Archives par mot-clé : Ukraine

« Mr le comte de Rasoumowski hetman de l’Ukraine comme président de l’académie », la rencontre avec Charles de Saxe-Pologne

L’histoire des hetmans d’Ukraine n’est pas très bien connue actuellement en France. Au XVIIIe siècle, l’importance de leur position était pourtant remarqué par les puissances étrangères. Gregoire Orlyck avait trouvé refuge en France après la destruction du camps “mazepiste” en Russie. L’empire russe, après une période de domination du parti “allemand” se tourne vers 1750 auprès de la France et de la Saxe-Pologne pour contrer l’influence de l’Angleterre et de la Prusse. C’est dans ce cadre que nous allons expliquer la rencontre de l’hetman Kirill Razumovsky avec Charles de Saxe, fils du roi de Pologne.

Razumovsky et l’impératrice

Le comte Kirill Grigorievitch Razoumovski est devenu hetman d’Ukraine en 1750 grâce à l’impératrice Élisabeth. Né le 18 mars 1724 dans une famille de petite noblesse cosaque les Rozum, il est appelé à poursuivre ses études à la capitale de l’empire russe en 1742 par son frère Alexei, favori de l’impératrice. Ce dernier l’épouse secrètement la même année. Il était devenu l’homme fort de la Russie car il avait fomenté en 1741 un coup d’état pour placer Elisabeth sur le trône. Il avait été réalisé avec le soutien de l’ambassadeur de France contre les Allemands et la politique du favori Ernst Johann Biron, duc de Courlande déjà écarté du pouvoir depuis 1740.

Louis Tocqué, Kirill Razumovsky, Wikicommons.

Le jeune Kirill fut envoyé en 1743 en voyage à Konigsberg, Berlin et Strasbourg pour parfaire ses connaissances. Il fut fait comte de l’empire russe en 1744. Il retourna dans l’empire en 1745. Son frère Alexei avait convaincu l’impératrice lors du voyage en Ukraine de restaurer l’hetmanat et le chapitre du métropole de Kyiv.

Anonyme, Alexei Razumovsky, Wikicommons.

Très apprécié à la cour, Kirill se fit très vite remarquer par l’impératrice par sa prestance et ses talents de courtisan. Il épousa en 1746 une parente de l’impératrice la comtesse Ekaterina Ivanovna. Elle le nomma directeur de l’académie des sciences de Saint-Petersbourg, devenant ainsi le premier non Allemand à la tête de cette institution.

Le renouveau de l’hetmanat

Carte de l’Ukriane vers 1720, Wikicommons.

En 1747, l’impératrice décida de donner « toutes les libertés, droits et privilèges, qui depuis le moment de l’acceptation sous l’empire russe de l’Hetman Bohdan Khmelnytskyi, à l’armée Zaparogue et tout le peuple de la Petite Russie[Ukrainien] »1. Ce décret de l’impératrice est une surprise puisque l’hemanat n’avait plus de dirigeant depuis 1734. Le 18 janvier 1750 le gouvernement russe a choisit le jeune Kirill Razumovsky comme hetman d’ Ukraine. Une parodie d’élection est réalisée sans même la présence de Kirill puis le nouvel hetman est intronisé lors d’une cérémonie à Hloukhiv (Ghloukov) le 22 février 1750. La ville était devenue la nouvelle capitale de l’hetmanat en 1708 après la destruction de Batouryn par le tsar Pierre le grand. Le comte Ivan Simonovitch Gendrikov est chargé d’accompagner le nouvel hetman et de garantir la bonne tenue de son élection. Le nouvel hetman à pour titre « Le plus haut majestueux de toute la petite Russie, des deux côtés du Dniepr et des troupes de l’Hetman de Zaporoguie de Sa Majesté impériale, chambellan, chevalier de divers ordres, président de l’Académie impériale des sciences, gardes du corps du régiment Izmailovsky, lieutenant-colonel, comte de l’Empire russe, etc. » 2. La création de l’entité est vue comme un moyen de contrer l’influence polonaise.

Plan de l’hetmanat en 1785[détail], Wikicommons.

Le nouvel hetman met en place une réforme judiciaire et militaire chez les cosaques. Il recréé une aristocratie et fait reconstruire Batouryn avec un palais par l’architecte anglais Charles Cameron. En 1754, l’union douanière est faite entre l’hetmanat et l’empire. Les officiers doivent être confirmé par le gouvernement et des conseillers russes supervisent l’armée cosaque sous l’autorité du conseil des affaires étrangères du Sénat. Il est chargé de s’occuper des menaces Tatars sur les frontières du sud de l’empire. Plusieurs lettres diplomatiques des années 1755-56 faisaient craindre une attaque Turco-Tatars sur Kiev. Alors que la Russie entre en conflit en 1756 contre la Prusse et l’Angleterre, l’hetman est rappelé à Saint-Pétersbourg par l’impératrice. Elle le charge d’e d’encadrer des troupes ukrainiennes autour de Belgorod jusqu’au camps de Zaporijjia. Il doit surveiller les frontières et empêcher l’entrée d’agent prussien et mettre fin aux émeutes dans la zone. De retour à la cour, il fut de plus en plus proche de l’impératrice dont la santé se détériore de plus en plus. Le hetman se noue d’amitié avec la grande duchesse Catherine, et de son amant Stanislas Poniatowski 3. En août 1756, le peintre Louis Tocqué réalise son portrait. Les ministres comme Ivan Chouvalov et le clan de l’héritier Pierre voyait mal son pouvoir grandissant à la cour et il fut renvoyé en 1757 à Kyiv. Il revient épisodiquement à la cour et concentre son temps à l’administration de l’académie des sciences.

Le hetman et le prince Charles

C’est dans ce contexte que le prince Charles arrive à la cour de Russie au printemps 1758. Ses secrétaires en ont tenu un journal de voyage, aujourd’hui aux archives de la Bibliothèque Polonaise de Paris (BPP, archives Xavier de Saxe, n° 78).

Ferdinand Wilhelm Sidaw, Portrait présumé de Charles de Saxe, Herder-Institut für historische Ostmitteleuropaforschung, Marburg.

Le prince est arrivé le 16 avril 1758 à la cour de Russie. Il demande une audience à l’impératrice et se rend les jours suivant aux divers cérémonie de la cour où il rencontre le grand-duc Pierre et son épouse Catherine. Puis le lundi 1er mai 1758, il rencontre les frères Razumovsky : « vers le soir [le prince Charles] alla voir Mrs les deux comtes Razumowski et resta à souper chez le hetman de ce nom ». Le jour suivant, il se rendit au bal pour l’anniversaire de la grande duchesse. Puis le 3 mai il reçu la visite de l’hetman. Les jours suivant sont faits de dîners et de bals. Le prince ne peut voir l’impératrice souffrante depuis plusieurs jours. Il visite le 12 mai « Catharinen-Hoff [Palais Catherine construit en 1724], maison de plaisance, que Sa Majesté l’impératrice fréquente en été préférablement à d’autres endroits des environ de Petersbourg ». Il va voir les jours suivants : l’Amirauté, l’abbaye des Recollets, ou encore la comédie française. Le grand duc s’entretient souvent avec lui. Il fréquente l’ambassadeur de France ou de Suède. Ainsi le 20 mai, « S.A.R. après avoir entendu la sainte messe reçut plusieurs visites des principaux seigneurs qui sont ici, ainsi que celle de Mr l’ambassadeur de France avec lequel elle s’est entretenu jusqu’à l’heure du dîner, qu’elle a pris chez Mr le hetman de l’Ukraine, comte de Razumowski, y ayant été invitée avec toute sa suite depuis quelques jours, et où après le repas elle a entendu un magnifique concert de musique ». Il voit la grande-duchesse le 21 après une longue période de maladie. Il reçoit les nouvelles de Varsovie le 23 mai 1758.

Il décide après de s’éloigner de la cour. Ainsi le 24, il va visiter la forteresse de Chlisselbourg « situé bord du lac Ladoga à 60 Wersses d’ici ». Il s’y rend avec une nombreuse suite : le baron de Bos, envoyé de Suède, le comte de Razumowski hetman de l’Ukraine avec son compagnon Mr de Tepelow, comte de Sapieha, palatin de Smolensk, comte de Poniatowski, stolnik de Lituanie avec ses compagnons, Mrs Ogrozki et Rozen, comte Rzesuski notaire de camps de la couronne, comte Czernieszew, chambellan de S.M. impériale, comte de Brühl, staroste de Varsovie avec sa suite, Mrs le baron de Berlepsoh et l’abbé Victor, le général Le Fort, le général de Lachinal, comte de Einsidel, comte Branicki, chambellans du roi, Mr le gentilhomme de la chambre Butturlin, Mrs de Ronikier et de Medern, chambellans de S.M. le roi, le gentilhomme de la chambre Dzierzbiecki, le major d’Oettingen, comte Potocki, et Mr de Kartowski ». Il arrivé à la forteresse à sept heures. Avec pour guide l’amiral prince de Inssupow, il fit en bateau le tour du château « où l’on ne laisse entrer personne ». C’est « une espèce de fort situé sur une très petite île qui se trouve à l’embouchure de la Newa ».

Très préoccupé par le devoir de dévotion, le jour suivant, pour la fête-dieu, il oblige toute la suite à se rendre à la messe. Il visite la ville au son des canons et alla à la chasse aux bécassines avec le baron de Bos et l’hetman. A son retour, il reçoit de la part de l’impératrice un « surtout de drap d’argent doublé de martres Sibellines [Zibeline], et un manchon de la même espèce. Il retourne le 26 mais à la cour. De retour à Saint-Pétersbourg, il se rendit « voir le palais de Mr le feld-maréchal et grand veneur, comte de Razumowski [palais Anichkov qui fut donné à Alexei Razumovsky par l’impératrice], où elle prit le plaisir de le faire « tourner sur une balançoire à la manière du pays ». Le soir, il est invité par l’impératrice et le grand-duc.

Louis Tocqué, L’impératrice Elisabeth, Wikicommons.

Le 27 le prince se repose puis le 28, il fut reçu par l’envoyé du Danemark puis par le Grand-Duc qui furent ensuite tout deux reçus par l’impératrice « dans une chambre ». Le prince lui remit une lettre de son père le roi de Pologne. Le 29 mai, le prince alla diner « avec Mr le hetman d’Ukraine. Mgr le grand duc étant venu la voir à 5 heures passées, S.A.R. lui donna un magnifique concert de musique exécuté par les chanteurs et par les premiers musiciens de la cour impériale, et auquel ces deux grands princes se firent aussi entendre. La musique finie l’on soupa à une table de 25 couverts, et le repas a été si gai, que la compagnie ne se sépara qu’a minuit et demie. Mr le comte Iwan Iwanovig de Schuewalow y arriva aussi, quoiqu’il y eut été déjà 11 heures du soir ».

Georg Friedrich Schmidt, Pierre comte Chouvalov, Wikicommons.

