Archives par mot-clé : XVIIIe siècle

La fortune du prince Xavier(2) : les aléas de la pension en France

En 1758, son statut de frère de la dauphine Marie-Josèphe de Saxe et de lieutenant général des armées du roi permet au prince Xavier de Saxe, comte de Lusace d’obtenir une pension de 150 000 livres sur le trésor royal. Cette somme est la plus importante qu’il perçoit, comme on peut le voir par les comptes réalisés par le notaire Duclos Dufresnoy de 17841. Au sortir de l’année 1769, le prince sait que son train de vie n’est possible que par les ressources venant de France, puisque celles venant de Pologne ne sont versées qu’aléatoirement (voir article).

Maurice-Quentin de La Tour, Marie-Josèphe de Saxe et son fils, 1761, Saint-Quentin.

Or la monarchie, au sortir de la guerre de Sept-Ans, connaît un endettement trop important. Les recettes des années 1770 et 1771 doivent satisfaire en totalité les dépenses de 17692. Après le départ du contrôleur Maynon d’Invault acquis à la cause de Choiseul, le roi nomme un proche du chancelier Maupeou, l’abbé Terray, au poste de contrôleur général des finances le 22 décembre 1769. Il est nommé ministre d’état le 18 février suivant et peut, dès lors, siéger au conseil du roi.

Alexandre Roslin, Abbé Terray, 1774, Versailles.

Dès janvier 1770, l’abbé Terray met en place une série de réformes de nécessité pour assainir les finances royales. L’abbé propose plusieurs arrêts sur le sujet au conseil du roi. Le 19 janvier, il ordonne la réduction des pensions et traitements donnés sur le trésor royal. L’abbé observe que « les pensions et gratifications, tant ordinaires qu’extraordinaires, continueront d’être sujettes à la retenue ordinaire du dixième ». Puis dans l’article II de cet arrêt, le ministre ajoute que la retenue « sur celles au-dessus de deux mille quatre cents livres, à quelques sommes qu’elles puissent monter, à raison de trois dixièmes »3. Cette réforme des pensions doit s’appliquer rétroactivement aux pensions échues en 1768 puis à partir de 1770 pour toutes les gratifications extraordinaires. Les revenus du prince s’élevaient pour les traitements du trésor royal, en 1763, à 150 000 livres4. Le prince voit dès lors, sa pension réduite drastiquement passant de 150 000 livres à 105 000 livres, ce qu’il ne peut accepter.

Écu, Louis XV dit “au bandeau”, 1767, Metz, CGB.

Alors en Italie, le prince Xavier écrit ainsi le 9 mars 1770 au colonel Sayffert :

Vous pouvez bien vous imaginer combien l’arrêt que vous m’avez envoyé sur la diminution des pensions m’inquiète, d’autant plus que vous me marquez que même les princes du sang n’étaient point exceptés de la règle. Suivant mon calcul, cela me ferait une perte de 45 000 livres qui me mettrait assez mal à mon aise. Il est vrai que je n’ai jamais souffert de retenue, pas même celle de l’ancien dixième ordinaire5.

Alors le prince tente, à la cour, de s’appuyer sur des personnes influentes pour obtenir des compensations, voire un retour total du montant de sa pension. Il sait que tant qu’il sera à l’étranger, les ministres ne mettront aucune bonne volonté à lui payer sa pension ni même à revenir sur la mesure. En 1771, il espère qu’à son retour en France, il pourra récupérer sa pension en totalité c’est-à-dire « 300 000 livres à prétendre au trésor royal sur ma pension pour les années 1770 et 1771 » sans les diminutions opérées par la réforme Terray6. Mais la requête du prince semble rester lettre morte malgré les sollicitations de Martange auprès de Terray. En 1772, il renonce à vouloir réclamer la totalité de son dû. Il écrit à Martange de lui procurer si ce n’est le total des deux années, « la moitié au moins s’il est possible de mon traitement sur le trésor royal pour l’année 1771 » car les 100 000 livres de Saxe ne suffiront pas à payer les travaux qu’il effectue dans ses demeures et son voyage en Bavière7.

Joseph Hauziger, Louis XVI et Marie Antoinette (détail), 1778, Met museum.

En 1774, à la mort du roi, le prince n’a toujours pas récupéré les montants. Louis XVI ne conserve pas le ministre Terray. Les sollicitations du prince sont acceptées par le roi qui lui accorde par l’ordonnance du 31 décembre 1775 une pension de 150 000 livres sans retenue8. C’est un retour à la normale, mais le prince Xavieren demande davantage par le recouvrement des sommes perdues depuis réforme de 1770. Finalement le nouveau ministre des finances Turgot accepte de lui verser « chaque année, outre le montant de la pension courante, une partie des arrérages », ce qui fait 18 750 livres par mois. En novembre 1776, le prince se plaint encore au ministre Necker de n’avoir pas reçu tous les paiements, puisqu’il manque les sommes des mois d’avril et octobre de l’année en cours. Le prince propose de recevoir les sommes des deux mois en une fois « le mois de décembre prochain »9. Il semblerait que les tractations du prince soient couronnées de succès puisqu’en 1776, la rente du prince est versée chaque année. En 1776, elle semble de surcroît monter jusqu’à 225 000 livres10.

Conclusion

En 1790, la pension du prince est de 150 000 livres par an. Le roi lui verse une grosse pension puisque viennent ensuite celle du comte de Périgord de 68 123 livres, celle du duc du Châtelet de 64 500 livres, celle du prince de Montbarrey de 64 000 livres et enfin, celle du prince de Condé qui ne monte qu’à 55 801 livres11.

L’appel de Jacques Necker, BnF Gallica.

Le prince Xavier touche une pension qui est le triple de celle d’un cousin du roi comme Louis V Joseph prince de Condé. Mais ce dernier doit posséder une fortune s’élevant à plusieurs centaines de milliers de livres tournois, ce qui n’est pas le cas du comte de Lusace. Mais sa pension est moindre que celle du duc de Deux-Ponts qui, grâce à un traité signé en 1751 avec la France et plusieurs fois renouvelé jusqu’en 1776, touche près de 300 000 livres par an12. Ces pensions de Saxe, Pologne-Lituanie et France ne permettent pas complètement au prince de vivre selon le train de vivre qu’il s’est fixé. Dès lors, il met en place une politique d’acquisition de terre qui par leur revenu doit lui permettre de mettre son budget à l’équilibre, ce que nous verrons dans d’autres articles.

Notes

1. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 2540, comptes de l’année 1784.2. Laugier (Lucien), Un ministère réformateur sous Louis XV: Le Triumvirat (1770-1774), Paris, La Pensée Universelle, 1975, p. 165. 3. Arch. nat., E 1452 B, arrêt 19 janvier 1770. Publié dans Mercure de France, février 1770. 4. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1596, lettre de Martange au prince Xavier, 7 avril 1763. 5. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Sayffert, 9 mars 1770. 6. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1430, lettre du prince Xavier à Martange, 31 décembre 1770. 7. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1432, lettre du prince Xavier à Martange, 26 mai 1772. 8. Rapports du comité des pensions à l’assemblée nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1790, volume 1, p. 57. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1436 lettre du prince Xavier au ministre Necker 30 novembre 1776. 10. Anonyme, Collection de compte rendus[…] depuis 1758 jusqu’en 1787, Paris, Cuchet et Gattey, 1787, p. 170. 11. Anonyme, Dixième supplément historique et essentiel à la liste des pensions, II volume, Paris, Denné, 1790, p. 36 – 37. 12. Michel (Patrick), « Christian IV, duc des Deux-Ponts (1722-1775) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2016, p. 5 [en ligne, consulté le 04 juin 2019].

La fortune du prince Xavier(1) : le trésor de Saxe et de Pologne-Lituanie

Le prince Xavier de Saxe possède des pensions en Saxe, Pologne-Lituanie et en France. Bien loin d’être un prince riche, il reste néanmoins dans la catégorie haute de la noblesse européenne.

Taler, Franz Xaver. Regent, 1763-1768, Wiki Common.

La première manne financière que le prince Xavier reçoit, est la plus ancienne, puisque dépendant uniquement de son statut de duc de Saxe. Avant la guerre de Sept-Ans, le prince Xavier évalue les revenus provenant du trésor de Saxe à 24 000 écus. Cette somme est pour son usage propre : le duché lui met à disposition un logement et du mobilier dans un des palais de Dresde. En outre, cette caisse ducale lui paie toutes les dépenses de son écurie, tant en hommes qu’en chevaux, ainsi que tous ses frais de voyage. Ses frais de bouche sont compris dans les 40 000 écus attribués à ce sujet à tous les fils du monarque1.

“Réduction de l’argent de France en argent de Saxe”, Archives de l’Aube.

Entre 1758 et 1763, le prince Xavier évalue ses revenus entre 45 000 et 50 000 écus par an, ce qui fait environ 150 000 livres tournois. En 1763, le testament de son père fait diminuer très fortement cette somme : il obtient, comme ses frères, 20 000 écus par an soit seulement 60 000 livres tournois. Il perd ainsi environ 2/3 de ses revenus financiers. Par ailleurs, le prince explique que son père ne leur donne plus aucun effets mobiliers, car ils appartiennent tous au duché, et le roi ne peut en disposer comme bon lui semble. En outre, toujours selon le testament, si l’un des membres de la famille venait à se marier, avec l’accord de l’électeur, cette somme peut augmenter jusqu’à 50 000 écus.

“Projet de conversation”, vers 1770, Archives de l’Aube.

D’après un projet de discours sur les raisons de son départ en France, le prince pense que l’électeur refuserait son départ s’il continuait à percevoir de l’argent sur les caisses du duché2. Nous ne savons pas si cette discussion a eu lieu, mais la pension de Saxe disparaît de la comptabilité après le départ du prince Xavier, ce qui prouve qu’il y aurait eu un accord à ce propos.

Taler, August III Sas, 1754, Coll. part.

En revanche, à cette date, le prince conserve une pension sur le trésor de Pologne et Lituanie. Après la mise en place de la constitution de 1768, la diète décide de continuer de verser aux princes Charles et Xavier une pension viagère de 1200 ducats. Lors de la diète de 1775, le roi de Pologne Stanislas II décide de leur conserver la pension et de leur payer « deux années qui étaient échues et que le mauvais état des finances de la République n’avait pas permis de leur faire compter»3. En contrepartie, le prince Xavier renonce à toute prétention sur le trône polonais selon l’Acte de renonciation de 1765.

Dwuzłotówka (deux złoty), Stanisław A. Poniatowski, 1770, Coll. part.

