Archives par mot-clé : Ponts et chaussées

La plantation des routes dans la généralité du Berry au XVIIIe siècle

La route des Lumières

L’arrêt du roi du 3 mai 1720 définit les « grandes routes » c’est à dire celles qui mènent aux côtes, aux frontières ou aux grandes capitales provinciales comme devant être de 60 pieds de large et les « chemins royaux » de 36 pieds1. Alors que Louis Ligier, dans La nouvelle maison rustique, leur donne « soixante-douze pieds de large dans les bois et vingt-quatre pieds ailleurs pour le moins »2. Quand le chemin royal est pavé, on l’accompagne d’un chemin de terre. Ligier poursuit que « dans les grandes routes allants de Paris dans les provinces, les inspecteurs des Ponts et chaussées doivent faire entretenir aux dépends du roi, des fossés de quatre pieds de large sur deux pieds de profondeur, à l’extrémité des chemins de terre qui accompagnent le pavé et lorsqu’il n’y a point de chemins de terre déterminés, on doit faire des fossés à dix-huit pieds de distance de chaque coté du pavé dans les grandes routes et à douze pieds dans les routes moins considérables »3.

Atlas de Trudaine pour la généralité de Bourges.
“N° 302 Nièvre n° 1. Grande route de Paris à Lyon depuis Maltaverne jusqu’à Barbeloup[…]”, Archives nationales

L’intendant du Berry rappelle que « plusieurs arrêts du conseils et notamment ceux des 26 mai 1705 et 17 juin 1721 chargent les propriétaires des héritages, qui aboutissent aux grandes toutes, d’entretenir [en] chaque endroit soit les fossés faits ou qui seront faits à l’avenir », mais il ajoute que « la dépense de la première ouverture n’est point à leur charge »4. Il vient ensuite les chemins de traverses et les chemins vicinaux. Les chemins de traverse sont les chemins reliant les bourgs, les villages, les villes moyennes et petites. Ils dépendent pour la plupart du seigneur du lieu. Ce sont des chemins coupant les axes principaux définis comme route royale. Ils sont souvent mal faits et peu entretenus, mesurant entre seize et huit pieds de large. Ce sont les commerçants et les paysans locaux avec leurs charrettes ou chariots qui les empruntent pour aller de village en village en fonction de la saison agricole et des foires. Mais ces chemins ne permettent pas les grands trajets car ils deviennent parfois impraticables en hiver. Et enfin les « chemins vicinaux » qui sont les chemins privés reliant des sites peu éloignés aux villages. Dans ces sortes de chemins, on peut retrouver les allées et avenues menant aux châteaux.

Vue aérienne de l’avenue de Valençay, coll. part.

Louis Liger, qui a fait un long article sur les chemins5 , préconise la plantation d’arbres le long des chemins car « les routes en seraient plus belles, les chemins moins défaits, les terres mêmes moins exploitées ; on emploierait très utilement un terrain souvent perdu et on aurait toujours, du moins à la longue, de beaux et bon plants dans ce Royaume, où l’on ne saurait avoir ni trop de bois ni trop de fruit »6.

L’alignement vu par les ingénieurs du Berry

Un mémoire écrit pour l’alignement des routes à la sortie de la ville de Gien mentionne que « le but que doivent se proposer les ingénieurs qui sont chargés de tirer les alignements des routes est sans doute : 1°le bien public et celui de l’État en les faisant passer, autant que faire se peut, par la ligne la plus courte et sur le terrain le plus solide, afin de diminuer les travaux, la dépense et de soulager les corvéables ; 2° de faire l’ornement des villes en leur procurant de belles routes hors de leurs enceintes ; 3° de faire trouver aux voyageurs leur agrément et leur sûreté en les traçant dans un pays découvert et élevé ; 4° enfin de diminuer la perte des particuliers en tirant des alignements sur le terrain le moins précieux»7.

Atlas de Trudaine pour la “Généralité de Bourges n° 9. Route de Bourges à Gien, par Argent, Aubigni, Prelly-le-Chêtif, Merry-en-??? et Allogni, depuis Bourges jusqu’à la fin de la généralité peu au-delà d’Argent”, Archives nationales.

On voit ainsi que les routes sont, à la fois par leurs tracés et par leurs plantations, un ornement du territoire autour des villes. Deux critères permettent de leur conférer un caractère ornemental et monumental, tout d’abord leur parcours puis leurs plantations d’arbres. Le tracé rectiligne de la route est un des grands préceptes des ingénieurs mais une fois sur le terrain, les différents acteurs qui entrent en jeu doivent trouver le meilleur tracé. En effet, on peut le voir lors de la création de la route de Bourges à Montluçon par Saint-Amand. Les projets de la route de Bourges à Clermont par Montluçon et Saint-Amand sont vérifiés par l’intendant, sur les lieux avec l’ingénieur.

Atlas de Trudaine pour la généralité de Bourges.
“N° 320. Généralité de Bourges. N° 20. Chemin de Bourges à Saint-Amand passant par Dun-le-Roy, 8 cartes, et 3 feuilles de ponts, Cher”, Archives nationales.

Ils sont d’accord pour « que l’alignement pris sur la droite du coteau qui se trouve en ce lieu doit à tous égard être adopté plutôt que l’autre, [car] son exposition qui est au grand air et au soleil, se trouvant à mi-côte, fait non seulement un fort bel effet, mais encore est très avantageuse pour la beauté et la conservation du chemin, au lieu que de l’autre coté [où] il se trouve dans un fond ou il serait toujours humide et mauvais [car] la montagne formant un rideau qui empercherait de recevoir le soleil »8 .Ce tracé doit être le plus adapté pour proposer aux voyageurs un passage agréable et sûr, mais aussi permettre une meilleur conservation du chemin nouvellement réalisé. Après son implantation, l’ingénieur doit s’intéresser à la plantation d’alignement. Les alignements d’arbres modifient la perception que l’on a de la route.

Les plantations par l’exemple du Berry

Un alignement est un ensemble d’arbres plantés à distance régulière pour souligner un axe de communication tel qu’une route ou un canal. Les arbres permettent de conduire le regard du voyageur au loin. De plus, l’alignement des arbres peut permettre de masquer ou de révéler les points forts du paysage le long de la route. Enfin, l’arbre permet l’ombrage et l’humidité de l’air pour le voyageur. Il répond donc autant à un besoin d’agrément qu’à un besoin utilitaire. On peut ajouter que les fruits et les bois permettent aux riverains qui en jouissent d’avoir un revenu et un moyen de chauffage. Les pépinières royales produisent des essences d’arbres propices à la fois à l’ombrage et à la fois par leur silhouette à souligner les axes. Un état des arbres, pour l’année 1773, des pépinières pour les Ponts et chaussées de la généralité de Bourges, « tant pour les grandes routes que pour différents particuliers, d’après les ordres de Mr. L’intendant », nous renseigne sur les essences utilisable : pour la « pépinière de Bourges : 800 ormes, 209 noyers, 1544 peupliers d’Italie », et pour la « pépinières de La Charité : 483 noyers, 409 sycomores, 400 frênes, 258 peupliers d’Italie et 111 arbres fruitiers. » Mais « on ignore s’il en a été délivré de la pépinière de Châteauroux»9. Pour cette année 1773, il y a donc 4124 arbres pour deux pépinières. Les pépinières avaient en charge d’élever les jeunes arbres et arbustes, de les conserver et de les proposer aux particuliers qui pouvaient les acheter. Les essences étaient variées et les propriétaires les utilisaient régulièrement.