Le 30 mai, il se rendit au théâtre et le 31 à l’opéra où « s’y entretenant pendant les deux premiers actes avec leurs altesses impériales monseigneur le grand duc et madame la duchesse. Mais ayant été engagé a la fin du 2e acte d’entrer dans la loge de l’impératrice, la conversation avec sa majesté ne finit qu’avec le spectacle, c’est à dire à minuit ».

A suivre…

Notes

1.Putro (Olexii Ivanovitch),Hetman Kyrill Razumovsky et son temps (extrait de l’histoire de la formation de l’État ukrainien au XVIIIe siècle p.37. Le décret est appelé “Sur l’existence d’un hetman en Ukraine selon les lois et coutumes de ce pays [Про буття в Україні гетьмана згідно тамтешніх прав та звичаїв]”. 2. Ibid., p.47. 3. Ibid., p.69.

“Ukraine” in the titulature of the engravings of the kings of Poland in the XVIIᵉ century

Introduction 

 The name “Ukraine” was then used more often in the sense in which the Old Russian word “outskirts” appears in written sources from the twelfth century, when it was about various border territories. And the word “Ukrainian”, judging also on the basis of archival documents, originally meant border service people who ensured the protection of external borders.

Vladimir Poutine, “On the Historical Unity of Russians and Ukrainians”, 12 july2021

For Putin the word “Ukraine” has only a geographical meaning and no meaning to designate a nation and a state. In his eyes, they are recent Western constructions against Russia and Orthodoxy.

However, this word has had a political and national meaning since the 17th century. Bogdan Khmelnitsky’s engravings describe him as “Duke of the Nation (People) of Ukraine” and King of Poland John III Sobieski calls himself as “Grand Duke of Ukraine”. We need to come back to the emergence of the term and its connection to the complex policy implemented by the King of Poland on the Cossacks in Ukraine.

Geographical and ethnological description of Ukraine

First, the term “Ukraine” designates, for geographers, a region and a people. The term “Ukraina”, which appeared in the 12th century, would be translated “in the country” or “the land of the people” or even the “principality” of the Rus’ of Kyiv. Russian historians and then Putin have put forward that this term, translated into Russian “okraïna”, designates the “periphery” or the “border” of the empire, Poland-Lithuania or Kyiv. The term “Ukraine” appears in French under the Pen of Guillaume le Vasseur de Beauplan who is a spectator of the events that take place in the middle of the 17th century.

Guillaume de Beauplan, Carte de l’Ukraine, 1648, Wiki Common (détail).

The geographer served from 1631 for the King of Poland, notably in Podolia, Volhynia and on the lands of the Cossacks along the Dnieper. He campaigned for the Grand Hetman of the Crown and Polish Senator Stanisław Koniecpolski. He travels to Sea of ​​Azov and Crimea. For him, the term can be changed by “wild fields”. He is repeateting the imperial view of Poland who wants since the sejm of 1590 to take Ukraine as all country.

In 1648, he gave a first map of Ukraine. Then he wrote Description d’Ukraine qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne en 1660. This map was improved at the beginning of the 18th century by Guillaume Delisle, a pupil of the Cassinis. The term is adopted and included in geography books and dictionaries. Ukraine seems to regroup two palatinates (voivodies) of Lesser Poland: Kiyv and Bratslav. It is therefore located in the south-east of the Kingdom of Poland after the palatinates of Ruthenia, Podolia and Volhynia. It is thus truly at the creation of the hetmanate that the term “Ukraine” associated with “land of the Cossacks” designates a people, a territory and a social and political organization.

Jean-Baptiste Audiffet, La géographie ancienne, moderne et historique, 1689, tome 1er, p.365.

Secondly, it is thus also a diverse, poorly known people that is described. The success of Beauplan’s texts and maps made the term “Ukrainian land of the Cossacks” popular. In his Description d’Ukranie of 1660, he gives the image of a Cossack nation different from the Poles and Russians.

Guillaume le Vasseur Beauplan, Description d’Ukranie, 1660, p.4

Subsequently, the Description historique de l’Empire russien by Philipp Johann von Strahlenberg from 1757 explains that the word Ukraine is used less and less.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.270-271.

During the 18th century, the Russian Empire, which conquered most of the Ukrainian territories, set up a policy of Russification which also involved changing terminology, as can be seen in dictionnaire de géographie or Les fastes de la Pologne et de la Russie . Despite everything, the term, still remembered, became during the 19th century that of a nation and then of a country.

André Guillaume Contant d’Orville, Les fastes de la Pologne et de la Russie, Paris, Costard, 1769, Volume 2, p.16

 

Union of Lublin: Sigismund II Augustus, King of Poland and Grand Duke of Lithuania and Russia

In 1569, the Kingdom of Poland and the Grand Duchy of Lithuania decided to unite definitively in the face of the threat from the Muscovites and the Ottomans. From this date a single king is at the head of the entity of the Republic of the Two Nations without anything being able to separate them as under the Jagiellons Jean Albert and Alexandre in the 15th century. He is elected by the grand sejm.

Abraham Hogenberg, König Sigismund III. von Polen, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

On an engraving of Sigismund II Augustus, the titulature is “King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Russia, Prussia, Mazovia, Samogia, Livonia, Severia etc”. The list of titles is completed by a series of about forty coats of arms. This title seems to become exemplary for the kings of Poland.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.263.

The term “Russia” is used in the title and not “Ukraine”. This term refers to “Ruthenia” or “Kyiv Rus'”. Princes from the region of Moscow and Vladimir created a new kingdom and took the title of “Tsar of Muscovy” to attach themselves to Byzantium and Orthodoxy. The two terms Ruthenia/Kyiv Rus’/Duchy of Russia and Muscovy/Kingdom of Russia which are found on the different engravings should therefore not be confused.

Ivan IV, tsar de Russie, XVI-XVIIe s., Wiki Common.

The tsar wants to be the continuator of the orthodox Byzantine empire as well as that of the former Rus’ principality of Kyiv by taking the title of emperor of all the Rus’. This is a message to the ruler of Lithuania and Poland. In 1558, the Patriarch of Constantinople recognized the titles of Tsar Ivan IV while the princes of the west refused him this recognition. He remained only “Grand Duke of Moscow” until the 18th century.

Henri de Valois king of France and Poland

Prince Henri de Valois was elected to the throne of Poland in 1573 but on the death of his older brother in 1574, he became king of France. The two titles are put on the engravings but the crown of France is put first since it is more prestigious.

 

Etienne Batory

Prince Stepan Batory of Transylvania was elected to the crown of Poland in 1576. He married Anne Jagellon, daughter of Sigismund I and sister of King Sigismund II August. From then on he used the title: “By the grace of God, King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Russia, Prussia, Mazovia, Samogia, Kiwonia, Volhynia, Podlachia and Prince of Transylvania” as can be seen on a document from 1579.

[List do Iwana Groźnego], 1579, Archiwum Morstinów(détail).

The titles are reminiscent of those of Sigismund II Augustus of House Jagiellon. On the engravings, the character has few titles highlighting his status as “King of Poland” and “Grand Duke of Lithuania” which are the most important titles. He also has the title of “Duke of Russia”.

Wladyslaw IV and John Casimir Vasa: King of Poland and Sweden

Sigismond III Vasa is king of Poland in 1587 then king of Sweden in 1592. In 1610 Ladislas IV his son is designated tsar by the victory of Stanisław Żółkiewski who takes Moscow. He was then king of Poland from 1632. In 1648 John II Casimir Vasa his brother succeeded him. In 1607, his cousin Charles was crowned king of Sweden after years of civil war.

Egidius Sadeler, Portret van Sigismund III, koning van Polen, 1597 – 1629, Amsterdam, RijksMuseum.

According to an engraving his title is “Wladyslaw IV, King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Ruthenia, Prussia, Masovia, Samogitia, Livonia, and also Hereditary King of the Swedes, Goths and Vandals, elected Grand Duke of Muscovy”.



Georg Förster et Jeremias Falck, Wladislaus IV., König von Polen,, 1630-1677, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum

The Vasa branch of Poland will always claim the throne of Sweden which in their eyes has been usurped. But this title is not claimed later by the kings of Poland who succeed them.

Johann Wyd Hoffman, Ioannes Casimirus Dei Gracia [!] Rex Poloniae ac Svecia [!] &., Warszawa, Biblioteka Narodowa

Hetmanate and Grand Duchy of Ruthenia

In 1648, the Cossacks led by the hetman Bohdan Khmelnitsky revolted against the king of Poland, this conflict which opens is seen by some as a “war of liberation”. On December 27, 1648 the hetman was crowned by the Patriarch of Jerusalem in Kyiv. But defeated in 1649, King John II Casimir Vasa signed the Treaty of Zboriv and recognized the hetman as the sole leader of the Cossacks, thus creating a new territorial and political entity called the hetmanate.

But the conflict continues because of the opposition of the Polish Catholic primates to recognize the privileges given to the Orthodox. In 1653, the Tsar decided to go to war and support the Cossacks against Poland. The assembly gathered in Moscow decides that the “Cossack land” comes under the protection of Russia because of the unification of Orthodox Christians under the aegis of the Church of Moscow. The assembly of Pereïaslav in 1654 with the envoys of the Cossacks ratifies the decision by a treaty (now lost). On January 8, 1654 the hetman sent a letter to the tsar “sovereign of great and small Russia” which was included in the title from February 1654. For Russia it was a founding act of “reunification of the Rus’ “under the aegis of the ‘Orthodox Church. In 1655 the Tsar added “White Russia” to his titles.

Tabula nova totius REGNI POLONIÆ. 
in quo sunt Ducatus et Provinciae Prussia, Cujavia, Mazovia, Russia Nigra, & c. 
DUCATUS LITHUANIA, UKRANIA, etc,
1679 (détail), Andriy Baitsar.

The war rages in Poland-Lithuania known as the “Deluge (Potop)”. Batoh’s defeat against the Cossacks in 1652 marked the beginning of this period when the Polish army was destroyed. Sweden and Russia invade the territory of the Republic. In 1657, Bohdan Khmelnitsky died and the question of Cossack status remained unresolved. The hetmanate is agitated by a period of division and internal conflicts called “ruin” by historiography. In 1658 his successor the hetman Ivan Vyhovsky signed the Treaty of Hadiach which established a new entity, the “Grand Duchy of Ruthenia” or “Grand Principality of the Rus'”. This text was complicated to put in place seeing both the opposition of some of the Cossacks wanting to continue the Orthodox rapprochement with Russia and that of the Polish and Lithuanian Catholic nobles seeing the arrival of potential rivals of the hetmanate. The hetman becomes prince of the kingdom but his diplomatic prerogatives disappear. Religious tensions increase for fear of Polish domination over the Orthodox. The Ukrainian peasant population sees in it a guarantee of noble privileges. A revolt is born. The Polish defeats against the Russians only amplified the opposition to the treaty which was very quickly forgotten.

In 1660, peace treaty was signed with Sweden in Oliva. Russia continues to support the Cossack revolt but the Polish army enters the territory of the Cossacks on the left bank of the Dnieper under Russian domination since the Treaty of Pereïaslav of 1654.


Abraham van Westerfeld, Vue de la cathédrale de Sophie de Kyiv, 1651, Wiki Wand.

