Archives par mot-clé : XVIIIe siècle

“Au prince Xavier, mon très cher frère”, la correspondance intime du prince Albert de Saxe à son frère aîné 1760-1767 (1)

Introduction

Le couple royal de Pologne Auguste III et Marie-Josèphe d’Autriche eurent de 1720 à 1740 quinze enfants, dont onze sont parvenus à l’âge adulte. Les garçons sont au nombre de cinq  : Frédéric-Christian (1722-1763), François-Xavier (1730-1806), Charles (1733-1796), Albert (1738-1822) et Clément (1739-1812)1 . Par leur mère, ils sont les petits enfants de l’empereur Joseph Ier et donc cousins éloignés de l’impératrice Marie-Thérèse et de son époux François Ier de Lorraine.

Pierre Subleyras, Portrait de Frédéric-Christian, SKD online.

Le chercheur Christian Terraux a étudié la vaste correspondance des archives de Xavier de Saxe avec ses frères et sœurs : la quantité de lettres la plus importante provient des échanges avec la princesse Elisabeth (1527 lettres), puis vient ensuite celles de Marie-Anne (1013), celles de Clément (478), celles de Christine (449), celles de la Marie-Josèphe (305), celles de Cunégonde (259), celles d’Albert (198), celles de Frédéric Christian (101), celles de Charles (35), et enfin aucune pour Marie-Amélie2. Ainsi il est très proche de ses frères Clément et Albert avec qui il partage de nombreuses passions. Nous étudierons dans un autre article les relations avec ses soeurs.

Il avait 3 ans de différence d’âge avec Charles, et respectivement 8 et 9 ans avec Albert et Clément.Alors qu’avec le prince héritier, de huit ans son aîné, il montre dans ses lettres une déférence et se veut digne des grâces qu’il peut recevoir, essayant ainsi de rester proche de celui qui doit succéder à son père. Il était en rivalité permanente avec Charles auprès de leur père.

Cette étude se concentre sur ce qui à attrait à l’intime entre les deux frères, dès lors, nous analyserons la correspondance en se focalisant sur leurs relations fraternelles et amoureuses.

La fratrie en temps de guerre

Plusieurs événements vont encore plus rapprocher les deux frères. D’abord les rapports conflictuels avec leur père mais surtout la guerre. En 1756, la Saxe est occupée par la Prusse : le roi avec ses fils, excepté l’aîné handicapé, peuvent s’exiler en Pologne tandis que la reine et les autres membres sont prisonniers à Dresde. Le roi décide d’envoyer ses fils plaider sa cause auprès des différentes cours européennes: les princes Albert et Clément à la cour d’Autriche, Charles à la cour de Russie et le prince Xavier à celle de France. Ces envois vont marquer durablement chaque membre de la fratrie qui vont s’y attacher plus ou moins durablement.

Bernardo Belloto, Le palais impérial de Schönbrunn, Vienne.

Les lettres de la correspondance conservées par Xavier commencent ainsi le 21 janvier 1760 et se terminent le 24 décembre 1790. Dans cet article nous n’analyserons que les lettres de 1760 à 1767 qui marque la naissance du premier enfant du prince Albert. La majorité des lettres sont les réponses d’Albert à celles envoyées par le prince Xavier : ces dernières n’ont pas été retrouvées dans des archives, elles n’ont pas été renvoyées ou elles ont été détruites. Les cahiers de minutes du fonds relèvent pourtant les réponses. Les premières lettres s’ouvrent par « Monsieur et très cher frère », formule qui se retrouve dans la correspondance pour son frère Frédéric-Christian aussi. Celle-ci est remplacée par « Mon très cher frère » avant que les lettres n’aient plus aucune ouverture montrant que le prince Albert sait que son frère ne lui reprochera pas. Mais elles se finissent toujours par des mots d’affection qui semblent plus ou moins sincères en fonction des évènements. Mais le prince Albert semble vraiment apprécier son grand frère.

Cette relation épistolières prend place dans une vaste correspondance avec de nombreux correspondants. Dans une lettre du 7 avril 1765, le prince Albert fait mention que le prince a adressé sa réponse non pas à son frère mais à une sœur: « j’hésitais déjà si je ne devais vous la renvoyer, voyant qu’elle était adressée à une sœur[…] je pris le courage de lire plus outre et je vis effectivement qu’elle était adressée à moi, et que vous vous étiez seulement mépris de sexe en me parlant »3.

Dans cette première lettre du 21 janvier 1760, le prince Albert écrit depuis Vienne : « il y eut un bal à la cour où j’eus l’honneur d’être[sic] moitié de contredanse avec l’archiduchesse Marie (qui m’a pareillement chargé de compliment), j’eus ensuite deux fois l’honneur de l’amener en trainots[sic], à Schönbrunn, et à la grande course en ville »4. Cette archiduchesse est Marie-Christine (1742–1798) surnommé juste Marie ou Mimi par ses parents. Les chercheurs expliquent qu’il en serait tombé immédiatement amoureux mai sa correspondance n’en dit mot à ce moment. Les allers-venus du prince sont le résultats de ses positions durant la guerre: il effectue ainsi de nombreux voyages entre Vienne, Munich, Dresde et Varsovie tandis que le prince Xavier voyage entre Munich, Paris, Dresde et Varsovie.

Meister der Erzherzoginnen, Portrait de Maria Christina, Vienne.

Le prince Albert revient à Vienne au début de mai 1760 « où S.M. l’impératrice nous a invité de venir avant que de retourner à l’armée, notre séjour n’y sera que de très peu de jours, car nous tâcherons de rejoindre l’armée aussi tôt que les opérations pourront recommencer »5. A cette date, l’impératrice l’a fait nommer lieutenant-général impérial et il devient propriétaire d’un régiment. Venu une première fois à Vienne après l’hiver 1759, les lettres du prince Albert manquent malheureusement pour cette période de trouble pour la famille. Mais la date de 1760 marque un tournant puisque le prince rencontre de plus en plus souvent la famille impériale, car il est un parent et rend compte de sa première rencontre avec l’archiduchesse Marie-Chirstine (qui deviendra son épouse).

Martin van meytens, La famille impériale en 1756, Versailles.

Devenu officier militaire, les nombreux voyages à la cour d’Autriche sont parfois pour lui très contraignants. Le 23 février 1761, il écrit depuis Varsovie sur son voyage et séjour à Vienne : «[…] nous arrivâmes le 7 au matin à Vienne. Nous ne restâmes que 8 jours en cette ville, mais quoique notre demeure n’y fut pas longue, elle ne laissa que d’en être d’autant plus fatigante que notre temps s’étant écoulé pour ainsi dire en dansant. C’était une continuité de plaisirs et de fêtes qui devenaient jusqu’à la fin insupportable, par leur trop grand nombre »6.

Bernardo Bellotto, Vue du bevédère à Vienne, Wiki Common.

Les deux frères se tiennent de même au courant de leurs commandements par des journaux qu’ils s’envoient régulièrement. Nous reviendrons sur leur commandements respectifs de régiments et ces journaux de campagne. Le prince Albert écrit le 25 mars qu’il apprend « avec plaisir, mon cher frère que vous venez d’arriver à l’armée, pour vous remettre à la tête de nos chers saxons et ranimer leur ardeur.[…] Envoyez je vous prie, s’il se peut la continuation de votre Journal que nous n’avons que jusqu’au 15 ». Il conclut sa lettre «  Ce n’est que quand nous serons tous rassemblés à Dresde que ma joie sera complète, vous assurant de bouche de la parfaite et sincère amitié avec laquelle je serais à jamais, votre très affectionnée serviteur et frère »7.

Bernardo Belloto, Dresde depuis la rive de l’Elbe, Wiki Common.

Leur attachement sincère se voit lors de leurs rencontres. Le 17 décembre 1761, les deux frères prévoient de se voir. Depuis Chemnitz, Albert écrit « la joie que j’ai ressentie en lisant la proposition que vous me faites de nous donner un rendez-vous, est inexprimable. Je l’accepte avec le plus vif empressement et vous envoie pour cet effet mon chasseur vous priant de me faire savoir le jour où vous voulez y venir si cela pouvait être le 20 d.c. j’en serais fort charmé car je dois partir ensuite pour Vienne et Varsovie. Adieu cher frère, je vous embrasse de tout mon coeur »8. Les deux frères se mettent d’accord de se voir à Blauckenburg et invitent leur frère Clément. Ce dernier est aussi souvent présent dans leur correspondance, il est lui aussi officier dans l’armée autrichienne avant de choisir l’état ecclésiastique.

Bernardo Bellotto, Ruine des faubourgs de Pirna, Troyes.

La fin de la guerre voit enfin le vœu du prince Albert récompensé. La paix signée, ils font, le 30 avril 1763, une entrée triomphale à Dresde, auprès du roi avec son frère Xavier 9. Il peut enfin rejoindre sa famille bien aimée.

Notes

1. Otto Posse, Die Wettiner. Genealogie des Gesamthauses Wettin, Berlin, 1897 et Michel Huberty(dir.), L’Allemagne dynastique, t. I : Hesse-Reuss-Saxe, Paris, 1976, p.472. 2. Terraux (Christian), « Le prince Xavier de Saxe. Correspondances et réseaux d’une maison princière », mémoire de maîtrise, Université Paris IV, 2005 [en ligne sur le site des Archives de l’Aube, consulté le 13/03/2019]. 3.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489,ettre du prince Albert à Xavier, 7 avril 1765. 4.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 21 janvier 1760. 5.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489,ettre du prince Albert à Xavier, 2 avril 1760. 6.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1489, lettre du prince Albert à Xavier, 23 février 1761. 7.  Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 25 mars 1761. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 17 décembre 1761. 9Journal historique, juin 1763, p. 447.

Les princes de Saxe et les arts: de la pratique du dessin à la collection

A l’époque moderne, nous savons que les arts sont utilisés par les princes comme moyen de promotion de leur image et de leur dynastie. Mais leurs rapports à l’art peuvent être différents entre le collectionneur pour son plaisir personnel et le créateur de grands palais pour la postérité. Et en effet la famille de Saxe utilise les arts pour compter parmi les grandes familles européennes et d’autant plus après leur accession à la couronne de Pologne. Cet article donne de nouvelles pistes de réflexion sur le rapport aux arts pour les enfants du roi Auguste III.

Éducation artistique

L’éducation des princes de Saxe se fait aussi par la connaissance des arts. Très tôt, ils apprennent le dessin surtout militaire et architectural. Il existe un ensemble de livre sur les principes de d’architecture signé par les deux princes Xavier et Charles 1. Ces textes montrent la façon dont les jeunes princes sont éduqués : les textes sont complétés par des dessins qui pourraient être de la main des princes. Ce qui veut dire qu’ils maîtrisaient avec le dessin, la géométrie et des mathématiques.

Dessin de Charles de Saxe, Suites des principes d’architecture, SLUB online.

Leurs maitres ont la tâche d’en faire des princes ayant les facultés militaires de commander les armées. Leur père peut aussi avoir mis à leur service les peintres de cour comme la famille de Louis de Silvestre ou encore Pietro Rotari. Le prince Xavier reste attaché à cette famille en gardant à son service un secrétaire Louis de Silvestre, petit fils ou petit neveu du peintre Louis de Silvestre.

Le prince Albert en artiste

Pietro Rotari, Portrait d’Albert de Saxe, SKD online.

Mais un des princes semble avoir été plus assidu dans cet apprentissage du dessin. Le prince Albert de Saxe est davantage connu comme mécène et créateur du musée Albertina à Vienne que comme artiste. Mais des dessins, tableaux et lettres nous en apprennent davantage sur ses talents. Un portrait de 1755 le montre avec un dessin de forteresse et des outils de cartographes. Le plus ancien dessin de sa main est un paysage architecturé de 1758 qui montre plusieurs maladresses. Sa technique s’est perfectionné avec le temps.

Albert de Saxe, Temple, Albertina online.

Plusieurs lettres de sa correspondance montre qu’il s’adonne au dessin et à la peinture régulièrement pour parfaire son art. C’est la rencontre avec la jeune archiduchesse Marie-Christine (qu’il épousera en 1766) qui l’amène a s’améliorer. La jeune femme avait été initié au dessin très tôt par le peintre Martin van Meytens. Mais contrairement au prince Albert, elle ne dessine jamais par elle même et ne fait que copier des modèles trouvés dans les estampes. Elle a laissé une centaine de dessin de sa main. Elle a acquis ainsi une certaine technique comme on peut le voir dans un portrait qu’elle réalise en 1765.

Marie-Christine archiduchesse d’Autriche, Autoportrait, Wiki common.

Le prince Albert charge le 20 mars 1765 son frère aîné Xavier de lui trouver quelques «  belles estampes de tableaux historiques, dont je vous aurai bien de l’obligation. Pour mon portrait, je ne puis pas vous l’envoyer encore, puisqu’il faudrait le rouler ce qui lui ferait peut être du tort et j’attendrais pour cela le départ de la diligence. Mr de Posels pourra vous dire en attendant comme il l’a trouvé »2.

Albert de Saxe, Montagne du Tyrol, Albertina online.

Depuis Vienne, il explique dans une autre lettre que « pour ce qui regarde les estampes que je vous ai demandées, j’entends par estampes historiques, tout ce qui n’est pas paysage, architecture, ou pièce flamande, mais en figure, puisque je m’amuse à copier de ces sortes de tableaux, surtout qu’ils sont de bons maîtres et il est rare d’en trouver de bonne ici. Vous pourrez donc envoyer un rouleau, et il est indifférent de quel sujet qu’elles traitent, ou de quels maîtres elles soient, pourvu que ce soit des pièces choisies »3. Le prince Albert montre ainsi que le marché de Vienne ou Presbourg ne permet pas d’acquérir des gravures de qualités. Il s’adresse à son frère en Saxe qui peut avoir accès aux gravures réalisés par des grands noms d’artistes graveurs comme le peintre Bernardo Bellotto ou Charles-François Hutin, les graveurs Joseph Wagner, Martin Engelbrecht ou Johan Balthasar Probst. Il a pu lui envoyer le Recueil d’Estampes d’après les plus célèbres Tableaux de la Galerie Royale de Dresde réalisé en 1753.

Albert de Saxe, Jacob et Rachel, Albertina online.

En 1766, il se marie avec l’archiduchesse Marie-Christine fille préférée de l’impératrice d’Autriche qui la met à la tête d’une fortune considérable. Son époux est nommé gouverneur de la Hongrie et réside à Presbourg (Bratislava). La même année, elle lui offre un album de gravure. Après son premier dessin de 1758, il réalise les montagnes du Tyrol et plusieurs soldats et officiers autrichiens. Il délaisse petit à petit les inventions pour se mettre à la copie. Il existe ainsi de 1766 une copie d’une gravure de Jacob et Rachel qui se trouve dans le Recueil d’estampes de la galerie de Dresde. Son style semble devenir plus abouti.

Charles-François Hutin et Wagner, Gravure de Jacob et Rachel d’aprés Luca Giordano, coll. part.

En 1774, il charge l’ambassadeur autrichien à Rome de commencer à lui fournir des gravures. En 1776, le couple Albert et l’archiduchesse Marie-Chistine de Saxe-Teschen entreprennent un voyage en Italie. Le 4 juillet 1776 ambassadeur comte Durazzo leur offre plus d’un millier de gravures qui sont à la base d ece qui va devenir le musée Albertina. Nous pouvons ainsi mettre les lettres de 1765 à son frère autant dans une volonté d’Albert de parfaire sa main que de celle de commencer sa collection d’œuvres d’art : à sa mort les collections comptent 14 000 dessins et 200 000 estampes.

Albert de Saxe d’après Schenau, Portrait de la comtesse Miltiz, Albertina online.

Par la suite, le prince a dessiné une scène de genre d’après Schenau. Il réalise ainsi des tableaux religieux, mythologiques et historiques, des paysages ou encore des scènes de genres. Connaisseur et mécène, il connaît aussi les rudiments de la pratique de l’art. Il focalise son apprentissage sur le corps humain plutôt que sur l’architecture qu’il a appris dans sa jeunesse. Après la construction de son château de Laeken en 1782, le prince se met à réaliser de nombreux de projet d’architecture pour son château et son parc.

Albert de Saxe, Coupe du Salon et de l’ Orangerie, Albertina online.

Mais un dessin préparatoire à une gravure de 1778 se démarque par son aboutissement : Ulysse enlevant le fils d’Andromaque d’après Mattia Preti. La gravure de Jakob Schmutzer montre que le prince connait parfaitement le dessin des corps. Il réussi à rendre complètement la puissance de la composition de cette scène de l’artiste italien du XVIIe siècle.