Avenue de Montgeoffroy au XIXe siècle, Geoportail.

Ainsi, à Montgeoffroy, sur un plan de 1775, l’allée principale est composée d’ormes, les deux autres, de peupliers noirs (léards) et de peupliers10. A Argent, l’allée principale fut plantée d’acacias, qui ont été enlevés dans les années 1960 et la route de tilleuls. Les peupliers d’Italie poussent avec une tige munie de branches latérales et d’une flèche verticale. Les ormes ou acacias présentent un tronc droit surmonté de plusieurs branches appelées couronne, seule la taille générale de l’arbre varie. Ils permettent par leur allure élancée ou leur tronc droit de souligner les axes de communications. La plantation plus ou moins rapprochée permet l’ombrage. On ne retrouve ni les tilleuls, ni les acacias dans les pépinières royales, en cela, on peut supposer que l’intendant, qui a lui même des pépinières, fait pousser ses arbres ou que ce sont des plantations postérieures à l’état de 1773. Les particuliers pouvaient se fournir dans les pépinières.

Tilleul argenté, gravure 1801, coll. part.

Ainsi l’intendant explique qu’ « il a été accordé à des particuliers pour les planter où ils ont jugé à propos. Il paraît que le désir d’exciter à cet égard l’émulation dans cette province, fit le principe de l’institution des pépinières qui y sont établies. Priez que dans l’origine, on accordait même des gratifications aux cultivateurs qui par leur zêle et leur intelligence parviennent à former les plus belles plantation. Et je croirais manquer à la justice et à l’objet même de l’établissement si je leur refusais aujourd’hui des arbres lorsqu’il y en a de reste, après une réserve suffisante pour les routes. Je sais d’ailleurs que ces distribution particulières ont lieu dans toutes les provinces où il y a des pépinières à leurs frais comme sont celles du Berry»11. Mais, on peut remarquer, d’après l’ingénieur en chef Valframbert, en 1773, que l’intendant dirige la « destination des arbres des pépinières, [et] que l’imposition pour subvenir à cette dépense étant sur sa province, il en était seul l’administrateur ». Et surtout qu’il ne paierait pas l’ingénieur s’il continuait à « faire faire des plantations de routes aux frais du roi ». Ainsi l’ingénieur fait « remarquer, […] qu’il n’y a eu que deux personnes dans la province qui aient voulu planter à leurs frais »12. Trudaine préférait que ce soit les pépinières qui fournissent toutes les plantations des routes et qu’elles soient plantées par les Ponts et chaussées alors que l’intendant voudrait « engager les propriétaires riverains des routes à les planter eux-mêmes » et il poursuit qu’il leur en donnerait de ses réserves pour qu’elles « ne coûtent proprement pas un sol au roi ». En conséquence, « c’est la province qui en fait tous les frais et il paraît dans l’ordre qu’elles tournent, à un certain point, au profit de ses habitants. »

Plan de la pépinière du Roule à Paris, Gallica.

L’intendant rajoute que planter des arbres en terre ne suffit pas car « ils exigent pendant plusieurs années des soins particuliers » et que « le propriétaire seul peut les faire donner parce qu’il les regarde comme sa propre chose et son ouvrage, tandis que cela serait impossible à l’administration »13. Il conclut que faire faire des plantations par corvée serait une pure perte par rapport à la quantité d’ouvrages à faire et que cela occuperait un ingénieur qui n’a aucun pouvoir de police sur les arbres après leur plantation. Turgot finit par trancher avec l’arrêt du conseil du 6 février 1776 qui préconise que« les bords des routes seront plantés d’arbres propres au terrain, dans les cas où ladite plantation sera jugée convenable, en égard à la situation et disposition desdites routes »14. Ces plantations devaient être l’œuvre des propriétaires en bordure de route comme l’ajoute l’arrêt du 17 avril 177615.

Notes

1. Jean Le Rond d’Alembert et Denis Diderot, Encyclopédie, Paris, Briasson, Le Breton, David, Durand, t. III, 1753. p.279. 2. Louis Liger, La nouvelle maison rustique, septième édition, Paris, Saugrain, tome I, 1755, p.894. 3Ibid.,p.895. 4. Arch dept. du Cher, C110, copie sans date de la lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à M. d’Aumont, procureur du roi au bureau des finances. 5. Louis Liger, La nouvelle maison rustique, op. cit., septième édition, Paris, Saugrain, tome I, 1755, p.894-897. 6. Ibid., p.894. 7. Arch. dept. du Cher, C1245, mémoire du commissaire terrier de Claude-Charles Feydeau de Marville, comte de Gien. 8. Arch. dept. du Cher, C110, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 20 août 1770. 9. Arch. dept. du Cher, C112, mémoire sur les pépinières royales du 19 avril 1774. 10. Voir Gouiric (Nicole), « La peuplomanie dans les jardins de la seconde moitié du XVIIIe siècle : propos inspirés par les peupliers de Méréville », Polia, n°10, 2008, figure p.47. 11. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 19 avril 1774. 12. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 3 décembre 1773. 13. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 29 juin 1773. 14.  Vignon (Eugène-Jean-Marie), Études historiques sur l’administration des voies publiques en France au XVIIe et XVIIIe siècles, op.cit., pièce justificative n°548, 8 février 1776, « arrêt du conseil du roi sur la largeur des routes », p.226. 15Ibid., pièce justificative n°549, 17 avril 1776, « arrêt du conseil qui fixe à un an le délai accordé aux propriétaires riverains pour planter […] », p. 228.

Entre bien public et besoin particulier: les projets du fermier Legendre de Villemorien pour les routes

Les élites de l’Ancien régime avaient une vision politique qui oscillait entre le besoin particulier et le bien public. Plus les personnages étaient riches et puissants plus leur volonté faisait céder l’administration. L’administration des Ponts et chaussées n’a pas réussi a en être exempt, mais le cas du fermier Legendre de Villemorien montre toute la complexité d’une administration qui voulait de plus en plus oeuvrer pour le plus grand nombre au nom de l’Etat.

Un fermier et maître des postes puissant : Legendre de Villemorien

Philippe-Charles Legendre de Villemorien est né à Paris et baptisé le 27 janvier 1717 avec pour parrain le Régent, Philippe d’Orléans1. Il est conseiller au parlement de Paris de 1739 à 1747 et devient fermier des Fermes générales unies en 1756 et le reste jusqu’à la révolution. Il devient aussi maître général des Postes et receveur général des domaines et bois de Soissons. Il se marie, le 7 février 1752, à Marie Antoinette Bouret fille d’un administrateur général des Postes. Il possédait les terres de Villemorien et d’Avirey en Champagne (à Bar-sur-Seine plus précisément), des fonds dans la Ferme générale pour près de 60.000 livres, deux maisons rue Faubourg-Saint-Honoré à Paris, l’usufruit d’une maison de campagne à Marly-le-Roi, mais surtout les terres de Valençay, Luçay et Varennes. En 1766, il achète pour 620.000 livres les terres de Valençay avec le château du XVIe siècle [fig.1] à Antoine-Louis Chaumont de La Millière, intendant de Limoges. Charles Legendre de Villemorien achète, par la suite, au même, la terre de Luçay-le-Mâle. Le fermier connaissait donc un intendant qui devient, en 1781, intendant général en charge des Ponts et chaussées à Paris.

fig. 1 Louis Gabriel Moreau, dit l’Aîné, Vue de Valencay depuis les jardin, Musée du Louvre, RMN.