Plusieurs documents nous renseignent sur ce que le prince perçoit des trésors de Pologne et Lituanie à partir de 1775. Ce sont des récapitulatifs de sommes dues et perçues mais aussi des prélèvements effectués. Les informations manquent pour bien comprendre le fonctionnement des paiements. D’après certains documents, une première commission du 30 juin 1775 assigne 2 814 000 florins aux princes Charles et Xavier, puis une seconde du 23 juillet 1778, 3 216 000 florins. Le trésor de Pologne doit leur verser 2 144 000 florins et le trésor de Lituanie, qui y participe pour un tiers, leur verse 1 072 000 florins. Cet argent n’est pas perçu de façon régulière et plusieurs fois, le prince charge ses agents en Pologne de réclamer son dû4.

Półtalar (demi taler), Stanisław A. Poniatowski, 1777, Coll. part.

À partir de 1776, le prince Xavier doit toucher 290 333 florins sur le trésor de Lituanie. Entre 1776 et 1778, il reçoit seulement la moitié de la somme. Le versement semble plus régulier par la suite. Les données manquent à partir de cette date pour proposer une somme perçue : elle devait être du même ordre. Ces pensions sont mineures par rapport à ce qu’il perçoit du trésor de France. Les sommes paraissent importantes, plus de trois millions de livres en 1775. Son versement, trop aléatoire, n’en fait pas une source constante de revenu. En 1776 , le trésor lui verse un peu moins de 300 000 florins ce qui fait environ 195 000 livres.

Conclusion

Ces revenus sont les mêmes pour tous les fils du roi Auguste III conservant le titre de prince de Pologne (S.A.R.) après 1763. La somme fluctue autour de 190 000 livres. Cette somme le met au même niveau qu’un prince de Sang en France à l’exemple du prince de Conti qui touche entre 1770 et 1774 environ 180 000 livres de rente5. C’est en conséquence le statut (plus ou moins déguisé) qu’il compte réclamer en France. Mais la fortune du prince ne s’arrête pas à ces pensions de Pologne, il convient d’ajouter les sommes perçues à partir de 1758 sur le Trésor de France et les revenus de la terre que nous verrons dans d’autres articles.

Notes

1. Paris, Bibliothèque polonaise, lettre de Xavier à sa sœur, citée dans Bajer ( Jakub), « La France face à l’élection et à la reconnaissance du roi Stanislas-Auguste (1763-1766) », op. cit.,p. 145. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1899, “Projet de conversation”, vers 1770. 3. Kriegelstein (Christian Friedrich Pfeffel von ), État de la Pologne[…], Paris, Herissant, 1770, p. 81; Journal politique et de littérature, Bruxelles, 6 septembre 1775. 4 Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 3095, états des apanages de Pologne et Lituanie, s.d. [1778?]. 5.  Dassas (Frédéric), « La fortune des princes de Conti : essai d’estimation au XVIIIe siècle », Chapey, Frédéric (préf.), Les Trésors des princes de Bourbon Conti, catalogue de l’exposition du Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq à L’Isle-Adam (28 mai-1er octobre 2000), Paris, Somogy, 2000,p. 20.

Le palais de la Pirnaische Gasse à Dresde jusqu’à l’incendie de 1760

Le roi de Pologne Auguste III et son épouse Marie-Josèphe d’Autriche ont eu de très nombreux enfants dont onze arrivèrent à l’age adulte. Le chateau electoral ne peut recevoir tous les membres de la famille d’autant plus lors de leur mariage. Alors il se pose le problème de loger chaque membres de la nombreuse famille avec leurs suites dans la ville-résidence de Dresde.

Fig.1 Peter Jakob Horemans, Konversationsstück, 1761, Schloss Nymphenburg. La famille de Saxe et de Bavière faisant de la musique et jouant aux cartes.

Du Taschenberg au palais de la Pirnaische Gasse : un palais pour les princes

En 1741, le roi, de Pologne August III ordonne de loger ses aînés en dehors du château électoral. Les princes Xavier (onze ans), Frédéric-Christian (dix-neuf ans) et Charles (huit ans), sont logés dans des appartements du palais du Taschenberg. Le bâtiment se trouve non loin du château électoral.

Fig.2 Plan de la ville lors du bombardement de 1760, WikiCommon. Le palais du Taschenberg est au numéro 4 et le palais de la Pirnaische Gasse est au numéro 34.

L’aîné des princes électoraux, Frédéric-Christian, installé au premier étage, Xavier au deuxième étage, et Charles dans l’aile sud du palais. Ce palais avait été construit entre 1705 et 1708, pour Anne-Constance de Brockdorff comtesse de Cosel, maîtresse du roi Auguste le Fort. Il était devenu propriété royale à la disgrâce de celle-ci, en 1713.

Fig.3 Johann Carl August Richter, Taschenbergpalais, vers 1845, Deutsche Fotothek.

Il fut meublé à la turque en 1715, ce qui lui valut pendant quelques temps le nom de palais Turc. Puis à partir de 1718, il fut appelé Palais Princier, lorsqu’il devint la demeure du prince héritier Frédéric-Auguste et de son épouse Marie-Josèphe d’Autriche1. En 1746, le palais du Taschenberg est choisi comme logement pour le prince-hériter, son épouse Marie-Antoinette de Bavière, et leur future progéniture2. Il fallait dès lors trouver un logement pour les princes Xavier et Charles. Le 27 août 1746, le roi rachète un palais situé dans la Pirnaische Gasse, rue située au sud ouest du palais électoral, qui permet de se rendre à Pirna. Il débourse la somme de 180 000 thalers pour l’acquérir.

Palais Flemming-Sulkowski

Fig.4 Matthäus Daniel Pöppelmann et Schmidt, Palais de Son Excell. Msgr. Le Comte de Flemming, Grand Ecuyer de Lithuanie, Gen. Feldmarchal, Direct. du Cabinet, President du Conseil privé de Guerre de Sa. Maj. le Roy De Pologne et Electeur de Saxe, avant 1736. Deutsche Fotothek.

En 1714 le palais du comte de Pflug est acquis par le comte Jakob Heinrich comte de Flemming (1667 – 1728), favori du roi, feldmarechal et ministre du cabinet. Le roi Auguste III l’achète en 1726 avec une autre maison situé derrière dans la Moritzstrasse. Pendant quelques années, le bâtiment est utilisé par le monarque pour abriter la Chambre d’art.

Fig.5 Louis de Silvestre, Portrait de Jacob Heinrich Reichsgraf von Flemming, Belarusian National Arts Museum.

Le roi qui ne lui trouve pas de destination définitive, le donne, en 1736, au comte August Kasimir von Sulkowski. Il reste en possession du comte jusqu’à son rachat par le roi en 1746. Selon l’historien Philippe Saudraix, cette acquisition est liée à l’arrivée de Marie-Antoinette de Bavière, épouse du prince royal Frédéric Christian, le couple devant loger au palais du Taschenberg3, il fallait alors trouver un autre logement pour les princes Xavier, Charles, Clément et Albert. Le palais est donc utilisé pour les autres fils du roi4.

Fig.6 Pierre Subleyra, Kurprinz Friedrich Christian von Sachsen, Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, SKD.

Le palais n’est pas attribué immédiatement aux princes, puisque le roi y fait loger, en 1747, le duc de Richelieu, ambassadeur extraordinaire de la France en Saxe, pour préparer le mariage du dauphin avec la princesse Marie-Josèphe. Il semblerait que les princes occupent effectivement leurs appartements respectifs dans le palais au printemps de l’année 1747, puisque le baron Hugo Wilhelm von Wetzel leur y rend visite le 10 juin 17475.

L’architecture du palais

En 1704 le comte de Pflug achète une maison et la fait modifier par l’ingénieur Johann Rudolph Fäsch. C’est une construction dont nous ne connaissons rien. Entre 1720 et 1724 le comte Flemming demande à l’architecte Knoffel d’effectuer des travaux. Ces changements sont connus par des gravures qui montrent que le palais est vaste sur cinq niveaux [Fig.7].

Fig.7 Pierre Schenk et Fäsch, Facade du Palais de Son Excellence le Comte de Flemming, Premier Ministre d’Etat et General Feldmareschall de Sa Majesté le Roy de Pologne et Electeur de Saxe à Dresde, vers 1750, Deutsche Fotothek.

La façade principale est marquée par un tympan colossal sur les trois travées centrales et une porte avec un balcon sculptés au rez-de-chaussée. Puis en 1736, le roi décide de le faire agrandir en faisant l’acquisition de deux maisons et d’une partie d’un terrain de la Pirnaische Gasse [Fig.8]. Dans l’annuaire de Dresde de l’année 1749, il est rappelé qu’ il a été «de nouveau complètement rénové en 1747 »6.

Fig.8 Johann Rudolph Fäsch et Johann Christoph Knöffel, Palais Flemming-Sulkowski, vers 1736/1747, Deutsche Fotothek.

A partir de 1750, le palais est donc impressionnant: le bâtiment se déploie autour d’une cour centrale et d’une cou annexe. Le plan au sol est connu par un dessin d’architecte. Les appartements d’honneur se trouvent sur la rue d’où le nom du palais.

L’appartement du prince Xavier en 1760

Le palais de la Pirnaische Gasse a été très gravement endommagé par le bombardement prussien au début de l’été 17607. Alors en campagne militaire, le prince Xavier est mis tardivement au courant des destructions [Fig.2]. Le prince demande, le 15 août 1760, à son valet de faire un état de tout ce qu’il a « perdu que de tout ce qui subsiste encore surtout des plans, livres, tours, armes, porcelaines »8. La lettre a mis six semaines pour parvenir à Dresde dans cette période troublée par la guerre. Dans une réponse du 6 octobre 1760, le valet Morisseau énumère, par pièce, les dégâts provoqués par l’incendie. D’après cette lettre, on peut connaître l’appartement du prince.

Fig. 9 D’après Rotari , Prince Xavier de Saxe, Tansey Collection.

Il semble que le prince soit logé au premier étage du palais. Son appartement est constitué d’une chambre d’audience, d’une chambre à coucher, d’une bibliothèque, d’un cabinet de porcelaine, d’une chambre du tour et de pièces servant de garde-meuble et garde-robe en dessous ; puis au second étage se trouvent d’autres garde-robes, une chambre des armes, et une chambre « où était la petite artillerie ». L’appartement est composé de plus d’une dizaine de pièces. Il faut y ajouter encore des chambres pour le personnel, qui ne sont pas énumérées. Le valet ne fait pas un inventaire complet de l’appartement, il se focalise sur les pièces importantes par la qualité des objets : la chambre d’audience, la chambre à coucher, la bibliothèque, la chambre des armes et le cabinet de porcelaine.