Jacob Matthias Schmutzer, Gravure d’après un dessin d’Albert de Saxe, Ulysse enlevant le fils d’Andromaque, Albertina online.

Discussion artistique entre les princes

En 1781, les princes Xavier et Albert se rencontrent à Coblence chez leur frère Clément, électeur de Trèves. Ensuite, en 1786, le prince Albert de Saxe-Teschen et son épouse l’archiduchesse Marie-Christine rendent visite en France au prince Xavier de Saxe et à la famille royale. C’est à ce moment que le prince Clément achète le Bélisaire demandant l’aumône de Jacques Louis David présenté au salon en 1781. L’archevêque de Trêves finissant son palais de Coblence le fait accrocher dans ses nouveaux intérieurs.

Jacques-Louis David, Bélisaire demandant l’aumône, Wiki common.

En ont-ils discuté entre eux ? Il est plausible de voir que les frères ont discuté de l’actualité artistique à Paris. Le retour de David en 1779 de Rome puis l’exposition du tableau en 1781 ont marqué les esprits. L’archevêque aurait par l’intermédiaire de son frère Albert ou Xavier acheté le tableau pour 2000 écus en octobre 1786. Le prince Albert peut l’admirer lors de sa venue en mars 1786 à Coblence. A moins que ce soit lui qui l’ait apporté après son voyage à Paris durant le printemps 1786? Le prince Clément emménage dans sa nouvelle résidence fin novembre mais ne dit mot sur le tableau ou les aménagements qu’il réalise. Ainsi les questions artistiques sont peu présentes dans leur correspondance, mais un sujet revient très souvent : celui des portraits et de leurs échanges respectifs.

Johann Peter Pichler, Portrait du prince Albert de Saxe-Teschen, Albertina online.

C’est un fait commun que de posséder les portraits de famille et de se les échanger. Les frères et sœurs de la famille de Saxe accrochent des portraits dans leurs intérieurs : c’est la marque de l’appartenance à une dynastie royale européenne. Les portraits des parents sont importants à la fois par le lien familial, mais aussi par le pouvoir qu’ils ont transmis à leurs héritiers.

Marcello Baciarelli, Portrait du prince Alber de Saxe-Teschen, Muzeum Narodowe w Warszawie.

En 1764, le prince Albert écrit qu’il fait faire un portrait par Marcello Bacciarelli qu’il compte au prince administrateur qui le réclame4. Il veut par là montrer son affection au prince Xavier et ce dernier montrer sa parenté avec l’Autriche. C’est aussi pour les deux frères une marque d’attachement profond et d’amitié. En 1765, c’est son frère Clément qui réclame un portrait et compte en envoyer en retour. Il le fait réaliser par Georges Desmarées.

Georges Desmarées, Portrait du prince Clément, Art net.

Je vous enverrai aussi dès que je serai à Freising la mesure pour le vôtre que je vous prie de faire copier d’après Latour puisque vous m’assurez qu’il est plus que ressemblant5.

Ainsi nus comprenons que le prince Xavier apprécie particulièrement son portrait par Maurice Quentin Delatour qu’il fait copier de nombreuses fois. Ce portrait est perdu, il ne reste qu’une étude d’atelier.

Maurice Quentin Delatour, Portrait du prince Xavier, Wiki common.

Le 30 novembre 1786, le prince Clément envoie à son frère une gravure le représentant fidèlement car « cela vous rappellera un frère qui vous aime et embrasse de tout son cœur ».

Carl Heinrich Brandt, Portrait du prince Clément, Herzog Anton Ulrich-Museum,Virtuelles Kupferstichkabinett .

Nous ne savons pas quelle gravure il envoie exactement mais elle marque son lien fraternel. Une gravure semble être de qualité dans les nombreuses réalisées. Elle est réalisé par Carl Heinrich Brandt d’apèrs un tableau qu’il a lui même réalise et gravée par Egid Verhelst. Le prince Albert est auréolé de gloire: en 1763 il est évêque de Ratisbonne puis en 1768 archevêque d’Augsbourg et prince électeur de Trêves. Le portrait de Desmarées ne rend pas bien compte de tous les titres. Le portrait de Brandt montre un prince au sommet de sa carrière. De plus, la date de 1786 est importante car il vient de terminer les travaux de sa nouvelle résidence à Coblence.

Coblence, Deutsche Fotothek.

C’est ainsi lui-même qu’il met en avant lors de cet évènement et non le château. Il écrit ainsi dans la lettre qui accompagne la gravure :

Me voilà depuis plus de huit jours établi dans ma nouvelle résidence laquelle a mieux réussi que je ne m’y étais moi-même attendu. Le 23 qui a été le jour de mon installation il y eut un concours d’étrangers prodigieux et mon cher voisin collègue de Bonn, m’a fait le plaisir d’y venir assister 6 .

Les princes font faire des portraits qui sont plus ou moins bien réussi. Ils en ont conscience. C’est à la fois une question de prestige mais aussi une question de coût. Un portrait prestigieux doit montrer tout les attributs du pouvoir. Ce n’est pas forcément celui qui est le plus abouti et ressemblant qui montre au mieux la dignité du personnage. Le prince Xavier est attaché au portrait par Latour puisque c’est sa soeur la dauphine qui l’avait fait réaliser. C’est la matrice de tous les portraits du prince pendant une dizaine d’année.

Anton Graff, Portrait du prince Xavier, Troyes.

Le prince fait copier la tête du portrait de Latour en se mettant en scène en armure. C’est le portrait de la période de sa Régence de la Saxe. Mais le prince n’est pas toujours satisfait du résultat. En 1772, le prince est mécontent de « deux grands [tableaux] de Graf [sic] » qui sont des portraits à peine ressemblants 7. En 1778, il qualifie, son portrait commandé à Paris pour l’envoyer à sa sœur Christine qui le réclame, de « fichu vieux portrait »8. Nous ne savons pas quel était l’auteur de ce portrait mais le prince délaisse le portrait peint pour se tourner vers la gravure.

La gravure de Canale

A partir des années 1770, seule la gravure de Giuseppe Canale d’après un dessin de Giovanni Battista Casanova semble correspondre à l’image que le prince Xavier se fait de lui-même et qu’il veut diffuser. Le 31 décembre 1775, il en demande un nouveau tirage à partir d’une plaque usée qu’il a fait réparer et « rétabli dans son premier état »9. Cette demande survient quelques mois après son achat de Pont, et elle est importante au regard du prince, car elle se situe à un moment clef. Le prince a acheté un château de renom et des terres importantes en France, avec un important emprunt aux banquiers à Gênes autorisé par une lettre patente signée par le roi le 30 avril 177510. Cette gravure est donc pour lui un objet de diffusion de son image, auprès de personnages qui lui sont attachés, ou bien qui ont joué, à ses yeux, un rôle important dans sa vie. Il en diffuse de très nombreux exemplaires.

Giuseppe Canale, Le prince Xavier en Administrateur, Herzog Anton Ulrich-Museum, Virtuelles Kupferstichkabinett.

En janvier 1779, il écrit à sa sœur Élisabeth de « faire l’emplette des gravures de [son] portrait de Canale »11. Cette date doit être mise en rapport avec les discussions, en 1780, sur la publication de son mariage dans l’Almanach royal12. Ainsi il a voulu promouvoir son portrait à la cour lors des tractations pour faire reconnaître, dès 1777, ses enfants à la cour de France.

Conclusion

Sur ses tableaux, le prince est toujours représenté seul. Son épouse et ses enfants ne sont jamais peints avec lui13. Son épouse est pendant longtemps illégitime. Il ne peut la mettre en avant, comme le fait son frère Albert avec son épouse archiduchesse d’Autriche. Le couple tient une place importante dans le sujet du tableau Erzherzogin Marie Christine und Herzog Albert von Sachsen Teschen präsentieren der Familie Bilder von den Verwandten in Italien.

Heinrich Friedrich Füger, Erzherzogin Marie Christine und Herzog Albert von Sachsen Teschen präsentieren der Familie Bilder von den Verwandten in Italien Wien.

Le tableau réalisé en 1776 par Friedrich Heinrich Füger montre l’archiduchesse après son retour de voyage en Italie en train de montrer des gravures qu’elle a achetées à l’impératrice entourée de ses frères et sœurs. Ce tableau montre deux pratiques des princes: la diffusion des portraits et la collection des arts. L’autopromotion entrait dans les pratiques des princes à travers l’Europe. Les échanges des portraits se voient bien dans correspondance des princes de Saxe. La pratique des arts était toutefois moins systématique mais néanmoins non négligeable

Pour aller plus loin

Benedikt (Christian) et Schröder (Klaus Albrecht), Die Gründung der Albertina Herzog Albert und seine Zeit , catalogue, 2014.

Kulcsár (Krisztina), “Ha főurak útra keltek… 18. századi főúri utazástípusok Albert szász-tescheni herceg és Mária Krisztina főhercegnő közös utazásai alapján“AETAS-Történettudományi folyóirat, p.20-36.

Morniche (Pascal), Devenir prince, CNRS, 2015.

Notes

1.Dresden, Sächsische Landesbibliothek – Staats- und Universitätsbibliothek Dresden,SLUB/HS Mscr.Dresd.C.39,I ; SLUB/HS Mscr.Dresd.C.39,II ; SLUB/HS Mscr.Dresd.C.39,III. 2Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 20 mars 1765. 3Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre du prince Albert à Xavier, 7 avril 1765. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1489, lettre d’Albert à Xavier, du 16 juin au 12 juin 1765. 5.Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1492, lettre du prince Clément au prince Xavier, 4 septembre 1765.  6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1494, lettre du prince Clément à son frère le prince Xavier, 30 novembre 1786. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1432, lettre du prince Xavier à Sayffert, 17 août 1772. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1448, lettre du prince Xavier à sa sœur Christine, 18 novembre 1778. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, le prince Xavier à Joseph Canale, 31 décembre 1775. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2175, lettre patente, 30 avril 1775. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1520, lettre de la princesse Elisabeth au prince Xavier, 19 janvier 1779. 12. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe,EE 1440 lettre du prince Xavier à Pomiés, 17 novembre 1780 13. Il existe plusieurs tableaux de son épouse qui sont soit perdus soit dans des collections privées. Les portraits de ses enfants se trouvent au musée de Troyes.

“Ukraine” in the titulature of the engravings of the kings of Poland in the XVIIᵉ century

Introduction 

 The name “Ukraine” was then used more often in the sense in which the Old Russian word “outskirts” appears in written sources from the twelfth century, when it was about various border territories. And the word “Ukrainian”, judging also on the basis of archival documents, originally meant border service people who ensured the protection of external borders.

Vladimir Poutine, “On the Historical Unity of Russians and Ukrainians”, 12 july2021

For Putin the word “Ukraine” has only a geographical meaning and no meaning to designate a nation and a state. In his eyes, they are recent Western constructions against Russia and Orthodoxy.

However, this word has had a political and national meaning since the 17th century. Bogdan Khmelnitsky’s engravings describe him as “Duke of the Nation (People) of Ukraine” and King of Poland John III Sobieski calls himself as “Grand Duke of Ukraine”. We need to come back to the emergence of the term and its connection to the complex policy implemented by the King of Poland on the Cossacks in Ukraine.

Geographical and ethnological description of Ukraine

First, the term “Ukraine” designates, for geographers, a region and a people. The term “Ukraina”, which appeared in the 12th century, would be translated “in the country” or “the land of the people” or even the “principality” of the Rus’ of Kyiv. Russian historians and then Putin have put forward that this term, translated into Russian “okraïna”, designates the “periphery” or the “border” of the empire, Poland-Lithuania or Kyiv. The term “Ukraine” appears in French under the Pen of Guillaume le Vasseur de Beauplan who is a spectator of the events that take place in the middle of the 17th century.

Guillaume de Beauplan, Carte de l’Ukraine, 1648, Wiki Common (détail).

The geographer served from 1631 for the King of Poland, notably in Podolia, Volhynia and on the lands of the Cossacks along the Dnieper. He campaigned for the Grand Hetman of the Crown and Polish Senator Stanisław Koniecpolski. He travels to Sea of ​​Azov and Crimea. For him, the term can be changed by “wild fields”. He is repeateting the imperial view of Poland who wants since the sejm of 1590 to take Ukraine as all country.

In 1648, he gave a first map of Ukraine. Then he wrote Description d’Ukraine qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne en 1660. This map was improved at the beginning of the 18th century by Guillaume Delisle, a pupil of the Cassinis. The term is adopted and included in geography books and dictionaries. Ukraine seems to regroup two palatinates (voivodies) of Lesser Poland: Kiyv and Bratslav. It is therefore located in the south-east of the Kingdom of Poland after the palatinates of Ruthenia, Podolia and Volhynia. It is thus truly at the creation of the hetmanate that the term “Ukraine” associated with “land of the Cossacks” designates a people, a territory and a social and political organization.

Jean-Baptiste Audiffet, La géographie ancienne, moderne et historique, 1689, tome 1er, p.365.

Secondly, it is thus also a diverse, poorly known people that is described. The success of Beauplan’s texts and maps made the term “Ukrainian land of the Cossacks” popular. In his Description d’Ukranie of 1660, he gives the image of a Cossack nation different from the Poles and Russians.

Guillaume le Vasseur Beauplan, Description d’Ukranie, 1660, p.4

Subsequently, the Description historique de l’Empire russien by Philipp Johann von Strahlenberg from 1757 explains that the word Ukraine is less and less used .

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.270-271.

During the 18th century, the Russian Empire, which conquered most of the Ukrainian territories, set up a policy of Russification which also involved changing terminology, as can be seen in dictionnaire de géographie or Les fastes de la Pologne et de la Russie . Despite everything, the term, still remembered, became during the 19th century that of a nation and then of a country.

André Guillaume Contant d’Orville, Les fastes de la Pologne et de la Russie, Paris, Costard, 1769, Volume 2, p.16

 

Union of Lublin: Sigismund II Augustus, King of Poland and Grand Duke of Lithuania and Russia

In 1569, the Kingdom of Poland and the Grand Duchy of Lithuania decided to unite definitively in the face of the threat from the Muscovites and the Ottomans. From this date a single king is at the head of the entity of the Republic of the Two Nations without anything being able to separate them as under the Jagiellons Jean Albert and Alexandre in the 15th century. He is elected by the grand sejm.

Abraham Hogenberg, König Sigismund III. von Polen, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

On an engraving of Sigismund II Augustus, the titulature is “King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Russia, Prussia, Mazovia, Samogia, Livonia, Severia etc”. The list of titles is completed by a series of about forty coats of arms. This title seems to become exemplary for the kings of Poland.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.263.

The term “Russia” is used in the title and not “Ukraine”. This term refers to “Ruthenia” or “Kyiv Rus'”. Princes from the region of Moscow and Vladimir created a new kingdom and took the title of “Tsar of Muscovy” to attach themselves to Byzantium and Orthodoxy. The two terms Ruthenia/Kyiv Rus’/Duchy of Russia and Muscovy/Kingdom of Russia which are found on the different engravings should therefore not be confused.

Ivan IV, tsar de Russie, XVI-XVIIe s., Wiki Common.

The tsar wants to be the continuator of the orthodox Byzantine empire as well as that of the former Rus’ principality of Kyiv by taking the title of emperor of all the Rus’. This is a message to the ruler of Lithuania and Poland. In 1558, the Patriarch of Constantinople recognized the titles of Tsar Ivan IV while the princes of the west refused him this recognition. He remained only “Grand Duke of Moscow” until the 18th century.

Henri de Valois king of France and Poland

Prince Henri de Valois was elected to the throne of Poland in 1573 but on the death of his older brother in 1574, he became king of France. The two titles are put on the engravings but the crown of France is put first since it is more prestigious.

 

Etienne Batory

Prince Stepan Batory of Transylvania was elected to the crown of Poland in 1576. He married Anne Jagellon, daughter of Sigismund I and sister of King Sigismund II August. From then on he used the title: “By the grace of God, King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Russia, Prussia, Mazovia, Samogia, Kiwonia, Volhynia, Podlachia and Prince of Transylvania” as can be seen on a document from 1579.

[List do Iwana Groźnego], 1579, Archiwum Morstinów(détail).

The titles are reminiscent of those of Sigismund II Augustus of House Jagiellon. On the engravings, the character has few titles highlighting his status as “King of Poland” and “Grand Duke of Lithuania” which are the most important titles. He also has the title of “Duke of Russia”.