En 1767, Charles Legendre de Villemorien devient gouverneur et lieutenant du roi à Valençay et demande à y implanter des forges qui sont autorisées par le roi le 9 septembre 1767 mais ne fonctionneront qu’à partir de 1776. Il meurt richissime en 1789. Homme bien placé à la cour et à Paris comme financier et administrateur royal, il est l’exemple même de cette noblesse de robe toute puissante sous le règne de Louis XV.

Le pont de Valançay : un besoin particulier

Le riche fermier a pour projet la construction d’un vaste projet de route avec un pont aux abords du château et de la ville de Valençay propriété du financier [fig.2]. Le ministre Trudaine explique à l’intendante 8 février 1771 que « M. de Villemorien me représente la nécessité de reconstruire le pont de Valençay utile au transport de sels et des fers du roi. Il demande que la dépense de la reconstruction de ce pont que l’on a projetté d’oter de l’endroit où il est pour le transporter le long d’un moulin qui est au bout du potager de M. de Villemorien, soit fait par le roi aux offres qu’il fait d’en faire avances et de donner gratuitement les prairies nécessaires pour faire la chaussée aux abords de ce pont. Je vous prie de m’envoyer votre avis sur la demande de M. de Villemorien et de me marquer si ce pont est situé [ainsi] qu’il l’expose sur une grande route et si la dépense doit en être supportée par le roi »2.

fig.2 Détail de l’Atlast de Trudaine pour Valençay, Archives nationales.

On voit sur la carte de Trudaine, vers 1740, que la route est coupée par la rivière Naon et qu’il n’y a plus de pont. Ce « pont de bois sur la rivière de Naon dont on apperçoit encore plusieurs pilots » fut remplacé par « un petit pont pour les gens de pieds ». La description se poursuit :« les visiteurs étant obligés de se détourner en passant à un quai assez difficile vis-à-vis [du] bas-bourg, ensuite de ce petit pont, on monte au bourg de Valençay sur une pente de plus de dix-huit pouces par toises dans la longueur de 70 toises »3 . On connait un tableau de Moreau qui montre cette pente avec un escalier monumental en pierre qui avait été aménagé pour accéder au château [fig.2].

fig.3 Louis Gabriel Moreau, dit l’Aîné, Vue de Valençay depuis la ferme et le potager, Musée du Louvre, RMN.

Le chemin n’étant pas dans l’axe du chemin, le seigneur du lieu, veut donc le remplacer, mettant en avant qu’il est essentiel pour le commerce car le domaine se trouve sur la grande route de Selles à Châteauroux par Valençay. Il propose de faire les avances pour la réalisation et de donner des parcelles de terres au roi. Mais l’intendant se rend compte, dans une lettre du 17 février 1771, que ce domaine ne se trouve pas sur la grande route. Il ajoute à l’ingénieur Demontrocher qu’il faudrait vérifier que cette proposition n’ait pas « pour objet son agrément ou son utilité particulier plutôt que celle du public»4.

fig.4 Plan des projets de routes des Ponts et chaussées vers 1770, ENPC.

M. de Villemorien parvient à faire passer la grande route par Valençay comme on peut le voir sur la carte du Berry [fig.4]. La route conserve sa position ancienne, elle est simplement tirée en ligne droite depuis l’aile du château jusqu’à l’arbre près de la route de Levroux.

fig.5 Détail du cadastre pour Valençay, Archives de l’Indre.

 

La route commencée en 1768 voit donc son tracé changer. Les travaux du tronçon de Valençay débutèrent en février 1771 [fig.5]. Le 7 mars 1771, Legendre de Villemorien écrit que « les pierres sont tirés » et qu’il faut activer les travaux car le chemin se détériore encore et il « est plus mauvais qu’il ne l’était » avant le début des travaux5. L’intendant, s’étant résolu à faire réaliser cette route, tente de faire partager les frais engendrés avec la généralité d’Orléans sans succès. Le fermier tente une nouvelle fois de modifier le tracé de la route en proposant que « l’on fasse faire la chaussée qui vient en face de son château [pour] se procurer une entrée plus commode et plus agréable ». Par conséquent, « il fera faire à ses frais et dépends de nouveaux rapports de terre sur lesquels la corvée sera [faite] ensuite [avec] les empierrement ou cailloutis »6.

fig.6 Ponceau et aqueduc, Atlas de Trudaine, Archives nationales.

En revanche, l’intendant refusait que soit fait un pont de maçonnerie et préférait qu’on réalise un pont de charpenterie car les fonds ne sont pas suffisants dans la généralité pour construire en maçonnerie. Villemorien ne renonce pas à avoir un pont de maçonnerie et une entrée digne de son château. Il met en avant qu’il avait donné 1100 livres pour la construction d’un pont de maçonnerie et non pas de charpente7. L’intendant est surpris par cette réponse car il lui semble de plus en plus que le financier veut une route pour créer une avenue à son château et non pas pour le bien public et le commerce. Il lui reproche de vouloir un pont d’une « largeur beaucoup plus grande qu’il ne l’aurait fallu pour se servir du chemin »20. Villemorien retente sa chance, auprès de Trudaine, en envoyant un mémoire daté du 18 avril 1772 sur tous les ponts de Valençay.

fig.5bis Détail du cadastre pour Valençay, Archives de l’Indre.

Trudaine accepte les demandes mais l’intendant Dupré de Saint-Maur les refuse. Dans ce mémoire, Villemorien proposait de donner 6000 livres pour réaliser les ponts s’ils étaient en pierre8. L’intendant écrit que que « c’est un si petit objet en comparaison de la dépense excéssive que la corvée aura à faire, de l’agrément particulier et de l’utilité considérable qui en resulteront pour lui »9. Villemorien a donc fait construire un ponceau de bois et pierre [fig.5bis] à ses frais sans avoir pu réaliser le grand projet d’entrée pour son château10.

Un pont à Vicq : le bien public

En tant que maître des Postes, il continua de s’intéressa aux routes comme il en rend compte à l’intendant en 1777 : « je vais la faire passer à M. Neubourg qui est à la Moustière et qui m’avait écrit pour savoir si je voulais contribuer au pont de Vicq. J’y ai consenti quoique ce pont jusqu’à présent ne m’ait été d’aucune utilité».

fig.6 Château de La Moustière, Coll. part.

Il commença ainsi une collaboration avec Michel Edmon Le Pestre de Neubourg, receveur général des Finances de la généralité de Caen et seigneur de Vicq-sur-Nahon, non loin de Valençay. Les deux propriétaires ne peuvent pas compter, pour la construction du pont, sur les autres propriétaires qui sont trop éloignés de Vicq. Les travaux sont envisagés car le gué est « impraticable y ayant presque en tous temps environ cinq pieds d’eau ce qui empêche absolument la communications avec les paroisses voisines »[fig.8].

fig.8 Détail du cadastre pour Vicq-sur-Naon, Archives de l’Indre. On y voit le pont de bois sur la rivière à droite.