Negotiations open when neither of the two belligerents manages to gain the upper hand over the other. During the Treaty of Androussovo in 1667, Belarus and western Ukraine (region of Kiyv, Volhynia, Podolia and Galicia) returned to Poland but the cities of Smolensk, Chernihiv and Kyiv remained under the control of the tsar. The treaty proposes to return Kyiv two years after signing. The Orthodox clergy fiercely opposed it and the city was never returned. From then on the hetmanate or “Cossack land” was separated into three: the Right Bank under the protection of the King of Poland, the Left Bank under the protection of the Tsar since the Treaty of Slobodyshche of 1660, and the very largely independent Sich Zaporogue until its destruction by the Tsar in 1709.

Ukraine, a “lost land” to be reconquered

In 1668, the hetman Petro Doroshenko placed himself under the protection of the Muslim Empire. In 1669 General Michał Wiśniowiecki was elected King of Poland in a period of trouble. The same year Jan Sobieski, a brilliant Polish general, became grand hetman of the crown.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

In 1674, when Jean Sobieski ascended the throne, war raged with the Ottoman Empire. In 1675, the King of Poland proposed to the Cossack colonel Ostap Gogol to become hetman of the right bank. In 1676 the king became the protector of the Cossacks of the right bank. He is sacred in Krakow and invites the hetman to the ceremony of February 2, 1676. He appoints many hetmans in a policy of regaining control of this area with a view to reconquering “Lost Ukraine and Podolia” as well as the city of Kyiv considered a Polish “hereditary” land according to historian Taras Chukhlib.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa (détail)

The engraving of his triumphal entry into Krakow in 1675 is made from a drawing by Francesco Gratta the Younger. This military march shows several allegorical figures, ancient and modern, passing under a temple of virtue. The king is in Roman costume on a horse and leads the troop towards the queen on a balcony. It is preceded by three figures in the center joining hands, they are from right to left the allegory of Poland, Lithuania and Ukraine. The King of Poland also had many engravings made on his victories over the Ottomans as Grand Hetman of the Crown. About this region, he is in competition with the tsar. This area is very important to guarantee his kingdom from Tatar or Ottoman invasions. He knows that “he who has the Cossacks keeps the Ukraine” (Taras Chukhlib p.277) as he had remarked then Grand Hetman of the Crown.

I have to admit it’s a corpse disgusting, not Ukraine, because it’s probably not the one they took from their ancestors.Who died there, if not the Rus’ people? What burned down if not the glorious city (Kyiv)? Where did the smoke go, if not on the churches and the houses of God? Whose graves and graves were swept away, if not your parents or your children, lost for nothing? To whom was the desert left, if not driven like cattle to the captivity of Christian souls?

Universel du roi Sobieski en 1675

We see in this text that the king recognizes the Cossacks’ right to live in Ukraine, which belongs to them. They are the ones who die in wars and no one else. He recognizes a certain freedom of worship in them and forgives them their former betrayals. This policy should also make it possible to better fight the Ottomans and reconquer Podolia. In 1675, the king decided to ally himself with the tsar against the Ottomans. The stake was of great importance since they themselves had tried to unify the Cossacks under the aegis of Youri son of the great Khmelnitsky named between 1677 and 1678, as “prince of Little Russia”, “Dux Cosacorum” or ” Dux in Ukraine”. He “did not use the title of Prince Sarmatiae” to please the one he described as “My clearest and strongest king of Poland!” After attempts with the Ottomans, the king of Poland approaches the hetman and promises to keep his titles if he joins him in exchange the Ukraine would regain its status of the treaty of 1658 and that the Orthodox faith would not be threatened there but this attempt remains a letter dead.


Jean-Baptiste Bonacina, Giorgio Chimilinschi, 1670, Coll. particuliere.

An engraving from the end of the 17th century presents him as a simple “General of the Cossacks”. The titles given by the Ottomans were never greeted by military victories, they were not remembered. In 1683 a large Cossack assembly of the right bank recognized the suzerainty of the king of Poland as “as father and pastor”, according to the letter they sent to the king on July 23, 1683. They agreed to go to war against the Ottomans in the south. On August 24, 1683, the king appointed Stefan Kunitsky as hetman, giving him a necklace, a mace and a seal with “the ancient arms of Ukraine” (the armed Cossack). He is described in several gazettes as “General of the Cossacks” as in the engraving by Yuri Khmelnitsky. He conquered all of Wallachia, Podolia and the land of the Tatars.

Charles de La Haye, Ioannes III D.G. Rex Poloniarum […], 1692, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

The king is victorious with his troops and the cossacks against the Ottomans in front of Vienna in 1683. In 1685, the sejm of the king of Poland recognizes “all the cossacks of the sich and the Ukrainians under the orders of Kunitsy, the right to to settle in Ukraine, and that they will be given back their former freedoms and privileges”. The king offers them protection if they recognize that they are subjects of the Republic. The king thus offers them a form of autonomy through a constitution and in exchange he can create troops in a period of financial crisis.

Leone Franco, Andriy Mohyla, 1649, Wiki Common.

The policy of the king is rewarded with success, the troops (approximately 3000 Cossacks) of Mohyla are effective and make it possible to reconquer the Ottoman zones. The hetman signed several documents “Andriy Mohyla Hetman of S.A.R. – Army of Zaporozhe”. But the tsar in 1688 sent a letter to the king demanding that the use of this title be stopped.

Recueil. Portraits d’Alexis-Michaelowitz, XVIIe s., Paris, BnF Gallica.

The policy of the king is rewarded with success, the troops (approximately 3000 Cossacks) of Mohyla are effective and make it possible to reconquer the Ottoman zones. The hetman signed several documents “”Andriy Mohyla Hetman of S.A.R. – Army of Zaporozhe”. But the tsar in 1688 sent a letter to the king demanding that the use of this title be stopped.

Jan III Sobieski: Duke of Ukraine or Duke of Russia?



Jeremias, Winckler, Jan III., König von Polen, Herzog 1670-1690, Brunswick, Anton Ulrich-Museum.

The documents issued in the name of King Jan III Sobieski use the titulature introduced by Sigismund, but new features appear.

Tiltle of Sobieski, 1676, Archives departementales de l’Aube.

The term “Ukraine” appears under King Jan III Sobieski abandoning the term “Russia” or “Ruthenia”. Several engravings have the following title “King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Ukraine”. The engraving in honor of his 1676 coronation uses this term. It represents the approach of the King of Poland to Wawel Castle, before which allegorically, in the form of dancers, represent Poland, Lithuania and Ukraine. In both versions of the engraving, the signature in French or in Latin is with the term “Grand Duke of Lithuania, Ukraine”.

Romeyn de Hooghe, Krönung Johann III von Polen, 1675, Herzog Anton Ulrich-Museum (détail)

The term “Ukraine” also appears on two engravings of portraits of the king and queen from a series by United Provinces designer Nicolaes II Visscher engraved by Pieter Stevens. In 1679, he produced a map of the Kingdom of Poland with the Grand Duchy of Lithuania and Ukraine. The three entities are in capital letters. The king wants to stand out from his predecessors. It is also a sign of good will towards the “tsar of all the Russias” in a policy of rapprochement and peace.

On important engravings like that of his coronation, it is the term Ukraine that the king decides to put forward. He wants to follow in the footsteps of the famous hetman Bogdan Khmelnitsky as the protector of Ukrainians.

Competition with Hetman Bogdan Khmelnitsky

An engraving of the hetman shows that he bore the title “Commander-in-Chief of the Army of Zaporovia, Initiator of the Peasants’ Rebellion, Cossack Insurgents and the ‘dux’ of the people of Ukraine”. The word leader in Latin “dux” having given the word duke, so it can also be translated as “duke of the Ukrainian people” which would be closer to the title of the king “grand duke of Lithuania and Ukraine”. The “dux” refers in ancient Rome to the commander of the troops or warlord. The engraving made by Guillaume Hondius of the hetman opposes the title of the king by showing that the title comes to him from the people and not from an election of nobility. When he entered Kyiv in 1648, the Orthodox Metropolitan of the city Sylvester and the Patriarch of Jerusalem Paised I welcomed him as “prince (princeps)”. This engraving is the work of an artist from the court of Poland, would he have met the hetman in talks with the republic?


Willem Hondius, Bohdan Chmielnicki, 1651, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum

This image of the hetman becomes canonical and is found in many icons. She obtained great popularity after Poltava as a foil to that of Mazepa accused of treachery by the Tsar. But this image was commissioned by King John Casmir Vasa as a sign of rapprochement with the hetman. The latter had been defeated during the battle of Bila Tserkva which allows the king to sign a favorable agreement with reduction of the Cossacks and territorial gain in his favor. The hetman then attempted a rapprochement with Poland by agreeing to pacify the palatinate of Kyiv.


Willem Hondius, Ioannes Casimirus Dei Gratia Rex Poloniae, 1648, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

King Sobieski takes as a model both the images of these predecessors and that of the hetman. He is shown 3/4 as a warrior on the engravings with the title “Duke of Ukraine”. It uses the title both to recall the engraving of the hetman and to show the possibility for the Cossacks to return to the agreements of 1658. The engravings are written in Latin allowing distribution to the elites of Ukraine.

Gloryfikacja Jana Sobieskiego na tle bitwy pod Chocimiem w 1673, ryc. Romeyna de Hooghe, 1674, Biblioteka Narodowa

In 1684, he knows that the Cossacks are “for the Republic the most dangerous poison and at the same time its most powerful shield”. In 1652, his older brother Marek Sobieski, starost of Krasnystaw, had been captured after the defeat at Batoh and beheaded with the remains of the Polish army (thousands of dead were counted). Despite the disastrous memories of relations with the Cossacks, the king knew that he could not create a new policy for the Republic without them. Since 1676, he even imagined, starting from the Ukraine (he was born in Olesko, in the Palatinate of Ruthenia, which makes him say that he loves the Cossacks “since childhood”) and the Cossacks, making hereditary the crown. By numerous engravings, he recalls his victories against the Ottomans at the battle of Khotin or Lviv where the Cossacks did not play a negligible role.

 

A great campaign of propaganda by the engravings proposes to assert its rights on Ukraine and the Cossacks in the eyes of the European powers. In this logic it highlights its image with a clear text in Latin.


Nicolaes Visscher II et Pieter, Stevens, Jan III, König von Polen vers 1669-1702, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

A caricatural image of the hetman is made after 1651 without it being possible to know if it is King Jan Kasimir Vasa or Jan Sobieski who is responsible for it. The quality of the work does not allow it to be attributed to Hondius. The term “dux” is replaced by “ductor” or “guide” or “driver” which removes its military value of command. But this engraving is also found with the term “dux”.

The ears refer to the myth of Midas decked out in donkey ears by Apollo after betting on a satyr instead of Apollo in a lyre contest. King Midas out of shame has to put on a cap to hide them. The ears also refer to those of the animal known for its laziness and stupidity. So the caricature brings the hetman out of humanity, and the Cossacks following him are as stupid as a donkey. But it is possible that this caricature predates the reign of King Jan III since his policy was rather in favor of the Cossacks.