Dans la chambre d’audience, le valet décrit, dans des armoires, « la porcelaine rouge, tous les plans, les instruments mathématiques, et pour dessiner ». Il ajoute, dans la description, les deux commodes, une grande montre « qui était sur la table du milieux », la table à dessiner, et les lustres. La pièce comportait des boiseries et une grande commode « pour y mettre les plans selon l’alphabet » qui furent consumées par les flammes. Puis il inventorie les objets de la chambre à coucher où se trouvaient de la « porcelaine tant rouge que de couleurs », des statues d’ivoire, des « tableaux et images », une « montre du miroir », un prie-dieu, un bureau à miroir, des fauteuils et des tabourets.

Le décor des murs est constitué de « consoles pour la porcelaine au dessus des portes » et d’autres « consoles pour les statues ». Dans la bibliothèque, le valet décrit des armoires où le prince rangeait « tous les livres, cartes, tableaux ou images ». Dans le cabinet de porcelaine se trouvaient « la pendule du miroir, les cinq canapés, la table à écrire, les deux petites tables, avec les quatre guéridons » et « les consoles, les bureaux vides ». L’appartement se terminait par la chambre des armes, avec sa collection d’armes anciennes « tant arquebuses, fusils, pistolets, arbalètes »9.

D’après le compte rendu du valet, le déploiement de faste est bien visible. Avec la destruction de cet appartement, le prince perd un logement luxueux aux très nombreuses pièces. On ne connaît pas les appartements de ses frères et sœurs, qui permettraient une comparaison. Cet espace est celui d’un célibataire, dont les goûts paraissent propre à son sexe et à sa fonction, les cartes et les armes pour ne citer qu’elles10. La porcelaine dénote en revanche un goût propre à son caractère, mais aussi un trait dynastique de la famille de Saxe depuis le règne d’Auguste le Fort.

Conclusion

Le palais grandement endommagé pendant la guerre est par la suite destiné à devenir le Landhaus. La reconstruction du palais est pris en charge par l’architecte Friedrich August Krubsacius et l’inauguration se déroule en 1776.

Fig.10 Landhausstraße, Straßenansicht gegen Pirnaisches Tor mit dem Landhaus, rechts, 1800, Deutsche Fotothek.

Notes

1Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756), p. 150. 2. Prinz (Henning), « Die Raumgestaltung des Taschenbergpalais zur Zeit Friedrich Christians und Maria Antonias », chap. I/II, Jahrbuch der Staaliche Kunstsammlungen Dresden, 1986/87, p. 141-163 et p. 83-118. 3. Pour un résumé de l’histoire de ce palais, voir Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756)[…],op. cit., p. 313-314. 4. SHStA 10026/774 cité par Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756)[…], op. cit., p. 313 – 314. 5. Saudraix (Philippe), op. cit., p. 314. 6Neu-verbesserte und accurate Dressnische Addresse, Dresde, 1749, p. 27 cité par Saudraix (Philippe), Dresde et les Wettin (1697-1756)[…], op. cit., p. 314. 7. Archenholz (Johann Wilhelm von), Histoire de la guerre de sept ans, commencée en 1756[…], Volume 1, Metz, Devilly, 1789, p. 32. 8. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1457, lettre de Xavier du camp de Milenhusen à Morisseau, 15 août 1760. 9. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1758, lettre de Morisseau au prince Xavier, 6 octobre 1760. 10. Bischoff (Cordula), « Le Frauenzimmer-Ceremoniel (cérémonial des femmes) et ses conséquences sur la distribution des appartements princiers des dames vers 1700 », Gaehtgens (Thomas W.)et al. (dir.) « Versailles et l’Europe L’appartement monarchique et princier, architecture, décor, cérémonial », Paris, DFK, 2017, p. 149-173 [ en ligne, consulté 19/10/2017]

«L’Ukraine » dans la titulature des gravures des rois de Pologne au XVIIᵉ siècle

Introduction 

 L’appellation Ukraine était alors plus souvent utilisée dans le sens où l’ancien mot russe «okraïna» [périphérie, ndlr] se retrouve dans les sources écrites depuis le XIIe siècle, lorsqu’il était question de territoires situés à la frontière du pays. Tandis que le mot «ukrainien», à en juger d’après les documents d’archives, désignait à l’origine ceux dont le service était d’assurer la protection des frontières extérieures.

Vladimir Poutine, « Sur l’unité historique entre la Russie et l’Ukraine », 12 juillet 2021 (traduction officielle sur le site de l’ambassade de la Fédération de Russie en France).

Pour Poutine le mot “Ukraine” n’a qu’un sens géographique et aucun sens pour désigner une nation et un état. Ils sont à ses yeux des constructions occidentales récentes contre la Russie et l’orthodoxie.

Texte de Poutine en russe. On remarquera qu’il parle de texte d’archives sans donne leur provenance.

Pourtant ce mot a eu un sens politique et national dès le XVIIe siècle. Les gravures de Bogdan Khmelnitski le décrivent comme “duc de la nation (peuple) d’Ukraine” et le roi de Pologne Jean III Sobieski se fait appeler comme “grand duc d’Ukraine”. Il nous faut revenir sur l’émergence du terme et son rattachement à la politique complexe mise en place par le roi de Pologne sur les cosaques en Ukraine.

Description géographique et ethnologique de l’Ukraine

En premier lieu, le terme “Ukraine” désigne, pour les géographes une région et un peuple. Le terme “Oukraïna“, apparu au XIIe siècle, se traduirait “dans le pays” ou “la terre du peuple” ou encore la “principauté” des Rus’ de Kyiv. Les historiens russes puis Poutine ont mis en avant que ce terme, traduit en russe “okraïna”, désigne la “périphérie” ou la frontière” de l’empire, de la Pologne-Lituanie ou de Kiev. Le terme “Ukraine” apparait en français sous la plume de Guillaume le Vasseur de Beauplan qui est un spectateur des évènements qui se déroulent au milieu du XVIIe siècle.

Guillaume de Beauplan, Carte de l’Ukraine, 1648, Wiki Common (détail).

Le géographe sert à partir de 1631 pour le roi de Pologne notamment en Podolie, Volhynie et sur les terres des cosaques le long du Dniepr. Il fait les campagnes du grand hetman de la couronne et sénateur polonais Stanisław Koniecpolski. Il se rend jusqu’à la mer d’Azov et en Crimée.

En 1648, il donne une première carte de l’Ukraine. Puis il écrit la Description d’Ukraine qui sont plusieurs provinces du Royaume de Pologne en 1660. Cette carte est amélioré au début du XVIIIe siècle par Guillaume Delisle, élève des Cassini. Le terme est adopté et repris dans les livres et dictionnaire de géographie. L’Ukraine semble regrouper deux palatinats (voivodies) de la Petite Pologne: celle de Kiyv et de Bratslav. Elle se situe donc dans le sud-est du royaume de Pologne après les palatinats de Ruthénie, Podolie et Volhynie. C’est ainsi véritablement à la création de l’hetmanat que le terme “Ukraine” associé à “terre des cosaques” désigne un peuple, un territoire et une organisation sciale et politique.

Jean-Baptiste Audiffet, La géographie ancienne, moderne et historique, 1689, tome 1er, p.365.

En second lieu, c’est ainsi aussi un peuple divers mal connu qui est décrit. Le succès des textes et cartes de Beauplan permet de rendre populaire le terme de “terre ukrainienne des cosaques”. Dans sa Description d’Ukranie de 1660, il donne l’image d’une nation cosaque différente de celle des polonais et russe.

Guillaume le Vasseur Beauplan, Description d’Ukranie, 1660, p.4

 Par la suite, la Description historique de l’Empire russien de Philipp Johann von Strahlenberg de 1757 explique que le mot Ukraine est de moins en moins employé.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.270-271.

Au court du XVIIIe siècle, l’empire russe, qui a conquis la plus grande partie des territoires ukrainiens, met en place une politique de russification qui passe aussi par le changement de la terminologie comme on peut le voir dans des dictionnaires de géographie ou Les fastes de la Pologne et de la Russie . Malgré tout, le terme, restant dans les mémoires, devient au court du XIXe siècle celui d’une nation puis d’un pays (voir l‘article de la BnF sur une carte de 1732).

André Guillaume Contant d’Orville, Les fastes de la Pologne et de la Russie, Paris, Costard, 1769, Volume 2, p.16

 

Union de Lublin : Sigismund II Auguste, roi de Pologne et grand duc de Lituanie et Russie

En 1569, le royaume de Pologne et le grand duché de Lituanie décident de s’unir définitivement face à la menace des Moscovites et des Ottomans. A partir de cette date un seul roi est à la tête de l’entité de la République des Deux-Nations sans que rien ne puissent plus les séparer comme sous les Jagellon Jean Albert et Alexandre au XVe siècle. Il est élu par le grand sejm.

Abraham Hogenberg, König Sigismund III. von Polen, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Sur une gravure de Sigismund II Auguste, la titulature est ” roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Russie, Prusse, Mazovie, Samogie, Livonie, Severie etc”. La liste des titres est complété par une série d’une quarantaine de blasons. Cette titulature semble devenir exemplaire pour les rois de Pologne.

Philipp Johann von Strahlenberg, Description historique de l’Empire russien , Paris, 1757, p.263.

Le terme “Russie” est utilisé dans la titulature et non “Ukraine”. Ce terme renvoie à la “Ruthénie” ou “Rus’ de Kiev”. Des princes de la région de Moscou et de Vladimir vont créer un nouveau royaume et prendre le titre de “tsar de Moscovie” pour se rattacher à Byzance et à l’orthodoxie. Il ne faut donc pas confondre les deux termes Ruthénie/Rus’ de Kiev/duché de Russie et Moscovie/royaume de Russie qui se retrouvent sur les différentes gravures.

Ivan IV, tsar de Russie, XVI-XVIIe s., Wiki Common.

Le tsar se veut aussi bien le continuateur de l’empire byzantin orthodoxe que de celui de l’ancienne principauté Rus’ de Kyiv en prenant le titre d’empereur de tous les Rus’. C’est un message envers le souverain de la Lituanie et de la Pologne. En 1558, le patriarche de Constantinople reconnait les titres du tsar Ivan IV alors que les princes de l’ouest lui refuse cette reconnaissance. Il reste seulement “grand duc de Moscou” jusqu’au XVIIIe siècle.