L’intendant explique que les paroissiens ne « contriburont à rien à la dépense de ce pont [car] il aurait fallu un arrêt du conseil qui [autorise] à ordonner l’imposition sur eux ». Le projet de rendre le gué de Vicq praticable est pour Le Pestre essentiel car c’est un des chemins pour son château de La Moustière.

fig.9 Détail sur le château de La Moustiere dans le cadastre pour Vicq-sur-Naon, Archives de l’Indre.

L’intendant semble vouloir y contribuer grâce au fonds de charité et envoie plusieurs élèves puis demande un projet à l’ingénieur en chef Demontrocher. Villemorien et Neubourg doivent, selon l’intendant, y contribuer comme lui pour une somme de 550 livres chacun11. Finalement, le pont est construit sur le gué à une date indéterminé.

Notes

1. Claeys (Thierry), Dictionnaire biographique des financiers en France au XVIIIe siècle, tome 1, Paris, SPM, 2008, p.168-169; Crozet (René), Le château de Valençay, Paris, Henri Laurens, 1930, p.53-57. 2. Arch.dept. du Cher, C109, lettre de Trudaine à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 8 février 1771. 3 Arch. nat., F148465, Atlas de Trudaine, v.1740. Le texte est écrit au verso. 4. Arch.dept. du Cher, C109 lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Demontrocher du 17 février 1771. 5. Arch.ENPC, UA617, généralité du Berry, 1770. 5. Arch. dept. du Cher, C 1245, lettre de Villemorien à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 7 mars 1771; lettre de l’intendant Cypierre à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 16 avril 1771.6. Arch. dept. du Cher, C109, lettre de Trudaine à l’intendant Dupré de Saint-Maur 7 mai 1771; lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Tudaine, avant mai 1771.7. Arch. dept. du Cher, C1245, lettre de Villemorien à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 27 mai 1771; lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Villemorien du 4 juin 1771. 8. Arch. dept. du Cher, C1245, lettre de Trudaine à l’intendant Dupré de Saint-Maur et mémoire de Villemorien du 18 avril 1772. 9. Arch. dept. du Cher, C109, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 24 mai 1772. 10. Arch. dept. du Cher, C114, mémoire de Villemorien de 1772. 11. Arch. dept. du Cher, C114, lettre de l’intendant Feydeau de Brou à l’ingénieur Demontrocher, 22 mai 1777; lettre de Villemorien à l’intendant Feydeau de Brou, 31 mai 1777; lettre de Le Pestre à l’intendant Feydeau de Brou, 6 juin 1777; lettre de l’intendant Feydeau de Brou à Le Pestre de Neubourg, 1er juin 1777; mémoire de Le Pestre de Neubourg, 1777.

Nicolas Defer de La Nouerre (Saint-Cloud, 1743 ? – Paris, 1804?) un ingénieur des Pont et chaussées de Bourges à entrepreneur parisien

Il y a quelques années, nous avions étudié la place de l’amélioration de la route dans le Berry au XVIIIe siècle dans l’article “Autour du cas d’Argent-sur-Sauldre: l’embellissement des grands chemins dans la seconde moitié du XVIIIe siècle”.

Une figure y apparaissait en filigrane celle de l’ingénieur Nicolas Defer de la Nouerre dont la carrière mérite d’être un peu étayé.

Une formation militaire

L’ingénieur est né à Saint-Cloud en 17431. Sa première formation aurait été faite par un certain Thuillier qui lui a appris « les éléments de géométrie et les principales propriétés des sections coniques. [Il] a étudié avec succès l’application de l’algèbre à la géométrie et à la mécanique. [Il] sait niveler » et qu’il « a dessiné l’architecture […] ; il dessine aussi la figure, l’ornement avec soin et la carte. [Il] sait lever les plans »2. On sait que l’ingénieur a travaillé pour le parc de Saint-Cloud3, domaine redessiné par Pierre-Contant d’Ivry vers 1740, qui fut un modèle pour les jardiniers et architectes4.

fig.1 Henri Louis Duhamel du Monceau, Éléments de l’architecture navale ou Traité pratique de la construction des vaisseaux,1752, Wikicommons.

En 1759, il entre une première fois à l’école des Ponts où « il a été peu assidu » puis sans connaître la raison s’engage comme ingénieur-géographe militaire5. Il aurait « levé le plan de Saint-Cloud et d’autres plans à l’Ile de Cayenne où il a été employé 13 mois et demi. Il a été volontaire dans le régiment de Bourgogne, cavalerie, ensuite enseigne dans le régiment de Dunkerque, ensuite ingénieur du Roi à la Guyenne française, ensuite lieutenant d’artillerie, aujourd’hui capitaine en second »6. Il retourne à l’école le 24 mai 1766 où « sous les ordres de M. le chevalier Turgot, il a été envoyé en qualité de sous-ingénieur à Limoges le 1er avril 1767 », et il « est passé à Bourges en la même qualité le 1er avril 1771 ». L’ingénieur Defer prend en compte les nombreuses années dans l’armée comme « ingénieur-géographe » de 1763 à 1766 pour demander le grade de sous-inspecteur. Mais, pour la généralité de Bourges, le poste est déjà donné à Charles Demontrocher et donc il se voit refuser le grade par le directeur Jean-Rodolphe Peronnet car il y a « encore beaucoup d’anciens sous-ingénieurs et des gens de mérite à placer avant le Sr. Defer ».

fig.2 Alexandre Roslin, Portrait de l’architecte Rodolphe Perronet et son épouse, Antoinette Charlotte Besson, Göteborg, wikicommons.

Perronet d’ajouter que « ce sous-ingénieur a rendu peu de service depuis qu’il est employé, à cause des maladies qu’il a eu et des temps considérables qu’il est venu passer à Paris »7. De plus l’ingénieur en chef Valframbert n’appuie pas sa demande car il n’a pu constater que sa mauvaise volonté pour travailler :

« M. Defer est appointé sur les fonds de cette généralité du 1er janvier 1771 à raison de 1500 livres par an. Il est arrivé à Bourges vers le 10 juin de la même année. Je l’ai envoyé visiter le département qui lui était destiné le 17. Il a séjourné 2 jours dans le chef-lieu. Il est revenu dans cette ville vers le 20, en est parti pendant que j’étais en tournée vers le 27 juin et est resté à Paris jusques au 17 avril 1772 qu’il est arrivé à La Charité (La Charité-sur-Loire, Nièvre) sans pouvoir venir prendre ici des instructions sur ce qu’il à faire a cause d’un mal qu’il dit s’être fait à la jambe. […] Lorsqu’il est parti au mois de juin, il m’a donné pour raison qu’il avait un abcès fistuleux à la mâchoire qu’il voulait faire guérir. M’ayant mandé au mois d’août suivant que cet abcès étant inguérissable, je le prie de revenir ici. Il me marqua qu’il venait d’avoir une pleurésie qui ne lui permettait pas encore de voyager; ayant cru au mois d’octobre sa convalescence assez avancée pour faire quelques efforts, j’essayai encore de le faire revenir, il m’écrivit qu’il avait un procès a suivre d’où dépendait sa fortune et son honneur. Enfin au 15 mars 1772, je lui ai mandé que toute affaire cessante. Il eut à partir pour Bourges où je l’attendais de pied ferme pour l’instruire. Il est allé, au reçu de ma lettre, trouver M. l’intendant qui lui donné un délai jusques au couramment d’avril, malgré cela il n’est arrivé que le 17. Et cela sans me joindre quoiqu’il y ait 32 jours que je l’attends d’un moment à l’autre. Je vais lui écrire pour lui faire sentir la nécessité de se rendre ici en peu; d’autant que je voudrais faire un voyage à Paris vers le 26 ou le 27 de ce mois »8.

