Archives par mot-clé : Pologne

Reconstruire la Saxe par les arts : deux tableaux de Bernardo Bellotto comme symbole du Rétablissement

La guerre de Sept-Ans (1756 – 1763) marque pour l’Allemagne de grands bouleversements politiques. En 1763, la Prusse, quoique exsangue, est vue comme une grande puissance en Europe centrale1. De l’autre côté la Saxe, grande rivale de la Prusse, se voit reléguée comme puissance de second ordre. Elle a perdu des millions de livres tournois dans la guerre et a été le théâtre de nombreux combats meurtriers et destructeurs. Sa capitale Dresde a été en partie ravagée par des bombardements prussiens dont le plus notable se déroula du 13 au 22 juillet 1760[fig.1].

[fig.1] Plan du bombardement de Dresde de 1760, Kupfertich-Kabinett, Dresde, SKDonline. En noir les zones dévastées par les bombardements.

Pour compléter ce tableau, le 5 octobre 1763, le duc de Saxe et roi de Pologne, Auguste III meurt suivi par son héritier direct quelques mois plus tard. Ces décès ouvrent une période de reconstruction d’un État aux rêves inaboutis. La Silésie est définitivement possession prussienne. Par cette raison, l’union de la Saxe et de la Pologne n’aura jamais été une union territoriale mais seulement personnelle autour des deux rois de la famille Wettin, Auguste II dit Le Fort roi de 1709 à 1733 et son fils Auguste III à partir de 1733. Le 5 octobre 1763, le roi Auguste III, très malade, décède laissant le pouvoir à son fils Frédéric-Christian (1722 – 1763). Mais ce dernier décède à son tour le 17 décembre 1763, laissant les rennes de l’État à un jeune électeur, Frédéric-Auguste (1750 – 1827), encore adolescent. Alors, selon les règles du saint-Empire, c’est son oncle, le prince Xavier (1730 – 1806), en tant qu’aîné de la famille, qui doit diriger la Saxe comme prince Administrateur (Administrator) jusqu’à sa majorité[fig.2]. Cette période est appelée « Rétablissement » de la Saxe (1764 – 1768). Le prince Xavier sait qu’il a entre les mains un état ruiné et une capitale détruite.

 

“[…]des rues entières ne présentaient plus qu’un vaste incendie ; de magnifiques palais, qui eussent orné les plus belles villes d’Italie, furent renversés, et l’on entendait à chaque instant s’écrouler avec fracas des édifices qui étaient un instant auparavant l’asile de l’industrie et le séjour de l’aisance”

Archenholz (Johann Wilhelm von ), Histoire de la guerre de sept ans, commencée en 1756 […], volume 1, Metz, Devilly, 1789, p. 32.

En 1764, le prince Xavier écrit qu’il sent « la nécessité de remettre l’État en force »2. C’est par cette logique qu’il va proposer une politique artistique qui comme le dit Benjamin Gottfried Weinart : « ces dispositions n’ont pas été prises pour embellir les appartements des grands, ni donner aux riches l’occasion de satisfaire leur penchant pour les fastes. L’objectif final était beaucoup plus noble : on voulait parvenir à l’épanouissement de la Saxe par le moyen des arts »3.

[fig.2]François Guérin, Portrait du prince Xavier, Gemäldegalerie, Dresde, SKD online.

Dès lors, le nouveau prince Administrateur commande à Bernardo Bellotto (1721 – 1780) un grand tableau représentant les ruines de l’église protestante Sainte-Croix (Kreuzkirche) qui doit faire pendant à un autre tableau terminé en 1763 qui représente les ruines du faubourg de Pirna à Dresde.

[fig.3]Bernardo Bellotto, Eglise Sainte-Croix à Dresde, Hermitage Museum, Saint Petersburg, wikicommons.

Ces deux œuvres se démarquent dans la carrière du peintre vénitien. En 1747, le peintre Bernardo Bellotto, neveu et élève du peintre Giovanni Antonio Canal (1697 – 1768), entre au service du roi Auguste III. Il reste à Dresde jusqu’en 1758, où il entreprend un voyage à Vienne et Munich, alors que le roi de Pologne est à Varsovie. Il revient en 1762 à Dresde, où il reste jusqu’en 1766. À cette date, il est invité à se rendre à Varsovie par le nouveau roi de Pologne Stanislas Auguste Poniatowski. Il quitte Dresde faute d’une reconnaissance et de rémunération.