Henri de Valois roi de France et de Pologne

Le prince Henri de Valois est élu au trône de Pologne en 1573 mais à la mort de son frère ainé en 1574, il devient roi de France. Les deux titres sont mis sur les gravures mais la couronne de France est mise en premier puisqu’elle est plus prestigieuse.

 

Etienne Batory

Le prince de Transylvanie Stepan Batory est élu à la couronne de Pologne en 1576. Il épouse Anne Jagellon fille de Sigismond Ier et soeur du roi Sigismund II August. Dès lors il utilise le titre: ” Par la grâce de dieu, roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Russie, Prusse, Mazovie, Samogie, Kiwonie, Volhynie, Podlachie et prince de Transylvanie” comme on peut le voir sur un document de 1579.

[List do Iwana Groźnego], 1579, Archiwum Morstinów(détail).

Les titre rappellent ceux de Sigismund II Auguste de la maison Jagellon. Sur les gravures, le personnage a peu de titre mettant en avant son statut de “roi de Pologne” et “grand duc de Lituanie” qui sont les titres les plus importants. Il possède aussi le titre de “duc de Russie”.

Ladislas IV et Jean Casimir Vasa : roi de Pologne et de Suède

Sigismond III Vasa est roi de Pologne en 1587 puis roi de Suède en 1592. En 1610 Ladislas IV son fils est désigné tsar par la victoire de Stanisław Żółkiewski qui a pris Moscou. Il est ensuite roi de Pologne à partir de 1632. En 1648 Jean II Casimir Vasa son frère lui succède. En 1607, son cousin Charles est sacré roi de Suède après des années de guerre civile.

Egidius Sadeler, Portret van Sigismund III, koning van Polen, 1597 – 1629, Amsterdam, RijksMuseum.

Selon une gravure son titre est “Ladislas IV, roi de Pologne, grand-duc de Lituanie, Ruthénie, Prusse, Masovie, Samogitie, Livonie, et également roi héréditaire des Suédois, Goths et Vandale, élu grand-duc de Moscovie”.



Georg Förster et Jeremias Falck, Wladislaus IV., König von Polen,, 1630-1677, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

La branche des Vasa de Pologne revendiqueront toujours le trône de Suède qui a été à leur yeux usurpé. Mais ce titre n’est pas revendiqué par la suite par les rois de Pologne qui leurs succèdent.

Johann Wyd Hoffman, Ioannes Casimirus Dei Gracia [!] Rex Poloniae ac Svecia [!] &., Warszawa, Biblioteka Narodowa.

Hetmanat et grand duché de Ruthénie

En 1648, les cosaques mené par l’hetman Bohdan Khmelnitski entre en révolte contre le roi de Pologne, ce conflit qui s’ouvre est vu par certain comme une “guerre de libération”. Le 27 décembre 1648 le hetman est couronné par le patriarche de Jerusalem à Kyiv. Mais défait en 1649, le roi Jean II Casimir Vasa signe le traité de Zboriv et reconnait l’hetman comme seul chef des cosaques créant ainsi une nouvelle entité territoriale et politique appelé hetmanat.

Mais le conflit continue en raison des oppositions des primats polonais catholiques de reconnaitre les privilèges donnés aux orthodoxes. En 1653, le tsar décide d’entrer en guerre et de soutenir les cosaques contre la Pologne. L’assemblée réunie à Moscou décide que la “terre cosaque” entre sous la protection de la Russie en raison de l’unification des Chrétiens orthodoxe sous l’égide de l’Église de Moscou. L’assemblée de Pereïaslav en 1654 avec les envoyés des cosaques entérine la décision par un traité (aujourd’hui perdu). Le 8 janvier 1654 le hetman envoya une lettre au tsar “souverain de grande et petite Russie” qui fut repris dans la titulature dès février 1654. Pour la Russie ce fut un acte fondateur de “réunification des Rus’ “sous l’égide de l’Église orthodoxe. En 1655 le tsar ajoute “Russie blanche” à ses titres.

Tabula nova totius REGNI POLONIÆ. 
in quo sunt Ducatus et Provinciae Prussia, Cujavia, Mazovia, Russia Nigra, & c. 
DUCATUS LITHUANIA, UKRANIA, etc,
1679 (détail), Andriy Baitsar.

La guerre fait rage en Pologne-Lituanie connue sous le nom de “Déluge (Potop)”. Défaite de Batoh face aux cosaques en 1652 marque le commencement de cette période où l’armée polonaise est anéantie. La Suède et la Russie envahissent le territoire de la République. En 1657, Bohdan Khmelnitski décède et la question de l’état cosaque reste en suspens. L’hetmanat est agité par une période de division et de conflits internes appelé “ruine” par l’historiographie. En 1658 son successeur l’hetman Ivan Vyhovsky signe le traité de Hadiach qui met en place une nouvelle entité le “grand duché de Ruthénie” ou “grande principauté des Rus'”. Ce texte fut compliqué à mettre en place voyant aussi bien l’opposition d’une partie des cosaques voulant continuer le rapprochement orthodoxe avec la Russie que celle des nobles catholiques polonais et lituaniens voyant l’arrivée de potentiel rivaux de l’hetmanat. Le hetman devient prince du royaume mais ses prérogatives diplomatiques disparaissent. Les tensions religieuses augmentent par crainte de la domination polonaise sur les orthodoxes. La population paysanne ukrainienne y voit une garantie des privilèges nobiliaires. Une révolte naît. Les défaites polonaises face aux russes ne font qu’amplifier l’opposition au traité qui est très rapidement oublié.

En 1660, la paix est signée avec la Suède par le traité d’Oliva. La Russie continue de soutenir la révolte cosaque mais l’armée polonaise entre sur le territoire des cosaques de la rive gauche du Dniepr sous domination russe depuis le traité de Pereïaslav de 1654.


Abraham van Westerfeld, Vue de la cathédrale de Sophie de Kyiv, 1651, Wiki Wand.

Des négociations s’ouvrent alors qu’aucun des deux belligérants ne parvient à prendre l’ascendant sur l’autre. Lors du traité d’Androussovo en 1667, la Biélorussie et l’ouest de l’Ukraine (région de Kiyv, Volhynie, Podolie et Galicie) reviennent à la Pologne mais les villes de Smolensk, Chernihiv et Kyiv restent sous contrôle du tsar. Le traité propose de rendre Kyiv deux ans après la signature. Le clergé orthodoxe s’y oppose farouchement et la ville n’est jamais rendue. Dès lors l’hetmanat ou “terre cosaque” est séparée en trois : la Rive droite sous protection du roi de Pologne, la Rive gauche sous protection du tsar depuis le traité de Slobodyshche de 1660, et la sich Zaporogue très largement indépendante jusqu’à sa destruction par le tsar en 1709.

L’Ukraine, une “terre perdue” à reconquérir

En 1668, le hetman Petro Dorochenko s’est mis sous protection de l’empire musulman. En 1669 le général Michał Wiśniowiecki est élu roi de Pologne dans une période de trouble. La même année Jan Sobieski, brillant général polonais devient grand hetman de la couronne.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

En 1674, lorsque Jean Sobieski monte sur le trône la guerre fait rage avec l’empire ottoman. En 1675, le roi de Pologne propose au colonel cosaque Ostap Gogol de devenir hetman de la rive droite. En 1676 le roi devient le protecteur des cosaques de la rive droite. Il est sacré à Cracovie et invite le hetman à la cérémonie du 2 février 1676. Il nomme de nombreux hetman dans une politique de reprise en main de cette zones dans une visée de reconquête de “l’Ukraine et la Podolie perdue” ainsi que de la ville de Kyiv considéré comme une terre “héréditaire” polonaise selon l’historien Taras Chukhlib.

Romeyn de Hooghe, Triomphe de Jean III Sobieski Roi de Pologne, 1675, Warszawa, Biblioteka Narodowa (détail).

La gravure de son entrée triomphale à Cracovie de 1675 est faite sur un dessin de Francesco Gratta le jeune. Cette marche militaire montre plusieurs figures allégoriques, antiques et modernes passant sous un temple de la vertu. Le roi est en costume romain sur un cheval est dirige la troupe vers la reine sur un balcon. Il est précédé de trois figures au centre se donnant la main, ce sont de droite à gauche l’allégorie de la Pologne, la Lituanie et l’Ukraine. Le roi de Pologne fit aussi réaliser de nombreuses gravures sur ses victoires sur les Ottomans comme grand hetman de la couronne. Au sujet de cette région, il est en concurrence avec le tsar. Cette zone est très importante pour garantir son royaume des invasions tatars ou ottomanes. Il sait que “celui qui a les cosaques conserve l’Ukraine” (Taras Chukhlib p.277) comme il l’avait remarqué alors grand hetman de la couronne .

Je dois admettre que c’est un cadavre
dégoûtant, pas l’Ukraine, car ce n’est probablement pas celui qu’ils ont pris à leurs ancêtres.
Qui y est mort, sinon le peuple Rus’ ? Qu’est-ce qui a brûlé, sinon la ville glorieuse (Kyiv) ? Où la fumée est-elle allée, sinon sur les églises et les maisons de Dieu ? Dont les tombes et les tombes ont été emportées,
sinon vos parents ou vos enfants, perdus pour rien ? A qui restait le désert, sinon conduit comme du bétail à la captivité des âmes chrétiennes ?

Universel du roi Sobieski en 1675

On voit dans ce texte que le roi reconnait aux cosaques le droit de vivre en Ukraine qui leur appartient. Ce sont eux qui meurt pendant les guerres et personne d’autre. Il leur reconnait une certaine liberté de culte et leur pardonne leurs anciennes trahisons. Cette politique doit aussi permettre de mieux combattre les Ottomans et reconquérir la Podolie. En 1675, le roi se décide à s’allier au tsar contre les Ottomans. L’enjeu était de grande importance puisqu’ils avaient eux même tenté d’unifier les cosaques sous l’égide de Youri fils du grand Khmelnitski nommé entre 1677 et 1678, comme “prince de Petite Russie”, “Dux Cosacorum” ou encore ” Dux en Ukraine ». Il “n’a pas utilisé le titre de Prince Sarmatiae” pour plaire à celui qu’il qualifie de ” Mon roi de Pologne le plus clair et le plus fort !” Après des tentatives auprès des Ottomans, le roi de Pologne se rapproche de l’hetman et lui promet de lui conserver ses titres s’il le rejoint en échange l’Ukraine retrouverait son statut du traité de 1658 et que la foi orthodoxe n’y serait pas menacée. Mais cette tentative reste lettre morte.