Philibbert Bouttats, et Nicolaes Visscher I, Janus III. D.G. Rex Poloniarum Magnus Dux Lithuaniae Ukrainae Etc.,
1688 -1730, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

The king’s policy, although sometimes referred to as “Cossackism”, did not achieve its ends. King Jan III Sobieski failed to find a fair solution to Polish-Ukrainian relations. This relationship deteriorates every year and upon his death only the hetman Mazepa was able to propose a more stable relationship for the Cossacks gathering around him a certain unity of Cossack claims according to historian Tatiana Tairova-Yakovleva.

Conclusion: la succession de Sobieski

Johann Baptiste Homann, Ukrania quae et Terra Cosaccorum cum vicinis Walachiae, Moldoviae, 1720. L’auteur a mis lUkraine en jaune.

With the death of Sobieski the title of duke of Ukraine is lost. Frederic August of Saxony or Stanislas Leszczynski use a title without the term “Ukraine”. The engraving of Augustus II shows him in bowl-capped armour, the model is very close to some of Sobieski’s engravings. Territorial claims on the left bank of the Dnieper are no longer on the agenda of a monarch elected with the help of the tsar.

Although King August II used the Cossacks against the Turks, their help was no longer essential since the king could count on his army from Saxony. Its political rapprochement with Russia is marked by a desire to leave the Cossack troops to the tsar. In 1702, he decided to dismiss the Cossack regiments from the Kiyv region and then ordered the dismantling of the camps on the left bank from 1711.

Anonyme?, Portrait of the Hetman Ivan Mazepa , 1709, Getty Images.

The Ukrainian “Ruin” ends with the arrival of the hetman Mazepa in 1687 at the head of the left bank. Remaining twenty years in power, he managed to unify Ukraine and give autonomy to the hetmanate until the defeat of Poltava and his death in 1709. This is what an engraving recalls which is inscribed “hetman of all ‘Ukraine’ in Latin.

Voltaire, Histoire de Charles XII,1768 , p.154

Further readings

Білецький (Платон Олександрович), Українське мистецтво другої половини XVII-XVIII століть, Київ, Мистецтво, 1981. (Biletsky, Platon Alexandrovitch), Art ukrainien de la seconde moitié des XVII-XVIII siècle)

Чухліб (Тарас), Гетьмани і монархи. Українська держава в міжнародних відносинах 1648 – 1714 рр. – К.: Інститут історії України НАНУ, 2003 (Chukhlib (Taras), Hetmans et monarque. L’Etat ukrainien dans les relations internationales 1648-1714)

Plokhy (Serhii), Tsars & Cossacks – A Study in Iconography, Cambridge, Harvard Papers in Ukrainian Studies, 2002.( Plokhy (Serhii), Tsar et les cosaques. Une étude de l’iconographie)

Таирова-Яковлева (Татьяна), Между Речью Посполитой и Россией. Правобережная Украина в эпоху гайдамаков, Нестор-История, 2020 (Tairova-Yakovleva (Tatyana), Entre la République des Deux-Nations et la Russie. L’Ukraine de la rive droite à l’ère des Haïdamaks)

Widacka (Hanna), Jan III Sobieski w grafice XVII i XVIII wieku, Warszawa, Państ. Wydaw. Naukowe, 1987 (Widacka (Hanna), Jan III Sobieski et son image XVIIe et XVIIIe siècles)

Louis Réau, un russophile total

Parmi tous les pays d’Europe qui ont été au XVIIIe siècle tributaires du génie français, aucun n’a accepté son hégémonie plus docilement que la Russie. De même que la Russie ancienne avait été pendant de longs siècles une province de l’art byzantin, la Russie nouvelle est devenue, tout naturellement, une province de l’art français, Paris a été pour Pétersbourg ce que Byzance avait été pour Kiev et Moscou.

Louis Réau dans “Les relations artistiques entre la France et la Russie”, Mélanges publiés en l’honneur de M. Paul Boyer, 1925, p.118.

Louis Réau (1881–1961) fut une figure française majeure de l’histoire de l’art de la première moitié du XXe siècle. Son ouvrage fondateur L’art russe des origines à Pierre le Grand est demeuré pendant longtemps un classique. Sa figure tutélaire se retrouve encore sur de nombreuses pages wikipédia comme celle sur le “baroque ukrainien”. On peut s’interroger sur sa vision de l’art dans l’empire russe et la place qu’il accorde aux minorités nationales dans ce livre de nombreuses fois réédité jusqu’à nos jours.

Élève de l’école normale, Louis Réau étudie les langues germaniques. Il publie de nombreuses études sur l’art comme L’Art français sur le Rhin au XVIIIe siècle en 1908. Il s’oriente très vite vers les langues slaves et l’étude de l’art russe. En 1911, il devient directeur de l’institut culturel français à Saint-Petersbourg. Il resta à ce poste jusqu’en 1913. Il est ensuite officier traducteur pendant la guerre.

Olga Medvedkova dans son article “« Scientifique » OU « intellectuel » ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg” explique que l’institut était avant tout une école de langue mais qu’en même temps il était un centre de recherches scientifiques, centre d’enseignement et centre de renseignements universitaires sur la France. Louis Réau y enseigne deux cours : ” Histoire de la littérature française ” et ” Histoire de la civilisation et de l’art “. Il publie entre 1910 et 1920 de nombreux articles sur l’art français en Russie. Il dirige l’exposition ” L’art français du XIXe siècle “. Dans sa théorie gallocentriste, il publie une vaste anthologie Histoire de l’expansion de l’art français (1924-1933) puis son fameux L’Europe français au siècle des Lumières (1938). Ces deux ouvrages ont créé la polémique.

Son grand apport historiographique a été de voir dans tous les palais à partir du XVIIe siècle des copies de celui de Versailles. A partir de 1930 , il dirige la publication de la Gazette des Beaux-arts et enseigne l’histoire de l’art à l’École du Louvre et à l’École normale supérieure de Sèvres. Il est envoyé à l’institut culturel de Vienne en 1938. En 1947 il est professeur d’histoire de l’art du Moyen-Age à la Sorbonne puis il est élu à l’Académie des Beaux-arts. Il publie en 1959 une Histoire du vandalisme. Ses théories sur l’art russe sont très rapidement contestés par Louis Hautecoeur ou encore Michel Alpatov. Mais leurs critiques se posent essentiellement sur la vision de l’origine française de l’art en Russie sans interroger son nationalisme plus en profondeur.

De la négation des ukrainiens…

Louis Réau publie son étude de l’art russe entre 1921 et 1922. Le premier texte analyse les origines jusqu’à l’époque médiéval et le second se concentre sur l’époque moderne jusqu’aux années 1920. L’Ukraine n’apparait pas dans le texte de 1921. D’ailleurs dans ce texte la Rus’ de Kiev devient Russie reprenant un poncif impérial russe mis en place à l’époque de Pierre le Grand.

extrait du livre de 1922, p.4

En revanche dans le texte de 1922, il propose quelques mots sur l’Ukraine et Taras Chevtchenko qu’il s’agit d’analyser (p.4). La note explique que “le peintre-poète Taras Chevchenko n’a rien de spécifiquement “oukrainien”. Sa position est très critiquable puisque l’artiste a justement tenté de rendre à l’Ukraine son identité. Il aurait été judicieux de tenter de l’analyser plutôt que de l’évacuer en note.

Né en 1814 dans une famille de paysan serf Taras Chevtchenko devient un dessinateur remarqué. Il est affranchi en 1825 et entre à l’académie de peinture de Saint-Petersbourg. Dans les années 1830-1840, il effectue des voyages en Ukraine comme responsable de la commission archéologique de Kyiv. Il se passionne pour l’ethnographie et le folklore. En 1838 il publie le poeme Kateryna qui est l’histoire tragique d’une jeune femme ukrainienne éprise d’un soldat moscovite. Elle tombe enceinte mais le soldat refuse de l’épouser. Rejetée à la fois par le soldat et sa famille, elle finit par se suicider. Le poème devient le symbole de l’occupation en Ukraine. C’est aussi une métaphore sur deux mondes qui ne se comprennent pas : la ville et la campagne ou la Russie et l’Ukraine.

Par la suite, il publie un alphabet ukrainien. Dénoncé dans une conspiration contre l’empereur, il est emprisonné et envoyé en exil à l’armée dans l’Oural. Il revient à Saint-Pétersbourg en 1850 et il y meurt en 1859. Le “peintre-poète” est célébré dès 1918 et dans la nouvelle Urss par la suite comme libérateur des peuples opprimés par le pouvoir tsariste.

…à la russification de l’art

En conclusion Louis Réau met en avant sa position politique sur l’actualité. Dans le livre de 1922, il célèbre une possible décentralisation artistique grâce à la révolution bolchevique. Mais ensuite il entreprend une analyse de l’identité nationale russe basée sur la religion orthodoxe.

Extrait du livre de 1922 p.268

Louis Réau conclut sa grande synthèse sur l’art russe par ces mots : ” un art national — mais non nationaliste — aussi éloigné des extravagances du cubisme ou du «suprématisme » que d’une réaction pseudo-byzantine : voilà ce qu’il faut souhaiter à la Russie de demain dont le monde entier attend anxiété la résurrection”(livre de 1922, p.269). Dans ce propos extravagant, il croit voir une nation russe unique “européanisé” dans la nouvelle Urss.

“Le leader immortel d’Octobre Lénine nous a montré le chemin de la victoire. Vive le léninisme. Au 7ème anniversaire de la Victoire d’Octobre”, 1924.

Son texte montre que les nations de la fédération ne sont que des provinces dominées par la grande nation russe. Il oublie le mouvement national ukrainien et biélorusse de la fin de la Première guerre mondiale et la création des états nationaux en Europe de l’est entre 1918 et 1920. De plus il écrit à un moment pourtant important de l’histoire des nationalités en Urss: celle de l’ukrainisation de l’Ukraine soviétique. Cette politique s’orientait vers l’apprentissage de la langue et de la publication d’ouvrage en ukrainien. Mais il n’en dit mot et reprend les poncifs de la russification culturelle où l’artisanat local est autorisé mais où la langue de l’administration et de l’éducation se doit d’être le russe (Staline repend cette théorie et met fin à l’ukrainisation dans les années 1930).

La culture ukrainienne est ainsi effacée pour mettre en place l’unité nationale russe. Même si Louis Réau tente de se dédouaner de toute forme de nationalisme, il ne parvient pas à ce que le lecteur ne le rattache à ce courant politique. Il conserve une vision politique impériale de domination de certaines nations sur les autres : la France en Europe et les Russe dans leur empire.

Pour aller plus loin

Mace, James E., Communism and the Dilemmas of National Liberation. National Communism in Soviet Ukraine 1918-1933, Cambridge, Mass., HURI Harvard, 1983.

Plokhy, Serhii, Lost Kingdom: A History of Russian Nationalism from Ivan the Great to Vladimir Putin, London, Allen Lane, 2017.

Snyder, Timothy, The Reconstruction of Nations: Poland, Ukraine, Lithuania, Belarus, 1569–1999, Yale University Press, 2003.