Wladyslaw IV and John Casimir Vasa: King of Poland and Sweden

Sigismond III Vasa is king of Poland in 1587 then king of Sweden in 1592. In 1610 Ladislas IV his son is designated tsar by the victory of Stanisław Żółkiewski who takes Moscow. He was then king of Poland from 1632. In 1648 John II Casimir Vasa his brother succeeded him. In 1607, his cousin Charles was crowned king of Sweden after years of civil war.

Egidius Sadeler, Portret van Sigismund III, koning van Polen, 1597 – 1629, Amsterdam, RijksMuseum.

According to an engraving his title is “Wladyslaw IV, King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Ruthenia, Prussia, Masovia, Samogitia, Livonia, and also Hereditary King of the Swedes, Goths and Vandals, elected Grand Duke of Muscovy”.



Georg Förster et Jeremias Falck, Wladislaus IV., König von Polen,, 1630-1677, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum

The Vasa branch of Poland will always claim the throne of Sweden which in their eyes has been usurped. But this title is not claimed later by the kings of Poland who succeed them.

Johann Wyd Hoffman, Ioannes Casimirus Dei Gracia [!] Rex Poloniae ac Svecia [!] &., Warszawa, Biblioteka Narodowa

Hetmanate and Grand Duchy of Ruthenia

In 1648, the Cossacks led by the hetman Bohdan Khmelnitsky revolted against the king of Poland, this conflict which opens is seen by some as a “war of liberation”. On December 27, 1648 the hetman was crowned by the Patriarch of Jerusalem in Kyiv. But defeated in 1649, King John II Casimir Vasa signed the Treaty of Zboriv and recognized the hetman as the sole leader of the Cossacks, thus creating a new territorial and political entity called the hetmanate.

But the conflict continues because of the opposition of the Polish Catholic primates to recognize the privileges given to the Orthodox. In 1653, the Tsar decided to go to war and support the Cossacks against Poland. The assembly gathered in Moscow decides that the “Cossack land” comes under the protection of Russia because of the unification of Orthodox Christians under the aegis of the Church of Moscow. The assembly of Pereïaslav in 1654 with the envoys of the Cossacks ratifies the decision by a treaty (now lost). On January 8, 1654 the hetman sent a letter to the tsar “sovereign of great and small Russia” which was included in the title from February 1654. For Russia it was a founding act of “reunification of the Rus’ “under the aegis of the ‘Orthodox Church. In 1655 the Tsar added “White Russia” to his titles.

Tabula nova totius REGNI POLONIÆ. 
in quo sunt Ducatus et Provinciae Prussia, Cujavia, Mazovia, Russia Nigra, & c. 
DUCATUS LITHUANIA, UKRANIA, etc,
1679 (détail), Andriy Baitsar.

The war rages in Poland-Lithuania known as the “Deluge (Potop)”. Batoh’s defeat against the Cossacks in 1652 marked the beginning of this period when the Polish army was destroyed. Sweden and Russia invade the territory of the Republic. In 1657, Bohdan Khmelnitsky died and the question of Cossack status remained unresolved. The hetmanate is agitated by a period of division and internal conflicts called “ruin” by historiography. In 1658 his successor the hetman Ivan Vyhovsky signed the Treaty of Hadiach which established a new entity, the “Grand Duchy of Ruthenia” or “Grand Principality of the Rus'”. This text was complicated to put in place seeing both the opposition of some of the Cossacks wanting to continue the Orthodox rapprochement with Russia and that of the Polish and Lithuanian Catholic nobles seeing the arrival of potential rivals of the hetmanate. The hetman becomes prince of the kingdom but his diplomatic prerogatives disappear. Religious tensions increase for fear of Polish domination over the Orthodox. The Ukrainian peasant population sees in it a guarantee of noble privileges. A revolt is born. The Polish defeats against the Russians only amplified the opposition to the treaty which was very quickly forgotten.

In 1660, peace treaty was signed with Sweden in Oliva. Russia continues to support the Cossack revolt but the Polish army enters the territory of the Cossacks on the left bank of the Dnieper under Russian domination since the Treaty of Pereïaslav of 1654.


Abraham van Westerfeld, Vue de la cathédrale de Sophie de Kyiv, 1651, Wiki Wand.

Negotiations open when neither of the two belligerents manages to gain the upper hand over the other. During the Treaty of Androussovo in 1667, Belarus and western Ukraine (region of Kiyv, Volhynia, Podolia and Galicia) returned to Poland but the cities of Smolensk, Chernihiv and Kyiv remained under the control of the tsar. The treaty proposes to return Kyiv two years after signing. The Orthodox clergy fiercely opposed it and the city was never returned. From then on the hetmanate or “Cossack land” was separated into three: the Right Bank under the protection of the King of Poland, the Left Bank under the protection of the Tsar since the Treaty of Slobodyshche of 1660, and the very largely independent Sich Zaporogue until its destruction by the Tsar in 1709.

Ukraine, a “lost land” to be reconquered

In 1668, the hetman Petro Doroshenko placed himself under the protection of the Muslim Empire. In 1669 General Michał Wiśniowiecki was elected King of Poland in a period of trouble. The same year Jan Sobieski, a brilliant Polish general, became grand hetman of the crown.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

In 1674, when Jean Sobieski ascended the throne, war raged with the Ottoman Empire. In 1675, the King of Poland proposed to the Cossack colonel Ostap Gogol to become hetman of the right bank. In 1676 the king became the protector of the Cossacks of the right bank. He is sacred in Krakow and invites the hetman to the ceremony of February 2, 1676. He appoints many hetmans in a policy of regaining control of this area with a view to reconquering “Lost Ukraine and Podolia” as well as the city of Kyiv considered a Polish “hereditary” land according to historian Taras Chukhlib.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa (détail)

The engraving of his triumphal entry into Krakow in 1675 is made from a drawing by Francesco Gratta the Younger. This military march shows several allegorical figures, ancient and modern, passing under a temple of virtue. The king is in Roman costume on a horse and leads the troop towards the queen on a balcony. It is preceded by three figures in the center joining hands, they are from right to left the allegory of Poland, Lithuania and Ukraine. The King of Poland also had many engravings made on his victories over the Ottomans as Grand Hetman of the Crown. About this region, he is in competition with the tsar. This area is very important to guarantee his kingdom from Tatar or Ottoman invasions. He knows that “he who has the Cossacks keeps the Ukraine” (Taras Chukhlib p.277) as he had remarked then Grand Hetman of the Crown.

I have to admit it’s a corpse disgusting, not Ukraine, because it’s probably not the one they took from their ancestors.Who died there, if not the Rus’ people? What burned down if not the glorious city (Kyiv)? Where did the smoke go, if not on the churches and the houses of God? Whose graves and graves were swept away, if not your parents or your children, lost for nothing? To whom was the desert left, if not driven like cattle to the captivity of Christian souls?

Universel du roi Sobieski en 1675

We see in this text that the king recognizes the Cossacks’ right to live in Ukraine, which belongs to them. They are the ones who die in wars and no one else. He recognizes a certain freedom of worship in them and forgives them their former betrayals. This policy should also make it possible to better fight the Ottomans and reconquer Podolia. In 1675, the king decided to ally himself with the tsar against the Ottomans. The stake was of great importance since they themselves had tried to unify the Cossacks under the aegis of Youri son of the great Khmelnitsky named between 1677 and 1678, as “prince of Little Russia”, “Dux Cosacorum” or ” Dux in Ukraine”. He “did not use the title of Prince Sarmatiae” to please the one he described as “My clearest and strongest king of Poland!” After attempts with the Ottomans, the king of Poland approaches the hetman and promises to keep his titles if he joins him in exchange the Ukraine would regain its status of the treaty of 1658 and that the Orthodox faith would not be threatened there but this attempt remains a letter dead.


Jean-Baptiste Bonacina, Giorgio Chimilinschi, 1670, Coll. particuliere.

An engraving from the end of the 17th century presents him as a simple “General of the Cossacks”. The titles given by the Ottomans were never greeted by military victories, they were not remembered. In 1683 a large Cossack assembly of the right bank recognized the suzerainty of the king of Poland as “as father and pastor”, according to the letter they sent to the king on July 23, 1683. They agreed to go to war against the Ottomans in the south. On August 24, 1683, the king appointed Stefan Kunitsky as hetman, giving him a necklace, a mace and a seal with “the ancient arms of Ukraine” (the armed Cossack). He is described in several gazettes as “General of the Cossacks” as in the engraving by Yuri Khmelnitsky. He conquered all of Wallachia, Podolia and the land of the Tatars.

Charles de La Haye, Ioannes III D.G. Rex Poloniarum […], 1692, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

The king is victorious with his troops and the cossacks against the Ottomans in front of Vienna in 1683. In 1685, the sejm of the king of Poland recognizes “all the cossacks of the sich and the Ukrainians under the orders of Kunitsy, the right to to settle in Ukraine, and that they will be given back their former freedoms and privileges”. The king offers them protection if they recognize that they are subjects of the Republic. The king thus offers them a form of autonomy through a constitution and in exchange he can create troops in a period of financial crisis.

Leone Franco, Andriy Mohyla, 1649, Wiki Common.

The policy of the king is rewarded with success, the troops (approximately 3000 Cossacks) of Mohyla are effective and make it possible to reconquer the Ottoman zones. The hetman signed several documents “Andriy Mohyla Hetman of S.A.R. – Army of Zaporozhe”. But the tsar in 1688 sent a letter to the king demanding that the use of this title be stopped.

Recueil. Portraits d’Alexis-Michaelowitz, XVIIe s., Paris, BnF Gallica.

The policy of the king is rewarded with success, the troops (approximately 3000 Cossacks) of Mohyla are effective and make it possible to reconquer the Ottoman zones. The hetman signed several documents “”Andriy Mohyla Hetman of S.A.R. – Army of Zaporozhe”. But the tsar in 1688 sent a letter to the king demanding that the use of this title be stopped.

Jan III Sobieski: Duke of Ukraine or Duke of Russia?



Jeremias, Winckler, Jan III., König von Polen, Herzog 1670-1690, Brunswick, Anton Ulrich-Museum.

The documents issued in the name of King Jan III Sobieski use the titulature introduced by Sigismund, but new features appear.

Tiltle of Sobieski, 1676, Archives departementales de l’Aube.

The term “Ukraine” appears under King Jan III Sobieski abandoning the term “Russia” or “Ruthenia”. Several engravings have the following title “King of Poland, Grand Duke of Lithuania, Ukraine”. The engraving in honor of his 1676 coronation uses this term. It represents the approach of the King of Poland to Wawel Castle, before which allegorically, in the form of dancers, represent Poland, Lithuania and Ukraine. In both versions of the engraving, the signature in French or in Latin is with the term “Grand Duke of Lithuania, Ukraine”.

Romeyn de Hooghe, Krönung Johann III von Polen, 1675, Herzog Anton Ulrich-Museum (détail)

The term “Ukraine” also appears on two engravings of portraits of the king and queen from a series by United Provinces designer Nicolaes II Visscher engraved by Pieter Stevens. In 1679, he produced a map of the Kingdom of Poland with the Grand Duchy of Lithuania and Ukraine. The three entities are in capital letters. The king wants to stand out from his predecessors. It is also a sign of good will towards the “tsar of all the Russias” in a policy of rapprochement and peace.

On important engravings like that of his coronation, it is the term Ukraine that the king decides to put forward. He wants to follow in the footsteps of the famous hetman Bogdan Khmelnitsky as the protector of Ukrainians.

Competition with Hetman Bogdan Khmelnitsky

An engraving of the hetman shows that he bore the title “Commander-in-Chief of the Army of Zaporovia, Initiator of the Peasants’ Rebellion, Cossack Insurgents and the ‘dux’ of the people of Ukraine”. The word leader in Latin “dux” having given the word duke, so it can also be translated as “duke of the Ukrainian people” which would be closer to the title of the king “grand duke of Lithuania and Ukraine”. The “dux” refers in ancient Rome to the commander of the troops or warlord. The engraving made by Guillaume Hondius of the hetman opposes the title of the king by showing that the title comes to him from the people and not from an election of nobility. When he entered Kyiv in 1648, the Orthodox Metropolitan of the city Sylvester and the Patriarch of Jerusalem Paised I welcomed him as “prince (princeps)”. This engraving is the work of an artist from the court of Poland, would he have met the hetman in talks with the republic?


Willem Hondius, Bohdan Chmielnicki, 1651, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum

This image of the hetman becomes canonical and is found in many icons. She obtained great popularity after Poltava as a foil to that of Mazepa accused of treachery by the Tsar. But this image was commissioned by King John Casmir Vasa as a sign of rapprochement with the hetman. The latter had been defeated during the battle of Bila Tserkva which allows the king to sign a favorable agreement with reduction of the Cossacks and territorial gain in his favor. The hetman then attempted a rapprochement with Poland by agreeing to pacify the palatinate of Kyiv.


Willem Hondius, Ioannes Casimirus Dei Gratia Rex Poloniae, 1648, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

King Sobieski takes as a model both the images of these predecessors and that of the hetman. He is shown 3/4 as a warrior on the engravings with the title “Duke of Ukraine”. It uses the title both to recall the engraving of the hetman and to show the possibility for the Cossacks to return to the agreements of 1658. The engravings are written in Latin allowing distribution to the elites of Ukraine.

Gloryfikacja Jana Sobieskiego na tle bitwy pod Chocimiem w 1673, ryc. Romeyna de Hooghe, 1674, Biblioteka Narodowa

In 1684, he knows that the Cossacks are “for the Republic the most dangerous poison and at the same time its most powerful shield”. In 1652, his older brother Marek Sobieski, starost of Krasnystaw, had been captured after the defeat at Batoh and beheaded with the remains of the Polish army (thousands of dead were counted). Despite the disastrous memories of relations with the Cossacks, the king knew that he could not create a new policy for the Republic without them. Since 1676, he even imagined, starting from the Ukraine (he was born in Olesko, in the Palatinate of Ruthenia, which makes him say that he loves the Cossacks “since childhood”) and the Cossacks, making hereditary the crown. By numerous engravings, he recalls his victories against the Ottomans at the battle of Khotin or Lviv where the Cossacks did not play a negligible role.

 

A great campaign of propaganda by the engravings proposes to assert its rights on Ukraine and the Cossacks in the eyes of the European powers. In this logic it highlights its image with a clear text in Latin.


Nicolaes Visscher II et Pieter, Stevens, Jan III, König von Polen vers 1669-1702, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

A caricatural image of the hetman is made after 1651 without it being possible to know if it is King Jan Kasimir Vasa or Jan Sobieski who is responsible for it. The quality of the work does not allow it to be attributed to Hondius. The term “dux” is replaced by “ductor” or “guide” or “driver” which removes its military value of command. But this engraving is also found with the term “dux”.

The ears refer to the myth of Midas decked out in donkey ears by Apollo after betting on a satyr instead of Apollo in a lyre contest. King Midas out of shame has to put on a cap to hide them. The ears also refer to those of the animal known for its laziness and stupidity. So the caricature brings the hetman out of humanity, and the Cossacks following him are as stupid as a donkey. But it is possible that this caricature predates the reign of King Jan III since his policy was rather in favor of the Cossacks.



Philibbert Bouttats, et Nicolaes Visscher I, Janus III. D.G. Rex Poloniarum Magnus Dux Lithuaniae Ukrainae Etc.,
1688 -1730, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

The king’s policy, although sometimes referred to as “Cossackism”, did not achieve its ends. King Jan III Sobieski failed to find a fair solution to Polish-Ukrainian relations. This relationship deteriorates every year and upon his death only the hetman Mazepa was able to propose a more stable relationship for the Cossacks gathering around him a certain unity of Cossack claims according to historian Tatiana Tairova-Yakovleva.

Conclusion: la succession de Sobieski

Johann Baptiste Homann, Ukrania quae et Terra Cosaccorum cum vicinis Walachiae, Moldoviae, 1720. L’auteur a mis lUkraine en jaune.

With the death of Sobieski the title of duke of Ukraine is lost. Frederic August of Saxony or Stanislas Leszczynski use a title without the term “Ukraine”. The engraving of Augustus II shows him in bowl-capped armour, the model is very close to some of Sobieski’s engravings. Territorial claims on the left bank of the Dnieper are no longer on the agenda of a monarch elected with the help of the tsar.

Although King August II used the Cossacks against the Turks, their help was no longer essential since the king could count on his army from Saxony. Its political rapprochement with Russia is marked by a desire to leave the Cossack troops to the tsar. In 1702, he decided to dismiss the Cossack regiments from the Kiyv region and then ordered the dismantling of the camps on the left bank from 1711.

Anonyme?, Portrait of the Hetman Ivan Mazepa , 1709, Getty Images.