Jean-Baptiste Bonacina, Giorgio Chimilinschi, 1670, Coll. particulière.

Une gravure de la fin du XVIIe siècle le présente comme simple “général des cosaques”. Les titres donnés par les Ottomans n’ont jamais été salué par des victoires militaires, ils ne sont pas resté dans les mémoires. En 1683 une grande assemblée cosaque de la rive droite reconnait la suzeraineté du roi de Pologne en “tant que père et pasteur”, selon la lettre qu’ils envoyèrent au roi le 23 juillet 1683. Ils acceptent d’entrer en guerre contre les Ottomans dans le sud. Le 24 août 1683, le roi nomme comme hetman Stefan Kunitsky en lui donnant un collier une masse et un sceau avec “les anciennes armes de l’Ukraine” ( le cosaque armé). Il est décrit dans plusieurs gazettes sous le terme de “général des cosaques” comme sur la gravure de Youri Khmelnitski . Il a conquis toute la Valachie, Podolie et la terre des Tatars.

Charles de La Haye, Ioannes III D.G. Rex Poloniarum […], 1692, Warszawa, Biblioteka Narodowa.

Le roi est victorieux avec ses troupes et les cosaques contre les Ottomans devant Vienne en 1683. En 1685, le sejm du roi de Pologne reconnait à “tous les cosaques de la sich et les ukrainiens sous les ordres de Kunitsy, le droit de s’installer en Ukraine, et qu’on leur rendra leurs anciennes libertés et privilèges accordés”. Le roi leur offre la protection s’ils reconnaissent qu’ils sont sujets de République. Le roi leur offre ainsi une forme d’autonomie par une constitution et en échange il peut créer des troupes dans une période de crise financière.

Leone Franco, Andriy Mohyla, 1649, Wiki Common.

La politique du roi est récompensé de succès, les troupes (environ 3000 cosaques) de Mohyla sont efficaces et permettent de reconquérir les zones ottomanes. Le hetman signe plusieurs documents “”Andriy Mohyla Hetman de S.A.R. – Armée de Zaporojie”. Mais le tsar en 1688 envoie une lettre au roi réclamant l’arrêt de l’utilisation de ce titre.

Recueil. Portraits d’Alexis-Michaelowitz, XVIIe s., Paris, BnF Gallica.

Dans sa politique contre l’empire Ottoman, le roi Sobieski décide de signer un second traité de paix avec le tsar de Russie en 1686. Il autorise ensuite les troupes des deux rives à entrer en campagne ensemble. Le roi renonce définitivement à réclamer les terres des cosaques de l’est du Dniepr ainsi que la région de Smolensk et Chernihiv et reconnait la liberté de l’ Église orthodoxe sur son territoire. Le tsar fait de même avec l’Église catholique et uniate. Le tsar promet son soutien contre les Ottomans. Ce n’est qu’en 1699 que Chernihiv et la Podolie reviennent à la Pologne.

Jan III Sobieski : duc d’Ukraine ou duc de Russie?



Jeremias, Winckler, Jan III., König von Polen, Herzog 1670-1690, Brunswick, Anton Ulrich-Museum.

Les documents émis au nom du roi Jan III Sobieski reprennent la titulature mise en place par Sigismond mais des nouveautés apparaissent.

Titulature de Sobieski, 1676, archives départementales de l’Aube.

Le terme de “Ukraine” apparait sous le roi Jan III Sobieski délaissant le terme “Russia” ou “Ruthenia”. Plusieurs gravures ont la titulature suivante “roi de Pologne, grand duc de Lituanie, Ukraine “. La gravure en l’honneur de son couronnement de 1676 emploie ce terme. Elle représente l’approche du roi de Pologne au château de Wawel, avant qui allégoriquement, sous la forme de danseuses, représentent la Pologne, la Lituanie et Ukraine. Dans les deux versions de la gravure, la signature en français ou en latin est avec le terme “grand duc de Lituanie, Ukraine”.

Romeyn de Hooghe, Krönung Johann III von Polen, 1675, Herzog Anton Ulrich-Museum (détail).

Le terme “Ukraine” apparait aussi sur deux gravures de portraits du roi et de la reine d’une série du dessinateur des provinces Unies Nicolaes II Visscher gravée par Pieter Stevens. En 1679, il réalise une carte du royaume de Pologne avec le grand duché de Lituanie et l’Ukraine. Les trois entités sont en lettre capitale. Le roi veut se démarquer de ses prédécesseurs. C’est aussi un signe de bonne volonté envers le “tsar de toutes les Russies'” dans une politique de rapprochement et de paix.

Sur des gravures importantes comme celle de son couronnement, c’est le terme Ukraine que le roi décide de mettre en avant. Il veut se mettre dans les pas du célèbre hetman Bogdan Khmelnitski comme protecteur des Ukrainiens.

Concurrence avec l’hetman Bogdan Khmelnitski

Une gravure de l’hetman montre qu’il portait le titre de “commandant en chef de l’armée de Zaporovie, initiateur de la rébellion des paysans, des cosaques insurgés et le ‘dux’ du peuple d’Ukraine”. Le mot chef en latin “dux” ayant donné le mot duc, ainsi cela peut aussi se traduire par “duc du peuple Ukrainien” qui se rapprocherait de la titulature du roi “grand duc de Lituanie et Ukraine”. Le “dux” renvoie a la Rome antique au commandant des troupes ou chef de guerre. La gravure faite par Guillaume Hondius du hetman s’oppose au titre du roi en montrant que le titre lui vient du peuple et non pas d’une élection nobiliaire. Lors de son entrée à Kyiv en 1648, le métropolitain orthodoxe de la ville Sylvestre et le patriarche de Jérusalem Paisée Ier  l’accueillent au titre de “prince (princeps)”. Cette gravure est l’oeuvre d’un artiste de la cour de Pologne, aurait il rencontré le hetman en pourparler avec la république?


Willem Hondius, Bohdan Chmielnicki, 1651, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Cette image de l’hetman devient canonique et se retrouve dans de nombreuses icônes. Elle obtient une grande popularité après Poltava comme repoussoir à celle de Mazepa accusé de traitrise par le tsar. Mais cette image a été commandée par le roi Jean Casmir Vasa comme le signe d’un rapprochement avec l’hetman. Ce dernier avait été vaincu lors de la bataille de Bila Tserkva qui permet au roi de signer un accord favorable avec réduction des cosaques et gain territoriaux en sa faveur. L’hetman alors tente un rapprochement avec la Pologne en acceptant de pacifier le palatinat de Kyiv.


Willem Hondius, Ioannes Casimirus Dei Gratia Rex Poloniae, 1648, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Le roi Sobieski prend comme modèle à la fois les images de ces prédécesseurs et celle de l’hetman. Il est montré de 3/4 en guerrier sur les gravures avec le titre “duc d’Ukraine”. Il reprend le titre aussi bien pour rappeler la gravure de l’hetman que pour montrer la possibilité aux cosaques de revenir aux accords de 1658. Les gravures sont écrites en latin permettant la diffusion auprès des élites d’Ukraine.

Gloryfikacja Jana Sobieskiego na tle bitwy pod Chocimiem w 1673, ryc. Romeyna de Hooghe, 1674, Biblioteka Narodowa.

En 1684, il sait que les cosaques sont “pour la République le poison le plus dangereux et en même temps son bouclier le plus puissant”. En 1652, son frère ainé Marek Sobieski, staroste de Krasnystaw, avait été capturé après la défaite de Batoh et décapité avec les restes de l’armée polonaise (on compte des milliers de morts). Malgré les souvenirs désastreux des relations avec les cosaques, le roi savait qu’il ne pouvait créer une nouvelle politique pour la République sans les eux. Depuis 1676, il imaginait même, à partir de l’Ukraine (il était né à Olesko, dans le palatinat de Ruthénie ce qui lui fait dire qu’il aime les cosaque “depuis l’enfance”) et les cosaques, rendre héréditaire la couronne. Par de nombreuses gravures, il rappelle ses victoires face aux Ottomans à la bataille de Khotin ou de Lviv où les cosaques n’ont pas joué un rôle négligeable.

 

Une grande campagne de propagande par les gravures propose de faire valoir ses droits sur l’Ukraine et les cosaques aux yeux des puissances européennes. Dans cette logique il met en avant son image avec un texte clair en latin.


Nicolaes Visscher II et Pieter, Stevens, Jan III, König von Polen vers 1669-1702, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

Une image caricaturale de l’hetman est réalisé après 1651 sans qu’on puisse savoir si c’est le roi Jan Kasimir Vasa ou Jan Sobieski qui en est le responsable. La qualité du travail ne permet pas de l’attribuer à Hondius. Le terme de “dux” est remplacé par “ductor” soit “guide” ou “conducteur” ce qui lui enlève sa valeur militaire de commandement. Mais cette gravure se trouve aussi avec le terme “dux”.

Les oreilles renvoient au mythe de Midas affublé d’oreille d’âne par Apollon après avoir parié sur un satyre au lieu d’Apollon dans un concours de lyre. Le roi Midas par honte doit mettre un bonnet pour les cacher. Les oreilles renvoient aussi à celles de l’animal connu pour sa paresse et sa stupidité. Ainsi la caricature fait sortir l’hetman de l’humanité et les cosaques le suivant sont aussi bêtes qu’un âne. Mais il est possible que cette caricature précède le règne du roi Jan III puisque sa politique était plutôt en faveur des cosaques.



Philibbert Bouttats, et Nicolaes Visscher I, Janus III. D.G. Rex Poloniarum Magnus Dux Lithuaniae Ukrainae Etc.,
1688 -1730, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum.

La politique du roi, bien que parfois qualifié de “cosaquisme”, n’est pas parvenu à ses fins. Le roi Jan III Sobieski a échoué à trouver une solution équitable aux relations polono-ukrainiennes. Cette relation se détériore chaque année et à sa mort seul l’hetman Mazepa a su proposer une relation plus stable pour les cosaques regroupant autour de lui une certaine unité des revendications cosaques selon l’historienne Tatiana Tairova-Yakovleva.

Conclusion: la succession de Sobieski

Johann Baptiste Homann, Ukrania quae et Terra Cosaccorum cum vicinis Walachiae, Moldoviae, 1720. L’auteur a mis lUkraine en jaune.

A la mort de Sobieski le titre de duc d’Ukraine se perd. Frederic August de Saxe ou Stanislas Leszczynski utilisent une titulature sans le terme “Ukraine”. La gravure d’Auguste II le montre en armure coiffé en bol, le modèle est très proche de certaines gravures de Sobieski. Les revendications territoriales sur la rive gauche du Dniepr n’est plus à l’ordre du jour d’un monarque élu avec l’aide du tsar.