Defer subit une période difficile. La mort de « sa femme en couche au mois de septembre 1770 »9 l’oblige à régler de nombreuses affaires de succession. Il s’est marié à une date indéterminée à Charlotte-Séraphine Dodart, nièce de l’intendant Denys Dodart10.

L’ingénieur dans le Berry : les chantiers à Argent-sur-Sauldre

De 1771 à 1776, l’ingénieur Nicolas Defer de La Nouerre est en charge du pont à d’Argent-sur-Sauldre (Cher) à l’entrée du village où l’intendant réside depuis 176511. Les travaux sont organisés et surveillés par le subdélégué de Gien, Edme Rancourt de Villiers12 qui écrit en 1771, à Argent, qu’il « mener[a] avec toute vivacité possible la construction vraiment intéressante d[u] pont [d’Argent]»13. L’intendant s’appuie encore dans un premier temps sur l’ingénieur en chef Valframbert puis sur le sous-inspecteur Demontrocher. C’est ce dernier qui suit les travaux depuis le début et qui les fait aboutir en 1776.

Selon Valframbert, le sous-ingénieur Defer est « arrivé que depuis peu dans cette province, il n’a fait aucun service en 1771 »14 car « il est venu à paris en juin 1771 où il a passé neuf mois, il en est reparti pour retourner à Bourges à la fin de mars 1772. »15 Ainsi cet ingénieur est présent en 1772, à Argent où « il a fait paraître d’abord beaucoup de zèle, mais un ton d’égalité qu’il a voulu soutenir dans les affaires qu’il a eu à traiter avec le subdélégué du lieu de sa résidence l’ont fait accuser de hauteur, et [ill.] auprès de Mr. l’intendant, qui depuis que ce sous-ingénieur est dans la généralité, n’a pas cessé de juger et condamner tout ce [que le subdélégué] fait et propose de faire; ce qui nuit essentiellement au bien du service. Il est vrai qu’il est le troisième qui en trois ans de temps n’a pu convenir à ce même subdélégué.»16

fig.3 Plan de Trudaine pour Argent, Archim.

Le plan de route extrait de l’atlas de Trudaine montre le passage de la Sauldre au village d’Argent vers 1745 : « on traverse la Grande-Sauldre au pied du coteau dans un bac. Cette rivière, à cet endroit, a 13 p[ied] de largeur sur un pied de profondeur dans le temps des plus basses eaux. On remarque quelques vestiges d’un pont qui avait autrefois été construit en cet endroit. Les plus hautes eaux de cette rivière ne passent guère six pieds. »17. Le plan [fig.3] ne montre aucun pont permettant de traverser la Sauldre car l’ancien pont construit par Jean de Vétus, au début du XVIIe siècle, s’étant écroulé, le passage de la rivière, à cet endroit, se faisait par des bateaux plats18.

Par rapport à l’ancien passage, l’ingénieur a décidé de rapprocher le pont du château, pour autant on ne sait pas exactement quel est le tracé envisagé. En tout cas, ce premier tracé fait par Valframbert paraît déplaire à l’intendant qui le trouve « infâme ». L’intendant décide donc de tout faire pour le modifier quitte à faire du chantage avec les « fonds d’indemnités ». Nicolas Dupré de Saint-Maur est en charge des fonds des travaux : fonds royaux et fonds des Ponts et chaussées. Ainsi Valframbert décrit les déboires qu’il a eu avec l’intendant sur le tracé proposé :

« M. l’intendant m’a dit qu’il fallait changer cet alignement et le diriger sur la maison d’un particulier qu’il n’aime pas, m’ajoutant qu’il voulait profiter de cette occasion pour en faire raser sa maison et le faire sortir du pays. Je lui ai répondu que les maisons particulières ne devaient pas me guider, que, comme je ne voyais pas le bien du service dans le projet, je le priais de trouver bon que je ne m’en mêle pas. Il m’a répondu que le plus ou le moins de maisons à abattre ne devait pas m’arrêter, parce qu’il faisait payer les indemnités sur les fonds de la province, et qu’il entendait être le maître de la direction des alignements dans la traverse des villages, sans quoi il ne fournirait pas de fonds pour les indemnités. Je lui ai répondu que cette discussion regardait M. Trudaine et lui, et que, j’étais assujetti à des règlements dont je ne pouvais me départir sans ordre. Nous en sommes restés là, après néanmoins qu’il m’ait dit que M. de Limay faisait à cet égard autrement que moi. Depuis le temps, j’ai toujours relu avec lui comme à l’ordinaire et il ne m’a plus parlé de rien. Je sens bien que je ne lui ai pas fait ma cour dans cette occasion, mais j’ai rempli mon devoir. »19

L’intendant y voit avant tout l’amélioration des abords de son domaine et l’alignement des maisons sur la route parvenant à l’entrée du château. On ne sait pas si l’alignement envisagé par l’intendant est effectivement suivi mais il aimerait en être le maître . Il semble que l’ingénieur et l’intendant soient en désaccord sur la question car l’ingénieur y voit non pas des raisons publiques mais une requête particulière. L’intendant va dorénavant s’appuyer sur l’inspecteur Demontrocher qu’il a sorti d’un mauvais pas, plus que sur l’ingénieur en chef avec qui il ne va plus discuter de rien. Après le choix du tracé, le subdélégué se charge de trouver les entrepreneurs qui auront en charge la réalisation du pont avec les voituriers et les matériaux20. Ainsi, il semble que c’est l’inspecteur Demontrocher qui se charge des travaux et il est aidé par le sous-ingénieur Defer. Ils doivent être secondés par des élèves dès lors l’intendant demande en 1772 leur envoi : « Monsieur, le bien du service de cette généralité, exige qu’il y soit envoyé cette année deux élèves instruits. L’un sera employé à la conduite et contrôle des ouvrages du pont d’Argent, et les corvées à faire à ses abords. L’autre le sera à la conduite des travaux de corvées d’un département et à lever des plans »21. Les élèves envoyés sont les sieurs Saint-André, Saint-Faust et Leclerc la Bourée. De plus, l’intendant mentionne en 1774 que le Sr. Vallée s’est bien acquitté du suivi des travaux du pont d’Argent22. Mais on sait que durant l’année 1773, le sous-ingénieur Defer se charge du toisé des pierres des carrières qui doivent être utilisées pour le pont23. Vers le 19 décembre 1773, des pierres, destinées au pont d’Argent, sont arrivés à Gien24. L’intendant explique à Perronet, dans une lettre le 22 mars 1774, que les ingénieurs sont trop éloignés d’Argent pour « guider et veiller à ce que la besogne soit bien faite »25. L’ingénieur en chef Demontrocher a la charge, au cours de la poursuite des travaux, de la distribution des fonds pour les dédommagements des riverains et le paiement de l’entrepreneur26. Il est secondé par Joseph Mony conducteur royal et entrepreneur à Argent27 et le sous-ingénieur Defer avant son renvoi dans une autre province en 1777.