The Ukrainian “Ruin” ends with the arrival of the hetman Mazepa in 1687 at the head of the left bank. Remaining twenty years in power, he managed to unify Ukraine and give autonomy to the hetmanate until the defeat of Poltava and his death in 1709. This is what an engraving recalls which is inscribed “hetman of all ‘Ukraine’ in Latin.

Voltaire, Histoire de Charles XII,1768 , p.154

Further readings

Білецький (Платон Олександрович), Українське мистецтво другої половини XVII-XVIII століть, Київ, Мистецтво, 1981. (Biletsky, Platon Alexandrovitch), Art ukrainien de la seconde moitié des XVII-XVIII siècle)

Чухліб (Тарас), Гетьмани і монархи. Українська держава в міжнародних відносинах 1648 – 1714 рр. – К.: Інститут історії України НАНУ, 2003 (Chukhlib (Taras), Hetmans et monarque. L’Etat ukrainien dans les relations internationales 1648-1714)

Plokhy (Serhii), Tsars & Cossacks – A Study in Iconography, Cambridge, Harvard Papers in Ukrainian Studies, 2002.( Plokhy (Serhii), Tsar et les cosaques. Une étude de l’iconographie)

Таирова-Яковлева (Татьяна), Между Речью Посполитой и Россией. Правобережная Украина в эпоху гайдамаков, Нестор-История, 2020 (Tairova-Yakovleva (Tatyana), Entre la République des Deux-Nations et la Russie. L’Ukraine de la rive droite à l’ère des Haïdamaks)

Widacka (Hanna), Jan III Sobieski w grafice XVII i XVIII wieku, Warszawa, Państ. Wydaw. Naukowe, 1987 (Widacka (Hanna), Jan III Sobieski et son image XVIIe et XVIIIe siècles)

La plantation des routes dans la généralité du Berry au XVIIIe siècle

La route des Lumières

L’arrêt du roi du 3 mai 1720 définit les « grandes routes » c’est à dire celles qui mènent aux côtes, aux frontières ou aux grandes capitales provinciales comme devant être de 60 pieds de large et les « chemins royaux » de 36 pieds1. Alors que Louis Ligier, dans La nouvelle maison rustique, leur donne « soixante-douze pieds de large dans les bois et vingt-quatre pieds ailleurs pour le moins »2. Quand le chemin royal est pavé, on l’accompagne d’un chemin de terre. Ligier poursuit que « dans les grandes routes allants de Paris dans les provinces, les inspecteurs des Ponts et chaussées doivent faire entretenir aux dépends du roi, des fossés de quatre pieds de large sur deux pieds de profondeur, à l’extrémité des chemins de terre qui accompagnent le pavé et lorsqu’il n’y a point de chemins de terre déterminés, on doit faire des fossés à dix-huit pieds de distance de chaque coté du pavé dans les grandes routes et à douze pieds dans les routes moins considérables »3.

Atlas de Trudaine pour la généralité de Bourges.
“N° 302 Nièvre n° 1. Grande route de Paris à Lyon depuis Maltaverne jusqu’à Barbeloup[…]”, Archives nationales

L’intendant du Berry rappelle que « plusieurs arrêts du conseils et notamment ceux des 26 mai 1705 et 17 juin 1721 chargent les propriétaires des héritages, qui aboutissent aux grandes toutes, d’entretenir [en] chaque endroit soit les fossés faits ou qui seront faits à l’avenir », mais il ajoute que « la dépense de la première ouverture n’est point à leur charge »4. Il vient ensuite les chemins de traverses et les chemins vicinaux. Les chemins de traverse sont les chemins reliant les bourgs, les villages, les villes moyennes et petites. Ils dépendent pour la plupart du seigneur du lieu. Ce sont des chemins coupant les axes principaux définis comme route royale. Ils sont souvent mal faits et peu entretenus, mesurant entre seize et huit pieds de large. Ce sont les commerçants et les paysans locaux avec leurs charrettes ou chariots qui les empruntent pour aller de village en village en fonction de la saison agricole et des foires. Mais ces chemins ne permettent pas les grands trajets car ils deviennent parfois impraticables en hiver. Et enfin les « chemins vicinaux » qui sont les chemins privés reliant des sites peu éloignés aux villages. Dans ces sortes de chemins, on peut retrouver les allées et avenues menant aux châteaux.

Vue aérienne de l’avenue de Valençay, coll. part.

Louis Liger, qui a fait un long article sur les chemins5 , préconise la plantation d’arbres le long des chemins car « les routes en seraient plus belles, les chemins moins défaits, les terres mêmes moins exploitées ; on emploierait très utilement un terrain souvent perdu et on aurait toujours, du moins à la longue, de beaux et bon plants dans ce Royaume, où l’on ne saurait avoir ni trop de bois ni trop de fruit »6.

L’alignement vu par les ingénieurs du Berry

Un mémoire écrit pour l’alignement des routes à la sortie de la ville de Gien mentionne que « le but que doivent se proposer les ingénieurs qui sont chargés de tirer les alignements des routes est sans doute : 1°le bien public et celui de l’État en les faisant passer, autant que faire se peut, par la ligne la plus courte et sur le terrain le plus solide, afin de diminuer les travaux, la dépense et de soulager les corvéables ; 2° de faire l’ornement des villes en leur procurant de belles routes hors de leurs enceintes ; 3° de faire trouver aux voyageurs leur agrément et leur sûreté en les traçant dans un pays découvert et élevé ; 4° enfin de diminuer la perte des particuliers en tirant des alignements sur le terrain le moins précieux»7.

Atlas de Trudaine pour la “Généralité de Bourges n° 9. Route de Bourges à Gien, par Argent, Aubigni, Prelly-le-Chêtif, Merry-en-??? et Allogni, depuis Bourges jusqu’à la fin de la généralité peu au-delà d’Argent”, Archives nationales.

On voit ainsi que les routes sont, à la fois par leurs tracés et par leurs plantations, un ornement du territoire autour des villes. Deux critères permettent de leur conférer un caractère ornemental et monumental, tout d’abord leur parcours puis leurs plantations d’arbres. Le tracé rectiligne de la route est un des grands préceptes des ingénieurs mais une fois sur le terrain, les différents acteurs qui entrent en jeu doivent trouver le meilleur tracé. En effet, on peut le voir lors de la création de la route de Bourges à Montluçon par Saint-Amand. Les projets de la route de Bourges à Clermont par Montluçon et Saint-Amand sont vérifiés par l’intendant, sur les lieux avec l’ingénieur.

Atlas de Trudaine pour la généralité de Bourges.
“N° 320. Généralité de Bourges. N° 20. Chemin de Bourges à Saint-Amand passant par Dun-le-Roy, 8 cartes, et 3 feuilles de ponts, Cher”, Archives nationales.

Ils sont d’accord pour « que l’alignement pris sur la droite du coteau qui se trouve en ce lieu doit à tous égard être adopté plutôt que l’autre, [car] son exposition qui est au grand air et au soleil, se trouvant à mi-côte, fait non seulement un fort bel effet, mais encore est très avantageuse pour la beauté et la conservation du chemin, au lieu que de l’autre coté [où] il se trouve dans un fond ou il serait toujours humide et mauvais [car] la montagne formant un rideau qui empercherait de recevoir le soleil »8 .Ce tracé doit être le plus adapté pour proposer aux voyageurs un passage agréable et sûr, mais aussi permettre une meilleur conservation du chemin nouvellement réalisé. Après son implantation, l’ingénieur doit s’intéresser à la plantation d’alignement. Les alignements d’arbres modifient la perception que l’on a de la route.

Les plantations par l’exemple du Berry

Un alignement est un ensemble d’arbres plantés à distance régulière pour souligner un axe de communication tel qu’une route ou un canal. Les arbres permettent de conduire le regard du voyageur au loin. De plus, l’alignement des arbres peut permettre de masquer ou de révéler les points forts du paysage le long de la route. Enfin, l’arbre permet l’ombrage et l’humidité de l’air pour le voyageur. Il répond donc autant à un besoin d’agrément qu’à un besoin utilitaire. On peut ajouter que les fruits et les bois permettent aux riverains qui en jouissent d’avoir un revenu et un moyen de chauffage. Les pépinières royales produisent des essences d’arbres propices à la fois à l’ombrage et à la fois par leur silhouette à souligner les axes. Un état des arbres, pour l’année 1773, des pépinières pour les Ponts et chaussées de la généralité de Bourges, « tant pour les grandes routes que pour différents particuliers, d’après les ordres de Mr. L’intendant », nous renseigne sur les essences utilisable : pour la « pépinière de Bourges : 800 ormes, 209 noyers, 1544 peupliers d’Italie », et pour la « pépinières de La Charité : 483 noyers, 409 sycomores, 400 frênes, 258 peupliers d’Italie et 111 arbres fruitiers. » Mais « on ignore s’il en a été délivré de la pépinière de Châteauroux»9. Pour cette année 1773, il y a donc 4124 arbres pour deux pépinières. Les pépinières avaient en charge d’élever les jeunes arbres et arbustes, de les conserver et de les proposer aux particuliers qui pouvaient les acheter. Les essences étaient variées et les propriétaires les utilisaient régulièrement.

Avenue de Montgeoffroy au XIXe siècle, Geoportail.

Ainsi, à Montgeoffroy, sur un plan de 1775, l’allée principale est composée d’ormes, les deux autres, de peupliers noirs (léards) et de peupliers10. A Argent, l’allée principale fut plantée d’acacias, qui ont été enlevés dans les années 1960 et la route de tilleuls. Les peupliers d’Italie poussent avec une tige munie de branches latérales et d’une flèche verticale. Les ormes ou acacias présentent un tronc droit surmonté de plusieurs branches appelées couronne, seule la taille générale de l’arbre varie. Ils permettent par leur allure élancée ou leur tronc droit de souligner les axes de communications. La plantation plus ou moins rapprochée permet l’ombrage. On ne retrouve ni les tilleuls, ni les acacias dans les pépinières royales, en cela, on peut supposer que l’intendant, qui a lui même des pépinières, fait pousser ses arbres ou que ce sont des plantations postérieures à l’état de 1773. Les particuliers pouvaient se fournir dans les pépinières.

Tilleul argenté, gravure 1801, coll. part.

Ainsi l’intendant explique qu’ « il a été accordé à des particuliers pour les planter où ils ont jugé à propos. Il paraît que le désir d’exciter à cet égard l’émulation dans cette province, fit le principe de l’institution des pépinières qui y sont établies. Priez que dans l’origine, on accordait même des gratifications aux cultivateurs qui par leur zêle et leur intelligence parviennent à former les plus belles plantation. Et je croirais manquer à la justice et à l’objet même de l’établissement si je leur refusais aujourd’hui des arbres lorsqu’il y en a de reste, après une réserve suffisante pour les routes. Je sais d’ailleurs que ces distribution particulières ont lieu dans toutes les provinces où il y a des pépinières à leurs frais comme sont celles du Berry»11. Mais, on peut remarquer, d’après l’ingénieur en chef Valframbert, en 1773, que l’intendant dirige la « destination des arbres des pépinières, [et] que l’imposition pour subvenir à cette dépense étant sur sa province, il en était seul l’administrateur ». Et surtout qu’il ne paierait pas l’ingénieur s’il continuait à « faire faire des plantations de routes aux frais du roi ». Ainsi l’ingénieur fait « remarquer, […] qu’il n’y a eu que deux personnes dans la province qui aient voulu planter à leurs frais »12. Trudaine préférait que ce soit les pépinières qui fournissent toutes les plantations des routes et qu’elles soient plantées par les Ponts et chaussées alors que l’intendant voudrait « engager les propriétaires riverains des routes à les planter eux-mêmes » et il poursuit qu’il leur en donnerait de ses réserves pour qu’elles « ne coûtent proprement pas un sol au roi ». En conséquence, « c’est la province qui en fait tous les frais et il paraît dans l’ordre qu’elles tournent, à un certain point, au profit de ses habitants. »

Plan de la pépinière du Roule à Paris, Gallica.

L’intendant rajoute que planter des arbres en terre ne suffit pas car « ils exigent pendant plusieurs années des soins particuliers » et que « le propriétaire seul peut les faire donner parce qu’il les regarde comme sa propre chose et son ouvrage, tandis que cela serait impossible à l’administration »13. Il conclut que faire faire des plantations par corvée serait une pure perte par rapport à la quantité d’ouvrages à faire et que cela occuperait un ingénieur qui n’a aucun pouvoir de police sur les arbres après leur plantation. Turgot finit par trancher avec l’arrêt du conseil du 6 février 1776 qui préconise que« les bords des routes seront plantés d’arbres propres au terrain, dans les cas où ladite plantation sera jugée convenable, en égard à la situation et disposition desdites routes »14. Ces plantations devaient être l’œuvre des propriétaires en bordure de route comme l’ajoute l’arrêt du 17 avril 177615.

Notes

1. Jean Le Rond d’Alembert et Denis Diderot, Encyclopédie, Paris, Briasson, Le Breton, David, Durand, t. III, 1753. p.279. 2. Louis Liger, La nouvelle maison rustique, septième édition, Paris, Saugrain, tome I, 1755, p.894. 3Ibid.,p.895. 4. Arch dept. du Cher, C110, copie sans date de la lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à M. d’Aumont, procureur du roi au bureau des finances. 5. Louis Liger, La nouvelle maison rustique, op. cit., septième édition, Paris, Saugrain, tome I, 1755, p.894-897. 6. Ibid., p.894. 7. Arch. dept. du Cher, C1245, mémoire du commissaire terrier de Claude-Charles Feydeau de Marville, comte de Gien. 8. Arch. dept. du Cher, C110, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 20 août 1770. 9. Arch. dept. du Cher, C112, mémoire sur les pépinières royales du 19 avril 1774. 10. Voir Gouiric (Nicole), « La peuplomanie dans les jardins de la seconde moitié du XVIIIe siècle : propos inspirés par les peupliers de Méréville », Polia, n°10, 2008, figure p.47. 11. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 19 avril 1774. 12. Arch. ENPC, MS 2433, boite 2, lettre de Valframbert à Perronet du 3 décembre 1773. 13. Arch. dept. du Cher, C112, lettre de l’intendant Dupré de Saint-Maur à Trudaine du 29 juin 1773. 14.  Vignon (Eugène-Jean-Marie), Études historiques sur l’administration des voies publiques en France au XVIIe et XVIIIe siècles, op.cit., pièce justificative n°548, 8 février 1776, « arrêt du conseil du roi sur la largeur des routes », p.226. 15Ibid., pièce justificative n°549, 17 avril 1776, « arrêt du conseil qui fixe à un an le délai accordé aux propriétaires riverains pour planter […] », p. 228.

L’architecte Johann August Giesel (1751-1822) et la question du jardin pittoresque en Saxe

Cet article est une version améliorée en français de l’article ” Architect Johann August Giesel (1751-1822) and the Question of the “English Garden” in Saxony“.

Façade du palais der Sekundogenitur avant 1945, Deutsche Fotothek.

En 1788, Heinrich Keller remarque que le premier jardin de style anglais en Saxe se trouve être l’œuvre de l’architecte Johann August Giesel dans le jardin du palais der Sekundogenitur1. Comment peut-on situer dans la carrière de l’architecte l’introduction du style pittoresque ou “anglo-chinois” en Saxe ? D’où viennent ses inspirations ? Il faut revenir sur les étapes de la carrière de cet architecte qui travaille auprès du prince Xavier de Saxe en France.

Plan de Dresde, Deutsche Fotothek. En rose palais et jardin du palais der Sekundogenitur.

L’architecte Johann August Giesel

Né en 1751, Johann August Giesel est le fils d’un ouvrier en bâtiment2. Il lui doit ses premiers pas dans l’apprentissage de son métier par une solide formation technique. Il a pour frère aîné Johann Ludwig Giesel, né en 1747, peintre qui effectua son apprentissage à l’académie auprès de Charles-François Huttin (1715 – 1776) le directeur depuis 1764 puis dans l’atelier du peintre Johann Eleazar Zeissig dit Schenau (1737 – 1818). Entre 1764 et 1769, Johann August Giesel entre lui aussi dans l’atelier de Charles-François Huttin, où il apprend les mathématiques et le dessin. Puis, il étudie l’architecture auprès de Charles F. Renner qui est maître des fortifications (Festungsmauermeister). En 1766, il est maçon lors des travaux du palais der Sekundogenitur (Dresde) sous les ordres de l’architecte Friedrich August Krubsacius.

Louis de Silvestre, Jean-Georges dit le chevalier de Saxe, Wiki Common.