Bien que le roi August II utilise les cosaques contre les Turcs, leur aide n’est plus essentiel puisque le roi peut compter sur son armée de Saxe. Son rapprochement politique avec la Russie est marqué par une volonté de laisser les troupes cosaques au tsar. En 1702, il décide de révoquer les régiments cosaques de la région de Kiyv puis il ordonne le démantèlement du camps de la rive gauche à partir de 1711.

Anonyme?, Portrait of the Hetman Ivan Mazepa , 1709, Getty Images.

La “Ruine” ukrainienne se termine par l’arrivée de l’hetman Mazepa en 1687 à la tête de la rive gauche. Restant vingt ans au pouvoir, il parvient à unifier l’Ukraine et donner une autonomie à l’hetmanat jusqu’à la défaite de Poltava et sa mort en 1709. C’est ce que rappelle une gravure où est inscrit “hetman de toute l’Ukraine” en latin.

Voltaire, Histoire de Charles XII,1768 , p.154

Pour aller plus loin

Білецький (Платон Олександрович), Українське мистецтво другої половини XVII-XVIII століть, Київ, Мистецтво, 1981. (Biletsky, Platon Alexandrovitch), Art ukrainien de la seconde moitié des XVII-XVIII siècle)

Чухліб (Тарас), Гетьмани і монархи. Українська держава в міжнародних відносинах 1648 – 1714 рр. – К.: Інститут історії України НАНУ, 2003 (Chukhlib (Taras), Hetmans et monarque. L’Etat ukrainien dans les relations internationales 1648-1714)

Plokhy (Serhii), Tsars & Cossacks – A Study in Iconography, Cambridge, Harvard Papers in Ukrainian Studies, 2002.( Plokhy (Serhii), Tsar et les cosaques. Une étude de l’iconographie)

Таирова-Яковлева (Татьяна), Между Речью Посполитой и Россией. Правобережная Украина в эпоху гайдамаков, Нестор-История, 2020 (Tairova-Yakovleva (Tatyana), Entre la République des Deux-Nations et la Russie. L’Ukraine de la rive droite à l’ère des Haïdamaks)

Widacka (Hanna), Jan III Sobieski w grafice XVII i XVIII wieku, Warszawa, Państ. Wydaw. Naukowe, 1987 (Widacka (Hanna), Jan III Sobieski et son image XVIIe et XVIIIe siècles)

 

 

Poulailler au XVIIIe siècle: imaginaire et construction

La représentation de l’agriculture dans les arts et l’architecture a connu de nombreuses études comme celle ayant pour titre Cérès et le laboureur: la construction d’un mythe historique de l’agriculture au XVIIIe siècle (2009) de Catherine Clavilier. En revanche, la construction des fermes aussi bien en théorie qu’en pratique mériterait que l’on s’y attarde davantage. Ce petit essai va tenter de revenir sur l’élevage des poules et le poulailler qui n’ont pas connu d’étude sur leur exploitation au XVIIIe siècle d’après Emmanuelle Charpentier dans Les campagnes françaises à l’époque moderne (2021).

fig.1 Jean-Baptiste Greuze, L’Accordée de village, Musée du Louvre.

Nous savons que la volaille de la basse-cour est présente dans les arts avec différentes significations. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le poulailler intéresse les architectes influencés par les théories des physiocrates ou les peintres moralistes très à la mode.

La poule et le coq dans l’imaginaire du XVIIIe siècle

En 1784, un auteur raille la politique de Turgot en ces termes dans un dialogue fictif entre le prince de Conti et l’abbé Terray dans Les entretiens de l’autre monde sur ce qui se passe dans celui-ci (1784, p.98): “Ce Turgot , si on eut voulu le croire, eut volontiers fait atteler au char de Louis XVI les coursiers du Roi Dagobert: Quatre boeufs attelés, d’un pas tranquille & lent, promenaient dans Paris le monarque indolent. Il eut encore flanqué le Louvre de colombiers de poulaillers, & planté les Tuilleries de raves, de choux , de carottes & de navets , tout comme sous le bon Charles V”.

fig.2 Jean-Louis Delignon, Le seigneur chez son fermier, Carnavalet.

Le poulailler comme le colombier sont des symboles de la vie à la campagne. Par cette image, la politique physiocrate de Turgot est vivement critiquée par la noblesse qui la perçoit comme trop en faveur de la paysannerie. Mais la poule et ses petits sont aussi vu comme des allégories morales comme ici dans le Traité historique et moral du blason (1754, p.138) :

La poule est un des symboles le plus marqué de la fécondité ; & comme les poussins se rangent autour de la mère, qui les couvre de ses ailes lorsqu’ils ont froid ou qu’ils sont épouvantés, les Nobles peuvent l’avoir prise dans leurs armes, comme l’emblème de la protection qu’ils accordent aux faibles.

fig.3 Jean-Baptiste Greuze, Les oeufs cassés, MoMa.

La parfaite famille et la bonne éducation sont souvent présentées par la métaphore de la poule et de ses poussins. La perte de la virginité est autant représentée par la cruche brisée que par les œufs cassés. Les tableaux de Jean-Baptiste Greuze leur donnent une place centrale dans sa vision moralisatrice des bons mœurs à avoir dans la société d’ordre et au sein de la famille [fig.1]. `Enfin le coq devient à la fin du siècle un des symboles de la monarchie française, il est repris à la révolution.

fig.5 Anonyme, “Né pour la peine”. L’homme de village, RMN.

Le poulailler : de la théorie….

L’élevage de la volaille est comme le dit une gravure ” d’un petit prix” c’est à dire que cette catégorie d’élevage ne demande pas un gros travail journalier et il est souvent laissé aux femmes. Mais avec un œuf par jour et des poules qui couvent plusieurs fois dans l’année la rentabilité d’un poulailler est rapidement visible.

Arthur Young explique dans son Voyage agronomique (1775, tome 1, p.37) :

Le poulailler est le moins considérable des bâtiments d’une petite ferme, mais non pas le moins nécessaire. C’est sur-tout dans les petites fermes que les bonnes ménagères se plaisent à élever des volailles. La grande consommation qu’on en fait, rend cette branche de commerce extrêmement lucrative. Le poulailler sera divisé en autant de cloisons qu’on se propose d’élever d’espèces différentes de volailles.

fig.6 François Boucher, Le repas de la basse-cour, coll. particulière.

Les encyclopédistes, Ligier, Quatremere de Quincy, l’abbé des Rozier ont écrit sur l’exploitation des volailles plus ou moins en détail (Nous reviendrons peut-être sur les différences entre eux).

Quatremere de Quincy définit le poulailler comme “un petit appentis servant de retraite aux poules dans une basse-cour ou une ferme” sans mentionner le matériau. Il ne fait que renvoyer aux anciens qui “apportèrent beaucoup de soin à cette petite construction”. Il détaille sa construction à travers les préceptes de l’agronome romain Lucius Iunius Moderatus Columella dit Columelle.

Dans le dictionnaire de Diderot et D’Alembert,  le poulailler (D. J. édition 1751, tome 13, p.198) est définit ainsi :

c’est un lieu dans une maison de campagne, où vont se jucher les poules pendant la nuit, & où elles pondent & couvent quelquefois. Ce lieu doit être plancheyé, car le sol de la terre est mal-sain pour les poules. Il y a une petite porte pour y entrer, & une fenêtre au-dessus & à côté, par laquelle les poules entrent & sortent. Les murs d’un poulailler doivent être crépis de mortier de tous côtés. Sa meilleure situation est au levant, près d’un four ou d’une cuisine, parce qu’on prétend que la fumée est fort salutaire pour la volaille.

fig.7 Nicolas-Bernard Lépicié, La cour de ferme, RMN.

Certains proposent de faire le bâtiment en hauteur et que les animaux y accèdent par une échelle, d’autres de le mettre de plein pied. Ils sont d’accord pour élever les huchoirs ou perchoirs et d’empêcher la prolifération des nuisibles (rats ou fouines) et des maladies par l’étanchéité des parois et la surélévation des nids.

Le Dictionnaire universel d’agriculture (1789, tome 8, p.260-262) dirigé par l’abbé Rozier donne le détail des mesures. L’ouverture de la porte pour le passage des volatiles doit faire 8 pouces soit 16 cm de largeur sur 9 ou 10 pouces de hauteur soit 20 cm. La zone de perchoir doit être à 5 ou 6 pieds de hauteur (presque 2m) et les traverses du huchoir doivent être à 10 ou 12 pouces de distance soit environ 20 ou 24 cm.

…à la pratique : le poulailler à Choisy

Christophe Morin, dans son étude Au service du château porte son attention sur les faisanderies symbole seigneurial de la chasse plutôt que sur le poulailler de la basse-cour. L’historien explique que “l’observation de ces animaux procure une distraction de choix au XVIIIsiècle et l’on visite volontiers la faisanderie d’un seigneur lors de la promenade”.

Une étude revenant sur une faisanderie à Saint-Pathus au XVIIIe siècle montre par l’archéologie l’emploi de matériaux périssables pour l’enclos et en dur pour les bâtiments dans le but de protéger un animal noble et loger son gardien.

La poule et le coq ne sont pas vus comme des animaux apportant une grande richesse à leur exploitant mais ce n’est pourtant pas un sujet délaissé comme nous l’avons vu.

Le poulailler prend donc différentes formes en fonction de la richesse de la ferme. Dans les métairies pauvres, le poulailler est fait de bois et dans les plus riches de pierres [fig.7].

fig. 8 Coupe transversale, plan de détail du poulailler du château de Choisy, sd, échelle de 4 toises, Archives Loir et Cher.

Un dessin du poulailler nous renseigne sur l’élaboration de ce type de construction dans un domaine du roi [fig.8]. Le dessin à l’encre de couleur est soigné mais n’est ni daté ni signé. Il montre un plan au sol et une coupe. Le dessinateur donne toutes les mesures de l’espace. Projet de grand ampleur, il imagine mettre plusieurs poulaillers l’un après l’autre près d’une cour à fumier.

fig.9 Charles-Nicolas Cochin, Portrait du marquis de Marigny, Carnavalet.

Ce plan se trouve dans les dessins des archives du Loir et Cher issu du fonds de Abel-François Poisson de Vandières, marquis de Marigny et de Menars ( 1727-1781) ministre des Bâtiments du roi. Les historiens ont identifié ce projet pour le château royal de Choisy. De nos jours disparu, ce château a été reconstitué. Il est notamment connu pour les tables volantes des grands diners du roi Louis XV.

fig. 10 Jacques Rigaud, Le château de Choisy après les premiers agrandissements de Louis XV, BnF.