Un inventaire de tableaux du château de Kukizów en Ukraine au XVIIIe siècle

Les résidences du roi Jean III Sobieski

Le roi de Pologne Jean III Sobieski (1629-1696) possède de nombreuses résidences. La plus célèbre Wilanów se trouve à Varsovie, considérée comme le Versailles polonais.

Henri Gascar, La famille Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le roi reste toute sa vie très attaché à la Galicie ruthénienne où il est né au château d’Olesko (en ukrainien Олесько). En 1683, il fête sa victoire contre les Turcs au château de Żółkiew (en ukrainien Жовква). Dans cette ville en l’église Saint-Laurent son frère ainé Marek (1628-1652) et son père Jakub (1591-1646) y sont enterrés. La ville de Kukizów (en ukrainien Кукезів) est acquis par le hetman Stanisław Żółkiewski et passe à ses héritiers jusqu’au roi Jan III Sobieski. Ce dernier meurt en 1696, le château passe alors au fils du roi, Constantin et reste sa propriété jusqu’à sa mort en 1726.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Constantin Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le fils ainé du roi, Jacub Sobieski récupère ainsi le bien. Sa résidence ordinaire est plutôt le château de Oława (en allemand Ohlau) en Pologne puis à Żółkiew.

Henri Gascard, Jacques Sobieski, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie: Adriaen van der Werff, Amélie de Neubourg (son épouse), Stadtmuseum Düsseldorf

A la mort de son père en 1737, Marie Charlotte (Maria-Karolina Sobieska) hérite de toutes ses résidences dont Kukizów et Żółkiew. En 1724 Marie-Charlotte avait épousé Charles-Godefroy de La Tour d’Auvergne avec qui elle a eu plusieurs enfants. Elle vécu jusqu’à sa mort en 1740 entre la France, la Pologne et l’Ukraine dans les différentes résidences de la famille.

Anonyme, Marie-Charlotte Sobieska, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie.

Le château de Kukizów

Le roi possédait ainsi une maison de plaisance à Kukizów. Elle se trouvait à environ 20 km dans une petite localité au nord-est de Lviv. L’article de Mykola Bevz “The wooden architectural complex of the city and royal residence of John III Sobieski in Kukizów” permet de bien connaitre cette résidence de nos jours disparu. La carte de Friedrich von Mieg ( 1779-1782) permet de situer le bâtiment dans la ville. Selon les découvertes de J. Kowalczyk la construction du château s’effectue entre 1687 et 1694. Le maitre d’ouvrage du projet serait l’architecte Augustyn Wincenty Locci et le maitre d’œuvre Piotr Beber.

Détail issu de la carte de la Pologne dressée par Guillaume de l’Isle vers 1700, BnF Gallica.

L’historien Mykola Bevz propose une nouvelle interprétation du château de bois peint en rouge qui aurait donné le nom de la ville fondée en même temps. Il conclu que c’était une nouvelle résidence d’été du roi dans une région qu’il appréciait loin de l’étiquette de Varsovie ou Jovkva.

Détail du plan Mieg sur la ville de Kukizów, 1779-1783.

La distribution du château

La distribution est connue par les travaux de Jerzy Kowalczyk qui propose une première reconstitution des deux étages basée sur les inventaires de 1741. C’est un bâtiment double en profondeur avec deux axes d’enfilade l’un donnant sur la cour l’autre sur le jardin. Au centre du bâtiment se trouve la grande salle basse (“sala dolna wielka”)qui est un vaste vestibule sur deux niveaux avec l’escalier central et coursive qui distribuent les différents niveaux.

Reconstitution de la distribution par J.Kowalczyk.


Au rez-de-chaussée depuis la cour se trouvent les pièces de réceptions. Sur la cour le visiteur accède de main gauche à une antichambre, un cabinet et une garde robe et de main droite à une chambre à coucher (pokoj kedensowy), un cabinet et une garde robe. Sur le jardin il y a deux ensembles similaires à gauche et à droite constitués d’une salle à manger (izba stolowa), d’un cabinet et d’une alcôve. A l’étage se trouvent des séries d’appartements privés avec pour chacun un cabinet, une chambre et une garde robe.

Reconstitution de la distribution par Mykola Bevz

Les travaux de Bevz ont permis d’affiner cette distribution et de proposer un autre plan. Mais les grandes caractéristiques restent les mêmes en dehors du corridor et du positionnement des escaliers centraux. En 1696, le décor extérieur n’est pas terminée. L’intérieur possède des poêles des ateliers de Sieniawa. En 1739, la décoration intérieure (peinture et orfèvrerie) est réalisée par l’atelier de Antonio Castelli et Bazyli Petranowicz.

Reconstitution du château par Mykola Bevz

Ainsi selon ses différentes propositions de plans, le château ne possède pas de galerie mais un corridor central. 

L’inventaire des oeuvres d’art du fonds Charlotte Sobieska de la Tour d’Auvergne

Plusieurs inventaires sont réalisés lors de la vente en 1739 au grand hetman de Lituanie Michel Casimir Radziwiłł et, ensuite, lors de son décès le 8 mai 1740. Certains se trouvent aux archives nationales série 273AP. Écrit en polonais, l’inventaire des oeuvres d’art a pour titre “Registre des images qui ont été prises à Kukizow le 21 avril 1739” (Regest. Obrazow ktorę się biorą cto Kukizowa ed.(?) 21 aprilis 1739 anno spissany).

Détail du titre de l’inventaire.

Cet inventaire en polonais et latin est daté du 21 avril 1739. Le responsable explique qu’il a fait la liste de 241 oeuvres dans le château sans compter deux oeuvres de la bibliothèque et deux de la chapelle “peintes sur le marbre”. Ainsi ce sont 245 oeuvres au total selon les dires du responsable. Mais dans l’inventaire se trouvent moins de numéros : une première partie pour le rez-de-chaussée avec 89 entrées, puis 27 dans les chambres et enfin les 9 de la chapelle. Au total 125 entrées par un numéro dans l’inventaire. On peut penser soit qu’il manque une partie de l’inventaire ou bien que certains numéros représentent plusieurs oeuvres.

 

Les titres sont très lapidaires : formé du mot “tableau (obraz)” puis de deux numéros et d’une description d’une ligne désignant essentiellement le sujet comme “une reine polonaise” (“krowolka polska”) ou “une bataille” (“batalye”) par exemple. Mais ces titres sont parfois plus descriptifs : “un tableau représentant un berger avec des cosaques et un autre avec des cosaques, une dame sur un âne et un homme sur un cheval” (“obraz […] reprezentiycy ieden Pastryze z kozachami y drugi tackze z kozlami y na Osiolku Biatagtowa na konzci Maszcyzna”) ou encore “tableau représentant ‘La Mère de Dieu aux trois mains’ portant l’enfant Jésus et saint Jean” (“obraz Mayswiptszey Panny trzy maia co Pa Jezusa y S. Jan”).

La représentation des genres dans l’inventaire

Leur analyse ne peut se faire que du point de vue du sujet car ni la technique ni le support ne sont indiqués. On peut supposer que ce sont des œuvres d’art en majorité peinte comme le laisse supposer le terme (obraz) sur différents supports. Elles sont encadrés et parfois avec un verre de protection.

Ecole hollandaise, Paysage fantastique avec une cascade, Wilanów, Muzeum Pałacu Króla Jana III.

Patrick Michel a distribué les genres dans son ouvrage sur les collections Peinture et plaisir en plusieurs catégories stylistiques qui se démarquent en partie de celles de l’Académie qui ne sont plus appréciées par les collectionneurs. Elles sont dans un ordre décroissant : Paysage, Genre, Religion, Mythologie, Portrait, Nature morte, Architecture, Marines, Histoire et Batailles. Dans l’inventaire de Kukizów, il se trouve ainsi approximativement les portraits avec 45%, puis les tableaux religieux avec 20%, le genre avec 10%, les natures mortes avec 8% et les cinq autres genres sont chacun en dessous des 5% (au total 12%).

https://www.wilanow-palac.pl/image.php/39089_in_article/martwa_natura.jpg
Floris van Schooten, Nature morte aux fraises, olives et citron, Wilanów, Muzeum Pałacu Króla Jana III.

 

Mais l’inventaire de Kukizów ne donne aucun nom d’artiste ou d’école. Ce peu d’information semble ne pas faire pencher la collection du coté esthétique. Il est aussi bien peu aisé de connaitre la valeur financière des œuvres puisque l’inventaire n’en donne aucune estimation. Cet inventaire a peut-être deux origines soit ce sont les oeuvres que la famille Sobieski conserve et prévoit de déménager dans une autre demeure soit c’est un inventaire préparatif aux ventes.

L’exposition des œuvres

La disposition des tableaux n’est pas connue. Elle est peut-être liée aux deux numéros qui sont indiqués dans l’inventaire. Malheureusement nous ne savons pas à quoi exactement ils renvoient. Il faut tenter d’imaginer la disposition dans les intérieurs à partir d’autres exemples. Les comparaisons avec les châteaux de la région peuvent servir de point de départ.

Napoleon Orda, Podhorce, Polona.

On peut penser à la disposition du château de château de Pidhirtsi (ou Podhorce en polonais ou en ukrainien Підгорецький замок) construit entre 1635 et 1640. En 1682, il devient résidence de Jacub Sobiesk. Ses intérieurs sont analysés par Jan K. Ostrowski, Jerzy T. Petrus à partir principalement d’un inventaire de 1768. Au XVIIe siècle, il semble que ce château ait été créé pour glorifier le hetman comme héros militaire sous l’auspice du dieu Mars et comme symbole de la défense de la foi catholique contre les Ottomans. Le décor a été conservé par les Sobieski par la suite puis modifié en partie par les nouveaux propriétaires Rzewuski à partir de 1729 et au XIXe siècle.

 

Les appartements de parades au premier étage abondent en tableaux quitte à les plier pour les faire tenir dans les angles (comme au Val-de-Grâce pour les tableaux de Philippe de Chanpaigne). Le niveau inférieur possède moins de tableaux. Il est très difficile très d’établir l’idée directrice des choix dans l’organisation des œuvres. La peur du vide semble primer. Dans une même salle, les sujets peuvent être divers : on peut trouver des toiles religieuses et mythologiques, aussi bien que des paysages et des portraits. La valeur esthétique de l’ensemble prime sur la logique distributive.

Salle dorée (salon), XIX-XXe siècle, Polona.

Ainsi la salle doré (salon principal) possède 17 oeuvres encadrés dans murs de boiserie. Ce sont des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, des images de saints, un portrait, deux scènes de genre et deux natures mortes. Les lambris semblent dicter l’organisation en fonction des formats et de la disposition. 


Façade du palais à la fin du XVIIIe siècle, dessin de J.K. Jaworki, Muzeum Historyczne we Lwowie.