Le pont d’Argent fut modifié dans la seconde moitié du XXe siècle mais les cartes postales anciennes siècle montrent sa disposition avant les modifications [fig.4]. Ce pont est réalisé en même temps qu’une « arche de la prairie d’Argent »28 enjambant un canal de la Sauldre.

fig.4 Pont de Argent, carte postale.

Une réalisation est l’oeuvre exclusive de l’ingénieur Defer en faveur auprès de l’intendant : le jardin du domaine d’Argent dont il existe un projet daté de 1776 [fig.5]29. On sait que Nicolas Dupré de Saint-Maur est nommé comme intendant en juin 1776 à Bordeaux, ce plan peut être antérieur ou postérieur à cet envoi. Ce qui est confirmé par une lettre du 17 novembre 1776 de l’ingénieur en chef Charles Demontrocher qui décrit que l’ingénieur Nicolas Defer « s’occupe d’ouvrages de terrassements pour les cours et jardins de M. Dupré de Saint-Maur à Argent qui ne lui font aucun profit et peuvent être dirigés par tout autre sous-ingénieur qui y donnait un coup d’œil de temps à autre en parcourant ses routes sans en faire son lieu de résidence »30.

fig.5 Projet de Nicolas Defer de la Nouerre pour Argent, coll. part.

D’après l’historien Julien Vasquez31, l’intendant aurait réellement apprécié ce projet puisque il signale dans son Livre de comptes, à l’entrée « du 23 [avril 1777] », qu’il a « payé au vitrier pour fourniture et façon du cadre doré et verre sous lequel [il a] mis le plan du château d’Argent, un louis »32. On voit sur ce plan deux parties : un boulingrin et des parterres puis le bois. Pour Blondel, les terrasses sont un investissement important pour les terrains en pentes mais elles offrent « beaucoup d’agrément par les différents point de vue dont on peut jouir, soit dans les fonds, soit sur les éminences »33. En 1777, il plante du gazon, sûrement dans le boulingrin près de l’Église34. Le boulingrin est d’origine anglaise mais comme le fait remarquer Dézallier d’Argenville, c’est une « figure renfoncée, couverte d’un beau gazon bien uni et bien vert, entouré le plus souvent d’un rang de grands arbres, avec des arbrisseaux pleins de fleurs » qui « le rendent d’une jolie composition, sans parler du plaisir de pouvoir se reposer sur les glacis de son renfoncement, pendant la grande chaleur, et d’y être à l’ombre »35.

fig.6 François-Hubert Drouais, Portrait de Duhamel de Monceau, Paris, musée de la Marine, wikicommons.

Selon Bernard Toulier, l’organisation du parc, potager et jardin est issue des travaux d’Henri-Louis Duhamel du Monceau36 : le jardin du château de Denainvilliers présente un bois de forme triangulaire délimitée par plusieurs axes et une place circulaire en son centre37. Ce bois comme les allées permettent des « promenades agréables» 38 mais permet aussi d’empêcher la propagation des feux et de permettre une coupe des bois pour le chauffage39. Il préconise de ne pas créer trop «  de petites pièces qui se trouveraient bouchées quand les arbres auraient pris de la grosseur » et « il faut bannir les petits cabinets, les labyrinthes, en un mot, tout ce qui est mesquin » mais il ne se présente pas comme spécialiste des jardins mais comme agronome40. Or, le bois du plan de Henri-Louis Duhamel et celui d’Argent par Nicolas Defer, paraissent n’avoir qu’une similitude de leurs formes générales, par ailleurs, on n’a rien retrouvé sur la relation possible entre l’agronome Duhamel du Monceau et l’intendant Dupré de Saint-Maur. En revanche, Henri-Louis Duhamel du Monceau ainsi que Nicolas Defer, créateur du projet pour Argent, doivent connaître la conception du bois qu’a énoncé Antoine-Joseph Dézallier d’Argenville, théoricien des jardins très connu au XVIIIe siècle, dans La théorie et la pratique du jardinage où l’on traite à fond des beaux jardins appelés les jardins de propreté, de 1709 41 : pour l’auteur un château ne peut se priver d’un bois qui doit ainsi être percé « d’allées le plus qu’on pourra, de n’y point faire trop d’ouvrage », et il doit avoir en général la forme d’une « étoile » ou d’une « patte d’oie »42. Il n’est pas le seul à préconiser ce genre de forme pour les bois, puisque Louis Ligier, dans La nouvelle maison rustique, de 1700, écrit que l’on peut voir dans les bois «  de grandes Étoiles avec un grand rond dans le milieu où rendent toutes les routes. »43 Dès lors, on peut remarquer que le bois d’Argent possède une forme d’étoile et une patte d’oie avec « une belle pièce dans le milieu »44 et un seul bâtiment. Les allées axiales bordées d’arbres, les rond-points, les grilles ouvragées, les parterres, les terrasses et les canaux créent des effets monumentaux pour les visiteurs venant voir l’intendant.

fig.7 Temple de Bacchus à Argent, carte postale.

Dans le parc du domaine d’Argent se trouve une fabrique le « Temple de Bacchus » que l’on attribue volontiers localement à l’architecte du Grand-Théâtre de Bordeaux, Victor Louis [fig.7]. L’historien de l’art Christian Taillard ne l’attribue pas à l’architecte45. Dès lors, les chercheurs se sont interrogés sur les sources de cette étrange fabrique à l’exemple de Claude Mignot qui écrit que « le Temple de Bacchus est un édifice tout à fait intéressant qui appartient à une typologie très étrange de faux plan centré, puisque coupé presque en trompe l’œil »46 ou encore Jean-Pierre Babelon qui « estime que l’architecture du Temple de Bacchus prend tout son sens dans le cadre des perspectives paysagères, et il demande si les axes qui donnent le volume existent toujours »47.

fig.7bis Temple de Bacchus à Argent, carte postale.

Sur le plan cadastral ancien dressé en 1814, il est appelé « Temple de Bacchus »48, et il est au centre du « Vignoble du Temple de Bacchus », planté sur les versants bien exposés de la colline sur laquelle s’élève le pavillon. On sait que l’intendant Dupré de Saint-Maur poursuivit des travaux dans la recherche agricole et s’intéressa plus particulièrement à la vigne. Le plan par masse de culture49, montre que des vignes sont plantées dans l’axe du Temple de Bacchus, de part et d’autre de la route de Blancafort. Les terrains s’étendant dans le triangle formé par cette route et celle de Gien, portent des vignes plantées de 1779 et 178250. L’allée d’arbres présente sur le plan de 1776 mènerait ainsi à ce bâtiment. L’architecture du « Temple de Bacchus » est très proche de celle des communs du château d’Argent: on y a employé les mêmes matériaux, on y retrouve la même composition sobre et symétrique et le même traitement des ouvertures [fig.8]. Aucune archive ne permet de documenter ce bâtiment qui pourrait même être l’œuvre de l’architecte Joseph Mony qui a travaillé, comme conducteur des ponts et chaussées, à la route d’Argent à Bancafort ou encore de Nicolas Defer.

fig.8 Bâtiment des communs actuellement.