Contrôleur des Bâtiments du roi, l’architecte Michel-Barthélemy Hazon a la responsabilité de la gestion du château de Choisy. On peut rattacher ce dessin aux dessinateurs de son administration.

L’architecte propose deux bâtiments en longueur donnant sur des cours grillagées pour chaque poulailler et séparées par une allée [fig.11]. De l’autre coté se trouvent la volière et la faisanderie. Cet espace se situe non loin du petit château où se tenaient les fameux diners du roi.

Les poulaillers ont des murs de 15 pouces pour les cloisons intérieures et 18 pour les murs extérieurs. La pièce mesure 20 pieds 6 pouces soit 6,4 m sur sa longueur et 7 pieds sur sa largeur soit 2 m. Sa hauteur est de 7 pieds 80 pouces soit 2,5m. Les ouvertures font 3 pieds soit environ 1 m. Le bâtiment mesurerait environ dans les 30 m de long.

Les “cases pour la ponte” vont de pair en forme rectangulaire et les mangeoires sont de forme carrées. Le perchoir possède 5 barres pour le sommeil des volatiles et deux barres de soutien. Le dessinateur plutôt minutieux donne toutes les mesures pour réaliser cases, mangeoires et perchoirs. Il mets le perchoir en diagonales de 18 pouces soit 36 cm pour la partie la plus proche du sol à 4 pieds 60 pouces soit 1,5 m dans sa partie haute. Les traverses sont séparées de 1 pied soit 0,3 m, il a ainsi augmenté les mesures données dans le Dictionnaire universel d’agriculture.

fig.11 Plan de Choisy, BnF Gallica. Encadré en rouge le poulailler et la faisanderie.

Il rationalise ainsi le poulailler : d’un coté les perchoirs et de l’autre les boites pour la ponte et la couvaison. L’espace doit permettre un nettoyage des sols rapide pour récupérer les fientes utilisées comme engrais et limiter les maladies parasitaires qui prolifèrent dans les sols des poulaillers mal entretenus. Pourtant des espaces difficiles d’accès persistent dans cette rationalisation : dans les coins du coté des boites. Près des portes les mangeoires creusées dans le sol sont facilement accessibles.

Les fenêtres sont grillagées et avec des “châssis à panneaux de verre”, ce qui montre par des matériaux couteux que cette réalisation est pour le roi. Les deux portes ont des croisées de verre et une petite ouverture glissante pour les animaux avec crochets. La porte se ferme avec loquet.

Plusieurs ouvertures sont visibles sur le plan. Les théoriciens prescrivent de mettre de bâtiment à l’est prés d’une source de fumée et de cendre qui peut être utilisé contre les parasites. Les poules utilisent sables et cendre pour se nettoyer.

Ce poulailler est une construction royale au seine d’une ménagerie. L’architecte propose ainsi un modèle exemplaire qui se veut même meilleur que les recommandations des théoriciens par ses dimensions et sa réalisation.

Reconstruire la Saxe par les arts : deux tableaux de Bernardo Bellotto comme symbole du Rétablissement

La guerre de Sept-Ans (1756 – 1763) marque pour l’Allemagne de grands bouleversements politiques. En 1763, la Prusse, quoique exsangue, est vue comme une grande puissance en Europe centrale1. De l’autre côté la Saxe, grande rivale de la Prusse, se voit reléguée comme puissance de second ordre. Elle a perdu des millions de livres tournois dans la guerre et a été le théâtre de nombreux combats meurtriers et destructeurs. Sa capitale Dresde a été en partie ravagée par des bombardements prussiens dont le plus notable se déroula du 13 au 22 juillet 1760[fig.1].

[fig.1] Plan du bombardement de Dresde de 1760, Kupfertich-Kabinett, Dresde, SKDonline. En noir les zones dévastées par les bombardements.

Pour compléter ce tableau, le 5 octobre 1763, le duc de Saxe et roi de Pologne, Auguste III meurt suivi par son héritier direct quelques mois plus tard. Ces décès ouvrent une période de reconstruction d’un État aux rêves inaboutis. La Silésie est définitivement possession prussienne. Par cette raison, l’union de la Saxe et de la Pologne n’aura jamais été une union territoriale mais seulement personnelle autour des deux rois de la famille Wettin, Auguste II dit Le Fort roi de 1709 à 1733 et son fils Auguste III à partir de 1733. Le 5 octobre 1763, le roi Auguste III, très malade, décède laissant le pouvoir à son fils Frédéric-Christian (1722 – 1763). Mais ce dernier décède à son tour le 17 décembre 1763, laissant les rennes de l’État à un jeune électeur, Frédéric-Auguste (1750 – 1827), encore adolescent. Alors, selon les règles du saint-Empire, c’est son oncle, le prince Xavier (1730 – 1806), en tant qu’aîné de la famille, qui doit diriger la Saxe comme prince Administrateur (Administrator) jusqu’à sa majorité[fig.2]. Cette période est appelée « Rétablissement » de la Saxe (1764 – 1768). Le prince Xavier sait qu’il a entre les mains un état ruiné et une capitale détruite.

 

“[…]des rues entières ne présentaient plus qu’un vaste incendie ; de magnifiques palais, qui eussent orné les plus belles villes d’Italie, furent renversés, et l’on entendait à chaque instant s’écrouler avec fracas des édifices qui étaient un instant auparavant l’asile de l’industrie et le séjour de l’aisance”

Archenholz (Johann Wilhelm von ), Histoire de la guerre de sept ans, commencée en 1756 […], volume 1, Metz, Devilly, 1789, p. 32.

En 1764, le prince Xavier écrit qu’il sent « la nécessité de remettre l’État en force »2. C’est par cette logique qu’il va proposer une politique artistique qui comme le dit Benjamin Gottfried Weinart : « ces dispositions n’ont pas été prises pour embellir les appartements des grands, ni donner aux riches l’occasion de satisfaire leur penchant pour les fastes. L’objectif final était beaucoup plus noble : on voulait parvenir à l’épanouissement de la Saxe par le moyen des arts »3.

[fig.2]François Guérin, Portrait du prince Xavier, Gemäldegalerie, Dresde, SKD online.

Dès lors, le nouveau prince Administrateur commande à Bernardo Bellotto (1721 – 1780) un grand tableau représentant les ruines de l’église protestante Sainte-Croix (Kreuzkirche) qui doit faire pendant à un autre tableau terminé en 1763 qui représente les ruines du faubourg de Pirna à Dresde.

[fig.3]Bernardo Bellotto, Eglise Sainte-Croix à Dresde, Hermitage Museum, Saint Petersburg, wikicommons.

Ces deux œuvres se démarquent dans la carrière du peintre vénitien. En 1747, le peintre Bernardo Bellotto, neveu et élève du peintre Giovanni Antonio Canal (1697 – 1768), entre au service du roi Auguste III. Il reste à Dresde jusqu’en 1758, où il entreprend un voyage à Vienne et Munich, alors que le roi de Pologne est à Varsovie. Il revient en 1762 à Dresde, où il reste jusqu’en 1766. À cette date, il est invité à se rendre à Varsovie par le nouveau roi de Pologne Stanislas Auguste Poniatowski. Il quitte Dresde faute d’une reconnaissance et de rémunération.

L’artiste s’était fait une spécialité dans la réalisation des vues de paysage urbain. Dans les collections royales de Dresde, nous trouvons, ainsi, en 1754, dix-huit tableaux de cet artiste représentant Dresde et Pirna4. L’école italienne, comme nous le disons plus haut, semble très en vogue en Saxe. À l’exemple de la collection du secrétaire et ministre, baron Carl Heinrich von Heinecken (1706 – 1791) qui une des plus belles collections d’œuvres vénitiennes5.

[fig.4]Bernardo Bellotto, Les ruines de l’église Sainte-Croix, Gemäldegalerie, Dresde, SKDonline.

Revenons au tableau qui représente l’église Sainte-Croix. Terminé en 1765, ce tableau, payé 200 thalers par l’académie de peinture de Dresde, est remis à la galerie de peinture de l’électeur6. Il représente l’église protestante de Sainte-Croix, construite à la Renaissance, se trouvait à Dresde sur la rive gauche de l’Elbe aux abords du vieux marché. En dominant la ville, elle rappelait le renoncement de la famille Wettin à la foi luthérienne[fig.3]. Détruite pendant le bombardement prussien de 1760, sa reconstruction est décrétée comme symbole du renouveau de la Saxe électorale. En 1764, le prince Xavier pose la première pierre de sa reconstruction. Dans ce premier projet, la façade principale et le clocher doivent être préservés mais un débat s’ouvre sur le reste de l’édifice à construire. Finalement durant les travaux en 1765, une partie des murs du clocher s’écroule. Le prince administrateur décide que tout l’édifice doit être reconstruit et il stipule que cela doit être dans un style « classique » (Klassizismus)7. Il s’oppose ainsi au style de son père représenté par la Frauenkirche[fig.5]. Le premier projet de l’architecte de la ville Johann George Schmidt de 1763 est délaissé, en 1765, au profit de celui des membres de l’académie Friedrich August Krubsacius et de son collègue Christian Friedrich Exner. L’église est finalement consacrée en 1792[fig.9].

 

Dans cette œuvre, Bellotto peint une masse de pierres et de poutres de bois au sol au second plan et en arrière-plan se dresse les restes du bâtiment très fortement endommagé qui commençait à peine à être fortifié en vue de sa reconstruction[fig.4]. Des échelles ont été installées pour permettre aux ouvriers d’accéder au sommet de la ruine. C’est la configuration juste après l’écroulement du mur ouest du clocher qui s’est déroulé le 22 juin 1765. Peu d’ouvrier ont osé s’aventurer sur les ruines qui risquaient à tout instant d’achever son effondrement. Au premier plan, le peintre a ainsi mis des ouvriers et artisans à la tâche. Des bâtiments à la gauche des restes de l’église sont toujours debout, tandis qu’à sa droite le peintre montre une ville en ruine. De nombreux spectateurs regardent les ouvriers travailler pour étayer et commencer les réparations Le peintre, utilisant (comme Canaletto) la camera obscura depuis la maison du Stadtsuperintendent Johann Joachim Gottlob am Ende, a réalisé un tableau minutieux où chaque détail rend compte de la réalité mais comme à son habitude, l’artiste joue sur rapports de perspectives et les dimensions des bâtiments. La carcasse de l’église renaissance est une silhouette fantomatique d’un monde révolu dans une ville à l’architecture classique. Le peintre serait monté au sommet de l’église pour observer les destructions. Il a représenté les fondations de la reconstruction qui montrent des bases de pilastre classique et non pas l’architecture de brique de la construction originelle. Cette œuvre montre la tentative de l’homme de lutter contre le désordre créé par la guerre passée.