L’artiste s’était fait une spécialité dans la réalisation des vues de paysage urbain. Dans les collections royales de Dresde, nous trouvons, ainsi, en 1754, dix-huit tableaux de cet artiste représentant Dresde et Pirna4. L’école italienne, comme nous le disons plus haut, semble très en vogue en Saxe. À l’exemple de la collection du secrétaire et ministre, baron Carl Heinrich von Heinecken (1706 – 1791) qui une des plus belles collections d’œuvres vénitiennes5.

[fig.4]Bernardo Bellotto, Les ruines de l’église Sainte-Croix, Gemäldegalerie, Dresde, SKDonline.

Revenons au tableau qui représente l’église Sainte-Croix. Terminé en 1765, ce tableau, payé 200 thalers par l’académie de peinture de Dresde, est remis à la galerie de peinture de l’électeur6. Il représente l’église protestante de Sainte-Croix, construite à la Renaissance, se trouvait à Dresde sur la rive gauche de l’Elbe aux abords du vieux marché. En dominant la ville, elle rappelait le renoncement de la famille Wettin à la foi luthérienne[fig.3]. Détruite pendant le bombardement prussien de 1760, sa reconstruction est décrétée comme symbole du renouveau de la Saxe électorale. En 1764, le prince Xavier pose la première pierre de sa reconstruction. Dans ce premier projet, la façade principale et le clocher doivent être préservés mais un débat s’ouvre sur le reste de l’édifice à construire. Finalement durant les travaux en 1765, une partie des murs du clocher s’écroule. Le prince administrateur décide que tout l’édifice doit être reconstruit et il stipule que cela doit être dans un style « classique » (Klassizismus)7. Il s’oppose ainsi au style de son père représenté par la Frauenkirche[fig.5]. Le premier projet de l’architecte de la ville Johann George Schmidt de 1763 est délaissé, en 1765, au profit de celui des membres de l’académie Friedrich August Krubsacius et de son collègue Christian Friedrich Exner. L’église est finalement consacrée en 1792[fig.9].

 

Dans cette œuvre, Bellotto peint une masse de pierres et de poutres de bois au sol au second plan et en arrière-plan se dresse les restes du bâtiment très fortement endommagé qui commençait à peine à être fortifié en vue de sa reconstruction[fig.4]. Des échelles ont été installées pour permettre aux ouvriers d’accéder au sommet de la ruine. C’est la configuration juste après l’écroulement du mur ouest du clocher qui s’est déroulé le 22 juin 1765. Peu d’ouvrier ont osé s’aventurer sur les ruines qui risquaient à tout instant d’achever son effondrement. Au premier plan, le peintre a ainsi mis des ouvriers et artisans à la tâche. Des bâtiments à la gauche des restes de l’église sont toujours debout, tandis qu’à sa droite le peintre montre une ville en ruine. De nombreux spectateurs regardent les ouvriers travailler pour étayer et commencer les réparations Le peintre, utilisant (comme Canaletto) la camera obscura depuis la maison du Stadtsuperintendent Johann Joachim Gottlob am Ende, a réalisé un tableau minutieux où chaque détail rend compte de la réalité mais comme à son habitude, l’artiste joue sur rapports de perspectives et les dimensions des bâtiments. La carcasse de l’église renaissance est une silhouette fantomatique d’un monde révolu dans une ville à l’architecture classique. Le peintre serait monté au sommet de l’église pour observer les destructions. Il a représenté les fondations de la reconstruction qui montrent des bases de pilastre classique et non pas l’architecture de brique de la construction originelle. Cette œuvre montre la tentative de l’homme de lutter contre le désordre créé par la guerre passée.

[fig.6]Bernardo Bellotto, Vue des ruines du faubourg de Pirna, Musée Saint-Loup, Troyes, photo du musée.

Un autre tableau de l’artiste l’a précédé. Les ruines du faubourg de Pirna [fig.6] est peint, selon Fritz Löffler, entre 1761 et 17638. Une gravure dédiée au prince Xavier en est réalisée en 1766 [fig.11]. En 1767, l’œuvre est exposée à l’Académie de peinture, de sculpture et de gravure sous le titre « Eine trümmervolle gegend vor dem pirnaischen Thore »9. Elle est acquise vraisemblablement juste après cette exposition, par le prince. Cette œuvre montre, au centre, dans les ruines, un personnage dans la pénombre tournant le dos au spectateur mais qui semble contempler le sol jonchés de débris. Certains y ont vu une représentation du peintre lui-même. Dans la lumière, sur le côté, le long de la ruine du palais de Fürstenhöff, un cortège de cavaliers se dirige vers le spectateur. Il semble que ce soit le prince Xavier que l’on peut reconnaître à la tête de la troupe remontant la rue. C’est véritablement une œuvre illustrant les dommages de la guerre. Le tableau est actuellement conservé au musée de Troyes [fig.6]. Il fut attribué à Bellotto, en 1974, par Pierre Rosenberg10. Cette œuvre aurait été réalisée comme pendant du tableau représentant les ruines de l’église Sainte-Croix. L’oeuvre représente ce qu’est devenu l’environnement du palais de la Pirnaische Gasse11 où le prince logeait avant la guerre. Le faubourg a connu les destructions prussiennes de 1758, puis le bombardement de 1760.

