux-Ponts laisse de nombreuses dettes. Ses héritiers vendent une partie de sa collection de tableaux : la vente est connue par un catalogue annoté par le dessinateur Gabriel de Saint-Aubin8. Pour avoir une nouvelle source de revenu, le 5 février 1776, la comtesse de Forbach est aussi obligée de louer son hôtel parisien à David Murray, Earl of Mansfiel viscount of Stormont dit Mylord Stormont (1727 – 1796), ambassadeur extraordinaire d’Angleterre, pour six années9. Le 13 janvier 1778, les responsables des enfants mineurs du duc ainsi que son neveu Charles II de Deux-Ponts constatèrent que de nombreux travaux sont à effectuer dans l’hôtel et qu’il serait plus sage de le vendre10. C’est à ce moment que la famille de Deux-Ponts décide de réaliser un vaste projet immobilier : en 1777, le roi autorise, avec le soutien du maréchal de Richelieu et du duc de Choiseul-Gouffier, leur vaste projet de création d’une rue à l’emplacement du jardin et des communs de leur hôtel. Ce sont les créations de la rue de Choiseul et de la Michodière11. Après les travaux, des parcelles sont vendues et de nouvelles bâtisses sont réalisées. Leurs ventes permettant de rembourser les dettes. Finalement, la comtesse de Forbach et ses enfants vendent l’hôtel le 12 avril 177812.

Hôtel de Deux-Ponts( rdc), 1724, BnF Gallica.

Le prince Xavier n’est pas dans cette position, ses biens immobiliers sont trop peu nombreux pour envisager de vendre, et il est seulement locataire à Paris. Après 1769, les revenus du prince Xavier sont éparses. Chaque année, il touche environ 180 000 livres sur le trésor de Pologne et Lituanie et 150 000 livres sur le trésor de France : ces sommes permettent à peine de subvenir à ses besoins courants. Pour traiter son état déficitaire, il veut augmenter les sources de revenus. Ainsi, il espère obtenir une charge ou un gouvernement pouvant lui permettre d’augmenter ses revenus et son prestige.

Anonyme, Duc de Fitz-James, Wiki Common.

En 1775, il jette son dévolu sur le gouvernement du Languedoc laissé vacant par le décès du comte d’Eu, mais sans le succès escompté13. Ce gouvernement valait, selon Barbier, 160 000 livres de rente14. Le duc de Fitz-James touche plus de 40 000 livres pour le gouvernement du Limousin. Le duc de Polignac en étant premier écuyer de la reine reçoit 80 000 livres15.

Conclusion

Les revenus du prince Xavier sont donc conséquents, mais ils ne sont pas au niveau des princes du sang ou de certains ducs et pairs. Sa fortune reste faible. Selon Frédéric Dassas, la fortune du prince de Conti se monte à 14 millions de livres, ses revenus sont, en 1770, de 3 700 000 livres, puis, en 1771, de 2 298 158 livres. Par la suite, ses revenus sont toujours supérieurs à un million de livres16, chiffres bien au-dessus de ceux que nous pouvons voir pour le comte de Lusace.

Notes

1. Duma (Jean), Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793): une nébuleuse au XVIIIe siècle, Paris, Sorbonne, 1995, p. 50. 2. Paris, Bibliothèque polonaise, lettre de Xavier à la dauphine, citée dans Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit.,p. 145. 3. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE 2084, « Inventarium », inventaire des biens reçus en héritage, 1763. 4. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 3095, tableau de change, s.d. 5. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1429, lettre du prince Xavier au général Block, 24 avril 1769. 6. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1443, lettre du prince Xavier à Antoine de Chaumont de La Galaizière, intendant d’Alsace, 8 mars 1783. 7. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 8. Bnf, est., Réserve 8-YD-5342, Catalogue des tableaux originaux des grands maîtres des rois Écoles, qui ornoient un des Palais de feu son Altesse Monseigneur Christrient, Duc des Deux-Ponts, par Remy, Paris, Veuve Musier, 1778, annoté par Gabriel de Saint-Aubin. 9. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 287, acte de location de l’hôtel de Deux-Ponts par l’ambassadeur d’Angleterre passé devant me Paulmier devant Me 5 février 1776. 10. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 300, acte donnant pouvoir à l’architecte Ducret passé devant me Paulmier, 13 janvier 1778. 11. Coquery (Natacha), « L’hôtel aristocratique et le changement urbain au XVIIIe siècle. Les opérations immobilières du comte de Choiseul-Gouffier dans le nord-ouest parisien, 1777-1782 », Histoire urbaine, n° spécial, 2009, vol. 2, p. 105 – 117. 12. Arch. nat, MC/ XLVII/301, vente de l’hôtel de Deux-Ponts, 12 avril 1778. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, lettre du prince Xavier à Sayffert, 15 février 1775. 14. Barbier (Edmond Jean François) , Journal historique et anecdotique: du règne de Louis XV, tome 4, Paris, Renouard, 1856, p. 104. 15. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 16. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », Chapey, Frédéric (préf.), op. cit.,p. 20 – 23.