Il serait parvenu à entrer dans le corps des ingénieurs de l’administration militaire électorale : il aurait acquis à ce moment le grade d’ingénieur-colonel (Ingenieur-Oberst.). En 1773, il est appelé auprès du prince Xavier (1730 – 1806) en France3. Resté toujours très lié à son pays d’origine, il fait de nombreux voyages pour voir sa famille à Dresde et pense revenir en Saxe dès 17804. Néanmoins, le prince fait tout pour le conserver à son service, ce qui marque sa satisfaction des travaux de l’architecte. Mais en 1782, l’architecte retourne définitivement en Saxe où il poursuit sa carrière d’architecte comme directeur des travaux (baudirektor) d’abord auprès du prince Maximilien (1759 – 1838). Il effectue de nombreux travaux dans ses jardins et palais notamment celui de la Friedrichstäder Allée. Puis il entre en 1783 au sein de la Maison du prince Antoine de Saxe (1755 – 1836), futur roi de Saxe sous le même titre puis devient inspecteur des jardins (Garten inspektor).


Friedrich August Krubsacius, Vue du palais der Sekundogenitur, SLUB.

Les historiens attribuent à Johann August Giesel la réalisation des transformations dès son retour en Saxe au palais der Sekundogenitur dont notamment la création d’un jardin pittoresque avec des folies dont une en forme de ruine antique. Friedrich August Krubsacius y avait réalisé le jardin géométrique entre 1778 et 1779. Ce palais réalisé pour le Chevalier de Saxe est vendu en 1778 par son héritière Friederike Alexandrine Gräfin von Moszinska (1709 – 1784) à Marie-Antoinette de Bavière mère de l’Électeur qui y fait faire de nombreux travaux. A sa mort, son fils Charles de Saxe, frère de l’électeur Frédéric-Auguste III en hérite mais ne semble pas faire de travaux. Puis à la mort de ce dernier, en 1780, le palais revient au prince Antoine son frère. C’est ce dernier qui fait appelle à son architecte d’alors Johann August Giesel. Ce palais détruit pendant la seconde guerre mondiale est devenu le Blüherparks à Dresde5. En 1782, le jardin du palais possède de nombreux pavillons dont l’un « à la chinoise » mais aucune mention du jardin anglais6.

Jardin du palais der Sekundogenitur (détail).

D’après l’historien Fritz Löffler la réalisation s’est déroulé de 1783 à 17887. Il n’existe pas d’archives à ce sujet mais plusieurs documents du XXe siècle en rendent son état compréhensible. Cette construction se trouvait au bout de la rivière artificielle à droite du bâtiment. C’est un mur avec une grande niche où se trouve un portique surmonté d’un entablement, et sur le coté, un autre portique surmonté d’un entablement et d’un tympan. Le mur est agrémenté de deux oculi au – dessus d’une corniche, mais aussi de colonnes et d‘autres murs à moitié écroulés.

Ruine du jardin du palais der Sekundogenitur, Deutsche Fotothek.

En 1789, Johann August Giesel travaille encore à Dresde dans le Prinz-Max-Palais, puis aux nouvelles constructions du château Mückenberg (Lauchhammer, Basse-Saxe) de 1794 à 1804. En 1799, il réalise le jardin du parc du château de Wolkenburg (Saxe). Il meurt à Dresde en 1822 en étant directeur des travaux et inspecteurs des jardins royaux de Dresde (Baudirecteur und Inspektor des königlichen gartens zu Dresden). Il s’était marié mais il n’eut pas d’enfants qui parvinrent à l’âge adulte.

Au service du prince Xavier

Pendant la régence, le prince Xavier de Saxe met en place une politique visant à remettre en état un duché ruiné et une capitale en partie détruite par les bombardements prussiens de 1760. En 1764, le prince Xavier pose la première pierre de la reconstruction de l’église protestante Sainte-Croix endommagée par les bombardements prussiens de 1760. Sa reconstruction devient un enjeu politique et architectural dès la fin de la guerre. Après son écroulement en 1765, durant les travaux, le prince administrateur décide que tout l’édifice doit être reconstruit dans un style « classique » (Klassizismus) et confie la tâche à l’architecte Friedrich August Krubsacius8. Le prince est donc au courant des nouveauté architecturale survenu en France avec le retour de l’architecte Jacques-Germain Soufflot d’Italie, ainsi que les publications sur l’art antique de Johann-Joachim Winckelmann. En 1769, éloigné de la politique, il décide de quitter la régence qui est pour lui désormais une « galère bien désagréable »9. En voyage en Italie, il décide de venir, en 1770, s’installer en France où il achète le château de Chaumot en 1771 (Yonne) puis en 1775 celui de Pont-sur-Seine (Aube) considéré comme l’un des plus beaux châteaux de Champagne.

Vue du château de Pont-sur-Seine, Archives de l’Aube.

Le prince avait sûrement rencontré l’architecte Giesel en 1764 sur le chantier du palais du Chevalier de Saxe avec qui il avait mis en place une réforme de l’armée prévu depuis la défaite de Pirna en 1756. En se mettant au service du prince, l’architecte trouve une place non dénuée d’intérêt auprès d’un prince cultivé d’une des grandes familles européennes. Artiste accompli, il occupe le poste de dessinateur dans la Maison du prince. Il opère aussi comme maître de musique et de dessin des enfants du prince10. Dès son arrivé, il se voit chargé de dessiner les plans du château du Vaudreuil (France, Eure) que le prince avait en projet d’acquérir. Il fait aussi des décors provisoires dans le jardin de Chaumot pour Claire Spinucci épouse du prince Xavier11.

Le jardin de Pont-sur-Seine

C’est surtout les divers chantiers du château de Pont-sur-Seine qui relèvent les talents de l’architecte. Le prince charge son architecte de gérer son jardin avec l’aide des régisseurs, des jardiniers et ouvrier. Pour le côté pratique, les jardins dépendaient d’Antoine Speiser12, jardinier botaniste et du Sieur d’Amours jardinier.

Château de Pont, Atlas de Trudaine (détail).

L’architecte modifie les terrasses et réalise le grand escalier qui fut dès 1788 remarqué dans ses biographies. Le plan de l’atlas de Trudaine montre l’état avant les travaux13. Dès 1776, le prince demande à ce que plusieurs terrasses soient faites en forme de glacis plantées de gazon. Il ne conserve qu’une seule terrasse connue par les dessins réalisés pour les travaux après les différents écroulements de 1778 et 178014.

Johann August Giesel, Mur de la terrasse du jardin de Pont, Archives de l’Aube.

Pour connaître l’état du jardin après les réalisation de l’architecte, il existe une description des parties du jardin de 1787 et deux plans du domaine l’un de 1790 puis un autre de 179815. Le jardin est constitué de deux axes : le premier nord – sud constitué du château, des terrasses et de la pièce d’eau ; le second est – ouest constitué du petit parc et de prés. Le domaine est délimité au nord par la Seine et au sud par la grande route royale et clôt de murs. De l’autre côté de la route est située l’avenue en direction de la forêt ou « grand parc ». Elle débouche sur la demi-lune en face du château et à sa gauche, le chenil et la melonnière sont placés le long de la route. Une avant-cour sépare les deux ensembles des communs par un espace engazonné.

Plan de la vente du château de Pont en 1790, Archives de l’Aube.

Le château, entouré de fossés, donne sur une première terrasse. Une seconde terrasse se trouve en face du château en direction de la Seine. Un escalier permet de descendre à la troisième terrasse clôt de murs qui se termine par un petit pont. Dans l’axe du château et de l’escalier se trouve une grande pièce d’eau dans un espace. À l’Est de celle-ci est disposé un potager et à l’ouest, le moulin placé le long d’un petit canal. De part et d’autre de la pièce d’eau, plusieurs alignements d’arbres ont été plantés.

Copie d’un plan du château de Pont à la fin du XVIIIe siècle, Archives de l’Aube

Sur le côté droit du château se trouve le « petit parc » délimité par des allées en quadrillage et en losange. Ce tracé a engendré des bosquets en forme de rectangles (sud) et losanges (nord). Cette zone est séparé du reste du jardin par deux grandes allées d’arbres appelé « mail ». Un grand pré sert de garenne en dessous. Un plan de 1799, connu par une copie du XXe siècle, permet d’imaginer des allées sinueuses dans un bosquet « anglais ». Dans un autre bosquet se trouve une glacière avec une « chambre » utilisée pour les fêtes. Le « bosquet du Chambellan », est constitué d’allées rectilignes aboutissant à des espaces où l’on trouve des banquettes de jardin, des gazons servant pour un jeu de trou madame ou encore un tape-cul entre deux sculptures de vases sur des socles de pierre.

Johann August Giesel, Dessin d’un tape-cul, Archives de l’Aube.

Le prince ne semble pas céder davantage à la mode des jardins pittoresques puisqu’il met surtout en place des parterres de potager, une melonnière et des vergers pour fournir sa table. Dans ces derniers, il y fait planter pêchers, cerisiers, pruniers, poiriers. Dans le potager se trouve carottes, navets, radis noirs, raifort, ciboule, poireaux. Les jardiniers y ont ajouté encore des oignons, des haricots verts, des concombres, des choux, des échalotes, de l’ail, de la ciboule, des poireaux, du persil, des carottes, des artichauts, des melons. Le jardin est complété par des vignes.Ensuite le jardin est constitué de plantes d’agrément et d’alignement. Le prince fait faire de nouvelles allées de charmilles, de mûriers blancs ou encore les allées du mail où il fait planter des peupliers. Pour ses parterres, il fait mettre des rosiers et des lilas16. Le jardin de Pont est donc géométrique avec de belles allées et avenues pour les jeux et les festivités où les plantes et arbres sont autant pour l’agrément que pour leur utilité agricole et culinaire17.

Johann August Giesel?, Dessin de phynge, Archives de l’Aube.

Au printemps 1781, le prince se décide à faire construire un « grand escalier de la terrasse des parterres de son château de Pont au potager » avec une grotte et décoré de deux sculptures de sphinx. Il en fait part à son architecte Giesel et au maître maçon Pierron, rue des Escouffes à Paris. Le prince demande à son architecte de proposer un dessin. L’escalier en fer à cheval est constitué de deux volées de marches et de balustres de pierre. C’est un escalier de pierre de grès avec un décor de « tableaux de briques » comme le montre le dessin de la reconstruction de la terrasse en 178018. Le décor de l’escalier est complété par « deux gargouilles en grès aux deux extrémités […] pour jeter les eaux par deux lances »19.

Vue des sculptures de sphynges de Pilnitz, Deutsche Fotothek.

Pour compléter l’escalier, l’architecte lui propose un modèle de lion ou de « sirènes couchantes de pierre de St Leu » ou de « deux chevaux marins ou deux lionnes » 20. Cette représentation est très proche des sculptures de sphinge du château de Marly que le prince visita en 1769. Il existe des modèles similaires en Saxe dans le jardin de Pillnitz, château que le prince appréciait particulièrement.

Vue aérienne de Pilnitz, Deutsche Fotothek.

Le maçon Pierron envoie ses modèles qui arrivent le 8 mai 1781 : le prince « a trouvé qu’ils seraient mieux si la tête de la lionne était un peu tournée comme paraissant regarder les personnes qui viennent pour monter l’escalier et que tout le corps et la tête soient un peu plus élevés » plus proche des sculptures de Pillnitz. Il ajoute que « ces deux lionnes n’auront point d’eau à jeter ». C’est à dire que la sculpture aura la bouche fermée et aucun travaux de plomberie ne sera à faire. Le 22 mai 1781, il en ordonne l’exécution. La sculpture doit être en « en pierre de Saint Leu » et coûter « 900 livres les deux ensemble ». Il ajoute qu’elles doivent être en un seul morceau. Les travaux de l’escalier se terminent en juillet 1782 par la pose des dernières balustres21. Les sculptures, qui sont en deux parties, restent en place jusqu’en 1798, date à laquelle elles sont déplacées au chef lieu du département et peut-être, par la suite, transportées à Paris22.

Gravure de la sculpture du sphynge de Marly, Château de Versailles.

La construction se termine par la grotte qui est une construction à la forme mal connue. Elle se trouve en dessous des deux volées de l’escalier et en son centre est un bassin ovale. L’architecte Giesel écrit qu’il veut voûter la grotte avec de la pierre du village de Resson(Aube)23. Les parois de la grotte sont donc faites d’une pierre très légère de couleur blanche scellé par la chaux.

Jardin pittoresque entre France et Saxe

Lorsqu’il arrive en France en 1773, Johann August Giesel entre dans l’agence de Jean-François-Thérèse Chalgrin (1739 – 1811), architecte du comte de Provence et y reste jusqu’en 1782. L’historien Johann Gottlob August Kläbe écrit : « Ce séjour à Paris fut utilisé par M. Giesel pour bien continuer ses études, où il recevait sous la protection du prince les meilleurs ouvrages, et apprit grâce à MM. Chalgrin et Legrand, le meilleur goût »24.

Autoportrait en romain de François-Thérèse Chalgrin, Wiki Common.

Jean-François-Thérèse Chalgrin est un architecte de renom depuis ses travaux, en 1767, pour l’hôtel de Saint-Florentin (Paris) sur un dessin de l’architecte du roi Ange-Jacques Gabriel. Il se fait aussi remarquer par la réalisation, en 1770 pour le comte de Mercy-Argenteau, de la salle de fêtes au palais du Luxembourg lors du mariage du dauphin avec l’archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche. Par la suite, l’architecte réalise plusieurs constructions dont notamment des plans pour des jardins encore mal connu25. En 1777, il donne les dessins pour un temple de l’amour dans une propriété de Fresnes-sur-Escaut (Nord). Puis en 1785 il donne les plans pour un jardin pittoresque à Versailles, propriété de la comtesse de Balbi, maîtresse du comte de Provence26. L’architecte Giesel a pu ainsi connaître les réalisations de l’architecte du comte de Provence grâce à ses relations : il est ami avec un certain Gaetner avec qui il passe deux séjours à Versailles en 178027.

Joseph Siffred Duplessis, Portrait du comte de Provence, Wikicommon.

Le jeune Giesel a-t-il pu profiter des relations de Chalgrin et entrer dans la sphère du comte de Provence ? Rien n’est moins sûr puisque les lettres avec le prince Xavier n’en dit mot. Les travaux dans le jardin de Pont sont les seules œuvres connues de l’architecte saxon en France mais comme nous l’avons vu les traces de création de jardin pittoresque sont très peu nombreuses. Il a pu aussi connaître les jardins à la mode par différents publications et visites. La première pourrait être les gravures de Georges-Louis Lerouge réalisé à partir de 1775 qui rendent compte de différents jardins français, anglais et allemand dans le goût « anglo-chinois »28.

Gravure du parc de Monceau, Gallica.

Il a pu aussi voir des jardins et constructions faites entre 1773 et 1782. La ruine du palais der Sekundogenitur est une structure dont on ne verrait que la partie supérieure comme le portail d’entrée de l’hôtel de Tellusson réalisé en 1778 par l’architecte Claude Nicolas Ledoux. Il est traité comme en arc de triomphe antique a moitié enterré.

Jean-Baptiste Lallemand , Dessin de l’arche de l’hôtel de Thelusson, Gallica.

On peut encore penser aux ruines de la Naumarchie du parc de Monceau. La folie a été réalisée entre 1773 et 1779 pour le duc de Chartres, fils du duc d’Orléans. L’architecte Giesel a pu visiter ce lieu avec Legrand qui travaillait auprès du duc d’Orléans.

Carontelle, Vue du jardin de Monceau, Wiki Common.

Conclusion

L’architecte Johann August Giesel est un homme d’art et de culture. Il sait écrire français et allemand. Il est assez connaisseur en musique pour l’enseigner aux enfants d’un couple princier assez musicien. Cette étude a tenté de démontrer qu’en travaillant sur le domaine de Pont-sur-Seine en France, l’architecte a connu l’économie rustique et la gestion d’un vaste domaine agricole. Il a su parfaire ainsi ses connaissances d’architecture militaire et domestique dans des connaissances plus techniques. Inspiré de nombreuses créations parisienne dont notamment le jardin de Monceau, il connaît aussi les petites constructions des jardins à la mode ou « anglo-chinois ».

Friedrich August Krubsacius, Projet d’architecture dans un jardin, Deutsche Fotothek.

En revanche il s’oppose à son maître en Saxe, Friedrich August Krubsacius qui, selon l’historien Thomas Kuhn, voit d’un très mauvais oeil ce nouveau goût et reste attaché au style géométrique29.A partir de cette création, l’architecte Giesel devient un spécialiste d’architecture des jardins. La ruine construite dans le palais der Sekundogenitur en 1782 n’est qu’un petit bout d’une carrière qu’il faudrait davantage étudier.