“On donna donc le signal d’allumer les maisons, et comme on les avait remplies de matières combustibles, elles devinrent, en un moment la proie des flammes […]. Deux cent quatre vingt maisons furent réduites en cendre, mais seulement quatre personnes périrent dans les flammes”.

Restow (Friedrich August von), Nouveaux mémoires historiques sur la Guerre de Sept Ans, Volume 1,Berlin/Paris, Himburg/Treuttel et Würtz, 1803, p. 481. L’auteur écrit bien après le bombardement de 1758. A ce moment on accusait le roi de Prusse d’avoir massacré la population sans objectif militaire. Dès lord, les officiers prussiens ont eu tendance à minimiser les pertes saxonnes dans les incendies.

Sur le tableau nous pouvons voir les restes du palais Furstenhöff qui est un symbole architectural de Dresde. Ce bâtiment est appelé suivant le nom de Maximilian von Furstenhöff qui était premièrement un fils illégitime de l’électeur de Saxe Jean-Georges III (1647 – 1680) et deuxièmement, un des chef-ingénieurs responsable de nombreux chantiers à Dresde. C’est à lui que l’on confia la construction, en 1717, du grand escalier du château électoral, appelé Englische Treppe12. Cette œuvre montre davantage le chaos des ruines dans le paysage de Dresde. Les pierres envahissent toutes la composition et les constructions encore debout sont reléguées en arrière plan. Bellotto semble montrer le désastre enduré par le peuple durant la guerre, mais aussi le retour de l’ordre par les soldats marchant le long des ruines13.

En 1769, les deux tableaux sont accrochés sur les murs de la galerie de l’appartement du prince Administrateur au château électoral de Dresde14. Le visiteur se rendant en audience dans l’antichambre ou la « retirade » peut les voir[fig.7].

[fig.7]Vue du second étage de la résidence à Dresde, Sächsische Staatsarchiv, Dresde, DF. Rouge: la galerie de l’appartement du prince Administrateur.

Les paysages de Bellotto tiennent une place particulière dans la mémoire du prince Xavier de Saxe. Marqué par la guerre qui a vu la ville de Dresde en partie détruite, le prince propose pour sa « patrie » une politique d’envergure15. Comme le souligne Sylvie Le Moel, ces deux œuvres « constituent un témoignage engagé sur le traumatisme subi » par le peintre16. En les plaçant dans sa galerie le prince semble montrer que par son choix du style « classique » il se met dans les pas de l’ingénieur et de son grand-père. Opposé à son père et à son ministre depuis des années, il peut enfin assouvir ses visées politiques et artistiques pour la Saxe.

[fig.8]Bernardo Bellotto, Vue de la vieille ville et du pont-neuf, Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe, SKDonline.

Les deux tableaux montrent des bâtiments du début du XVIIIe siècle influencé par la France. Il reprend le modèle du clocher de la Katholische Hofkirche [fig.8], édifice terminé en 1755, mais le prince fait ajouter une entrée sur la rue avec péristyle. Loin des ornementations foisonnantes, il préfère l’architecture plus symétrique et rectiligne qu’il a pu voir notamment en France. En 1753, de nouveaux appartements pour le dauphin et son épouse sont créés à Compiègne dans le nouveau style classique, où le foisonnement des ornements laisse place à des parois moins décorées17. Ce changement se met en place aussi pour les édifices, le roi Louis XV ordonnant la création d’une place et de bâtiments pour son garde-meuble à Paris (place de la Concorde) après la guerre[fig.10]. C’est le retour au « grand style » de Louis XIV dont la Saxe en 1764 se fait l’écho.

[fig.9]Vue de la nouvelle église Sainte-Croix, SLUB, Dresde, SKDonline.