La disposition peut être aussi similaire au château de Żółkiew (Жовква) connu par les études des historiens Aleksandra Jakóbczyk-Gola et de Tadeusz Bernatowicz à partir des inventaires de 1726 et 1750. Ces inventaires décrivent une vaste collection. La plus grande partie des tableaux se trouve regroupé dans la salle à manger et le salon. Certaines peintures étaient accrochées dans des pièces plus petites. Parmi les salles, les inventaires mentionnent des galeries mais il est difficile de savoir s’il s’agissait de pièces communicantes ou de pièces de représentation avec des peintures. Dans cet inventaire, la collection a une valeur esthétique importante avec surtout des maitres italiens et français, ce qui montre bien le rôle crucial de ce château comme lieux des cérémonies et de la résidence de la cour. Ainsi le roi veut rivaliser avec les plus grands princes européens. 

Château de Jovkva chambre du jardin avec une alcôve au XIXe siècle, Biblioteka Narodowa

En conclusion, l’organisation des tableaux de Kukizów semblerait montrer un mélange de tradition (galerie des ancêtres) et de collection esthétique pouvant plus ou moins bouger en fonction des envies du propriétaire. Le chaos semble régner dans un inventaire lacunaire. Mais la dynastie et la religion semble être les piliers de cette liste. L’analyse des genres dans l’inventaire de 1739 permettra de mieux l’approcher. Il s’agira de mieux comprendre les grands axes du discours déployés a travers les tableaux de l’inventaire. 

La fin du château

En 1740, le chateau est vendu à Michał Kazimierz Radziwiłł. Ce dernier est entrainé devant les tribunaux par Jan Tarło staroste de Podolie et voivode de Sandomierz envers qui il a des dettes importantes. Le grand hetman de Lituanie gagne devant les tribunaux et conserve le château de Kukizów. Le voivode tente de récupérer la ville par la force sans y parvenir.

Augustyn Myris, Jan Tarło, Sandomierz

La demeure passe au fils du hetman le voivoide de Vilnius Karol Stanisław Radziwiłł qui le vend en 1764 à Anna Jabłonowska épouse du voivoide de Bracław Jan Kajetan Jabłonowski. En 1800 à sa mort le bien est cédé à la famille Strzelecki. Le château disparait au court du XIXe siècle.

Michał Kazimierz Radziwiłł “Rybeńko”, obraz prawdopodobnie pędzla S.A. Mirysa, zbiory muzeum w Mińsku na Białorusi

La collection est peut être restée dans le château jusqu’en 1741. Une partie vendue au grand hetman puis à la famille Rzewuski. L’autre partie peut-être envoyée dans les résidences de la famille la Tour d’Auvergne en France.

Bibliographie

Aftanazy (Roman), Dzieje rezydencji na dawnych kresach Rzeczypospolitej, wyd. drugie przejrzane i uzupełnione, t. 7: Województwo ruskie, Ziemia Halicka i Lwowska, Wrocław: Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1995, p. 333-336,

Bernatowicz (Tadeusz), Królewska rezydencja w Żółkwi w XVIII wieku, Muzeum Pałac w Wilanowie, Warszawa 2009.

Bevz (Mykola), “The wooden architectural complex of the city and royal residence of the John III Sobieski in Kukizów”, Budownictwo i Architektura, 18(4), 2020, p. 59-82

Finkel (Ludwik), Inwentarz Zamku Żółkiewskiego z roku 1726, Kraków, Akademia Umiejętności, 1891.

Gębarowicz (Mieczysław), Pałac w Kukizowie”, dans Szkice z historii sztuki XVII wieku., Toruń, 1966, p. 231-245.

Ostrowski (Jan K.) et Petrus (Jerzy T.), Podhorce. Dzieje wnętrz pałacowych i galerii obrazów, Kraków, Zamek Królewski na Wawelu, 2001.

Michel (Patrick), Peinture et plaisir : les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

 

 

«L’Ukraine » dans la titulature des gravures des rois de Pologne au XVIIᵉ siècle

Introduction 

 L’appellation Ukraine était alors plus souvent utilisée dans le sens où l’ancien mot russe «okraïna» [périphérie, ndlr] se retrouve dans les sources écrites depuis le XIIe siècle, lorsqu’il était question de territoires situés à la frontière du pays. Tandis que le mot «ukrainien», à en juger d’après les documents d’archives, désignait à l’origine ceux dont le service était d’assurer la protection des frontières extérieures.

Vladimir Poutine, « Sur l’unité historique entre la Russie et l’Ukraine », 12 juillet 2021 (traduction officielle sur le site de l’ambassade de la Fédération de Russie en France).

Pour Poutine le mot “Ukraine” n’a qu’un sens géographique et aucun sens pour désigner une nation et un état. Ils sont à ses yeux des constructions occidentales récentes contre la Russie et l’orthodoxie.

Texte de Poutine en russe. On remarquera qu’il parle de texte d’archives sans donne leur provenance.

Pourtant ce mot a eu un sens politique et national dès le XVIIe siècle. Les gravures de Bogdan Khmelnitski le décrivent comme “duc de la nation (peuple) d’Ukraine” et le roi de Pologne Jean III Sobieski se fait appeler comme “grand duc d’Ukraine”. Il nous faut revenir sur l’émergence du terme et son rattachement à la politique complexe mise en place par le roi de Pologne sur les cosaques en Ukraine.

Description géographique et ethnologique de l’Ukraine

En premier lieu, le terme “Ukraine” désigne, pour les géographes une région et un peuple. Le terme “Oukraïna“, apparu au XIIe siècle, se traduirait “dans le pays” ou “la terre du peuple” ou encore la “principauté” des Rus’ de Kyiv. Les historiens russes puis Poutine ont mis en avant que ce terme, traduit en russe “okraïna”, désigne la “périphérie” ou la frontière” de l’empire, de la Pologne-Lituanie ou de Kiev. Le terme “Ukraine” apparait en français sous la plume de Guillaume le Vasseur de Beauplan qui est un spectateur des évènements qui se déroulent au milieu du XVIIe siècle.

Guillaume de Beauplan, Carte de l’Ukraine, 1648, Wiki Common (détail).

Le géographe sert à partir de 1631 pour le roi de Pologne notamment en Podolie, Volhynie et sur les terres des cosaques le long du Dniepr. Il fait les campagnes du grand hetman de la couronne et sénateur polonais Stanisław Koniecpolski. Il se rend jusqu’à la mer d’Azov et en Crimée.

En 1648, il donne une première carte de l’Ukraine. Puis il écrit la Description d’Ukraine qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne en 1660. Cette carte est amélioré au début du XVIIIe siècle par Guillaume Delisle, élève des Cassini. Le terme est adopté et repris dans les livres et dictionnaire de géographie. L’Ukraine semble regrouper deux palatinats (voivodies) de la Petite Pologne: celle de Kiyv et de Bratslav. Elle se situe donc dans le sud-est du royaume de Pologne après les palatinats de Ruthénie, Podolie et Volhynie. C’est ainsi véritablement à la création de l’hetmanat que le terme “Ukraine” associé à “terre des cosaques” désigne un peuple, un territoire et une organisation sciale et politique.

Jean-Baptiste Audiffet, La géographie ancienne, moderne et historique, 1689, tome 1er, p.365.

En second lieu, c’est ainsi aussi un peuple divers mal connu qui est décrit. Le succès des textes et cartes de Beauplan permet de rendre populaire le terme de “terre ukrainienne des cosaques”. Dans sa Description d’Ukranie de 1660, il donne l’image d’une nation cosaque différente de celle des polonais et russe.

Guillaume le Vasseur Beauplan, Description d’Ukranie, 1660, p.4

 Par la suite, la Description historique de l’Empire russien de Philipp Johann von Strahlenberg de 1757 explique que le mot Ukraine est de moins en moins employé.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.270-271.

Au court du XVIIIe siècle, l’empire russe, qui a conquis la plus grande partie des territoires ukrainiens, met en place une politique de russification qui passe aussi par le changement de la terminologie comme on peut le voir dans des dictionnaires de géographie ou Les fastes de la Pologne et de la Russie . Malgré tout, le terme, restant dans les mémoires, devient au court du XIXe siècle celui d’une nation puis d’un pays (voir l‘article de la BnF sur une carte de 1732).

André Guillaume Contant d’Orville, Les fastes de la Pologne et de la Russie, Paris, Costard, 1769, Volume 2, p.16

 

Union de Lublin : Sigismund II Auguste, roi de Pologne et grand duc de Lituanie et Russie

En 1569, le royaume de Pologne et le grand duché de Lituanie décident de s’unir définitivement face à la menace des Moscovites et des Ottomans. A partir de cette date un seul roi est à la tête de l’entité de la République des Deux-Nations sans que rien ne puissent plus les séparer comme sous les Jagellon Jean Albert et Alexandre au XVe siècle. Il est élu par le grand sejm.

Abraham Hogenberg, König Sigismund III. von Polen, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Sur une gravure de Sigismund II Auguste, la titulature est ” roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Russie, Prusse, Mazovie, Samogie, Livonie, Severie etc”. La liste des titres est complété par une série d’une quarantaine de blasons. Cette titulature semble devenir exemplaire pour les rois de Pologne.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.263.

Le terme “Russie” est utilisé dans la titulature et non “Ukraine”. Ce terme renvoie à la “Ruthénie” ou “Rus’ de Kiev”. Des princes de la région de Moscou et de Vladimir vont créer un nouveau royaume et prendre le titre de “tsar de Moscovie” pour se rattacher à Byzance et à l’orthodoxie. Il ne faut donc pas confondre les deux termes Ruthénie/Rus’ de Kiev/duché de Russie et Moscovie/royaume de Russie qui se retrouvent sur les différentes gravures.

Ivan IV, tsar de Russie, XVI-XVIIe s., Wiki Common.

Le tsar se veut aussi bien le continuateur de l’empire byzantin orthodoxe que de celui de l’ancienne principauté Rus’ de Kyiv en prenant le titre d’empereur de tous les Rus’. C’est un message envers le souverain de la Lituanie et de la Pologne. En 1558, le patriarche de Constantinople reconnait les titres du tsar Ivan IV alors que les princes de l’ouest lui refuse cette reconnaissance. Il reste seulement “grand duc de Moscou” jusqu’au XVIIIe siècle.

Henri de Valois roi de France et de Pologne

Le prince Henri de Valois est élu au trône de Pologne en 1573 mais à la mort de son frère ainé en 1574, il devient roi de France. Les deux titres sont mis sur les gravures mais la couronne de France est mise en premier puisqu’elle est plus prestigieuse.

 

Etienne Batory

Le prince de Transylvanie Stepan Batory est élu à la couronne de Pologne en 1576. Il épouse Anne Jagellon fille de Sigismond Ier et soeur du roi Sigismund II August. Dès lors il utilise le titre: ” Par la grâce de dieu, roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Russie, Prusse, Mazovie, Samogie, Kiwonie, Volhynie, Podlachie et prince de Transylvanie” comme on peut le voir sur un document de 1579.

[List do Iwana Groźnego], 1579, Archiwum Morstinów(détail).

Les titre rappellent ceux de Sigismund II Auguste de la maison Jagellon. Sur les gravures, le personnage a peu de titre mettant en avant son statut de “roi de Pologne” et “grand duc de Lituanie” qui sont les titres les plus importants. Il possède aussi le titre de “duc de Russie”.