Entre Paris et Bourges : un ingénieur ambitieux

L’ingénieur Defer très attaché à Paris et Saint-Cloud y effectue de nombreux voyages depuis Bourges. Il semble avoir affaire à des maladies chroniques demandant des soins importants qui l’obligent à rester à Paris de 1771 jusqu’en 1772. Ainsi il écrit « à Paris, chez madame Duchesne, libraire rue Saint-Jacques, au Temple du goût », le 15 août 1771 : « si la nécessité des travaux exigeait ma présence, je me rendrais en abandonnant mes affaires que je vous prierais de me permettre de venir reprendre à la fin d’octobre, cependant une maladie sérieuse est venue m’assaillir. Mon ancienne a pris une nouvelle consistance et il faudrait que vous exigiez absolument mon retour pour que je me risquasse de me rendre à mon département. J’attendrai donc vos ordres avant d’en prévenir Mr. Trudaine, persuadé que je suis, Monsieur, que vous voudrez bien avoir la bonté de prendre part à mes malheurs»51. L’intendant répond que l’ingénieur Defer a « bien fait de différer [son] retour » mais dès que sa santé sera rétablie, il devra revenir dans la province car ses supérieurs commencent à s’en plaindre. On lui reproche donc de ne connaître « ni son département, ni la marche du travail de cette généralité [de Bourges], ni la méthode de conduire les corvées, n’en ayant jamais conduit. »52 Mais il parvient à se faire donner un délai par l’intendant qui l’apprécie. Ainsi il peut réitérer sa demande de promotion en 1773 qu’on lui refuse toujours pour les mêmes raisons53.

fig. 9 Augustin de Saint-Aubin et Charles-Nicolas Cochin, Portrait de Trudaine de Montigny, wikicommons.

Après le départ de Nicolas Dupré de Saint-Maur pour Bordeaux, en juillet-août 1776, l’ingénieur Defer perd son protecteur. L’ancien intendant de Bourges a pourtant tout fait pour avoir l’appui de l’ingénieur en chef de la généralité de Bourges, Demontrocher. Pourtant l’ingénieur en chef reprochait déjà à Defer son insubordination dans une lettre du 12 février 1776:

« Ambitieux, hardi, entreprenant, turbulent, ce sous-ingénieur veut l’emporter sur l’ingénieur en chef et le dépouiller pour se parer de ses plumes. Il fait à l’intendant sa cour la plus assidue, propose, traite, lui rend compte, directement malgré mes prohibitions réitérées. Je l’ai arrêté sur plusieurs entreprises contraires au bon ordre qu’il voulait me faire approuver. A présent, il agit clandestinement. Parvenu par son intrigue à se faire écouter de l’intendant, il fait, il exécute différents projets sur lesquels je ne suis seulement pas consulté. […] En cause que je ne lui ai rien dit sur ce qui me concerne, il vient chez moi, il affecte de me faire sa cour, je rends politiquement politesse pour politesse. Mais c’est un sujet bien dangereux, beaucoup plus superficiel que docte, sophiste, imposant par le ton, entêté dans ses opinions, toujours d’avis contraire à ce qu’on exige de lui, très cher dans ses régies, incorrect dans ses opérations en prêchant l’économie et l’exactitude. […] Je vous demande en grâce, Monsieur, comme je l’ai fait à M. Hue de le faire passer dans une autre province où il se conduira peut-être différemment. Surtout si l’on a soin de ne le point placer à porté de l’intendant. Il est de toute impossibilité de changer ici son allure ; il a le pied à l’étrier. Quoique je suis bien reçu chez M. Dupré de Saint-Maur, M. Defer m’y nuit beaucoup »54.

L’ingénieur en chef Charles Demontrocher se décide donc de le faire changer de généralité.

Un entrepreneur parisien

L’ingénieur Valframbert en place à Bordeaux craint que le nouvel intendant en place – qui est, Nicolas Dupré de Saint-Maur depuis juillet 1776 – ne fasse venir Defer dans la généralité de Guyenne55. Nicolas Defer tente de faire changer d’avis l’ingénieur en chef Demontrocher qui en fait part à Perronet, début novembre 177656. Mais l’administration a décidé de l’envoyer en Bresse malgré toutes les contre-propositions qu’il fait pour rester à Bourges. On veut le faire passer rapidement dans son nouveau département car « s’il ne reçoit pas des ordres très précis pour abdiquer ses fonctions en Berry, il est certain qu’il prétextera des motifs pour différer. M. Dupré de Saint-Maur doit aller à Argent à la fin de ce mois et y passera quelque-temps. M. Defer voudra l’attendre et fera faire de nouvelles sollicitations »57. Defer est vraisemblablement arrivé en Bresse entre mai et juin 177758. Il devient, par la suite, un théoricien des canaux qu’il veut avant tout utilitaires et économiques ; on connaît de lui des écrits comme Observations sur le canal du Languedoc et la jonction des deux mers par ce même canal en 177959. Il fait de nombreux séjours à Paris où il s’intéresse aux problèmes hydrauliques de la capitale.

Il est aussi l’auteur de projets pour le canal de l’Yvette à partir de 178160. Les travaux pour son enfouissement sont entrepris par Nicolas Defer qui s’est retiré du service des ponts et chaussées en septembre 1782. Il soumet ce projet à l’Académie. Ce travail à Paris sera reconnu et lui permet d’écrire en 1786, La science des canaux navigables ou de la possibilité de faciliter l’établissement général de la navigation intérieure du royaume et de supprimer les corvées et d’introduire dans les travaux publics l’économie que l’on désire61. Les travaux avancent avec l’aide de l’ingénieur Emiland Gauthey. Les chantiers s’arrêtent en 1788 puis reprennent en 178962. On perd sa trace pendant la révolution. Il meurt à Paris comme entrepreneur le 21 novembre 180463.