Notes

1. Keller (Heinrich), Nachrichten von allen in Dresden lebenden Künstler, 1788, Leipzig, Dyk, p.59 : « die sämtlichen Reparaturen des schönen und weitläufigen Gartens Sr. Durchlaucht auf der langen Gasse zu übernehmen, und den französischen Garten in einen englischen umzuwandeln ». 2. Les premier renseignements sur sa vie sont dû principalement aux biographies suivantes : En 1788, Keller (Heinrich), Nachrichten von allen in Dresden lebenden Künstler (p.57-60) puis en 1789 par Johann Georg Meusel dans son Teutsches Künstlerlexikon (p. 51 – 52). Ces deux notices sont reprises et complétées, en 1796, par Johann Gottlieb August Kläbe dans son Neuestes gelehrtes Dresden (p. 43 – 44.). La dernière notice en date est dû à Fritz Löffler dans le Neue Deutsche Biographie en 1964 : “Giesel, Johann August” Neue Deutsche Biographie 6 (1964), p. 385 [en ligne, consulté le 04/07/2018]. 3. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1433, lettre du prince Xavier à Boudet, 13 mai 1773. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1780, lettre de Giesel au prince Xavier, 12 juillet 1780. 5. Bechter (Barbara), « Vom rechenbergischen Garten zum Blüherpark. Die wechselvolle Geschichte einer Dresdner Gartenanlage », Die Gartenkunst, n° 17, 2009, p. 112-145. 6. Lehninger ( Johann August), Description de la ville de Dresde de ce qu’elle contient de plus remarquable et de ses environs, Dresde, Walther, 1782, p.342. 7. Löffler (Fritz), Das alte Dresden. Geschichte seiner Bauten u.a.. Leipzig, Seemann, 2006 (1955), p.334. 8Ibid., p. 233 – 235. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 31 juillet 1770. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1780, lettre de Giesel au prince Xavier, 1 mai 1777. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434, lettre du prince Xavier à Jurkowski, 12 novembre 1774. 12. Originaire du Wurtemberg, il a participé à la réalisation de différents jardins botaniques dans l’Aube. 13. Arch. nat., Cartes et plans, F 14, 8445, plan de Pont-sur-Seine, Atlas de Trudaine, vers 1750. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, dessins du 7 mars 1778 et du 8 avril 1780. 15. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2185, « états des contingences des parties de gazons, parc, bosquets, terrasses, jardins, vergers […] », 23 juin 1787. ; Arch. dép. de l’Aube, 1Q, 811 vente des biens nationaux de l’émigré Xavier de Saxe, 19 vendémiaire an IX et affiche du 20 fructidor an VI [6 septembre 1798]. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1797, lettres de Speiser au prince Xavier, 26 octobre 1781, 26 février 1784, 27 février 1785,8 juillet 1788 et 18 mars 1789. 17. Meyzie (Philippe), « François-Xavier de Saxe dans son château de Pont-sur-Seine. La table d’un prince européen du XVIIIe siècle », Châteaux, cuisines & dépendances, Bordeaux et Paris, Ausonius, 2014, p.251-260. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3116, dessin de la « face de la nouvelle brèche de la grande terrasse du potager tombé la nuit du 25 mars 1780 ».19. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2180, marché pour un nouvel escalier dans le jardin du château de Pont-sur-Seine, 18 avril 1782. 20. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2093, notes de différents necessaire à faire venir de Paris, s.d. 21. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1441 lettre du prince à Pierron, 8 mai 1781, 22 mai 1781 et 17 juin 1782. 22. Arch. dép. Aube, 1Q1091, lettre de Ménard commissaire du directoire exécutif du canton de Pont-sur-Seine au représentant du département, 18 thermidor an 6 [5 août 1798]. Nous perdons leur traces à partir de cette date. 23. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1710, lettre de Giesel au prince Xavier, 1er juillet 1781. 24. Johann Gottlieb August Kläbe, op.cit., 1796, p. 43. Traduit depuis l’allemand. 25. Il devient un des architectes de l’Empereur et donne le dessin de l’Arc de triomphe à Paris. 26. Sciama (Cyrille), « Jean-François-Thérèse Chalgrin et le Comte de Provence (1771-1791) », Chalgrin et son temps, architectes et architecture de l’Ancien Régime à la Révolution, Bordeaux/Paris, William Blake & Co/Art et  Arts : Belles Lettres, 2016, p. 21 – 30. 27. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1441, lettre du prince Xavier à Giesel, 28 mai 1780 et lettre de Giesel au prince Xavier, 6 juin 1780. 28. Bourgoing (Catherine de) (dir.), Jardins romantiques français (1770-1840), Du jardin des Lumières au parc romantique, Catalogue exposition, Editions Paris Musée, 2011. 29. Kuhn (Thomas), «“Eine Nachahmung der Natur, die durch Kunst und Ordnung verherrlicht ist.“ Zum gartenkünstlerischen Werk des kursächsischen Hofbaumeisters Friedrich August Krubsacius (1718 – 1789) », Vogel (Gerd-Helge) (dir.), Friedrich August Krubsacius 1718–1789: Der sächsische Hof- und Oberlandbaumeister und seine Beziehungen ins Zwickauer Muldenland, Berlin, Lukas Verlag, 2021, p. 186 – 193 (sur le jardin du palais du chevalier de Saxe).

Pierre-Germain Le Grand, un architecte méconnu?

Un architecte apparait dans la correspondance du prince Xavier de Saxe, un certain Legrand qui était « contrôleur des bâtiments de Monseigneur le duc d’Orléans, rue Notre Dame des Victoires à Paris »1.

Lettre du prince Xavier à l’architecte Legrand du 18 août 1774, Archives de l’Aube.

Le prénom manque, Jean-Luc Liez proposa d’y reconnaître l’architecte Jacques-Guillaume Legrand2. Or cet architecte ne semble pas avoir été au service du duc d’Orléans3 et encore moins au service du prince Xavier. Élève de l’école des Ponts et chaussées et de l’école Blondel, Jacques-Guillaume Legrand fonde avec Jacques Molinos une agence d’architectes. Ils sont ensemble les concepteurs de la halle aux blés de Paris. Le nom Le Grand est très courant. Pierre-Germain est parfois confondu avec un architecte des Économats du nom de Etienne-François Legrand qui réalise l’hôtel Gallifet.

Legrand et Molinos, Projet pour la nouvelle halle au blé, Musée Carnavalet.

Selon Michel Gallet, il existe un certain Germain-Eloi Le Grand architecte du duc d’Orléans et académicien, mais il est mort en 17514 alors que la première lettre au prince Xavier date d’août 17745. Cela ne peut donc pas être ce personnage que l’on retrouve dans les archives.

Lettre de l’architecte Legrand au prince Xavier du 15 décembre 1775, Archives de l’Aube.

On peut donc proposer son fils Pierre-Germain Le Grand. Quelques documents d’archives permettent de tracer une ébauche de biographie. Il serait né en 1725 selon l’historien Marc Sanson. Il ferait parti de l’Académie de Saint-Luc. En 1751, Legrand fils est nommé dans une minute de notaire comme étant « architecte de Monseigneur le duc d’Orléans demeurant à Paris au Palais Royal » et il est le fils de Geneviève d’Estat veuve de « Sieur Germain Eloi Legrand, intendant des bâtiments de Monseigneur le duc d’Orléans »6.

Jacques Rigaud, Vûë du Palais Royal, Musée Carnavalet.

Il est sous les ordres de Pierre Contant d’Ivry qui est le premier architecte du duc jusqu’à sa mort en 1777. Il obtient 150 livres d’appointement. Pour le duc d’Orléans, il travaille au palais royal dans les années 1767-1768. Il réaménage le bosquet de la Félicité, avec le pavillon, la cascade et le labyrinthe. En 1785, il devient l’architecte en chef du duc d’Orléans et touche 2000 livres de gages. Certains historiens le font mourir en 1785 car il disparait de la comptabilité du duc d’Orléans.

Lettre de Bonnemain au prince Xavier, Archives de l’Aube.

Il entre au service du prince en 1774 comme « directeur des bâtiments » et expert pour lui trouver une demeure. C’est lui qu’il lui propose l’achat du château de Chaumot, de celui de Pont-sur-Seine puis d’un hôtel à Paris. Il est en charge des premiers aménagements à Pont : le déménagement depuis Chaumot puis les travaux de pierre et marbrerie et enfin de menuiserie des appartements principaux.

Détail d’un dessin de l’architecte Legrand des cheminées de Pont?, Archives de l’Aube.

L’architecte entre en conflit avec les ouvriers et artisans sur les chantiers du château de Pont-sur-Seine. Il est très vivement critiqué sur ses capacités de dessinateur par l’artisan Bonnemain. Legrand aurait fait passer les dessins de l’artisan pour les siens auprès du prince7. Dès lors, ce dernier décide de ne plus faire appel à lui à partir de 1776. Le prince le remplace par un architecte d’origine saxonne, Johann August Giesel qui travaillait déjà sur les chantiers dirigés par Legrand pour le prince comme on peut le voir dans les notice sur l’architecte allemand.



Johann Gottlieb August Kläbe, “Giesel (Johann August) dans son Neuestes gelehrtes Dresden, Leipzig, Voss und Comp., 1796 (p. 43 – 44.).

Documents principaux relatif à l’architecte Legrand du fonds de Saxe (Aube)

  • EE 2538, Mémoire des ouvrages de marbrerie que j’ai faites et fournies pour S.A.R Monseigneur le prince Xavier pour son château de Pont et Chaumot par les ordres de Monsieur Le Grand architecte de Monseigneur le duc d’Orléans. Ouvrage fourni par Adam sculpteur marbrier du roi rue de Popincourt faubourg St.-Antoine ouvrage faite dans le courant de 1775.
  • EE 2538, Mémoire d’ouvrages de menuiserie faits et fournis pour S.A.R.Monseigneur le prince Xavier à son château de Ponts sur Seine. Lesdits ouvrages ont été faits à Paris sous les ordres et conduite de Monsieur Le Grand architecte de S.A.R. et intendant des bâtiments de S.A.S. Mgr le duc d’Orléans et soumis au mois de septembre 1775 par Théaux menuisier a Paris rue du St Carreau vis-à-vis celle Thevenot.
  • EE 2538, Mémoire de l’ouvrage de sculpture […] sous la conduite et ordres de Monsieur Le Grand, architecte de S.A.R. et intendants des bâtiments de son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc d’Orléans, ledit ouvrage faites en l’année dernière 1775 par Bonnemain sculpteur à Paris y demeurant grand-rue du faubourg Saint-Denis

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1434 lettre du prince à Legrand, 18 aout 1774. 2. Liez, Jean-Luc ( dir. ), D’Allemagne en Champagne, Xavier de Saxe (1730-1806), seigneur de Pont-sur-Seine : actes du colloque, 6 et 7 octobre 2006, Archives départementales de l’aube [et] la Maison du Patrimoine de l’agglomération troyenne, Langres, 2008, p.56. 3. Gallet (Michel), Les architectes parisiens du XVIIIe siècle : dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès, 1775, p.322-326. 4. Ibid. p322. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1749 Correspondance de Legrand au prince Xavier du 16 août 1774 au 23 mai 1776. 6. MC/ET/CXVII/785, renonciation à communauté, 6 juillet 1751 ; Champier (Victor), Palais Royal, Du Cardinal de Richelieu à la révolution, Paris, Sté de Propagation des Livres d’Art, 1900, volume 1, p. 376 ; Joudiou (Gabriel), «Constructions et projets de Contant d’Ivry à Paris», Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1986, p.99. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2098, « supplique du Sr. Bonnemain », s.d. Il existe des dessins en EE 2093 peut-être de la main malhabile de l’architecte Legrand.

La fortune du prince Xavier(5) : recettes, dépenses et endettement

Le prince Xavier de Saxe a toujours eu des tracas à mettre en ordre ses finances. Comme nous l’avons vu (dans cet article), ses pensions sont difficilement versées par le trésor de France et de Pologne. Il a trouvé d’autres sources de revenus (article). Il s’agit dans cet article de voir en détail la comptabilité du prince.

Recettes et dépenses

En 1778, les comptables du prince évaluent ses dépenses à 190 000 livres et ses recettes à 140 000 livres. Les finances du prince sont le plus souvent en déficit. Par comparaison, d’autres princes parviennent à être bénéficiaires. Le prince de Condé est toujours bénéficiaire avec, en 1700 – 1701, un excédent d’environ 650 000 livres et, en 1701 – 1702, d’environ 475 000 livres1. De son côté le duc de Saint-Simon parvenait à peine à disposer de 43 000 livres de revenus par an et laissa à sa mort, en 1755, environ 54 000 livres de gages à payer à ses domestiques2. En 1790, le prince de Conti parvient à avoir 453 000 livres de bénéfices puisqu’il dépense 3 743 000 livres pour une recette de 3 290 000 livres3.

Louis-Roland Trinquesse, Un intérieur avec une dame, sa femme de chambre et un gentilhomme, Wiki Common.

En 1778, les responsables des finances du prince décident donc de mettre en place une réforme des dépenses pour que cet état déficitaire ne perdure pas. Après avoir confié ses finances à des comptables peu scrupuleux, le prince charge le notaire Duclos-Dufresnoy de tenir les dépenses générales.

Comptes Duclos-Dufresnoy, 1779-1784, Archives de l’Aube.

Ce dernier tient entre juillet 1779 et le 20 mai 1784 les livres de compte. Il existe deux relevés de toutes les recettes et dépenses durant cette période : le « Compte des recettes et dépenses faites par Mr Dufresnoy notaire pour son Altesse Royale Monseigneur le comte de Lusace depuis le compte arrêté le 8 août 1779 » (qui va en réalité jusqu’en janvier 1783) et un relevé pour 17844. Les recettes sont de trois ordres : le surplus de l’arrêté comptable précédent, les lettres de change et les pensions du trésor de Pologne et Lituanie, les sommes dues par le trésor royal. Les dépenses sont très nombreuses. Elles sont réparties en 33 articles : entre-autres, les rentes dûes par le prince à Mme Duplessis-Lelay, auprès de laquelle il a acquis Chaumot, celle dûes aux Gênois pour l’emprunt contracté pour l’achat de Pont, le loyer et vingtième pour l’hôtel de Paris et enfin, les dépenses pour les enfants en raison de leurs placements dans des institutions prestigieuses, comme à l’École militaire pour le fils cadet du prince. Le notaire y a aussi inclus le paiement de divers mémoires d’ouvriers et les nombreux frais de voyage.

Compte du personnel, vers 1770, Archives de l’Aube.

Ces carnets ne prennent pas en compte les revenus seigneuriaux des terres de Chaumot et de Pont. Cet état permet de mieux comprendre la position du prince. Les revenus sont contrôlés par le prince lui-même qui les annotes Les recettes comprennent le solde de l’ancien compte général arrêté le 8 août 1779 de 3 413 livres. Deux lettres de change de 18 000 livres doivent y être comprises. Ce sont peut-être les pensions du trésor de Pologne et Lituanie. On y ajoute les revenus de la pension du roi de 150 000 livres, soit le restant de juillet 1779 jusqu’à la fin de 1782, ce qui fait un total de 525 000 livres. Les trois articles de recettes font alors 546 413 livres. Les dépenses, quant à elle, montent à 539 160 livres, 2 sols et 4 deniers. Sur quatre année, le prince ne peut économiser que 7252 livres, 17 sols et 8 deniers. Il n’a ainsi à sa disposition qu’environ 1 813 livres tournois.

Nicolas Lavreince, L’assemblée au salon, coll. particulière.

Pour l’année 1783, il ne touche que 6 676 livres et 7 deniers. Avec cette somme, il doit encore payer le personnel de sa Maison, avec les frais d’habillement, de bouche et ceux pour les écuries. Il faut encore y ajouter les dépenses pour la chasse, les extraordinaires ou les dépenses des événements exceptionnels. En 1784, il dépense en moyenne pour les gages du personnel de sa Maison 4300 livres par mois, ce qui fait environ 50 000 livres par an. On trouve d’autres dépenses très importantes. Ainsi, il faut y ajouter les frais de bouche qui montent à environ 40 000 livres et ceux de l’écurie à 20 000 livres. Comme la dépense est plus importante que la recette, le prince ne peut entrer dans ses frais sans endettement.