[fig.6]Bernardo Bellotto, Vue des ruines du faubourg de Pirna, Musée Saint-Loup, Troyes, photo du musée.

Un autre tableau de l’artiste l’a précédé. Les ruines du faubourg de Pirna [fig.6] est peint, selon Fritz Löffler, entre 1761 et 17638. Une gravure dédiée au prince Xavier en est réalisée en 1766 [fig.11]. En 1767, l’œuvre est exposée à l’Académie de peinture, de sculpture et de gravure sous le titre « Eine trümmervolle gegend vor dem pirnaischen Thore »9. Elle est acquise vraisemblablement juste après cette exposition, par le prince. Cette œuvre montre, au centre, dans les ruines, un personnage dans la pénombre tournant le dos au spectateur mais qui semble contempler le sol jonchés de débris. Certains y ont vu une représentation du peintre lui-même. Dans la lumière, sur le côté, le long de la ruine du palais de Fürstenhöff, un cortège de cavaliers se dirige vers le spectateur. Il semble que ce soit le prince Xavier que l’on peut reconnaître à la tête de la troupe remontant la rue. C’est véritablement une œuvre illustrant les dommages de la guerre. Le tableau est actuellement conservé au musée de Troyes [fig.6]. Il fut attribué à Bellotto, en 1974, par Pierre Rosenberg10. Cette œuvre aurait été réalisée comme pendant du tableau représentant les ruines de l’église Sainte-Croix. L’oeuvre représente ce qu’est devenu l’environnement du palais de la Pirnaische Gasse11 où le prince logeait avant la guerre. Le faubourg a connu les destructions prussiennes de 1758, puis le bombardement de 1760.

“On donna donc le signal d’allumer les maisons, et comme on les avait remplies de matières combustibles, elles devinrent, en un moment la proie des flammes […]. Deux cent quatre vingt maisons furent réduites en cendre, mais seulement quatre personnes périrent dans les flammes”.

Restow (Friedrich August von), Nouveaux mémoires historiques sur la Guerre de Sept Ans, Volume 1,Berlin/Paris, Himburg/Treuttel et Würtz, 1803, p. 481. L’auteur écrit bien après le bombardement de 1758. A ce moment on accusait le roi de Prusse d’avoir massacré la population sans objectif militaire. Dès lord, les officiers prussiens ont eu tendance à minimiser les pertes saxonnes dans les incendies.

Sur le tableau nous pouvons voir les restes du palais Furstenhöff qui est un symbole architectural de Dresde. Ce bâtiment est appelé suivant le nom de Maximilian von Furstenhöff qui était premièrement un fils illégitime de l’électeur de Saxe Jean-Georges III (1647 – 1680) et deuxièmement, un des chef-ingénieurs responsable de nombreux chantiers à Dresde. C’est à lui que l’on confia la construction, en 1717, du grand escalier du château électoral, appelé Englische Treppe12. Cette œuvre montre davantage le chaos des ruines dans le paysage de Dresde. Les pierres envahissent toutes la composition et les constructions encore debout sont reléguées en arrière plan. Bellotto semble montrer le désastre enduré par le peuple durant la guerre, mais aussi le retour de l’ordre par les soldats marchant le long des ruines13.

En 1769, les deux tableaux sont accrochés sur les murs de la galerie de l’appartement du prince Administrateur au château électoral de Dresde14. Le visiteur se rendant en audience dans l’antichambre ou la « retirade » peut les voir[fig.7].

[fig.7]Vue du second étage de la résidence à Dresde, Sächsische Staatsarchiv, Dresde, DF. Rouge: la galerie de l’appartement du prince Administrateur.

Les paysages de Bellotto tiennent une place particulière dans la mémoire du prince Xavier de Saxe. Marqué par la guerre qui a vu la ville de Dresde en partie détruite, le prince propose pour sa « patrie » une politique d’envergure15. Comme le souligne Sylvie Le Moel, ces deux œuvres « constituent un témoignage engagé sur le traumatisme subi » par le peintre16. En les plaçant dans sa galerie le prince semble montrer que par son choix du style « classique » il se met dans les pas de l’ingénieur et de son grand-père. Opposé à son père et à son ministre depuis des années, il peut enfin assouvir ses visées politiques et artistiques pour la Saxe.

[fig.8]Bernardo Bellotto, Vue de la vieille ville et du pont-neuf, Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe, SKDonline.

Les deux tableaux montrent des bâtiments du début du XVIIIe siècle influencé par la France. Il reprend le modèle du clocher de la Katholische Hofkirche [fig.8], édifice terminé en 1755, mais le prince fait ajouter une entrée sur la rue avec péristyle. Loin des ornementations foisonnantes, il préfère l’architecture plus symétrique et rectiligne qu’il a pu voir notamment en France. En 1753, de nouveaux appartements pour le dauphin et son épouse sont créés à Compiègne dans le nouveau style classique, où le foisonnement des ornements laisse place à des parois moins décorées17. Ce changement se met en place aussi pour les édifices, le roi Louis XV ordonnant la création d’une place et de bâtiments pour son garde-meuble à Paris (place de la Concorde) après la guerre[fig.10]. C’est le retour au « grand style » de Louis XIV dont la Saxe en 1764 se fait l’écho.

[fig.9]Vue de la nouvelle église Sainte-Croix, SLUB, Dresde, SKDonline.

Notes

1Szabo (Franz A.) , The Seven Years War in Europe, 1756-1763, Harlow, Pearson Longman, 2008 et Dziembowski (Edmond), La guerre de Sept Ans (1756-1763), Paris, Perrin / Ministère de la Défense, 2015. 2. Arch. dép. de l’Aube, fonds de Saxe, EE 1424, lettre du prince Xavier au duc de Choiseul, 2 janvier 1764. 3. Weinart (Benjamin Gottfried), Topographische Geschichte Der Stadt Dresden, Und Der Um Dieselbe Herum Liegenden Gegenden, Dresden, 1777, p.308 cité par Marx (Harald), « Dresde au XVIIIe siècle », Dresde ou le rêve des Princes, la galerie de peintures au XVIIIe siècle, Musée des beaux-arts de Dijon, 16 juin-1er octobre 2001, Paris, RMN, 2001, p.38. 4. Weber (Gregor J.M) ,« Die Veduten Dresdens von Bernardo Bellotto: anmerkunger zu ihrer fuehen geschicchte und konzeption », Kunst für Könige : Malerei in Dresden im 18. Jahrhundert, Köln, Snoeck-Ducaju et Zoon, 2003, p. 59 – 71. 5. Amateur reconnu de tableaux allemands et vénitiens, il fréquente les connaisseurs parisiens comme Mariette. En 1746, il devient directeur de la collection royale de peinture et d’estampe à Dresde. En 1757, il est accusé de détournement d’argent, d’où la vente d’une partie de sa collection à Paris. voir Michel (Patrick), Peinture et plaisirs. Les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au XVIIIe siècle, Rennes, Presse Universitaire de Rennes, 2010, p. 170. 6. Rizzi (Alberto), Bernardo Bellotto : Dresda, Vienna, Monaco : 1747-1766, Venezia, Canal et Stamperia Editrice, 1996, p. 223. Deux copies du tableau se trouvent actuellement à la Kunsthalle de Zurich et à la Gemälde Alte Meister à Dresde. 7. Voir Löffler (Fritz), Das alte Dresden. Geschichte seiner Bauten u.a.. Leipzig, Seemann, 2006 (1955), p. 233 – 235. 8. Löffler (Fritz), Bernardo Bellotto genannt Canaletto : Dresden im 18. Jahrhundert, Leipzig, E.A. Seemann, 2005, p. 23. 9. Weisse (Christian Felix), Neue Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freyen Künste, Lepizig, Dyck, vol. 4, 1767, p. 171. 10. Rosenberg (Pierre), « Un chef-d’oeuvre de Bellotto à Troyes », Arte Veneta, n° 28, 1974, p. 285 – 287. 11. Pirnaische Gasse se traduit pas rue du faubourg de Pirna. 12. Löffler, op. cit., p. 245 13. Les soldats disparaissent de la gravure réalisée à partir du tableau. 14. Au second étage, entre l’appartement de parade de l’électeur dans l’aile ouest, et celui de l’électrice dans le pavillon à l’est. 15. Les tableaux de Bellotto ont été pris comme représentation de la réalité lors des reconstructions de Dresde et Varsovie après les destructions de la seconde guerre mondiale. 16. Le Moel (Sylvie), « Des fastes de la paix aux stigmates de la guerre : perspectives du voyage à Dresde au XVIIIe siècle », Knopper (Françoise) (dir.), Muiz (Alain) (dir.), Les voyageurs européens sur les chemins de la guerre et de la paix du temps, Pessac, Presse Universitaire de Bordeaux, 2006, p. 145. 17. Szymski (Emilie), Les appartements du dauphin. LouisFerdinand, fils de Louis XV et de la. dauphine MarieJosèphe de Saxe au château de Compiègne : 1737-1766, mémoire de recherche. (2 de année de 2 e cycle) en histoire de l’art appliquée aux collections présenté sous la direction de Mme Hélène Meyer [en ligne], p. 106.

[fig.11]Vue des ruines des faubourgs de Pirna d’après Bellotto, Kupfertich-Kabinett, Dresde, SKDonline.

Abstract

In 1763, Electoral Saxony was relegated as a second-rate power. The duchy lost millions in the war and has been the scene of many deadly and destructive fights. Its capital Dresden was partly ravaged by Prussian bombardments, the most notable of which took place from July 13 to 22, 1760. The death of King Augustus III of Poland and his eldest son allows Prince Xavier, his cadet, to become prince Administrator in 1764. He wants to rebuild his country through the arts. He asks the painter Bernardo Bellotto two paintings about the ruins of the suburb of Pirna and another one on the ruins of the Church of the Holy Cross in Dresden. At the same time, he laid the reconstruction of the Holy Cross church. He choses architects who will build it in a classical style. The paintings show ruins but some buildings remain standing. These are classic constructions from the beginning of the 18th century. He thus opposes the more ornamental style of his father. He wants to rebuild Saxony on the French model of Louis XIV classical style.