Notes

1. Acte de décès, Paris, 30 brumaire an XIII [21 novembre 1804].2. Arch. ENPC, MS87, « État des employés subalternes des Ponts et chaussées », généralité de Bourges, vers 1770.3. Arch. ENPC, MS 3273, « Extrait de l’Enregistrement des élèves – Journal de l’École Nationale des Ponts et chaussées N° 1 », 1749-1786.4. Dézallier d’Argenville (Antoine-Joseph), La théorie et la pratique du jardinage où l’on traite a fond des beaux jardins appelés les jardins de propreté, Paris, Pierre-Jean Mariette,1740, p. 452-454.5Arch. ENPC, MS87, « État des employés subalternes des Ponts et chaussées », généralité de Bourges, [1772 ?].6. Arch. ENPC, MS 3273 , « Extrait de l’enregistrement des élèves – Journal de l’école Nationale des Ponts et chaussées N° 1 », 1749-1786.7. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, « Rapport du Sr. Perronet sur la requête envoyé par Mr. Defer le 29 mars 1772 » daté du 21 avril 1772 et « remis à Mr. Trudaine le 28 avril 1772 ».8. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de l’ingénieur Valframbert à Perronet du 19 août 1772.9. Arch. ENPC, MS87, « État des employés subalternes des Ponts et chaussées », généralité de Bourges, vers 1770.10. Paulin Riffe (M.), « Essai généalogique sur les anciennes familles du Berry (famille de Bengy) », Mémoire de la société des Antiquaire du Centre 1873-1874, Ve volume, Bourges, E. Pigelet, 1875, p.133.11. Dupré de Saint-Maur (Jean), Une famille française, dans l’attente de son grand homme (1180(?)-1980) , Fascicule II, arch. dept. du Cher, 4°1579, p. 177.12. Il faut noter que c’est le seul ancien membre de l’élite administrative provinciale à être élu aux États-Généraux en 1789, il avait démissionné de son poste à Gien quelque-temps auparavant ( Tackett (Th.), Par la volonté du peuple […], Paris, Albin Michel, 1997, p.38).13. Arch. dept du Cher, C109, lettre du subdélégué de Gien à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 5 juin 1771.14. Arch. ENPC, MS 2153, « État des talents et de la conduite des inspecteurs et sous-ingénieurs de diverses généralités», généralité de Bourges, boite 1, 1767-1771.15. Arch. ENPC, MS87, « État des employés subalternes des Ponts et chaussées », généralité de Bourges.16. Arch. ENPC, MS 2153, boite 1, « État des talents et de la conduite des inspecteurs et sous-ingénieurs de diverses généralités», généralité de Bourges, boite 3, 1772-1780.17. Arch. nat., F148462, Atlas de Trudaine, fol 5.18. Duplaix(Aguste), Mémorial de commune et paroisse de Clémont[…], Chateauroux, Langlois, 1905, p. 63.19. Arch. ENPC, MS2406, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 12 avril 1771. 20. Arch. Dept. du Cher, C112, lettre du subdélégué à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 30 mai, 2 juin et 5 juin 1771.21. Arch. ENPC, MS2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 29 mars 1772.22. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Perronet du 22 mars 1774.23. Arch. dept. du Cher, C111, mémoire de l’ingénieur Defer du 18 novembre 1773.24. Arch. dept. du Cher, C1245, lettre de M. Hérault à Argent et lettre de M. Rancourt de Villiers subdélégué à Gien à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 19 décembre 1773.25. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Perronet 22 mars 1774.26. Arch. dept. du Cher, C107, lettre de l’ingénieur Demontrocher à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 5 juin 1776.27. Arch. dept. du Cher, C114, lettre de l’ingénieur Demontrocher à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 22 juin 1776.28. Arch. ENPC, MS 1911, « État des talents des élèves du bureau des Ponts et chaussées et des ouvrages qu’ils ont faits », boite 11, 1774-1775.29. Plan attribué à Nicolas Defer de la Nouerre, 1776, coll. particulière, reproduit dans Bernard Toulier, Châteaux en Sologne, Paris, Imprimerie nationale, 1991, p. 136-137.30. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de de Montrocher à Perronet du 17 novembre 1776.31. Vasquez (Julien), Julien,Nicolas Dupré de Saint-Maur ou le dernier grand intendant de Guyenne, Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest, 2008, p. 46.32Extrait du tome XXXIV (année 1899) des Archives historiques de Gironde, Bordeaux, Imprimerie G.Gounouilhou, 1899, p. 3 à 76. Le plan est cité page 25.33. Blondel (Jacques-François), De la distribution des maisons de plaisance et de la décoration des édifices en général, Paris, Jombert, 1732, tome 2, p. 2.34. « Livre de dépenses de Dupré de Saint-Maur, intendant de Guyenne (année 1777)», op.cit., p. 15.35. Dézalier d’Argenville (Antoine-Joseph), La théorie et la pratique du jardinage, op.cit,. p. 83-84.36. Voir planche VIII du traité Les Semis et plantations des arbres et de leur culture cité par Bernard Toulier, Châteaux en Sologne, op.citp. 156.37. Fleury (Bernard), « Duhamel du Monceau: une approche toujours actuelle dans le domaine de l’arboriculture ornementale et urbaine », Duhamel du Monceau (1700-2000), un européen du siècle des Lumières, textes présentés par André Corval (dir.), actes du colloque du 12 mai 2000 et conférences, Orléans, Académie d’Orléans, 2001, p. 311- 314.38. Toulier (Bernard),Châteaux en Sologne, Paris, Imprimerie nationale, 1991, p. 156.39. Morin (Christophe), Au service du château: L’architecture des communs en Île-de-France au XVIIIe siècle, Paris, Publication de la Sorbonne, 2008, p. 189. Voir : https://books.openedition.org/psorbonne/540?lang=fr40. Duhamel du Monceau (Henri-Louis ), Des Semis et Plantations des arbres et de leur culture , Livre IV, Paris, L.H. Guerin et L.F. Delatour, 1760, p. 181.41. Cet auteur précède largement les travaux de Duhamel du Monceau sur ce sujet et son ouvrage est de nombreuse fois réédité au XVIIIe siècle.42. Dézallier d’Argenville (Antoine-Joseph ), La théorie et la pratique du jardinage […], op.cit. 1747, p. 71.43. Liger (Louis), Nouvelle maison rustique ou Economie générale de la campagne, Paris, Claude Prudhomme, troisième édition 1721, tome 2, p. 308.44. Ibid., p.72.45. Taillard (Christian)Victor Louis (1731-1800) : le triomphe du goût français à l’époque néo-classique, Paris, PUPS, 2009, p. 246-247. 46. Voir dossier historique de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, procès-verbal de la séance du 19 mai 2000 sur Argent-sur-Sauldre, dept. du Cher.47. Voir dossier historique de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, procès-verbal de la séance du 16 septembre 2002 sur Argent-sur-Sauldre, dept. du Cher.48Arch.dept. du Cher, plan du cadastre de la commune d’Argent-sur-Sauldre, sections E et D, 1814.49Arch.dept. du Cher, plan XX, Argent-sur-Sauldre, 248.50Arch.dept. du Cher, plan XX, Argent-sur-Sauldre, 247.51. Arch. dept. du Cher, C109, lettre de l’ingénieur Defer à l’intendant Dupré de Saint-Maur du 22 août 1771.52. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 19 août 1772.53. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Perronet à Valframbert du 12 février 1773.54. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de de Montrocher à Perronet du 12 février 1776.55. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 2 novembre 1776.56. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de de Montrocher à Perronet du 8 novembre 1776.57. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de de Montrocher à Perronet du 17 novembre 1776.58. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, « Rapport du Sr. Perronet sur le mémoire du Sr. Defer sous-ingénieur des Ponts et chaussées en Bresse » daté du 29 mai 1777 et « remis à M. Trudaine le 2 juin 1777 ».59. Arch. ENPC, MS 233, Observation sur le canal du Languedoc et la jonction des deux mers par ce même canal, 1779, tome 5.60. Jean Bouchary, L’eau à Paris à la fin du XVIIIe siècle: la Compagnie des eaux et l’entreprise de l’Yvette, Paris, Rivière, 1946, p. 53 à 57.61Arch. ENPC, 84751, Nicolas Defer, La science des canaux navigables ou de la possibilité de faciliter l’établissement général de la navigation intérieure du royaume et de supprimer les corvées et d’introduire dans les travaux publics l’économie que l’on désire, Paris, L’auteur, 1786, 2 tomes.62. Arrêts du Parlement de Paris : 26, 29 novembre 1788 ; 3 et 10 décembre 1788. Arrêt du conseil d’Etat du 14 février 1789.63. Acte de décès, Paris, 30 brumaire an XIII [21 novembre 1804].

Abstract

Nicolas Defer de la Nouerre is not a famous ingenious but he made a carreer in Berry region directed by Nicolas Dupre de Saint Maur. He was in charge of the bridge in Argent sur Sauldre and the new garden. He was maybe the designer of a strange building called “temple of Bacchus”. But he was in conflict with some of his superiors and they made him move in Bresse. At that point, he was ,ore interested by the creation of soles canals particularly the one in Paris for the Yvette river. He became entrepreneur and did the first construction for bay the river.