Notes

1Szabo (Franz A.) , The Seven Years War in Europe, 1756-1763, Harlow, Pearson Longman, 2008 et Dziembowski (Edmond), La guerre de Sept Ans (1756-1763), Paris, Perrin / Ministère de la Défense, 2015. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1424, lettre du prince Xavier au duc de Choiseul, 2 janvier 1764. 3. Weinart (Benjamin Gottfried), Topographische Geschichte Der Stadt Dresden, Und Der Um Dieselbe Herum Liegenden Gegenden, Dresden, 1777, p.308 cité par Marx (Harald), « Dresde au XVIIIe siècle », Dresde ou le rêve des Princes, la galerie de peintures au XVIIIe siècle, Musée des beaux-arts de Dijon, 16 juin-1er octobre 2001, Paris, RMN, 2001, p.38. 4. Weber (Gregor J.M) ,« Die Veduten Dresdens von Bernardo Bellotto: anmerkunger zu ihrer fuehen geschicchte und konzeption », Kunst für Könige : Malerei in Dresden im 18. Jahrhundert, Köln, Snoeck-Ducaju et Zoon, 2003, p. 59 – 71. 5. Amateur reconnu de tableaux allemands et vénitiens, il fréquente les connaisseurs parisiens comme Mariette. En 1746, il devient directeur de la collection royale de peinture et d’estampe à Dresde. En 1757, il est accusé de détournement d’argent, d’où la vente d’une partie de sa collection à Paris. voir Michel (Patrick), Peinture et plaisirs. Les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au XVIIIe siècle, Rennes, Presse Universitaire de Rennes, 2010, p. 170. 6. Rizzi (Alberto), Bernardo Bellotto : Dresda, Vienna, Monaco : 1747-1766, Venezia, Canal et Stamperia Editrice, 1996, p. 223. Deux copies du tableau se trouvent actuellement à la Kunsthalle de Zurich et à la Gemälde Alte Meister à Dresde. 7. Voir Löffler (Fritz), Das alte Dresden. Geschichte seiner Bauten u.a.. Leipzig, Seemann, 2006 (1955), p. 233 – 235. 8. Löffler (Fritz), Bernardo Bellotto genannt Canaletto : Dresden im 18. Jahrhundert, Leipzig, E.A. Seemann, 2005, p. 23. 9. Weisse (Christian Felix), Neue Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freyen Künste, Lepizig, Dyck, vol. 4, 1767, p. 171. 10. Rosenberg (Pierre), « Un chef-d’oeuvre de Bellotto à Troyes », Arte Veneta, n° 28, 1974, p. 285 – 287. 11. Pirnaische Gasse se traduit pas rue du faubourg de Pirna. 12. Löffler, op. cit., p. 245 13. Les soldats disparaissent de la gravure réalisée à partir du tableau. 14. Au second étage, entre l’appartement de parade de l’électeur dans l’aile ouest, et celui de l’électrice dans le pavillon à l’est. 15. Les tableaux de Bellotto ont été pris comme représentation de la réalité lors des reconstructions de Dresde et Varsovie après les destructions de la seconde guerre mondiale. 16. Le Moel (Sylvie), « Des fastes de la paix aux stigmates de la guerre : perspectives du voyage à Dresde au XVIIIe siècle », Knopper (Françoise) (dir.), Muiz (Alain) (dir.), Les voyageurs européens sur les chemins de la guerre et de la paix du temps, Pessac, Presse Universitaire de Bordeaux, 2006, p. 145. 17. Szymski (Emilie), Les appartements du dauphin. LouisFerdinand, fils de Louis XV et de la. dauphine MarieJosèphe de Saxe au château de Compiègne : 1737-1766, mémoire de recherche. (2 de année de 2 e cycle) en histoire de l’art appliquée aux collections présenté sous la direction de Mme Hélène Meyer [en ligne], p. 106.

[fig.11]Vue des ruines des faubourgs de Pirna d’après Bellotto, Kupfertich-Kabinett, Dresde, SKDonline.

Abstract

In 1763, Electoral Saxony was relegated as a second-rate power. The duchy lost millions in the war and has been the scene of many deadly and destructive fights. Its capital Dresden was partly ravaged by Prussian bombardments, the most notable of which took place from July 13 to 22, 1760. The death of King Augustus III of Poland and his eldest son allows Prince Xavier, his cadet, to become prince Administrator in 1764. He wants to rebuild his country through the arts. He asks the painter Bernardo Bellotto two paintings about the ruins of the suburb of Pirna and another one on the ruins of the Church of the Holy Cross in Dresden. At the same time, he laid the reconstruction of the Holy Cross church. He choses architects who will build it in a classical style. The paintings show ruins but some buildings remain standing. These are classic constructions from the beginning of the 18th century. He thus opposes the more ornamental style of his father. He wants to rebuild Saxony on the French model of Louis XIV classical style.