Endettement du prince

Cet endettement se voit bien dans l’état comptable de Duclos-Dufresnoy, le prince a emprunté, le 18 février 1781, la somme de 280 000 livres dont il doit payer les intérêts sous formes de rentes qui se retrouvent dans les dépenses. Ces emprunts ne lui permettent pas de remettre ses comptes en équilibre. Cet endettement est inhérent à la société de cour. En 1781, le prince doit encore 500 000 livres à Mme Duplessis-Lelay pour l’achat de Chaumot. Or en 1780, il a emprunté 36 000 livres avec constitution d’une rente de 1800 livres pour la rembourser. Le 20 avril 1780, il ne doit plus que 464 000 livres à cette dame. Un endettement exponentiel permet parfois de faire baisser les dettes envers certains pour les distribuer vers d’autres débiteurs. La plus grosse dette provient de son acquisition de Pont en 1775. Il a emprunté 900 000livres à des banquiers génois. En 1781, il leur paie 180 079 livres pour quatre années d’arrérages dus. Cet endettement est important, mais reste encore dans des proportions gérables. En 1784, le duc de Fitz-James s’est endetté à hauteur de 650 000 livres pour pouvoir acheter son hôtel de Paris en 1777. En 1785, la dette du couple Fitz-James s’élève à 800 000 livres5.

Comptes Duclos-Dufresnoy, 1783, Archives de l’Aube.

Le prince de Conti dont les revenus dépassent toujours le million de livres semble au contraire toujours avoir des comptes en équilibre voire en positif. Même s’il est malaisé de savoir exactement le passif du prince6: en 1770 ses dépenses montant à 3 275 000 livres, il lui reste pourtant 425 000 livres dans son trésor. En 1774, le prince de Conti a encore environ 569 000 livres d’excédent. En revanche, le prince Xavier ne parvient jamais à mettre ses comptes en équilibre. À sa mort, il n’a pas terminé de rembourser les dettes contractées pour l’achat de ses châteaux en France. Pendant tout le XVIIIe siècle, l’endettement de la noblesse est une composante de la vie à la cour où pour soutenir leur rang, les grandes fortunes nobiliaires sont obligées de dépenser plus qu’elles ne gagnent. Mais en contrepartie de leur train de vie dispendieux, le roi leur garantit dons, pensions et privilèges sur les impôts. Ils évitent ainsi la faillite grâce au roi qui appuie son pouvoir sur cette noblesse par un jeu subtil d’interdépendance7.

Conclusion

Le prince Xavier n’est pas riche. Ses finances sont souvent en déficit et il est criblé de dettes que ses enfants auront à se charger à sa mort. Le paiement de Pont-sur-Seine continue bien après sa mort auprès des créanciers italiens. Mais dans sa logique de prince royal bien qu’incognito, il veut se placer dans la hiérarchie curiale au niveau d’un duc et pair avec un revenu de 130 000 livres de rente8. Il considère sa pension royale comme étant le revenu le plus important et lui conférant statut auprès du roi. Il veut ainsi se placer à Versailles comme courtisan plutôt que membre de la famille royale. Par l’attribution des pensions, le roi peut ainsi maitriser de nombreux membres de la noblesse. le souvenir de la Fronde n’est pas si loin. Mais certains comme le prince de Conti richissime est plus sujet à l’opposition en fonction de ses plans politiques. Le prince Xavier renonce d’ailleurs à la couronne de Pologne en espérant conserver les revenus de ses apanages. Il se désintéresse des aléas politiques du royaume polonais du moment que ses pensions lui sont payés.

Notes

1. Roche ( Daniel), « Aperçus sur la fortune et les revenus des princes de Condé à l’aube du XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 14 N°3, Juillet-septembre 1968, p. 217 – 243. 2. Dupéron (Alain), « Patrimoine, revenus et endettement de Saint-Simon », Cahiers Saint Simon, n°22, 1994, Cardinaux des Mémoires, p. 49 – 69. 3. Mougel (François-Charles), « La fortune des princes de Bourbon-Conty : revenus et gestion, 1655-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 18 N°1, Janvier-mars 1971, p. 33. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2539, «compte des recettes et dépenses faites par Mr Dufresnoy notaire pour son Altesse Royale Monseigneur le comte de Lusace depuis le compte arrêté le 8 août 1779 », 1779-1783 et EE 2540, relevé de comte en 1784. 5. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 158 – 161. 6. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », op. cit., p. 21. 7. Fontaine (Laurence), « Pouvoir, relations sociales et crédit sous l’Ancien Régime », Revue Française de Socio-Économie, vol. 9, no. 1, 2012, p. 101 – 116. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1432 lettre du prince Xavier à Rivière, 25 octobre 1772.

La fortune du prince Xavier(4): les revenus de la terre

Jusqu’en 1769, le prince Xavier ne semble pas posséder de terres pouvant équilibrer son budget. Les revenus des terres de Zabeltitz ne sont pas bien connus. Ce n’est qu’à partir de l’achat de terres en France, que l’on voit une augmentation des rentrées d’argent.

Carl Gottlieb
Haacks, Plan de Zabeltitz, vers 1785, Archives de l’Aube.

Une fois en France, le prince peut mieux contrôler les sommes de la pension issue du trésor royal sans devoir compter sur le bon vouloir du général Martange d’effectuer les sollicitations auprès du ministre. Mais le prince ne semble pas pouvoir rivaliser avec les autres membres de la famille royale ou certains membres de la cour. Les revenus des terres des seigneuries de Chaumot et de Pont-sur-Seine ont été bien étudiés1. Malheureusement la comparaison des revenus et dépenses des deux terres est malaisée à effectuer puisque leurs régisseurs respectifs ne tiennent pas des comptes comparables : à Chaumot de juillet en juillet et, à Pont de janvier à janvier. Mais certaines comparaisons peuvent être quand même conduites. Le revenu des terres est issu de la vente par adjudication du bois, la vente de vin, les fermages, les cens et rentes, les lods et ventes et les recettes extraordinaire, comme la vente et coupe du trèfle des étangs, vente de fagots de bois, de charmes, d’ormes, de l’écorce provenant de la coupe des allées du parc, de la vente du poisson par exemple. À Pont, le prince parvient à faire la plupart du temps des bénéfices, sauf pour une grande partie de 1779, 1780 et de 1784.

Hubert Robert, L’abattage des arbres du parc de Versailles, CMN.

Et même lorsqu’il fait des bénéfices, le montant reste faible jusqu’en 1786. Les deux années excédentaires (1775 et 1791) s’expliquent pour l’une par l’apport de fonds considérables pris dans les autres caisses. Les recettes proviennent pour plus de la moitié des fermages et des loyers (plus de 80% en général). Les revenus sont complétés par les produits des prés récoltés, le produit intérieur de la basse-cour, celui des vignes de Foujon et Saint-Aubin, des coupes de bois et de la vente des lapins. Cela représente environ 25 à 29 % des revenus. Enfin, ils sont complétés par le produit des impôts (cens) et par les rentes foncières et seigneuriales. Cela représente à peine entre 5 et 1 % des recettes globales.

Pont-sur-Seine vers 1750, Atlas de Trudaine.

En 1778, la terre de Pont ne permet au prince d’obtenir que 1 000 livres de bénéfices. Cette somme va heureusement augmenter. En 1783, les régisseurs du prince évaluent la recette à 18 719 livres et, entre 1787 et 1791, elle oscille de 14 000 à 20 000 livres environ. Les années 1788 et 1789 sont exceptionnelles. Le bénéfice de 1788, est de presque 5 000 livres, et celui de 1789 est de 4 507 livres. À la même période, la terre de Chaumot lui permet un bénéfice qui peut aller de 10 000 à 13 000 livres pour une année. Le domaine de Chaumot est donc le plus rentable. Mais le bénéfices de ces terres est peu important. En comparaison, le duc de Montemart perçoit de ses terres 500 000 livres par an2.

Notes

1. Louis (Aurélie), Le domaine de Pont-sur-Seine au temps de Xavier de Saxe (1775-1790), mémoire de maîtrise, université de Besançon, 2004. Les informations de cette partie sont essentiellement tirées de ce travail. 2. Chaussinand-Nogaret (Guillaume), La noblesse au XVIIIe siècle, Paris, Complexe, 1978, p. 78.

L’appartement du prince Administrateur dans la résidence de Dresde 1763 -1769

Avant sa venue définitive à Versailles, le prince Xavier de Saxe est de 1763 a 1769 prince Administrateur en Saxe. Ce statut lui confère les prérogatives de l’électeur, Frédéric-August son neveu alors mineur. Au début de sa régence, en 1763, le prince décide de faire « sa résidence dans le palais électoral »1.

Anton Graff, Portrait du prince Xavier, vers 1760-1770, Troyes.

La résidence électorale à Dresde

Ce château est très marqué par les travaux effectués par Maurice de Saxe au XVIe siècle, lorsqu’il accède à la dignité électorale. Auguste le Fort et Auguste III conservent cette architecture de style Renaissance pour les extérieurs, et ne modifient que les intérieurs. Après l’incendie de 1701, plusieurs projets de reconstructions sont envisagés.

C. H. Fritzsche, Aufzug der Wagen und Reiter zum Damenringrennen am 6. Juni 1709 in Dresden, um 1710.

En 1718, le roi demande enfin de réparer la demeure endommagée, tout en modifiant significativement la distribution. Il avait auparavant fait mettre au dépôt les décors des façades en graffites3. En 1719, la demeure possède de nouveaux appartements de parade très luxueux2.

Ball paré im Riesensaal des Dresdner Residenzschlosses, 1719, SLUB.

Le déploiement de faste se fait ressentir lors du mariage du prince héritier et de l’archiduchesse d’Autriche. Puis Auguste III continue de modifier le château : il gagne des logements en déplaçant dans la ville la chapelle évangélique, construite en 1555. Il fait faire une nouvelle galerie de peinture, qui lui permet de déplacer celle qui se trouve dans l’ancienne Riesen saal (salle des Géants).

Un appartement important au bel étage

En 1769, l’électeur Frédéric-Auguste III, son neveu, s’était marié avec Marie Amélie Auguste de Deux-Ponts, nièce du duc Christian IV. En décembre 1770, l’électrice annonce qu’elle est enceinte. L’électeur décide en conséquence de récupérer l’appartement de son oncle, car il n’existe pas, dans le château, « d’appartement plus voisin et plus commode » que celui-là4.

Anton Graff, Friedrich August von Sachsen, SKD online

Par cette description, la situation de l’appartement peut être retrouvée dans le château. À cette date, l’électeur occupe un appartement de parade au second étage dans l’aile ouest. À cet étage, dans l’aile est, son épouse occupe un appartement dans le pavillon5. Un plan de 1770 permet de voir qu’il existe entre les deux, un appartement.

Plan de 1770, Second étage, SLUB.

Cet appartement avait été créé en 1738 pour loger la famille du prince héritier. Cet espace était resté jusqu’en 1742 une galerie de peinture6. Il se situe entre l’appartement de société de l’électeur, au premier niveau, et celui de l’électrice dans le pavillon. Ce plan montre que l’on accède à cet appartement depuis l’escalier anglais (Englische Treppe) servant d’escalier d’honneur7. En revenant à Dresde en 1763, toute la famille est logée au château. Le frère du Prince Xavier, Frédéric-Christian et son épouse sont retournés au palais du Taschenberg. Au château électoral, il semblerait que les frères et sœurs se partagent les appartements qui restent au second étage, et à l’entresol au-dessus8. Le prince Albert possède un appartement au-dessus de l’appartement du prince Xavier juste après les garde-robes. Le prince possède donc un appartement de premier ordre dans le château.

Un appartement entre rokoko et style classique renouvelé

À son retour à Dresde, le roi décide de refaire les appartements du château, mis à mal par les troupes prussiennes. L’appartement de société de l’électeur du premier étage de l’aile Est du château, très gravement touché par le bombardement de 1760, est rénové9.

Johann Alexandre Thiele, Die Festung Königstein, SKD online.

Des photos d’avant 1945 rendent compte de la décoration choisie: la foison du décor en entrelacs est encore de mise, même si les formes se symétrisent. Le logement destiné au prince Xavier est rénové à partir de mars 1763. Les travaux sont financés par le duché, mais le prince peut faire avancer les travaux plus rapidement en payant de sa caisse. Dans son appartement, le prince propose de remplacer les poêles par des cheminées. Il y fait mettre des plaques à ses armes. Ce choix peut paraître surprenant dans une région aux hivers rigoureux, mais la cheminée conserve un prestige bien plus grand que le poêle de faïence. C’est une conception qu’il a peut-être conservée de ses séjours à Versailles. Les travaux sont relativement importants : il fait mettre de nouvelles cloisons sur les murs, poser des volets aux fenêtres, orner les portes de nouvelles serrures, retapisser les murs, et enfin il fait repeindre toutes les pièces. La peinture est blanche pour les parois, et d’ or pour les cadres, tandis que l’intérieur des armoires et des placards sont en bleu clair. La chambre est tapissée de damas rouge venant de Francfort. Les travaux de l’appartement du prince et ceux du roi s’achèvent dans le courant de juillet 1763 10.

Le mobilier et le décor de l’appartement du prince sont connus par deux inventaires en allemand réalisés le 19 mai 1769 : le premier pour les objets du duché de Saxe, et le second pour ceux qui appartiennent en propre au prince Xavier11. D’après l’inventaire, la salle d’audience, la chambre et le cabinet sont décorés de trumeaux et de dessus-de-porte. Les meubles du duché consistent principalement en lustres, rideaux et certains tableaux du décor des boiseries. Ainsi, dans les dessus-de-porte de tout l’appartement, ont été insérés des tableaux de Johann Alexander Thiele représentant des paysages12.

Plan de 1770 (détail)

Selon le plan de 1770, l’antichambre est une pièce quadrangulaire avec trois portes d’entrée, et quatre porte-fenêtres. Entre ses fenêtres se trouvent les trois trumeaux décrits dans l’inventaire. Sur les autres murs se trouvent les huit miroirs avec leurs cadres, qui sont « entourés de deux bras de lumière en verre qui sont mobiles ». Il s’agit peut- être de lambris où sont insérés des miroirs, mais la description ne permet pas de bien comprendre cette disposition. Au centre du plafond est accroché un grand chandelier à 20 mèches.

Cabinet de porcelaine dans la résidence de Dresde, 1750.

Dans l’angle de la pièce, a été disposé un grand poêle de porcelaine blanche. Sur les murs ont été mises « trois consoles d’or avec un travail de sculptures et des feuilles d’albâtre », un grand meuble, douze fauteuils rouges et aux dossiers verts. Le tout est complété par vingt-trois tables de jeux. Cette pièce avec son mobilier peut faire penser à une antichambre utilisée comme cabinet de jeu. Sa décoration est à rapprocher du cabinet des glaces de Versailles, qui fut pris comme modèle pour le cabinet de jeu de Munich (Spiegelkabinett) avec ses miroirs à profusion, ses nombreux bras de lumière, et ses consoles sur les murs pour la porcelaine13. Mais la profusion des décors de 1730 a laissé la place a un décor plus sombre dans les années 1760 à Dresde.

Cabinet de jeux de la résidence de Munich, 1731.

Le décor de la salle d’audience est le plus fastueux. Comme dans l’antichambre, des boiseries avec leurs miroirs « entourés de deux bras de lumière argentés et dessus en verre » ont été disposés sur les murs14. Au plafond, est accroché un chandelier à seize bobèches de verre. Il est complété sur les murs par des consoles à plateau d’albâtre, et de nombreux portraits de famille à mi-corps par Rotari15.

La chambre est la seule pièce représentée par un dessin. Celui-ci renseigne sur les boiseries, et sur le sol qui est parqueté (parquet en feuille). Les parois sont faites de boiseries menuisées avec des dessus-de-porte de stuc et bois représentant des enfants, possédant un cadre ornés de fleurs et de rubans. Le reste du décor de boiserie est géométrique. La paroi derrière le lit et celle des côtés possèdent des tentures rouges dans des cadres de bois dorés, aux décors géométriques. Les autres murs de la pièce ne sont pas représentés. Le lit se situe dans une petite alcôve, dont le centre seulement est représenté sur le dessin, où n’apparaissent pas les portes des côtés. D’un coté, se trouve une première porte qui donne accès à la garde-robe et de l’autre, une seconde porte donnant sur un poêle. Le dessin montre un lit à la polonaise où est disposé « une couverture rouge damassée avec tresses d’or et houppettes allongées avec 4 boutons, avec les plumes blanches », des édredons, coussins en bourrelet et un drap avec un marquage aux armes du prince et la date de 1768. Le dessin montre au fond du lit un dossier et des montants dorés avec ornements qui représentent un cartouche ovale entouré de casques et des guirlandes de fleurs.