Ladislas IV et Jean Casimir Vasa : roi de Pologne et de Suède

Sigismond III Vasa est roi de Pologne en 1587 puis roi de Suède en 1592. En 1610 Ladislas IV son fils est désigné tsar par la victoire de Stanisław Żółkiewski qui a pris Moscou. Il est ensuite roi de Pologne à partir de 1632. En 1648 Jean II Casimir Vasa son frère lui succède. En 1607, son cousin Charles est sacré roi de Suède après des années de guerre civile.

Egidius Sadeler, Portret van Sigismund III, koning van Polen, 1597 – 1629, Amsterdam, RijksMuseum.

Selon une gravure son titre est “Ladislas IV, roi de Pologne, grand-duc de Lituanie, Ruthénie, Prusse, Masovie, Samogitie, Livonie, et également roi héréditaire des Suédois, Goths et Vandale, élu grand-duc de Moscovie”.



Georg Förster et Jeremias Falck, Wladislaus IV., König von Polen,, 1630-1677, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

La branche des Vasa de Pologne revendiqueront toujours le trône de Suède qui a été à leur yeux usurpé. Mais ce titre n’est pas revendiqué par la suite par les rois de Pologne qui leurs succèdent.

Johann Wyd Hoffman, Ioannes Casimirus Dei Gracia [!] Rex Poloniae ac Svecia [!] &., Warszawa, Biblioteka Narodowa.

Hetmanat et grand duché de Ruthénie

En 1648, les cosaques mené par l’hetman Bohdan Khmelnitski entre en révolte contre le roi de Pologne, ce conflit qui s’ouvre est vu par certain comme une “guerre de libération”. Le 27 décembre 1648 le hetman est couronné par le patriarche de Jerusalem à Kyiv. Mais défait en 1649, le roi Jean II Casimir Vasa signe le traité de Zboriv et reconnait l’hetman comme seul chef des cosaques créant ainsi une nouvelle entité territoriale et politique appelé hetmanat.

Mais le conflit continue en raison des oppositions des primats polonais catholiques de reconnaitre les privilèges donnés aux orthodoxes. En 1653, le tsar décide d’entrer en guerre et de soutenir les cosaques contre la Pologne. L’assemblée réunie à Moscou décide que la “terre cosaque” entre sous la protection de la Russie en raison de l’unification des Chrétiens orthodoxe sous l’égide de l’Église de Moscou. L’assemblée de Pereïaslav en 1654 avec les envoyés des cosaques entérine la décision par un traité (aujourd’hui perdu). Le 8 janvier 1654 le hetman envoya une lettre au tsar “souverain de grande et petite Russie” qui fut repris dans la titulature dès février 1654. Pour la Russie ce fut un acte fondateur de “réunification des Rus’ “sous l’égide de l’Église orthodoxe. En 1655 le tsar ajoute “Russie blanche” à ses titres.

Tabula nova totius REGNI POLONIÆ. 
in quo sunt Ducatus et Provinciae Prussia, Cujavia, Mazovia, Russia Nigra, & c. 
DUCATUS LITHUANIA, UKRANIA, etc,
1679 (détail), Andriy Baitsar.

La guerre fait rage en Pologne-Lituanie connue sous le nom de “Déluge (Potop)”. Défaite de Batoh face aux cosaques en 1652 marque le commencement de cette période où l’armée polonaise est anéantie. La Suède et la Russie envahissent le territoire de la République. En 1657, Bohdan Khmelnitski décède et la question de l’état cosaque reste en suspens. L’hetmanat est agité par une période de division et de conflits internes appelé “ruine” par l’historiographie. En 1658 son successeur l’hetman Ivan Vyhovsky signe le traité de Hadiach qui met en place une nouvelle entité le “grand duché de Ruthénie” ou “grande principauté des Rus'”. Ce texte fut compliqué à mettre en place voyant aussi bien l’opposition d’une partie des cosaques voulant continuer le rapprochement orthodoxe avec la Russie que celle des nobles catholiques polonais et lituaniens voyant l’arrivée de potentiel rivaux de l’hetmanat. Le hetman devient prince du royaume mais ses prérogatives diplomatiques disparaissent. Les tensions religieuses augmentent par crainte de la domination polonaise sur les orthodoxes. La population paysanne ukrainienne y voit une garantie des privilèges nobiliaires. Une révolte naît. Les défaites polonaises face aux russes ne font qu’amplifier l’opposition au traité qui est très rapidement oublié.

En 1660, la paix est signée avec la Suède par le traité d’Oliva. La Russie continue de soutenir la révolte cosaque mais l’armée polonaise entre sur le territoire des cosaques de la rive gauche du Dniepr sous domination russe depuis le traité de Pereïaslav de 1654.


Abraham van Westerfeld, Vue de la cathédrale de Sophie de Kyiv, 1651, Wiki Wand.

Des négociations s’ouvrent alors qu’aucun des deux belligérants ne parvient à prendre l’ascendant sur l’autre. Lors du traité d’Androussovo en 1667, la Biélorussie et l’ouest de l’Ukraine (région de Kiyv, Volhynie, Podolie et Galicie) reviennent à la Pologne mais les villes de Smolensk, Chernihiv et Kyiv restent sous contrôle du tsar. Le traité propose de rendre Kyiv deux ans après la signature. Le clergé orthodoxe s’y oppose farouchement et la ville n’est jamais rendue. Dès lors l’hetmanat ou “terre cosaque” est séparée en trois : la Rive droite sous protection du roi de Pologne, la Rive gauche sous protection du tsar depuis le traité de Slobodyshche de 1660, et la sich Zaporogue très largement indépendante jusqu’à sa destruction par le tsar en 1709.

L’Ukraine, une “terre perdue” à reconquérir

En 1668, le hetman Petro Dorochenko s’est mis sous protection de l’empire musulman. En 1669 le général Michał Wiśniowiecki est élu roi de Pologne dans une période de trouble. La même année Jan Sobieski, brillant général polonais devient grand hetman de la couronne.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

En 1674, lorsque Jean Sobieski monte sur le trône la guerre fait rage avec l’empire ottoman. En 1675, le roi de Pologne propose au colonel cosaque Ostap Gogol de devenir hetman de la rive droite. En 1676 le roi devient le protecteur des cosaques de la rive droite. Il est sacré à Cracovie et invite le hetman à la cérémonie du 2 février 1676. Il nomme de nombreux hetman dans une politique de reprise en main de cette zones dans une visée de reconquête de “l’Ukraine et la Podolie perdue” ainsi que de la ville de Kyiv considéré comme une terre “héréditaire” polonaise selon l’historien Taras Chukhlib.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa (détail).

La gravure de son entrée triomphale à Cracovie de 1675 est faite sur un dessin de Francesco Gratta le jeune. Cette marche militaire montre plusieurs figures allégoriques, antiques et modernes passant sous un temple de la vertu. Le roi est en costume romain sur un cheval est dirige la troupe vers la reine sur un balcon. Il est précédé de trois figures au centre se donnant la main, ce sont de droite à gauche l’allégorie de la Pologne, la Lituanie et l’Ukraine. Le roi de Pologne fit aussi réaliser de nombreuses gravures sur ses victoires sur les Ottomans comme grand hetman de la couronne. Au sujet de cette région, il est en concurrence avec le tsar. Cette zone est très importante pour garantir son royaume des invasions tatars ou ottomanes. Il sait que “celui qui a les cosaques conserve l’Ukraine” (Taras Chukhlib p.277) comme il l’avait remarqué alors grand hetman de la couronne .

Je dois admettre que c’est un cadavre
dégoûtant, pas l’Ukraine, car ce n’est probablement pas celui qu’ils ont pris à leurs ancêtres.
Qui y est mort, sinon le peuple Rus’ ? Qu’est-ce qui a brûlé, sinon la ville glorieuse (Kyiv) ? Où la fumée est-elle allée, sinon sur les églises et les maisons de Dieu ? Dont les tombes et les tombes ont été emportées,
sinon vos parents ou vos enfants, perdus pour rien ? A qui restait le désert, sinon conduit comme du bétail à la captivité des âmes chrétiennes ?

Universel du roi Sobieski en 1675

On voit dans ce texte que le roi reconnait aux cosaques le droit de vivre en Ukraine qui leur appartient. Ce sont eux qui meurt pendant les guerres et personne d’autre. Il leur reconnait une certaine liberté de culte et leur pardonne leurs anciennes trahisons. Cette politique doit aussi permettre de mieux combattre les Ottomans et reconquérir la Podolie. En 1675, le roi se décide à s’allier au tsar contre les Ottomans. L’enjeu était de grande importance puisqu’ils avaient eux même tenté d’unifier les cosaques sous l’égide de Youri fils du grand Khmelnitski nommé entre 1677 et 1678, comme “prince de Petite Russie”, “Dux Cosacorum” ou encore ” Dux en Ukraine ». Il “n’a pas utilisé le titre de Prince Sarmatiae” pour plaire à celui qu’il qualifie de ” Mon roi de Pologne le plus clair et le plus fort !” Après des tentatives auprès des Ottomans, le roi de Pologne se rapproche de l’hetman et lui promet de lui conserver ses titres s’il le rejoint en échange l’Ukraine retrouverait son statut du traité de 1658 et que la foi orthodoxe n’y serait pas menacée. Mais cette tentative reste lettre morte.


Jean-Baptiste Bonacina, Giorgio Chimilinschi, 1670, Coll. particulière.

Une gravure de la fin du XVIIe siècle le présente comme simple “général des cosaques”. Les titres donnés par les Ottomans n’ont jamais été salué par des victoires militaires, ils ne sont pas resté dans les mémoires. En 1683 une grande assemblée cosaque de la rive droite reconnait la suzeraineté du roi de Pologne en “tant que père et pasteur”, selon la lettre qu’ils envoyèrent au roi le 23 juillet 1683. Ils acceptent d’entrer en guerre contre les Ottomans dans le sud. Le 24 août 1683, le roi nomme comme hetman Stefan Kunitsky en lui donnant un collier une masse et un sceau avec “les anciennes armes de l’Ukraine” ( le cosaque armé). Il est décrit dans plusieurs gazettes sous le terme de “général des cosaques” comme sur la gravure de Youri Khmelnitski . Il a conquis toute la Valachie, Podolie et la terre des Tatars.

Charles de La Haye, Ioannes III D.G. Rex Poloniarum […], 1692, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

Le roi est victorieux avec ses troupes et les cosaques contre les Ottomans devant Vienne en 1683. En 1685, le sejm du roi de Pologne reconnait à “tous les cosaques de la sich et les ukrainiens sous les ordres de Kunitsy, le droit de s’installer en Ukraine, et qu’on leur rendra leurs anciennes libertés et privilèges accordés”. Le roi leur offre la protection s’ils reconnaissent qu’ils sont sujets de République. Le roi leur offre ainsi une forme d’autonomie par une constitution et en échange il peut créer des troupes dans une période de crise financière.

Leone Franco, Andriy Mohyla, 1649, Wiki Common.

La politique du roi est récompensé de succès, les troupes (environ 3000 cosaques) de Mohyla sont efficaces et permettent de reconquérir les zones ottomanes. Le hetman signe plusieurs documents “”Andriy Mohyla Hetman de S.A.R. – Armée de Zaporojie”. Mais le tsar en 1688 envoie une lettre au roi réclamant l’arrêt de l’utilisation de ce titre.

Recueil. Portraits d’Alexis-Michaelowitz, XVIIe s., Paris, BnF Gallica.

Dans sa politique contre l’empire Ottoman, le roi Sobieski décide de signer un second traité de paix avec le tsar de Russie en 1686. Il autorise ensuite les troupes des deux rives à entrer en campagne ensemble. Le roi renonce définitivement à réclamer les terres des cosaques de l’est du Dniepr ainsi que la région de Smolensk et Chernihiv et reconnait la liberté de l’ Église orthodoxe sur son territoire. Le tsar fait de même avec l’Église catholique et uniate. Le tsar promet son soutien contre les Ottomans. Ce n’est qu’en 1699 que Chernihiv et la Podolie reviennent à la Pologne.

Jan III Sobieski : duc d’Ukraine ou duc de Russie?



Jeremias, Winckler, Jan III., König von Polen, Herzog 1670-1690, Brunswick, Anton Ulrich-Museum.

Les documents émis au nom du roi Jan III Sobieski reprennent la titulature mise en place par Sigismond mais des nouveautés apparaissent.

Titulature de Sobieski, 1676, archives départementales de l’Aube.

Le terme de “Ukraine” apparait sous le roi Jan III Sobieski délaissant le terme “Russia” ou “Ruthenia”. Plusieurs gravures ont la titulature suivante “roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Ukraine “. La gravure en l’honneur de son couronnement de 1676 emploie ce terme. Elle représente l’approche du roi de Pologne au château de Wawel, avant qui allégoriquement, sous la forme de danseuses, représentent la Pologne, la Lituanie et Ukraine. Dans les deux versions de la gravure, la signature en français ou en latin est avec le terme “grand duc de Lituanie, Ukraine”.

Romeyn de Hooghe, Krönung Johann III von Polen, 1675, Herzog Anton Ulrich-Museum (détail).

Le terme “Ukraine” apparait aussi sur deux gravures de portraits du roi et de la reine d’une série du dessinateur des provinces Unies Nicolaes II Visscher gravée par Pieter Stevens. En 1679, il réalise une carte du royaume de Pologne avec le grand duché de Lituanie et l’Ukraine. Les trois entités sont en lettre capitale. Le roi veut se démarquer de ses prédécesseurs. C’est aussi un signe de bonne volonté envers le “tsar de toutes les Russies'” dans une politique de rapprochement et de paix.

Sur des gravures importantes comme celle de son couronnement, c’est le terme Ukraine que le roi décide de mettre en avant. Il veut se mettre dans les pas du célèbre hetman Bogdan Khmelnitski comme protecteur des Ukrainiens.

Concurrence avec l’hetman Bogdan Khmelnitski

Une gravure de l’hetman montre qu’il portait le titre de “commandant en chef de l’armée de Zaporovie, initiateur de la rébellion des paysans, des cosaques insurgés et le ‘dux’ du peuple d’Ukraine”. Le mot chef en latin “dux” ayant donné le mot duc, ainsi cela peut aussi se traduire par “duc du peuple Ukrainien” qui se rapprocherait de la titulature du roi “grand duc de Lituanie et Ukraine”. Le “dux” renvoie a la Rome antique au commandant des troupes ou chef de guerre. La gravure faite par Guillaume Hondius du hetman s’oppose au titre du roi en montrant que le titre lui vient du peuple et non pas d’une élection nobiliaire. Lors de son entrée à Kyiv en 1648, le métropolitain orthodoxe de la ville Sylvestre et le patriarche de Jérusalem Paisée Ier  l’accueillent au titre de “prince (princeps)”. Cette gravure est l’oeuvre d’un artiste de la cour de Pologne, aurait il rencontré le hetman en pourparler avec la république?


Willem Hondius, Bohdan Chmielnicki, 1651, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Cette image de l’hetman devient canonique et se retrouve dans de nombreuses icônes. Elle obtient une grande popularité après Poltava comme repoussoir à celle de Mazepa accusé de traitrise par le tsar. Mais cette image a été commandée par le roi Jean Casmir Vasa comme le signe d’un rapprochement avec l’hetman. Ce dernier avait été vaincu lors de la bataille de Bila Tserkva qui permet au roi de signer un accord favorable avec réduction des cosaques et gain territoriaux en sa faveur. L’hetman alors tente un rapprochement avec la Pologne en acceptant de pacifier le palatinat de Kyiv.


Willem Hondius, Ioannes Casimirus Dei Gratia Rex Poloniae, 1648, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Le roi Sobieski prend comme modèle à la fois les images de ces prédécesseurs et celle de l’hetman. Il est montré de 3/4 en guerrier sur les gravures avec le titre “duc d’Ukraine”. Il reprend le titre aussi bien pour rappeler la gravure de l’hetman que pour montrer la possibilité aux cosaques de revenir aux accords de 1658. Les gravures sont écrites en latin permettant la diffusion auprès des élites d’Ukraine.

Gloryfikacja Jana Sobieskiego na tle bitwy pod Chocimiem w 1673, ryc. Romeyna de Hooghe, 1674, Biblioteka Narodowa.

En 1684, il sait que les cosaques sont “pour la République le poison le plus dangereux et en même temps son bouclier le plus puissant”. En 1652, son frère ainé Marek Sobieski, staroste de Krasnystaw, avait été capturé après la défaite de Batoh et décapité avec les restes de l’armée polonaise (on compte des milliers de morts). Malgré les souvenirs désastreux des relations avec les cosaques, le roi savait qu’il ne pouvait créer une nouvelle politique pour la République sans les eux. Depuis 1676, il imaginait même, à partir de l’Ukraine (il était né à Olesko, dans le palatinat de Ruthénie ce qui lui fait dire qu’il aime les cosaque “depuis l’enfance”) et les cosaques, rendre héréditaire la couronne. Par de nombreuses gravures, il rappelle ses victoires face aux Ottomans à la bataille de Khotin ou de Lviv où les cosaques n’ont pas joué un rôle négligeable.

 

Une grande campagne de propagande par les gravures propose de faire valoir ses droits sur l’Ukraine et les cosaques aux yeux des puissances européennes. Dans cette logique il met en avant son image avec un texte clair en latin.


Nicolaes Visscher II et Pieter, Stevens, Jan III, König von Polen vers 1669-1702, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Une image caricaturale de l’hetman est réalisé après 1651 sans qu’on puisse savoir si c’est le roi Jan Kasimir Vasa ou Jan Sobieski qui en est le responsable. La qualité du travail ne permet pas de l’attribuer à Hondius. Le terme de “dux” est remplacé par “ductor” soit “guide” ou “conducteur” ce qui lui enlève sa valeur militaire de commandement. Mais cette gravure se trouve aussi avec le terme “dux”.

Les oreilles renvoient au mythe de Midas affublé d’oreille d’âne par Apollon après avoir parié sur un satyre au lieu d’Apollon dans un concours de lyre. Le roi Midas par honte doit mettre un bonnet pour les cacher. Les oreilles renvoient aussi à celles de l’animal connu pour sa paresse et sa stupidité. Ainsi la caricature fait sortir l’hetman de l’humanité et les cosaques le suivant sont aussi bêtes qu’un âne. Mais il est possible que cette caricature précède le règne du roi Jan III puisque sa politique était plutôt en faveur des cosaques.



Philibbert Bouttats, et Nicolaes Visscher I, Janus III. D.G. Rex Poloniarum Magnus Dux Lithuaniae Ukrainae Etc.,
1688 -1730, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

La politique du roi, bien que parfois qualifié de “cosaquisme”, n’est pas parvenu à ses fins. Le roi Jan III Sobieski a échoué à trouver une solution équitable aux relations polono-ukrainiennes. Cette relation se détériore chaque année et à sa mort seul l’hetman Mazepa a su proposer une relation plus stable pour les cosaques regroupant autour de lui une certaine unité des revendications cosaques selon l’historienne Tatiana Tairova-Yakovleva.

Conclusion: la succession de Sobieski

Johann Baptiste Homann, Ukrania quae et Terra Cosaccorum cum vicinis Walachiae, Moldoviae, 1720. L’auteur a mis lUkraine en jaune.

A la mort de Sobieski le titre de duc d’Ukraine se perd. Frederic August de Saxe ou Stanislas Leszczynski utilisent une titulature sans le terme “Ukraine”. La gravure d’Auguste II le montre en armure coiffé en bol, le modèle est très proche de certaines gravures de Sobieski. Les revendications territoriales sur la rive gauche du Dniepr n’est plus à l’ordre du jour d’un monarque élu avec l’aide du tsar.

Bien que le roi August II utilise les cosaques contre les Turcs, leur aide n’est plus essentiel puisque le roi peut compter sur son armée de Saxe. Son rapprochement politique avec la Russie est marqué par une volonté de laisser les troupes cosaques au tsar. En 1702, il décide de révoquer les régiments cosaques de la région de Kiyv puis il ordonne le démantèlement du camps de la rive gauche à partir de 1711.

Anonyme?, Portrait of the Hetman Ivan Mazepa , 1709, Getty Images.

La “Ruine” ukrainienne se termine par l’arrivée de l’hetman Mazepa en 1687 à la tête de la rive gauche. Restant vingt ans au pouvoir, il parvient à unifier l’Ukraine et donner une autonomie à l’hetmanat jusqu’à la défaite de Poltava et sa mort en 1709. C’est ce que rappelle une gravure où est inscrit “hetman de toute l’Ukraine” en latin.

Voltaire, Histoire de Charles XII,1768 , p.154

Pour aller plus loin

Білецький (Платон Олександрович), Українське мистецтво другої половини XVII-XVIII століть, Київ, Мистецтво, 1981. (Biletsky, Platon Alexandrovitch), Art ukrainien de la seconde moitié des XVII-XVIII siècle)

Чухліб (Тарас), Гетьмани і монархи. Українська держава в міжнародних відносинах 1648 – 1714 рр. – К.: Інститут історії України НАНУ, 2003 (Chukhlib (Taras), Hetmans et monarque. L’Etat ukrainien dans les relations internationales 1648-1714)

Plokhy (Serhii), Tsars & Cossacks – A Study in Iconography, Cambridge, Harvard Papers in Ukrainian Studies, 2002.( Plokhy (Serhii), Tsar et les cosaques. Une étude de l’iconographie)

Таирова-Яковлева (Татьяна), Между Речью Посполитой и Россией. Правобережная Украина в эпоху гайдамаков, Нестор-История, 2020 (Tairova-Yakovleva (Tatyana), Entre la République des Deux-Nations et la Russie. L’Ukraine de la rive droite à l’ère des Haïdamaks)

Widacka (Hanna), Jan III Sobieski w grafice XVII i XVIII wieku, Warszawa, Państ. Wydaw. Naukowe, 1987 (Widacka (Hanna), Jan III Sobieski et son image XVIIe et XVIIIe siècles)