Dessin de la chambre du prince dans l’appartement de Dresde, Archives départementales de l’Aube.

L’inventaire nous renseigne sur un meuble important de la pièce : une armoire-secrétaire à glace en bois de noyer à trois niveaux. Elle est décrite comme : « une armoire en forme de bureau à écrire à miroir avec vingt-six cases et trois étages et deux tiroirs » et une glace16. Ce meuble est connu par un dessin et une photo d’avant 1945 en montre un exemplaire disparu très proche17. C’est plutôt une sorte de bureau-cabinet où le prince rangeait objets de cristal, de porcelaine, d’ivoire. Il est composé d’une partie supérieure, d’un pupitre et d’une partie inférieure. Il possède vingt-cinq tiroirs sans compter le pupitre et le haut. La partie supérieure s’ouvre par deux portes vitrées, et de marqueterie. Le prince a fait disposer dans la pièce plusieurs horloges, dont une de Grault à Paris, et une autre de Carl Dopson à Londres, ainsi que quatre thermomètres et deux périmètres (outils pour étudier le champs visuel). Les horloges sont sûrement disposées sur les cheminées, et les thermomètres sur les murs. Une table de marbre au pied doré et un bureau viennent compléter le mobilier de la pièce.

Armoire-bureau de l’appartement, Archives départementales de l’Aube.

Le cabinet est très meublé, malgré son espace réduit. On y trouve des objets très luxueux aux cadres de bronze, et aux matières animales et végétales rares. Trois tableaux de portraits en miniature sont disposés sur les murs : ils représentent Frédéric-Auguste III, Marie-Josèphe et le prince Xavier18. On a disposé une horloge à miroir, avec boîtier en laiton et bouclier en forme de tortue par Gault à Paris, ou encore une table de jeu. Il s’y trouve plusieurs tables à écrire, guéridons, un grand canapé de damas bleu et plusieurs sièges et tabourets. La « retirade » dispose, elle aussi, de son damas rouge, et de plusieurs meubles comme des tabourets et une chaise de damas rouge. Elle est complétée par divers ustensiles du quotidien. Dans les garde-robes ont été disposées des armoires et commodes pour le rangement.

Anonyme, Kurfürst Friedrich August II. von Sachsen, König von Polen, mit Maria Josepha, Österreichische Nationalbibliothek.

La décoration des appartements de société de l’électeur est connue par un tableau de 1831 présentant le roi dans la salle d’audience de la résidence. Les murs sont tapissés de damas rouge, et les encadrements rectilignes peints en blanc et baguettes dorées. Des tableaux sont insérés en dessus-de-porte à l’encadrement en courbes et contre-courbes. Le plafond possède des ornements dorés faits d’arabesques, qui se retrouvent dans les cadres, les murs et les plafonds. Les parois rectilignes aux ornements aux motifs asymétriques rappellent les décors créés par les Bâtiments du roi au début du siècle19. Le foisonnement du décor, propre au style rocaille, devient la norme dont de nombreux exemples bavarois font l’écho20.

Carl Christian Vogel von Vogelstein, Friedrich I. im Audienzsaal, 1831, SKD online.

Le décor du dessin de l’alcôve de la chambre du prince Xavier se différencie de celui du tableau représentant le roi de Saxe dans l’appartement de société. Les parois de lambris de la chambre sont rectilignes, ornés de simples pilastres et entablements feints. La peinture blanche recouvre les surfaces, sauf pour les encadrements en frise des tapisseries de damas rouge. Les deux parties de murs encadrant le lit sont surmontés de cartouche, ornées de sculpture de guirlandes végétales où se trouvent des peintures de camaïeu représentant des enfants. Ce décor très simple entre en opposition avec celui de la salle d’audience, où les ornements sont bien plus présents : encadrements et sculptures sont peints en doré, et tous les murs sont tapissés de damas rouge.

Conclusion

Le prince Xavier a peut-être influé sur la rénovation de sa chambre. Sa décoration semble être plus proche des créations françaises des années 1750 que de celle de Munich de 1730. Il a peut être été mis au courant des nouveautés artistiques lors de son séjour à Versailles, auprès de sa sœur la dauphine en 1758. Malheureusement, l’appartement de sa sœur à Versailles est mal connu, en revanche celui du couple delphinal à Compiègne est bien connu. En 1753, de nouveaux appartements pour le dauphin et son épouse sont créés à Compiègne dans le nouveau style classique, où le foisonnement des ornements laisse place à des parois moins décorées21.

La décoration des parois de la chambre de la dauphine montre de grands panneaux de lambris rectangulaires, avec des ornements simples et rectilignes surmontés de guirlandes et de coquilles22. Nous pouvons rappeler que le prince a pris part au débat qui s’est déroulé en Saxe au sujet de la reconstruction de l’église Sainte-Croix. Il décide donc de mettre en pratique les nouvelles conceptions architectoniques dans ces intérieurs : il choisit le klazissimus plutôt que le rokoko.

Notes

1. Gazette des Gazettes, janvier 1764. 2. Voir la série de livres Das Residenzschloss zu Dresden, Band 1 (2013), Band 2 (2019) et Band 3 (2020) publié par Landesamt für Denkmalpflege Sachsen . 3. Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756), op .cit., p. 289. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE1431, copie de la lettre de l’électeur au prince Xavier, le 25 décembre 1770. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 27 septembre 1762. 5. Selon les travaux réalisé par Hensel (Margitta), « Die Appartements des Kurfürsten Friedrich August III. von Sachsen in den Schlössern von Dresden, Pillnitz und Moritzburg in der Regierungszeit von 1768 bis 1786 », op.cit. 6. Heres (Gerald), « Die Dresdener Sammlungen in Keysslers Neusten reisen », Jahrbuch der Staatlichen Kunstsammlungen Dresden, 11, 1978/79, p. 106. 7. Sächsisches Staatsarchiv, Abteilung Hauptstaatsarchiv (Dresde), 10006 Oberhofmarschallamt Cap. 01A, Nr. 17 Grundriss des ersten Obergeschosses (“second étage”), vers 1770. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 27 septembre 1762. 9. Hensel, Margitta, « Die Appartements des Kurfürsten Friedrich August III. von Sachsen in den Schlössern von Dresden, Pillnitz und Moritzburg in der Regierungszeit von 1768 bis 1786 », Wie friderizianisch war das Friderizianische? Zeremoniell, Raumdisposition und Möblierung ausgewählter europäischer Schlösser am Ende des Ancien Régime, Beiträge einer internationalen Konferenz vom 2. Juni 2012, hg. von Henriette Graf und Nadja Geißler (Friedrich300 – Colloquien, 6) [en ligne, consulté le 20 mai 2020], p. 11. 10. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1759, lettre de Morisseau au prince Xavier, 23 juillet 1763. 11. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaire des meubles appartenant au prince Xavier de l’appartement du château électoral, 19 mai 1769. 12 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles appartenant au duché de l’appartement du prince Xavier dans le château électoral, 19 mai 1769. 13. Krems (Eva-Bettina), op. cit., p. 226. 14. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles de l’appartement du prince Xavier du château électoral de Dresde. La description en allemand est: « 8. Spiegel Wand Plackers mit Fasetten und belegten Spiegel Ramen, jeder mit 2. gläsernen Leuchter Armen welche mobil ». 15. Les représentations sont jusqu’aux genoux. 16. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, inventaires des meubles appartenant au prince Xavier de l’appartement du château électoral, 19 mai 1769. 17. Haase (Gisela), Dresdener Möbel des 18. Jahrhunderts : Barock, Rokoko, Zopfstil, Rosenheim Leipzig, Rosenheimer Verlagshaus /E.A. Seemann, 1983, notice 70, p. 276. 18. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2067, « Spécification von Hr. Konige Hoheit Printz Xaverii, sämmtlichen bildern », 4 novembre 1769. Cet inventaire est la copie de celui du 19 mai 1769 mais il donne des précisions sur le nom des artistes. 19. Pons, Bruno, De Paris à Versailles, 1699-1736 : les sculpteurs ornemanistes parisiens et l’art décoratif des bâtiments du roi, Strasbourg, Association les publications près les Universités de Strasbourg, 1986. 20. Pozsgai( Martin), Germain Boffrand und Joseph Effner : Studien zur Architektenausbildung um 1700 am Beispiel der Innendekoration, Berlin, G. Mann, 2012.21. Szymski (Emilie), Les appartements du dauphin. LouisFerdinand, fils de Louis XV et de la. dauphine MarieJosèphe de Saxe au château de Compiègne : 1737-1766, mémoire de recherche. (2 de année de 2 e cycle) en histoire de l’art appliquée aux collections présenté sous la direction de Mme Hélène Meyer [en ligne, consulté le 16/07/2018], p. 106. 22Ibid., p. 110.

La fortune du prince Xavier(3) : héritage, acquisitions et comparaisons

Au XVIIIe siècle, les revenus des princes se comptent par millions de livres. Le duc de Penthièvre est ainsi l’une des premières fortunes de France. À sa mort en 1793, la fortune de ce prince s’élève à 98 461 582 livres1.

Jean-Baptiste Charpentier le Vieux, Monsieur de Penthièvre et sa fille, WikiCommon.

Les informations sur la fortune du prince Xavier de Saxe sont éparses. À la mort de son père, en 1763, il ne reçoit que quelques biens sans grande valeur, car son père lègue tout à son frère aîné Frédéric-Christian»2. À la mort de son frère aîné, l’héritage échu au prince Xavier monte à 501 écus de Saxe, environ 1 900 livres tournois et plusieurs biens non évalués comme des serviettes de damas, des tapisseries, de la porcelaine, des glaces et des formes pour la pâtisseries3. En 1769, il devient propriétaire de Zabeltitz, qui a été acheté par l’électeur. La valeur exacte de cette acquisition est, peut être, de 100 000 écus avec les terres boisées environnantes, ce qui équivaut à environ 266 000 livres tournois4, le château et son parc ne valant qu’environ 70 000 écus5.

Dessin du château de Chaumot, 1772-1773, Archives de l’Aube.

En 1771, le prince devient propriétaire de nombreux biens immeubles en France à hauteur de 2,6 millions de livres tournois : la terre de Chaumot vaut 1 020 000 livres tournois et celle de Pont 1 300 000 livres tournois. Avec cette somme, il se trouve bien loin des princes de la cour de France. Il ne peut pas espérer augmenter considérablement sa fortune par l’héritage de sa sœur Christine qui décède en 1782. Elle ne lui laisse qu’une dette de 16 690 écus de Saxe, environ 70 000 livres tournois. Cette somme fut prêtée par la princesse Elisabeth « dans un moment où elle avait le plus pressant besoin d’argent comptant »6. Comme certains propriétaires, il peut envisager de vendre une partie de ses biens pour éponger ses dettes. À partir de 1775, il propose plusieurs fois de vendre la terre et le château de Chaumot, qui pourtant lui rapporte en revenus bien plus que celle de Pont. Mais il ne trouve pas d’acquéreur.

Joseph Mannlich, Portrait du duc, de la comtesse de Forbach et de leurs enfants, vers 1764, Wiki Common.

Des propriétaires n’hésitent pas à vendre rapidement comme la marquise de Fleury qui vend sa terre de Banneville pour 260 000 livres, ou le duc de Coigny qui se décharge de plusieurs terres et d’un hôtel à Paris pour 220 000 livres7. À sa mort,en 1775, le duc de Deux-Ponts laisse de nombreuses dettes. Ses héritiers vendent une partie de sa collection de tableaux : la vente est connue par un catalogue annoté par le dessinateur Gabriel de Saint-Aubin8. Pour avoir une nouvelle source de revenu, le 5 février 1776, la comtesse de Forbach est aussi obligée de louer son hôtel parisien à David Murray, Earl of Mansfiel viscount of Stormont dit Mylord Stormont (1727 – 1796), ambassadeur extraordinaire d’Angleterre, pour six années9. Le 13 janvier 1778, les responsables des enfants mineurs du duc ainsi que son neveu Charles II de Deux-Ponts constatèrent que de nombreux travaux sont à effectuer dans l’hôtel et qu’il serait plus sage de le vendre10. C’est à ce moment que la famille de Deux-Ponts décide de réaliser un vaste projet immobilier : en 1777, le roi autorise, avec le soutien du maréchal de Richelieu et du duc de Choiseul-Gouffier, leur vaste projet de création d’une rue à l’emplacement du jardin et des communs de leur hôtel. Ce sont les créations de la rue de Choiseul et de la Michodière11. Après les travaux, des parcelles sont vendues et de nouvelles bâtisses sont réalisées. Leurs ventes permettant de rembourser les dettes. Finalement, la comtesse de Forbach et ses enfants vendent l’hôtel le 12 avril 177812.

Hôtel de Deux-Ponts( rdc), 1724, BnF Gallica.

Le prince Xavier n’est pas dans cette position, ses biens immobiliers sont trop peu nombreux pour envisager de vendre, et il est seulement locataire à Paris. Après 1769, les revenus du prince Xavier sont éparses. Chaque année, il touche environ 180 000 livres sur le trésor de Pologne et Lituanie et 150 000 livres sur le trésor de France : ces sommes permettent à peine de subvenir à ses besoins courants. Pour traiter son état déficitaire, il veut augmenter les sources de revenus. Ainsi, il espère obtenir une charge ou un gouvernement pouvant lui permettre d’augmenter ses revenus et son prestige.

Anonyme, Duc de Fitz-James, Wiki Common.

En 1775, il jette son dévolu sur le gouvernement du Languedoc laissé vacant par le décès du comte d’Eu, mais sans le succès escompté13. Ce gouvernement valait, selon Barbier, 160 000 livres de rente14. Le duc de Fitz-James touche plus de 40 000 livres pour le gouvernement du Limousin. Le duc de Polignac en étant premier écuyer de la reine reçoit 80 000 livres15.

Conclusion

Les revenus du prince Xavier sont donc conséquents, mais ils ne sont pas au niveau des princes du sang ou de certains ducs et pairs. Sa fortune reste faible. Selon Frédéric Dassas, la fortune du prince de Conti se monte à 14 millions de livres, ses revenus sont, en 1770, de 3 700 000 livres, puis, en 1771, de 2 298 158 livres. Par la suite, ses revenus sont toujours supérieurs à un million de livres16, chiffres bien au-dessus de ceux que nous pouvons voir pour le comte de Lusace.

Notes

1. Duma (Jean), Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793): une nébuleuse au XVIIIe siècle, Paris, Sorbonne, 1995, p. 50. 2. Paris, Bibliothèque polonaise, lettre de Xavier à la dauphine, citée dans Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit.,p. 145. 3. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE 2084, « Inventarium », inventaire des biens reçus en héritage, 1763. 4. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 3095, tableau de change, s.d. 5. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1429, lettre du prince Xavier au général Block, 24 avril 1769. 6. Arch. dép. Aube, fonds de Saxe, EE E 1443, lettre du prince Xavier à Antoine de Chaumont de La Galaizière, intendant d’Alsace, 8 mars 1783. 7. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 8. Bnf, est., Réserve 8-YD-5342, Catalogue des tableaux originaux des grands maîtres des rois Écoles, qui ornoient un des Palais de feu son Altesse Monseigneur Christrient, Duc des Deux-Ponts, par Remy, Paris, Veuve Musier, 1778, annoté par Gabriel de Saint-Aubin. 9. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 287, acte de location de l’hôtel de Deux-Ponts par l’ambassadeur d’Angleterre passé devant me Paulmier devant Me 5 février 1776. 10. Arch. nat., Mint. cent., ét. XLVII, 300, acte donnant pouvoir à l’architecte Ducret passé devant me Paulmier, 13 janvier 1778. 11. Coquery (Natacha), « L’hôtel aristocratique et le changement urbain au XVIIIe siècle. Les opérations immobilières du comte de Choiseul-Gouffier dans le nord-ouest parisien, 1777-1782 », Histoire urbaine, n° spécial, 2009, vol. 2, p. 105 – 117. 12. Arch. nat, MC/ XLVII/301, vente de l’hôtel de Deux-Ponts, 12 avril 1778. 13. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1435, lettre du prince Xavier à Sayffert, 15 février 1775. 14. Barbier (Edmond Jean François) , Journal historique et anecdotique: du règne de Louis XV, tome 4, Paris, Renouard, 1856, p. 104. 15. Coquery (Natacha), L’hôtel aristocratique[…],op. cit., p. 175. 16. Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », Chapey, Frédéric (préf.), op. cit.,p. 20 – 23.